Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithes en Afrique : un passé très présent »

Des pierres phalloïdes par milliers en Éthiopie méridionale

Nouvelles perspectives de recherche
Thousands of phallic stones in southern Ethiopia: new research perspectives
Anne-Lise Goujon
p. 87-104

Résumés

La question des stèles phalliques érigées sur les contreforts orientaux de la vallée du Rift, dans les régions Sidama, Gedeo et Guji, est approfondie dans cet article. Des fouilles archéologiques dirigées par R. Joussaume suggèrent que ces sites seraient faits de l’accumulation de stèles mémorielles autour d’une tombe initiale. Cette hypothèse peut être discutée, et ce phénomène étudié, au regard de la diversité des sites et des stèles phalloïdes plusieurs fois mentionnées. Une base de données documentant 39 sites à stèles phalliques situés en territoire gedeo sert à examiner ces monuments au travers d’une approche typologique et stylistique. L’étude détaillée de la répartition des singularités régionales révèle un phénomène moins homogène qu’il n’y paraît de prime abord. Elle permet de questionner la variabilité socio-culturelle de cette société ancienne et ouvre de nouvelles perspectives de recherches relatives à la logique d’implantation de ce phénomène mégalithique dans le paysage des contreforts de la vallée du Rift.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Éthiopie/Ethiopia, Rift, Sidama, Gedeo, Guji
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Terme employé localement pour désigner ces stèles. Sa racine se retrouve dans le nom de nombreuses (...)

1Parmi la diversité des pierres dressées de l’Éthiopie méridionale, des milliers de mégalithes appartiennent au type phalloïde. Ces stèles ou sodo1 longtemps rangées sous la seule et même étiquette de « colonnes », « stèles phalliques » ou « pierres phalloïdes » – se trouvent en très grand nombre sur les contreforts orientaux de la vallée du Rift, et dispersées au sud des contreforts occidentaux. À l’est de la vallée, ces monolithes se situent au cœur de l’ancienne région impériale nommée Sidamo, aujourd’hui Sidama, Gedeo et Guji. Cent vingt-sept sites à stèles phalliques ont été enregistrés à ce jour sur un territoire long de 140 km du nord au sud et large de 50 km.

2Les fouilles du site de Chelba-Tutitti ont suggéré que les stèles phalloïdes ne sont pas strictement associées à des sépultures, mais organisées autour de tertres bas qui pourraient être funéraires et qui ont pu initier le fonctionnement de ces grands sites à stèles (Cros 2016 : 178). Celles-ci auraient une fonction commémorative basée sur un rite funéraire primordial, celui de la « mémoire des morts » (Gallay 2016). Le « pouvoir des vivants » serait exprimé dans la quantité de monolithes installés autour de cette tombe, donnant à l’ensemble son caractère monumental. R. Joussaume (2013) a récemment comparé ce mégalithisme à celui du sud du pays et du nord du Kenya où des files de pierres sont également présentes. Avant lui, H. Wohlenberg avait établi un parallèle entre ces stèles, les Akwanshi du Nigeria, et les monolithes situés dans la boucle du Niger, en raison de leur forme phalloïde commune (Anfray 1982 : 123). Les cent cinquante pierres phalliques du plus grand site de Tondidarou au Mali – autour duquel gravitent quelques sites mineurs dans un rayon de 50 km –, associées à aucune sépulture, présentent une grande variété de motifs gravés (Person et al. 1991 ; Dembélé 1993).

3Le phénomène mégalithique éthiopien a été daté grâce aux recherches conduites sur le site de Tuto Fela, où les stèles phalliques sont réemployées pour la réalisation de stèles anthropomorphes. Les cairns à stèles anthropomorphes se situent dans une région circonscrite au centre-est du territoire des stèles phalliques (fig. 1). Ces dernières y sont réutilisées dans des pratiques funéraires nouvelles et évolutives. À Tuto Fela, les fouilles ont démontré que la réutilisation des stèles phalliques sert à marquer des tombes en puits mais également à façonner la majorité des stèles anthropomorphes associées aux sépultures du cairn (Joussaume 2007, 2012). Ces différentes réutilisations indiquent que les stèles phalliques seraient à l’origine antérieures au xiie-xiiie siècle (Joussaume & Cros 2017 : 237).

Figure 1 – Distribution des sites à mégalithes en pays gedeo avec, pour chacun des sites à stèles phalliques documentés, la représentation des spécificités typologiques du site et morphométriques des stèles

Figure 1 – Distribution des sites à mégalithes en pays gedeo avec, pour chacun des sites à stèles phalliques documentés, la représentation des spécificités typologiques du site et morphométriques des stèles

© A.-L. Goujon

4Les stèles phalliques soulèvent ainsi de nombreuses questions, relatives à leur fonction initiale comme à l’histoire de leur réemploi. Notre propos est d’apporter ici des éléments de réflexion à partir de leur étude typologique, afin d’approfondir les observations de F. Anfray qui décrit succinctement ces stèles phalloïdes qui peuvent être isolées ou en vastes groupes… [aux dimensions variables] particulièrement volumineuses dans la région de Yirga Chefe, hautes dans la région de Wanego (Anfray 1982 : 125). La région considérée est celle du Gedeo. Elle a fait l’objet de plusieurs prospections et abrite le seul site à stèles phalliques fouillé : Chelba-Tutitti (Joussaume et al. 2010 ; Joussaume & Cros 2017 : 88).

5Une approche typologique des stèles et de leur répartition territoriale doit permettre de discuter de la signification de la variabilité avérée, fonctionnelle versus culturelle, synchronique versus diachronique.

État des lieux après un siècle de prospections

6En 1931, les milliers de colonnes du Sidamo sont révélées à la communauté scientifique grâce à l’ouvrage de F. Azaïs et R. Chambard (1931) consacré au patrimoine archéologique et culturel éthiopien. Lors de deux missions menées au cœur de la province impériale du Sidamo, en 1925 et 1926, ces auteurs visitent une trentaine de sites à stèles (Chekroun 2011 ; Cros 2016) et considèrent qu’ils sont si nombreux que leur dénombrement est pour le moment impossible (Azaïs & Chambard 1931 : 235). Près d’un siècle plus tard, ce travail patrimonial n’est toujours pas achevé : les limites du phénomène restent indéterminées ainsi que celles du territoire qu’occupaient ces sociétés anciennes, assez organisées et prospères pour bâtir un tel ensemble. Ce sont pourtant plusieurs équipes de scientifiques qui s’y sont intéressées au cours du xxe siècle et ont, par leurs travaux, à la fois alerté les autorités quant à la valeur de ce patrimoine et contribué à établir un inventaire des sites.

  • 2 Nom précédemment employé pour désigner le territoire du Gedeo et sa population.

7Une première équipe allemande, constituée d’ethnographes et conduite par A. Jensen, arrive en pays darassa2 le 5 décembre 1934. Une description détaillée des sites à stèles découverts dans le sud éthiopien est donnée par H. Wohlenberg dans l’ouvrage Im Lande des Gada (Jensen 1936). Le récit de l’expédition dans cette région est illustré d’une carte de leur itinéraire où apparaît la vingtaine de sites à stèles visités (Ibid : 99, 448-483). Une seconde cartographie est établie par F. Anfray qui, à l’aube des années quatre-vingt, documente trente-quatre sites à stèles phalliques, répertoriant les gravures présentes sur les stèles dont on ne sait pas si elles sont réellement à attribuer aux auteurs des pierres phalloïdes (Anfray 1982 ; Corson et al. 2015). Cette recherche est ensuite poursuivie par R. Joussaume à partir des années quatre-vingt-dix. Après avoir grandement contribué à la connaissance du mégalithisme dans le Harar et sur les contreforts occidentaux de la vallée du Rift (Anfray et al. 1983 ; Joussaume 1995, 2014), R. Joussaume et son équipe documentent à leur tour douze « nouveaux » sites à stèles phalliques, mais surtout entreprennent des fouilles sur les sites de Tuto Fela et de Chelba-Tutitti, de 1993 à 2011.

8Les stèles anthropomorphes de Tuto Fela sont associées à un large cairn funéraire employé du xiie au xve siècle. Un cimetière fait de tombes en puits profonds se trouvait en dessous ; les tombes étaient marquées de colonnes qui, à l’instar des mégalithes anthropomorphes, apparaissent pour la plupart réemployées et provenant d’un site à stèles phalliques érigées antérieurement sur ce même promontoire. Fouilles et sondages à Chelba-Tutitti ont livré des éléments comparables aux recherches conduites par F. Azaïs et R. Chambard sur le site de Waheno, au Sidama. D’une part, les stèles phalliques ne sont pas directement associées à des tombes ; d’autre part les fouilles des tertres situés au nord des sites ont révélé la présence d’une fosse contenant, dans les deux cas, des restes osseux indéterminés, une ou plusieurs haches polies, des outils en obsidienne et quelques tessons de céramique dont la contemporanéité avec ces derniers reste à attester. Ainsi, l’hypothèse principale émise à ce jour par R. Joussaume et J.-P. Cros (2017 : 107) est que ces sites seraient le résultat de l’accumulation de stèles commémoratives érigées à proximité d’une structure funéraire antérieure à la mise en place de la grande majorité des stèles.

  • 3 Bezuhayehu Lakew & Minase Girma (1997) – A field survey and registration report on tangible heritag (...)
  • 4 Abebe Mengistu & Habtamu Tesfaye (2013) – Gedeo Megalithic Sites Archeological Survey. Addis-Abeba, (...)

9À partir des années quatre-vingt-dix, l’inventaire est complété par les autorités éthiopiennes : une quarantaine de sites à stèles phalliques sont enregistrés au Sidama par Bezuayehu Lakew et Minasse Girma3 ; au Gedeo, dix-huit sites sont recensés par Habtamu Tesfaye et Abebe Mengistu4.

  • 5 Goujon A.-L. (2013) – Mégalithes en pays Gedeo. Lyon, mémoire de master de l’université de Lumière (...)

10En 2013, Sintayehu Gobezie et nous-même avons conduit au Gedeo une prospection aboutissant à l’inventaire de vingt-six sites, dont dix-sept inconnus, découverts grâce aux indications de la population locale5.

Approche des sites à stèles phalliques du Gedeo

11Notre corpus n’est constitué que de 39 des 46 sites à stèles phalliques recensés en pays gedeo. Il existe effectivement sept sites connus de l’inventaire, mais non localisés et non documentés : cinq mentionnés par les autorités de la culture et du tourisme régional et deux visités par F. Anfray. Les sites non documentés durant nos prospections ont été renseignés dans la base de données grâce aux travaux précédemment cités.

12Les données descriptives enregistrées sont les suivantes : sources de l’inventaire, coordonnées géographiques, altitude, état de conservation, situation topographique, nombre de stèles (intactes, à terre, ainsi que nombre de fragments), dimensions du site, organisation spatiale des stèles et des structures, format général des stèles et dimensions des plus remarquables, section des fûts, présence de signe gravé et spécificités du caractère phallique.

13La méthodologie de classification s’est faite en croisant des données quantitatives et qualitatives. Elle aboutit à des typologies renvoyant à trois échelles d’observation :

  1. une typologie des sites élaborée à partir d’une approche quantitative des stèles par rapport à la surface qu’elles recouvrent ;

  2. une typologie morphométrique réalisée grâce aux dimensions proportionnelles des stèles (hauteur sur diamètre) ;

  3. une typologie stylistique issue de l’examen des motifs sculptés donnant aux stèles leur caractère phallique.

14La classification des sites et des stèles selon leurs dimensions a été réalisée sur vingt-cinq sites et la classification stylistique sur vingt sites (fig. 1, 12) – l’état de conservation des sites ne permettant pas de prendre en compte l’ensemble.

15Les stèles étaient déjà mises à mal par les affres du temps à l’époque de leur découverte et de leur première description. F. Azaïs décrit en effet une majorité de pierres renversées, employant souvent le terme de « gisement », plutôt bien approprié, comme le souligne F. Anfray qui, à son tour, qualifie le site de Chelba-Tutitti de « vaste culbutis de pierres » (Anfray 1982 : 124). Les dégâts causés par le bétail, venu se frotter quotidiennement aux monolithes durant des siècles, ne sont rien comparés à l’empreinte de l’homme qui débite et réemploie ces stèles depuis près d’un siècle, sans parler du commerce illégal de monolithes, transitant par le Kenya, qui sévit depuis plusieurs décennies. Ces faits sont certainement à l’origine de la disparition pure et simple d’un grand nombre d’entre elles. Ce large ensemble de mégalithes est désormais réduit avec une rapidité déconcertante, et ces stèles sont aujourd’hui encore « en grand danger », comme l’écrit R. Joussaume dont l’équipe entreprit les premières mesures de protection et de réhabilitation de ces monuments (Joussaume et al. 2007 : 180).

16Ce problème de conservation pose en particulier celui de la compréhension de l’organisation des stèles au sein des sites. Afin de contourner cette difficulté, trois critères ont été pris en compte :

  1. la situation topographique du site : certains emplacements ne permettent d’envisager qu’un seul type d’organisation ;

  2. l’environnement des stèles : certains environnements semblent avoir privilégié la conservation d’une organisation spatiale des stèles ;

  3. le plan des sites qui doit permettre d’attester d’une organisation préférentielle des stèles.

Les différentes catégories de sites

17L’approche quantitative du nombre de stèles par rapport à l’espace qu’elles occupent permet de distinguer trois catégories de sites : en lignes de pierre, en champs de stèles et indéterminés. Ces derniers, au nombre de quatorze, regroupent les emplacements qui présentent aujourd’hui moins de dix stèles – et qui étaient à l’origine plus vastes – ou des stèles isolées ; ils ne sont pas pris en compte dans cette étude.

Les sites en lignes de pierre

18Ils sont appelés aussi en « files », ou « alignements » et correspondent à des sites de dix à cinquante stèles disposées en une ou deux lignes droites ou courbes, sur une surface moyenne de 660 m2. Au nombre de quinze (fig. 1), leur interprétation a pris en compte les critères mentionnés précédemment pour contourner les problèmes méthodologiques de conservation. Ainsi, la topographie des sites d’Uro Batala et d’Ashupi, ne permet pas d’envisager une dispersion en champs des stèles. À 2 068 m d’altitude, l’alignement de stèles d’Uro Batala se situe sur une étroite ligne de crête, pas assez large pour accueillir davantage de mégalithes. Le site d’Ashupi (fig. 2), à 2 036 m d’altitude, est composé de cinquante stèles et fragments dont beaucoup dépassent les 3 m de haut. Leur position actuelle, qui correspond à une rupture de pente étroite où serpente un chemin, suggère que certaines pierres ont glissé de quelques mètres par rapport à leur position originelle en raison de l’érosion naturelle de ce terrain incliné. Il est toutefois possible d’observer sur le plan un alignement sud-ouest/nord-est occupant un espace approximativement long de 100 m et large de 35 m.

Figure 2 – Site d’Ashupi

Figure 2 – Site d’Ashupi

© A.-L. Goujon

19Néanmoins la majorité des sites sont installés sur une aire plane, plus ou moins large. La présence de certains dans des plantations de caféiers ou d’Ensete ventricosum (dit faux bananier, nourriture de base des habitants de cette région) indique qu’ils ont été peu exposés au réemploi ou aux dommages des labours ; c’est le cas à Bokorata (fig. 3) implanté à 1 864 m d’altitude, dans une plantation de caféiers à quelques kilomètres du centre urbain de Yirga Chefe. Quinze stèles y sont renversées mais à priori non déplacées, une est encore debout ; leurs dimensions varient entre 2 m et 5,15 m pour des diamètres de 0,40 à 0,55 m. Elles sont disposées en un alignement orienté nord/sud et placées en quinconce les unes par rapport aux autres, couvrant un emplacement long de 36 m et large de 3 m. La disposition en lignes de ces pierres est appréciable sur le lieu même. Quant au site de Sakaro Sodo (fig. 4) malgré sa proximité avec l’axe routier reliant le nord de l’Éthiopie au Kenya, il fut longtemps abrité du regard des visiteurs par sakaro (« une forêt où se cache les brigands ») ; il est ainsi l’un des sites à stèles phalliques les mieux conservés. À 2 370 m d’altitude, sur la surface plane d’un promontoire, sept stèles y sont debout et intactes, quatre renversées et quinze bases sont encore implantées en terre. Les monolithes sont de taille moyenne à massive : l’un d’entre eux mesure 3,52 m de haut pour un diamètre de 0,80 m. La section des fûts est ovale et le caractère phallique rendu par une série de nervures sculptées. Le plan, réalisé par nos soins, montre qu’il n’existe aucun doute quant à l’organisation des monolithes en une ligne courbe longue de 64 m (Joussaume 2013 : 90, fig. 5).

Figure 3 – Site de Bokorata

Figure 3 – Site de Bokorata

© A.-L. Goujon

Figure 4 – Alignement de stèles à Sakaro Sodo, vue du sud

Figure 4 – Alignement de stèles à Sakaro Sodo, vue du sud

© A.-L. Goujon

Figure 5 – Plan du site de Shole

Figure 5 – Plan du site de Shole

© A.-L. Goujon

20Sur trois sites, c’est uniquement le plan général qui atteste d’une organisation préférentielle des stèles en un alignement. Celui de Shole, sur un promontoire à 2 461 m d’altitude, présente dix-neuf stèles intactes, largement enfoncées en terre (fig. 5). Elles semblent disposées en deux files ou en quinconce sur un espace long de 25 m et large de 8 m, marqué par une légère pente vers le sud où s’ouvre une vue majestueuse sur les collines et vallées alentours. Le site de Soditi est à 2 481 m d’altitude, dans l’enceinte de bâtiments administratifs. Son état de conservation est mauvais : nous avons compté vingt-trois stèles et fragments, là où F. Azaïs et R. Chambard (1931 : 231) en dénombraient soixante-deux. Cependant le plan rend visible une file courbe de pierres, longue de 40 m, qui suit la topographie au sud du promontoire (fig. 6). Le site de Geldacho est sur un replat d’une ligne de crête à 2 357 m d’altitude. Il est composé de 42 stèles à première vue dispersées, mais le plan révèle deux lignes de stèles parallèles, orientées est/ouest, constituant un site long de 46 m et large de 15 m (fig. 7).

Figure 6 – Plan du site de Soditi (Bule woreda)

Figure 6 – Plan du site de Soditi (Bule woreda)

© A.-L. Goujon

Figure 7 – Plan du site de Geldacho

Figure 7 – Plan du site de Geldacho

© A.-L. Goujon

Les sites en champs de stèles

  • 6 Abyiot Seifu Debebe (2007) – Le site à stèles de Chelba-Tutitti. Mémoire de master de l’université (...)

21Ils se reconnaissent non seulement à la vaste surface plane qu’ils occupent, mais aussi au nombre de mégalithes qui y ont été érigés. Les relevés pierre à pierre – effectués par Abyiot Seifu6 sur quatre sites du woreda de Yirga Chefe : Tutitti, Boye Chore, Moto-Kema, et Chelba-Tutitti – montrent la dispersion de 48 à 1 311 stèles sur des surfaces allant de 1 350 m2 à 17 hectares, avec en outre des différences de densité de stèles au m2. Par exemple, les 48 stèles de Moto-Kema occupent une surface de 1 350 m2,tandis que le site de Boji (fig. 8), plus au sud à 2 058 m d’altitude, compte 129 pierres dispersées sur une surface semi-circulaire de 340 m2. Son aménagement se caractérise ainsi par la densité du nombre de stèles au m2.

Figure 8 – Site de Boji, vue de l’ouest

Figure 8 – Site de Boji, vue de l’ouest

© A.-L. Goujon

22Les sites de type « champs de stèles » sont au nombre de dix (fig. 1) et pour moitié en mauvais état de conservation : le nombre de stèles est moindre (Bulluke, Soditi), ou elles sont dispersées en des groupes répartis sur plusieurs centaines de mètres (Chaltu, Sede Mercato, Jemjemo). Néanmoins, au regard de l’espace large ou dégagé qu’ils occupent, nous les considérons comme de plus vastes sites « en champs ».

23Ce type de sites en champs regroupe entre 50 et 300 stèles, avec le cas exceptionnel et à priori unique du millier de stèles à Chelba-Tutitti. Elles sont réparties sur une surface moyenne de 6 580 m2, sans organisation de prime abord apparente. Cependant les champs de stèles ne sont peut-être pas composés, comme nous l’avions d’abord supposé, de stèles si dispersées mais répondent plutôt à une organisation beaucoup plus stricte faite d’une accumulation et d’un entremêlement d’alignements de monolithes. À partir du relevé du site de Moto-Kema, il apparaît possible d’observer quelques alignements au sein de l’accumulation (fig. 9). Le plan des stèles et fragments de Chelba-Tutitti, relevé par Régis Bernard, est difficilement lisible (Joussaume et al. 2010) ; néanmoins différents groupes de pierres répartis au sud du site permettent d’observer leur disposition en de nombreux petits alignements dans un axe légèrement décalé nord/sud. Par ailleurs, le tumulus fouillé au nord présente également un quart de cercle de stèles, contenant ce qui semble être quelques lignes parallèles de petits monolithes(Joussaume 2013 : 89).

Figure 9 – Plan du site de Moto-Kema sur lequel les lignes rouges rendent visibles les potentiels alignements de stèles

Figure 9 – Plan du site de Moto-Kema sur lequel les lignes rouges rendent visibles les potentiels alignements de stèles

D’après plan par relevé GPS Abyiot Seifu, 2007

24Il est possible qu’au cours de leur édification les champs de stèles aient composé des figures géométriques plus complexes et plus visibles que celles qui subsistent.

25Les sites en lignes et en champs sont en nombre quasi équivalent. Néanmoins leur répartition géographique montre l’existence d’une variabilité régionale : les sites organisés en une ou deux lignes se trouvent du nord au sud de notre région d’étude, tandis que les champs de stèles sont concentrés au nord-ouest et dispersés plus ou moins régulièrement dans les régions voisines (fig. 1). Par ailleurs, neuf sites (huit tertres, un cairn), dont trois sites en champs, quatre sites en lignes et deux indéterminés témoignent de la présence de tumulus. Ces données viennent, d’une part, conforter l’hypothèse de la fonction funéraire mémorielle de ce mégalithisme par la présence d’une tombe primordiale en tertre (Cros 2016), et soulignent, d’autre part, l’homogénéité du phénomène malgré l’existence d’une variabilité typologique.

Classification morphométrique des stèles

26À partir de leurs proportions, deux grandes catégories se distinguent : les stèles élancées et les stèles massives qui se trouvent néanmoins souvent mêlées à des mégalithes ne dépassant pas 2 m de haut. Ainsi, il est important de considérer que nous étudions la variabilité des stèles les plus monumentales au sein d’un phénomène homogène de monolithes de taille moyenne. Les stèles élancées ont une hauteur moyenne de 5 m (de 4 à 8 m) et un diamètre moyen de 0,55 m (de 0,40 à 0,70 m). Les stèles massives dépassent rarement 4 m de haut, avec une hauteur moyenne de 3,20 m et un diamètre moyen de 0,65 m. La répartition de ces deux types de stèles (fig. 1 et 10) met en évidence les points suivants :

  • au nombre de douze, les sites à stèles élancées sont les plus nombreux, sept autres ont des stèles massives et six possèdent les deux types de stèles ;

  • les stèles élancées se trouvent concentrées au nord-ouest sur 5 sites en champs, et dispersées du nord-est au sud sur six sites en lignes et un site en champs ;

  • les sept sites à stèles massives se situent uniquement dans le sud de notre région d’étude, cinq sont en lignes, et deux en champs ;

  • les six sites présentant simultanément les deux types de stèles sont majoritairement organisées en lignes, soit quatre sites : deux au sud, un à l’est et un au nord-est ; les deux sites à champs de stèles se trouvent l’un au nord et l’autre au sud.

Figure 10 – Représentation graphique du pourcentage de sites en ligne ou en champs, à stèles strictement élancées ou massives, ou simultanément les deux, illustrant les divergences morphométriques entre stèles élancées et massives

Figure 10 – Représentation graphique du pourcentage de sites en ligne ou en champs, à stèles strictement élancées ou massives, ou simultanément les deux, illustrant les divergences morphométriques entre stèles élancées et massives

© A.-L. Goujon

27Les stèles élancées se retrouvent le plus souvent sur des sites organisés en champs, tandis que la proportion de stèles massives en champs est moindre.

28La répartition des types morphométriques de stèles en fonction de la typologie des sites montre que les deux types d’organisation peuvent présenter exclusivement l’un ou l’autre type de stèles, « élancées » versus « massives », ou simultanément les deux types. La morphométrie préférentielle des stèles ne serait donc pas à associer à la variabilité de l’organisation des sites. D’après la répartition régionale des types morphométriques des stèles, les massives sont exclusivement présentes au sud de Yirga Chefe, les élancées étant au nord. Ces deux régions ont en commun la dispersion de sites présentant simultanément les deux types de stèles.

Classification stylistique des stèles

29Un corpus comprenant cinq sites à stèles en champs et quinze sites en lignes de pierres a permis d’élaborer une classification des formes sculptées. L’examen systématique de l’extrémité sculptée des stèles révèle l’existence d’un répertoire de douze formes distinctes, parmi lesquelles il est possible de distinguer différents styles (fig. 11) :

Figure 11 – Exemple des différents types de sculpture à l’extrémité distale des stèles

Figure 11 – Exemple des différents types de sculpture à l’extrémité distale des stèles

© A.-L. Goujon

  • à incision simple, consistant en une incision horizontale fine sur le pourtour de l’extrémité distale afin de souligner la partie supérieure hémisphérique de la stèle : motif le plus simple et le plus répandu, présent sur tous les sites ;

  • en nervure, correspondant aux stèles dont le caractère phallique est rendu par une succession de reliefs en creux créant une ou plusieurs nervures, certaines ornées d’une frise de petits carrés ;

  • en calotte, caractérisé par le renflement de l’extrémité ovoïde, plane ou biseautée, soulignée d’un léger bandeau en relief, ou d’une à deux incisions ;

30Il existe aussi cinq motifs originaux qui ne peuvent être rattachés à l’un ou l’autre des deux derniers styles décrits et ne sont pas assez répandus et diversifiés pour constituer une catégorie stylistique : doubles incisions, gorge sculptée, relief en cœur, bandeau disjoint sculpté, extrémité renflée.

31D’après les données recueillies sur les vingt sites observés, il est possible de mettre en évidence une répartition différentielle des styles et des motifs originaux en fonction des types de stèles, de sites, et des régions (tabl. 1, fig. 12) :

Tableau 1 – Présentation des sites classés en fonction des critères typologiques et morpho-stylistiques établis

Tableau 1 – Présentation des sites classés en fonction des critères typologiques et morpho-stylistiques établis

L’utilisation de couleurs sert à appuyer la description des catégories obtenues.

Figure 12 – Répartition des sites à stèles phalliques du Gedeo en fonction de la synthèse des résultats obtenus d’après la classification typologique des sites et morpho-stylistiques des stèles

Figure 12 – Répartition des sites à stèles phalliques du Gedeo en fonction de la synthèse des résultats obtenus d’après la classification typologique des sites et morpho-stylistiques des stèles

© A.-L. Goujon

  • les stèles massives des sites en lignes strictement associées au style « en nervure », se trouvent au sud de Yirga Chefe (tabl. 1, en jaune), à une exception près, celle du site de Gutema où les styles en nervure et en calotte s’observent conjointement ;

  • les stèles massives organisées en champs n’ont été observées qu’au sud, sur le site de Boji, et présentent simultanément les deux styles ;

  • les stèles élancées des sites en lignes sont associées aux styles en calotte, en nervure, exclusivement ou simultanément, et à la simple incision ; elles se situent au nord (tabl. 1, en vert) à l’exception de celles du site de Shole, au sud ;

  • les stèles élancées des sites en champs sont strictement associées au style en calotte et se trouvent au nord (tabl. 1, en bleu) ;

  • les stèles à la fois massives et élancées des sites en champs sont au nord avec le style en calotte (Jemjemo), et au sud avec le style en nervure (Chaltu) ;

  • les stèles massives et élancées des sites en lignes présentent au sud le seul style en nervure et au nord simultanément les deux styles.

32La répartition stylistique des stèles semble ainsi varier : d’une part en fonction des régions – le style en nervure est répandu dans le sud tandis que le style en calotte se retrouve au nord –, d’autre part en fonction des types de sites – le style en nervure est sur les sites en lignes, tandis qu’au nord, le style en calotte se rencontre sur les champs de stèles (fig. 12). Sachant que les sites en lignes du sud sont constitués principalement de stèles massives et les sites en champs du nord de stèles élancées, il ressort que le style en nervure est à associer de préférence aux stèles massives et le style en calotte aux stèles élancées.

33S’il existe donc bel et bien une variabilité stylistique des stèles en fonction des sites et/ou de la morphologie des stèles, celle-ci demeure toutefois complexe car elle n’est pas systématique. En effet, outre les exceptions précédemment soulignées, les sites proposant simultanément le style en calotte et en nervure sont dispersés géographiquement et relèvent de types différents : champs à stèles massives, sites en lignes de stèles élancées versus sites en lignes de stèles des deux formats. En outre, les sites présentant simultanément les deux styles ne sont généralement pas ceux qui possèdent les deux types de formats de mégalithes (tabl. 1, fig. 12).

34En ce qui concerne les motifs originaux, les stèles élancées des sites en champs en comportent un grand nombre (fig. 11, 12). À l’inverse, ils sont quasi absents des stèles massives en lignes. Par ailleurs, ils sont confinés dans des régions distinctes ou réunis sur des sites particuliers. Ainsi trois motifs identiques apparaissent sur les stèles de Boji et Chelba-Tutitti : les gorges sculptées, le motif en cœur, et les doubles incisions. Le motif en cœur est davantage répandu dans le nord du Gedeo, les doubles incisions, au centre. Celui en bandeau disjoint n’est visible que sur le site de Boji ; il n’existe uniquement qu’au sud de Yirga Chefe, tandis que seul celui de Chelba-Tutitti comporte une extrémité renflée présente uniquement au nord. D’une manière générale, les motifs originaux connectent stylistiquement entre eux une majorité des sites du nord-ouest jusqu’à la région centrale du sud du Gedeo.

35L’exemple des sites de Sakaro Sodo et Chelba-Tutitti illustre bien la répartition stylistique différentielle en fonction des régions et des types de site (tabl. 1 en orange et bleu, fig. 12). Au sud, Sakaro Sodo est un alignement de stèles massives comportant exclusivement le style en nervure sans aucun motif original ; deux autres sites répondant à ces mêmes critères typologiques se trouvent également au sud de Yirga Chefe. Au nord-ouest, Chelba-Tutitti, aux stèles élancées présentant le style en calotte, et un très grand nombre de motifs originaux, semble représentatif des sites en champs du nord.

36Mais entre ces deux extrêmes, il existe nombre de sites dont les caractéristiques typologiques invitent à relativiser la dichotomie « au nord champs de stèles élancées au style en calotte » versus « au sud lignes de pierres massives au style en nervure » : par exemple, les trois alignements de stèles situés au nord-est de la région d’étude se rapprochent davantage de la majorité des sites du sud. Ceux-ci ne sont pas exactement à l’image de Sakaro Sodo, puisqu’ils abordent simultanément les deux types morphométriques et/ou les deux styles de stèles.

Discussion

37Afin de reprendre la question des mégalithes phalloïdes implantés sur les contreforts orientaux de la vallée du Rift, une vingtaine de sites à stèles phalliques de la région gedeo ont fait l’objet d’une classification qui prend en compte l’organisation des sites, la morphométrie des stèles et le style de leur sculpture. Les résultats attestent à la fois de l’homogénéité du phénomène et de l’existence de variabilités régionales, rendant leur inter­prétation délicate. Toutefois, le croisement des types obtenus et leur mise en relation avec les données géographiques mettent en évidence une variabilité d’ordre chrono-culturel.

38L’homogénéité du phénomène mégalithique de la région du Gedeo, et plus généralement de celle du Sidamo, s’exprime tant d’un point de vue formel que fonctionnel. D’un point de vue matériel, sur tous les sites, les stèles phalloïdes sont taillées dans une roche ignimbritique à l’aide d’un outil ayant laissé la trace d’un fin piquetage (Anfray 1982 : 56). La majorité d’entre elles sont de taille moyenne et leur caractère phallique couramment rendu par une simple incision de l’extrémité hémisphérique. L’organisation préférentielle linéaire des stèles est aussi un argument en faveur de l’homogénéité formelle du phénomène. Celle-ci est également observable dans la récurrence des positionnements géographiques de ces sites implantés entre 1 900 et 2 400 m d’altitude. Ils soulignent la ligne ou le replat de la crête, se nichent au niveau d’un col, ou se dressent à la pointe de l’éperon, positions toujours stratégiques pour dominer la (ou les) vallée(s) alentours ou pour signaler un point de passage.

  • 7 Les données ethnographiques témoignent néanmoins d’un nombre de porteurs toujours bien plus importa (...)

39La variabilité fonctionnelle des sites consiste en la plus ou moins grande accumulation des alignements de stèles et dans l’hétérogénéité morphométrique de celles-ci. De la classification morphométrique des stèles les plus monumentales émergent deux types : pierres massives versus élancées. Les stèles les plus remarquables pèsent jusqu’à 7,7 tonnes lorsqu’elles sont élancées et jusqu’à 5 tonnes dans le cas des pierres massives, avec un poids moyen de 4 tonnes. Mais d’une manière générale, les stèles remarquables, aussi bien élancées que massives, ont un poids moyen de 4 tonnes : ce qui les différencie nettement des mégalithes de taille moyenne pesant entre 1 et 3 tonnes. Les efforts fournis pour le transport des pierres, et aussi la main d’œuvre nécessaire7, varient donc en fonction du choix de format entre stèles de taille moyenne et stèles remarquables, et non pas entre stèles élancées et massives. Les stèles remarquables sont donc porteuses d’une signification fonctionnelle particulière du point de vue de leur installation sur un site, et ce par rapport aux mégalithes de taille moyenne. Mais à l’échelle régionale, la présence de ces monolithes monumentaux sur tous les sites attestent l’homogénéité fonctionnelle, dite commémorative, de ce phénomène mégalithique. Ce que soulignent en outre, la dispersion géographique des sites selon leur type, ainsi que la présence d’un tumulus sur un certain nombre d’entre eux répartis du nord au sud. Cette cohérence, tant formelle que fonctionnelle, suggère que les différences typologiques et leur répartition territoriale pourraient être principalement le fruit de facteurs culturels, apparus dans le temps long, au sein d’une culture homogène.

40Afin d’évaluer le facteur temps dans la variabilité typologique et spatiale des sites, notons tout d’abord que les corrélations entre les types de sites et la morphologie des stèles ont fait émerger une répartition territoriale préférentielle où les stèles massives des sites en lignes sont strictement associées au style en nervure et localisées au sud. À l’inverse, les stèles élancées des sites en champs sont strictement associées au style en calotte et distribuées au nord.

41Il existe néanmoins un site à stèles massives au nord et des stèles présentant le style en calotte au sud, ainsi que des sites dispersés du nord au sud présentant simultanément les différents styles ou les deux types de format. De ce point de vue, ni la morphologie des stèles, ni leur style ne semblent être strictement associés à l’organisation différentielle des sites ou à leur distribution géographique. La répartition préférentielle ne peut donc être interprétée en termes de groupes culturels différenciés, puisqu’elle n’est pas stricte et ne varie pas de manière systématique. Enfin, les sites qui présentent les deux styles sans réunir les deux formats prouvent également que les variations d’ordre morphométrique et stylistique sont à considérer indépendamment l’une de l’autre car elles ne sont sans doute pas exactement corrélées aux mêmes facteurs.

42Ainsi, malgré l’existence d’une répartition préférentielle, où deux grandes tendances s’opposent – plus particulièrement entre nord-ouest et sud –, l’absence de corrélation systématique entre les caractéristiques typologiques des sites et celles morphologiques et stylistiques des stèles est avérée. Ces constats permettent de supposer qu’une variabilité culturelle a pu se produire au cours des âges en affectant de manière indépendante les différentes composantes du phénomène mégalithique.

  • 8 Observations géomorphologiques débutées en février 2018 avec Ph. Gouézin et L. Bruxelles au cours d (...)

43Seule l’étude des sites et des techniques d’extraction permettra de mieux comprendre les divergences morphométriques des stèles. L’accès à la roche majoritairement employée – l’ignimbrite – implique des contraintes géologiques (niveaux potentiellement dispersés et affleurements relativement rares, puissance de strates variable, roche plus ou moins massive souvent fissurée) qui apparaissent comme des facteurs déterminants de la variabilité technologique et des proportions finales8. Cette étude révèlera si les différences dans l’extraction résultent de nécessités géologiques et/ou de choix chrono-culturels. Si la variabilité technologique n’est pas soumise à la disponibilité du matériau et à ses contraintes inhérentes, alors elle sera à envisager comme un choix stylistique émanant des tailleurs et/ou des commanditaires.

  • 9 Abyiot Seifu Debebe (2007) – Le site à stèles de Chelba-Tutitti. Mémoire de master de l’université (...)

44L’étude stylistique a montré que la diversité des sculptures employées pour la représentation phallique allait au-delà de la dichotomie entre extrémité élaborée à partir d’une incision bien visible représentant un phallus circoncis et extrémité non élaborée représentant éventuellement un phallus non circoncis9. En soi, la représentation phalloïde pourrait être associée à la coutume ancienne et pan-éthiopienne de la circoncision, mais également avoir comme source d’inspiration une autre pratique rituelle pan-éthiopienne : la confiscation du pénis à l’ennemi comme trophée et comme support de pratiques magico-religieuses ; la survivance en serait entre autres le kallasha, réplique d’un phallus en métal et en ivoire, objet de dignité au sein de différentes cultures du sud éthiopien (Amborn 2009 ; Derat 2010 ; Joussaume et al. 2010 : fig. 4). Des recherches ethnographiques et historiques permettront de mieux éclairer cette question. Quelle que soit la signification originelle de la représentation phalloïde, la diversité de cette dernière est attestée. L’hétérogénéité stylistique est généralement l’expression de choix esthétiques porteurs de significations socio-culturelles singulières permettant de distinguer des groupes culturels ou de repérer l’évolution des modes (Martinelli 2005). Bien qu’elle divise généralement le territoire entre nord et sud, nous avons souligné que la distribution des deux styles émergeant de notre classification n’est pas stricte. En outre, les sites où sont simultanément présents les deux styles sont en périphérie comme au cœur du phénomène. De ce point de vue, et en considérant à nouveau l’homogénéité du phénomène, la variabilité stylistique ne peut être interprétée dans un temps synchronique et en termes de groupes socio-culturels fortement différenciés. Elle reflète le fonctionnement des sites dans un temps long et l’évolution des modes sur plusieurs générations (Demoule 2005).

45Par ailleurs, la distribution géographique des cinq motifs originaux souligne la singularisation de trois foyers géographiques de notre région d’étude : le nord, le centre et le sud, qui se rapportent tous d’une manière ou d’une autre aux champs de stèles des sites de Chelba-Tutitti et de Boji (fig. 12). La répartition des motifs originaux prouve à nouveau l’interpénétration territoriale des différentes tendances stylistiques qui permet de discuter de la multiplicité des styles au regard d’une diversification chronologique des formes suivant plusieurs tendances et/ou écoles de sculpteurs. Elle permet également de supposer que les champs de stèles de Chelba-Tutitti et de Boji ont fonctionné dans la longue durée et avec un statut particulier.

46Enfin, vue dans son ensemble, la distribution géographique des motifs originaux fait apparaître un réseau où le nord-ouest devient le point de rencontre entre les aires du sud et du nord-est (fig. 12). À ce titre, il reste surprenant que les sites à stèles en champs du nord-ouest présentent à priori exclusivement le style en calotte. Ceci crée un déséquilibre par rapport à la situation rencontrée sur les champs de stèles du sud où se retrouvent simultanément les deux styles. Si cette circulation unilatérale des styles souligne encore une fois la grande influence du facteur chronologique au sein d’une culture homogène, elle suggère également que la répartition spatiale de ces styles évoluant dans le temps peut constituer un marqueur de l’évolution dans l’expansion de l’emprise territoriale de cette société ancienne.

Conclusion

47La description détaillée des spécificités typologiques et stylistiques des sites à stèles phalloïdes en région gedeo, ainsi que l’analyse de leur distribution territoriale, permettent de renouveler l’approche méthodologique du phénomène mégalithique de la plus vaste région du Sidamo, considérée comme l’une des traces tangibles, monumentales, de l’histoire des sociétés pré-littéraires du Sud éthiopien au tournant du ier millénaire après J.-C. Il est un des premiers jalons de l’ensemble mégalithique des contreforts de la vallée du Rift, et devient incontournable dans l’étude comparée de l’histoire des pratiques funéraires entre les sociétés éthiopiennes (Bosc-Tiessé 2011) : la principale hypothèse à ce jour étant que son dessein initial répond à la volonté de commémorer les morts. Ces derniers y sont notamment moins nombreux que sur les sites à stèles anthropomorphes plus récents distribués dans une zone plus restreinte du pays gedeo. En effet, la multiplication des stèles phalliques en une à deux lignes, ou en un grand nombre d’alignements, semble être réalisée à partir de l’installation d’une tombe unique repérable à la présence d’un tumulus (Joussaume et Cros 2017 : 108), ce qui suppose alors le développement simultané de cette architecture de pierre et d’un culte des ancêtres.

48Ayant prouvé l’homogénéité matérielle et fonctionnelle du phénomène, la divergence typologique des sites, en lignes versus en champs, serait à rapporter aux spécificités socio-culturelles propres au développement de ces cérémonies mémorielles. Les sites en champs pourraient ainsi être envisagés comme centraux, tandis que les lignes de stèles seraient des sites périphériques qui bornent le chemin jusqu’aux plus grands espaces de rassemblement. Cette question ne peut être approfondie qu’à la lumière d’une connaissance globale de l’ensemble mégalithique et à partir d’une lecture fine des spécificités géomorphologiques des emplacements des sites les uns en fonction des autres, par rapport au paysage dans son entier, et par rapport à l’optimisation de la circulation dans ce paysage.

49Cette étude nous a ainsi permis de mettre en évidence une situation typologique complexe où la variabilité des composantes – organisation des stèles, morphométrie et style de sculpture – est à considérer comme relevant de choix socio-culturels évoluant sur une longue durée et se transformant indépendamment les uns des autres. Toutes ces composantes participent donc à la construction symbolique d’un territoire dans un espace qui a besoin de l’épaisseur du temps pour exister comme territoire (Derat & Lefebvre 2010 : 3).

50La répartition préférentielle des spécificités stylistiques distinguent le nord et le sud de la région étudiée, et plus particulièrement trois zones : le nord-est, le nord-ouest autour de Chelba-Tutitti, et le sud. De grandes tendances, tant typologiques que stylistiques, singularisent ces territoires, mais s’interpénètrent à la fois suffisamment pour attester de l’homogénéité culturelle. Cette diversité stylistique a donc été interprétée en des termes chronologiques. Les modes stylistiques relatives au format des stèles et aux motifs de leurs sculptures auraient évoluées parallèlement dans un temps long qui suppose également une expansion dynamique de l’emprise territoriale de cette société ancienne. La cristallisation de tendances régionales illustrerait à la fois les principales phases de développement des expressions stylistiques et la maîtrise d’un territoire. À partir de cette hypothèse, nous pouvons envisager que les sites à stèles du sud ont été implantés plus anciennement que ceux du nord-ouest, ce que confirment les conclusions avancées très récemment par A. Duff, A. Zena, et A. Melesse, suite aux datations C14 de charbons collectés aux pieds des stèles, dans des niveaux potentiellement associés à leur mise en place : la fourchette chronologique obtenue à Sakaro Sodo au sud de notre région d’étude, précède de 700 ans la datation obtenue à Soditi, site voisin de Chelba-Tutitti (Duff et al. 2018).

51Ces hypothèses et conclusions restent néanmoins à vérifier, à approfondir et à affiner sur le terrain. D’une part, l’inventaire et la documentation des sites doivent être poursuivis afin d’étendre les observations typo-morphologiques à tout le territoire des mégalithes phalloïdes. D’autre part, la découverte de lieux de carrière et des systèmes d’exploitation permettra d’approfondir les questions géomorphologiques et technologiques relatives à la taille de pierre (Mens 2013) : à savoir si la différence entre stèles élancées et massives relève d’une évolution de l’expertise technique ou d’une exploitation dans la durée de gisements polymorphiques. Mais surtout, les fouilles archéologiques sur des sites à stèles phalloïdes appartenant à des tendances typologiques et stylistiques divergentes se doivent d’être poursuivies pour obtenir une chronologie relative de plus en plus fiable. En l’absence d’indice avéré associant de manière certaine l’érection des stèles à des structures archéologiques périphériques, des tests de faisabilité des nouvelles méthodes géochimiques de datation pourront être envisagés. Les perspectives de recherches archéologiques sur les sites mégalithiques des régions du Gedeo, Guji et Sidama sont donc nombreuses et pluridisciplinaires pour mieux comprendre la monumentalité, l’aménagement et le développement de ce paysage mégalithique.

Haut de page

Bibliographie

Anfray F. (1982) – Les stèles du sud. Shoa et Sidamo. Annales d’Éthiopie, xii : 43-222.

Anfray F., Joussaume R. & Bouville C. (1983) – Des milliers de stèles préhistoriques en Éthiopie. Archeologia, 185: 34-47.

Amborn H. (2009) – The Phallsification of the Kallacca: or, Why sometimes a Cigar Is a Cigar. In: S. Ege, H. Aspen, B. Teferra & S. Bekele (eds), Proceedings of the 16th International Conference of Ethiopian Studies, Trondheim: 395-407.

Azaïs R.P. & Chambard R. (1931) – Cinq années de recherches archéologiques en Éthiopie. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

Bosc-Tiesse C., Derat M.-L., Hirsch B. & Wion A. (2011) – Études des pratiques funéraires éthiopiennes : contextes, sources et enjeux. Introduction au dossier. Afriques, 3 : 2-6. https://journals.openedition.org/afriques/1054

Boulestin B. (2016) – Qu’est-ce que le mégalithisme ? In : C. Jeunesse, P. Le Roux & B. Boulestin (éds), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées (Living and Past Megalithisms : Interwoven Approaches), Oxford, Archaeopress : 57-94.

Chekroun A. (2011) - Un archéologue capucin en Éthiopie (1922-1936) : François Bernardin Azaïs. Afriques, https://journals.openedition.org/afriques/785

Corson S., Cros J.-P., Joussaume R. & Bernard R. (2015) – Gravures et peintures sur les stèles phalliques du site de Chelba-Tutitti en pays Gédéo (Éthiopie). In : G. Rodriguez & H. Marchesi (éds), Statues-menhirs et pierres levées du Néolithique à aujourd’hui, Actes du 3colloque international sur la statuaire mégalithique, Saint-Pons-de-Thomières (12-16 septembre 2012) : 51-66.

Cros J.-P. (2016) – François Bernardin Azaïs et les débuts de l’archéologie éthiopienne. In : C. Jeunesse, P. Le Roux & B. Boulestin (éds), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées (Living and Past Megalithisms : Interwoven Approaches), Oxford, Archaeopress : 165-180.

Dembele M. & Person A. (1993) – Tondidarou, un foyer original du mégalithisme africain dans la vallée du fleuve Niger au Mali. In : J. Devisse (éd.), Vallée du Niger. Catalogue de l’exposition « Vallées du Niger », Paris, musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, 12 octobre 1993-10 janvier 1994, Paris, éd. Réunion des musées nationaux : 441-455.

Demoule J.-P. (2005) – Archéologie, style et société. In : B. Martinelli (éd.), L’interrogation du style, Anthropologie, techniques et esthétique, Publications de l’Université de Provence : 49-66.

Derat M.-L. (2010) - La circoncision et l’excision en Éthiopie du xve au xviiie siècle : lectures d’un rituel. Afriques, https://journals.openedition.org/afriques/415

Derat M.-L. & Lefebvre C. (2010) – Introduction au dossier « Histoires de territoires ». Afriques, 2: 2-8. https://journals.openedition.org/afriques/866

Duff A., Zena A., Melesse A., Wolff J., Neill O. & Shackley S. (2018) – Recent research on megalithic stele sites of the Gedeo Zone, Southern Ethiopia. Journal of Archaeological Science : Reports, 19 : 856-863.

Gallay A. (2016) – Quelles interrogations pour les études mégalithiques ? In : C. Jeunesse, P. Le Roux & B. Boulestin (éds), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées (Living and Past Megalithisms : Interwoven Approaches), Oxford, Archaeopress : 165-180.

Jeunesse C., Le Roux P. & Boulestin B. (dir.) (2016) – Mégalithismes vivants et passés : approches croisées (Living and Past Megalithisms : Interwoven Approaches). Oxford, Archaeopress.

Jensen A. E. (1936) – Im Lande des Gada. Stuttgart, Stracker und Schröder.

Joussaume R. (1974) – Le mégalithisme en Éthiopie : monuments funéraires proto-historiques du Harar. Paris, Museum national d’histoire naturelle.

Joussaume R. (1995) – Tiya, l’Ethiopie des mégalithes : du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique. Paris, éd. CNRS.

Joussaume R. (2007) – Tuto Fela et les stèles du sud de l’Ethiopie. Paris, ADPF, éd. Recherches sur les civilisations.

Joussaume R. (2012) – Les cimetières superposés de Tuto Fela en pays Gedeo (Éthiopie), et quelques réflexions sur le site de Chelba-Tutitti. In : F.-X. Fauvelle-Aymar (éd.), Palethnologie de l’Afrique, P@lethnologie, 4 : 87-110.

Joussaume R. (2013) – Files de pierres dressées dans le sud de l’Éthiopie et au nord du Kenya. Afrique : Archéologie & Arts, 9 : 85-99. https://journals.openedition.org/aaa/313

Joussaume R. (2014) – Mégalithisme dans le Chercher en Ethiopie. Annales d’Éthiopie, hors-série 4, Paris, De Boccard / CFEE.

Joussaume R. (2016) – Sites anciens à stèles et sociétés mégalithiques récentes de la Rift Valley éthiopienne. In : C. Jeunesse, P. Le Roux & B. Boulestin (éds), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées (Living and Past Megalithisms : Interwoven Approaches), Oxford, Archaeopress : 245-268.

Joussaume R. & Cros, J.-P (2017) – Mégalithes d’hier et d’aujourd’hui en Éthiopie. Arles, Errance.

Joussaume R., Cros J.-P. & Bernard R. (2010) – Chelba-Tutitti : site à stèles phalliques du sud de l’Éthiopie. Afrique : Archéologie & Arts, 6 : 85-100. https://journals.openedition.org/aaa/719

Martinelli B. (dir.) (2005) – L’interrogation du style. Anthropologie, techniques et esthétique. Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

Mens E. & Guyodo J.-N. (dir.) (2013) – Les premières architectures en pierre en Europe occidentale. Du ve au iie millénaire avant J.-C. Rennes, Presses Universitaires.

Person A., Dembelé M. & Raimbault M. (1991) – Les mégalithes de la Zone lacustre. In : M. Raimbault & K. Sanogo (dir.), Recherches archéologiques au Mali. Les sites protohistoriques de la Zone lacustre, Paris, ACCT/Kharthala : 473-510.

Robert A. (1997) – Essai de synthèse du mégalithisme ouest-africain. In : B. Sottas, Th. Hammer, L. Roost Vischer & A. Mayor (éds), Werkschau Afrikastudien - Le forum suisse des africanistes, vol. 1, Münster, LIT Verlag : 63-74.

Haut de page

Notes

1 Terme employé localement pour désigner ces stèles. Sa racine se retrouve dans le nom de nombreuses localités où se trouvent des mégalithes. La population gedeo rapporte ces ouvrages au légendaire Gingamokoyo, géant qui gouvernait d’une main de fer la région et employait ces pierres pour marquer son territoire.

2 Nom précédemment employé pour désigner le territoire du Gedeo et sa population.

3 Bezuhayehu Lakew & Minase Girma (1997) – A field survey and registration report on tangible heritage in Gedeo and Sidama zones. Awassa, document d’archive conservé au bureau régional de la culture et du tourisme.

4 Abebe Mengistu & Habtamu Tesfaye (2013) – Gedeo Megalithic Sites Archeological Survey. Addis-Abeba, document d’archive conservé à l’ARCCH.

5 Goujon A.-L. (2013) – Mégalithes en pays Gedeo. Lyon, mémoire de master de l’université de Lumière Lyon ii.

6 Abyiot Seifu Debebe (2007) – Le site à stèles de Chelba-Tutitti. Mémoire de master de l’université d’Addis-Abeba.

7 Les données ethnographiques témoignent néanmoins d’un nombre de porteurs toujours bien plus important que le nombre minimum requis par rapport à la masse transportée (Boulestin 2016). Chez une population voisine des Gedeo, les Konso, une pierre de 2,5 tonnes transportée sur 5 km sans jamais être posée à terre comme le veut la coutume, a impliqué la participation d’environ 200 personnes, alors que la pierre est « transportée par 25 à 30 personnes à la fois » (Joussaume, 2016 : 261). Même s’il reste un exploit en soit, le transport n’apparaît pas réalisé dans la peine, il est au contraire un moment de danses et de chants collectifs. Dans ce cas, comme sans doute dans celui qui intéresse notre étude, l’effort fourni pour le transport du mégalithe est moins significatif que le format choisi en fonction des monolithes déjà présents sur le site.

8 Observations géomorphologiques débutées en février 2018 avec Ph. Gouézin et L. Bruxelles au cours de la mission archéologique Abaya, https://cfee.hypotheses.org/2654.

9 Abyiot Seifu Debebe (2007) – Le site à stèles de Chelba-Tutitti. Mémoire de master de l’université d’Addis-Abeba : 91.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 1 – Distribution des sites à mégalithes en pays gedeo avec, pour chacun des sites à stèles phalliques documentés, la représentation des spécificités typologiques du site et morphométriques des stèles
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 – Site d’Ashupi
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 3 – Site de Bokorata
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 4 – Alignement de stèles à Sakaro Sodo, vue du sud
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 5 – Plan du site de Shole
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6 – Plan du site de Soditi (Bule woreda)
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 7 – Plan du site de Geldacho
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 8 – Site de Boji, vue de l’ouest
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 9 – Plan du site de Moto-Kema sur lequel les lignes rouges rendent visibles les potentiels alignements de stèles
Crédits D’après plan par relevé GPS Abyiot Seifu, 2007
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 10 – Représentation graphique du pourcentage de sites en ligne ou en champs, à stèles strictement élancées ou massives, ou simultanément les deux, illustrant les divergences morphométriques entre stèles élancées et massives
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 11 – Exemple des différents types de sculpture à l’extrémité distale des stèles
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 1 – Présentation des sites classés en fonction des critères typologiques et morpho-stylistiques établis
Légende L’utilisation de couleurs sert à appuyer la description des catégories obtenues.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 12 – Répartition des sites à stèles phalliques du Gedeo en fonction de la synthèse des résultats obtenus d’après la classification typologique des sites et morpho-stylistiques des stèles
Crédits © A.-L. Goujon
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1795/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Lise Goujon, « Des pierres phalloïdes par milliers en Éthiopie méridionale », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 87-104.

Référence électronique

Anne-Lise Goujon, « Des pierres phalloïdes par milliers en Éthiopie méridionale », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1795 ; DOI : 10.4000/aaa.1795

Haut de page

Auteur

Anne-Lise Goujon

goujon.annelise@gmail.com – UMR 7055, Préhistoire et Technologie, Maison Archéologie et Ethnologie R. Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals