Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithes en Afrique : un passé très présent »

Introduction au deuxième volet « Pierres dressées en Afrique de l’Est »

Standing stones from Eastern Africa
Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Hamady Bocoum
p. 41-44

Résumé

Communications presented during a session dedicated to “African Megaliths: a very present past” during the SAfA meeting at Toulouse (june 2016), are here published as two thematic parts within the previous and present issues of the peer-reviewed journal “Afrique: Archéologie & Arts”. The first was about “Funerary platforms, sometimes bounded by standing stones, south of the Sahel strip”. This second parts relates to “Standing stones from Eastern Africa”.

Haut de page

Texte intégral

Carte situant les différentes contributions au cahier concernant les mégalithes en Afrique

Carte situant les différentes contributions au cahier concernant les mégalithes en Afrique

En italiques celles présentées dans le premier cahier.

© D. Dalet

  • 1 Afrique, Archéologie & Arts, 2017, 13 : 41-119.

1Des milliers de pierres dressées parsèment la Corne de l’Afrique, en particulier au sud de l’Éthiopie. Quatre contributions données lors du 23e congrès de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA) à Toulouse en 2016, pendant la session consacrée aux mégalithes africains, portaient sur cette région. À la suite d’un premier cahier publié dans le précédent numéro de la revue1, ce second volet présente deux articles concernant d’une part les stèles du sud éthiopien et d’autre part les Konso. Deux autres interventions – non transmises pour publication – réalisées par nos collègues éthiopiens concernaient les monuments du nord de l’Afar et de la région d’Axum. En revanche, un article complémentaire proposé par Roger Joussaume, apporte ici un éclairage tout à fait passionnant sur le même sujet.

2Révélées par les explorateurs dès la deuxième moitié du xixe siècle, les pierres dressées d’Éthiopie ont fait l’objet de la part d’Antonio Cecchi en 1886 d’une publication de la Società geografica italiana (Cecchi 1886). Cette même année sort l’ouvrage de Paul Soleillet (1886) Voyage en Éthiopie dans lequel l’auteur décrit des pierres dressées dans la région du Shoa. Mais il faudra attendre 1905 pour voir le compte rendu des premières fouilles effectuées par Victor Chollet et Henri Neuville (Chollet & Neuville 1905) dans le Soddo, et surtout 1931 avec la publication par le père capucin François Azaïs et Roger Chambard de l’ouvrage relatant leurs travaux (Azaïs & Chambard 1931) ; les auteurs y racontent en détail quatre missions de terrain effectuées de 1922 à 1926 en apportant des données plus précises sur ce mégalithisme original.

3La Mission française d’archéologie en Éthiopie est créée en 1955 ; elle devient le Centre français des études éthiopiennes en 1991. À partir des années soixante-dix, Francis Anfray, Roger Joussaume et leurs équipes débutent un inventaire et des fouilles dans le Soddo et le Sidamo. Ces recherches donneront lieu à plusieurs articles dans les Annales d’Éthiopie, et aux monographies sur la région du Harar et les sites de Tiya et de Tuto Fela (Joussaume 1974, 1995, 2007, 2014). Le site à stèles phalliques de Chelba Tutitti fera l’objet pour sa part de publications dans différentes revues (Joussaume et al. 2010) et communications dans des colloques. Les articles ici réunis constituent une contribution supplémentaire dans ce sens.

4Anne-Lise Goujon et ses collaborateurs éthiopiens réalisent depuis de longues années un important travail de prospection, d’inventaire et d’études sur les stèles des régions sud de l’Éthiopie : dans la dernière décennie, le nombre de sites inventoriés en territoires gédéo, sidama et oromo a grandement progressé et les études sur la morphologie des stèles, les décors de leur sommet et ceux qu’elles portent sur leur fût ainsi que leur positionnement topographique mettent en relief des aires de répartition tantôt indépendantes, tantôt se recoupant : marques d’un même fond culturel porté par des groupes affirmant de cette façon leurs singularités ou évolution diachronique de certaines techniques et décors ? Ces études novatrices utilisent les dernières techniques d’enregistrement et d’imagerie et tous les référentiels ethno-archéologiques disponibles. Par exemple, en 2018, un tournage de film chez les Gewada a permis d’enquêter sur la mise en place de stèles sur la tombe et le lieu cénotaphe d’un personnage important (fig. 1). Espérons qu’elles seront complétées dans les années à venir par de nouvelles fouilles étendues et exhaustives sur ce type de monuments, afin de cerner au mieux les acteurs de ce phénomène, les raisons d’être des grands ensembles de stèles phalliques, et de mieux les dater.

Figure 1 – Stèle de 300 kg environ, transportée sans jamais toucher terre, jusqu’au bois sacré d’un héros poqolloh gewada

Figure 1 – Stèle de 300 kg environ, transportée sans jamais toucher terre, jusqu’au bois sacré d’un héros poqolloh gewada

Elle sera dressée près de sa tombe

© J.-P. Cros

5Le débat ouvert par les contributions d’Alain Gallay et de Roger Joussaume a une portée plus générale. Il aborde principalement le rythme des changements sociaux au sein de sociétés traditionnelles africaines. En effet, les relations ethnographiques disponibles sur les Konso depuis plus de cinquante ans fournissent parfois, pour les plus anciennes, des données contradictoires avec celles sur lesquelles reposent des propositions de modèles d’anthropologie générale, appliqués ailleurs aux données archéologiques. En particulier, l’ouvrage d’A. E. Jensen publié en 1936, Im lande des Gada, décrivait une société konso hiérarchisée en deux classes, « nobles » et « roturiers », les premiers ayant des pouvoirs religieux et guerriers : ceci est en contradiction avec ce que l’on observe de nos jours.

6Le poquolla Kalla (probablement le « noble » d’A. E. Jensen) est un chef spirituel jouissant d’une grande autorité morale et coutumière sur tous les clans konso, mais son pouvoir s’arrête là. La société konso contemporaine est alors souvent présentée comme une démocratie primitive à classes d’âge, où n’existe aucune aristocratie tirant sa légitimité de fonctions guerrières et religieuses. Comment expliquer ces différences considérables apparues en si peu de temps ? Les deux articles discutent de la fiabilité de ces témoignages, de l’analyse qui en découle et de quelques pistes explicatives, avec des réponses toujours très argumentées mais parfois différentes.

7Ces trois articles sont largement complémentaires dans la mesure ou toute démarche archéologique de qualité ne peut s’affranchir ni d’une étude précise et détaillée des vestiges archéologiques, ni d’une connaissance approfondie des populations qui, aujourd’hui encore, disposent de telles pratiques, ni de modèles théoriques performants. L’usage de relations ethnographiques dans l’interprétation des vestiges archéologiques élude trop souvent une réelle critique des sources historiques, ce qui suppose toutefois une connaissance approfondie des populations concernées. Nous avons la chance pour le cas précis des mégalithes du sud de l’Éthiopie, comme pour le cas particulier des Konso, d’avoir à disposition des données ethnologiques en nombre et beaucoup d’études de terrain.

Haut de page

Bibliographie

Azaïs F. B. & Chambard R. (1931) – Cinq années de recherches archéologiques en Éthiopie. Province du Harar et Éthiopie méridionale. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

Cecchi A. (1886) – Da Zeila alle frontiere del Caffa. Roma, Ermanno Loescher & C°, Società geografica italiana, 1.

Chollet V. & Neuville H. (1905) – Note préliminaire sur des mégalithes observés dans le Soddo (Abyssinie méridionale). Bulletin de la société philomatique de Paris, 9 (7) : 86-100.

Jensen A. E. (1936) – Im lande des Gada. Wanderungen zwischen Volkstrümmern Südabessiniens. Stuttgart, Strecker und Schröder.

Joussaume R. (1974) – Le mégalithisme en Éthiopie. Monuments funéraires proto- historiques du Harar. Addis-Abeba, Ambassade de France en Éthiopie/Paris, Museum national d’histoire naturelle/CNRS.

Joussaume R. dir. (1995) – Tiya, l’Éthiopie des mégalithes. Du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique. Chauvigny, Association des publications chauvinoises, mémoire XI.

Joussaume R. dir. (2007) – Tuto Fela et les stèles du sud de l’Éthiopie. Paris, éd. Recherches sur les civilisations.

Joussaume R, Cros J.-P. & Bernard R. (2010) – Chelba-Tutitti : site à stèles phalliques du sud de l’Éthiopie. Afrique : Archéologie & Arts, 6 : 85-100. doi : 10.4000/aaa.719

Joussaume R. (2014) – Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie. Paris, éd. De Boccard / Centre français d’études éthiopiennes. Annales d’Éthiopie hors-série, 4.

Soleillet P. (1886) – Voyage en Éthiopie (janvier 1882 - octobre 1884) : notes, lettres et documents divers. Rouen, E. Cagniard.

Haut de page

Notes

1 Afrique, Archéologie & Arts, 2017, 13 : 41-119.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte situant les différentes contributions au cahier concernant les mégalithes en Afrique
Légende En italiques celles présentées dans le premier cahier.
Crédits © D. Dalet
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 1 – Stèle de 300 kg environ, transportée sans jamais toucher terre, jusqu’au bois sacré d’un héros poqolloh gewada
Légende Elle sera dressée près de sa tombe
Crédits © J.-P. Cros
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Hamady Bocoum, « Introduction au deuxième volet « Pierres dressées en Afrique de l’Est » », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 41-44.

Référence électronique

Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Hamady Bocoum, « Introduction au deuxième volet « Pierres dressées en Afrique de l’Est » », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1725

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Cros

cros.jeanpaul@sfr.fr – Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie R. Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Luc Laporte

luc.laporte@univ-rennes1.fr – UMR 6566-Creaah Université Rennes 1, Campus de Beaulieu, bât. 24, 35042 Rennes Cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Hamady Bocoum

hawab@hotmail.com – Institut Fondamental d’Afrique Noire-Cheikh Anta Diop, IFAN-UCAD, BP 206, Dakar, Sénégal

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals