Navigation – Plan du site
Résumés de Licence

Dynamique des traditions céramiques dans la région de Mirria (Niger)

Estelle De Plaen
p. 140-142

Entrées d’index

Index géographique :

Niger
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de licence en Histoire de l’Art et Archéologie des Civilisations Non Européennes, soutenu en septembre 2006
Université Libre de Bruxelles
Direction : Olivier Gosselain

Texte intégral

  • 1 Mirria se situe dans le département de Zinder, à 20 km à l’est de cette ville, le long de la route (...)

1L’objectif était d’étudier l’activité de la poterie dans et autour de la ville de Mirria, au sud-est du Niger. Cette localité avait été identifiée comme l’un des principaux centres de production du pays au cours de recherches de terrain initiées en 2002 en vue de la réalisation d’un « Atlas des traditions céramiques du Niger ». Nous avons donc choisi d’en analyser les contextes techniques et économiques1.

  • 2 Jarres d’une contenance approximative de 200L.
  • 3 Les objets décoratifs sont par exemple de petites mosquées, des pots de fleurs…

2L’examen des données historiques, géographiques et sociales a permis de mieux cerner le contexte dans lequel s’inscrit la ville de Mirria, et de mettre en évidence les caractéristiques qui lui sont propres. Ainsi, contrairement au reste de la zone de recherche, dans laquelle la poterie est une activité essentiellement féminine, hommes et femmes travaillent ensembles à Mirria et acquièrent leurs connaissances dans les mêmes contextes. Le genre des fabricants ne semble pas être lié au type d’objets réalisés. Hormis un type particulier de jarres2, tout le monde aurait le droit de fabriquer ce qu’il souhaite. On constate cependant une tendance des hommes à réaliser des objets à fonction décorative3.

3La production issue de Mirria est surtout consommée à une échelle régionale, en contextes ruraux et urbains. Le travail est continu, sans même une interruption lors de la saison des pluies. Par ailleurs, plusieurs acteurs interviennent dans la réalisation des produits, la potière n’étant plus la seule, comme c’est le cas ailleurs, à assumer chacune des étapes de la chaîne opératoire. Ainsi, l’extraction et le transport d’une des deux argiles exploitées sont du ressort des hommes.

4L’activité de la poterie ne présentait pas les mêmes caractéristiques par le passé. D’après les témoignages recueillis sur le terrain, tous les changements se sont déroulés au cours des vingt dernières années. Ces changements, qui ont contribué à faire émerger un nouveau cadre de production et expliquent le succès grandissant de la poterie à Mirria, sont liés à plusieurs facteurs de nature et d’impact variables. En fait, il semble exister une série de liens et de corrélations entre l’histoire, le climat, la situation géographique de la ville et la présence de l’Islam.

5Le climat n’est pas un facteur qui structure nécessairement l’organisation du travail. Il faut cependant tenir compte de son influence. Mis à part Mirria, où certains artisans fabriquent de la poterie toute l’année sans véritable interruption, la plupart des potiers(ères) de la région cessent leur activité en saison des pluies, afin de cultiver leurs champs. À Mirria, la poterie est un des moyens de subsistance principaux. Il est donc possible pour les artisans de louer les services d’une personne qui s’occupe de leurs cultures. Tout le monde ne bénéficie pas de cette opportunité.

6Les conditions climatiques ont néanmoins un rôle à jouer en ce qui concerne la transformation des activités économiques et notamment la réduction de la part dévolue à l’agriculture. La fréquence des épisodes de sécheresse a provoqué la diminution des ressources hydriques dans la région. Il en résulte une disparition de certains modes de subsistance comme la pêche, ainsi que des changements dans les activités agricoles (Saley 1993-1994, 20-30). Le fait de voir les hommes prendre part au travail de la poterie peut-être interprété comme un moyen de répondre à une telle situation.

7L’étude historique effectuée par Maman Saley précise l’importance de la ville et de son marché au cours des xviiie et xixe siècles. Situé au carrefour de plusieurs voies de commerce transsaharien, ce marché était un lieu d’approvisionnement important (Maman Saley 1993-1994). L’histoire des Etats Tsotsébaki nous révèle également que Mirria était le lieu de résidence d’un des descendants de la dynastie (Landeroin 1906-1909 ; Maman Saley 1994-1996). La poterie et le marché ne sont donc pas les secteurs qui ont directement contribué à assurer la réputation de la ville ; au contraire, ce serait plutôt la place économique et politique occupée autrefois par la ville qui aurait permis au secteur de la poterie de se développer pour atteindre l’ampleur qu’on lui connaît aujourd’hui.

8La situation géographique est un autre facteur susceptible d’entraîner le développement économique d’une localité. Mirria se situe à l’intersection de deux voies de communication goudronnées. La ville est traversée d’est en ouest par la route reliant Niamey à Diffa et, à proximité, se trouve l’axe Kano-Agadez qui passe par Zinder. L’existence de ces voies de communication facilite le contact avec l’extérieur et permet un meilleur écoulement de la marchandise. On voit ainsi, chaque jour, des chargements de poteries quitter la ville par camion ou taxi-brousse.

  • 4 L’analyse consacrée aux castes a été davantage développée dans notre mémoire. Pour la définition de (...)

9Le prix avantageux de la poterie provenant du marché de Mirria est une raison supplémentaire de son succès. Ce phénomène est la conséquence directe d’une saturation de la production, liée elle-même aux conditions d’apprentissage de l’activité. Ainsi, tout le monde a accès au savoir, quelle que soit son origine sociale ou géographique. Si la population a conscience du fait qu’un accès aussi large à l’activité a entraîné une saturation du marché et, par là, une diminution des bénéfices, rien ne semble fait, à ce stade, pour y remédier. Nous pensons qu’il pourrait y avoir ici un lien avec la religion islamique. En effet, la propagation de l’Islam a entraîné certaines transformations sociales, notamment en ce qui concerne les « castes » d’artisans ou « classes socioprofessionnelles »4. Dans la région, il existe en effet des castes de forgerons dont les femmes sont potières. À Mirria même, nous n’avons pas pu obtenir d’indications concernant ces castes. Il est possible que la religion islamique ait provoqué certaines transformations sociales à ce niveau. L’absence ou la transformation des castes aurait provoqué la disparition des mécanismes régulant l’accès à la profession. Il en résulterait, dans le contexte favorable décrit plus haut, une concurrence accrue.

10Ces nombreux facteurs constituent un premier noeud d’influences. D’autres éléments ont joué un rôle non négligeable par rapport à la fabrication et la distribution des produits. Par exemple, l’utilisation récente de peintures industrielles pour effectuer les décors, ainsi que la fabrication d’objets décoratifs modernes ont favorisé le succès de la poterie. De telles innovations sont liées à la présence de personnes étrangères. Parmi elles, on relèvera tout particulièrement des colons français installés en garnison à Mirria au début du xxe siècle et une jeune potière japonaise, qui séjourna dans la ville entre 1998 et 2001.

11L’évolution du contexte de production que nous venons de brosser à grands traits a été analysée à la lumière des travaux de trois auteurs : K. Marx, D. P. S. Peacock et C. Costin. La lecture de leurs travaux nous a permis d’engager une réflexion sur la notion d’industrie. Toutefois, il nous est toujours difficile de voir à travers ces trois références théoriques une définition stable et claire de ce qu’est une industrie et, plus concrètement, si Mirria témoigne réellement d’un tel mode de production.

12En fait, le système économique observé n’est ni totalement artisanal ni totalement industriel. Nous avons manifestement affaire à la naissance d’un mode de production particulier.

13Des recherches complémentaires permettraient une compréhension plus approfondie de la situation. Par ailleurs, l’étendue exacte de l’emprise économique de Mirria reste un point essentiel à clarifier. Il faudrait réaliser un travail de terrain plus long qui comprendrait une étude du marché en lui-même, une quantification des marchandises produites et exportées ainsi que leur suivi. Une étude comparative avec d’autres centres situés dans la région pourrait également nous éclairer.

Haut de page

Bibliographie

Costin C. L. (1991) - Craft speialization: issues in defining, documenting and explaining the organization of production, Archaeological method and theory 3, 1-58.

Gosselain O. (P.s.d) - Chaîne opératoire de la poterie en Afrique sub-saharienne : synthèse des données ethnographiques, 1-17. Université Libre de Bruxelles.

Landeroin (1906-1909) - Document scientifique de la Mission Tilho, vol 2. Paris : Imprimerie Nationale/Ministère des Colonies.

Marx K. (1924) - Le Capital : le procès de production de la production capitaliste, vol. 2. Paris : A. Costes.

Marx K. (1924) - Le Capital : le procès de production de la production capitaliste, vol. 3. Paris : A. Costes.

Marx K. (1925) - Le Capital : le procès de production de la production capitaliste, vol1. Paris: A. Costes.

Peacock D. P. S. (1982) - Pottery in Roman World: an ethnoarchaeological approach. Londres : Longman.

Saley M. (1993-1994) - Contribution à l’étude de l’histoire des Hausa : Les États Tsotsébaki des origines au xixe siècle. Thèse de Doctorat en science sociale, Université Libre de Bruxelles. 2vols.

Tamari T. (1991) - The development of Caste systems in West Africa, Journal of African History 32, p. 221-250.

Tamari T. (1993) - Relations symboliques de l’artisanat et de la musique. In Etude comparative à partir de la Caraïbe, éd. Jeux d’Identité, p. 217-234. Paris : L’Harmattan.

Tamari T. (1997) - Les castes de l’Afrique occidentale. Nanterre : Société des ethnologues.

Tamari T. (2005) - Kingship and Caste in Africa: History, Diffusion and Evoluton. In The Character of Kingship, éd. Declan Quigley, p. 141-169. Oxford et New York: Berg.

Haut de page

Notes

1 Mirria se situe dans le département de Zinder, à 20 km à l’est de cette ville, le long de la route goudronnée reliant Niamey à Diffa. Nos enquêtes se sont déroulées entre les 21 et 23 mars 2005. Nous avons bénéficié, à cette occasion, de l’aide précieuse de Monsieur Maikano, que nous tenons à remercier chaleureusement. Les données récoltées à Mirria ont été mises en perspectives avec celles que nous avons collectées en mars 2005, sous la direction d’O. Gosselain et avec l’aide de Doulla Sindy et Marie Demeuter, dans une région qui s’étend, du nord au sud, de Tanout à Djataou (à la frontière du Nigeria) et d’est en ouest, de Gangara à Gouré.

2 Jarres d’une contenance approximative de 200L.

3 Les objets décoratifs sont par exemple de petites mosquées, des pots de fleurs…

4 L’analyse consacrée aux castes a été davantage développée dans notre mémoire. Pour la définition de ce terme nous nous sommes basée sur les écrits de T. Tamari (1991 ; 1993 : 217 ; 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle De Plaen, « Dynamique des traditions céramiques dans la région de Mirria (Niger) », Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006, 140-142.

Référence électronique

Estelle De Plaen, « Dynamique des traditions céramiques dans la région de Mirria (Niger) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1484

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals