Navigation – Plan du site
Cahier Koumbi Saleh

Technologie céramique et Histoire à Koumbi Saleh : premiers résultats, premiers enjeux

Barbara van Doosselaere
p. 63-80

Résumés

Les travaux archéologiques entrepris à Koumbi Saleh ont permis de distinguer plusieurs phases d’occupation comprises entre les VIIIe et XVe siècles. Le matériel associé, notamment la céramique, témoigne d’une homogénéité et d’une stabilité culturelle inattendues. Les données technologiques récemment acquises sur le matériel céramique montrent cependant une importante variabilité. Les résultats de l’analyse, par la mise en évidence de certaines discontinuités ayant marqué les industries céramiques, ont conduit à remanier le schéma typologique initialement proposé. Ces discontinuités s’inscrivent dans un cadre plus général de changements marquant l’ensemble de la séquence archéologique. Et ceci à un moment d’autant plus crucial qu’ils correspondent à de larges bouleversements historiques d’ordre politique et socio-économique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les anciennes formations politiques ouest africaines ont, par l’intermédiaire de la littérature historique de langue arabe, exercé sur l’imaginaire occidental une fascination relativement précoce dont sont héritières les recherches archéologiques menées dans l’entre Sénégal-Niger (Masonen 2000). L’invention de Koumbi Saleh en est un des exemples les plus emblématiques. Ici, l’archéologie « donne à voir » ce que « laissent entendre » les textes. Et ceci, au détriment de certains faits matériels, tels que l’évolution stylistique de la céramique mise au jour sur le site.

2Ainsi, Koumbi Saleh est-il actuellement reconnu comme la capitale de Ghana, l’une des plus anciennes autorités politiques mentionnées dans les sources écrites entre les VIIIe et XVIIe siècles (Berthier 1997 ; Devisse et Diallo 1993). Les fouilles entreprises sur ce site, dans le secteur d’habitat, ont permis de reconnaître plusieurs phases d’occupation successives, résultat d’un processus d’urbanisation débutant au IXe siècle mais qui trouve son ancrage dans un substrat plus ancien d’au moins quatre siècles. Si ces données archéologiques sont pour une part conformes aux informations extraites des textes, elles révèlent également certaines contradictions. Alors que les sources écrites font état d’une série de ruptures historiques ayant à plusieurs reprises ébranlé l’empire de Ghana et sa capitale, le peu d’évolution que manifesteraient les vestiges matériels mis au jour, en particulier la céramique, suggère une homogénéité et une stabilité culturelles qu’aucun texte ne laissait supposer (Berthier 1997).

3L’assemblage céramique est, en effet, dominé par un répertoire restreint de formes et de décors apparaissant dès les premiers niveaux d’occupation et qui se maintient tout au long de la séquence archéologique sans grand renouvellement (Berthier 1997). En vue d’affiner la caractérisation de cette céramique, une analyse technologique a été menée sur un petit corpus de référence. La chaîne opératoire s’est imposée dans cet effort de reconstitution des pratiques techniques comme un outil analytique efficace (Dobres 2000 ; Lemonnier 1992 ; van der Leeuw 1993). Le découpage séquentiel qu’elle impose permet d’aborder indépendamment les unes des autres les principales étapes de fabrication des objets céramiques, de la sélection des matières premières aux traitements post-cuisson, en passant par la production des formes et l’apposition des décors (Gosselain 2002). Ces étapes de la chaîne opératoire ont été appréhendées au travers d’une série d’observations opérées aux échelles macroscopiques et microscopiques. Par là, il a été possible de différencier plusieurs « traditions » techniques, reposant sur des pratiques matérielles distinctes, inscrites dans la durée, en un espace donné.

4Comme tout système engagé dans un processus historique, ces traditions sont soumises à un certain degré de variabilité et sont susceptibles de se modifier dans le temps (Dobres 2000 ; Pauketat 2001). Les résultats de cette étude signalent des modifications techniques aux débuts du XIIIe siècle, période charnière dans l’histoire des grands empires ouest-africains. Il est probable que les bouleversements politiques et économiques se produisant à cette période aient profondément marqué les productions céramiques à Koumbi Saleh, non pas au niveau formel mais au niveau technique. Toutefois, les dynamiques qui articulent ces différentes échelles de faits sont encore difficiles à cerner. Les données acquises nous ont donc amené à discuter l’impact des processus historiques connus sur les sphères moins accessibles de la manipulation des objets quotidiens. Cette dernière question renvoie à des processus d’interaction sociale très éloignés de la domination militaire, économique et religieuse relatée par les textes historiques.

Koumbi Saleh : découverte, invention, questions

  • 1 Le dernier témoignage connu à ce jour est celui d’Ibn Khaldun, au XIVè siècle. Il existe cependant (...)
  • 2 La fascination exercée par Ghana en Occident s’ancre dans une profondeur temporelle qui remonte au (...)

5Ce vaste site du sud-est mauritanien (fig. 1 et 2) fut, dès sa découverte (Monteil 1951 ; Bonnel de Mézières 1918 ; Delafosse 1924), associé au mythique Ghana, autorité mentionnée dans les manuscrits de langue arabe, entre les VIIIIe et XVIIe siècles1, comme une importante formation étatique engagée dans le commerce transsaharien (Cuoq 1975, Levtzion et Hopkins 1981, Masonen 2000)2. En 1914, M. Bonnel de Mézières y ouvre une série de sondages, dans l’espoir d’exhumer la capitale de Ghana. La localisation d’un pôle urbain régional, entre bassins du Sénégal et du Niger, à la jonction des mondes sahariens et saheliens, en fait effectivement un point de contrôle politique et économique stratégique (Devisse et Diallo 1993). Il n’est donc pas improbable que la capitale d’un empire ait pu s’implanter à cet endroit. À ce jour, cette hypothèse n’a pourtant pas trouvé de réelle confirmation archéologique. Certes, il y a concordance entre les toponymies actuelle et historique. Certes, le continuum radiochronologique datant la séquence mise au jour coïncide avec la chronologie des textes. Certes, Koumbi Saleh constitue un énorme complexe archéologique à la mesure d’une capitale régionale. Mais ici s’interrompt la convergence des faits, les données archéologiques ayant amené plus de questions qu’elles n’en ont résolues.

Figure 1 - Limites du royaume de Ghana, gisements aurifères et routes de commerce transsaharien en relation avec les sites de Tegdaoust et Koumbi Saleh

Figure 1 - Limites du royaume de Ghana, gisements aurifères et routes de commerce transsaharien en relation avec les sites de Tegdaoust et Koumbi Saleh

© L. Garenne-Marot

  • 3 Ce vaste site est encore largement méconnu, notamment dans les relations que peuvent entretenir les (...)

6La genèse même de ce site est encore mal comprise3. Son emprise s’étend sur un rayon d’au moins 10 km, bien au-delà des structures monumentales directement contigües au tell principal. En surface, ce dernier présente un réseau orthogonal de ruelles s’articulant autour d’une large place (Berthier 1997 : 1-2). La zone comprenant la mosquée et les habitations voisines a bénéficié, entre 1914 et 1981, de l’essentiel des activités de fouille (fig 2). Dans ce secteur, la continuité marquée de la séquence archéologique est en contradiction avec les différentes ruptures historiques relatées dans les sources (Masonen 2000 : 123). Rien, de la poussée politique et religieuse almoravide au XIe siècle, de l’incursion militaire Sosso ou de l’expansion et l’implantation de l’empire de Mali aux débuts du XIIIe siècle, n’est véritablement signalé dans l’enregistrement archéologique (Berthier 1997 : 189). Ces événements successifs auraient, selon certains auteurs, engendré d’importants déplacements de population et seraient à l’origine de la chute de Ghana (Delafosse 1912 ; Mauny 1951, 1961).

Figure 2 - Plan du tell principal de Koumbi Saleh et relevé des sondages de fouille

Figure 2 - Plan du tell principal de Koumbi Saleh et relevé des sondages de fouille

D’après Devisse 1993 et Berthier 1997 - photo aérienne infrarouge mission IGN 1980.

  • 4 Mais aussi par l’histoire orale ouest africaine. Pour une compilation récente voir Dieterlen et Syl (...)

7Les données extraites de ces fouilles n’en témoignent pas moins de l’expansion d’une importante implantation urbaine durant la période où se déploient les grandes formations politiques évoquées par les textes arabes4.Les modifications architecturales qui ont marqué l’habitat ont permis de distinguer six phases d’occupation. Elles furent perçues comme le reflet d’un processus d’urbanisation qui se serait mis en place puis intensifié progressivement entre les IXe et XVe siècles (fig. 3). Le schéma évolutif défini sur ces bases se divise en quatre périodes (Berthier 1997 : 10-11). Après une discrète occupation datée des IXe-Xe siècles (a), la phase d’urbanisation dans ce secteur, initiée dès le XIe siècle (b) avec une architecture associant murs de brique et appareillage en schiste, trouve sa pleine expression à partir du XIIe siècle (c) où se met en place une tradition architecturale spécifique, privilégiant le schiste comme matériau de construction. À ces périodes d’expansion succède, avant l’abandon définitif des lieux, une phase d’occupation résiduelle datant du XVe siècle (d), au plus tôt. Au plus tôt, car les données radiochronologiques, une fois calibrées, laissent entrevoir une occupation prolongée d’au moins deux siècles. Le secteur de la mosquée semble d’ailleurs suivre la même évolution, avec une phase d’expansion du bâtiment religieux contemporaine de celle de l’habitat environnant et une séquence de dates s’avançant jusqu’au XVIIe siècle (Berthier 1997 : 28). En revanche, les dates plancher sont ici plus anciennes. La phase d’occupation initiale, précédant la construction de la première mosquée aux Xe-XIe siècles, remonterait, à en croire les données calibrées, jusqu’aux Ve-VIe siècles. Il est donc probable, après calibration des dates, que l’occupation du site ait duré un millénaire.

Figure 3 - Données de synthèse archéologique et historique

Figure 3 - Données de synthèse archéologique et historique

La calibration des dates radiocarbone a été effectuée après correction isotopique.

8La continuité que manifeste la séquence matérielle associée, suggérant par là une homogénéité et une stabilité culturelles fortes (Berthier 1997 : 101), a de quoi surprendre si l’on conçoit une durée si longue d’occupation. Et cela, bien plus encore, si l’hypothèse des conquêtes almoravides, sosso et mandingues se confirme. La réalité d’une continuité culturelle est pourtant indéniable. En témoignent, d’abord, le maintien d’un même modèle architectural durant les périodes c et d, déjà ébauché au cours de la période b mais, aussi, la persistance de certains caractères morphologiques et ornementaux dominant l’assemblage céramique.

Données de chrono-typologie : trois phases céramiques

  • 5 Les cinq fragments de céramique vernissée (Picon et Louhichi s.d.), importée du nord du Sahara, n’o (...)

9L’étude systématique du matériel céramique mis au jour lors de la fouille d’une des habitations voisines de la mosquée a conduit S. Berthier à individualiser une séquence tripartite, rythmée par l’apparition successive de nouveaux types morphologiques et figures ornementales (fig. 4a et b). À partir de la différenciation morphologique des récipients entiers et des cols isolés encore conservés, des éléments de chronologie relative ont été proposés (Berthier 1997 : 47-9). L’évolution des formes en est donc le pivot, tandis que celle des décors n’y intervient que de manière secondaire. Nous reprenons ici, en une brève synthèse, cette chronotypologie céramique telle qu’elle fut construite par S. Berthier5 :

Figure 4

Figure 4

A. Caractéristiques morphologiques et ornementales de la séquence céramique (S. Berthier 1997). B. Distribution des classes morphologiques par phases (Berthier 1997).

10Phase I : La phase I, associée aux débuts de l’urbanisation du site, est dominée par des formes simples ouvertes et fermées, ainsi que des récipients sphéroïdes à lèvre déversée ou col droit. Ces récipients, dont l’épaule ou la panse est parfois ceinturée d’un fin cordon horizontal sont, pour la plupart, couverts de motifs peints sinueux. Les différents types morphologiques reconnus vont presque tous se maintenir jusqu’à la phase III.

11Phase II : Les renouvellements stylistiques qui s’opèrent lors de la phase II sont contemporains d’importants réaménagements architecturaux, dont la construction de la mosquée principale du site. On y voit apparaître, en particulier, des formes à panse ovoïde, des récipients fermés à goulot étroit, ainsi que des récipients à pied annulaire, tous encore présents à la phase III. Le registre ornemental est aussi caractérisé par de nouveaux éléments, tels les cordons rapportés à profil plus saillant que les précédents et les motifs peints rectilignes ou dentelés, plus rarement quadrillés.

12Phase III : Bien qu’elle soit massivement représentée, la phase III, associée à une période d’intensification de l’occupation du site, est présentée comme un moment où interviennent peu de nouveaux apports. Les décors, en revanche, s’enrichissent de nouveaux motifs quadrillés ou à pois et constituent ici un élément distinctif.

13Malgré les renouvellements stylistiques qui marquent chacune des phases reconnues, cette séquence se distinguerait surtout, selon S. Berthier (1997 : 49), par la permanence des caractères suivants :

  • • des engobes rougeâtres, appliqués sur les surfaces des récipients dont le polissage produit un lustre très prononcé ;

  • • une variété de motifs peints, de couleur rouge, blanche ou noire, appliqués généralement au niveau de la lèvre, de l’épaule ou de la partie supérieure de la panse ;

  • • des types morphologiques ouverts à panse hémisphérique, ovoïde, ou encore fermés, sphéroïdes à lèvre éversée, qui sont associés aux caractères décrits plus haut et présents dès les premiers niveaux archéologiques.

14Les données technologiques ne reflètent pas exactement ce type d’évolution. L’analyse a mis en évidence une série de discontinuités non perçues initialement et qui, justement, remettent en question cette stabilité et cette homogénéité jugées caractéristiques.

Contraintes d’échantillonnage et méthodes analytiques

15Le but de notre étude étant de comparer les données morphologiques et ornementales disponibles aux résultats d’une étude technologique, cette chrono-typologie a fortement conditionné l’échantillonnage. Selon leurs caractéristiques formelles, leur état de conservation et les informations stratigraphiques disponibles, un ensemble de 29 individus a été collecté. Les objets examinés proviennent de la fouille de la mosquée (15 individus) et d’une habitation voisine (14 individus). Bien qu’issus de deux unités fonctionnellement distinctes, les récipients ne montrent pas de différences morphologiques ou ornementales notables.

16Les types morphologiques les plus représentés ont été sélectionnés en priorité. Le fait que certains individus aient été considérés, de par leurs propriétés morphologiques et ornementales, comme des éléments de style diagnostiques a également conditionné l’échantillonnage. Il fut cependant impossible, pour des raisons de conservation, d’échantillonner tous les types de récipients présents. Le corpus n’en couvre pas moins l’ensemble de la séquence et respecte la distribution quantitative et qualitative du matériel mis au jour (tab 1, fig. 5a et b).

Tableau 1 - Provenance et caractéristiques générales du corpus de référence

Tableau 1 - Provenance et caractéristiques générales du corpus de référence

Figure 5

Figure 5

A. Caractéristiques morphologiques et ornementales du corpus de référence ; B. Distribution des classes morphologiques du corpus par phase.

17Afin de reconstituer les techniques mises en œuvre, chaque tesson a fait l’objet d’une série d’observations opérées à différentes échelles. Outre une observation macroscopique à l’œil nu et à la loupe binoculaire, les individus du corpus ont fait l’objet d’examens pétrographiques et radiographiques. Chacune des étapes de la chaîne opératoire a ainsi pu être appréhendée.

Données de technologie : cinq chaînes opératoires

18Par chaîne opératoire, on entend la suite séquentielle d’actions opérées plus ou moins indépendamment les unes des autres sur la matière, résultat de compétences, choix et manipulations intervenant lors de la fabrication d’un produit fini (Lemonnier 1992 ; van der Leeuw 1993). En ce qui concerne la poterie, on distingue généralement six principales étapes de manufacture qui correspondent aux étapes de sélection et traitement des matières premières, de façonnage, de traitement des surfaces, de cuisson et de traitement post-cuisson (Gosselain 2002). Contrairement à la sélection et au traitement des matières premières, au façonnage et au traitement des surfaces, les procédures de cuisson et de post-cuisson ne seront pas discutées ici ; les caractères reconnus pouvant être le résultat de processus très variables (Tite 1995, Livingstone Smith 2001c) qu’il nous est, actuellement, impossible d’identifier précisément (van Doosselaere 2002 : 80-3). En fonction de la distribution et de l’agencement des caractères technologiques reconnus, cinq chaînes opératoires ont été différenciées (fig. 6, 7, 8, 9 et 10).

Figure 6 - Chaîne opératoire 1 : observations et caractérisations

Figure 6 - Chaîne opératoire 1 : observations et caractérisations

Figure 7 - Chaîne opératoire 2 : observations et caractérisation

Figure 7 - Chaîne opératoire 2 : observations et caractérisation

Figure 8 - Chaîne opératoire 3 : observations et caractérisation

Figure 8 - Chaîne opératoire 3 : observations et caractérisation

Figure 9 - Chaîne opératoire 4 : observations et caractérisation

Figure 9 - Chaîne opératoire 4 : observations et caractérisation

Figure 10 - Chaîne opératoire 5 : observations et caractérisation

Figure 10 - Chaîne opératoire 5 : observations et caractérisation

Bibliographie Technologie Céramique

Amblard S. et Pernes J. (1989) - The identification of cultivated pearl millet (Pennisetum) amongst plant impressions on pottery from Oued Chebbi (Dhar Oualata Mauritania), The African Archaeological Review, t. 7, p. 117-26.

Balfet H. Fauvet-Berthelot M.F. et Monzon S. (1983) - Lexique et typologie des poteries : pour la normalisation de la description des poteries. Paris, CNRS, 146 pp. 

Carr C. (1993) - Advances in ceramic radiography and analysis applications and potentials, Journal of Archaeological Science, t. 17, p. 13-34.

Cuomo di Caprio N. et Vaughan S. (1993) - An experimental study in distinguishing grog (chamotte) from argillaceous inclusions in ceramic thin sections, Archaeomaterials, t. 7, p. 21-40.

Echailler J. (1984) - Eléments de technologie céramique et d’analyse des terres cuites, Documents d’archéologie méridionale, Méthodes et techniques, t. 3, p. 18-22.

Huysecom E. (1994) - Identification technique des céramiques africaines. In Audouze, F. et Binder, D. [eds] Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique, culturel, p. 21-9. Juan-les-Pins, APDCA.

Livingstone Smith A. (2001b) - Pottery manufacturing processes: reconstruction and interpretation, In Garcea, E.A. [ed] Uan Tabu in the settlement History of the Libyan Sahara. Arid Zone Archaeology Monographs (2), p. 113-52. Rome, Edizioni all’insegna del Giglio.

Livingstone Smith A. (2001c) - Bonfire II: the return of pottery firing temperatures, Journal of Archaeological Science, t. 28, p. 991-1003.

Pierret A. (1995) - Analyse technologique des céramiques archéologiques : développements méthodologiques pour l’identification des techniques de façonnage. Un exemple d’application : le matériel du village des Arènes à Levroux (Indre). Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 249 p.

London G. (1981) - Dung tempered clay, Journal of Field Archaeology, t. 8, p. 188-95.

Rye O. (1981) - Pottery technology: principles and reconstruction, Washington, Taraxacum, 150 p.

Tite M.S. (1995) - Firing temperature determination: how and why? In A. Lindhal et O. Stilborg [eds] The Aim of Laboratory Analysis in Archaeology: 37-42. Stockholm: KVHAA Konferenser.

van Doosselaere B. (2005) - Perception stylistique et technologie céramique: reconstitution et interprétation des techniques de façonnage des poteries archéologiques de Koumbi Saleh, Proceedings of the XVIIth UISPP Congress, Cambridge Monographs in Archaeology, British Archaeological reports. London, Archaeopress. Sous presse.

Whitbread I.K. (1986) - The characterisation of argillaceous inclusions in ceramic thin section, Archaeometry, t. 28 (1), p. 79-88.

Les chaînes opératoires 1, 2 et 3

19Elles concernent la majorité du corpus et ont en commun les mêmes procédures générales (fig. 6, 7, 8). Elles se caractérisent par :

  • des modes de sélection et de traitement des matières premières par adjonction à une phase argileuse vraisemblablement prélevée dans les bassins temporaires qui environnent le site (van Doosselaere 2002 : 50), (a) d’une phase argileuse riche en éléments sableux et gravillonnaires et (b) de matières végétales issues de la sélection et du traitement de graminées

  • un façonnage par écrasement de colombins et par obturation du fond à l’aide d’une boulette d’argile et une mise en forme par étirement, après ébauchage du fond

  • un traitement des surfaces par application de motifs peints, sur surface enduite.

20Les types de matières végétales ajoutées, certains gestes intervenant dans le façonnage et la nature ainsi que les modes d’apposition des enduits, en revanche, sont variables d’une chaîne opératoire à l’autre (fig. 11).

Figure 11 - Synthèse de la séquence technologique.

Figure 11 - Synthèse de la séquence technologique.

21Si pour les chaînes opératoires 1 et 2, la sélection des matières végétales porte à la fois sur les tiges, feuilles et graines, elle ne porte plus que sur les tiges pour la chaîne opératoire 3. Le façonnage des chaînes opératoires 2 et 3 est complété, après étirement, par une phase de battage, absente de la chaîne opératoire 1. Enfin, l’application d’engobes et le polissage sont largement privilégiés au sein de la chaîne opératoire 1, à l’inverse des chaînes opératoires 2 et 3 où les barbotines et le lissage dominent.

La chaîne opératoire 4

22Elle n’est, comparativement, que peu représentée.

  • Chamotte et crottin ont été, au cours se la sélection et du traitement des matières premières, incorporés à une pâte dont les caractéristiques minéralogiques la rapprochent du substrat géologique régional (fig. 9 et 11).

  • La panse et le fond des récipients ont été façonnés par creusement-étirement d’une motte. Col et lèvre ont, quant à eux, été montés par superposition de colombins.

  • Les surfaces sont couvertes d’une couche d’engobe sur lequel a été appliqué un enduit secondaire rougeâtre. À l’application des enduits ont succédé une phase de polissage et, sur la panse, une phase d’apposition de motifs au peigne pivotant.

La chaîne opératoire 5

23Elle ne concerne, elle aussi, qu’un petit nombre d’individus (fig. 10 et 11).

  • Comme précédemment, lors de la sélection et du traitement des matières premières, de la chamotte a été volontairement ajoutée à une phase argileuse prélevée dans l’environnement proche. Ces éléments sont accompagnés ici de matières végétales peu abondantes qui restent encore mal caractérisées.

  • Le façonnage de la base et de la moitié inférieure de la panse a été réalisé par martelage sur forme concave, tandis que la partie supérieure des récipients a été confectionnée par adjonction de colombins écrasés et étirés.

  • Les surfaces externes sont, dans tous les cas, couvertes d’un engobe et d’un enduit secondaire rouge ayant ultérieurement subi un polissage.

Techniques, formes, décors : homogénéité et stabilité ?

24Parmi les cinq chaînes opératoires reconnues, trois d’entre elles présentent un ensemble de pratiques techniques communes, les différences ne portant que sur la nature de certains gestes et matériaux. Ces pratiques attestées dès les premiers niveaux d’occupation et qui se maintiennent tout au long de la séquence, au travers des chaînes opératoires 1, 2 et 3, renvoient à des types morphologiques et ornementaux qui eux aussi se maintiennent (fig. 11). En d’autres termes, la permanence de certains types céramiques s’est bel et bien confirmée avec l’analyse technologique. Par ailleurs, compte tenu du peu de variabilité observée dans la composition minéralogique des pâtes céramiques, aucun élément ne permet pour l’instant d’affirmer que les matériaux argileux utilisés pour la fabrication de ces poteries n’ont pas été prélevés à proximité du site - ce qui s’applique d’ailleurs à l’ensemble du corpus. D’un point de vue très général, cette industrie présente tous les caractères d’une tradition locale stable et homogène. Une telle continuité ne viendrait pas contredire les données initiales si les résultats ne démontraient pas l’absence de corrélation systématique entre variabilité formelle et variabilité technique. La séquence technologique montre, de fait, une variabilité importante en plusieurs de ses moments.

Phase I

25Rappelons que les formes et les décors apparaissant au cours de la phase I vont presque tous se maintenir jusqu’à a phase III. Au niveau technologique la phase I se caractérise par la présence d’une production céramique locale (chaîne opératoire 1) qui se maintiendra au-delà des premiers niveaux archéologiques. Il en va de même pour la chaîne opératoire 4, attestée, elle aussi, dès les débuts de cette phase. Cette chaîne opératoire fait intervenir des procédures radicalement différentes de la première et constitue une tradition technique bien distincte. La variabilité que présente cette phase est imperceptible au niveau formel, étant donné que formes (types BI) et décors (engobes et cordons ceinturant la panse) des récipients sont similaires.

Phase II

26La seconde phase se caractérise, selon S. Berthier, par de nombreux renouvellements morphologiques et ornementaux. Ces variations formelles n’ont pas de réel équivalent technologique puisque la majorité des récipients (BVI et KBIV) témoignant de ces évolutions sont produits selon des modalités identiques à celles de la phase I (chaîne opératoire 1) et dominent cette deuxième phase. Le maintien de la chaîne opératoire 4 constitue également un facteur de continuité. En revanche, l’apparition au cours de la phase II des récipients à pied et des formes carénées (BVII) correspond effectivement à l’apparition d’une nouvelle tradition technique (chaîne opératoire 5). Il ne s’agit cependant que d’un phénomène de portée restreinte, ces récipients étant minoritaires au sein de l’assemblage.

Phase III

27La phase III qui, au niveau formel, se présente en forte continuité avec la phase II, est marquée au niveau technologique par l’apparition de nouvelles procédures (chaînes opératoires 2 et 3), au sein d’une séquence générale similaire à celle de la chaîne opératoire 1. Cette dernière, qui domine les deux premières phases, est totalement absente de la troisième. La chaîne opératoire 4 ne semble pas non plus se maintenir, de même que la chaîne opératoire 5, qui montre une distribution restreinte et très localisée. Alors que formes et décors ne se renouvellent que très peu, on assiste ici à de nouveaux apports techniques et à la disparition de pratiques bien présentes dans les phases plus anciennes.

28On l’aura compris, il reste encore bien des champs à explorer avant de parvenir à une lecture intelligible des faits technologiques rencontrés. L’élargissement du corpus céramique, ne comprenant pour l’instant qu’un petit nombre de récipients devrait, avant tout, permettre d’exercer un meilleur contrôle sur la séquence diachronique et confirmer ou infirmer la distribution de certaines traditions techniques mal représentées. La transition entre les phases I et II, notamment, devrait être mieux étudiée. Ces deux moments entretiennent une relation de continuité qu’un examen plus approfondi risque de soumettre à révision. Un échantillonnage plus important permettrait, par ailleurs, d’étoffer les données acquises dans ce travail et de déterminer plus précisément les contraintes ayant pesé sur les choix effectués par les artisans. Sans quoi, toute possibilité d’évaluer la nature exacte de ces choix devra être écartée. Le flou qui entoure encore cette question risque de reléguer définitivement les variations technologiques identifiées au domaine techno-fonctionnel (van der Leeuw 1993). Le contexte dans lequel s’inscrivent les évolutions rencontrées nous incite pourtant à considérer certaines d’entre elles comme le produit de phénomènes historiques d’origine sociale et économique.

29En l’état actuel de nos connaissances, tirer des conclusions définitives en se basant sur la distribution des récipients associés aux chaînes opératoires 4 et 5 paraît prématuré.

30En revanche, les évolutions qui marquent les chaînes opératoires 1, 2, 3, bien mieux représentées, ne peuvent être négligées. Il ressort principalement de l’analyse que, dans le cas de la poterie, une véritable tradition s’est déployée à Koumbi Saleh, la transmission des savoir-faire ayant pérennisé le même ensemble de pratiques techniques durant toute l’occupation du site. Cette tradition est marquée par une série de modifications intégrées, au cours de la phase III, à un héritage technique qui reste stable. Ces modifications touchent essentiellement les procédures de sélection et de traitement des matières premières, certaines phases du façonnage et du traitement des surfaces. La disparition, durant cette la phase III, de deux productions locales bien différenciées (chaînes opératoires 4 et 5) reste à démontrer. Ceci pourrait constituer, le cas échéant, un indice de discontinuité supplémentaire. D’autant plus que ces changements sont associés à la période d’apogée du site et à un moment crucial de l’histoire politique régionale.

Phase III : contextes archéologique et historique

31Dans le secteur d’habitat, cette période correspond à une phase d’apogée architectural et de développement des industries métallurgiques et agricoles. C’est du moins ce qu’évoquent les aménagements apportés à l’habitat, associés à la fréquence croissante d’outils aratoires en fer, ainsi que de « fils-monnaie » et d’objets d’apparat en cuivre dans les niveaux contemporains. La mosquée subit également des transformations et des réaménagements (Devisse et Diallo 1993 ; Robert 1981). Ainsi, les innovations introduites dans les processus de manufacture de la poterie s’inscrivent-elles dans un cadre plus général de changements d’ordre certainement économique, social, voire religieux se produisant au cours du XIIIe siècle.

32Selon M. Delafosse (1912 : 180, 1924) et R. Mauny (1951), les conquêtes militaires mandingues menées par Sunjata, durant la première moitié de ce siècle, auraient mis un terme définitif à la puissance de Ghana et occasionné l’abandon brutal du site de Koumbi Saleh . Il est clair, comme l’ont mis en évidence les fouilles de 1972-81, que l’occupation du site de Koumbi Saleh non seulement se maintient mais s’intensifie à cette période. Si rien n’indique que Koumbi Saleh ait été le théâtre d’une prise de pouvoir violente et destructrice, les données archéologiques dont on dispose signalent, par contre, de réelles évolutions à cette époque.

33Bien entendu, l’expansion de l’empire de Mali, paradigme avancé au début de ce siècle par les administrateurs coloniaux, n’a pas en soi valeur explicative. Le caractère militaire des conquêtes mandingues est d’ailleurs fortement remis en cause par un certain nombre d’historiens, l’expansion de cette puissance émergente étant plus vraisemblablement liée à la mise en place d’une politique régionale pacifiante, à l’intensification des relations diplomatiques et au contrôle des réseaux d’échanges commerciaux (Jansen 1996 ; Masonen 2000 : 363-81). Des travaux récents ont montré que, par ce truchement, la diffusion de systèmes à « castes », distinguant différents groupes endogames selon les spécialisations économiques des acteurs sociaux (Tamari 1997), aurait eu un impact sur des sphères de production aussi diverses que le travail de la poterie, de la sculpture sur bois ou du cuir (Frank 1998 ; Gosselain 2000 ; Pinault-Paradis 2001 ; Sall 2001). Ces études récentes ont été menées sur du matériel actuel et subactuel bien documenté, ayant permis de reconstituer le réseau des stratégies sociales mobilisé. Quand, dans un amoncellement d’objets inertes, « le trajet des potières n’est plus lisible » (Boissinot 1998 : 22), les possibilités d’une telle reconstitution sont évidemment bien plus réduites.

Conclusion

34Le corpus étudié ne constitue finalement ni un ensemble homogène, ni un ensemble stable. Au moins trois traditions céramiques, certainement d’origine locale, coexistent dans l’assemblage. Les effets de continuité perçus au niveau formel, notamment à la phase III, doivent être mis en relation avec le caractère dominant de l’une d’entre elles. La majorité des récipients du corpus est apparentée à une tradition céramique présente dès la première phase et qui domine très largement la phase III. Les formes et les décors des récipients correspondants n’évoluent que de manière très discrète. En revanche, les procédures techniques qui en sont à l’origine se modifient fortement au cours de la phase III, dès le début du XIIIe siècle. Ces évolutions coïncident avec une période globale de changements d’ordre socio-économique : le paysage urbain de la ville de Koumbi Saleh se transforme, les activités métallurgiques et la production agricole s’intensifient, l’expansion mandingue modifie vraisemblablement, à un niveau régional, le statut de pôle économique et politique tenu par Ghana.

35Bien qu’elles ne permettent ni d’en déterminer la nature exacte ni d’en mesurer l’échelle ou l’amplitude, les industries céramiques témoignent sans doute de l’ancrage de ces évolutions jusque dans les sphères de production et de consommation de biens domestiques et quotidiens. Il est possible, comme cela fut suggéré un peu plus haut, que l’épisode mandingue en soit, pour une part, à l’origine. Non pas suite à une improbable conquête militaire et une prise de pouvoir violente, mais par la circulation des individus et les interactions économiques et sociales qu’il a favorisées.

36De nombreuses données manquent encore pour pousser plus loin l’interprétation. Nombre d’études ethnoarchéologiques portant sur les productions céramiques insistent sur la complexité des processus de diffusion technique et la multiplicité des facteurs de variabilité spatiale et temporelle (Arnold 1985 ; Balfet 1966 ; Degoy 2003 ; Gelbert 2000 ; Gosselain 2001 ; MacEachern 1998 ; Stark et al 1998). Tous les auteurs s’accordent à dire que la modification simultanée des principales étapes de la chaîne opératoire, et surtout le façonnage, en raison des contraintes d’apprentissage qui pèsent sur la transmission des savoirs, nécessite de la part des artisans une interaction de longue durée et une appartenance à la même communauté linguistique.

37A vrai dire, l’origine exacte des renouvellements techniques de la production céramique à Koumbi Saleh au XIIIe siècle, pour l’instant, nous échappe. Sans doute, cette ville dont les activités sont, suppose-t-on, essentiellement axées sur le commerce extérieur a-t-elle abrité, à différentes périodes, plusieurs communautés d’artisans. L’existence de différentes traditions céramiques au sein de l’assemblage le suggère fortement. Dans quelle mesure les changements techniques qui s’opèrent au XIIIe siècle ont-ils hérité de cette diversité ? Nous l’ignorons. Nul doute que le développement urbain dont témoigne le site de Koumbi Saleh à cette période a dû constituer un contexte favorable à l’accueil des artisans.

Haut de page

Bibliographie

Arnold D. E. (1985) CeramicTheory and Cultural Process. Cambridge, Cambridge University Press.

Audouze F. et Binder D., eds (1994) Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique, culturel. Juan-les-Pins, APDCA, 497 p.

Balfet H. (1966) - La céramique comme document archéologique, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 63(2), p. 278-310.

Berthier S. (1997) - Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana. Cambridge Monographs in African Archaeology (41). Londres, Archaeopress, 143 p.

Bonnel de Mézières M. (1918) - Recherche de l’emplacement de Ghana (fouilles à Koumbi Saleh et Settah), Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscripitions et Belles Lettres, t. 13, n° 1, p. 227-264.

Boissinot P., (1998) - Que faire de l’identité avec les seules méthodes de l’archéologie ? In D’Anna A. et Binder D. [eds] Production et identité culturelle. Actualité de la recherche, Rencontres méridionales de préhistoire récente, Actes de la deuxième session, Arles, p. 17-25. Antibes, APDCA.

Cuoq J. (1975) - Recueil des sources arabes concernant le Bilad-al-Sudan depuis le VIIIe siècle au XVIIe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 515 p.

D’Anna A. et Binder D, eds (1998) - Production et identité culturelle. Actualité de la recherche, Rencontres méridionales de préhistoire récente, Actes de la deuxième session. Arles . Antibes, APDCA, 479 p.

Degoy L. (2003) - Technological Traditions and Cultural Identity: an ethnoarchaeological study about potters of Andhra Pradesh. Paper presented at the 102th annual meeting of the AAA, Breaking down the boundaries: anthropological approaches to cultural transmission and material culture in memory of Carol Kramer, Chicago.

Delafosse M. (1912) - Haut Sénégal-Niger, vol 2. Paris, Maisonneuve et Larose, 428 p.

Delafosse M. (1924) - Le Gana et le Mali et l’emplacement de leurs capitales. BCEHSAOF, t.VII, p. 479-542.

Devisse J. [dir.] (1993) - Vallées du Niger. Paris , Editions de la Réunion des Musées Nationaux, 573 p.

Devisse J. et Diallo B. (1993) - Le seuil du Wagadu. In J. Devisse [ed] Vallées du Niger : 103-15. Paris, Editions de la Réunion des Musées Nationaux.

Deynoux M. (1980) - Les formations glaciaires du Précambrien terminal et de la fin de l’Ordovicien en Afrique de l’Ouest, deux exemples de glaciation d’inlandsis sur une plate-forme stable, Travaux des Laboratoires des Sciences de la Terre, Série B, t. 17. Paris, CNRS.

Dieterlen G. et Sylla Y. (1992) - L’empire de Ghana, le Wagadu et les traditions de Yéréré. Paris, L’Harmattan, 257 p.

Dobres M.A. (2000) - Technology and Social Agency: Outlining a Practice Framework for archaeology. Oxord, Blackwell.

Frank B. (1998) - Mande potters and leatherworkers. Art and Heritage in West Africa. Washington et Londres, Smithsonian Institution Press, 192 p.

Garcea E.A., [ed.] (2001) - Uan Tabu in the settlement History of the Libyan Sahara, Arid Zone Archaeology Monographs (2). Rome, Edizioni all’insegna del Giglio, 256 pp. 

Gelbert A. (2000) – Etude ethnoarchéologique des phénomènes d’emprunts céramiques. Enquêtes dans les Hautes et Moyennes Vallées du fleuve Sénégal (Sénégal). Thèse de doctorat, Nanterre, Université de Paris X.

Gosselain O.P. (2000) - Materialising Identities : an African perspective, Journal of Archaeological Method and Theory, t. 7(3), p. 187-217.

Gosselain O.P. (2001) – Globalizing local pottery studies. In Beyries, S. et Pétrequin, P. [eds] Ethnoarchaeology and its transfers: papers from a session held at the European Association of Archaeologists’ Fifth Annual Meeting, p. 95-111. British Archaeological Reports, International Series 983, Londres, Archaeopress.

Gosselain O.P. (2002) - Poteries du Cameroun méridional. Styles techniques et rapports à l’identité. Paris, éditions CNRS.

Huysecom E. (1992) - Les percuteurs d’argile : des outils de potières africaines utilisés de la préhistoire à nos jours, Bulletin du Centre genevois d’Anthropologie (3), p. 71-98.

Jansen B. (1996) - The representation of status in Mande: did the Mali empire still exist in the nineteenth century? History in Africa, t. 23, p. 87-109.

Lemonnier P. (1992) - Elements for an anthropology of technology. University of Michigan, Ann Arbor, 129 p.

Lemonnier P., ed (1993) - Technological Choices. Transformation in Material Culture Since the Neolithic. London, Routledge.

Levtzion N. et Hopkins J.F.P. (1981) - Corpus of Early Arabic Sources for West African History. Cambridge, Cambridge University Press, 492 p.

Livingstone Smith A. (2001a) - Chaîne opératoire de la poterie : Références Ethnographiques, Analyses et Reconstitution. Thèse de doctorat, Université Libre de Bruxelles .

Mac Eachern S. (1998) – Scale, Style, and cultural Variation : technological traditions in the Northern Mandara Mountains. In Stark M.T. [ed] The Archaeology of Social Boundaries,Washington, Smithsonian Institution Press, p. 107-31.

Masonen P. (2000) - The Negroland Revisited. Discovery and invention of Sudanese Middle Ages. Helsinki, Academia Scientarum Fennica, 599 p.

Mauny R.(1951) - The question of Ghana, Africa, t. 24: 200-13.

Mauny R. (1961) - Tableau Géographique de l’Ouest Africain au Moyen-Age, d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Mémoires de l’IFAN 61. Dakar, IFAN, 588 p.

Mauny R. et Thomassey P. (1951) - Campagne de fouilles à Koumbi Saleh, Bulletin de l’IFAN, t. 13 : 438-62.

Mauny R. et Thomassey P. (1956) - Campagne de fouilles de 1950 à Koumbi Saleh, Bulletin de l’IFAN, t. 18 : 476-58.

Mestraud J.L. (1975) - Cadre Géologique. Notice explicative de la carte géologique à 1/1 000 000 de la Mauritanie, p. 15-68. Paris, BRGM.

Monteil C. (1951) - Les Ghana des géographes arabes et des Européens, Hespéris, t. 38, p. 441-52.

Pauketat T.R. (2001) – Practice and History in Archaeology. An emerging paradigm, Anthropological Theory, t. 1(1), p. 73-98.

Picon M. et Louhichi A. (sans date) - Importation de matériel Ifriquiyen en Mauritanie, Paris. Centre de Recherches Africaines.

Pinault-paradis E. (2001) - De la forme à l’histoire. Les masques heaumes horizontaux à l’ouest des Volta. Etude comparative et sémantique. Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris I.

Polet J. (1972) - Rapport des fouilles à Koumbi Saleh, Février 1972. Ronéo, non publié.

Rice P.M. (1987) – Pottery Analysis. A sourcebook. Chicago et Londres: University of Chicago Press.

Robert S. (1981) - Rapport des fouilles de 1981 à Koumbi Saleh, ronéo, non publié.

Sall M.(2001) - Traditions céramiques, identités et peuplement en Sénégambie.Ethnographie comparée et essai de reconstitution historique. Thèse de doctorat, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles.

Shepard A.O. (1956) - Ceramics for the Archaeologist. Washington, Carnegie Institution.

Stark M.T., [ed.] (1998) - The Archaeology of Social Boundaries. Washington, Smithsonian Institution Press.

Stark M.T. , Elson M.D. et Clar J.J. (1998) – Social Boundaries and Technical Choices in Tonto Basin Prehistory. In Stark,M.T. [ed.] The Archaeology of Social Boundaries, p. 20-31, Washington, Smithsonian Institution Press.

Tamari T. (1997) - Les castes de l’Afrique occidentale. Artisans et musiciens endogames. Nanterre, Société d’ethnologie.

Thomassey P. (1951) - Notes sur la géographie et l’habitat de la région de Koumbi Saleh, Bulletin de l’IFAN, t. 13, p. 476-86

Trompette R. (1975) - Le bassin de Taoudenni. In Notice explicative de la carte géologique à 1/1000000 de la Mauritanie, p. 127-36, Paris. BRGM.

van der Leeuw S. (1993) - Giving the potter a choice. In Lemonnier, P. [ed.] Technological Choices. Transformation in Material Cultures Since the Neolithic, p. 238-88, London and New York, Routledge.

van Doosselaere B. (2002) - Processus de fabrication des poteries archéologiques de Koumbi Saleh : essai reconstitution et d’interprétation des chaînes opératoires. Mémoire de DEA, université de Paris I.

Haut de page

Notes

1 Le dernier témoignage connu à ce jour est celui d’Ibn Khaldun, au XIVè siècle. Il existe cependant des mentions postérieures dans les Tarikh es Soudan (XVIIIè siècle) et Tarikh el Fettach (XVIe - XVIIe siècles).

2 La fascination exercée par Ghana en Occident s’ancre dans une profondeur temporelle qui remonte au XIIe siècle. A cette époque, les textes de chroniqueurs et géographes arabes qui parviennent en Europe servent déjà de source à l’élaboration de tables astronomiques ou de cartes, et inspirent les chroniques de voyage ou les poèmes épiques. La mémoire de cet «  empire », ainsi véhiculée depuis un peu moins d’un millénaire et bien que maintes fois remaniée, maintiendra le souvenir d’une autorité puissante et prospère (Masonen 2000).

3 Ce vaste site est encore largement méconnu, notamment dans les relations que peuvent entretenir les différents ensembles qui le composent : enceintes, complexes funéraires, tells satellites, carrières de schiste et zones d’activités métallurgiques jouxtant le tell principal et les ensembles plus éloignés comportant, dans un rayon d’environ 10 km, habitats et redoutes (Bonnel de Mézières 1918 ; Mauny et Thomassey 1951, 1956 ; Polet 1972 ; Thomassey 1951 ; Robert 1981).

4 Mais aussi par l’histoire orale ouest africaine. Pour une compilation récente voir Dieterlen et Sylla (1992).

5 Les cinq fragments de céramique vernissée (Picon et Louhichi s.d.), importée du nord du Sahara, n’ont pas été intégrés à l’analyse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 1 - Limites du royaume de Ghana, gisements aurifères et routes de commerce transsaharien en relation avec les sites de Tegdaoust et Koumbi Saleh
Crédits © L. Garenne-Marot
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 2 - Plan du tell principal de Koumbi Saleh et relevé des sondages de fouille
Crédits D’après Devisse 1993 et Berthier 1997 - photo aérienne infrarouge mission IGN 1980.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 3 - Données de synthèse archéologique et historique
Légende La calibration des dates radiocarbone a été effectuée après correction isotopique.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4
Légende A. Caractéristiques morphologiques et ornementales de la séquence céramique (S. Berthier 1997). B. Distribution des classes morphologiques par phases (Berthier 1997).
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 1 - Provenance et caractéristiques générales du corpus de référence
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 5
Légende A. Caractéristiques morphologiques et ornementales du corpus de référence ; B. Distribution des classes morphologiques du corpus par phase.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 6 - Chaîne opératoire 1 : observations et caractérisations
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 7 - Chaîne opératoire 2 : observations et caractérisation
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 8 - Chaîne opératoire 3 : observations et caractérisation
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 9 - Chaîne opératoire 4 : observations et caractérisation
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 10 - Chaîne opératoire 5 : observations et caractérisation
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Figure 11 - Synthèse de la séquence technologique.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2068/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara van Doosselaere, « Technologie céramique et Histoire à Koumbi Saleh : premiers résultats, premiers enjeux », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 63-80.

Référence électronique

Barbara van Doosselaere, « Technologie céramique et Histoire à Koumbi Saleh : premiers résultats, premiers enjeux », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2068 ; DOI : 10.4000/aaa.2068

Haut de page

Auteur

Barbara van Doosselaere

barbara.vandoosselaere@gmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals