Navigation – Plan du site
Cahier Koumbi Saleh

Le « Tombeau à Colonnes » de Koumbi Saleh (Hodh oriental, Mauritanie)

Bernard Saison, Claude Richir et Jean Polet
p. 49-62

Résumés

Connu et partiellement fouillé depuis le début du XXe siècle, le « Tombeau à colonnes » de Koumbi Saleh n’avait jamais fait l’objet d’observations et relevés précis. Après avoir résumé l’historique des fouilles du tombeau lui-même, cet article propose, pour la première fois, un plan et une description très précis des murs et des traces au sol –tombes, bâtiments, emplacements des fouilles anciennes et de leurs tas de déblais. Un petit sondage pratiqué pendant cette campagne de 1972 a permis d’entrevoir une histoire complexe, et longue, de ce monument et de ses enclos. À l’intérieur de l’un d’entre eux, sous une tombe « classique », a été mis au jour un petit monument funéraire érigé sur un sol dallé, au toit à double pente, contenant un corps desséché. Trois périodes sont ainsi mises en évidence dans ce simple sondage : érection d’un mausolée, ennoiement de ce dernier, inhumations tardives dans ce sol de remblai. La description des nécropoles vastes et nombreuses qui sont associées au site du « Tombeau à colonnes » et à celui de la ville de Koumbi Saleh conclut l’article.

Haut de page

Texte intégral

Le site et les enceintes

1Connu depuis la publication, illustrée de trois croquis, de A. Bonnel de Mézières qui le fouilla en 1914, le « Tombeau à colonnes », comme le désigne R. Mauny, a ensuite été exploré par D. Lazartigue en 1939, puis, en 1951 et 1956, par R. Mauny et P. Thomassey, qui en donnèrent un plan de situation (figure 1) et plusieurs relevés.

Figure 1 - Plan de situation du « Tombeau à colonnes »

Figure 1 - Plan de situation du « Tombeau à colonnes »

D’après R. Mauny, 1951.

  • 1 B. Saison et Cl. Richir.

2Les dimensions impressionnantes de l’ouvrage dont l’enceinte extérieure court sur près d’un kilomètre, sa situation sur un plateau dénudé, son état de dégradation par rapport aux descriptions antérieures et son orientation tout à fait particulière, nous ont incités1 à consacrer en 1972 plusieurs semaines à un relevé précis des murs qui entourent le mausolée, ainsi que des nécropoles de voisinage en nous aidant de photographies aériennes ; une seule tombe a pu être fouillée complètement. Toutes les observations ont été comparées à celles recueillies par A. Bonnel de Mézières, D. Lazartigue et R. Mauny.

Disposition d’ensemble et implantation

  • 2 Les photographies aériennes ont été prises par Bernard Nantet en 1969, avant la reprise des fouille (...)

3L’ouvrage est situé à 1900 m au N-O des ruines principales de Koumbi Saleh, au-delà de la nécropole N-O, sur un reg sillonné de multiples fractures parallèles, régulièrement espacées de 10 à 15 m, et d’autant mieux visibles sur les photographies aériennes qu’elles sont soulignées par des touffes de « sbot » (figure 2)2 ; l’une d’entre elles, plus importante, de direction NO-SE, recoupe les précédentes en passant à proximité de l’angle nord de l’enceinte extérieure du « mausolée ».

Figure 2 - Vue aérienne oblique du « Tombeau à colonnes »

Figure 2 - Vue aérienne oblique du « Tombeau à colonnes »

© B. Nantet

Moyens, méthodes et présentation des relevés

Moyens et méthodes :

Nos recherches ont été menées grâce à l’appui de la Mission archéologique française de Mauritanie lors d’une mission effectuée par celle-ci à Koumbi Saleh, en 1972, sous la direction de J. Devisse, D. et S. Robert, auxquels nous rendons hommage et disons notre reconnaissance. Elles ont été complétées par un très court séjour en 1980. La rédaction définitive de ces travaux n’a pu être effectuée qu’en 2004.

Moyens sur le terrain et modes de présentation des résultats sont ceux de la discipline disponibles en 1972.

La planimétrie du site a été effectuée par visées angulaires et mesures décamétriques ; les erreurs estimées sont faibles, inférieures à 2 % dans la quasi totalité des vérifications. Les données chiffrées ont été complétées sur le terrain par l’observation des structures encore affleurantes, en s’aidant de la lumière rasante du soleil matinal ou vespéral ou de l’alignement des brins d’herbe. Très occasionnellement, nous avons utilisé la pioche pour un examen superficiel. Un relevé altimétrique, au niveau à bulles, a également été effectué et comparé aux doublets stéréographiques de l’I.G.N.

Présentation des relevés :

Les plans sont tous présentés de la même manière : le trait plein correspond à la face externe du mur d’enceinte, qui est généralement la seule visible ; lorsque la face interne l’est également, un double trait l’indique ; les hachures signalent que le bord supérieur du mur est visible ; des tiretés correspondent à une probabilité. Les passages sont indiqués par des tiretés avec divergents, un point d’interrogation marque un doute. Une surface entourée de tiretés caractérise une élévation de terrain (quelques dizaines de centimètres au plus). Les tombes, enfin, sont indiquées par de petits rectangles, tiretés en cas d’incertitude.

Pour les schémas en élévation, les échelles horizontales et verticales sont différentes, dans le rapport 1/10° afin d’accentuer la perception des reliefs ; les tiretés indiquent l’emplacement des murs d’enceinte et de la construction centrale.

Le mur d’enceinte le plus extérieur est désigné par le chiffre I, le plus interne par le chiffre VI ; la numérotation des espaces entre les murs d’enceinte est celle du mur le plus extérieur : ainsi, l’enceinte I est comprise entre le mur I à l’extérieur et le mur II à l’intérieur. Les directions sont données par rapport au Nord géographique, compte tenu de la déclinaison du lieu (9° 13’ au 01.01.1972).

4Le site d’implantation est un dôme déversant au nord (pente de 0,7 %), à l’est (pente de 0,5 %) et à l’ouest (pente de 0,6 %) si bien que la base des colonnes du tombeau, au centre du mausolée, domine de plus de 4 mètres les angles N et E du mur extérieur et de plus de un mètre l’angle O. Il n’y a pas, sur le terrain, de rupture de pente au niveau des différentes enceintes (figure 3), sauf au niveau de la plus interne (enceinte VI), en raison de l’accumulation des déblais des fouilles antérieures, et ceci en dépit de l’aspect en gradins bien visible sur les couples stéréoscopiques.

Figure 3 - Coupes topographiques N-S et E-O du site

Figure 3 - Coupes topographiques N-S et E-O du site

5La structure générale du mausolée est quadrangulaire, faite de six enceintes entourant le « Tombeau à colonnes » proprement dit. Les murs les plus internes ont la forme d’un carré presque régulier, les plus externes affectant celle d’un trapézoïde (figure 4).

Figure 4 - Plan du mausolée

Figure 4 - Plan du mausolée

6L’orientation de toutes ces enceintes est remarquable : les diagonales sont alignées selon les axes N-S et E-O, avec des écarts très faibles (4° au plus), de l’ordre de ceux dûs aux erreurs de mesure.

7L’enceinte la plus externe, trapézoïdale plutôt que carrée, est beaucoup plus vaste que les autres ; les murs de ces dernières sont, au contraire, proches les unes des autres.

8Les murs sont tous parfaitement rectilignes (sauf le plus externe dans ses secteurs SO et à moindre degré SE). Ils sont larges de 0,60 m à 0,80 m, et sont construits en pierres plates de schiste gris, fort bien appareillées, comme sur le tell de Koumbi Saleh, mais leur relief est très peu visible, sauf à contre-jour ou après dégagement superficiel.

9Ces murs sont interrompus par plus de 30 passages dont la largeur excède rarement 2 mètres pour les trois enceintes intérieures, atteignant 3,50 m et même 10 et 20 mètres pour les passages de l’enceinte extérieure. Une fois sur deux, l’un des deux côtés du passage est dominé par une élévation de terrain indiquant l’existence d’une construction (figure 5). Sur les murs des enceintes II, III, IV et V, ces passages sont disposés en regard les uns des autres et au milieu de chaque mur ; deux exceptions cependant sur le mur IV (dépourvu d’ouverture dans sa partie SO) et le mur V (dépourvu d’ouverture dans sa partie NE). Ces enfilades de passages sont moins visibles au niveau de l’enceinte VI dont une seule issue, celle du milieu, est convenablement alignée. Dans l’ensemble, il y a visiblement une opposition entre la première enceinte –la plus vaste– et les autres, où les passages sont nombreux, 6 ou 7, et larges de 5 à presque 20 mètres.

Figure 5 - Enceintes centrales et constructions associées

Figure 5 - Enceintes centrales et constructions associées

Description des murs et des constructions adjacentes

10[Un tableau résumant les informations recueillies sur chaque mur d’enceinte est proposé en annexe.]

Le tombeau central et les nécropoles adjacentes

11Le site du « Tombeau à colonnes » est particulièrement vaste car, outre les enceintes entourant le « Mausolée » central, dans lesquelles nous avons compté environ 130 tombes, s’ajoutent deux autres champs d’inhumations, l’un au N-E du site principal, comportant au moins une centaine de constructions funéraires quadrangulaires de 10 à 20 mètres de côté, l’autre vers le S-O avec une vingtaine de constructions du même type et, plus disséminées vers le S, d’autres constructions funéraires arrondies, généralement en ruines.

12Au total, les deux champs funéraires pourraient représenter une vingtaine d’hectares comportant au moins 150 à 200 constructions quadrangulaires. Il y aurait donc dans l’ensemble du site, tombeau compris, 250 à 300 tombes encore visibles, groupées autour du « Tombeau à colonnes » lui-même, ce qui est considérable.

13De cet ensemble, nous n’avons pu fouiller qu’une seule tombe située à l’intérieur de l’enceinte V. Le « Tombeau à colonnes » lui-même, bouleversé par les fouilles de Bonnel de Mézières, de Lazartigues, de Thomassey et Mauny, et depuis largement remanié par les intempéries et les chercheurs clandestins, ne nous a pas paru devoir être l’objet d’autres recherches de terrain compte tenu de nos moyens. En revanche, nous avons tenu à rassembler les données recueillies par ces auteurs pour donner une description, la moins imprécise possible, de cet important ensemble.

Le « Tombeau à colonnes » proprement dit

14En 1972, la dégradation de l’ouvrage et des colonnes était déjà considérable ; seul l’angle N dépassait encore le sol de plus d’un mètre, et rien ne subsistait plus, ni des colonnes, ni des escaliers menant au caveau, ni des « sarcophages » (caissons) eux-mêmes. L’entrée primitive n’était plus identifiable. On observait cependant –et ce grâce à l’œuvre de l’érosion qui l’a « nettoyé » depuis sa mise au jour– que le mur S-E était constitué de trois parties nettement distinctes séparées par une étroite fente (moins de un centimètre) évoquant une obturation secondaire (figure 6) comme semble l’indiquer un tireté sur le plan établi par Mauny, qui en indique également un autre sur le mur N-O que nous n’avons pas pu observer car aujourd’hui sous un amas de débris. Nous n’avons pas non plus fait d’observation sur le caveau lui-même ou sur son contenu, en raison de son remplissage de gravats, de pierres et de sable résultant des fouilles antérieures. Ce sont ces dégradations qui nous ont amené à analyser méthodiquement les descriptions antérieures.

Figure 6 - Plan schématique du tombeau central.

Figure 6 - Plan schématique du tombeau central.

Les descriptions antérieures

15Seuls trois auteurs ont donné de ce « Tombeau à colonnes » (dénomination proposée par R. Mauny) une description plus ou moins précise : Bonnel de Mézières, qui fouilla le site en 1914, déposa les objets recueillis au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris en 1917 (leur trace avait disparu en 1950) et publia ses recherches sous forme d’un mémoire, déposé à l’Académie des Belles-Lettres en 1920, illustré de quelques photos que nous reproduisons ici (figure 7) ; Lazartigues, qui reprit les fouilles du précédent, en 1939, et déposa son dossier de fouilles à l’IFAN de Dakar (où nous n’avons pu le consulter) ; Mauny, enfin, qui, avec Thomassey, effectua la dernière campagne de fouilles dans les années 50, fouilles qu’il publia en 1956.

Figure 7- Deux clichés anciens du « tombeau à colonnes » (Bonnel de Mézières 1920)

Figure 7- Deux clichés anciens du « tombeau à colonnes » (Bonnel de Mézières 1920)

A. colonne ; B : entrée du tombeau et escalier.

16Les descriptions données par ces trois auteurs permettent une reconstitution au moins approximative de ce curieux monument funéraire, et en évitent le total oubli, faute d’une conservation adéquate :

  • Le bâtiment s’élève au centre de l’enceinte VI, à 30 mètres du muret qui le cerne et au centre d’une légère dépression d’une vingtaine de centimètres par rapport au couronnement de la colline sur lequel les enceintes ont été édifiées.

  • Il s’agit d’une construction carrée d’environ 5 x 5 m dont chaque coin a été aménagé en angle rentrant (ou en demi-cercle) pour former le socle d’une colonne ronde, d’environ 60 à 70 cm de diamètre, faite de galettes de schiste découpé, dont la plus basse est simplement un peu plus large et un peu plus épaisse que les autres. Chaque colonne mesurait, en 1917, 1,50 m de hauteur et les murs 1,50 m à 2 m, dépassant donc le haut des colonnes. Ces murs sont en pierres de schiste, épais de 90 cm, recouverts –à l’intérieur probablement– d’un enduit d’argile décoré de dessins rouges.

  • Le fond du caveau est situé à 2 mètres sous le niveau du seuil de la construction qui, elle-même, s’élève à environ 2 mètres au-dessus du sol. La porte d’entrée, large de 1,25 m, s’ouvre sur un petit escalier de briques cuites et cimentées, dont trois marches seulement subsistaient lorsque Mauny visita le « Tombeau ». En face de l’entrée, le mur est percé d’une fenêtre de 70 cm de large, dont l’allège s’ouvre à une hauteur de 3 mètres au-dessus du sol du « Tombeau » (donc à 1 mètre au-dessus du sol).

  • Les sarcophages –ou plutôt les caissons funéraires– sont constitués par des lames de schiste longues de 3 mètres, larges d’un mètre environ, reposant verticalement sur une maçonnerie cimentée ; du fait de leur longueur, il est donc probable que le caisson central était en partie recouvert par l’escalier. Bonnel de Mézières indique qu’à l’ouverture du caisson numéro un, « une odeur aromatique s’est dégagée », [et que] « deux des trois individus sont de grande taille » le crâne de deux d’entre eux, est pour l’un, « énorme » et, pour l’autre, « très fort ». Dans l’un des « sarcophages », il y avait des débris de fer et dans l’autre des bracelets de fer avec plus de 100 grands clous à tête plate. Pas d’inscription, ni d’autre mobilier.

Les tombes intérieures aux enceintes

17Elles sont très nombreuses : au moins 108 attestées avec certitude et probablement davantage, peut-être 130 ; il en existe également au moins sept à l’extérieur du mur de la première enceinte.

18Toutes les tombes intra muros, sauf une, sont situées à l’intérieur des enceintes IV et V, le long des murs S-E, N-E et S-O ; les angles N et O, ainsi que le mur N-O allant de l’une à l’autre en sont à peu près dépourvus. Aucune tombe n’est actuellement visible dans l’enceinte VI, bouleversée il est vrai par les fouilles de Bonnel de Mézières et recouverte par les déblais.

19En surface, les traces de ces tombes présentent toujours le même aspect : rectangle de 2,50 m de long sur 0,50 m de large en moyenne, matérialisé par l’affleurement en surface de dalles de schiste fichées en terre, de 1 à 2 m de longueur, épaisses de 5 à 8 cm, avec parfois, à une extrémité, une petite stèle dressée, non épigraphiée, dépassant de 10 à 20 cm.

20La plupart sont orientées par rapport aux murs d’enceinte, soit en parallèle, soit à angle droit ; l’axe N-S (à plus ou moins 15°) n’apparaît que dans 7,5 % des cas. Ainsi, sur les 108 tombes des enceintes IV et V, 62,5 % sont parallèles ou perpendiculaires aux murs, 30 % plus ou moins obliques, 7,5 % alignées sur l’axe N-S, habituel pour les tombes musulmanes.

21Rappelons que les trois tombes du « Tombeau à colonnes » sont également orientées par rapport aux murs et non par rapport à l’axe polaire.

Le tombeau fouillé

22L’une de ces tombes visibles en surface, située dans l’angle E du mur N-E/S-E de l’enceinte V, a fait l’objet d’une fouille. Son grand axe est parallèle au mur N-E. La fouille a en fait mis au jour deux caveaux superposés (figure 8), le plus superficiel et le plus large affleurant le sol, d’où dépasse d’une douzaine de centimètres une stèle non épigraphiée.

Figure 8 - Monument funéraire et tombe superposés.

Figure 8 - Monument funéraire et tombe superposés.

Le caveau superficiel

23Construit en dalles fichées de champ (une d’entre elles mesure 2,40 m de long), il est comblé par un remblai caillouteux ; deux tessons non engobés, une anse de cruche sans engobe ni décor et un broyeur ovoïde (0,8 m x 0,35 m) ont été recueillis.

Le caveau inférieur

Architecture

24Une des dalles de coffrage du caveau superficiel repose sur la couverture, le toit en fait, d’une chambre funéraire. Ce toit est formé de grandes dalles inclinées, à disposition tectiforme. Le fond est constitué par une énorme plaque de schiste de 2 m de long sur plus de 0,90 m de large, s’enfonçant sous les deux parois latérales du sarcophage et sous l’assise la plus profonde du mur de l’enceinte V. L’orientation, mais aussi la construction, indiquent donc une relation forte entre ce caveau inférieur et le mur d’enceinte, une contemporanéité ou un faible laps de temps entre ces deux constructions.

25Le squelette repose dans une fosse étroite, large de 0,25 m à 0,22 m, haute de 0,30 m à 0,40 m, longue de 2,30 m ; aucun remplissage ne vient combler le vide entre le plafond du sarcophage et les ossements.

26La première assise du mur d’enceinte –dont l’élévation subsistante est de 90 cm environ– repose, par l’intermédiaire d’un mince lit de cailloutis, sur la même plaque qui couvre le fond du sarcophage.

Le squelette

27Les ossements sont parfaitement identifiables, mais extrêmement fragiles, s’effritant à la moindre manipulation. Les connexions anatomiques sont conservées. Le corps repose en décubitus latéral droit suivant un axe de 310°, crâne au N-O, pieds au S-E (à 5° près), face regardant le S-O ; les bras sont allongés, la main droite est à droite de la cuisse droite, l’avant-bras gauche est ramené devant le corps, la main placée devant le pubis.

28Les mensurations sont les suivantes : 1,70 m du vertex à la malléole tibiale ; tibia droit : 41,5 cm, fémur droit : 0,50 m, fémur gauche : 0,49 m, humérus droit : 0,34 m. Les cartilages épiphysaires sont tous absents. Le sacrum est plat, le promontoire peu marqué. Dans l’ensemble, les insertions musculaires sont bien marquées.

29Le crâne est extrêmement friable et la face directement appliquée sur la paroi en schiste ; on peut simplement constater qu’il s’agit d’un méso-crâne et qu’il n’y a pas de prognathisme important.

30Il s’agit d’un sujet de grande taille : les tables de Trotter et Gleser appliquées au membre inférieur donnent 1,81-1,82 m (± 3,5 cm) s’il s’agit d’un sujet de race blanche, et 1,75-1,73 m (± 4,6 cm) s’il s’agit d’un sujet de race noire. La mesure directe du squelette donne une taille supérieure à 1,76 m. Le sexe est probablement masculin et la longueur du membre inférieur fait plutôt penser à un sujet de race noire.

  • 3 Ces échantillons ont été malheureusement égarés, avec bien d’autres, lors du déménagement de la Fac (...)

31Aucun bijou, objet, clou ou débris de vêtement n’accompagne ces restes ; il y avait cependant une momification partielle des viscères abdominaux avec conservation relative de la forme et du contenu du côlon droit et transverse qui ont été prélevés pour analyses3.

Interprétation des informations obtenues par la fouille

  • 4 Cette information nouvelle permet d’interpréter l’odeur aromatique que Bonnet de Mézières signale à (...)

32Cette fouille, la première qui ne se soit pas obstinée à « comprendre » un « Tombeau à colonnes » depuis longtemps très dégradé, apporte des données nouvelles tout à fait fascinantes. La simple description des éléments d’architecture, de leur nature –toit à double pente qui sert de plancher à la sépulture supérieure, plancher de la sépulture inférieure qui s’étend sous la base du mur de l’enclos– et de leur agencement vertical, posaient questions. Il nous faut, pour interpréter ces éléments, associer les informations que livre l’étude architecturale des tombes juxtaposées à trois autres : la très faible distance qui sépare le mur d’enceinte de celui du caveau, l’absence de sédiment à l’intérieur du caveau, la momification de certaines parties molles du cadavre. Il apparaît alors clairement que cette sépulture inférieure n’est pas une tombe, mais un monument, un tombeau au toit à double pente, érigé sur le sol dallé de l’enceinte V. Le « Tombeau à colonnes » n’apparaît plus comme un monument solitaire entouré de tombes mais comme le monument central d’un vaste ensemble qui comportait peut-être, à l’origine, d’autres monuments4.

33Par ce simple sondage qui, par chance, a permis cette découverte, il est déjà possible de définir trois épisodes dans la vie de cet ensemble funéraire. Le premier (?) voit l’édification d’une série d’enclos, peut-être dallés, ouverts à la circulation, organisés par rapport à un monument central juché sur une légère éminence. Ces enclos contiennent des monuments funéraires plus modestes que le bâtiment central. Puis, au cours d’une période, dont la durée ne peut pas encore être évaluée, mais qui n’est pas un simple événement ponctuel, murs d’enceintes et monuments funéraires sont ennoyés dans des sédiments, sans doute avant tout d’origine éolienne mais provenant aussi de la dégradation des parties élevées de l’ensemble. Dans un troisième temps, ces sédiments accueillent des tombes qui sont marquées au sol par de petites dalles verticales ; l’orientation de ces très nombreuses tombes –visibles encore aujourd’hui en surface– en fonction du « tombeau à colonnes » et des murs d’enceinte conduit à penser que ce tombeau central est alors, lui, toujours visible, et qu’il continue à jouer un rôle primordial dans l’organisation du cimetière alors que les monuments funéraires de la première période d’utilisation ont disparu du regard des hommes.

Les objets recueillis sur le site en 1972

  • 5 Information orale donnée par Denise Robert.

34Ils sont très peu nombreux : quelques tessons et deux briques cuites issus des déblais de la fouille de Bonnel de Mézières, ramassés en surface, ne permettent aucune insertion chronologique. Seuls les trois tessons et le broyeur de la tombe superficielle peuvent être rattachés au type rencontré à Koumbi Saleh dans les couches du niveau médiéval ancien5.

35Bonnel de Mézières indique avoir découvert, outre quelques fragments osseux humains, des débris de fer et de cuivre, des bagues, des bracelets de fer et de cuivre, des tessons et du verre irisé. Ces objets n’ont pas été retrouvés.

Les tombes extérieures aux enceintes

36Sous cette dénomination, nous incluons les nécropoles situées en dehors du mur de la première enceinte : environ une centaine de tombes à une cinquantaine de mètres au sud du « Tombeau à colonnes » (figure 9), d’autres à environ 3 km au sud du « Tombeau à colonnes » (et à 1 km au N-O du point côté 274 de la carte IGN 1/200.000, Feuille Nara) et d’autres enfin au S-S-O du centre des ruines de la ville de Koumbi Saleh, le long d’un oued de direction S-O/N-E venant alimenter la mare de Sohobi.

Figure 9 - le « Tombeau à colonnes » et la nécropole S.E.

Figure 9 - le « Tombeau à colonnes » et la nécropole S.E.

Photo IGN

37Mauny signale aussi une autre construction carrée à mi-distance entre le « Tombeau à colonnes » et les ruines de Koumbi Saleh, et d’autres plus au sud, le long de la piste Timbedra-Nara...

38Enfin, à environ 1 km au nord du « Tombeau à colonnes », à une bonne centaine de mètres à l’est de la même piste et à quelques dizaines de mètres du « cercle de pierre » signalé par Mauny, nous avons retrouvé un ensemble de vestiges de 10 à 20 mètres de côté, encore hauts d’un mètre environ (mais que nous n’avons pas eu le temps d’étudier).

  • 6 Ces prospections ont été réalisées avant la banalisation du GPS.

39Aucune de ces constructions (100 à 150 environ) n’a pu être fouillée ni même repérée avec précision6 ; nous avons seulement pu constater de visu et sur photographies aériennes, que la plupart d’entre elles sont de forme carrée, beaucoup plus rarement rectangulaire ; elles mesurent de 10 à 20 mètres de côté autour d’une construction ou d’une dépression centrale. Les plus grandes possèdent une double enceinte, triple peut-être dans un cas (nécropole N-O à environ 250 m au nord de l’angle N de la première enceinte du « Tombeau à colonnes »). La diagonale de ces constructions est presque toujours orientée N-S, comme le « Tombeau à colonnes » lui-même, la nécropole étant elle-même au N-O du « Tombeau à colonnes ». Le mirhab signalé par Bonnel de Mézières n’a pas été retrouvé, de même que les deux constructions carrées observées par Mauny sur ou à peu de distance de la piste Timbedra-Nara.

  • 7 Des fusaïoles, probablement.

40Bonnel de Mézières avait déjà indiqué dans son rapport la présence de constructions quadrangulaires en dehors du site principal ; en particulier autour de la mare de Sohobi, sur les pentes N et S de la colline de Koumbi Saleh où, sur 18 fouilles qu’il a conduites, 7 concernent de telles structures (fouilles n° 5, 6, 7, 8, 9, 12 (?), 21). Leurs dimensions sont importantes : 9, 10, 14 mètres de côté, les plus grandes étant partagées en deux, voire en cinq « compartiments » ; deux d’entre elles ont une extrémité arrondie. La majeure partie est recouverte de monticules en terre rapportée, et sont donc semblables à des tumulus, hauts de 2 à 3 mètres au plus. Toutes, ou presque, contenaient des ossements humains, des bagues en cuivre, des bracelets en fer et en cuivre, des débris de fer, des perles « à filer le coton »7. Bonnel de Mézières signale également (fouille n° 6) du « verre irisé » et des « perles rondes curieuses », des tessons, et des objets en « fer ayant la forme d’un gros canon de fusil » (tombes 7 et 8). Aucun clou cependant, à la différence du « Tombeau à colonnes ».

41La nécropole S est installée sur un terrain très accidenté, elle comporte une vingtaine de constructions de forme généralement carrée, à diagonale N-O / S-E dont les murs, encore hauts de 1,50 m à 2 m, en schiste, sont parfaitement visibles.

42Signalons enfin, à 1 km au nord du « Tombeau à colonnes » et à quelques dizaines de mètres de la piste Timbedra-Nara, un cercle de 25 m de diamètre fait de 41 monolithes de grès ferrugineux de 0,50 à 0,70 mètre de diamètre. Divers tessons engobés ou non, au décor digité et assez semblables à ceux de Koumbi Saleh, y ont été ramassés en surface, ainsi que deux broyeurs.

43Deux prospections vers l’est et le N-E, dans la direction des puits de Dali-Koumbé, le Keyibi et le Tejalit Bourib (escarpements de rognons latéritiques de quelques dizaines de mètres de hauteur pouvant, de loin, passer pour des ruines), ne nous ont livré aucun autre vestige de constructions quadrangulaires, mais simplement deux tumulus arrondis et schisteux. Il n’en existe pas non plus vers le N-O, le long de la piste de Timbedra.

44Cependant, vers le N-O, à un kilomètre du « Tombeau à colonnes », nous avons repéré un grand tumulus ovalaire de 16 x 6 m., haut d’environ 1,3 m comportant, au nord et au sud, deux « puits » ronds de 0,60 m de diamètre avec margelle. Peut-être s’agit-il de la « fortification de pierre » de Bonnel de Mézières qu’il situe « sur la légère colline boisée [dont le] sommet ferme l’horizon » ; le plan qu’en donne Mauny ne semble guère correspondre aux vestiges en place. Une telle structure, en tous cas, est foncièrement différente des enceintes carrées.

Quelques certitudes, quelques comparaisons possibles et quelques conclusions très provisoires

45L’implantation du « Tombeau à colonnes » et des sépultures qui lui sont associées, sur une croupe de terrain qui domine d’une trentaine de mètres les crêtes dunaires barrant, au nord, l’horizon, marque fortement le territoire du site de Koumbi Saleh. Cet ensemble est, d’une part, isolé des autres sites funéraires alentours et, d’autre part, aucun ne le dépasse en hauteur : du « Tombeau », la vue s’étend à plus de 10 km de distance.

46Comparer cet ensemble avec d’autres, déjà publiés, est difficile car, pour ces derniers, nous ne disposons généralement que de simples descriptions architecturales du monument lui-même et non de données sur leur environnement global. Aussi, en l’attente de véritable fouille, devons-nous en rester à l’analyse des critères externes remarquables, en l’occurrence le plan quadrangulaire des constructions et l’orientation N-S de la diagonale du « Tombeau à colonnes » et de presque toutes les autres constructions carrées.

Architecture

47Rappelons que les monuments quadrangulaires fouillés, à Koumbi Saleh, par Bonnel de Mézières, pour la plupart recouverts d’un amas de pierres et de terre formant tumulus, de monticules en terre rapportée, étaient semblables à des tumulus, hauts de 2 à 3 mètres au plus. à la différence du « Tombeau à colonnes » et des autres tombes qui l’environnent.

48Certes, le plan carré n’est pas absent des grandes sépultures anciennes de Mauritanie : Monod en signale dans le Hank, dans la Hamada blanche, dans le Zemmour, dans l’Adrar et dans l’Inchiri. D’autres ont été signalés au Maroc, dans le Tafilalet, où Jacques Meunié décrit des enceintes, parfois rectangulaires, en pierres sèches. En Algérie, on en signale également à Tiaret et au Hoggar (le tombeau de Takamat). Cependant, aucune d’elles ne dépasse une douzaine de mètres de côté, sauf les Djedar qui, dans la région de Tiaret, dépassent 60 mètres.

  • 8 Communication orale

49La présence de quatre colonnes aux angles du tombeau central est assurément si peu banale que R. Mauny a retenu cette particularité pour désigner le monument. G. Souville rapporte que Ruhlman a décrit une bazina des environs de Bregnet (Algérie) « délimitée par un petit mur de pierres grossièrement trapézoïdal aux angles rentrants marqués aux quatre coins par des blocs en saillie », ce qui n’est pas sans évoquer les colonnes du tombeau central, ni les constatations faites par S. Robert dans la nécropole Nord de Tegdaoust/Aoudaghost8.

Orientations

50L’orientation du « Tombeau à colonnes », ainsi que celle de la plupart des constructions carrées, est également très frappante : les diagonales respectent les orientations cardinales, avec moins de 4° d’erreur. Elle est moins systématique pour les autres constructions carrées, sauf pour les plus grandes, beaucoup mieux alignées sur cet axe préférentiel. Les monuments sahariens évoqués précédemment n’ont pas cette orientation particulière, pour laquelle nous n’avons trouvé aucune explication.

  • 9 Le seul tombeau du niveau inférieur qui ait été dégagé semble déjà respecter ces mêmes choix. Seule (...)

51Les tombes supérieures9 incluses dans les enceintes du « Tombeau à colonnes » - et à un moindre degré dans les constructions carrées - sont disposées par rapport aux murs ; les deux tiers d’entre elles leur sont soit parallèles, soit perpendiculaires, ce qui entraîne une orientation du sujet crâne vers le NO, pieds au SE, face regardant vers le SO pour le tombeau que nous avons fouillé, crâne au SO, pieds au NE, donc face regardant au SE ou au NO (selon les indications de Mauny) pour ceux fouillés par Bonnel de Mézières

52Pour les autres tombes dont le caveau affleure en surface, la face regarde l’est ou l’ouest, le nord ou le sud, suivant que le sujet est couché sur le côté droit ou gauche, le long des murs E-O ou N-S. Pour les trois tombes du « Tombeau à colonnes », les faces ne peuvent regarder que vers le nord ou le sud, du fait de l’étroitesse des caveaux, les corps reposant en décubitus latéral droit ou gauche, ce que nous avons aussi observé dans la tombe fouillée. De plus, la présence de gros clous à tête plate dans l’une des tombes du « Tombeau à colonnes » conduit à supposer la présence d’une bière en bois (que Bonnel de Mézières n’aurait pas reconnue) à l’intérieur des caissons. Rien de ceci ne permet d’évoquer un rituel funéraire islamique.

53La mise en relations de la disposition des enceintes et de ce qu’elles renferment permet de proposer quelques hypothèses. L’espace délimité par la première enceinte est, par son importance, bien différent des cinq autres : 65 à 80 mètres la séparent de la seconde, alors que les suivantes s’emboîtent assez régulièrement tous les 10-15 mètres. L’opposition est frappante entre le vaste espace délimité par la première enceinte (1,1 ha) et l’enclos central (600 m²), entre une cour où l’on peut stationner et déambuler, et une partie plus restreinte délimitée par une architecture complexe. L’une est largement ouverte par cinq portes, dont l’une de plus de 20 mètres de large est complétée par une volumineuse construction adjacente, les autres, régulièrement imbriquées, s’ouvrant par d’étroites portes en coïncidence orthogonale. À l’exception du mur Est, en regard de l’unique « fenêtre » du tombeau principal, aucune ouverture n’a été aménagée sur les 5e et 6e enceintes ; vers l’Ouest, au contraire, trois portes s’ouvrent du côté des marches du tombeau, deux sur le mur Sud et une sur le mur Nord. Opposition encore entre la cour de la première enceinte où les tombes sont rares, sinon absentes, et les longs « couloirs » des enceintes internes (II, III, IV, V, VI) où se pressent une centaine de tombes. Opposition entre une circulation ordonnée dans les « couloirs internes » et libre dans la cour externe.

54Si l’on assemble ces informations, issues des recherches anciennes, de nos observations et relevés ainsi que de notre sondage à l’intérieur de la cinquième enceinte, il est possible déjà, avec précautions, de proposer une histoire, malheureusement non encore insérée dans le temps, de cet ensemble funéraire.

55Autour d’un triple tombeau érigé au point le plus haut est construit un monumental en-semble, comportant, à l’intérieur des cinq enceintes les plus proches de ce tombeau central, des monuments funéraires aux toits à double pente et d’autres éléments construits –en particulier à proximité des accès– sur un sol peut être dallé. L’intérieur de la sixième enceinte est alors peut être, un espace public.

56Pendant une longue période d’abandon, sable éolien et sédiments issus d’une lente destruction comblent les enclos. Mais le tombeau central, « à colonnes », est encore debout.

57Dans un troisième temps, les enclos accueillent des corps, en pleine terre, à l’intérieur de coffres en dalles de schiste orientés, pour la plupart, en fonction du tombeau central et des enceintes.

58Aucun signe de tradition islamique n’a pu être décelé dans les pratiques funéraires des deux étages. Pourtant, les quelques tessons retrouvés ainsi que la présence de matériaux importés du Maghreb (en particulier du verre), nous conduisent vers les périodes les plus anciennes du site de Koumbi Saleh telles que les fouilles archéologiques récentes les ont décrites.

59La construction du « tombeau à colonnes » et les inhumations qui lui ont été ensuite associées semblent donc se rattacher à une tradition préislamique –peut-être saharienne– contemporaine de la période médiévale ancienne de Koumbi Saleh. Cette quasi-certitude d’une cohérence, inscrite dans la durée, de cet ensemble funéraire, certitude fondée essentiellement sur l’unique sondage « chanceux » de 1972, rend encore plus urgente l’étude précise, la fouille, de l’ensemble des nécropoles présentes sur le territoire de ce site majeur.

Nous tenons à exprimer notre reconnaissance à Mme Josiane Neveu, ainsi qu’à M. Hugues Bretheau et à M. Bernard Nantet qui nous ont apporté leur concours dans la préparation et l’illustration de ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Berthier S. (1997) - Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana. Étude d’un secteur d’habitat à Koumbi Saleh, Mauritanie. Campagnes II-III-IV-V (1975-1976)-(1980-1981), Cambridge Monographs in Afr. Archaeology 41, Londres.

Bonnel de Mézières M. (1918) - Recherche de l’emplacement de Ghana (fouilles à Koumbi Saleh et Settah), Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscripitions et Belles Lettres, t. 13, n° 1, p. 227-264.

Camps P. (1967) - Monuments et rites funéraires protohistoriques. Ed. Darose, Paris.

Chapelle J. et Monod Th. (1937) - Notes sur la grande sépulture d’El-Mreiti (Mauritanie), Bull. Com. Et. Hist. Sci. A. O. F. 20, p. 507-520.

Desplagnes L. (1951) - Fouilles du tumulus d’El Oualedji (Soudan), Bull. IFAN 13, p. 1159-1173.

Du Puygodeau 0. et Senones M. (1947) - Le cimetière de Sir Um Gam. Journal de la Société des Africanistes 17, p. 51-56.

Lambert N.et Souville G. (1967) - Tayadirt, une nécropole en Haute-Moulouya. Alger, Libyca, Serie APE, 15, p. 215-260.

Lazartigues D. (1939) - Dossiers de fouilles effectuées à Koumbi Saleh en 1939, Doc. IFAN Dakar, 1565.

Mauny R. (1951) - État actuel de la question de Ghana, Bull. IFAN Série 3, 13, p. 463-474.

Mauny R. (1961) - Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Age. D’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Mémoires de l’IFAN, IFAN-Dakar n° 61.

Monod Th. (1948) - Sur quelques monuments lithiques du Sahara Occidental. Act. Mem. Soc. Espanola Anthrop. Y Prehist., p. 23-35.

Souville G. (1968) - Los monumentos funerarions préislamocos de Marruecos. Ampurias, 30, p. 39-61.

Thomassey P. (1951) - Note sur la géographie et l’habitat dans la région de Koumbi Saleh, Bull. IFAN, Série 3, 13, p. 476-486.

Thomassey P et Mauny R. (1951) - Campagne de fouilles à Koumbi Saleh, Bull. IFAN, 13, p. 438-462.

Thomassey P. et Mauny R. (1956) - Campagne de fouilles à Koumbi Saleh (Ghana ?), Bull. IFAN 18, p. 117-140.

Haut de page

Annexes

Description des murs des enceintes

Haut de page

Notes

1 B. Saison et Cl. Richir.

2 Les photographies aériennes ont été prises par Bernard Nantet en 1969, avant la reprise des fouilles du site ; les traces d’un trou de pillage vers le centre du monument y sont bien visibles.

3 Ces échantillons ont été malheureusement égarés, avec bien d’autres, lors du déménagement de la Faculté de Médecine de Bordeaux.

4 Cette information nouvelle permet d’interpréter l’odeur aromatique que Bonnet de Mézières signale à l’ouverture du «Tombeau à colonnes» : ici aussi, sans doute, les corps n’étaient pas en pleine terre mais en quelque sorte, naturellement momifiés.

5 Information orale donnée par Denise Robert.

6 Ces prospections ont été réalisées avant la banalisation du GPS.

7 Des fusaïoles, probablement.

8 Communication orale

9 Le seul tombeau du niveau inférieur qui ait été dégagé semble déjà respecter ces mêmes choix. Seule une fouille méthodique permettra d’en faire une règle dans le temps long.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 1 - Plan de situation du « Tombeau à colonnes »
Crédits D’après R. Mauny, 1951.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2 - Vue aérienne oblique du « Tombeau à colonnes »
Crédits © B. Nantet
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 3 - Coupes topographiques N-S et E-O du site
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4 - Plan du mausolée
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5 - Enceintes centrales et constructions associées
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 6 - Plan schématique du tombeau central.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 7- Deux clichés anciens du « tombeau à colonnes » (Bonnel de Mézières 1920)
Légende A. colonne ; B : entrée du tombeau et escalier.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 8 - Monument funéraire et tombe superposés.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 9 - le « Tombeau à colonnes » et la nécropole S.E.
Crédits Photo IGN
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2038/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Saison, Claude Richir et Jean Polet, « Le « Tombeau à Colonnes » de Koumbi Saleh (Hodh oriental, Mauritanie) », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 49-62.

Référence électronique

Bernard Saison, Claude Richir et Jean Polet, « Le « Tombeau à Colonnes » de Koumbi Saleh (Hodh oriental, Mauritanie) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2038 ; DOI : 10.4000/aaa.2038

Haut de page

Auteurs

Bernard Saison

bernard.saison@orange.fr

Articles du même auteur dans la revue

Claude Richir

Jean Polet

polet@univ-paris1.fr
UMR 7041 (ArScAn), Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France0

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals