Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et master soutenus en 2018

Ifé, entre archives du sol et objets d’histoire

Léa Roth
p. 125-126

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de master 2
soutenu le 23 novembre 2018
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Institut des mondes africains (IMAF)
Direction : Bertrand Hirsch et Gérard Chouin

Texte intégral

1Depuis le séjour de Leo Frobenius en 1910 (Frobenius 1912, 1913), une vingtaine de campagnes de fouilles a été menée à Ifé (sud-ouest du Nigéria) par une douzaine d’archéologues différents, ce qui en fait certainement l’un des sites les plus fouillés d’Afrique subsaharienne (Chouin 2018 : 296). Les nombreuses fouilles sur ce site incombent en grande partie aux découvertes d’objets figuratifs en bronze et en terre cuite. Le plus souvent accidentelles, elles ont fait la renommée d’Ifé et motivé les recherches et les « chasses aux trésors » tout au long du xxe siècle. Bien qu’Ifé ait une histoire archéologique riche, très peu de rapports de fouilles antérieures ont été publiés. La littérature dont nous avons hérité est le plus souvent silencieuse sur les contextes stratigraphiques rencontrés ainsi que sur les méthodes de fouilles employées et même sur la localisation précise des sites sondés ou fouillés. Ces informations sont pourtant précieuses quand on refouille un site. Depuis 2015, Ifé fait l’objet de nouvelles recherches dans le cadre du projet « Ifé-Sungbo » dirigé par Gérard Chouin et Adisa Ogunfolakan. Abidemi Babatunde Babalola a également entrepris des travaux à Ifé depuis 2010 (Babalola 2011).

2L’histoire d’Ifé est largement écrite par l’archéologie, mais la mémoire scientifique de la recherche est particulièrement fragile. L’état de nos connaissances sur l’Ifé médiévale s’avère finalement difficile à appréhender et à restituer. Sur quoi s’appuyer quand la recherche archéologique n’a pas toujours laissé derrière elle une documentation ? En parallèle de la constitution des nouvelles données et interprétations qui émergent actuellement, quelles sont les archives de la recherche à notre disposition pour reconstruire l’histoire d’Ifé ?

3En l’absence de rapports de fouilles, en particulier pour les travaux de Frank Willett – l’un des archéologues qui a le plus travaillé sur Ifé –, les archives de ces derniers peuvent fournir des données et une documentation renouvelée.

4Ces « archives du sol », selon l’expression d’André Leroi-Gourhan, donnent lieu à toute une littérature grise – photographies de fouilles (fig. 1), correspondances scientifiques ou encore carnets de terrains – qui peuvent permettre d’enrichir les connaissances archéologiques d’un site. Cette documentation constitue les « fonds de tiroir » de l’archéologue dans lesquels nous pouvons puiser des informations collectées dans le passé. À la lumière des nouvelles connaissances et interprétations sur un site, ces données « classées » ou oubliées pourraient prendre une autre dimension. Ces archives peuvent ainsi apporter des données « réactivables » pour la recherche actuelle et future à Ifé. En plus d’augmenter notre corpus documentaire, elles permettent en effet de réinterpréter des fragments du passé de cette ville, à la lumière de nouvelles données qui étaient alors indisponibles ou avaient pu donner lieu à des interprétations différentes.

Figure 1 – Fouille d’un pavement sur le site d’Ita Yemoo

Figure 1 – Fouille d’un pavement sur le site d’Ita Yemoo

© Hunterian Museum and University of Glasgow Archives & Special Collections, Frank Willett collection, GB248 ACCN 3120/ 11 ; photo : L. Roth

5Cette démarche de revisite de terrain au travers de la littérature archéologique du passé nous a menée à une première exploration du fonds Frank Willett conservé au service des archives de l’université de Glasgow. Ces documents disponibles depuis 2007 sont inédits et constituent un véritable gisement qui demandera à l’avenir une étude et une analyse plus approfondie, en particulier des nombreux carnets de terrain. Nous proposons surtout dans ce mémoire une présentation du corpus et une exploitation circonstanciée de quelques éléments. L’intérêt sera à l’avenir d’enrichir et de comparer ces archives de terrain avec les résultats et les interprétations issus des fouilles et prospections en cours.

6Nos recherches nous ont également menée aux archives de Raymond Mauny, chercheur français contemporain de Frank Willett. En 1952, ce dernier avait co-écrit avec Jacques Bertho un article sur l’archéologie d’Ifé (Mauny & Bertho 1952). Bien qu’il ne soit pas un acteur direct de la recherche à Ifé, cet article témoigne de l’intérêt qu’avait pu manifester Raymond Mauny pour les recherches archéologiques de ce site, en particulier au cours des années 1950-1960. L’ouverture récente du fonds Raymond Mauny à la Bibliothèque de recherches africaines (BRA) à Paris nous a permis d’explorer ces archives et de constater l’intérêt suscité par les fouilles d’Ifé dans le paysage de la recherche archéologique africaniste française en cette période charnière du développement des études africaines.

7La correspondance que Raymond Mauny a entretenue avec ses collègues britanniques, et avec Frank Willett en particulier, au sujet des travaux en cours à Ifé nous a ainsi lancée vers de nouvelles directions de recherches. Ces échanges témoignent en particulier de l’intérêt que portait Raymond Mauny à la question de l’ « origine » du cuivre des alliages des objets d’Ifé (Mauny 1965). Même si elles restèrent focalisées sur cette quête de l’origine, les théories de ce dernier et ses discussions sur le sujet avec le monde de la recherche africaniste nous ont servi de porte d’entrée pour réaliser une synthèse des recherches sur cette question, enrichie des travaux plus récents. À travers cette discussion, nous proposons ainsi une réflexion et une mise en perspective sur la place qu’Ifé a pu avoir dans un réseau de circulation des métaux.

8Têtes en alliages cuivreux, objets-trésors, objets déracinés de leur toile de fond : ils sont parfois les seuls témoins d’une fouille qui n’a prêté que trop peu d’intérêt au contexte archéologique.

9L’absence de sources écrites et la difficulté à rassembler des sources archéologiques invitent à questionner l’ensemble du matériel que nous avons à notre disposition et à s’approprier d’autres sources. En plus des « archives du sol » produites par les archéologues, les objets eux-mêmes peuvent constituer des sources capables de nourrir des réflexions et d’alimenter nos connaissances de l’Ifé médiévale. Nous avons donc choisi de proposer dans ce mémoire une démarche qui se répond en miroir, entre les archives de la recherche archéologique et les archives matérielles elles-mêmes. Outre la discussion sur les objets en alliages de cuivre, nous proposons une esquisse des perspectives sur l’étude des pavements (fig. 1). Ces vestiges qui parsèment la ville d’Ifé sont en effet eux aussi des « objets d’histoire ». Les fouilles et les prospections récentes nous ont permis d’en enregistrer un très grand nombre, ouvrant de nouvelles perspectives pour l’étude de la gestion de l’espace de ce centre urbain en zone tropicale et de sa place dans les dynamiques et les interactions économiques régionales à l’époque médiévale.

Haut de page

Bibliographie

Frobenius L. (1912) – Und Afrika sprach. Berlin Vita, Deutsches Verlagshaus.

Frobenius L. (1913) – The Voice of Africa, I-II. Londres, Hutchinson and Company.

Chouin G. (2018) – Igbo-Ukwu, Ifé et les régions du golfe de Guinée. In : F.-X. Fauvelle-Aymar (dir.), De l’Acacus au Zimbabwe 20 000 avant notre ère - xviie siècle. L’Afrique ancienne, Belin, coll. « Mondes anciens ».

Babalola A. B. (2011) – Archaeological investigation at Ile-Ife southwest Nigeria, preliminary report on the 2010 test excavation. Nyame Akuma, 76: 33-46.

Mauny R. & Bertho J. (1952) – Archéologie du pays yoruba et du bas Niger. Notes africaines, 56 : 97-115.

Mauny R. (1962) – A possible source of copper for the oldest brass heads of Ifé. Journal of the historical society of Nigeria, 2 (3): 393-395.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Fouille d’un pavement sur le site d’Ita Yemoo
Crédits © Hunterian Museum and University of Glasgow Archives & Special Collections, Frank Willett collection, GB248 ACCN 3120/ 11 ; photo : L. Roth
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Roth, « Ifé, entre archives du sol et objets d’histoire », Afrique : Archéologie & Arts, 14 | 2018, 125-126.

Référence électronique

Léa Roth, « Ifé, entre archives du sol et objets d’histoire », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1895

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals