Navigation – Plan du site
Comptes rendus de congrès

15e congrès de l’Association panafricaine d’archéologie, de préhistoire et disciplines associées

10-14 septembre 2018
Emmanuelle Honoré
p. 113-114

Texte intégral

1Le 15e congrès de l’Association panafricaine d’archéologie, de préhistoire et disciplines associées (PanAf) s’est tenu à Rabat (Maroc), du 10 au 14 septembre 2018. L’organisation était assurée conjointement par l’université Mohammed v de Rabat, l’Institut national des sciences d’archéologie et du patrimoine, les universités Mohammed ier d’Oujda et Moulay Ismail de Meknès, et l’on peut souligner l’excellence de la logistique mise en place pour accueillir les quelque 500 congressistes au sein du bâtiment de la faculté des sciences.

2La thématique générale était « valorisation du patrimoine culturel africain et développement durable ». Néanmoins le congrès était, comme à l’habitude, un très vaste rassemblement et a accueilli un total de 28 sessions (405 communications orales et 38 posters) reflétant toute la diversité des recherches menées par les membres de l’association panafricaine. Après la cérémonie officielle d’ouverture du congrès, cinq conférences inaugurales ont été données : la première sur la « gestion du patrimoine archéologique africain : de la connaissance à la valorisation » par Abdoulaye Camara abordait la thématique générale du congrès, complétée par un exposé sur les « défis de protection des arts rupestres africains » par Abdelkhalek Lemjidi. Les trois autres mettaient à l’honneur les découvertes archéologiques du pays hôte avec une présentation de la « préhistoire de Casablanca » par Jean-Paul Raynal, « préhistoire du Rif oriental, Maroc » par Abdeslam Mikdad et enfin une conférence sur l’ « émergence panafricaine de l’Homo Sapiens » par Abdelouahed Ben-Ncer – en l’absence de son collègue Jean-Jacques Hublin – qui revenait sur les récentes découvertes de fossiles identifiés comme les premiers restes connus d’Homo Sapiens au Jebel Irhoud (300 000 BC environ). La découverte est d’autant plus importante qu’elle rebat les cartes du débat sur l’émergence de l’homme moderne en Afrique.

3Durant la semaine, 15 sessions thématiques et 12 régionales se sont déroulées en parallèle, suivies d’une session générale intitulée « patrimoine précolonial, SIG, céramiques, numismatiques », véritable mosaïque d’inclassables. Parmi les thématiques, certaines se concentraient sur une période chronologique (All Afr01 : Oldowaïen ; All Afr05 : émergence d’Homo Sapiens), d’autres sur les matériaux (All Afr02 : petits vertébrés quaternaires ; All Afr07 : métallurgie) et sur les méthodes de fouille et d’étude (All Afr10 : archéologie préventive ; All Afr14 : études typo-fonctionnelles ; All Afr15 : anthropologie physique). Répondant au thème du congrès, trois sessions prolifiques ont été consacrées au patrimoine, sa préservation et sa mise en valeur. Les sessions régionales se sont surtout concentrées sur l’Afrique septentrionale (10 des 12 régionales), et en particulier sur le Maghreb (8), reflétant entre autres la forte implication des chercheurs marocains. L’éventail chronologique de ces sessions régionales était large mais surtout dominé par la fin du Pléistocène et l’Holocène.

4En raison de la tenue du congrès de la SAfA en juin 2018 à Toronto, la communauté présente au congrès PanAf était principalement constituée des chercheurs d’institutions africaines et européennes. Venant s’ajouter à un niveau de communications inégal, les changements d’agenda décidés par les organisateurs de sessions, imputables à de nombreuses absences, ont rendu le congrès difficile à suivre pour qui souhaitait naviguer entre plusieurs sessions parallèles. La richesse des contextes abordés témoigne du dynamisme des recherches archéologiques en Afrique, alors même que de nombreux terrains sont actuellement inaccessibles et que, subissant de plein fouet les restrictions budgétaires, la discipline peine à se maintenir dans de nombreuses universités. Précédant le congrès, une journée étudiante a permis aux jeunes chercheurs de bénéficier des conseils de chercheurs confirmés sur des sujets aussi essentiels que les stratégies de publication, de candidatures à des postes ou des bourses. La publication des actes du congrès est prévue dans le Bulletin d’archéologie marocaine, avec une date limite de soumission au 31 mars 2019, ce qui peut laisser espérer une publication à la fin 2019 ou courant 2020. Le congrès était suivi de visites des musées et monuments de Rabat, puis d’excursions sur les sites archéologiques majeurs du Maroc.

5Le bureau de l’association panafricaine a été renouvelé pour quatre ans avec pour présidente Freda Nkirote M’Mbogori (Musées nationaux du Kenya), secondée par Ibrahima Thiaw (université de Dakar, Sénégal) élu vice-président. Wazi Apoh (université du Ghana) prend le rôle de trésorier et Timpoko Helene Kienon-Kabore (université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire) celui de secrétaire général. Les membres représentants des différentes régions et ceux des étudiants ont également été renouvelés. Le prochain congrès panafricain sera accueilli en Tanzanie sur proposition d’Elgidius Ichumbaki (université de Dar es-Salam). Le Maroc recevra à nouveau une très grande réunion d’archéologues au début du mois de septembre 2020 avec le xixe congrès de l’UISPP (Union internationale des sciences pré- et protohistoriques) à Meknès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Honoré, « 15e congrès de l’Association panafricaine d’archéologie, de préhistoire et disciplines associées  », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 113-114.

Référence électronique

Emmanuelle Honoré, « 15e congrès de l’Association panafricaine d’archéologie, de préhistoire et disciplines associées  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1863

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Honoré

eigh2@cam.ac.uk – McDonald Institute for Archaeological Research, Downing Street, Cambridge CB2 3ER, United-Kingdom / Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, CNRS, France

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals