Navigation – Plan du site

Les terres cuites du delta intérieur du Niger : de l’esthétisme à l’histoire de l’art

Fabrice Sauvagnargues
p. 7-18

Résumés

L’analyse des publications traitant des statuettes en terres cuites du delta intérieur du Niger est l’occasion de faire une synthèse des connaissances : l’écrasante majorité des pièces provient de pillages et est complètement décontextualisée. Regroupées en catégories relevant de la logique du marché, elles sont irrémédiablement muettes quant à leurs origines et destinations.
Il existe quelques œuvres découvertes lors de fouilles scientifiques, mais leur petit nombre tend à focaliser l’analyse sur un contexte qui tient plus du cas particulier que de la dimension historique plus large.
Des recherches en cours sur les sites de la région de Thial en bordure du delta intérieur du Niger permettent d’aborder cette statuaire selon une perspective renouvelée et d’offrir des axes de réflexion pour une analyse des terres cuites du delta intérieur du Niger.

Haut de page

Texte intégral

Historique et contexte de découvertes des terres cuites : construction d’un discours

1Les terres cuites sont connues dans la littérature depuis 1940. Ces publications peuvent être classées en trois catégories.

Les comptes rendus de trouvailles fortuites

2En 1940, G. Vieillard publie dans le Bulletin de l’IFAN un ensemble de six objets ramassés en 1933 sur la butte de Kaniana, près de Djenné. Ce compte rendu est destiné à expliquer le contexte de la découverte, et à présenter succinctement les objets mais c’est, surtout, le premier de neuf articles qui rendront compte des découvertes fortuites de terres cuites dans le delta intérieur du Niger de 1940 jusqu’en 1967.

  • 1 On considère souvent que les statuettes publiées par Szumowski proviennent de fouilles. En fait, il (...)

3Il s’agit de fragments et de pièces entières trouvés en surface ou à faible profondeur sur des sites archéologiques. Les inventeurs en sont des habitants des villages voisins (Ligers 1957, Malzy 1967) et/ou des Européens amenés à y travailler (Vieillard 1940, Masson-Detourbet 1953, Szumowski 1955). Contrairement à une idée reçue, il semble qu’aucune de ces pièces n’ait été trouvée directement dans le cadre de fouilles ou de sondages archéologiques1.

4D’une façon générale, ces articles participent de la démarche commune des Notes Africaines : publier des objets découverts –ou simplement vus– au gré des circonstances afin de les faire connaître. Il s’agit d’augmenter le corpus de la statuaire en terre cuite d’Afrique occidentale afin de permettre des comparaisons.

  • 2 Pots globulaires fermés décorés de représentations de serpents.

5Habités d’une volonté encyclopédique –démarche générale à l’IFAN–, les auteurs publient l’ensemble des pièces rencontrées, sans faire de distinctions dans la production céramique : les statuettes voisinent avec les poteries, les fusaïoles… Les statuettes ne sont pas dissociées des objets qui les entourent (Vieillard 1940, Masson-Detourbet 1953). Cependant, il est malaisé de déterminer si ces associations ne sont que le résultat d’assemblages improbables par leurs inventeurs lors du ramassage ou si elles correspondent à une réalité taphonomique. Reste que, la prudence étant de rigueur, on ne saurait considérer ces rapprochements autrement que comme un témoignage de la présence de certaines catégories d’objets sur les sites (fusaïoles, manidagas2…).

6L’absence de données précises n’empêche pas les auteurs de proposer des hypothèses quant à la fonction des statuettes, hypothèses fondées sur l’analogie ethnologique en l’absence de toute référence archéologique et sur une vision de l’Afrique où le temps n’a pas la même valeur : images d’ancêtres, images funéraires (Veillard 1940), statuettes funéraires (Mauny 1949), sculpture surmontant le couvercle d’un vase funéraire et portrait du défunt (Ligers 1957), statuette funéraire représentant le défunt dans la position même qu’il occupait dans la jarre-cercueil (Malzy 1967).

7Il est certain que le contexte archéologique, les conditions d’enfouissement, les relations avec d’autres objets, les indices culturels sont perdus. Cependant, l’intérêt premier de ces publications tient au fait qu’elles donnent une provenance géographique précise pour ces pièces, ce qui ne sera plus le cas à partir des années quatre-vingt dans les publications commerciales.

8Au total, ces comptes rendus portent sur vingt-quatre objets ou fragments d’objets (voir tableau A).

Tableau A - Tableau récapitulatif des pièces publiées entre 1940 et 2004 (hors publications commerciales)

Tableau A - Tableau récapitulatif des pièces publiées entre 1940 et 2004 (hors publications commerciales)

Les publications scientifiques

9Il ne s’agit plus de comptes rendus de trouvailles, mais de rapports d’activités archéologiques.

  • 3 Ces missions seront les seules pour le delta jusqu’au début des années 90.

10À partir de 1975, la recherche archéologique dans le delta intérieur est marquée par deux missions d’importance3.

11La mission néerlando-malienne qui travaille à Toguéré Doupwil et Toguéré Galia en 1974-1975 découvre six fragments de statuettes, dont cinq proviennent de ramassages de surface. Un seul est trouvé en fouille « dans la couche supérieure de la section C » et daté –indirectement– des XIVe-XVe siècles (Bedaux et al. 1978 : 123, 143, 187 et 215-216).

  • 4 1977 : 1 à Djenné Djeno, 2 sur un site prospecté (293-23-A). 1981 : 3 à Djenné Djeno.

12En 1977 et 1981 les archéologues américains Susan et Roderick McIntosh entament une série de campagnes sur le site de Djenné Djeno et dans sa région, durant lesquelles ils mettent au jour plusieurs statuettes dont six in situ4 (McIntosh & McIntosh 1979 : 52-3, McIntosh 1995 : 214-215). Pour Susan et Roderick McIntosh, les statuettes agenouillées sont « associées à un contexte rituel domestique » (McIntosh 1995 : 214) ; les pièces étant placées dans des fondations de maisons (figure 1).

Figure 1 - Statuette provenant de Djenné Djeno, trouvée en contexte stratigraphique

Figure 1 - Statuette provenant de Djenné Djeno, trouvée en contexte stratigraphique

H. 22 cm

© McIntosh 1979

13Ces pièces in situ sont datées par associations stratigraphiques « entre 1000 et 1300 A.D. » pour celles de 1977 (McIntosh et McIntosh 1979 : 52), « approximativement du XIe siècle » pour celles de 1981 (McIntosh 1995 : 214). Ce ne sont en aucun cas les pièces elles-mêmes qui sont datées.

14Pour la première fois, il est possible d’attribuer un contexte environnemental à un ensemble de pièces, la fouille permettant même d’entrevoir un contexte culturel. Cependant, cela ne concerne que la moitié des statuettes mises au jour, le reste ayant été découvert en contexte secondaire.

  • 5 Le projet international de fouilles archéologiques de Dia, conduit par R. Bedaux et A. Schmidt, ass (...)

15Entre 1998 et 2002, une équipe internationale entreprend des fouilles sur le site de Dia –une des plus anciennes villes du delta– et ne met au jour aucune statuette, excepté un fragment de tête en contexte secondaire5.

16Ce projet Dia est à l’origine des recherches franco-maliennes sur le site de Natamatao, entamées en 2001 sous la direction de Jean Polet. À ce jour, quatre campagnes ont eu lieu : elles ont permis de topographier la butte et ses abords, de mener des prospections régionales et d’ouvrir six secteurs de fouille. Nous reviendrons dessus dans la seconde partie de l’article.

Les publications commerciales

17Le troisième type de publications rassemble l’ensemble des publications à vocation commerciale ou promotionnelle liées au marché de l’art africain en Europe : catalogues de ventes, expositions privées et publicités dans les revues.

  • 6 Sur la notion de biens culturels et les considérations éthiques afférentes, voir Panella 1995 : 67s (...)

18Pour comprendre les enjeux sous-jascents de ce type de publications, il importe de revenir sur une donnée essentielle dans la connaissance des terres cuites : ces pièces décrites proviennent dans leur majorité de « fouilles non autorisées » et sont cependant présentées comme « terres cuites de fouilles ». Cette euphémisation d’une réalité –le pillage– s’explique par l’hypocrisie ou le double langage des possesseurs publics et privés pour qui la protection de ces « biens culturels » passe par leur « mise à l’abri » dans les collections européennes et relève d’une préoccupation « morale » : sauvegarder un patrimoine6.

19Entre 1980 et 1994, dans ce type de publication, sur un total de 170 références « il n’y a eu que quatre articles conçus indépendamment d’une exposition temporaire, d’une vente aux enchères ou en galerie » (Panella 1995 : 18).

  • 7 Il s’agit essentiellement de publications de Bernard de Grunne : sa thèse, basée principalement sur (...)

20Sur ces quatre articles, trois se situent à l’interface entre les mondes scientifiques et marchands et participent de la volonté d’accroissement de la valeur des pièces par une plus-value scientifique7 : la construction d’un discours savant sur les statuettes décontextualisées autorisant en retour une contextualisation savante des statuettes, en proposant des données « scientifiques » et des renvois bibliographiques, qui participeront du pedigree des pièces proposées sur le marché.

  • 8 Une raison pragmatique d’un point de vue commercial étant que le fournisseur cache ses sources d’ap (...)

21À la différence des comptes rendus qui signalaient la découverte fortuite de nouvelles pièces, ces catalogues ne donnent aucune information de provenance précise et les dates de découverte sont inconnues8. On ne dispose d’aucun contexte géographique, encore moins stratigraphique. Les pièces sont regroupées stylistiquement –de façon arbitraire– sous diverses appellations mercantiles. Alors qu’auparavant on parlait plutôt de « terres cuites du Mali », l’année 1980 impose ses appellations d’origine contrôlée (style Djenné, style Bankouni) d’après la classification établie par Bernard de Grunne pour le catalogue de l’exposition de terres cuites de l’Ouest Africain de Louvain issues de la collection de Baudoin de Grunne (de Grunne 1980). Le prestige du collectionneur et le catalogue imposent des styles officiels bâtis sur quelques pièces « de Grunne ». Et alors que sur le marché les pièces du delta intérieur ont perdu de leur importance marchande, les styles créés demeurent et continuent d’être employés tels quels.

22La décontextualisation est accentuée par la présentation dans les publications de pièces isolées, considérées seules, objets autonomes porteurs du simple revêtement esthétique que le marché et les musées leur ont donné. Lorsque les pièces font l’objet de regroupements, il ne s’agit que de considérations opportunistes réunissant des postures ou des iconographies similaires, sans autre considération que la réalisation d’une belle photographie.

  • 9 Afin d’expliquer la précision des datations, les rédacteurs du catalogue Mali Arcaico, expliquent : (...)

23Seules informations présentes : des datations désinvoltes obtenues par thermoluminescence (TL)9.

  • 10 Sur la légitimation des pièces par leur datation, voir Panella 1995 ; sur la thermoluminescence, vo (...)

24Les pièces issues de pillage, arrachées à leur contexte, ne sont pas datables par ces analyses, ce qui n’empêche pas les marchands de produire –dans tous les sens du terme : montrer et fabriquer– des dates10. L’enjeu est de participer à la valeur de l’objet en lui octroyant une ancienneté qui permet de le rapprocher des pièces scientifiquement datées, de déculpabiliser le vendeur et l’acheteur d’une pièce pillée en arguant du fait que la pièce n’est plus muette puisqu’elle est maintenant datée –le pillage n’empêcherait donc pas la connaissance a posteriori, de contribuer à la fabrication de styles par une circulation circulaire : les datations viennent confirmer des attributions stylistiques en même temps que ces attributions incitent les marchands à attendre certaines dates des analyses (Panella 1995 : 77-79).

25La datation par thermoluminescence repose sur le fait que des minéraux sont irradiés par des radioisotopes naturels et des rayonnement cosmiques. Des processus physico-chimiques conduisent à la libération d’électrons qui sont alors stockés dans les pièges du réseau cristallin. Lors d’une chauffe, les électrons sont libérés de leurs pièges et excitent des centres luminogènes. La quantité de lumière enregistrée est proportionnelle au temps d’irradiation et, grâce à des protocoles d’analyses précis, il est possible de dater des terres cuites –en fait la dernière cuisson de l’objet. Cependant, il faut noter que la mise en œuvre de cette méthode reste délicate et les facteurs d’imprécision énormes. Pour dater une terre cuite grâce à la thermoluminescence, il est nécessaire de connaître le contexte précis d’enfouissement de la pièce pour préciser les mesures de l’irradiation. Or, dans le cas de pièces pillées, ce contexte n’existe plus.

26Les résultats d’analyses sont donnés sous formes de fourchettes, parfois très larges, pourtant les laboratoires commerciaux n’hésitent pas à donner des résultats d’une grande précision. Ils « affinent » les fourchettes TL en fonction des hypothèses ou des attentes du demandeur de la datation.

27La très grande majorité des terres cuites est non documentée et complètement décontextualisée. Seules quelques-unes sont datées –indirectement– entre 1000-1300 A.D. Cela ne correspond qu’à certaines pièces (statuettes agenouillées) issues du contexte domestique urbain de Djenné Djeno.

28Le regard porté sur les statuettes limite presque exclusivement l’intérêt de ces œuvres à une description stylistique et à des jugements esthétiques, porteurs, avant tout, de projections occidentales. Les classifications stylistiques créées et entretenues par le marché reflètent les tendances de ce marché plutôt qu’une réalité. Quelques considérations chronométriques servent à donner une valeur ajoutée à ces pièces dont l’importance est fonction de leur pedigree, inversement proportionnel aux données scientifiques.

  • 11 Sur ce point, voir de Grunne 1995 et les critiques de McIntosh 1992 et Panella 2002.

29À cet égard, les travaux de B. de Grunne sont symptomatiques : ses études sur la statuaire reposent principalement sur des datations imprécises par thermoluminescence, et son nom seul prétend légitimer des méthodologies de recherches ineptes, en particulier lorsque, enquêtant sur les postures des statuettes, il télescope le XXe siècle et le début du 2e millénaire en prétendant expliquer les postures des statuettes grâce aux indications que lui donnent des informateurs en 1985, et confond dates TL, 14C, historiques et traditions orales11.

Nouvelles découvertes, nouvelles approches

Présentation

30Depuis 2001, une mission archéologique franco-malienne travaille en bordure du delta intérieur, dans la région de Thial (cercle de Tenenkou), sur le site de Natamatao.

31Le site est connu depuis l’intervention des autorités à la suite du décès d’un pilleur en 1990. Lorsque la gendarmerie intervient, 200 pilleurs sont à l’œuvre.

32Malgré une destruction quasi généralisée des 80 premiers centimètres de la stratigraphie du site, et un pillage intensif au centre et à l’est de la butte de Natamatao, les fouilles font apparaître des zones non pillées permettant d’avancer des hypothèses quant à la nature du site qui paraît complexe (figure 2).

Figure 2 - Plan des pillages à Natamatao d’après la mémoire des pilleurs et les observations de surface

Figure 2 - Plan des pillages à Natamatao d’après la mémoire des pilleurs et les observations de surface

© P. Texier

33Dans l’état actuel des recherches, il n’est pas possible de présenter de datations calendaires pour Natamatao, les analyses radiocarbones étant en cours. Toute l’approche chronologique du site se fait par analogie avec d’autres sites publiés du delta intérieur, et situe l’occupation entre les VIIIe et XVe siècles de notre ère.

  • 12 D. van der Waals, com. pers., janvier 2004. Polet 2004.

34Le site ne présentait –avant les pillages– aucun tesson en surface, à la différence des togué reconnus jusqu’alors. Des sites sans tessons de surface existent ailleurs dans le delta intérieur, mais ils ont systématiquement été classés par les archéologues comme des levées naturelles, jamais comme des structures anthropisées12. Seuls les pilleurs y ont travaillé, puisqu’ils s’intéressaient dans leur prédation à l’ensemble des buttes, contrairement aux archéologues qui les ignoraient en raison de l’absence de témoins archéologiques en surface.

35Les campagnes 2002-2004 ont mis en évidence deux ensembles à Natamatao : d’une part, une zone orientale à connotation religieuse ; d’autre part, une zone d’habitat à la périphérie ouest. En plus des simples dépôts de statuettes connus par le marché, on y trouve des dépôts d’objets, des inhumations d’équidés et de bovinés ainsi que des inhumations humaines en pleine terre. Les prospections ont mis en évidence l’existence d’une métallurgie du fer très importante dans la région, comparable à ce que l’on connaît dans le Méma et la zone lacustre.

36Des témoins de cette métallurgie se retrouvent à Natamatao. En effet, à la surface de la butte, ont été trouvés des fragments minéraux identifiés comme du minerai. Ce minerai, localisé précisément sur le site, près d’un trou de pillage, a semble-t-il fait l’objet d’un tri, c’est-à-dire que les restes trouvés sont en fait le résultat d’un choix sélectionnant les éléments riches en fer susceptibles d’être réduits. Faibles, voire très faibles en oxyde, les morceaux que nous avons ramassés ont donc été rejetés. Parallèlement à cela, la collecte dans les villages de la région, a permis de découvrir une série de trois marteaux et de trois enclumes issues de Natamatao. La campagne 2004, en outre, a mis en évidence dans le cadre d’un sondage des éléments pouvant s’apparenter à l’espace périphérique d’une zone de réduction.

  • 13 Ainsi, sur les collectes effectuées en 2003 et 2004, 393 objets –dont 93 statuettes ou fragments de (...)

37Par ailleurs, des enquêtes menées dans sept villages autour de Natamatao ont permis de retrouver un nombre important d’objets issus du pillage que les habitants gardaient par devers eux. Ce sont plusieurs centaines d’objets entiers, en très bon état de conservation (fragments de sculpture en terre cuite, poteries intactes, meules avec leurs molettes, objets en métal : fer, cuivre…) que la mission a collectés pour le compte du Musée national du Mali à Bamako13 (figure 3).

Figure 3 - Objets provenant de Natamatao, collecte 2004

Figure 3 - Objets provenant de Natamatao, collecte 2004

Photo P. Texier

38Cette collecte complète le travail d’enquête effectué auprès des anciens pilleurs sur les conditions de découverte, l’organisation spatiale et la « stratigraphie » des terres cuites, telles que la mémoire du pillage les laisse entrevoir.

39Cette recherche ne s’intéresse pas seulement aux objets provenant du site de Natamatao : elle concerne également les togué de la région situés à proximité ou sous les villages actuels.

40Aucune statuette n’a, pour le moment, été découverte en contexte stratigraphique à Natamatao (figure 4).

Figure 4 - Statuettes provenant de Thial conservées au Musée national du Mali, Bamako.

Figure 4 - Statuettes provenant de Thial conservées au Musée national du Mali, Bamako.

4a : Statuette zoomorphe représentant un cheval, photo P. Texier, inv. 98-2-1, H. 36 cm ; 4b : Statuette zoomorphe représentant un cheval, photo Musée national du Mali, inv. 2002-17-15, H. 36,5 cm ; 4c : Statuette anthropozoomorphe représentant un personnage agenouillé, photo Musée national du Mali, inv. 90-25-10, H. 49,5 cm ; 4d : Statuette anthropozoomorphe représentant un personnage agenouillé, photo Musée national du Mali, inv. 2002-2-6, H. 30 cm.

Photos P. Texier et Musée national du Mali

41Pourtant, des perspectives nouvelles s’offrent aux chercheurs et les recherches dans la région de Thial permettent d’apprécier sous un angle nouveau les travaux sur la statuaire du delta intérieur. Nous nous proposons d’étayer notre propos à partir de quatre axes de réflexion.

Une affaire de « Styles »

42L’utilisation par le marché d’appellations commerciales pour définir les terres cuites –« style Djenné » notamment– a finalement contribué à réduire la vision de la variété de la sculpture de cette région et à la priver de ses nuances iconographiques.

43Au vu des objets mis au jour à Natamatao, il est clair que l’on ne peut plus considérer comme sérieuses les attributions stylistiques existantes : plusieurs styles peuvent cohabiter sur un même site et un style soi-disant propre à un site se retrouve à l’échelle de la région.

44Ainsi, sur le seul site de Natamatao, on trouve des pièces caractéristiques du style dit Tenenkou que sont les animaux aux pattes épaisses et droites, en même temps que des fragments de statuettes d’un style qui, dans la littérature marchande, seraient appelé « style Djenné ». Dans ce cas, il semble que cette cohabitation de styles sur un même site corresponde à des niveaux et des modes d’occupations différents.

45On connaît également des statuettes identiques à celles de Natamatao dans d’autres togué de la région.

Les statuettes ne sont pas des invariants

46Leur décontextualisation et le fait qu’elles n’aient été considérées que sous l’angle d’une esthétique occidentale implique que les statuettes sont considérées comme figées dans un éther a-temporel borné par le mythe et le temps présent. Cette vision « a-chronologique » des objets du passé empêche de prendre en considération toute variation historique et cantonne les pièces dans une association forme-fonction immuable. Rien ne précise cela et il faudrait proposer que formes et fonctions ne sont pas liées, qu’une mobilité dans le temps et l’espace est justifiée. Les statuettes agenouillées de Djenné Djeno considérées comme objets d’un culte domestique ont-elles la même symbolique ailleurs dans le delta dans des sites qui ne sont pas d’habitat ? Et doit-on penser automatiquement qu’elles aient toujours eu ce sens à Djenné ? Autant de questions auxquelles il est certes encore impossible de répondre avec précision, mais reconsidérer les a priori est nécessaire.

L’importance des associations statuettes-poteries

47Les comptes rendus de trouvailles et les publications scientifiques faisaient en leur temps état de relations entre les statuettes et les poteries dans les dépôts archéologiques (Masson-Detourbet 1953, McIntosh et McIntosh 1979). Les pilleurs –forts de leur expérience sur de nombreux sites du delta– confirment cette relation particulière (Panella 2002 : 175-176). Toutefois, tous ne considèrent, lorsqu’ils parlent de poterie, qu’un seul type particulier : les manidagas. De plus, les auteurs ne considèrent les manidagas que comme des marqueurs signalant la présence de statuettes.

48Or, et c’est l’intérêt de la fouille de Natamatao, il apparaît que les associations statuettes-poteries ne se limitent pas aux seuls manidagas, signalant des dépôts– aucun n’y a d’ailleurs été découvert, ni en fouille ni dans les rebuts du pillage. La relation est plus complexe : la « mémoire du pillage » indique que les poteries peuvent apparaître comme des marqueurs, elles peuvent être placées directement avec les statuettes dans des alignements d’objets ou participer de rassemblement d’objets divers sous la forme d’« autels ». Ainsi, un ancien pilleur se souvient-il d’une découverte qu’il a faite sur un toguéré des environs de Diakourou : trois statuettes identiques à celles de Natamatao étaient posées sur des anneaux en terre cuite et entouraient un pot au couvercle très décoré. Le pot contenait un « médicament ». Il a reconstitué cette disposition au moment de la collecte (figure 5).

Figure 5 - « Autel » associant statuettes et poteries, reconstitution des conditions de découverte par le pilleur, Diakouri, janvier 2004,

Figure 5 - « Autel » associant statuettes et poteries, reconstitution des conditions de découverte par le pilleur, Diakouri, janvier 2004,

© J. Polet

Un contexte accessible ?

49En croisant les données de la fouille, les entretiens avec les pilleurs et les observations faites sur le matériel collecté, il est possible de restituer partiellement le contexte stratigraphique des pièces pillées.

50Déjà, les entretiens avec les pilleurs mettent en évidence une organisation des pièces déposées selon des alignements d’objets de même nature, l’importance des poteries dans les dépôts et leur association récurrente avec les sculptures. Autant d’éléments jusque-là inconnus.

51Les premiers travaux laissent penser qu’il est même possible de mettre en évidence le contexte culturel de l’enfouissement des terres cuites.

Conclusion

52Il apparaît donc, par cette première approche, que l’on ne saurait considérer les statuettes pour elles-mêmes : elles appartiennent à un ensemble plus vaste, reposant sur des associations entre matériels différents et jusqu’il y a peu insoupçonnées, que des études récentes sur les réseaux du pillage laissaient deviner.

53Le contexte des sculptures de Natamatao n’est pas le même qu’à Djenné Djeno. On ne se trouve pas devant les traces d’un rituel domestique mais, semble-t-il, en présence d’un contexte religieux plus large, à l’échelle d’une région. En effet, des prospections ont permis de recenser et d’étudier 44 sites archéologiques dans la région de Thial, en majorité des buttes d’habitats mais aucun autre site semblable à Natamatao. « Les dimensions du monument, mais aussi la nature tout à fait exceptionnelle des dépôts (en nombre), d’un type inconnu dans la littérature, ainsi que l’importance symbolique du monument qui conduit à y déposer cérémonieusement hommes, équidés et bovinés, nous conduisent à lui attribuer une fonction qui dépasse son environnement immédiat » (Polet 2004 : 10) (figure 6).

Figure 6 - Carte des prospections dans la région de Thial

Figure 6 - Carte des prospections dans la région de Thial

A : prospections dans la région de Thial ; B : nature des sites

© F. Sauvagnargues

54Les recherches à Thial permettent donc de considérer les statuettes dans le contexte d’un ensemble de sites homogènes, pratiquant la métallurgie parfois de façon « industrielle », témoignant de sociétés structurées autour d’un site symbolique –marqueur du territoire– contemporain des grands empires Ouest -africains (Ghana et Mali).

Les recherches à Thial associent l’Institut des Sciences Humaines, le Musée National du Mali, l’université de Paris I et l’UMR 7041. Le projet est rendu possible grâce à un financement du ministère des Affaires étrangères français.

Haut de page

Bibliographie

(2003) - Mali arcaico, Galerie Christobal Benitez, Madrid.

Bedaux R.M.A., Constandse-Westermann T.S., Hacquebord L. Lange A.G., van der Waals J.D. (1978) - Recherches archéologiques dans le Delta intérieur du Niger, Palaeohistoria, 20, p. 91-220.

Bedaux R.M.A., Mac Donald K., Person A., Polet J., Sanogo K., Schmidt A., Sidibe S. (2001) - The Dia Archaeological Project: Rescuing Cultural Heritage in the Inland Niger Delta, Antiquity, 75, p. 837-848.

Bedaux R. M. A., Gallay A., Mac Donald K. (2004) - L’archéologie des Dogons de l’Est : Nokara, Sarnyéré et Douentza. Bedaux R. M. A. & van der Waals J. D. [eds], Regards sur les Dogons du Mali, Rijksmuseum voor Volkenkunde, Leyde, Éditions Snoek, Gand, p. 40-47.

Bernardi B. & de Grunne B. (1990) - Terra d’Africa. Terra d’Archeologia. La grande scultura in terracotta del Mali, Djenné VIII-XVI sec., Florence, Alinari.

de Grunne B. (ed) (1980) - Terres cuites anciennes de l’Ouest africain, Louvain-la-Neuve, Institut supérieur d’archéologie et d’histoire de l’art, Collège Erasme.

de Grunne B. (1995) - An Art Historical Approach to the Terracotta Figures of the Inland Niger Delta, African Arts, XXVIII, 4, p. 70-79.

Evrard J. (1977) - Les figurines en terre cuite du Mali : description morphologique et essai de typologie, Mémoire de licence, Louvain, 2 vol. 

Guimont C. (1978) - Djenné. Éléments d’une civilisation du Delta intérieur du Niger, Arts d’Afrique Noire, 28, p. 11-21.

Haselberger H. (1966) - Deux statuettes en terre cuite du Podo, Notes Africaines, 112, p. 143-144.

Ligers Z. (1957) - Têtes sculptées en terre cuite trouvées au Soudan sur les bords du Niger, Notes Africaines, 74, p. 43-46.

Masson-Detourbet A. (1953) - Terres cuites de Mopti (Soudan), Notes Africaines, 60, p. 100-102.

Malzy P. (1967) - A propos d’une statuette funéraire (Kami, Mali), Notes Africaines, 113, p. 17-19.

Mauny R. (1949) - Statuettes en terre cuite de Mopti, Notes Africaines, 43, p. 70-72.

McIntosh R. J. et McIntosh S.K. (1979) - Terracotta Statuettes from Mali, African Arts, XII, 2, p. 51-53.

McIntosh R. J. (1992) - From Traditional African Art to the Archaeology of Form in the Middle Niger, Dall’archeologia all’arte tradizionale africana, Centro Studi Archeologia Africana, p. 145-151.

McIntosh S. K. (1995) - Excavations at Jenne-Jeno, Hambarketolo and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali): The 1981 Season, University of California Monographs in Anthropology, 20, University of California Press.

Monod T. (1943) - Découverte archéologique à Djenné, Notes Africaines, 20, p. 10.

Panella C. (1995) - Les terres cuites anthropomorphes dites « de Djenné ». Perspectives d’éthique et d’esthétique, Diplôme d’études approfondies, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, non publié.

Panella C. (2002) - Les terres cuites de la discorde. Déterrement et écoulement des terres cuites anthropomorphes du Mali. Les réseaux locaux, Research School of Asian, African, and Amerindian Studies, Universiteit Leiden.

Polet J. (1990) - À propos de thermoluminescence, Arts d’Afrique Noire, 76, p. 55-59.

Polet J. (2004) – Enjeux des recherches archéologiques franco-maliennes de Thial (région de Tenenkou), Actualités de la recherche au Mali, 18, p. 7-10.

Szumowski G. (1955) - Fouilles à Kami et découvertes dans la région de Mopti (Soudan), Notes Africaines, 67, p. 65-69.

Viellard G. (1940) - Sur quelques objets en terre cuite de Dienné, Bull. de l’IFAN, t. 2, n° 3-4, p. 347-349.

Haut de page

Notes

1 On considère souvent que les statuettes publiées par Szumowski proviennent de fouilles. En fait, il ne les évoque que dans un encart dans lequel il signale avoir reçu trois fragments de statuettes qu’un ingénieur a découvert sur un « toguéré dans le canton de Koubaï » lors de travaux de terrassement (Szumowski 1955 : 69).

2 Pots globulaires fermés décorés de représentations de serpents.

3 Ces missions seront les seules pour le delta jusqu’au début des années 90.

4 1977 : 1 à Djenné Djeno, 2 sur un site prospecté (293-23-A). 1981 : 3 à Djenné Djeno.

5 Le projet international de fouilles archéologiques de Dia, conduit par R. Bedaux et A. Schmidt, associait l’Institut des Sciences Humaines de Bamako, le Musée national du Mali, les universités de Bamako, Leiden, Londres (University College), Paris I et Paris VI. Concernant le fragment de tête, il reste non publié en attendant la prochaine parution de la monographie sur les recherches de Dia.

6 Sur la notion de biens culturels et les considérations éthiques afférentes, voir Panella 1995 : 67sq.

7 Il s’agit essentiellement de publications de Bernard de Grunne : sa thèse, basée principalement sur la collection de son père, Baudouin de Grunne, et deux autres travaux synthétiques généraux. Dès lors, B. de Grunne peut prétendre à une double légitimité : esthétique et commerciale comme référence prestigieuse et éléments de valorisation économique ; savante de par son volumineux travail sur les terres cuites du Delta, validé par un doctorat de l’université de Yale.

8 Une raison pragmatique d’un point de vue commercial étant que le fournisseur cache ses sources d’approvisionnement, évitant ainsi tout risque de se voir court-circuiter dans la chaîne des intermédiaires.

9 Afin d’expliquer la précision des datations, les rédacteurs du catalogue Mali Arcaico, expliquent : « Pour l’authentification de l’œuvre, nous nous sommes limités à la transcription des données des analyses de la thermoluminescence exactement comme elles viennent exprimées par chaque laboratoire qui a analysé l’œuvre. Pour la mise en date (sic) nous tenons compte des variables historiques, géographiques et ethnologiques dont les analyses radiochimiques ne peuvent pas tenir compte et qui nous cadrent l’objet dans son contexte archéologique et historique ». Mali arcaico 2003 : 90.

10 Sur la légitimation des pièces par leur datation, voir Panella 1995 ; sur la thermoluminescence, voir Polet 1990.

11 Sur ce point, voir de Grunne 1995 et les critiques de McIntosh 1992 et Panella 2002.

12 D. van der Waals, com. pers., janvier 2004. Polet 2004.

13 Ainsi, sur les collectes effectuées en 2003 et 2004, 393 objets –dont 93 statuettes ou fragments de statuettes– ont été inventoriés. Au total, les collectes ont permis d’enrichir les collections du musée de près de 750 objets.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau A - Tableau récapitulatif des pièces publiées entre 1940 et 2004 (hors publications commerciales)
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 1 - Statuette provenant de Djenné Djeno, trouvée en contexte stratigraphique
Légende H. 22 cm
Crédits © McIntosh 1979
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2 - Plan des pillages à Natamatao d’après la mémoire des pilleurs et les observations de surface
Crédits © P. Texier
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3 - Objets provenant de Natamatao, collecte 2004
Crédits Photo P. Texier
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 - Statuettes provenant de Thial conservées au Musée national du Mali, Bamako.
Légende 4a : Statuette zoomorphe représentant un cheval, photo P. Texier, inv. 98-2-1, H. 36 cm ; 4b : Statuette zoomorphe représentant un cheval, photo Musée national du Mali, inv. 2002-17-15, H. 36,5 cm ; 4c : Statuette anthropozoomorphe représentant un personnage agenouillé, photo Musée national du Mali, inv. 90-25-10, H. 49,5 cm ; 4d : Statuette anthropozoomorphe représentant un personnage agenouillé, photo Musée national du Mali, inv. 2002-2-6, H. 30 cm.
Crédits Photos P. Texier et Musée national du Mali
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 5 - « Autel » associant statuettes et poteries, reconstitution des conditions de découverte par le pilleur, Diakouri, janvier 2004,
Crédits © J. Polet
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 6 - Carte des prospections dans la région de Thial
Légende A : prospections dans la région de Thial ; B : nature des sites
Crédits © F. Sauvagnargues
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1929/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Sauvagnargues, « Les terres cuites du delta intérieur du Niger : de l’esthétisme à l’histoire de l’art », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 7-18.

Référence électronique

Fabrice Sauvagnargues, « Les terres cuites du delta intérieur du Niger : de l’esthétisme à l’histoire de l’art », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1929 ; DOI : 10.4000/aaa.1929

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals