Navigation – Plan du site

Éditorial

Manuel Gutierrez
p. 9

Texte intégral

1Ce nouveau numéro de la revue Afrique : Archéologie & Arts aborde en première partie deux grandes thématiques de la recherche archéologique en Afrique : l’art rupestre et le mégalithisme.

2Le premier article est consacré à un vaste ensemble de près de 1 500 gravures rupestres localisées dans l’oasis de Dakhla, au sud de l’Égypte. Il s’agit très majoritairement de gravures représentant des animaux. Le bestiaire est varié et on distingue, entre autres, des girafes, oryx, ânes, bovins, camélidés ; dans d’autres cas la détermination est difficile, fait courant dans l’art rupestre du continent, et limitée, parfois, à de simples appellations de quadrupèdes. Du point de vue chronologique, la datation des gravures rupestres n’est pas aisée et il faut souvent se limiter à des périodes générales désignées comme Holocène, Préhistoire récente ou autres. Toutefois, en Afrique, certains animaux peuvent servir de marqueurs chronologiques. C’est le cas des camélidés et de certains équidés comme les chevaux pour ne citer que ces deux exemples. L’article est richement illustré par des photographies.

3Les trois articles suivants sont regroupés dans le cahier Mégalithes en Afrique : un passé très présent qui s’inscrit dans la continuité du numéro précédent de la revue. Le premier est consacré au mégalithisme chez les Konso d’Éthiopie étudié sous l’angle de la démocratie primitive, des classes aristocratiques et des langues est-couchitiques. En ce qui concerne le mégalithisme, l’auteur lui préfère la dénomination monumentalisme funéraire à cause, entre autres, du poids de ces pierres qui ne dépassent pas les 15 tonnes. L’auteur cherche également à interpréter les hypothèses d’A. Jensen concernant les clans aristocratiques chez les Konso. Les résultats de l’approche montrent entre autres que les tombes dédiées à des chefs guerriers dans le passé pourraient à des périodes plus récentes être destinées à des nobles, sans fonction guerrière et, dans ce sens, les observations d’A. Jensen seraient confirmées.

4Dans le deuxième article, l’auteur étudie les tombes à stèles chez les Konso, et met en relief le rapport entre pierres dressées, statues en bois et individus ensevelis. Les arguments sont largement développés ce qui permet de ne pas dissocier les morts et les structures funéraires, ni les offrandes que l’on trouve en surface mais aussi dans l’espace funéraire sous terre. Des informations très riches concernant les tombes des héros permettent d’associer des sculptures en bois, waka, au héros enterré. L’apport fondamental de l’ethnologie dans la compréhension de certains faits du passé, en particulier en archéologie funéraire, est mis en relief.

5Le cahier mégalithes s’achève par un article consacré aux stèles phalliques d’Éthiopie méridionale, abordées sous l’angle typologique et stylistique. Un corpus important d’un peu plus de 100 stèles fait l’objet de l’étude. L’auteur signale, dès le début, le rôle des pierres en question en tant que marqueurs funéraires et aussi territoriaux. L’étude du corpus montre l’existence d’au moins quatre catégories stylistiques et deux catégories morphométriques. Ces catégories seraient en rapport avec les stèles, les sites et les régions, rapports complexes et pas toujours systématiques. Fait important, les stèles en question sont liées aux morts avec la volonté de commémorer, il n’y a donc pas de dissociation entre grandes pierres gravées et individus ensevelis.

6Dans la rubrique Nouvelles d’Afrique figure un bref compte rendu de découvertes récentes dans l’ensemble archéologique Dungo, à Baia Farta, au sud de l’Angola, ensemble exploité depuis de nombreuses années par une équipe franco-angolaise de recherches archéologiques.

7Deux comptes rendus d’ouvrages suivent – l’un sur la réception des arts africains en Occident, l’autre sur des fouilles archéologiques en République de Djibouti – et deux autres de congrès qui se sont déroulés en 2018 – ceux de l’Association panafricaine d’archéologie, de préhistoire et disciplines associées (PanAf) au Maroc et du Biannual Meeting of the Society of Africanist Archaeologists (SAfA) au Canada. Le volume se termine par deux résumés de thèse et un de master.

8Bonne année à toutes et à tous, belle production scientifique et de nombreux articles qui seront les bienvenus dont notre revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Gutierrez, « Éditorial », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 9.

Référence électronique

Manuel Gutierrez, « Éditorial », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1625

Haut de page

Auteur

Manuel Gutierrez

Directeur de publication

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals