Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et master soutenus en 2018

Les productions céramiques protohistoriques de l’aire mégalithique sénégambienne dans le contexte de l’Afrique de l’Ouest aux ier et iie millénaires de notre ère

Adrien Delvoye
p. 121-124

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en archéologie
soutenue le 13 décembre 2018
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Direction : M. Gutierrez ; co-direction : L. Laporte
Jury : H. Bocoum, A. Gallay, F. Giligny, T. Insoll, A. Mayor.

Texte intégral

1Situé en Afrique de l’Ouest sur les actuels territoires du Sénégal et de la Gambie, le phénomène mégalithique sénégambien constitue, avec près de 20 000 monuments répartis au sein d’une aire d’environ 30 000 km2, l’une des plus importantes concentrations d’architectures mégalithiques du continent africain (Martin & Becker 1974). En l’absence de sources textuelles ou orales, l’archéologie représente ici l’unique vecteur d’information sur ces structures à caractère funéraire. Les travaux menés dans ce sens depuis la fin du xixsiècle placent, globalement, ce phénomène entre le viie et le xvie siècle de notre ère, soit à une période contemporaine de l’émergence et du développement de grandes entités politiques dans la bande soudano-sahélienne, telles que le Ghâna, le Mâli, ou encore le Tekrûr.

2Toutefois, seules les recherches archéologiques initiées à partir des années soixante-dix permirent d’appréhender la variabilité de ce phénomène. Les fouilles engagées sur plusieurs types d’architectures monumentales et sur différents sites répartis au sein de l’aire mégalithique contribuèrent ainsi à mettre en avant une riche culture matérielle, où la céramique figure comme un élément récurrent (Gallay et al. 1982 ; Gallay 2010 ; Holl et al. 2007 ; Holl & Bocoum 2014, 2017 ; Thilmans et al. 1980). Celle-ci se présente notamment sous la forme de poteries entières, parfois déposées en façade orientale des monuments, et d’un abondant mobilier céramique fragmenté. Le manque de contextes stratifiés constitua cependant longtemps un obstacle à une réelle compréhension de ces productions céramiques en diachronie.

3À partir de 2005, les fouilles archéologiques conduites sur la nécropole de Wanar (Sénégal) – sous la direction de Luc Laporte et Hamady Bocoum – révélèrent des contextes soigneusement renseignés, permettant de situer le mobilier céramique par rapport aux séquences funéraires, architecturales et commémoratives propres à chaque monument (Cros et al. 2013 ; Delvoye et al. 2011, 2016 ; Laporte et al. 2009, 2012, 2017, 2018). Ces nouvelles données sont fondamentales et constituent le cadre de référence d’une réflexion, plus large, sur les vestiges céramiques liés aux architectures mégalithiques de l’espace sénégambien. Les enjeux, multiples, visent ici à la fois à questionner la variabilité typologique des assemblages céramiques, leur évolution dans le temps ainsi que leur relation avec les différents types architecturaux documentés. Les résultats sont finalement confrontés aux grandes séquences céramiques et aux contextes ouest-africains des ier et iie millénaires de notre ère.

4Pour ces raisons, cette étude intègre, en plus de l’important corpus rassemblé à Wanar, l’ensemble des collections archéologiques disponibles pour l’aire mégalithique sénégambienne. Sur le plan méthodologique, nous avons choisi de développer une approche croisée du mobilier céramique. Celle-ci associe à l’étude des caractères morphologiques d’une part, et des motifs et techniques décoratives d’autre part, un volet consacré à une thématique encore largement inexplorée dans l’archéologie au Sénégal : celle des chaînes opératoires de façonnage. L’important corpus de poteries entières rassemblé à l’échelle de l’aire mégalithique sénégambienne représentait alors le support idéal pour initier cette thématique. Dans ce sens, les observations macroscopiques menées systématiquement sur les poteries entières ont été complétées, à Wanar, par des observations sur lames minces réalisées à partir d’un échantillonnage de récipients.

5À Wanar, l’étude des vestiges céramiques pour chaque monument fouillé, puis par transects cohérents, permet d’établir une périodisation valable pour l’ensemble de la nécropole. Cette séquence souligne notamment l’abandon progressif de poteries aux carènes marquées, adaptables en couvercle sur l’embouchure de grandes jarres, au profit d’exemplaires aux dimensions plus réduites, aux carènes peu prononcées, et incompatibles avec cette fonction de couvercle (fig. 1). Sur cette nécropole, uniquement composée de monuments bordés de pierres dressées, l’apparition de ces deux catégories de récipients peut aussi, dans une certaine mesure, être corrélée avec deux types architecturaux distincts. Les poteries adaptables en couvercle et leurs jarres-support semblent ainsi contemporaines des monuments aux monolithes fins et allongés (type A), tandis que les vases aux carènes peu marquées sont essentiellement associés aux monuments à monolithes courts et trapus (type B), sous la forme de dépôts commémoratifs disposés à l’est des architectures monumentales (fig. 2). La reconnaissance de différentes productions au fil de la séquence, définies par des caractéristiques typologiques et techniques particulières, conduit finalement à proposer un scénario historique de l’occupation de la nécropole.

Figure 1 – Opposition typologique et fonctionnelle entre des poteries aux carènes marquées, adaptables en couvercle sur l’embouchure de grandes jarres (à gauche), et des petits vases aux carènes non marquées, incompatibles avec cette fonction (à droite)

Figure 1 – Opposition typologique et fonctionnelle entre des poteries aux carènes marquées, adaptables en couvercle sur l’embouchure de grandes jarres (à gauche), et des petits vases aux carènes non marquées, incompatibles avec cette fonction (à droite)

Dessins A. Delvoye

Figure 2 – Ensemble de gobelets et de petits vases aux carènes peu marquées, non adaptables en couvercles, déposés en façade orientale du monument XX (type B) de la nécropole de Wanar (Sénégal)

Figure 2 – Ensemble de gobelets et de petits vases aux carènes peu marquées, non adaptables en couvercles, déposés en façade orientale du monument XX (type B) de la nécropole de Wanar (Sénégal)

Photo et dessins des céramiques : A. Delvoye ; DAO : L. Quesnel, L. Laporte et A. Delvoye

6La reconstitution de cette trame historique à Wanar sert alors de fil directeur pour, progressivement, intégrer les corpus céramiques de fouilles antérieures de sites des aires occidentales, centrales et orientales de l’aire mégalithique sénégambienne. Ce travail amène à proposer une périodisation générale des productions céramiques, cohérente à l’échelle régionale.

7Ces résultats trouvent finalement un écho particulier dans le contexte, plus large, de l’Afrique de l’Ouest aux ier et iie millénaires de notre ère. Les périodisations du mobilier céramique obtenues pour la zone mégalithique sénégambienne sont alors mises en relation avec les grandes séquences céramiques de la bande soudano-sahélienne, et notamment du Delta intérieur du Niger. Dans cette région, de nombreuses occupations situées entre la fin du premier et le début du second millénaire (Djenné-Djenno, Toguéré Doupwil, Toguéré Galia, Tiébala) témoignent de l’association entre de grandes jarres, à caractère funéraire, et des poteries carénées renversées à leur sommet à la manière d’un couvercle.

8Enfin, une ouverture vers les référentiels ethnographiques invite à ouvrir le champ des possibles en examinant, à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest, les différentes modalités d’emploi des poteries en contextes funéraires et rituels.

Haut de page

Bibliographie

Cros J.-P., Laporte L. & Gallay A. (2013) – Pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : décryptages et révisions. Afrique : Archéologie & Arts, 9 : 67-84.

Delvoye A., Laporte L., Bocoum H., Cros J.-P., Diallo M., Dartois V., Lejay M., Quesnel L. & Bertin F. (2011) – Premières données sur le matériel céramique de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal). Afrique : Archéologie & Arts, 7 : 73-92.

Delvoye A., Laporte L., Bocoum H., Bernard R., Cros J.-P., Djouad S., Dartois V., Lejay M., Athié A., Cissé F. & Quesnel L. (2016) – L’Art et la manière : Approche technologique des céramiques de dépôt dans le mégalithisme sénégambien – Le cas de la nécropole de Wanar (Sénégal). Journal of African Archaeology, 14 (2): 115-134.

Gallay A. (2010) – Sériation chronologique de la céramique mégalithique sénégambienne (Sénégal, Gambie). 700 cal BC - 1700 cal. AD. Journal of African Archaeology, 8 (1): 99-129.

Gallay A., Gervaise P. & Curdy P. (1982) – Mbolop Tobe (Sinthiou Kohel, Sénégal) contribution à la connaissance du mégalithisme sénégambien. Archives suisses d’anthropologie générale, 46 (2) : 247-259.

Holl A. & Bocoum H. (2014) – Les traditions mégalithiques de Sénégambie. Paris, éd. Errance.

Holl A. & Bocoum H. (2017) – Megaliths, cultural landscape and the production of ancestors. Saarbrücken, éd. Universitaires européennes.

Holl A., Bocoum H., Dueppen S. & Gallagher D. (2007) – Switching mortuary codes and ritual programs: the double-monolith-circle from Sine-Ngayene, Senegal. Journal of African Archaeology, 5 (1): 127-148.

Laporte L., Bocoum H., Bernard R., Bertin F., Dartois V., Delvoye A., Diop M., Kane A. & Quesnel L. (2009) – Le site mégalithique de Wanar (Sénégal). Note préliminaire sur un nouveau programme de coopération entre la France et le Sénégal. Afrique : Archéologie & Arts, 5 : 99-108.

Laporte L., Bocoum H., Cros J.-P., Delvoye A., Bernard R., Diallo M., Diop M., Kane A., Dartois V., Lejay M., Bertin F. & Quesnel L. (2012) – Megalithic monumentality in Africa : from graves to stone circles at Wanar, Senegal. Antiquity, 86: 409-427.

Laporte L., Bocoum H., Delvoye A., Sanogo K., Polet J., Ceesay B., Cros J.-P., Athié A., Djouad S., Ndiaye M., Armbruster B., Ballouche A., Eichhorn B., Garnier A., Lespez L., Mathé V. & Robion-Brunner C. (2017) – Les mégalithes du Sénégal et de Gambie dans leur contexte régional. Afrique : Archéologie & Arts, 13 : 93-119.

Laporte L., Cros J.-P., Bocoum H., Teixeira M., Delvoye A., Ndiaye M., Djouad S. & Quesnel L. (2018) – Mégalithes du Sénégal et pratiques sépulcrales : l’hypothèse de rites funéraires différés. Journal des Africanistes, 88 (1) : 80-111.

Martin V. & Becker C. (1974) – Répertoire des sites protohistoriques du Sénégal et de la Gambie. Kaolack, ronéotypé.

Thilmans G., Descamps C. & Khayat B. (1980) – Protohistoire du Sénégal : les sites mégalithiques. Tome I. Dakar, Mémoires de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, 91.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Opposition typologique et fonctionnelle entre des poteries aux carènes marquées, adaptables en couvercle sur l’embouchure de grandes jarres (à gauche), et des petits vases aux carènes non marquées, incompatibles avec cette fonction (à droite)
Crédits Dessins A. Delvoye
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2 – Ensemble de gobelets et de petits vases aux carènes peu marquées, non adaptables en couvercles, déposés en façade orientale du monument XX (type B) de la nécropole de Wanar (Sénégal)
Crédits Photo et dessins des céramiques : A. Delvoye ; DAO : L. Quesnel, L. Laporte et A. Delvoye
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Delvoye, « Les productions céramiques protohistoriques de l’aire mégalithique sénégambienne dans le contexte de l’Afrique de l’Ouest aux ier et iie millénaires de notre ère », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 121-124.

Référence électronique

Adrien Delvoye, « Les productions céramiques protohistoriques de l’aire mégalithique sénégambienne dans le contexte de l’Afrique de l’Ouest aux ier et iie millénaires de notre ère », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1887

Haut de page

Auteur

Adrien Delvoye

adrien.delvoye@gmail.com – Équipe Ethnologie préhistorique, UMR. 7041 (ArScAn), Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals