Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et master soutenus en 2018

Archéologie des métallurgies anciennes du cuivre dans le bassin du Niari, République du Congo

Nicolas Nikis
p. 117-120

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie
Soutenue le 4 septembre 2018
Université libre de Bruxelles (Belgique)
Direction : Olivier Gosselain, Pierre de Maret et Alexandre Livingstone Smith
Jury : O. Gosselain, P. Lane, A. Livingstone Smith, P. de Maret, B. Mille, E. Warmenbol

Texte intégral

1Le bassin du Niari, au sud de la République du Congo, abrite une des seules zones cuprifères majeures d’Afrique centrale. Ces gisements, dont l’exploitation est mentionnée dans les sources européennes dès le xvie siècle, occupaient une place importante dans les échanges régionaux. Plusieurs hypothèses ont par ailleurs été émises sur leur rôle dans l’émergence et l’expansion ultérieure d’entités politiques régionales comme le royaume de Kongo (Hilton 1985). Les sources historiques sont cependant peu abondantes et il faut attendre la fin du xixe siècle pour avoir les quelques rares descriptions directes des gisements et de chaines opératoires relatives à leur exploitation et à la réduction du minerai avant l’arrêt de ces productions au début du xxe siècle.

2Malgré l’importance économique de ces gisements et leurs liens avec certains des royaumes les plus célèbres d’Afrique subsaharienne, seules quelques rares études ont été consacrées au cuivre dans cette zone (Ndinga-Mbo 1984 ; Volavka 1998). Elles sont par ailleurs essentiellement basées sur les sources historiques disponibles, les données archéologiques étant limitées à la fouille de quelques sites (Lanfranchi & Manima-Moubouha 1984 ; Manima-Moubouha 1988). L’histoire de la production de cuivre dans la zone, particulièrement avant le xve siècle, restait donc en grande partie à écrire.

3Dans le cadre de cette thèse, des prospections ont été menées dans les alentours directs des principaux gisements de cuivre du Niari : à Mindouli, Boko-Songho et Mfouati (fig. 1). Plus d’une centaine de sites, essentiellement métallurgiques, ont ainsi été repérés et une vingtaine de lieux de production de cuivre fouillés. Les données et le matériel récoltés ont permis d’élaborer une chrono-typologie de la céramique de la zone et de réaliser une première description des chaines opératoires de la réduction du cuivre pour les sites concernés. En ressort l’image d’une diversité tant dans la culture matérielle que dans les pratiques métallurgiques entre le début du iie millénaire AD et le xixe siècle, reflétant probablement une fréquentation de la zone par plusieurs groupes (fig. 2). L’absence de vestiges bien conservés avant le xivsiècle est en partie liée à une érosion importante dans toute la zone, dont l’intensité a varié au cours du temps. Ainsi, entre le xe et le xiiie siècle, les vestiges se limitent à quelques sites de réduction du cuivre aux caractéristiques distinctes présentant uniquement des bases de fourneaux creusés dans le substrat (fig. 3).

Figure 1 – Localisation de la zone de recherche et des sites fouillés et prospectés entre 2013 et 2015

Figure 1 – Localisation de la zone de recherche et des sites fouillés et prospectés entre 2013 et 2015

N. Nikis

Figure 2 – Chronologie schématique des productions de cuivre dans le bassin du Niari avec des exemples de céramiques techniques (Misenga, Moubiri, Kindangakanzi et Mindouli : creusets ; Boko-Songho : bec de creuset et terre cuite perforée pour le « suage » des lingots)

Figure 2 – Chronologie schématique des productions de cuivre dans le bassin du Niari avec des exemples de céramiques techniques (Misenga, Moubiri, Kindangakanzi et Mindouli : creusets ; Boko-Songho : bec de creuset et terre cuite perforée pour le « suage » des lingots)

En gras : les traditions métallurgiques regroupant plusieurs sites ; maigre : les sites isolés ; italiques : les productions céramiques non directement associées à une production de cuivre.

DAO et photo N. Nikis

Figure 3 – Bases de fourneau érodés (ca. XIIIe siècle), Mamfulu B, région de Mindouli, République du Congo

Figure 3 – Bases de fourneau érodés (ca. XIIIe siècle), Mamfulu B, région de Mindouli, République du Congo

© N. Nikis

4L’intervalle compris entre la fin du xiiie siècle et le début du xve siècle voit le développement de la tradition de Misenga, caractérisée par une céramique abondante au décor inspiré du tissage et par la production, à partir des lingots bruts, de barrettes de cuivre standardisées, vraisemblablement utilisées comme instruments d’échange (fig. 4). Les producteurs, locaux et probablement liés aux groupes qui formeront le royaume de Kongo, s’insèrent par ailleurs dans les réseaux d’échanges allant jusqu’au bassin intérieur du fleuve Congo.

Figure 4 – Lingots et barrettes provenant de sites de type Misenga (ca. fin XIIIe-début XVe siècle), région de Mindouli, République du Congo

Figure 4 – Lingots et barrettes provenant de sites de type Misenga (ca. fin XIIIe-début XVe siècle), région de Mindouli, République du Congo

Échelle métallique : 5 cm.

© N. Nikis

5Alors que les productions se limitent à la zone de Mindouli pour les périodes les plus anciennes, entre le xve siècle et le début du xviie siècle, prospèrent deux ensembles culturels et techniques distincts : Moubiri et Kindangakanzi. Localisés respectivement autour de Mindouli et de Boko-Songho, on les retrouve néanmoins ensemble à Mfouati, attestant de contacts probables entre ces groupes de producteurs. Bien que présentant des différences tant dans la culture matérielle que dans les chaines opératoires, ils partagent en effet des similitudes, comme l’usage de céramique domestique pour les creusets (fig. 2). Les sites de production semblent être par ailleurs des occupations temporaires, uniquement dédiées à la réduction du métal. L’absence de sites d’habitat culturellement liés rend actuellement difficile toute hypothèse sur l’identité des métallurgistes, mais ces sites de production pourraient être le résultat d’expéditions saisonnières – comme le mentionnent certains textes de la première moitié du xviie siècle – dont les produits pourraient avoir été insérés dans des échanges à longue distance avec la côte.

6Entre la seconde moitié du xviie siècle et le xixe siècle, on observe une quasi-absence de sites de production de cuivre dans la région – un seul, Travers Banc, a été identifié pour cette période –, qui coïncide avec un silence des sources historiques à propos du commerce de ce métal. Si les conditions de conservation ne sont pas à exclure, cette absence de données pourrait être due à une chute de la production liée au pic de la traite esclavagiste dans la zone – insécurité, intérêt pour d’autres denrées précieuses, déplacement des centres de productions, etc. Toujours est-il que le commerce de cuivre est à nouveau mentionné par les sources après l’interdiction de la traite au début du xixe siècle et deux ensembles distincts sont présents autour de Mindouli et Boko-Songho. La période s’accompagne également de changements majeurs dans la chaine opératoire : à Mindouli, on constate l’addition de minerai sulfuré à l’habituel mélange carbonaté et, au contraire des périodes antérieures, une production importante de scories, tandis qu’à Boko-Songho, du plomb, sous forme de minerai ou de métal, est ajouté lors de la réduction. Les métallurgistes sont des artisans locaux, opérant de manière saisonnière en marge des villages. Locuteurs de variétés de langues kongo, les artisans des deux zones entretenaient probablement des relations étroites avec d’autres groupes régionaux de langues kongo, dont certains liés à des entités politiques issues de la désintégration du royaume de Kongo. Le cuivre circulait à la fois dans ces réseaux locaux et régionaux, mais également dans le Grand commerce congolais (Sautter 1966 ; Vansina 1973) qui unissait des zones aussi éloignées que la côte atlantique et le bassin intérieur du Congo. Les similitudes avec les réseaux d’échanges dans lesquels s’inséraient les productions de type Misenga (fin xiiie siècle-début xve siècle) suggèrent que le Grand commerce congolais pourrait prendre – en partie – racine aux alentours des xiiie-xve siècles AD. Au-delà donc de la diversité dans la culture matérielle et dans les chaines opératoires, une certaine continuité dans l’organisation socio-économique de cet espace aurait pu se maintenir entre différentes périodes.

Haut de page

Bibliographie

Hilton A. (1985) – The Kingdom of Kongo. Oxford/New York, Clarendon Press, Oxford University Press, xiii.

Lanfranchi R. & Manima-Moubouha A. (1984) – Première datation 14C d’un bas fourneau de fonte de cuivre en République Populaire du Congo. Cahiers Congolais d’Anthropologie et d’Histoire 9 : 7-12.

Manima-Moubouha A. (1988) – Le site archéologique de Moubiri. Kala-Kala 1 : 18-19.

Ndinga-Mbo A. (1984) – Introduction à l’histoire des migrations au Congo : Hommes et cuivre dans le Pool et la Bouenza avant le xxe siècle. Brazzaville, Heidelberg, P. Kivouvou Verlag.

Sautter G. (1966) – De l’Atlantique au fleuve Congo. Une géographie du sous-peuplement. Paris-La Haye, Mouton & Co.

Vansina J. (1973) – The Tio Kingdom of the Middle Congo. 1880-1892. Londres, Oxford University Press.

Volavka Z. (1998) – Crown and ritual: the royal insignia of Ngoyo. Toronto, University of Toronto press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Localisation de la zone de recherche et des sites fouillés et prospectés entre 2013 et 2015
Crédits N. Nikis
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 2 – Chronologie schématique des productions de cuivre dans le bassin du Niari avec des exemples de céramiques techniques (Misenga, Moubiri, Kindangakanzi et Mindouli : creusets ; Boko-Songho : bec de creuset et terre cuite perforée pour le « suage » des lingots)
Légende En gras : les traditions métallurgiques regroupant plusieurs sites ; maigre : les sites isolés ; italiques : les productions céramiques non directement associées à une production de cuivre.
Crédits DAO et photo N. Nikis
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 – Bases de fourneau érodés (ca. XIIIe siècle), Mamfulu B, région de Mindouli, République du Congo
Crédits © N. Nikis
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 4 – Lingots et barrettes provenant de sites de type Misenga (ca. fin XIIIe-début XVe siècle), région de Mindouli, République du Congo
Légende Échelle métallique : 5 cm.
Crédits © N. Nikis
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Nikis, « Archéologie des métallurgies anciennes du cuivre dans le bassin du Niari, République du Congo », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 117-120.

Référence électronique

Nicolas Nikis, « Archéologie des métallurgies anciennes du cuivre dans le bassin du Niari, République du Congo », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1877

Haut de page

Auteur

Nicolas Nikis

nicolasnikis@gmail.com – CReA-Patrimoines, Université libre de Bruxelles ; Service Patrimoines, Musée royal de l’Afrique centrale, Leuvensesteenweg 13, 3080 Tervuren (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals