Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithes en Afrique : un passé très présent »

De l’interprétation des tombes à stèles des Konso d’Éthiopie

From the interpretation of stelae tombs of Konso of Ethiopia
Roger Joussaume
p. 77-86

Résumés

La société konso du sud de l’Éthiopie, que nous percevons à travers les études de plusieurs chercheurs ayant séjourné longuement sur le terrain entre 1965 et aujourd’hui, est confrontée aux écrits d’une équipe allemande qui séjourna quelque temps chez les Konso en 1935. D’importantes différences sociales seraient survenues chez ce peuple en l’espace d’une trentaine d’années (1935-1965). Des incohérences sont alors apparues dans le texte de l’expédition d’A. Jensen au sujet du rôle des chefs coutumiers et religieux (les poqolla) et de la situation de leurs tombes signalées par F. Azaïs et R. Chambard (1931), dix ans avant le passage d’A. Jensen, aux mêmes endroits que de nos jours. Ces données, antérieures à 1935, vont dans le sens de ce qui est connu actuellement. Elles laissent planer un doute sur les assertions d’A. Jensen (1936) soutenues dans un récent article de C. Jeunesse (2016).

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Konso, mégalithe, poqolla, tombe, stèle

Index géographique :

Éthiopie/Ethiopia
Haut de page

Texte intégral

1À environ 600 km d’Addis-Abeba, au sud du lac Chamo, sur un territoire montagneux d’environ 2 300 km2, entre 1 500 et 2 000 m d’altitude, habitaient plus de 250 000 Konso en 2007. Divisés en neuf clans, ils sont répartis à l’intérieur de petites agglomérations comptant parfois plus de 3 000 habitants. Ils vivent essentiellement d’agriculture pratiquée à flanc de montagne sur des terrasses maintenues par des murs en pierre sèche. Situées sur les hauteurs, ces « villes » autonomes sont entourées d’imposants murs qui peuvent atteindre jusqu’à 7 m de haut et plusieurs mètres d’épaisseur, percés de deux ou trois entrées. L’intérieur de l’enceinte muraillée est divisé en quartiers regroupant plusieurs unités familiales dans leurs propres enclos. Dans chaque quartier se trouve une place publique (mora ; fig. 1) et une place principale sur laquelle s’élève un arbre de génération placé là pour 18 ans. On y remarque aussi de petits alignements de pierres dressées de section polygonale : les dega hela marquant des classes d’âge méritantes et les dega diruma érigées à l’occasion d’un fait valorisant collectif ou individuel (fig. 2 et 4).

Figure 1 – File de pierres dressées sur une place publique (mora)

Figure 1 – File de pierres dressées sur une place publique (mora)

© R. Joussaume

Figure 2 – Tombe de héros avec waka et pierre dressée sur une plateforme à l’entrée d’un village fortifié

Figure 2 – Tombe de héros avec waka et pierre dressée sur une plateforme à l’entrée d’un village fortifié

© R. Joussaume

La société konso étudiée depuis C.R. Hallpike en 1967 (Hallpike 1972, 2008)

2De nos jours, les Konso forment une société patriarcale et patrilocale divisée en neuf clans ayant chacun son chef rituel (poqolla), prédicateur animiste, intermédiaire entre les hommes et les puissances divines dont Wak est le dieu du ciel. En fait il existe deux types de poqolla :

  • le poqolla mulga se reconnaît à ce qu’il porte cinq bracelets au poignet droit. Chaque quartier de chaque village a son poqolla mulga. Un arbre sacré est dressé dans son enclos familial et il possède une forêt à l’extérieur de l’enceinte où il sera enterré avec sa famille.

  • les poqolla tuma ne sont que trois pour l’ensemble du territoire konso. Ils vivent isolés dans leur enclos à l’écart des villes sur lesquelles règne leur autorité et se reconnaissent au large bracelet d’argent qu’ils portent également au poignet droit. Le fils aîné hérite de la charge à la mort de son père. Le plus important des trois poqolla tuma, le kalla, est le premier personnage de la société konso. Son autorité est uniquement religieuse et coutumière dans la mesure où il fait respecter les règles traditionnelles de la société. Il n’a aucun pouvoir sur l’administration des villes au milieu de leur territoire, qui sont autonomes, dirigée par un conseil des Anciens élu, régulièrement renouvelé. Le poqolla tuma et sa femme (poqolteta) sont enterrés dans leur forêt sacrée près de leur enclos familial, mais hommes et femmes occupent deux cimetières séparés par quelques centaines de mètres.

3La société se compose d’agriculteurs (etenta) qui forment la classe supérieure, et d’artisans (hawda), classe inférieure dont les membres, sans terre, (tisserands, forgerons, potiers, tanneurs, bouchers) sont endogames. Seuls les hommes sont répartis en quatre classes d’âge selon un système complexe appelé helta. De manière très schématique nous retiendrons que les enfants n’ont aucun pouvoir ; les jeunes hommes forment la deuxième classe d’âge (hela) subdivisée en deux sub-hela. Ce sont les hommes des sub-hela qui effectuent les travaux d’entretien : murailles du village, abreuvoirs pour les animaux, aires de battage ainsi que routes et chemins qui sont des propriétés collectives. Ils veillent en particulier à la sécurité de tous et bien sûr participaient dans un proche passé encore, aux nombreuses batailles entre villes et parfois ethnies. L’initiation des hommes pour intégrer une sub-hela se fait au cours d’une cérémonie, dite kara, qui a lieu deux fois en 18 ans, au bout de 7 ans puis de 11 ans.

4Un conseil des Anciens administre la ville. Chaque quartier a également le sien. Leurs membres sont élus parmi les hommes de la classe d’âge dégagée de ses obligations guerrières et d’entretien. Le rôle du conseil des Anciens de la ville consiste à veiller au bon fonctionnement de toutes les institutions concernant la vie de la société. C’est aussi lui qui nomme, généralement pour un an, l’aba timba, littéralement le « père du tambour », emblème de l’administration traditionnelle, au pouvoir limité à la transmission des décisions prises par le conseil des Anciens, vers la classe en charge de les exécuter. La quatrième classe est formée par les vieux qui n’ont plus aucune responsabilité (pour plus de détails voir : Tornay 1972 ; Joussaume 2007, 2016 ; Joussaume & Cros 2017).

Les tombes konso

La tombe du héros

5À la mort d’un héros (hedalita) – qui se reconnaît de son vivant à ce qu’il porte une plume d’autruche sur la tête, des anneaux métalliques aux oreilles, aux bras et aux doigts, ainsi que des colliers de perles en ivoire et une clochette – une pierre (dega diruma) est érigée devant sa tombe (fig. 2). Cet homme est reconnu méritant par toute la communauté, soit parce qu’il a tué un ou plusieurs ennemis au combat – l’assassinat n’est pas considéré comme un acte héroïque, même si le mort appartient à un peuple ennemi –, soit parce qu’il a occis un lion ou une panthère, voire un buffle ou un éléphant quand il en existait encore dans la région. Ces tombes de héros sont situées sur un côté des places publiques, ou à l’entrée des villages (fig. 3), voire tout simplement dans les champs ou au bord des chemins, à la vue de tous.

Figure 3 – Statues en bois (waka) et pierre dressée sur la plateforme d’une tombe de héros

Figure 3 – Statues en bois (waka) et pierre dressée sur la plateforme d’une tombe de héros

© R. Joussaume

6La dega diruma est dressée en même temps qu’un alignement de statues en bois, les waka, mais alors que ces dernières marquent la reconnaissance de sa famille au héros, c’est celle de toute la communauté villageoise qui est indiquée par la pierre dressée (Joussaume & Métasébia 2007 ; Joussaume 2016). Les statues en bois (waka), peintes en rouge – mélange de sang, de terre et de beurre –, hautes de 1 m à 1,50 m au-dessus du sol, sont alignées par groupes plus ou moins importants sur la tombe même du valeureux défunt (fig. 4, 5a, b).

Fig. 4 – Alignement de waka sur la tombe d’un héros

Fig. 4 – Alignement de waka sur la tombe d’un héros

Photo : F. Azaïs, 1931 : pl. LXXXVII-2

7Le personnage central représente le héros. Il se reconnaît par sa haute stature, son sexe proéminant, des rangées de colliers représentant ceux en ivoire qui, de son vivant, marquaient son statut social de héros, des bracelets ainsi qu’une coiffure sur le devant de laquelle se dresse un objet en forme de phallus, le helecha ou kalasha (Joussaume et al. 2010 : fig. 4). Ce symbole, marque de dignité et de puissance, n’est autorisé au héros que s’il a atteint la génération des Anciens. Un héros décédé trop jeune ne peut le porter sur le waka qui le représente sur sa tombe.

8À côté de la statue du héros se dressent celles de ses femmes (ou plus rarement de son unique femme) aux seins pendants. Sa première femme se tient à sa droite, la seconde à sa gauche et les autres à la suite de part et d’autre. Sur la même ligne, d’autres personnages sans sexe sont autant d’ennemis tués au combat et émasculés par le héros. Ils ne portent aucun attribut particulier (fig. 4).

9Des lances et un bouclier représentent les armes du héros alors que des animaux sauvages plus ou moins stylisés, taillés dans des branches d’arbres et placés sur le sol devant la ligne des personnages, sont ceux tués par le héros (lions, léopards, crocodiles, buffles, éléphants, singes etc.). Enfin, au pied du défunt, de petites pierres dressées, de différentes hauteurs jusqu’à une trentaine de centimètres, indiquent le nombre et la taille des terrains qu’il possédait (fig. 5a).

Fig. 5 – Tombe d’un héros

Fig. 5 – Tombe d’un héros

a – waka et pierres dressées de différentes tailles (photo : F. Azaïs, 1931 : pl. lxxxiii-1) ;
b – waka, bouclier et lances sur la plateforme (photo : F. Azaïs, 1931 : pl. lxxxiv-1) ;
c – restitution théorique d’une tombe konso (R. Joussaume)

10La pierre qui sera dressée sur la tombe du héros est donnée aux utilisateurs par les propriétaires des carrières (fig. 6) dans le cadre d’échanges de réciprocité. Son transport depuis la carrière jusqu’à l’endroit de son érection représente quelques heures de marche dans la montagne. Le polyèdre basaltique, dont le poids varie de 2 à 5 ou 6 tonnes, posé sur un brancard fait de branches d’arbres croisées, est porté par une trentaine de personnes qui se relaient fréquemment sans que jamais le bloc ne touche terre (Métasébia Békélé 2007). N’oublions pas que cette pierre est l’offrande de tous les habitants de la ville au héros et non celle de la famille dont la seule charge est de faire élaborer les waka.

Figure 6 – Carrière de colonnes basaltiques utilisées comme pierres dressées

Figure 6 – Carrière de colonnes basaltiques utilisées comme pierres dressées

© R. Joussaume

11Les sculpteurs de waka appartiennent à la classe des agriculteurs (etenta) qui est la classe dominante. La famille du héros décédé fournit le bois nécessaire à la fabrication. D’après un sculpteur de waka qui pratiqua son art pendant une quarantaine d’années, il faut compter de vingt à trente jours pour sculpter l’effigie du héros, celles de deux femmes, de deux hommes tués par le héros, de ses armes ainsi que d’un animal sauvage. Pendant tout ce temps le sculpteur est nourri par la famille du mort. Pour son travail, il peut être payé soit en espèces, soit en nature. Le coût total s’élève à environ 5 €, ce qui n’est pas vraiment une fortune pour une famille qui veut honorer son héros, d’autant qu’il peut s’être passé pas mal d’années entre les faits héroïques et la mort de leur auteur (Métasébia Békélé 2007 : 136-142).

La tombe du chef religieux

12Les coutumes funéraires liées au héros marquent la reconnaissance collective par la pierre dressée sur sa tombe, et la reconnaissance familiale par l’alignement de statues en bois placées en arrière de la pierre. Elles sont différentes pour un chef coutumier, le poqolla tuma, dont la tombe est creusée dans la forêt où il rejoint ses ancêtres qui l’ont précédé dans la fonction. À sa mort, le corps d’un poqolla, qui est encore considéré comme malade, est pris en charge par des membres de la classe des artisans et installé dans une petite hutte circulaire. Là, il sera embaumé après qu’on lui ait enlevé les viscères ensuite déposées dans une poterie. Il sera progressivement momifié (fig. 7).

Figure 7 – Poqolla tuma momifié

Figure 7 – Poqolla tuma momifié

Photo : Métasébia Békélé 2002

13Jusqu’à récemment, il fallait attendre neuf ans, chiffre en rapport avec les neuf clans konso, avant de faire connaître officiellement la mort du poqolla tuma. On peut alors procéder à son inhumation dans une cellule latérale aménagée au fond d’un puits circulaire qui peut atteindre plusieurs mètres de profondeur. Le corps est descendu à l’aide d’une très longue corde de fibres végétales dont l’autre extrémité est attachée à sa statue en bois (waka) plantée dans le haut du puits comblé de la tombe (fig. 8a et b). Le monde des morts, souterrain, reste ainsi relié à celui des vivants sur terre. À côté du waka représentant le poqolla tuma décédé, est dressé un bâton annelé dont chaque élément marque un des neuf clans. Il signale l’autorité du personnage le plus haut placé dans la hiérarchie, chef spirituel de l’ensemble des Konso. Un second bâton annelé indique par ses anneaux le nombre de poqolla disparus depuis qu’existe l’institution (fig. 8b). Le décompte de ces anneaux, comme celui des pierres de classes d’âge d’un même village, qui toutes portent un nom, permet de penser que le peuple konso s’est ainsi organisé il y a environ 5 à 600 ans, rejoignant les dates les plus récentes obtenues pour les sites à stèles fouillés dans le sud de l’Éthiopie, Tiya et Tuto Fela en particulier (Joussaume 1995, 2007). Les traditions konso de dresser des pierres à certaines occasions semblent donc être, avec leurs particularités respectives, dans le prolongement de coutumes qui existaient déjà régionalement.

Figure 8 – Tombe du poqolla tuma Wolde Dawit

Figure 8 – Tombe du poqolla tuma Wolde Dawit

© Roger Joussaume

14La poterie contenant les viscères du poqolla accompagne le mort dans sa tombe. De plus, si au cours du creusement du puits funéraire, des ossements humains sont rencontrés, ils sont rassemblés et déposés dans la cellule funéraire à côté du poqolla qui, assis, les mains jointes, regarde du côté opposé à son enclos. La femme d’un poqolla tuma est également enterrée dans la même forêt sacrée mais dans le cimetière des femmes. Une statue à son effigie sera dressée sur sa tombe (fig. 9).

Figure 9 – Waka sur la tombe d’une femme de poqolla tuma

Figure 9 – Waka sur la tombe d’une femme de poqolla tuma

© R. Joussaume

La société konso au début du xxe siècle

  • 1  DEA et thèse sous ma direction ce qui me conduisit à effectuer plusieurs voyages en pays konso pen (...)

15Tout ce que nous venons d’écrire est le résultat grandement résumé de la compilation de travaux d’ethnologues et d’archéologues qui se sont intéressés à ce peuple depuis le milieu des années soixante du siècle dernier – en particulier C.R. Hallpike (1972, 2008), qui vécut vingt mois au milieu des Konso en 1967-1968, Toru Shinohara (1993) qui y séjourna quatre mois en 1992, et Métasébia Békélé, dont une quinzaine d’années d’études du peuple qui l’a adopté le conduisirent à soutenir un DEA et une thèse de doctorat (Métasébia Békélé 2007)1. Cependant, aucun de ces auteurs n’avait consulté de manière approfondie l’ouvrage, en langue allemande, d’A. Jensen (1936). Celui-ci mena son enquête au cours de trois semaines passées en territoire konso en 1935. Ce travail de lecture a récemment été effectué par Christian Jeunesse et ses commentaires furent publiés en 2016. Son apport est assez surprenant tant l’organisation sociale et les pratiques funéraires des konso paraissent s’être modifiées en une trentaine d’années, entre le séjour d’A. Jensen en 1935 et celui de C.R. Hallpike en 1967-68.

16Selon les dires d’A. Jensen, la société konso, en 1934, était divisée en deux classes : les nobles appelés bogolla (équivalent de poqolla), et les roturiers qui formaient le reste de la population. Rien n’est dit de la division des roturiers en agriculteurs et artisans. Par ailleurs, les prêtres (bogalla), dont le classement en mulga et tuma n’est pas reconnu, formaient cette noblesse. Notons que ce terme de « prêtre » était déjà employé dix ans plus tôt par F. Azaïs et R. Chambard (1931) et rien n’indiquait dans les propos de ces deux explorateurs que ces prêtres aient formé la classe des nobles. Toujours selon A. Jensen, les bogolla habitaient hors des villes et auraient possédé tous les pouvoirs tant politiques que religieux. À leur mort, ils étaient enterrés dans leur propriété alors que des monuments, faits d’un alignement de statues en bois sur une plateforme quadrangulaire limitée par un mur en pierre sèche, étaient aménagés en leur honneur au bord des places publiques (dites places cérémonielles) ou aux entrées des villages dans leurs enceintes muraillées. Ces plateformes surmontées de statues en bois ne marquaient donc pas des tombes contrairement à ce qu’elles sont aujourd’hui et ce qu’elles étaient déjà du temps de F. Azaïs en 1925 (Azaïs et Chambard 1931), soit 10 ans avant le passage de l’expédition allemande. Il y a évidemment là une anomalie inexpliquée.

17Nous remarquerons cependant que, peu après le séjour de C.R. Hallpike chez les Konso, le journaliste suisse G. Gerster nous dit : « Les statues de bois honorant les morts illustres sont presque toutes purement commémoratives. On les trouve par groupes à la sortie des villages, aux croisées des chemins, en bordure des places de réunions et de fêtes, éloignées des lieux de sépultures… Occasionnellement, un menhir, pierre de virilité, vient compléter le groupe des personnages de bois » (Gester 1974 : 279-282). Quel crédit pouvons-nous porter à ce témoignage quand on sait que les pierres dressées devant les waka ne sont ni des pierres de virilité, ni occasionnelles, et que rien ne nous est dit de ce que sont ces morts illustres (héros/poqolla) ? Les informations de G. Gester ont probablement été puisées dans l’ouvrage d’A. Jensen.

18Mais revenons aux nobles définis par ce dernier. Ils représentent au plus quelque centaines de personnes en comptant les deux types de poqolla reconnus aujourd’hui, ceux qui habitent dans les villes (un poqolla mulga par quartier) et ceux qui habitent à la campagne (les trois poqolla tuma). Tous les poqolla, selon les dires de l’auteur, vivaient individuellement dans la nature alors que les roturiers, environ 60 000 au début du xxe siècle, étaient regroupés dans les villages à l’abri de puissantes murailles. Cette organisation de l’habitat ferait que les chefs de guerre n’auraient eu aucune protection de leur lieu de vie. Ceci peut se comprendre pour les trois chefs religieux respectés de tous les konso du territoire, comme il en est de nos jours de l’actuel poqolla tuma, premier chef spirituel qu’il est interdit de tuer. Il est difficile d’imaginer que cet interdit ait concerné un poqolla à la fois chef politique et chef de guerre. En effet, on imagine mal qu’un tel personnage ait vécu dans une résidence très peu protégée alors que le peuple vivait à l’intérieur de forteresses. On se trouve ici devant une incohérence dans le récit d’A. Jensen.

19De nos jours, cette division nobles / roturiers n’existe pas et seuls les poqolla tuma vivent à l’extérieur des villages près de leur bois sacré, alors que les poqolla mulga, dont ne parle pas A. Jensen, sont établis avec le reste de la population dans les enceintes fortifiées.

20Tous les monuments à statues en bois se référaient donc, selon A. Jensen, à des poqolla enterrés ailleurs et seuls quelques valeureux guerriers ayant accompli des exploits particuliers, auraient parfois eu droit à l’honneur des statues en bois (waka).

21Aujourd’hui les poqolla tuma sont enterrés dans leur forêt proche de leur habitat hors des villes et avec un seul waka qui le représente (fig. 8 a et b) alors que les héros ont leurs tombes au bord des places, à l’entrée du village ou le long des chemins, surmontées d’une plateforme qui supportent les waka et la pierre de mérite. On remarquera que cette pierre de mérite dressée devant la ligne de statues en bois, actuellement signe de reconnaissance de toute la population envers le valeureux héros, n’est pas reconnue par A. Jensen alors que nous la trouvons sur des photographies prises dix ans plus tôt par F. Azaïs et R. Chambard qui ne séjournèrent que deux jours en pays konso en 1925 (Azaïs & Chambard 1931 : pl. lxxxiii-1, lxxxv-3, lxxxvi-1, et 2, lxxxvii-1 et 2). Lors de leur passage, ils notèrent la présence de « tombeaux en cimetières ou le long des routes » où des statues en bois surmontaient les sépultures.

  • 2 Elles rappellent celles que nous avons découvertes sur une stèle phallique du tumulus fouillé sur l (...)

22A. Jensen rapporte aussi qu’en ces temps anciens, l’ensemble des statues en bois pouvait être remplacé par une ligne de pierres dressées dont la plus haute au centre représentait le poqolla, sans faire de différence entre mulga et tuma. On remarquera avec intérêt que selon l’auteur, ces stèles supportaient des lignes parallèles peintes2.

  • 3 Voir à ce sujet le musée konso, à Karat-Konso, créé par le musée du quai Branly - Jacques Chirac à (...)

23Qu’en est-il de ces files de pierres dressées ? Nous en avons rarement vu dressées ou chutées, au cours de nos différents déplacements en territoire konso. Auraient-elles été détruites ? Cela paraît peu probable quand on sait que pour les statues en bois, qui seraient l’équivalent des lignes de pierres dressées, la coutume interdit de les déplacer ou de les replanter dans le sol3. Elles doivent pourrir sur place avant leur disparition naturelle complète. Il est possible que le même interdit ait existé au sujet des pierres dressées, comme c’est le cas chez les Géwada du territoire voisin où les pierres chutées dans une file de pierres dressées restent à l’emplacement où elles sont tombées (fig. 10). L’exemple photographié par A. Jensen (1936 : fig. 35) paraît relativement récent puisque le bâton annelé qui accompagne les pierres dressées est en parfait état de conservation, à moins qu’il ait été ajouté récemment.

Figure 10 – File de pierres dressées chez les Géwada, dont chacune représente un homme du clan décédé

Figure 10 – File de pierres dressées chez les Géwada, dont chacune représente un homme du clan décédé

Les pierres ne sont pas redressées après leur chute.

© R. Joussaume

24La consultation de nos photographies prises au cours des vingt dernières années a conduit à retrouver quelques clichés d’un lieu de « sépultures en cimetière », comme les appelait F. Azaïs, qui nous avait troublé. Les tombes étaient marquées par des waka en bois pour la plupart tombés en poussière alors que sur quelques autres se dressaient des pierres alignées. Sur le cliché que nous présentons (fig. 11), quelques pierres dressées seules accompagnent des restes d’alignements de waka en bois, il s’agit donc de pierres de mérite, mais deux d’entre elles (la plus rapprochée et la plus éloignée à droite sur le cliché) sont liées à des lignes de pierres dressées qui comportent des restes d’éléments en bois. L’un de ces éléments en bois est un bâton annelé qui compte neuf anneaux en rapport avec les neuf clans qui composent le peuple Konso. Nous sommes ici dans une configuration semblable à celle de la photo d’A. Jensen mais nous ne savons rien de l’âge de ces monuments de pierre, en dehors du fait que dans les deux cas, l’état de relative fraîcheur des bâtons annelés indique qu’ils ne sont pas très anciens et supposés contemporains des waka en bois. Rien n’est connu de ces monuments qui, comme le souligne C. Jeunesse (2016), pourraient représenter une version ancienne en pierre de ceux à stèles en bois. Cette hypothèse est particulièrement intéressante dans le cadre d’une filiation avec des peuples à pierres dressées du sud de l’Éthiopie des xe-xve siècles de notre ère, filiation déjà envisagée par les pierres de mérite dressées par les Konso.

Fig. 11 - Groupe de tombes dans un village konso dont certaines sont signalées par des lignes de pierres dressées accompagnées d’éléments en bois

Fig. 11 - Groupe de tombes dans un village konso dont certaines sont signalées par des lignes de pierres dressées accompagnées d’éléments en bois

© R. Joussaume

Conclusion

25Trois principaux moments d’observation des populations konso du sud de l’Éthiopie nous sont connus : visites de F. Azaïs et R. Chambard en 1925, d’A. Jensen et son équipe en 1935 et de plusieurs autres entre 1967 (C.R. Hallpike : 1972 et 2006) et nos jours (Métasabia Békélé : 2007).

26Des divergences de comportement social des Konso sont apparues entre ces trois présentations qui ont conduit Christian Jeunesse (2016), à se poser des questions sur cette situation à partir de l’ouvrage d’A. Jensen (1936). Elles l’ont amené à émettre l’idée qu’un changement de société s’est opéré au début du xxe siècle de notre ère qu’il met en rapport avec une forte emprise du pouvoir central éthiopien à cette époque. Avant la colonisation des territoires du sud par Ménélik ii à la fin du xixe siècle, le pouvoir chez les Konso aurait été entre les mains d’un seul homme, un poqolla. Sous la pression du pouvoir central éthiopien, la société actuelle konso, « démocratie primitive » d’A. Gallay (2016), se serait mise en place progressivement à partir de cette époque. Cette hypothèse paraissait tout à fait envisageable. Toutefois il nous est apparu, à travers ce que nous savons des rapports des différentes missions, qu’avant de discuter des raisons qui auraient conduit aux différences observées entre les rapporteurs des années trente et ceux des années soixante à deux mille dix, il était utile de s’assurer de l’existence réelle de ces différences au cours des ans.

27Les propos et surtout les photographies de F. Azaïs et R. Chambard (1931) en particulier, contredisent les observations d’A. Jensen (1936) en ce qui concerne les tombes des poqolla et des héros. En effet celles-ci se trouvent aux mêmes endroits de nos jours comme au temps de F. Azaïs et R. Chambard. Ce constat semble indiquer que les membres de l’expédition Jensen en 1935 n’ont pas suffisamment vérifié le bien-fondé des renseignements qu’ils ont recueillis auprès de la population.

Haut de page

Bibliographie

Azaïs F. & Chambard R. (1931) – Cinq années de recherches archéologiques en Ethiopie. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

Corson S., Cros J.-P., Joussaume R. & Bernard R. (2015) – Gravures et peintures sur les stèles phalliques du site de Chelba-Tutitti en pays Gédéo (Éthiopie). 3e colloque international sur la statuaire mégalithique, Saint-Pons de Thomière (2012) : 51-66.

Gallay A. (2006) – Les sociétés mégalithiques. Pouvoir des hommes, mémoire des morts. Lausanne, éd. Presses polytechniques et universitaire romandes, Le savoir suisse, 37.

Gallay A. (2016) – Monumentalisme et populations de langue est-couchitique en Ethiopie. 1 – Une approche anthropologique ; 2 – Une approche historique. In : C. Jeunesse, P. Le Roux et B. Boulestin (dir.), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées, Oxford, Archaeopress Archaeology: 191-243.

Gerster G. (1974) – Les monuments funéraires des Arussis et des Konsos. Éd. Atlantis : 279-282.

Hallpike C.R. (1972) – The Konso of Ethiopia. Londres, Author House.

Hallpike C.R. (2008) – The Konso of Ethiopia. Revised Edition, Bloomington, Indiana, USA.

Jensen A.E. (1936) – Im Lande des Gada. Stuttgart, Strecker und Schröder.

Jeunesse C. (2016) – Une expédition allemande chez les Konso en 1934-1935. Présentation de l’ouvrage « Im Lande des Gada » de A. E. Jensen, Stuttgart 1936. In : C. Jeunesse, P. Le Roux et B. Boulestin (dir.), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées, Oxford, Archaeopress Archaeology: 181-189.

Joussaume R. dir. (1995) – Tiya. L’Éthiopie des mégalithes. Du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique. Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises, xi.

Joussaume R. dir. (2007) – Tuto Fela et les stèles du sud de l’Ethiopie. Paris, éditions Recherche sur les civilisations.

Joussaume R. (2016) – Sites anciens à stèles et sociétés mégalithiques récentes de la Rift Valley éthiopienne. In : C. Jeunesse, P. Le Roux et B. Boulestin (dir.), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées, Oxford, Archaeopress Archaeology: 245-268.

Joussaume R. & Cros J.-P. (2017) – Mégalithes d’hier et d’aujourd’hui en Éthiopie. Arles, Éd. Errance.

Joussaume R., Cros J.-P. & Bernard R. (2010) – Chelba-Tutitti : site à stèles phalliques du sud de l’Éthiopie. Afrique : Archéologie & Arts, 6 : 85-100. DOI : 10.4000/aaa.719

Joussaume R. & Métasébia Békélé (2007) – Les Konso et les Géwada. In : R. Joussaume (dir.), Tuto Féla et les stèles du sud de l’Éthiopie, Paris, éditions Recherche sur les civilisations : 238-255.

Métasébia Békélé (2007) – Pierres dressées et coutumes funéraires dans les sociétés Konso et Géwada du sud de l’Éthiopie. Paris, thèse de doctorat de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Nguyen Huu Giao F.-A. (2010) – Rencontre avec les Konso ce peuple de l’aurore, et visite de leur tout jeune musée. Tribal Arts, 58:110-115.

Shinohara T. (1993) – The Symbolic Meaning of the Pot on the Roof - The Case Study of the Konso in Southern Ethiopia. Japan Association of the Nilo-Ethiopian Studies, 1: 57-73.

Tornay S. (1972) – Compte-rendu de R. Hallpike, The Konso of Ethiopia. A Study of the Values of a Cushitic People. L’Homme, 12 (3) : 133-138.

Haut de page

Notes

1  DEA et thèse sous ma direction ce qui me conduisit à effectuer plusieurs voyages en pays konso pendant près de vingt ans. Je me suis appuyé sur les travaux de Métasébia et des voyages personnels pour écrire cet article.

2 Elles rappellent celles que nous avons découvertes sur une stèle phallique du tumulus fouillé sur le site de Chelba-Tutitti en pays Gédéo (Joussaume et al. 2010 ; Corson et al. 2016).

3 Voir à ce sujet le musée konso, à Karat-Konso, créé par le musée du quai Branly - Jacques Chirac à Paris (Nguyen Huu Giao 2010)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 1 – File de pierres dressées sur une place publique (mora)
Crédits © R. Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 2 – Tombe de héros avec waka et pierre dressée sur une plateforme à l’entrée d’un village fortifié
Crédits © R. Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 3 – Statues en bois (waka) et pierre dressée sur la plateforme d’une tombe de héros
Crédits © R. Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 4 – Alignement de waka sur la tombe d’un héros
Crédits Photo : F. Azaïs, 1931 : pl. LXXXVII-2
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 5 – Tombe d’un héros
Légende a – waka et pierres dressées de différentes tailles (photo : F. Azaïs, 1931 : pl. lxxxiii-1) ; b – waka, bouclier et lances sur la plateforme (photo : F. Azaïs, 1931 : pl. lxxxiv-1) ; c – restitution théorique d’une tombe konso (R. Joussaume)
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 6 – Carrière de colonnes basaltiques utilisées comme pierres dressées
Crédits © R. Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 7 – Poqolla tuma momifié
Crédits Photo : Métasébia Békélé 2002
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 8 – Tombe du poqolla tuma Wolde Dawit
Crédits © Roger Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 9 – Waka sur la tombe d’une femme de poqolla tuma
Crédits © R. Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 10 – File de pierres dressées chez les Géwada, dont chacune représente un homme du clan décédé
Légende Les pierres ne sont pas redressées après leur chute.
Crédits © R. Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 11 - Groupe de tombes dans un village konso dont certaines sont signalées par des lignes de pierres dressées accompagnées d’éléments en bois
Crédits © R. Joussaume
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1769/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Joussaume, « De l’interprétation des tombes à stèles des Konso d’Éthiopie », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 77-86.

Référence électronique

Roger Joussaume, « De l’interprétation des tombes à stèles des Konso d’Éthiopie », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1769 ; DOI : 10.4000/aaa.1769

Haut de page

Auteur

Roger Joussaume

joussaume.r@orange.fr – 7 rue Magenta, 85000, La Roche-sur-Yon, France

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals