Navigation – Plan du site
Cahier Koumbi Saleh

Bilan en 1977 des recherches archéologiques à Tegdaoust et Koumbi Saleh (Mauritanie)

Denise Robert-Chaleix, Serge Robert et Bernard Saison
p. 23-48

Résumés

Les auteurs, qui ont organisé et conduit les missions de recherche archéologique sur les sites de Tegdaoust, Koumbi Saleh et Azougui présentent ici, dans un article écrit en 1977, une vision d’ensemble –fondée sur la pratique de terrain– de la recherche sur les sites médiévaux à cette époque. Ce texte, antérieur à la soutenance des nombreuses thèses sur Tegdaoust et à celle sur Koumbi Saleh, reste au plus près des données immédiates du terrain apportées par des chantiers qui fonctionnaient de manière synchrone. Cette vision « horizontale » nous place ainsi au cœur de la construction du savoir propre à chaque site, transcrit les pistes de recherches suggérées par la fouille, l’effort d’harmonisation, de corrélation entre les zones fouillées, propre à chacun des grands sites. Elle évite ausssi le biais personnel apporté par les thèses –qui ont « naturellement » tendance à survaloriser l’objet même de la thèse– qui lui ont succédé. Des données archéologiques précises sur la grande mosquée de Koumbi Saleh et sur ses rapports avec le quartier environnant sont, pour la première fois, rendues publiques.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

urbanisme, mosquée, Moyen-Âge
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article avait été écrit pour le n° 2 de la revue « Annales de l’Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique » de 1978, numéro qui n’a jamais été diffusé.

Texte intégral

1Sous le vocable très général d’Archéologie-Histoire sont regroupées, au sein de l’Institut Mauritanien de Recherche Scientifique, les diverses orientations de recherches que représentent la préhistoire, l’histoire et l’archéologie médiévales, tous projets scientifiques conformes aux grandes options définies dans le cadre de la politique culturelle nationale. De 1973 à 1977, chercheurs, administrateurs et techniciens ont poursuivi les recherches archéologiques, organisé les reconnaissances de nouveaux sites, préparé les dossiers et études nécessaires à la conservation du patrimoine national. Telles sont, très résumées, les différentes tâches exposées ci-après.

2Une grande partie de ces missions correspond à la réalisation d’un programme scientifique, envisagé en 1961, organisé dès 1964, à partir du Département d’Histoire de la Faculté des Lettres de l’Université de Dakar, poursuivi jusqu’en 1972, conformément à une convention franco-mauritanienne de coopération scientifique. Dès 1973, le transfert des chercheurs, des collections et des moyens techniques de Dakar à Nouakchott a permis l’intégration de ces campagnes au programme général de l’Institut Mauritanien de Recherche Scientifique. De 1973 à 1976, quatre campagnes de recherches ont été organisées depuis Nouakchott : leurs programmes ont été adaptés aux nouvelles exigences d’une recherche, désormais orientée plus précisément vers l’exploitation des découvertes accumulées depuis plus d’une décennie, la publication des compte-rendus scientifiques, enfin l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique de conservation des sites archéologiques.

3Ainsi a été modifiée l’importance de la participation universitaire : sur les chantiers de Tegdaoust, de 1963 à 1972, près d’une centaine d’étudiants de différentes universités avaient apporté leur concours. Leur participation demeura pour certains une simple initiation à l’archéologie, tandis qu’un petit nombre d’entre eux, ayant choisi cette orientation universitaire, poursuivent dans leurs pays respectifs les recherches dont ils ont acquis les méthodes sur les chantiers mauritaniens. Par leur travail, il avait été possible de multiplier les sondages, d’ouvrir de nouveaux chantiers, de poursuivre sur la zone archéologique de Noudache une recherche au-delà des limites du tell archéologique principal de Tegdaoust.

Carte 1

Carte 1

Au cours des quatre dernières campagnes un certain nombre d’itinéraires ont été parcourus afin de poursuivre l’établissement des dossiers d’études des sites archéologiques, ou de vérifier des découvertes fortuites signalées par les populations.

Carte 2

Carte 2

Les recherches ont été strictement limitées au tell archéologique de Tegdaoust soit en bordure méridionale (chantiers JCB, D, YM et petite mosquée) soit par l’extension des deux zones fouillées à l’est (chantiers orientaux) et en particulier fosses B et M ; chantiers occidentaux, fosses SR et RAM. L’ouverture du chantier BH représente une étape intermédiaire entre les trois zones actuellement en cours de dégagement.

D’après photo IGN.

4Depuis 1973 certaines difficultés inhérentes aux calendriers prévisionnels des campagnes, mais également l’orientation de nombreux étudiants vers d’autres secteurs de la recherche africaniste ont rendu nécessaire une nouvelle économie des personnels disponibles, un allègement des contraintes pédagogiques, une orientation différente des programmes de fouilles.

5En 1976, un nouveau groupe d’étudiants venait renforcer l’équipe restreinte des chercheurs de l’Institut : deux mémoires d’Études Supérieures, dont un déjà soutenu, confirment la permanence de Tegdaoust comme chantiers de formation de jeunes étudiants en archéologie.

6Si certains chantiers, au cours de ces dernières campagnes, ont été volontairement réduits aux zones archéologiques du tell considérées comme les plus décisives, permettant de mettre un terme à l’étude complète de quartiers presque intégralement exhumés, et d’assurer très rapidement la publication exhaustive des compte-rendus de la dernière décennie, il apparaît nécessaire de poursuivre, au cours des prochaines années, certains programmes de fouilles sur le tell de Tegdaoust, ou sur certains sites proches (Robert et Robert 1972).

Campagnes archéologiques sur le site de Tegdaoust

7À une quarantaine de kilomètres au nord-nord-est de la préfecture de Tamchakett, en bordure des dunes de l’Aouker, ont été repérées dès 1927 les ruines d’une cité ancienne dont l’agglomération principale forme un tell archéologique dominant d’une dizaine de mètres la zone dite des puits de Noudache. Étape certainement importante sur les itinéraires caravaniers transsahariens, centre d’échanges commerciaux et agglomération exceptionnellement prospère selon les géographes arabes des IXe/XIIe siècles, cette cité en bordure du monde saharien a peut-être laissé ce remarquable ensemble de ruines comme témoignage de l’ancienne capitale du royaume berbère d’Awdaghost (Devisse et al. 1969 ; Devisse et al. 1970)

8Au cours des quatre dernières campagnes de fouilles (jan-vier-février 1973, avril-mai 1974, mars-avril 1975, février -mars 1976) trois chantiers principaux ont été poursuivis :

  • sur le versant oriental du tell, sous forme d’une extension d’un vaste quartier « médiéval » fouillé depuis 1964, les recherches étant poursuivies en direction du sommet de la colline de ruines ;

  • au sud du tell, sur le versant délimité par le thalweg d’un petit oued séparant l’ancienne agglomération d’un quartier construit au pied de la falaise, a été mis à jour un vaste ensemble de plusieurs constructions dont l’extension vers le sommet du tell a été poursuivie au cours des dernières campagnes ;

  • à l’ouest, le chantier commencé en 1968, près des ruines d’un important monument de la dernière période d’occupation, a été étendu vers l’est en fonction de l’organisation des ensembles d’habitation découverts aux différents niveaux.

9Ainsi, après plus d’une centaine de journées effectives de fouilles sur les différents chantiers, grâce à la participation de soixante à soixante-dix manœuvres, travaillant sous la direction de trois responsables permanents et d’une dizaine de chercheurs temporaires, on peut tenter d’établir un second bilan préalablement aux publications définitives en cours d’élaboration (D. Robert 1970 ; S. Robert 1970).

Le quartier oriental

10Trois chantiers du quartier Est ont été exploités de 1973 à 1976.

Le chantier M

11Sur l’un d’entre eux (chantier M ; responsable : Denise Robert) a été terminé le dégagement d’une vaste habitation dont l’angle Sud-Est avait été abordé au cours de la campagne 1969. Il est possible de résumer aujourd’hui l’histoire de cette concession.

12Le niveau le plus ancien, qui n’avait été que très fragmentaire jusque là, a été mis au jour dans ses éléments importants en 1974. Le fait s’explique aisément par l’évolution du chantier de la périphérie vers le centre du tell, (l’étage ancien n’ayant jamais atteint la branche Est de l’oued). De ce niveau est d’abord apparu le mur de briques sèches sur assises de pierres clôturant la concession à l’intérieur de laquelle pendant plusieurs siècles s’est construite et modifiée l’habitation, puis des pièces où des foyers et des jarres in situ indiquaient le sol. À cette époque des jarres existaient aussi dans la cour, où le puits n’était pas construit, les habitants utilisant un simple oglat. Ce niveau est à mettre en relation avec les fragments de murs de briques dégagés dans la partie Sud-Est de la concession, et avec les restes de vastes greniers d’argile crue découverts sous les pièces de l’angle Sud-Ouest et de l’angle Sud-Est. La rue X n’existait pas alors puisque des jarres in situ y ont été dégagées ainsi que des trous à ordures où des tessons de creusets, en forme de diabolo à paroi commune percée d’un trou central, demeurent énigmatiques quant à l’utilisation qui en était faite. Vers l’ouest le niveau construit le plus ancien est représenté par une grande citerne rectangulaire.

13Il demeure de ces constructions les fondations de pierres lorsqu’elles existent, et cinq à six assises de briques, car la concession a été détruite et arasée. Sans qu’aucune lacune existe, et en respectant à quelques détails près le cadastre de la concession ancienne, on a construit une première habitation en pierre ceinturée par les rues IV, V, VIII et X. Les constructions occupent la plus grande partie de la concession et s’organisent autour de deux cours : l’une au nord-est fut celle autour de laquelle étaient répartis les services ; l’autre au centre nord, séparée de la première par une pièce-couloir, comporte un puits circulaire muraillé construit en utilisant l’oglat ancien. Cette cour de forme trapézoïdale était bordée au nord par une galerie couverte soutenue par des piliers carrés ; assez rapidement la galerie a été transformée en deux pièces longues et étroites en construisant des murs entre les piliers. Deux autres pièces existent à l’ouest dont l’une comporte un puisard débordant sur la rue X à usage de latrines (cliché 1) et d’évacuation des eaux usées. Certains éléments de la partie résidentielle sont comparables à ceux du chantier occidental : large seuil ouvert sur la rue VIII, long vestibule prolongé ici par une pièce occidentale, couloir d’accès à la cour tournant autour de la pièce principale à pilier central carré et piliers engagés, prolongé par une galerie à trois baies bordant la cour au sud ; vers l’ouest plusieurs pièces longues et étroites.

Cliché 1 - Chantier M XIII. Vue des carroyages II et III des chantiers M à la fin de la campagne de 1976

Cliché 1 - Chantier M XIII. Vue des carroyages II et III des chantiers M à la fin de la campagne de 1976

Le cliché a été pris de l’angle Sud-Est vers le Nord-Ouest et montre : au premier plan, l’ouverture du puisard des latrines et l’organisation, au cours de la dernière période d’utilisation de la partie dégagée du couloir Sud ; au second plan, la cour et son puits sur laquelle s’ouvrent la cuisine au nord, une pièce à l’ouest.

© S. Robert

14Cette habitation, arasée elle aussi au niveau des seuils, a été reconstruite en subissant quel-ques transformations. Il n’y a plus une, mais deux habitations organisées autour des deux cours, la pièce couloir ayant été annexée à la nouvelle habitation. Certains murs n’ont pas été réutilisés : on a, en particulier, créé un patio entre la pièce principale dont le pilier central est maintenant une colonne monolithe et les pièces occidentales. Le puits de l’habitation I est toujours utilisé, mais on l’a surélevé sur plan carré ; un second puits a été creusé dans la cour Nord-Ouest afin d’alimenter en eau l’habitation II.

15Le dégagement de l’ensemble était terminé en 1975. En progressant vers l’ouest, les travaux de 1976 ont révélé, au-delà d’un mur mitoyen, l’existence de deux habitations, III et IV organisées chacune autour de leur cour et de leur puits. L’intérêt particulier de la poursuite de ce chantier réside dans le fait qu’il a fourni une stratigraphie où chaque sol était matérialisé soit par des objets in situ, soit par des dallages (voir croquis 1).

Croquis 1 - Coupe Est-Ouest du chantier M. Zone orientale du tell principal

16En 1976, trois carroyages de 5 m x 5 m ont été exploités (dégagement de l’habitation IV) : le dernier a dû être considérablement agrandi pour que soit possible une fouille d’ensemble de la cour de plan trapézoïdal ; il a été laissé en attente au niveau du sol du Médiéval moyen I (niveau IIIa).

17Les travaux ont révélé l’occupation, sans lacune en cet endroit, selon huit sols :

18Le niveau le plus ancien montre un assemblage de murs de pierres et de briques sèches, le sol étant matérialisé par la présence d’une jarre in situ ;

19Le niveau immédiatement au-dessus compte deux sols : l’un nettement indiqué par les restes in situ de jarres-greniers en terre crue, l’autre par la présence également en place d’une série de jarres en terre cuite ;

20Après arasement, on a construit uniquement en pierre, et certains murs sont décalés par rapport aux murs plus anciens. On constate à ce niveau deux occupations successives :

  • La première est celle de la construction de la maison, contemporaine de la vaste demeure voisine. L’organisation en est, proportions exceptées, comparable (cliché 2) : pièces de service dont une cuisine longue et étroite (une rangée de quatre jarres in situ dans un vaste foyer, extrémité Ouest utilisée comme cendrier) entourant une cour à puits central. Une galerie couverte donnait accès à la cour par trois baies, conduisant aux latrines curieusement placées à l’angle Sud-Est de l’habitation, soit en position de mitoyenneté avec la demeure voisine (puisard entièrement vidé jusqu’à la base muraillée, soit moins 7,80 m sous le sol actuel).

  • L’occupation suivante voit le maintien du plan d’ensemble, mais aussi quelques modifications : suppression de deux baies donnant accès à la cour, et agrandissement de celle-ci par suppression de la pièce Ouest.

Cliché 2 - Chantier M : la cuisine de l’habitation no2 et les jarres superposées

Cliché 2 - Chantier M : la cuisine de l’habitation no2 et les jarres superposées

© S. Robert

21La maison a été ensuite réutilisée à deux reprises au cours du Médiéval récent. Il existe enfin, proches du sol actuel, des réemplois qui ignorent la plupart des murs ayant existé auparavant et sont en particulier installés à cheval sur le mur mitoyen entre la grande habitation et celles situées à l’ouest. Ces constructions ont été faites en employant des matériaux dégagés à proximité au détriment des ruines plus anciennes.

Le chantier B

22Le second chantier (chantier B ; responsable : Jean Polet) a vu s’achever le dégagement d’un ilôt comprenant six habitations, circonscrit par les rues II, III, V, et IX dont on peut dès lors étudier l’implantation et l’évolution.

23La fouille de la dernière maison s’est révélée particulièrement difficile, car elle a été en partie utilisée comme carrière de pierres pour des constructions plus récentes. On y avait également creusé bon nombre de trous à ordures à des époques différentes. On a pu cependant retrouver l’organisation en trois pièces, le long vestibule et son escalier montant à la terrasse, ainsi que le couloir d’accès à la cour qui avait été dégagée quelques années auparavant. On a retrouvé également l’angle arrondi extérieur du carrefour entre les rues Il et IX : la rue IX n’a malheureusement pu être ouverte jusqu’à sa rencontre avec la rue VIII.

24La fouille profonde a permis la découverte des traces d’implantation d’un abri temporaire, sans doute comparable aux « tikitt » toujours utilisées aujourd’hui lors de la « guetna », la récolte des dattes, dans les oasis du Nord de la Mauritanie, sous forme d’un poteau profondément fiché dans un amas d’argile crue (niveau d’occupation antérieur à la construction des habitations de pierre).

Le chantier JCB

25Un sondage a été entrepris au sud du quartier Est (chantier JCB ; responsable : J.C. Blanche) : un carroyage de 5 m x 5 m centré sur un petit bâtiment rectangulaire affleurant au sol, qui s’est révélé une construction superficielle en parfaite discordance au-dessus de constructions plus anciennes. Celles-ci ont montré une pièce longue et étroite sur laquelle s’ouvrent au sud deux pièces exiguës ; les murs de pierres ou de briques sèches étaient tous revêtus d’un crépi peint à l’ocre. Ce sondage est demeuré en attente.

Le chantier BH

26Un dernier chantier a été ouvert en 1976 par Mlle Diye Ba (chantier BH), sur le point haut du tell ceinturé par la courbe de niveau 209. En cette campagne a pu être mené à bien le dégagement d’une concession d’époque moderne (XVIe-XVIIe JC/Xe-XIe Hég.), soit une vaste cour et deux habitations : la première comprend trois pièces et un réduit extérieur utilisé comme cuisine, le sol de la pièce principale étant revêtu d’argile crue. La seconde compte également trois petites pièces disposées en enfilade, desservie par une très petite cour. Cette habitation a dû être un moment dépendante de la cour voisine ; mais tous les seuils ont été découverts soigneusement empierrés, coutume observable sur plusieurs sites anciens (Rachid, Kasr El Barka, par exemple).

27Au niveau inférieur on a découvert dans l’angle Nord-Est de la concession une cuisine au mur de laquelle s’appuyait un four rempli de cendres.

28Les derniers jours de travail ont été consacrés à un sondage profond : carroyage de 5 m x 5 m ouvert dans la grande cour, laissé inachevé, mais qui a permis de vérifier la présence des niveaux construits reconnus sur les autres chantiers et amené la découverte de la plus grande et de la plus belle jarre jamais trouvée à Tegdaoust (cliché 3).

Cliché 3 - Tegdaoust, Chantier BH

Cliché 3 - Tegdaoust, Chantier BH

Le sondage, effectué au centre de la cour de la concession moderne, montre, plusieurs mètres au-dessous du sol actuel, donc nettement plus ancienne, la très belle jarre in situ.

© S. Robert

La zone méridionale

Le chantier D

Cliché 4 - Chantier D II

Cliché 4 - Chantier D II

Ce beau pilier de plus de 1,50 m de hauteur repose sur des assises de fondation de 80 cm de profondeur, enfoncées dans l’épaisse couche de sable qui recouvrait le sol vierge. Il supportait une galerie qui, sur les façades abritées des vents dominants (Nord et Est), protégeait les activités domestiques ou artisanales des habitants.

© S. Robert

Cliché 5 - Chantier D II

Cliché 5 - Chantier D II

Ce puits ancien à section ovale a été creusé dans une vaste cour en même temps qu’était édifié un mur le recouvrant partiellement, par l’intermédiaire d’une énorme pierre linteau ; sa profondeur est de deux mètres : au premier plan, la margelle est au niveau du sol d’occupation de la cour.

© S. Robert

29La prospection, à partir de 1966, d’une zone située sur le rebord méridional de la colline archéologique (chantier D ; responsable : Bernard Saison) devait permettre, au-delà de l’indispensable mise en série des résultats (stratigraphie, sols, architecture, mobiliers, etc.) avec ceux des autres zones fouillées, de recueillir des informations précises sur deux ordres de questions relatives à la topographie de la ou des agglomérations successives :

301. La branche orientale de l’oued qui, avec le lit principal enserre la quasi totalité des ruines est-elle antérieure ou contemporaine de l’occupation du site ou a-t-elle, plus récemment, été créée par le drainage des eaux de ruissellement sur la surface du tell ? À cette question, les premières campagnes de fouilles devaient apporter une réponse qui, en ce qui concerne la seule zone prospectée, nous apparaît désormais comme définitive : une muraille, dont l’édification est contemporaine de la plus ancienne occupation construite (Médiéval ancien) a été dégagée à une profondeur d’un mètre environ sous le lit actuel de l’oued, orientée comme celui-ci, selon une direction approximativement Est-Ouest ; constituée de moellons cyclopéens, son épaisseur est de un mètre vingt, dimension exceptionnellement importante sur le site de Tegdaoust. Au-delà de cette muraille et sous le lit de l’oued, un sondage a prouvé l’absence totale de toute trace d’occupation humaine dans un sol de limon argilo-sableux indifférencié et de gravats de petit calibre usés par le roulement.

31Cette construction, une digue à l’évidence, atteste donc l’existence, dès le Médiéval ancien d’un axe d’écoulement des eaux suffisamment actif et redoutable pour en justifier l’édification. Si, lors des occupations ultérieures des niveaux Médiéval moyen et Médiéval récent, toute digue de protection disparaît, c’est pour plusieurs raisons dont l’inutilité de se protéger des crues rares, brèves mais très dévastatrices car l’on a cessé de construire à proximité immédiate de l’oued. Au demeurant, l’examen minutieux de certaines zones d’effondrement de murs ou de bouleversement des strates ou des fosses très en deçà du lit majeur, montre le rôle destructeur qu’ont pu jouer une ou plusieurs crues exceptionnelles. Tout autant que la digue, de telles constatations témoignent donc de l’ancienneté du cours d’eau actuel. La poursuite du dégagement de la zone située en contre-bas du mur de « qibla » de la mosquée occidentale devrait permettre de préciser le tracé et le profil de cet oued.

32L’ouverture en 1976 d’un nouveau chantier (chantier YM ; responsable : Yayah Mane) sur le biseau méridional du tell semble confirmer la stratigraphie déjà repérée dans cette zone ainsi que l’existence de structures d’habitat –une très belle pièce carrée à pilier central en particulier– semblables à celles déjà connues à quelques dizaines de mètres de là. Les travaux ne sont cependant pas encore suffisamment avancés pour que les questions de pente et de contact entre la rive septentrionale de l’oued et l’espace construit puissent recevoir des réponses satisfaisantes.

332. L’inclinaison générale du tell, du centre vers la périphérie orientale et méridionale est-elle d’abord due à la conformation même du cirque dans lequel se sont installés les ensembles urbains successifs ou est-elle la résultante de la topographie et de l’histoire propre à chaque occupation ? Quelles que soient les réponses multiples et même contradictoires à ces questions, de quelle façon les problèmes posés par l’existence de cette pente ont-ils été résolus ? L’excavation de quelques 1 400 m2 de ruines dans le secteur délimité par la digue (voir croquis 2) a mis en évidence, sur un sol vierge faiblement entaillé par un réseau de drainage des eaux très ramifié, le plan horizontal ou sub-horizontal des vestiges de la première occupation non encore construite du site (Médiéval pré-urbain), l’oued méridional dont l’existence est attestée dès la plus ancienne des occupations construites (Médiéval ancien) constitue ensuite pour cette partie du tell, l’élément de différenciation topographique fondamental. De la rive Nord de cet oued au centre de l’interfluve, les limites d’extension maxima des agglomérations successives se rétractent, telles les courbes de niveau d’une carte topographique, vers le sommet du tell : ce profil transversal Nord-Sud en « marches d’escalier » exclut donc théoriquement l’existence d’une pente continue responsable de la forme en dôme de la colline de ruines ; de fait, deux lignes de rupture de niveau correspondent en stratigraphie à l’apparition de deux niveaux supplémentaires d’édifices, et, en plan horizontal, à des seuils entre pièces d’habitation et cours, ou entre maisons différentes ont été dégagés à moins de vingt mètres de la bordure de l’oued. Les paliers horizontaux ménagent cependant le minimum de pente nécessaire à l’écoulement des eaux pluviales. Les pentes secondaires, selon des axes autres que Nord-Sud, explicables par de multiples raisons de détail (nature et résistance du sol, réemploi de murs ou discordance, présence de zones de moindre remblaiement, etc.), complètent, nuancent et parfois contredisent cette structure d’ensemble sans toutefois la remettre en cause. La progression de cette zone de fouilles en direction des chantiers Nord-Ouest devrait permettre de valider, infirmer et peut-être modifier le profit transversal déjà évoqué.

Croquis 2 - Coupe Nord-Sud chantier méridional D

Croquis 2 - Coupe Nord-Sud chantier méridional D

Ce profil de coupe Nord-Sud montre clairement la superposition des six occupations principales qu’a connues le site à cet endroit, soulignées chacune soit par des niveaux de construction (murs, margelles de puits) soit par des sols bien différenciés (cendres, argiles, sable rapporté ou dallages) soit par des récipients de terre cuite –terrines, bols ou grandes jarres– retrouvés à l’emplacement et dans la position où ils ont été abandonnés. Cette séquence stratigraphique n’est complète qu’en amont : la présence, dès l’occupation la plus ancienne, d’un bras d’oued au sud, est à l’origine de la rétraction régulière, niveau après niveau, des vestiges d’occupation de la périphérie vers le centre, et de la formation du tell archéologique en dôme que nous connaissons aujourd’hui. La différence de niveau entre les strates les plus profondes au nord (- 330/350) et au sud (450/500) ne se traduit pas par un plan incliné mais par une succession de paliers horizontaux en décrochement vers le bas les uns par rapport aux autres, du nord vers le sud.

Cliché 6 - Chantier D

Cliché 6 - Chantier D

Les façades Nord et Ouest de cette grande cour rectangulaire ont été protégées par une galerie longue de15 m et large de 2 m à 2,50 m, supportée par six piliers carrés. La présence dans l’angle Nord-Est d’un puits (en haut et à droite) ainsi que la quantité de vestiges relevés (jarres en place, lits de cendres, débris d’objets de céramique, ou de fer et de cuivre) prouvent que cette zone était un lieu privilégié d’activités domestiques et artisanales.

© S. Robert

Versant nord-ouest du site

Le chantier SR

34Sur le versant Nord-Ouest du tell (chantier SR ; responsable : Serge Robert) 1a fouille des carroyages périphériques aux chantiers des précédentes campagnes (1968-1971), en direction du sommet du tell a permis de mieux comprendre l’organisation du cadastre de cette zone, surtout aux niveaux anciens, et de déterminer presque totalement les limites d’un petit ensemble urbain, formé, au cours des différentes occupations « médiévales » de six vastes concessions alignées deux à deux le long d’une étroite ruelle grossièrement Nord-Sud.

35Les ruines du niveau supérieur, témoignages de la dernière période d’occupation du site, ont été détruites, au fur et à mesure de l’extension et de l’approfondissement des fosses (leur conservation en certains endroits a été à l’origine d’effondrements très dangereux), après avoir été systématiquement relevées, photographiées. Les sols de ce niveau (situés topographiquement entre 90 et 110 cm sous le sol actuel) présentent des foyers, des objets de médiocre facture, les traces fréquemment réduites à quelque mobilier succinct de la survie d’une population résiduelle dans une petite cité, construite sur le sommet des ruines anciennes. Au cours des deux dernières campagnes, où de nouveaux carroyages furent ouverts vers l’est, furent confirmés les plans très réguliers de ces maisons, aux pièces parallèles, aux seuils alignés, au couloir donnant accès à une vaste arrière-cour, les deux axes de circulation mis au jour, de direction Est-Ouest, desservant, pour l’une d’entre elle au moins, une petite mosquée. Enfin, comme précédemment, des constructions hâtivement édifiées de moellons récupérés sur les ruines voisines, noyés dans un mortier sableux rapidement décomposé par les pluies annuelles.

  • 1 Les datations au Carbone 14 pour les chantiers de Tegdaoust ont été confiées de 1968 à 1973 à M. le (...)

36Lors de la première campagne de fouilles dans cette zone (1967), le dégagement, peut-être trop rapide, du petit oratoire musulman, mais surtout la destruction déjà très avancée de ce monument (les piliers étaient réduits au quadrilatère des deux premières assises) avait interdit d’en conserver les derniers éléments. Tout ce quartier moderne étant regroupé autour d’un vaste bâtiment quadrangulaire, aux dimensions exceptionnelles (près de 50 m de façade), il parut nécessaire de tenter, ces dernières années, une expérience de conservation intégrale d’un bâtiment d’époque moderne. Ponctuellement fouillé lors des sondages de 1960, au cours desquels avaient été mis au jour les premiers éléments des constructions antérieures, ce bâtiment a été dégagé sur plus des deux tiers de sa surface jusqu’au niveau du premier sol (moins 80 à 110 cm) une entrée étroite, puis un long couloir donnant accès à une vaste cour sur laquelle s’ouvrent de véritables labyrinthes de pièces étroites, imbriquées les unes dans les autres, regroupées en fait sous forme de petits logements de deux à quatre pièces, la plupart de celles-ci paraissant démunies de fenêtres ou d’ouvertures secondaires. Lors des travaux de conservation, les murs et seuils dégagés sont jointoyés au ciment, quelquefois partiellement relevés, la restauration du monument par une équipe de maçons spécialisés devant aboutir, dans deux ou trois ans à la conservation intégrale du principal bâtiment de la cité moderne, vraisemblablement caravansérail ou grenier collectif fortifié d’une communauté de commerçants. Plusieurs échantillons de charbons de bois, prélevés dans des foyers du sol contemporain, sont en cours de datation auprès du Laboratoire du Carbone de l’IFAN-Dakar (les premiers résultats en 1970 avaient confirmé la carbonisation aux XVIe-XVIIe s. (Hég IXe-Xe s.) ainsi qu’au Laboratoire des Faibles Radio -Activités de Gif-sur-Yvette1.

37Immédiatement au contact des fondations de ce niveau moderne, toutes les constructions anciennes semblent avoir été l’objet, durant une courte période, d’une occupation intermédiaire, discernable sous forme de murettes de petites pierres entassées, constructions de facture hâtive et souvent inachevées, utilisant maladroitement les parties hautes non arasées des beaux murs antérieurs. Une extrême complication du plan d’occupation, dont parait avoir disparu toute organisation par maison d’habitation, le nombre considérable de grands cercles de pierres remplis de cendres pulvérulentes, à l’usage encore mystérieux, des objets particulièrement rares, tout parait dans ce quartier refléter l’occupation du site par des populations essayant peut-être de survivre dans un cadre urbain détruit qu’il leur était impossible de reconstruire. Il faut rappeler que cette occupation a laissé des traces en d’autres endroits du tell : le sondage de Mlle Diyé Ba, aussi bien que certains chantiers peu profonds en bordure de la zone la plus élevée de la colline de ruines en ont confirmé la dispersion au-dessus du dernier niveau « médiéval ».

38A partir de moins 120/moins 150 cm apparaissent les murs les plus récents de trois occupations dites « médiévales », toutes trois représentant trois à quatre mètres de constructions superposées, murs extérieurs, cloisons ou adaptations intérieures des six maisons précédemment évoquées. De part et d’autre d’une ruelle au tracé brisé par l’extension partielle de certaines habitations, s’ouvrent les entrées dont les imposantes dalles de seuil superposées rappellent le comblement séculaire de la rue. Au-delà de ces entrées, certaines habitations présentent un aspect compliqué et majestueux, tandis que toutes incluent un couloir occupant toute la largeur de la maison et donnant accès soit directement à la première pièce d’habitation, soit par un couloir latéral à une arrière-cour.

Cliché 7 - Chantier SR IX

Cliché 7 - Chantier SR IX

Au cours de la campagne 1976, la surface des cours d’une habitation des niveaux « médiévaux » a été entièrement fouillée. Sont apparus d’Ouest en Est (le cliché est pris vers le nord), les différents murs-limites des cours, agrandies au fur et à mesure des besoins. Ces constructions protègent des vents dominants les « coins-cuisine » dont subsistent in situ des alignements de jarres et des foyers.

© S. Robert

39Le plan général de ces maisons a été maintenu plusieurs siècles, certains murs étant simplement élevés parallèlement à l’ancien alignement. On retrouve dans les pièces principales de ces six habitations les niches triangulaires ou rectangulaires, surtout au niveau intermédiaire, dont deux d’entre-elles allègent la massivité du pilier central soutenant les lourdes charpentes.

40Au moins quatre de ces habitations présentent à l’extrémité de la pièce couloir-salle d’entrée. un petit escalier (huit à dix marches) permettant sans doute d’accéder à la terrasse ; aucun élément ne permet pour l’instant d’imaginer des maisons à étage. Rares sont les accès directs de la dernière pièce d’habitation à la cour, celle-ci est presque toujours desservie par le couloir latéral dont la largeur est très variable. La cour, dont la superficie égale ou même dépasse celle des pièces construites, présente une multitude de traces de remaniements d’agrandissements, d’occupations momentanées des coins par des magasins (?) latéraux, réduisant parfois la superficie à l’air libre à un passage étroit au tracé brisé. Quatre des cours fouillées présentent un puits, dont la margelle a été fréquemment surélevée, la nappe d’eau au cours des siècles ayant été beaucoup plus proche du sol ancien que de nos jours. En 1975 un puits du niveau « médiéval » plus ancien a été exhumé partiellement, la partie Est de la circonférence ne fut dégagée qu’en 1976 : il avait été abandonné dès le « Médiéval moyen ». À l’abri des vents dominants et le plus souvent alignées le long d’un mur de limite, ou une murette spéciale, chaque niveau d’occupation de ces cours est caractérisé par une série de jarres brisées, enfouies dans la masse de cendres d’importants foyers. Tandis qu’en 1974 avait été exhumé un curieux ensemble de jarres en terre crue, adossées au mur latéral Nord d’une de ces concessions, la fouille des carroyages orientaux en 1976 devait faire apparaître les remaniements successifs d’une cour dont la superficie fut étendue au fur et à mesure de la multiplication des appentis intérieurs. Dans une autre cour avaient été dégagées à la fin de la campagne 1975 les deux premières arcades en arc brisé connues sur les chantiers de Tegdaoust ; seule la poursuite du dégagement de cette cour pourra permettre l’éventuelle mise au jour d’une construction annexe correspondant à ces nouveaux éléments décoratifs.

41Vers moins 500, le dernier niveau de la série « médiévale classique » présente des vestiges dont la conservation est fort différente, suivant les zones du chantier. Dans la partie occidentale, fondations et base des murs ont été intégralement conservées, autorisant la reconstitution aisée des habitations ; à l’est au cours de ces dernières campagnes, les fragments de murs, aussi bien que les pans de parois en briques revêtues d’un mince crépi rougeâtre, rendent difficiles toutes tentatives d’imaginer la répartition exacte des surfaces dans ces concessions. Sous ces constructions, la plupart des fosses ont confirmé l’existence d’une ou de deux occupations beaucoup plus anciennes dont une strate de niches en briques crues dès 1969, les restes d’un mur monumental (ancienne limitation de ce quartier vers le sud ?) en 1973, des murettes en briques crues, des sols en terre soigneusement damée, des foyers et fréquemment des céramiques engobées (dont une série à pâte noire et surface engobée polie) témoignent d’une première occupation du site sans construction importante, du moins aux niveaux très profonds des fosses de ce chantier occidental (entre moins 580 et 720).

42La seule référence à ce chantier occidental n’autorise guère l’élaboration d’une stratigraphie applicable à l’ensemble du site ; en 1977 les multiples observations concernant les constructions, réemplois et cadastres, l’étude des niveaux d’occupations et des vestiges de tous ordres en cours d’examen et de classement s’intègrent peu à peu à une trame chronologique dont les repères, suffisamment nombreux désormais, sont déterminés par les datations au 14C. Parmi celles-ci, les dates récemment proposées à partir d’analyses de charbons de bois des foyers les plus profonds (Laboratoire de Gif-sur-Yvette) confirment les datations obtenues dès le début de cette décennie à partir d’échantillons prélevés au plus profond niveau des carroyages de 1968-69. Les plus anciens témoignages d’une ou de plusieurs occupations ponctuelles du site doivent se situer vers la fin du VIIIe AD (Hég fin IIe) : plus commodément a été adoptée la terminologie des « niveaux pré-urbains I et II ».

Cliché 8 - Chantier SR/RAM

Cliché 8 - Chantier SR/RAM

Afin d’assurer la conservation des murs du grand bâtiment de la dernière occupation, les murs ont été dégagés jusqu’au niveau du dernier sol (une jarre brisée en indique le site) puis soigneusement restaurés à l’aide d’un liant traditionnel. Le plan intérieur est intégralement conservé : étroitesse des pièces et multiplication des seuils.

© S. Robert

43Les maisons mises au jour confirment l’existence, quelques temps plus tard, au cours des « époques médiévales », d’une population urbanisée, vivant dans des maisons nettement délimitées et intégrées à un cadastre précis, organisant leurs activités dans des pièces exiguës, essayant d’adopter les éléments les plus luxueux des demeures « patriciennes » du quartier oriental (niches murales, piliers centraux ajourés, banquettes et briques dallées, crépis ocres), sans que l’on puisse définir actuellement les activités artisanales ou domestiques qui assuraient leur subsistance. La découverte simultanée, à ces mêmes niveaux, de nombreuses céramiques émaillées d’importation maghrébine ou méditerranéenne, de céramiques locales remarquablement décorées et engobées et d’objets de fer ou de cuivre, témoins d’une technique très évoluée de la forge et de l’orfèvrerie, atteste d’une civilisation urbaine de haut niveau. À cette stratigraphie des coupes de chantiers correspondent des datations 14C qui confirment une première grande époque médiévale (Xe-XIe AD/ Hég IVe-Ve) suivie de deux autres périodes (également « médiévales ») au cours desquelles l’activité ne semble guère avoir cessé dans ce quartier, les maisons étant souvent agrandies, améliorées, les objets et vestiges plus nombreux et mieux différenciés tandis que le cadastre demeurait pratiquement respecté (XIIe au XIVe JC/Hég VIIe-IXe). Ces trois niveaux médiévaux correspondent à la grande période historique de la cité, niveaux III, IV et V.

44L’occupation passagère précédemment évoquée, véritable survie sur les ruines médiévales hâtivement réemployées, ne peut encore faire l’objet d’une datation acceptable : peut-être faut-il la considérer comme le témoignage d’une disparition quasi complète de la vie urbaine sur le site, reflet d’une époque particulièrement troublée dans les Hodh. Par contre l’implantation d’une nouvelle bourgade sur la partie centrale et occidentale du tell peut être mieux cernée : les datations établies par l’IFAN-Dakar proposent une période s’étendant de la fin du XVIe (Hég début XIe) au milieu du XVIIe (Hég XIe) siècles au cours desquels se reconstitue dans l’Ouest saharien un réseau de petits centres urbains. À ces deux derniers niveaux correspondent les périodes VI et VII du site de Tegdaoust.

Campagnes archéologiques sur le site de Koumbi Saleh

45En 1972 avait été organisée sur le site de Koumbi Saleh, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la préfecture de Timbedra (Première Région), une campagne d’études préalables et de sondages, ainsi que la reconnaissance de divers ensembles de ruines et de nécropoles dont celles du « tombeau à colonnes » et de Sohobi (carte 3).

Carte 3 - Koumbi Saleh

Carte 3 - Koumbi Saleh

Il faut en réalité parler de trois zones archéologiques, au moins pour le site de Koumbi Saleh. Au nord la nécropole s’étend sur plus deux kilomètres : parmi les tombeaux ouverts par Bonnel de Mézières, seuls deux d’entre eux sont encore repérables, dont le célèbre tombeau à colonnes. Au centre le tell archéologique est parsemé des fosses ouvertes depuis le début du siècle, les limites de l’ancienne ville étant seulement repérables sur son flanc méridional, des buttes isolées du tell principal sont disséminées dans une zone de plus de 500 mètres au nord-ouest et au sud-ouest du tell. Plus éloignée encore, la zone de la nécropole de Sohobi, plus récente sans doute, représente un troisième centre d’intérêt beaucoup moins étendu que les deux premiers.

46Cette étude préliminaire avait confirmé l’existence d’un site impressionnant par ses dimensions, vraisemblablement très riche en enseignements sur l’histoire ancienne de cette zone méridionale des Hodh (Thomassey et Mauny 1951 et 1956 ; Mauny 1961 : 72-74, 469-473, 480-482 et 1970 : 147-151).

47En 1975, puis 1976, immédiatement à la suite des campagnes régulières sur le site de Tegdaoust, des équipes réduites ont poursuivi la fouille de trois chantiers pendant quelques semaines.

Le chantier AO

48Sur l’un d’entre eux, malheureusement interrompu en 1976 (chantier AO ; responsable : Annie Cros), a été poursuivi le dégagement, commencé en 1972, des pièces occidentales d’une. vaste maison, fouillée déjà en 1949 par R. Mauny et P. Thomassey jusqu’au niveau des grands dallages du dernier niveau de construction (cliché 9). La fouille de différentes pièces, l’approfondissement systématique de tous les carroyages jusqu’au sol vierge de la dune ancienne ont abouti à l’établissement d’une première stratigraphie théorique du quartier. Pour les niveaux les plus récents, les hypothèses de 1949 ont été complétées ; les dallages, de fort belle fabrication (dont d’autres sondages de 1972 semblent avoir confirmé la généralisation dans cette zone du tell) correspondent au sol de la dernière grande période de construction, dont les murs, par leurs traces de remaniements et réemplois ultérieurs, attestent d’au moins deux et vraisemblablement trois niveaux successifs d’habitat (Phase IV).

Cliché 9 - Koumbi Saleh, Chantier AO II

Cliché 9 - Koumbi Saleh, Chantier AO II

Ayant dégagé les gravats et déblais entassés dans les fosses, après les fouilles menées jusqu’au niveau des dallages anciens (campagnes IFAN 1949-1951), la responsable de ce chantier a poursuivi l’approfondissement des fosses sous ce dallage, faisant apparaître les niveaux anciens de constructions, le plan des maisons des premières phases d’occupation étant sensiblement différent de l’organisation de l’habitation IV, telle qu’elle apparaît sur ce cliché, avec son couloir central et ses décors de niches rectangulaires et triangulaires.

© S. Robert

49Sous ces dallages, deux autres phases de constructions ont été nettement différenciées, au cours desquelles le plan de la maison ancienne connaît des changements importants. En particulier si certains seuils subsistent, les accès aux pièces correspondent à une organisation très différente de l’habitation, tandis que des éléments nouveaux prouvent le soin apporté à certains détails esthétiques (un sol crépi ocre) ; ailleurs fut dégagée sous le dallage d’un couloir IV un ensemble complexe de rigoles parallèles facilitant l’évacuation des eaux usées (Phases III et II). Sous ces constructions à partir de moins 600 une couche de cendres et de foyers épars peuvent être considérés comme les vestiges probables de la première occupation (Phase I).

Le chantier SB

50Entre ce chantier et celui de la grande mosquée, de nouveaux carroyages ont été ouverts en 1975, étendus en 1976 (chantier SB ; responsable : Sophie Berthier) afin de contrôler la stratigraphie de ce quartier et de tenter d’en préciser le cadastre ou plus simplement le tracé de la « rue » bordant le côté méridional de la mosquée. Les recherches ont fait apparaître les pièces arrière d’une maison, parallèle à celle évoquée auparavant, des dallages à divers niveaux (cliché 10), la fragmentation de certaines pièces en phases II et III, un ensemble de contreforts extérieurs élevés en bordure d’une cour (?) dont il fut impossible de déterminer les limites méridionales. Entre deux contreforts apparut un vaste foyer construit en briques cuites (fourneau, four ?) tandis qu’un escalier de Phase IV était dégagé à l’ouest, correspondant à une construction identique mise au jour dès 1949 dans l’autre maison. Là encore l’hypothèse d’un étage ne parait guère recevoir aujourd’hui la moindre confirmation.

Cliché 10 - Koumbi Saleh, Chantier SB II

Cliché 10 - Koumbi Saleh, Chantier SB II

En poursuivant la fouille d’une maison voisine de la mosquée, ont été étudiés les différents niveaux et phases de construction. On distingue, ici le dallage ancien de la dernière phase d’édification, la pièce très exiguë ouvrant par un seuil étroit sur une autre pièce complètement fouillée. L’approfondissement à droite de ce seuil a révélé l’existence de niveaux antérieurs dont le plus ancien apparaît sous la forme d’une murette latérale d’un puisard, visible au nord de l’échelle. Un sondage de vérification dont l’entonnoir est encore perceptible, a permis de trouver le sol vierge de la dune presque sept mètres sous le sol actuel.

© S. Robert

51Parmi les constructions de III figure une très belle latrine, dont la fosse d’aisance a été réalisée à partir de murettes de II. Au plus profond de la pièce principale de cette arrière maison apparut sous les fondations des murs de phase II la construction quadrangulaire d’un puisard de phase I auquel correspondent des foyers et des tessons de céramiques, vestiges de l’occupation de phase I sous laquelle le sol vierge apparaît à partir de moins 650/670 cm. La dernière semaine de la campagne 1976 a été consacrée au dégagement des murs IV de toute cette habitation, ainsi qu’au dégagement partiel de la façade Nord, dont l’entrée-couloir a révélé la présence de plusieurs niches, identiques à celles découvertes en 1949-1951, d’un escalier latéral de quelques marches ; l’ensemble de la maison en IV dominant la grande mosquée au-delà de la rue qui séparait ces constructions.

52Ces deux chantiers ont fourni un lot important de tessons de céramiques locales, les niveaux les plus anciens étant caractérisés par une palette exceptionnelle d’engobes vernis de l’orange pâle à l’anthracite, en passant par toutes les nuances de l’ocre et de la brique. Après restauration d’un bon nombre d’objets, on constate une dominante de bouteilles et cruches à col-filtre, de plats à rebord faiblement éversé, de gobelets à bords droits, de bols et petites jarres communes.

53Contrairement aux chantiers de Tegdaoust, les céramiques d’importation méditerranéenne y sont rares, aussi bien que les fragments de balsamaires. Un grand nombre d’objets en fer voisinent avec des petits outils et des barrettes de cuivre, peut-être petite monnaie divisionnaire.

54Au nord de ce « passage », qui pourrait bien être une rue importante de l’ancienne cité, avait été repéré, dès 1949, un mur semi-circulaire dont l’orientation est celle d’un oratoire musulman.

Le chantier SR, « La grande mosquée »

55Un des sondages de 1972 fut consacré à cette alvéole, reconnue presque immédiatement comme un mihrab : le chantier devint celui de la « grande mosquée » (chantier SR ; responsable : Serge Robert). Dès 1972 avaient été dégagés la quasi totalité du mur de qibla, deux niveaux du mihrab ainsi que la partie Nord d’un alignement de « piliers » carrés. En 1975, puis 1976, la fouille de ce monument fut systématiquement poursuivie : mise au jour des second et troisième alignements de « piliers », excavation jusqu’au sol vierge des premier et second alignements de travées le long du mur de qibla (cliché 11) (sur deux tiers environ de la salle de prières), dégagement des fondations du mur de qibla et des bases du mihrab le plus ancien, découverte de pièces annexes contre la paroi intérieure du mur gouttereau Nord. L’étude des « piliers » a confirmé leur emploi comme base carrée de colonnes, dont on put récupérer des disques de pierre dans les déblais. Ces bases ont été construites sur la bordure occidentale d’un puissant mur de soutènement, dont les fondations reposent sur les piliers, sans doute rectangulaires, d’une mosquée plus ancienne. À cette première phase de construction, confirmée en 1976, correspondent également les dalles les plus profondes des seuils des quatre entrées percées dans le mur de qibla, des fragments de dallages et les traces, aisément discernables de part et d’autre du mihrab, de la niche orientée du premier bâtiment, dont l’effondrement, encore décelable, dût nécessiter la construction d’un nouveau mihrab (cliché 12).

Cliché 11 - Koumbi Saleh, Chantier SR II

Cliché 11 - Koumbi Saleh, Chantier SR II

Le dégagement des deux premiers alignements de supports de l’ancienne mosquée a rendu nécessaire, en vue de leur conservation, la restauration immédiate des murs les plus menacés, aussi bien que les soutènements des colonnes. On distingue à gauche les niveaux des seuils successifs des entrées percées dans le mur qibla, comme les murs profonds Est-Ouest encore inexplicables.

© S. Robert

Cliché 12 - Koumbi Saleh, Chantier SR II

Cliché 12 - Koumbi Saleh, Chantier SR II

Le mihrab, après restauration, permet de distinguer les niveaux de construction. Le comblement de l’alvéole la plus ancienne (non entièrement fouillée) apparaît encore sous forme de dalles résiduelles périphériques ; celles-ci sont insérées sous le mihrab intermédiaire (niveau III) formant aujourd’hui une banquette. Plus haut le mirhab de niveau IV a conservé l’intégralité de son arc en plein cintre légèrement outrepassé, cantonné de deux niches rectangulaires, autrefois pourvues de colonnettes.

© S. Robert

56Au cours de la campagne 1976, d’autres détails sont apparus, rendant beaucoup plus complexe l’interprétation des différentes phases de construction et d’utilisation de ces mosquées. Ainsi furent dégagées plusieurs pièces surélevées appuyées au mur Nord de la mosquée, empiétant sur la salle de prières, dont les gravats avaient attiré l’attention des premiers visiteurs au point de leur permettre d’imaginer en cet endroit les ruines d’un minaret. Ces piécettes, communiquant par des seuils étroits, étaient accessibles de la salle de prières par quelques marches d’escalier : à ce stade de la recherche, il paraît probable de situer ces constructions lors de la dernière période d’utilisation du monument. La fouille profonde, menée entre les puissants murs de soutènement des supports (ou piliers anciens) a révélé la présence presque généralisée, au niveau du sol le plus ancien, d’un grand nombre de fosses, remplies de tessons de céramiques, certaines profondes de plus de deux mètres, ouvrant au sol en cercles ovalisés de deux à trois mètres de diamètre. Ces fosses paraissent si nombreuses qu’il paraît difficile de concevoir seulement la réservation de cette place à l’ensevelissement des débris de poterie : plus vraisemblablement on peut imaginer que les maîtres-d’œuvre du premier bâtiment, soucieux de stabiliser les supports massifs de la charpente (et sans doute des terrasses) ont pris soin d’assurer la consolidation du sol sablonneux dunaire par l’ensevelissement systématique de tonnes de tessons, souvent soigneusement tassés. Plus difficilement explicable paraît la découverte, au niveau des supports-piliers anciens, d’au moins deux murs transversaux aux travées, dont l’alignement Est-Ouest, de part et d’autre de l’axe du mihrab, peut tout aussi bien rappeler les limites d’un ancien bâtiment cultuel (qui aurait été très étroit, et peu conforme à l’idéal de la mosquée) que, plus sûrement le cloisonnement intérieur de la salle de prières (maqçûra ?).

57La masse des gravats et matériaux qui recouvrent les ruines, dont le tassement au cours des siècles en rend le dégagement très pénible, contient aux différentes occupations un nombre restreint d’objets, de terre cuite ou métalliques. Par contre la fouille des trous profonds –dont le remplissage est presque exclusivement constitué de fragments de céramiques– a permis la mise au jour de plusieurs milliers de tessons, aux formes, couvertes et engobes identiques aux séries découvertes dans les strates d’occupation ancienne des autres chantiers (AO, SB). Les mêmes caractéristiques y sont observées : abondance et nuances innombrables des engobes, régularité des formes, rareté des céramiques émaillées importées, pauvreté du matériel métallique.

  • 2 La collaboration particulièrement efficace qu’apporte à l’IMRS le professeur J. Evin, directeur du (...)

58Dès 1973, le laboratoire de datation C14 de l’IFAN-Dakar avait proposé plusieurs datations des niveaux profonds (maison AO et ancien mur de qibla), situant deux périodes d’occupation aux débuts des Xe et XIIe s. A.D. (Hég IVe et VIe s.). Le laboratoire de l’Institut de Physique Nucléaire de l’Université de Lyon-I propose une datation du début du XIe s. (Hég début Ve s.) pour un niveau nettement moins ancien d’une fosse SB. Une vingtaine d’autres datations est attendue qui devraient incessamment fixer des limites chronologiques à la stratigraphie de référence actuellement retenue2.

59La présence de foyers de cendres et de débris divers au fond des fosses de la maison AO, auxquels il faut ajouter le puisard et le sol de tessons découverts vers moins 650 cm, au cours de la fouille de la maison SB, confirme l’existence d’une phase d’occupation très ancienne, dont l’extension sur le site paraît relativement importante (Phase I). Lui succèdent deux phases successives d’urbanisation, au cours desquelles sont construits des ensembles au plan partiellement dégagé dès 1975 ; les traces d’au moins deux sols d’occupation au cours de la phase suivante III permettent dès maintenant la distinction d’au moins trois niveaux II, IIIa et IIIb, au cours desquels la fabrication des céramiques et la forge d’objets métalliques prennent une importance croissante. Dès la phase III a été élevée la première mosquée, déjà remarquable par sa conception.

60En tenant compte des découvertes de 1949-1951, il paraît très vraisemblable que les ruines actuelles appartiennent à une phase IV, pendant laquelle l’ensemble des bâtiments a fait l’objet d’une reconstruction intégrale, dont les divers sondages de 1972 avaient confirmé la généralisation. Au premier niveau de la phase IV subsistent de très beaux dallages remarquablement horizontaux, soigneusement jointoyés, aussi bien que les séries de niches triangulaires et rectangulaires, décor architectural particulièrement remarquable à Koumbi Saleh. Plus tard le comblement des pièces dallées aboutit à l’établissement d’autres sols plus récents, les murs étant simplement surélevés, quelques passages ou issues obturés ; deux, au plus trois périodes d’occupation de ces constructions correspondent aux différents niveaux de la phase IV. L’abandon du site, à une période aujourd’hui encore impossible à préciser [mais sûrement postérieure au XIIIe s. (Hég VIIe), selon la datation la plus récente] fut immédiatement suivi de l’effondrement des constructions des niveaux IV : le tell actuel, qui domine la dépression alentour de 9 à 12 mètres, correspond, pour une large part, à l’accumulation des ruines des deux dernières phases de construction.

61Commencée en 1972, poursuivie en 1975, la reconnaissance du site de Koumbi Saleh et des ruines proches tend à confirmer l’existence d’un ensemble archéologique de première importance. Le tracé d’une muraille, indiqué dès 1951, a été soigneusement délimité, sur le flanc Sud-Est du tell. Sur plus de 800 m le tracé des ruines de l’ancienne enceinte est nettement décelable en lumière rasante, deux tumuli, en bordure de la piste Tim-bedra-Nara pouvant être considérés comme les vestiges de fortins ou de portes défensives. Le relevé, effectué à plusieurs reprises, du site, confirme une circonférence supérieure à 2 800 m, laissant à l’extérieur plus d’une dizaine de buttes isolées. Ce périmètre doit servir à la délimitation de la zone archéologique désormais placée sous la protection du Ministère de la Culture.

Bilan provisoire et prévisions scientifiques

62À ce bilan très résumé des fouilles des quatre dernières campagnes doit être inclus l’ensemble des activités de recherches organisées sur différents sites archéologiques de l’Adrar (Azougui, Chinguetti) et des Hodh (Hassi Beida, Oualata, Tirzert). Les dossiers archéologiques sur quelques-uns de ces ensembles de ruines ont été complétés, tandis que d’autres dossiers étaient ouverts à l’occasion de découvertes fortuites d’objets ou de ruines. Sur la carte de la Mauritanie se multiplient ainsi les sites urbains, probables ou reconnus des dix derniers siècles, que relient entre eux des itinéraires au tracé souvent « pointillé ». Une carte archéologique nationale est le but de ces investigations, dont chaque site impose ces prochaines années une couverture aérienne photographique à basse altitude ; des missions spéciales de sondages et vérifications doivent permettre l’établissement de dossiers archéologiques comp1ets pour les sites les plus importants.

  • 3 Près de sept cents objets métalliques ont été restaurés par les soins des responsables du Laboratoi (...)
  • 4 Claudette Vanacker, Fouille d’un quartier du site de Tegdoust, thèse de troisième cycle soutenue à (...)
  • 5 Les analyses spectrographiques et électrolytiques d’échantillons d’objets de cuivre ou de scories e (...)

63Dans les réserves de l’Institut sont conservés les collections de céramiques, outils et objets métalliques et tous autres vestiges exhumés ces quinze dernières années : plusieurs milliers de tessons, plusieurs centaines de poteries (restaurées grâce au concours des techniciens de l’IFAN-Dakar), quelques centaines d’outils, d’armes et d’objets de parure en fer, en cuivre et en argent (la totalité des objets en fer a été restaurée par le Laboratoire du Centre de Recherches de l’Histoire de la Sidérurgie de Nancy-Jarville)3 représentent un patrimoine considérable dont l’étude est en cours. Un premier essai de classement des céramiques doit être incessamment publié4 ; une typologie complète des poteries de Tegdaoust, puis de Koumbi Saleh fera l’objet d’une publication spéciale, dont le classement doit s’intégrer à la codification internationale. L’exploitation des collections est également poursuivie dans d’autres secteurs : analyses spectographiques et électrolytiques des fragments de cuivres et scories5, essai de reconstitution des techniques de forge, datations au Carbone 14 déjà évoquées, probablement très bientôt tentatives de reconstitution du biotope par des études palynologiques, enfin, dans un avenir que nous espérons proche, classification des pâtes de poteries à partir d’analyses micrométriques de lames minces.

64La lenteur de certaines recherches, le souci d’intégrer au maximum la totalité des analyses en cours, observations, remarques et compléments d’information aux comptes rendus actuellement élaborés, ont gravement perturbé le calendrier initial des publications.

65Le bilan général des recherches archéologiques en Mauritanie doit être considéré comme le résultat d’une synthèse progressive et multiforme facilitant la découverte d’abord, permettant ensuite par le recoupement de toutes les informations recueillies, de mieux comprendre une évolution historique aux étapes encore mal connues.

66Les prochaines publications archéologiques doivent apporter, sur l’ensemble des problèmes historiques de la Mauritanie pré- et post-islamique, des éclairages ponctuels, mais souvent déterminants et en particulier :

    • 6 La présentation extrêmement documentée que Mme Denise Jacques-Meunié a publiée dans son ouvrage Cit (...)

    une connaissance approfondie des types de constructions, de l’adaptation d’une architecture saharienne aux exigences climatiques, économiques, et sans doute sociales des communautés ethniques composant les populations urbaines aux différentes époques historiques de la cité6 ;

    • 7 Tadeusz Lewicki, West african food in the Middle Ages. Mine exceptionnelle d’informations sur les p (...)

    une connaissance plus limitée, mais tout aussi importante de l’évolution du biotope dans lequel a évolué la cité : la profondeur de la nappe d’eau du cirque de Noudache peut expliquer aussi bien le recreusement des puits que la surélévation des margelles, le rôle des rigoles ou des citernes, reflet des préoccupations des populations pour leur approvisionnement en eau, peut-être même la transformation du paysage végétal, qu’il soit celui des cultures vivrières, de la phéniciculture ou du couvert forestier, évolution du biotope sensible dans les transformations de l’architecture, ou des usages alimentaires7 ;

  • une étude plus précise du commerce transsaharien, de son ampleur à certaines époques aussi bien que de l’origine des fabrications maghrébines et méditerranéennes exportées aux confins du monde saharien(Devisse 1972) ;

    • 8 J.-L. Triaud, Islam et sociétés soudanaises au Moyen-Age. L’auteur insiste, dès le début de l’ouvra (...)

    enfin, et parmi d’autres orientations de recherches, une approche du problème de l’islamisation en Afrique de l’Ouest, de l’impact musulman sur les populations urbanisées du Sahara méridional, de la présence et de l’influence de certaines communautés musulmanes, orthodoxes ou hétérodoxes sur les rapports politiques et militaires des principautés maghrébines et des dominations soudanaise avant et après l’expansion almoravide8.

67Mais il est nécessaire de rappeler dès maintenant que ces informations, malgré l’ampleur des connaissances nouvelles qu’elles représentent, demeurent partielles et que d’autres chercheurs, archéologues, épigraphistes, paléographes ou linguistes pourront, ces prochaines années, y apporter des compléments tout aussi importants et sans doute les modifications historiques que la seule recherche archéologique ne peut prétendre établir dans son intégralité.

68Le volume des informations recueillies sur les chantiers apparaît, dès maintenant, comme une source exceptionnelle, et non encore exploitée dans son intégralité, d’enseignements détaillés et multiformes sur quelques siècles de l’histoire des relations commerciales, religieuses, culturelles entre le monde maghrébin en voie de totale islamisation et le Sahel sub-saharien. Petite cité au débouché d’un des grands axes caravaniers du Sahara occidental, vraisemblablement pendant quelques siècles centre politique d’une région périphérique au monde soudanais, expression urbaine quasi unique dans cette zone climatique de confins, Tegdaoust recèle encore nombre d’informations, n’a révélé aux archéologues qu’une petite partie de ses vestiges exceptionnels.

  • 9 Dans la traduction établie par V. Monteil, Al Bakri, routier de l’Afrique blanche et noire du Nord (...)

69Une compréhension plus précise des activités de cette bourgade sahélienne, stratégiquement déterminante au cours des premiers siècles d’islamisation du monde sub-saharien, historiquement privilégiée parce que marginale à l’égard des dominations politiques de l’Entre-Deux Fleuves et du Moyen Niger, implique, sinon impose, la mise en œuvre de nouvelles recherches sur ce site, au cours des prochaines années, afin d’y poursuivre et d’y terminer la tâche de longue haleine envisagée dès 1961. Quant à l’identification de ce site avec l’ancienne capitale berbère d’Awdaghost, il paraît désormais très improbable, du moins aux chercheurs responsables depuis près de trois lustres de cette enquête, et compte-tenu de la masse croissante des informations recueillies, qu’un autre site d’une telle importance puisse désormais réunir autant de probabilités9.

70Le problème posé par le tell de Koumbi Saleh est différent, et sur bien des plans, complémentaire. Sans vouloir faire preuve, à l’issue de trois campagnes limitées, d’une assurance scientifique plus enthousiaste que raisonnée, il paraît évident que ce tell correspond aux ruines d’une très importante cité « médiévale » dont les différents niveaux d’occupation figurent une histoire urbaine multi-séculaire. Qualité des matériaux et des techniques architecturales, originalité et richesse du décor, diversité et beauté réelle de la céramique, toutes ces constatations concourent à faire admettre la vraisemblance de certaines hypothèses formulées dès 1961. Koumbi Saleh pourrait être considérée d’emblée comme une des cités principales, peut-être même une des capitales du célèbre empire de Ghana, ou tout au moins de la province du même nom qui survécut sous l’empire du Mali. Identification flatteuse dont l’affirmation apparaît, au stade actuel de la recherche, une hypothèse de travail essentielle mais non unique. La poursuite des recherches archéologiques sur cette zone de Koumbi Saleh (en raison de la répartition des vestiges archéologiques sur près de cinq kilomètres, il paraît plus exhaustif de parler de zone archéologique) paraît un projet ambitieux certes mais nécessaire pour l’histoire de l’Afrique de l’Ouest. Le dégagement de différents ensembles de constructions, dont bien entendu la mosquée (sans doute un des plus anciens masjdid de l’Afrique sud-saharienne), mais également du quartier dans lequel s’intègre ce bâtiment, tout autant que quelques-uns des tombeaux les plus imposants de la nécropole septentrionale, peuvent représenter la tâche minimum pour la prochaine décennie.

  • 10 Actes du Colloque Histoire et Tradition Orale, Première Année, l’Empire du Mali. Fondation SCOA pou (...)
  • 11 Les traditions orales réunies en Mauritanie (dont en particulier les sources collectées par M. Mokt (...)

71La préparation d’un véritable dossier historique sur l’empire de Ghana doit impérativement associer très étroitement les traditionnistes (le colloque de la Fondation SCOA de Bamako en 1975 en est le meilleur exemple10), les linguistes, les épigraphistes aussi bien que les archéologues appelés à travailler sur les nécropoles environnantes (celle de Sohobi par exemple), sans négliger l’apport d’une toponymie susceptible d’enrichir, de bouleverser peut-être, les études d’un site dont les investigations sont demeurées trop limitées à la seule zone de Koumbi (le problème de Ghannata par exemple). L’étude globale du dossier Koumbi Saleh pourrait être retenue, au cours de ces prochaines années, comme le second programme d’un nouveau déploiement des recherches archéologiques et historiques en Mauritanie11.

  • 12 Renouvelant l’étude des origines du mouvement almoravide, P. F. de Moraes Farias, The Almoravids. S (...)

72Parce que les tâches du jeune Institut Mauritanien de Recherche Scientifique sont multiples et ses moyens bien évidemment limités, un ordre de priorité sera défini dans la programmation des recherches. Trois orientations demeurent essentielles et représentent précisément les options du prochain lustre. La publication des volumes II, III et IV de la collection Tegdaoust demeure aujourd’hui la tâche prioritaire. Elle doit être complétée par la poursuite, désormais limitée, des fouilles archéologiques sur ce même site au cours des toutes prochaines campagnes. En second lieu une nouvelle répartition des moyens actuellement disponibles ou envisagés, des efforts plus systématiques d’efficacité sur les chantiers (en particulier par prolongement de la durée des campagnes) paraissent les exigences déterminantes de l’extension des fouilles sur plusieurs points du site de Koumbi Saleh. À la publication du tome I de cette nouvelle collection doit correspondre une série continue de missions à l’issue desquelles un quartier du tell serait entièrement dégagé et étudié. Enfin, parallèlement à ces deux chantiers, doivent être organisés les sondages définitifs sur le tell d’Azougui (Septième Région, 8 km à l’ouest d’Atar). Le dossier préalable étant terminé, le mystère quasi total qui entoure encore les origines de l’épopée almoravide, l’identification vraisemblable de ce site et de la petite capitale lemtuna justifient amplement les efforts que les chercheurs de l’IRMS veulent déployer sur ce site12. Ce troisième chantier, dont on espère très prochainement le démarrage, complèterait le programme pluriannuel des investigations archéologiques en Mauritanie.

  • 13 Une présentation succinte de ces cités et des problèmes archéologiques posés a été publiée sous for (...)

73À ces tâches de recherches, on envisage d’ajouter, sous forme d’une action pluridisciplinaire à laquelle seront associées toutes les sections de l’IMRS, la mise en œuvre très urgente d’un inventaire exhaustif du patrimoine national et les études en assurant la conservation. Quelques constructions anciennes, dont la dégradation est malheureusement en cours, ou simplement redoutée, doivent faire l’objet de missions d’études, d’opérations de consolidation ou de restauration : ainsi sont programmées des interventions sur les monuments les plus importants des grandes cités historiques : Ouadane, Chinguetti, Tichitt et Oualata13. Dans cette perspective la restauration des monuments les plus menacés, la surveil1ance accrue à l’égard de toute transformation intempestive de l’architecture traditionnelle, la diffusion d’une très large information concernant le respect des constructions anciennes et la conservation des sites paraissent les tâches auxquelles les différents départements et services de 1’IMRS sont conviés à participer, dans le cadre général de l’action gouvernementale de revalorisation du patrimoine national.

74Les chercheurs de la section Archéologie-Histoire, conscients de leurs responsabilités à l’égard de ce patrimoine archéologique récemment encore inconnu, dont leurs travaux ont révélé toute la richesse et la diversité, considèrent comme impérative la conservation des vestiges monumentaux les plus importants, ceux dégagés lors des fouilles des dernières années comme ceux dont la fouille est envisagée. À ce titre, toute action de recherche archéologique inclut désormais une action complémentaire de restauration et de conservation. Tout en considérant que l’étude minutieuse et strictement érudite des enseignements fournis par les chantiers et l’exploitation multiforme des vestiges découverts demeurent leur tâche prioritaire, les archéologues de l’Institut estiment pouvoir apporter leur contribution, certes partielle, à une vaste synthèse historique : celle qui doit résulter de la confrontation systématique et mutuellement enrichissante de leurs découvertes et des informations que les sources écrites, les détenteurs de la tradition orale comme les linguistes peuvent et souhaitent apporter.

75Cette recherche pluridisciplinaire est la seule démarche scientifique susceptible, à partir d’une large information réciproque et d’une juxtaposition incessante des informations et de la réflexion logique, de permettre l’établissement prudent d’une véritable reconstitution historique du passé national. Tegdaoust, Koumbi Saleh, Azougui, et bien d’autres chantiers ces prochaines années seront désormais connus non seulement comme ruines, admirées par les visiteurs, mais également comme des dossiers scientifiques représentant une nouvelle étape dans la connaissance historique des siècles passés du peuple mauritanien.

Haut de page

Bibliographie

Actes du Colloque Histoire et Tradition Orale, Première Année, l’Empire du Mali. Fondation SCOA pour la recherche scientifique en Afrique Noire, Paris, 1975.

Devisse J. (1972) - Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerranée. Un essai sur le commerce médiéval du XIe s. au XVIe s. Revue d’Histoire Économique et Sociale, vol L, p. 42-73 et 357-397.

Devisse J., Robert D. et S. (1969) - L’Archéologie et l’Histoire en Afrique de l’Ouest. Le site de Tegdaoust. Dossier AUDECAM no 3 Paris .

Devisse J., Robert D. et S. (1970) - Tegdaoust I Recherches sur Aôudaghost. Paris, Arts et Métiers Graphiques.

Géographie d’Al-Idriss, éd. de Goeje 1866.

Innes G. (1974) - Sunjata, Three Mandinga versions. University of London.

Jacques-Meunié D. (1961) - Cités anciennes de Mauritanie, Paris, Klincksieck.

La désertification au Sud du Sahara (1976) - Colloque de Nouakchott. NEA. Dakar-Abidjan.

Levtzion N. (1973) - Ancient Ghana and Mali. London, Methuen and Co ltd.

Lewicki T. (1974) - West african food in the Middle Ages. Cambridge University Press

Mauny R. (1961) - Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen-Age. Mémoire de l’Institut Fondarnental d’Afrique Noire, Dakar IFAN.

Mauny R. (1970) - Les siècles obscurs de l’Afrique Noire. Paris Fayard.

Monteil M. V. (1968) - Al Bakri, Routier de l’Afrique blanche et noire du Nord Ouest (Cordoue 1068). Bull. de l’IFAN, Série B, t. XXX, n•1, , p. 39-116, L

de Moraes Farias P. F. (1967) - The Almoravids. Some questions concerning the character of the Movement during its period of closest contact with the Western Sudan. Bull de l’IFAN, Série B t. XXIX 3-4 Dakar, p. 794-878.

Niane Dj. T. (1975) - Le Soudan occidental au temps des grands empires XIe-XVIIe. Paris, Présence Africaine.

Norris M.H.T. (1978) - Shinqiti Folk, Litterature and Song. Oxford University Press.

Norris M.H.T. (1972) - Saharian Myth and Saga. Oxford University Press.

Oliver R. (1977) - The Cambrige History of Africa, Vol 111 1050-1600. Cambridge University Press.

Robert D. (1970) - Les fouilles de Tegdaoust. Journal of African History t. XI vol. 4, p411-493.

Robert S. (1970) - Fouilles archéologiques sur le site présumé d’Aôudaghost (1961-1968). Folia Orientalia t. XII, , p. 261-278.

Robert S. (1976) - Archéologie des sites urbains des Hodh et problèmes de la désertification saharienne au Moyen-Age. La désertification au Sud du Sahara. Colloque de Nouakchott. NEA. Dakar-Abidjan, p. 46-55.

Robert D. et S. (1972) - Douze années de recherches archéologiques en République Islamique de Mauritanie ». Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines. Université de Dakar, tome II l’Afrique, p. 194-233.

Thomassey P. et Mauny R. (1951) - Campagnes de fouilles à Koumbi Salêh. Bull. de l’IFAN, série B, t. XIII n• 2 Dakar, p. 438 à 462.

Thomassey P. et Mauny R. (1956) - Campagne de fouilles en 1950 à Koumbi Saleh. Bull. de l’IFAN, série B. t XVIII n•, 1-2, Dakar, p. 117.-140.

Timingham J. Sp. (1975) - A history of Islam in West Africa. Oxford Paperbacks, Oxford University Press, dernière édition.

Triaud J.-L. (1973) - Islam et sociétés soudanaises au Moyen-Age. Recherches voltaïques, 16, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Paris.

Haut de page

Notes

1 Les datations au Carbone 14 pour les chantiers de Tegdaoust ont été confiées de 1968 à 1973 à M. le Professeur Cheikh Anta Diop directeur du Laboratoire du Radio Carbone de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, université de Dakar. La première série d’échantillons datés (Dak 42 à 48) a été publiée in Bull.de l’IFAN (Série B, t. XXXIII no3 Dakar 1971, p. 458-459), une seconde série (Dak 63, Dak 93 à 98, Dak 117 et 118) in Bull. de l’IFAN (Série B, t. 4, sur la nécropole Nord (4), sur les chantiers du quartier occidental (9) et sur d’autres fosses du site (3)). Huit autres datations doivent être incessamment publiées, portant sur des échantillons des différents chantiers du tell, missions 1971-1972 ; enfin 23 échantillons, prélevés sur les chantiers en activité en 1973 et 1974 doivent être datés prochainement. Au total le laboratoire de l’IFAN devrait avoir fourni, dès 1979, 47 datations sur les divers chantiers de Tegdaoust. En 1976, une première série de 18 prélèvements de charbons de bois sur les chantiers de 1975 et 1976 a été confiée au Laboratoire du Radio Carbone du Centre National de la Recherche Scientifique, Domaine de Gif-sur-Yvette. Grâce à l’extrême obligeance de Mme G. Delibrias, directrice de ce laboratoire, les datations correspondantes nous ont été communiquées dès septembre 1977. Malgré quelques résultats aberrants dûs à des pollutions accidentelles, les datations proposées correspondent bien à une occupation du site de Tegdaoust du VIIe s. au XIIe s. JC (Hég 1er au VIIe s.), confirmant les hypothèses chronologiques des précédentes datations autant que les études comparatives menées à partir des objets importés du monde maghrébin.

2 La collaboration particulièrement efficace qu’apporte à l’IMRS le professeur J. Evin, directeur du laboratoire du Radio Carbone de l’Université Claude-Bernard Lyon-l a permis l’analyse d’une première série d’échantillons prélevés sur des chantiers de Koumbi Saleh au cours des dernières campagnes. Les huit datations communiquées, à l’exclusion d’un résultat aberrant (pollution vraisemblable) confirment l’occupation du quartier de la mosquée du Xe s. au XVe s. JC (Hég IVe au IXe s.) en plein accord avec les datations précédemment établies. Une dizaine d’autres analyses devraient dès 1978, préciser la stratigraphie de divers niveaux d’occupation de la mosquée.

3 Près de sept cents objets métalliques ont été restaurés par les soins des responsables du Laboratoire d’Archéologie des Métaux, Centre de Recherches de l’Histoire de la Sidérurgie, Nancy-Jarville, représentant des collections extrêmement riches d’outils (de forge, de charpente et menuiserie, d’orfèvrerie), d’instruments agricoles, d’armes et d’objets de parure. Certains, tels le fléau d’une balance, le chalumeau bucal d’un orfèvre sont des documents exceptionnels pour la connaissance de la sidérurgie ou du commerce transsaharien des « cités médiévales ».

4 Claudette Vanacker, Fouille d’un quartier du site de Tegdoust, thèse de troisième cycle soutenue à l’Université de Lille en 1975. Publication prévue en 1979 dans la collection Tegdaoust (tome II).

5 Les analyses spectrographiques et électrolytiques d’échantillons d’objets de cuivre ou de scories effectuées par J. R. Bourhis du Laboratoire d’Anthropologie de l’université de Rennes portant sur vingt-quatre prélèvements représentent la seconde série d’études en laboratoire de fragments de cuivre, découverts sur les chantiers archéologiques ou transmis à la suite de découvertes fortuites. Une dizaine d’autres échantillons est actuellement à l’étude. La comparaison de l’ensemble de ces résultats (dont les analyses citées dans la thèse de Cl. Vanacker) et de ceux obtenus à partir de minerais actuellement découverts en Mauritanie pourra vraisemblablement autoriser les chercheurs à déterminer les zones d’exploitation et les circuits de distribution des barres de cuivre brut au cours des dix derniers siècles. Ces recherches doivent être menées parallèlement aux études entreprises sur les gisements cuprifères proto-historiques du Centre-Nord de la Mauritanie (IMRS, N. Lambert).

6 La présentation extrêmement documentée que Mme Denise Jacques-Meunié a publiée dans son ouvrage Cités anciennes de Mauritanie, des ksars et vieilles cités du Tagant et des Hodh permet de mieux comprendre la permanence des contraintes climatiques sur l’habitat et d’imaginer l’aspect probable de la cité de Tegdaoust il y a près d’un millénaire. Certains aménagements des cours (escaliers, soupentes, coins-cuisine) ou des pièces d’habitation (piliers centraux, niches murales, fenêtres basses pour faciliter la circulation de l’air au cours des mois d’été), encore couramment réalisés dans les maisons traditionnelles de ces cités, permettent de mieux comprendre les découvertes effectuées sur les chantiers archéologiques, correspondant à des pratiques ou des usages conservés jusqu’à nos jours.

7 Tadeusz Lewicki, West african food in the Middle Ages. Mine exceptionnelle d’informations sur les productions et usages alimentaires de l’Afrique occidentale « médiévale » telles que les citent ou les décrivent les diverses sources arabes. L’implacable désertification du Sahara occidental décrite par les géographes arabes et particulièrement sensible actuellement, a été évoquée à propos de La désertification au Sud du Sahara. Colloque de Nouakchott. NEA. Dakar-Abidjan 1976 (S. Robert, « Archéologie des sites urbains des Hodh et problèmes de la désertification saharienne au Moyen-Age », p. 46-55).

8 J.-L. Triaud, Islam et sociétés soudanaises au Moyen-Age. L’auteur insiste, dès le début de l’ouvrage, sur le rôle de la Mauritanie dans l’islamisation de l’Afrique occidentale (p.19), les éléments de cette islamisation, et en particulier la prédominance des centres urbains : « On doit, en outre, remarquer dès maintenant le caractère essentiel de cet Islam naissant... c’est une religion urbaine dont l’existence et le développement sont étroitement liés aux cités commerçantes ». Les recherches archéologiques menées sur les différents bâtiments cultuels en cours d’excavation devraient situer plus précisément les périodes au cours desquelles ces communautés ont disposé de mosquées où devaient se rassembler « ces colonies de commerçants musulmans... et leurs prosélytes, commerçants indigènes islamisés » (p. 60-61). L’étude de ces mosquées doit permettre de préciser l’importance réelle de ces communautés aussi bien que l’impact de l’Islam malékite almoravide unificateur du monde musulman sub-saharien.

9 Dans la traduction établie par V. Monteil, Al Bakri, routier de l’Afrique blanche et noire du Nord Ouest (Cordoue 1068), l’auteur rappelle « ...où se trouvait Awdaghost » et après un bref résumé des découvertes très limitées de la seule campagne de sondages de 1961, estime : « Donc des présomptions assez fortes d’ailleurs mais rien ne prouve que Tegdaoust soit bien l’ancienne Awdaghost » (pp. 93-94). Cette réserve est toujours exprimée par les responsables des différents chantiers, mais il est normal de rappeler qu’en l’absence de publications exhaustives sur les fouilles de la dernière décennie, les auteurs d’histoires générales africaines peuvent difficilement proposer d’autres identifications, compte-tenu de l’ampleur des découvertes annoncées. Tel paraît être le cas d’ouvrages récents et en particulier : Trimingham 1975 ; Levtzion 1973 ; Oliver 1977 ; Tamsir Niane 1975.

10 Actes du Colloque Histoire et Tradition Orale, Première Année, l’Empire du Mali. Fondation SCOA pour la recherche scientifique en Afrique Noire, Paris 1975.

11 Les traditions orales réunies en Mauritanie (dont en particulier les sources collectées par M. Moktar Ould Hamidoun) constituent une source particulièrement riche d’informations. M.H.T. Norris en a montré toute l’importance dans ses deux ouvrages Shinqiti Folk, Litterature and Song et Saharian Myth and Saga, notamment en ce qui concerne la « saga » des Almoravides (pp. 90-125). D’autres textes relatifs aux principautés soudanaises tel Sunjata, Three Mandinga versions par Gordon Innes doivent permettre de mieux comprendre, l’étroite imbrication des mythes et des récits dynastiques, en particulier sur les origines et les premiers siècles du royaume du « Wagadu ».

12 Renouvelant l’étude des origines du mouvement almoravide, P. F. de Moraes Farias, The Almoravids. Some questions concerning the character of the Movement during its period of closest contact with the Western Sudan, a rappelé tous les problèmes posés par les origines du mouvement réformateur préché par Abdallah Ibn Yasin et tenté de définir le rôle de l’imam Al-Hadram dans l’islamisation des tribus berbères de l’Adrar et du Tagant (?). Il faut rappeler que l’identification du site d’Azougui repose uniquement sur les deux mentions d’Al-Idriss citant « Azoggà, à 25 journées de Takrur, dans le pays des Lemtunas du désert » (Premier Climat) et «. Azoggâ » (Deuxième climat) in Géographie d’Al-Idriss, éd. de Goeje 1866, p. 3 et 36.

13 Une présentation succinte de ces cités et des problèmes archéologiques posés a été publiée sous forme d’un dossier pédagogique de l’AUDECAM, J. Devisse et D et S. Robert, Villes anciennes de Mauritanie.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte 1
Légende Au cours des quatre dernières campagnes un certain nombre d’itinéraires ont été parcourus afin de poursuivre l’établissement des dossiers d’études des sites archéologiques, ou de vérifier des découvertes fortuites signalées par les populations.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 2
Légende Les recherches ont été strictement limitées au tell archéologique de Tegdaoust soit en bordure méridionale (chantiers JCB, D, YM et petite mosquée) soit par l’extension des deux zones fouillées à l’est (chantiers orientaux) et en particulier fosses B et M ; chantiers occidentaux, fosses SR et RAM. L’ouverture du chantier BH représente une étape intermédiaire entre les trois zones actuellement en cours de dégagement.
Crédits D’après photo IGN.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Cliché 1 - Chantier M XIII. Vue des carroyages II et III des chantiers M à la fin de la campagne de 1976
Légende Le cliché a été pris de l’angle Sud-Est vers le Nord-Ouest et montre : au premier plan, l’ouverture du puisard des latrines et l’organisation, au cours de la dernière période d’utilisation de la partie dégagée du couloir Sud ; au second plan, la cour et son puits sur laquelle s’ouvrent la cuisine au nord, une pièce à l’ouest.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Cliché 2 - Chantier M : la cuisine de l’habitation no2 et les jarres superposées
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Cliché 3 - Tegdaoust, Chantier BH
Légende Le sondage, effectué au centre de la cour de la concession moderne, montre, plusieurs mètres au-dessous du sol actuel, donc nettement plus ancienne, la très belle jarre in situ.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Cliché 4 - Chantier D II
Légende Ce beau pilier de plus de 1,50 m de hauteur repose sur des assises de fondation de 80 cm de profondeur, enfoncées dans l’épaisse couche de sable qui recouvrait le sol vierge. Il supportait une galerie qui, sur les façades abritées des vents dominants (Nord et Est), protégeait les activités domestiques ou artisanales des habitants.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Cliché 5 - Chantier D II
Légende Ce puits ancien à section ovale a été creusé dans une vaste cour en même temps qu’était édifié un mur le recouvrant partiellement, par l’intermédiaire d’une énorme pierre linteau ; sa profondeur est de deux mètres : au premier plan, la margelle est au niveau du sol d’occupation de la cour.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Croquis 2 - Coupe Nord-Sud chantier méridional D
Légende Ce profil de coupe Nord-Sud montre clairement la superposition des six occupations principales qu’a connues le site à cet endroit, soulignées chacune soit par des niveaux de construction (murs, margelles de puits) soit par des sols bien différenciés (cendres, argiles, sable rapporté ou dallages) soit par des récipients de terre cuite –terrines, bols ou grandes jarres– retrouvés à l’emplacement et dans la position où ils ont été abandonnés. Cette séquence stratigraphique n’est complète qu’en amont : la présence, dès l’occupation la plus ancienne, d’un bras d’oued au sud, est à l’origine de la rétraction régulière, niveau après niveau, des vestiges d’occupation de la périphérie vers le centre, et de la formation du tell archéologique en dôme que nous connaissons aujourd’hui. La différence de niveau entre les strates les plus profondes au nord (- 330/350) et au sud (450/500) ne se traduit pas par un plan incliné mais par une succession de paliers horizontaux en décrochement vers le bas les uns par rapport aux autres, du nord vers le sud.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Cliché 6 - Chantier D
Légende Les façades Nord et Ouest de cette grande cour rectangulaire ont été protégées par une galerie longue de15 m et large de 2 m à 2,50 m, supportée par six piliers carrés. La présence dans l’angle Nord-Est d’un puits (en haut et à droite) ainsi que la quantité de vestiges relevés (jarres en place, lits de cendres, débris d’objets de céramique, ou de fer et de cuivre) prouvent que cette zone était un lieu privilégié d’activités domestiques et artisanales.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Cliché 7 - Chantier SR IX
Légende Au cours de la campagne 1976, la surface des cours d’une habitation des niveaux « médiévaux » a été entièrement fouillée. Sont apparus d’Ouest en Est (le cliché est pris vers le nord), les différents murs-limites des cours, agrandies au fur et à mesure des besoins. Ces constructions protègent des vents dominants les « coins-cuisine » dont subsistent in situ des alignements de jarres et des foyers.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Cliché 8 - Chantier SR/RAM
Légende Afin d’assurer la conservation des murs du grand bâtiment de la dernière occupation, les murs ont été dégagés jusqu’au niveau du dernier sol (une jarre brisée en indique le site) puis soigneusement restaurés à l’aide d’un liant traditionnel. Le plan intérieur est intégralement conservé : étroitesse des pièces et multiplication des seuils.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Carte 3 - Koumbi Saleh
Légende Il faut en réalité parler de trois zones archéologiques, au moins pour le site de Koumbi Saleh. Au nord la nécropole s’étend sur plus deux kilomètres : parmi les tombeaux ouverts par Bonnel de Mézières, seuls deux d’entre eux sont encore repérables, dont le célèbre tombeau à colonnes. Au centre le tell archéologique est parsemé des fosses ouvertes depuis le début du siècle, les limites de l’ancienne ville étant seulement repérables sur son flanc méridional, des buttes isolées du tell principal sont disséminées dans une zone de plus de 500 mètres au nord-ouest et au sud-ouest du tell. Plus éloignée encore, la zone de la nécropole de Sohobi, plus récente sans doute, représente un troisième centre d’intérêt beaucoup moins étendu que les deux premiers.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Cliché 9 - Koumbi Saleh, Chantier AO II
Légende Ayant dégagé les gravats et déblais entassés dans les fosses, après les fouilles menées jusqu’au niveau des dallages anciens (campagnes IFAN 1949-1951), la responsable de ce chantier a poursuivi l’approfondissement des fosses sous ce dallage, faisant apparaître les niveaux anciens de constructions, le plan des maisons des premières phases d’occupation étant sensiblement différent de l’organisation de l’habitation IV, telle qu’elle apparaît sur ce cliché, avec son couloir central et ses décors de niches rectangulaires et triangulaires.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Cliché 10 - Koumbi Saleh, Chantier SB II
Légende En poursuivant la fouille d’une maison voisine de la mosquée, ont été étudiés les différents niveaux et phases de construction. On distingue, ici le dallage ancien de la dernière phase d’édification, la pièce très exiguë ouvrant par un seuil étroit sur une autre pièce complètement fouillée. L’approfondissement à droite de ce seuil a révélé l’existence de niveaux antérieurs dont le plus ancien apparaît sous la forme d’une murette latérale d’un puisard, visible au nord de l’échelle. Un sondage de vérification dont l’entonnoir est encore perceptible, a permis de trouver le sol vierge de la dune presque sept mètres sous le sol actuel.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Cliché 11 - Koumbi Saleh, Chantier SR II
Légende Le dégagement des deux premiers alignements de supports de l’ancienne mosquée a rendu nécessaire, en vue de leur conservation, la restauration immédiate des murs les plus menacés, aussi bien que les soutènements des colonnes. On distingue à gauche les niveaux des seuils successifs des entrées percées dans le mur qibla, comme les murs profonds Est-Ouest encore inexplicables.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Cliché 12 - Koumbi Saleh, Chantier SR II
Légende Le mihrab, après restauration, permet de distinguer les niveaux de construction. Le comblement de l’alvéole la plus ancienne (non entièrement fouillée) apparaît encore sous forme de dalles résiduelles périphériques ; celles-ci sont insérées sous le mihrab intermédiaire (niveau III) formant aujourd’hui une banquette. Plus haut le mirhab de niveau IV a conservé l’intégralité de son arc en plein cintre légèrement outrepassé, cantonné de deux niches rectangulaires, autrefois pourvues de colonnettes.
Crédits © S. Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/1982/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denise Robert-Chaleix, Serge Robert et Bernard Saison, « Bilan en 1977 des recherches archéologiques à Tegdaoust et Koumbi Saleh (Mauritanie) », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 23-48.

Référence électronique

Denise Robert-Chaleix, Serge Robert et Bernard Saison, « Bilan en 1977 des recherches archéologiques à Tegdaoust et Koumbi Saleh (Mauritanie) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/1982 ; DOI : 10.4000/aaa.1982

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals