Navigation – Plan du site
Cahier Koumbi Saleh

Les fils à double tête en alliage à base de cuivre de Koumbi Saleh (Mauritanie)

Valeur du métal, transactions et monnayage de cuivre dans l’empire de Ghana
Laurence Garenne-Marot et Benoît Mille
p. 81-100

Résumés

Fouilles et sondages opérés à Koumbi Saleh (sud-est de la Mauritanie) ont livré, parmi le matériel en métal à base de cuivre, des petits fils qui se distinguent aisément des autres objets de cuivre par leur forme relativement standardisée : un fil épaissi aux deux bouts. Ces fils ont été retrouvés dans toutes les fouilles conduites sur le tell central du site et les archéologues s’accordent à voir dans ces fils une monnaie divisionnaire, interprétation confortée par le récit d’Ibn Battutah, voyageur arabe du XIVe s. qui évoque l’usage de barres de cuivre pour le règlement des petites transactions dans la ville de Takedda.
En étudiant ces petits objets –peu spectaculaires mais fortement signifiants– à travers l’éclairage des textes en langue arabe, celui des données archéologiques et de composition élémentaire du métal, nous présentons une discussion plus large sur la valeur du cuivre dans l’empire de Ghana et hors de l’empire, et sur certains changements économiques qui interviennent dans l’Extrême-Ouest africain après le milieu du XIe s. Ces fils, de surcroît, témoigneraient, bien avant qu’elle ne soit certifiée par les textes, d’une exploitation « médiévale » de gisements cuprifères ouest africains.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Fils grossiers à double tête », « fils à deux têtes » : Raymond Mauny (1961 : 312) est le premier à attirer l’attention sur ces petits objets en cuivre que Paul Thomassey et lui (1951 ; 1956) mettent au jour dans les fouilles des ruines de Koumbi Saleh en 1949-50. Les poids et les dimensions de quelques 18 parmi les mieux conservés de ces fils rapportés à l’IFAN de Dakar, le conduisent à discerner deux séries : une de fils longs (autour de 38 mm de long pour une masse de 0,56 g) et une de fils courts (18 mm pour 0,28 g). Il suggère alors que le fait que « les premiers font un peu plus du double de longueur et le double du poids des seconds » ne relève pas du hasard. Cette régularité l’amène à conclure qu’il s’agit peut-être d’une monnaie de cuivre « de même genre mais encore plus petite –correspondant approximativement à 1/2 et 1/4 de centime– que celle qu’évoque Ibn Battutah à Takedda ».

2Dès 1961, le cadre de leur analyse est donc établi : ces fils de cuivre ont peut-être servi de monnaie, de monnaie divisionnaire, dans la ville de Ghana à l’époque du commerce transsaharien.

3En 1976, paraît la longue note de René Bucaille sur ces fils et sur d’autres issus de l’Ouest africain : un essai de synthèse sur l’existence de monnaies en fils de métal à base de cuivre à la période des Grands Empires.

4Quatre nouvelles campagnes sur le tell de Koumbi Saleh (1975 et 1976)-(1980 et 1981) vont affiner quelque peu cette synthèse de 1976. Les fouilles conduites par Sophie Berthier sur une unité d’habitation voisine de la mosquée ont non seulement exhumé, et en grand nombre, de nouveaux fils, mais surtout elles ont permis de les inscrire dans une séquence stratigraphique, restituant ainsi pour la première fois, à ces objets, leur dimension temporelle. De surcroît, la composition métallique de certains d’entre eux a pu être analysée. Ces nouvelles données permettent de renouveler l’approche à la fois de R. Mauny et de R. Bucaille en insérant ces fils à double tête dans la scène des échanges de métaux dans l’Extrême-Ouest africain. Ces fils à double tête si insignifiants au premier abord prennent ainsi une autre dimension : ils illustrent les changements économiques et politiques qui interviennent dans l’Extrême-Ouest africain après le milieu du XIe s. Plus encore ils sont peut-être le signe d’une certaine indépendance des rois de Ghana vis-à-vis du Nord et des arrivages de métal à base de cuivre par le biais d’une exploitation des minerais locaux et par la transformation du métal importé.

Premières données sur les « fils à double tête »

Leur découverte : omniprésence sur le tell de Koumbi Saleh

  • 1 De ces centaines de fils proviennent les 16 exemplaires étudiés par R. Bucaille et dont il publie l (...)

5Les premiers fils dûment recensés sont ceux trouvés par R. Mauny et P. Thomassey. Puis les découvertes vont se multiplier. En 1967, un berger découvre dans la région de Koumbi Saleh un récipient en céramique en contenant plusieurs centaines1 (fig. 1a). Chaque fouille sur le tell central de Koumbi Saleh va contribuer à en accroître le nombre. La campagne de fouilles conduite par Jean Devisse et Serge et Denise Robert en 1972 en livre un grand nombre et parmi ceux-ci : « un petit paquet de ces fils, groupés en fagot, et qui avaient été retenus par un lien dont les traces étaient visibles » (cité dans Bucaille 1976 : 74). Enfin, quelque 106 exemplaires, entiers ou fragmentés, seront mis au jour sur le seul chantier de la maison avoisinant la mosquée (Berthier 1997 : 73-74).

Figure 1 - Présentation des fils à double tête

Figure 1 - Présentation des fils à double tête

a. Pot contenant quelques centaines de « fils à double tête » retrouvé à une dizaine de kilomètres du site de Koumbi Saleh. b. « Une allumette brûlée aux deux bouts... ». c. Les fils à double tête trouvés en 1949 et examinés par R. Mauny.

A : © Photo D. Rouvre, RMN
B : R. Bucaille 1976
C : R. Mauny 1961 : fig. 61

6Toutefois, ces fils semblent se cantonner essentiellement au site de Koumbi Saleh et de ses environs. Seulement « trois fils à double tête » ont été découverts dans les niveaux archéologiques du site de Tegdaoust, dans le quartier artisanal, en périphérie de la ville (C. Vanacker, 1979 : 116).

Description : « une allumette entièrement brûlée… »

  • 2 Nous avons pu examiner les 16 exemplaires étudiés précédemment par R. Bucaille, conservés au Centre (...)

7R. Mauny (1961), R. Bucaille (1976) et plus récemment S. Berthier (1997) se sont penchés tour à tour sur ces fils. Chacun a tenté de les décrire –mais comment parvenir à décrire des objets d’apparence si insignifiante ? La description la plus parlante est celle de R. Bucaille (1976 : 75) : « Ils suggèrent exactement l’aspect d’une allumette entièrement brûlée, à cette différence près qu’ils portent une petite boule excroissante à chaque extrémité »2 (fig. 1b).

8Cependant il convient de rappeler une autre remarque de R. Bucaille (1976 : 75) : « Bien que leur forme générique soit constituée d’un corps incurvé et aplati au centre , avec une petite boule à chaque extrémité, […], ils sont en fait d’une très grande variété et liberté de formes, indiquant qu’ils ont été coulés dans un moule meuble, comme C.S. Smith le proposait déjà pour les baguettes de laiton trouvées par Th. Monod dans la Majabat-al-Kubra ».

Des groupements de ces fils impossibles mais l’hypothèse de monnaie divisionnaire qui se confirme

  • 3 Sur les 106 exemplaires découverts sur le chantier, 21 seulement ont pu être mesurés et pesés, les (...)

9Les observations de R. Bucaille en 1976 qui examine 16 des fils retrouvés par centaines dans le pot découvert aux environs de Koumbi Saleh et plus tard celles de S. Berthier sur la centaine d’exemplaires découverte sur son chantier3, remettent en question les conclusions de R. Mauny. Il n’y a pas deux fils qui aient à la fois la même masse et la même longueur (voir fig. 2). On n’observe pas de véritable groupement et encore moins cette belle partition en deux séries observée par R. Mauny (fig. 1c) ; la deuxième regroupant des fils dont la masse est exactement la moitié de la masse de ceux de la première série. Déjà R. Bucaille (1976 : 75) concluait : « il est vraisemblable que R. Mauny est tombé par hasard sur des fils à peu près de même poids et longueurs et qu’il a cru pouvoir y déceler deux séries dont les approximations eussent été imputables à des modifications pondérales ou de longueur dues à la corrosion ou l’usure : les fils qu’il a examinés étaient en effet bien plus mal conservés que les nôtres ».

Figure 2 - Rapport entre la masse et la longueur de différents échantillons de fils à double tête

Figure 2 - Rapport entre la masse et la longueur de différents échantillons de fils à double tête

Les tableaux comparatifs établis par R. Bucaille et S. Berthier remettent en question les conclusions de R. Mauny sur l’existence d’une partition en deux séries des fils.

10L’absence de corrélation entre la masse et la longueur (fig. 2), une valeur pondérale faible (moins d’un gramme ou d’un demi-gramme) et une large répartition en des lieux très variés sur le site de Koumbi Saleh ; autant de points qui vont à l’encontre d’une possible fonction de poids à peser pour ces fils (Bucaille 1976 : 76 ; Berthier 1997 : 74). En revanche l’hypothèse d’un usage monétaire, émise par R. Mauny, semble plausible ; les critères de reconnaissance de cette monnaie, sans doute divisionnaire, devant être simplement la forme (une tige à bouts arrondis) et les critères de valeur devant être la matière (le cuivre) (id.).

11R. Bucaille (1976) résume bien les arguments qui sous-tendent cette hypothèse, arguments déjà apportés par les textes, évoqués par R. Mauny (1961 : 424) et en particulier le texte d’Ibn Battutah, voyageur du XIVe s. qui raconte ce qu’il a vu en 1353 dans la ville de Takedda :

« La mine de cuivre est en dehors de Takadda. Les gens creusent le sol pour trouver (le minerai), qu’ils apportent à la ville. Ils le fondent dans leurs maisons : c’est le travail des esclaves des deux sexes.
Quand ils ont obtenu du cuivre rouge, ils en fabriquent des tiges d’une longueur d’un empan et demi, les unes minces, les autres épaisses. Les épaisses sont vendues au prix d’un mithkal d’or les 400. Les minces au prix d’un mithkal les 6 à 700.
C’est leur monnaie d’échange : avec les minces ils achètent de la viande et du bois ; avec les épaisses ils achètent les esclaves des deux sexes, le sorgho, le beurre, le blé ». (Ibn Battutah, trad. Cuoq 1975, p. 318, § 539).

12Il s’agit donc de très petite monnaie –une division minime du mithkal– qui devait être utilisée pour tous les achats courants. Ce témoignage atteste clairement qu’au XIVe s. des « tiges » de cuivre étaient employées comme monnaies dans la zone sahélienne de l’Afrique de l’Ouest.

Nouvelles données sur les fils à double tête : une première chronologie et des analyses de composition élémentaire du métal

Une monnaie divisionnaire inscrite dans le temps long

  • 4 Les fils n’apparaissent qu’à la phase II alors que le cuivre est attesté dès les premiers niveaux d (...)

13Les quatre saisons de fouilles conduites par S. Berthier montrent que les fils à double tête, les « fils-monnaies » selon son expression, ont sur le tell central de Koumbi Saleh non seulement une grande répartition spatiale mais aussi une répartition stratigraphique –donc chronologique– importante. Les 106 exemplaires collectés dans les seules fouilles de la maison d’habitation proche de la mosquée se retrouvent de la phase II4 à la phase V, avec un pic important de présence à la phase III. Ces fils apparaissent donc, pour ce secteur, dans une séquence chronologique bien établie. Les plus anciens exemplaires, ceux de la phase II, coïncident avec la mise en place de la trame urbaine telle qu’elle apparaît encore dans les niveaux supérieurs, la mise en place de bâtiments en pierre et la présence d’objets provenant d’échanges (notamment avec l’Afrique du Nord) : perles en cornaline et en pâte de verre polychrome, dénéraux, fragment de verre avec décor en creux comme les récipients de Raqqada découverts aussi à Tegdaoust. Puis on retrouve ces fils à tous les niveaux sus-jacents : IIb, III, jusqu’à Vb. L’usage de ces fils dure au moins trois siècles –de la fin du XIe siècle pour les témoins les plus anciens aux environs de la fin XIVe-début XVe pour les plus récents (Berthier 1997).

Une composition élémentaire nuancée

  • 5 Tous ces fils ont été analysés par J.-R. Bourhis (Laboratoire d’Anthropologie, Préhistoire et Proto (...)

14Cette inscription dans le temps long se marque-t-elle dans la composition élémentaire du métal ? Plusieurs petits lots de fils ont pu être analysés –très peu en comparaison du nombre de fils exhumés– en trois séries d’analyses5 à la demande en particulier de Serge Robert qui poursuit en 1976, le programme de fouilles lancé en 1972 par J. Devisse et D. et S. Robert sur le tell central de Koumbi Saleh et notamment dans le secteur de la mosquée (cf. annexe). Les lots proviennent de contextes différents (tabl. 1), malheureusement sans indication précise : trois fils issus des fouilles de P. Thomassey et de R. Mauny de 1949, trois fils encore parmi les centaines contenues dans le récipient trouvé en 1968 dans les environs de Koumbi, deux séries (3 et 2 fils) provenant de la saison de fouilles conduites par J. Devisse en 1972, trois fils trouvés sur un site du village de Yengui ; la série importante (13 au total) issue des fouilles de 1980 : onze provenant du secteur de S. Berthier et deux provenant du secteur de S. Robert (mosquée). Notons aussi deux autres fils trouvés par les mêmes et dans les mêmes secteurs mais en 1976.

Tableau 1 - Contexte archéologique et analytique des fils à double tête étudiés

Tableau 1 - Contexte archéologique et analytique des fils à double tête étudiés

15Les résultats apportent quelques certitudes : dans tous les cas il s’agit de cuivre –et non de laiton– allié à du plomb. Si les compositions sont variables (fig. 3), ce qui n’est pas surprenant quand on considère qu’ils ont été utilisés (et fabriqués) sur près de trois siècles au moins si on se réfère à la séquence établie pour le secteur fouillé par S. Berthier, cette variabilité s’observe essentiellement pour le plomb. Neuf de ces fils –et en particulier les trois fils issus du bol retrouvé dans les environs de Koumbi Saleh–, présentent des taux en plomb très élevés, de 19 à 28,5 % et l’alliage est relativement constant, comme standardisé. D’autres en recèlent des taux bien moindres –de 1 à 12 % seulement.

Figure 3 - Présentation graphique des résultats des 29 analyses de composition élémentaire de fils à double tête effectuées par J.-R. Bourhis

Figure 3 - Présentation graphique des résultats des 29 analyses de composition élémentaire de fils à double tête effectuées par J.-R. Bourhis

Diagramme des teneurs cumulées ; tous les éléments analysés et présents dans le cuivre sont représentés. 28 des 29 fils à double tête sont des alliages de cuivre et de plomb. Deux séries se distinguent, les cuivres renfermant entre 1 et 12 % de plomb et les cuivres à plus de 19 % de plomb. L’arsenic est généralement l’impureté dominante de ce métal. Le fil KS 72 M1 62 (code 6) se démarque des autres, mais sa très forte proportion de fer (7 %) trahit probablement un métal complètement corrodé.

16Hormis le plomb, la composition du métal des fils de Koumbi Saleh reste toujours la même, avec, en particulier, des impuretés notables en arsenic et antimoine, impliquant très probalement une source de cuivre inchangée.

Composition des fils et stratigraphie : une inscription des fluctuations des compositions élémentaires dans le temps ?

17Il est impossible de caler chronologiquement les fils trouvés par R. Mauny et P. Thomassey en 1949. C’est aussi le cas pour ceux des fouilles conduites en 1972 par J. Devisse et al. ; aucune datation n’a été effectuée pour les différents chantiers ouverts à cette occasion.

  • 6 D’après les cahiers d’inventaire et la chronostratigraphie établie par S. Berthier (1997: 12, tabl. (...)

18Il reste cependant la série des fils mis au jour par S. Berthier et S. Robert dans leurs chantiers respectifs. Les fils examinés, provenant du secteur fouillé par S. Berthier correspondent aux niveaux d’occupation III et IV qui sont à situer entre le milieu du XIIIe et le début du XIVe s.6 (voir tabl. 2). Ces fils présentent uniquement des teneurs basses en plomb. Les variations des teneurs en plomb au sein du groupe sont très faibles et tenter d’affiner encore les datations n’apporterait en fin de compte pas grand chose au raisonnement.

Tableau 2 - Position stratigraphique et hypothèse de datation des séries de fils provenant des fouilles de Sophie Berthier et Serge Robert

Tableau 2 - Position stratigraphique et hypothèse de datation des séries de fils provenant des fouilles de Sophie Berthier et Serge Robert
  • 7 Datation Lyon 2586 : 1210 ± 120 BP. Ce qui donne après calibration à deux sigmas, entre 618 et 1029 (...)

19Dans ce contexte, le fil découvert lors des fouilles de la mosquée par Serge Robert (KS 80 SR IV 97) est intéressant : les résultats de l’analyse élémentaire du métal montrent un taux de plomb parmi les plus élevés. Il provient d’un niveau qui correspondrait à la deuxième phase de construction de la mosquée ; la première phase de la mosquée étant à situer postérieurement au premier niveau d’occupation du secteur de S. Berthier qui date de la fin IXe s.7. Il conviendrait donc de placer postérieurement à la fin du IXe s., au Xe siècle plus vraisemblablement, la datation de ce fil.

20Le contexte de ce fil est donc nettement plus ancien que celui de la série provenant du secteur de S. Berthier. Toutefois, un autre fil, mis au jour dans le même contexte stratigraphique que le premier, présente une composition élémentaire –avec seulement 1,5 % de plomb– plus proche des fils des périodes plus récentes. En fait sa composition métallique est analogue à celle d’une petite palette retrouvée, elle aussi, dans ce même contexte. Ces faits permettent une première conclusion : aux périodes antérieures au XIe s., les fils retrouvés peuvent présenter des teneurs élevées en plomb alors qu’aux périodes postérieures au XIe s. ces fils à haute teneur en plomb semblent avoir disparu et il ne reste plus que des fils à basse teneur en plomb.

  • 8 Une possibilité pourrait être d’effectuer une datation sur les matériaux organiques inclus dans la (...)

21Il est dommage que nous ne puissions situer dans le temps les fils retrouvés dans le petit pot en céramique trouvé dans les environs de Koumbi Saleh8 puisque ce sont les seuls à présenter systématiquement des teneurs élevées en plomb. La seule réflexion qu’il est possible de faire, dans l’état des connaissances, est que ce stockage dans un pot de fils par centaines marque peut-être une époque où les fils à double tête avaient encore suffisamment de valeur pour être ainsi thésaurisés.

Trafics et transformation du cuivre dans l’empire de Ghana

Importations de cuivres de toutes les couleurs…

22L’importance des apports de cuivre du Maghreb est connue ; la mention du cuivre comme une des marchandises destinées au « Pays des Noirs » revient comme un « leitmotiv » –l’expression est d’E. 

  • 9 Sur ce problème se greffe celui de la crédibilité des sources. Concernant les auteurs arabes ou mus (...)
  • 10 Sur la perception des couleurs qui peut varier d’un lieu à l’autre, voir Garenne-Marot 1993 : 264-2 (...)
  • 11 11 - Cité dans El Ajlaoui el Moussaoui, Le Maroc présaharien entre le VIIIe et le XIIIe s. : une ci (...)
  • 12 Al-Murraksi, Kitab al mu’gib, Casablanca, 1987. Cité par El Ajlaoui el Massoui, op. cit, p. 519.

23Herbert (1984 : 113)–, dans les sources écrites du Xe au XIVe s. Peu de détails en revanche sont donnés sur l’origine et la nature précises de ce cuivre9. Seul al-Bakri, écrivant en 1067, identifie un certain nombre de mines de cuivre au Maroc dans les vallées du Draa (Tihammâmîn, à deux jours de marche de Sidjilmâsa) (Monteil 1968 : 46, § 1) et du Sous, –plus particulièrement à Igli où on fond le minerai de cuivre (id. : 56, § 13), cuivre « que l’on exporte [ensuite] sur le pays des païens ». Al-Idrisi, au siècle suivant, mentionne les mines de cuivre de la montagne située près de la ville de Daï (à quatre étapes au nord-est d’Aghmat) où, dit-il, on exploite un cuivre « très pur, de qualité supérieure et de couleur blanchâtre » (Vanacker 1979 : 141). L’archéologie confirme les textes : plusieurs exploitations anciennes de minerai de cuivre ont été repérées dans l’Anti-Atlas et le Haut-Atlas, essentiellement dans les vallées du Sous et du Draa, mais aussi dans d’autres régions du Maroc (Rosenberger 1964, 1970a et b). S’il convient d’évoquer la pluralité des routes pour l’accès à l’or des Sudan (Devisse 1990) et, ainsi, voir multipliées les voies possibles d’arrivage de cuivre importé en Afrique de l’Ouest, nous pouvons être certains que pour cette zone de l’Extrême-Ouest africain une grande partie du cuivre importé était d’origine marocaine. Le cuivre de couleur « blanchâtre »10 de Daï évoque tout à fait le laiton. Or le Maroc recèle aussi du minerai de zinc, souvent au cœur même des gisements cuprifères les plus importants ; c’est le cas de la mine de zinc de Timezgadouine, à 22,5 km à vol d’oiseau au nord-ouest de Tamdoult, où a été exploitée de manière intensive la calamine11. On peut aussi citer Al Murraksi, qui, au XIIe s., évoque l’activité d’une mine de zinc dans le Sous12.

  • 13 Al-Bakri, trad. Cuoq, 1975 : 84, §98.
  • 14 Al-Idrisi, trad. Cuoq, 1975 : 164, §273bis.
  • 15 Traduction citée dans Mauny, 1961 : 370. J.-M. Cuoq (1975 : 182-183) traduit ce passage par : « …de (...)

24Or, il ne faut pas attendre de la part des auteurs de langue arabe de précisions sur la nature du cuivre transporté dans les régions au Sud ; ce qui les intéresse, du moins pour les grands auteurs du XIe-XIIe s. –Ibn Hawkal, al-Bakri, al-Idrisi–, c’est la praticabilité des routes qui permettent d’accéder à l’or. En particulier, la distinction entre cuivre rouge et laiton est rarement faite, de même que la forme sous laquelle ce cuivre est transporté n’est qu’exceptionnellement précisée. Quand al-Bakri signale qu’on importe à Awdaghust du cuivre « travaillé » (nuhas masnu)13 qu’entend-t-il par « travaillé » ? Al-Idrisi précise que les caravanes des commerçants d’Aghmat portent dans le pays des Noirs à la fois du cuivre « rouge » et du cuivre « teinté » ou « colorié » (nuhas masbugh)14 : est-il question pour ce dernier métal de laiton ? Enfin retenons la mention de Yakut (1179-1229) qui signale l’importation de « bracelets de cuivre rouge et d’anneaux de cuivre de Sidjilmasa au pays de l’or, à Ghana »15 : le cuivre rouge désigne-t-il le cuivre pur, le cuivre de Sidjilmasa, le laiton ?

Lingots perdus dans le désert : témoins tangibles du trafic de cuivre

  • 16 (I-2769) : 785 ± 110 BP et (Dak-1) : 860 ± 108 BP. Soit en dates calendaires calibrées à deux sigma (...)

252085 barres de laiton –trois de ces barres ont été analysées montrant une qualité de métal homogène (Monod, 1969, Werner et Willet, 1975)–, longues d’environ 70 cm, ont été découvertes en 1964 par Théodore Monod dans la région de l’Ijâfen de la Majabat al-Koubra, région à rattacher aux vastes étendues du Djouf, un désert redoutable (Monod, 1969). Le Ma’den Ijâfen ou « mine » de l’Ijâfen est une sorte d’épave-dépôt, « un matériel soigneusement entreposé et destiné à se voir ultérieurement récupéré » (Monod 1969 : 293) qui atteste de l’ampleur de ces arrivages de cuivre au sud du Sahara. Avec un poids moyen de 470 g par barre, l’ensemble représente près d’une tonne de métal… de quoi inonder le marché local ! Les conclusions de l’examen métallographique d’une de ces barres par R. Castro (1974) montrent qu’elles étaient inutilisables sous cette forme –la structure étant poreuse et fissurée– et devaient donc être refondues. La forme en baguettes aussi longues que 70 cm constituait avant tout un support de transport –à dos de chameau– et de stockage commode. C’est du beau métal que transportait là la caravane : un métal sans impuretés notables, d’une belle couleur dorée avec ses quelque 20 % de zinc. Les datations obtenues pour cette épave, situent le chargement entre le XIe s. et le début du XIVe s.16.

  • 17 Trouvé en surface à 70 km au sud-ouest d’El Kseib (20°50’ N - 5°40’ W) (Mauny, 1961 : 311).

26Al-Idrissi mentionne, rappelons-le, parallèlement à l’importation de cuivre teinté, celle de cuivre rouge. Or, un lingot de cuivre non allié de quelque 6,5 kg a été trouvé à El-Kseib17. Sa composition est intéressante : il présente des traces importantes d’arsenic et surtout un taux de fer d’environ 1 %. Un autre, trouvé à Akreijit, est de même forme parallélépipédique, mais plus lourd (9 kg). La composition du métal montre un taux d’arsenic nettement plus bas mais près de 5 % de fer (voir Bourhis 1983 : 136, n° 3441 et 3442). Ces derniers lingots sont cependant des trouvailles isolées, qui n’ont pu être datées, et donc, actuellement, impossibles à rattacher à un quelconque centre de production.

Koumbi Saleh et la question des activités métallurgiques

27À Koumbi Saleh, dans l’unité d’habitation fouillée par S. Berthier –qui a livré les 106 fils-monnaie–, il a été retrouvé au niveau IIa un petit creuset en argile et un foyer avec deux fragments de cuivre et débris vitrifiés et au niveau IVb, des morceaux d’argile cuite striés de cannelures (moules ?), autant de faits qui l’amènent à conclure que « le cuivre a certainement été travaillé à l’intérieur de l’habitation » (Berthier 1997).

28Ce sont à présent les seules traces d’un travail du cuivre mises au jour sur le site de Koumbi Saleh, autant dire que nos connaissances sur le travail du cuivre à Koumbi Saleh sont quasiment nulles. Pour envisager quelles activités métallurgiques pourraient avoir eu lieu sur ce site, pour comprendre quel était le bagage technique des populations subsahariennes, nous pouvons prendre comme référence le site de Tegdaoust où de nombreux vestiges d’activités métallurgiques ont été mis au jour et étudiés ; ces derniers apportant un éclairage certain sur les échanges de métaux et les probables transformations du cuivre dans l’empire de Ghana.

Tegdaoust : site caravanier et site de transformation du cuivre

  • 18 « Il est permis aujourd’hui, d’écrire que Tegdaoust est Audagust (Awdaghust) » (Devisse 1982).
  • 19 19 - Al-Bakri, trad. Cuoq, 1975 : 84, § 98.
  • 20 Cf. la longue liste des publications sur le site de Tegdaoust parue dans Devisse 1982. Les thèses p (...)

29Tegdaoust –identifié comme la ville caravanière d’Awdaghust mentionnée dans les textes en langue arabe18– est un site de référence par excellence. Lieu de rupture de charge des grandes caravanes empruntant la route Sidjilmasa-Tamdult vers le Bilad as-Sudan, elle doit principalement sa prospérité au commerce transsaharien. N’en exporte-t-on pas un or très pur et le meilleur du monde comme le note al-Bakri au XIe s19 ? C’est surtout, du moins au temps de la prospérité marchande du site, un relais évident entre les régions sahéliennes –et nous pensons à Ghana– et les caravanes venues du Nord. De plus, Tegdaoust représente une somme de recherches et d’études incomparable et inégalée jusqu’à présent pour l’Afrique de l’Ouest. Là, un travail de grande envergure et de qualité a « décrypté » plusieurs siècles de l’histoire d’une cité où se marquent expansions et replis, revirements politiques et lutte contre un environnement difficile, histoire plus générale dans laquelle s’inscrit celle, plus particulière, du cuivre20.

30Il n’est pas exagéré de dire que le cuivre a été abondamment travaillé à Tegdaoust et ceci depuis les plus anciennes traces d’existence de la ville, c’est-à-dire au VIIIe s. de l’ère chrétienne. Or Tegdaoust n’est pas seulement un site de consommation du cuivre, c’est aussi un site où a été mis en évidence une métallurgie importante avec élaboration d’alliages et conditionnement du métal en lingots. Si des témoins de travail du cuivre ont été retrouvés dans tous les quartiers fouillés de la ville, cette métallurgie « lourde » a été identifiée dans un secteur un peu excentré du site, sur un petit tell situé au sud-est du cirque de Noudache. Là ont été mis au jour, en relation avec trois fours, des fragments de creusets, de lingotières et quelque seize lingots et fragments de lingots (Vanacker 1979).

Dilution du laiton marocain à Tegdaoust avec du cuivre issu de la réduction de minerais mauritaniens

31Que se passait-il dans ces ateliers de Tegdaoust ? C. Vanacker (1983 : 97) identifiait le secteur dont elle avait eu la responsabilité comme un atelier de transformation de produits semi-finis sous la forme de ces lingots de petite taille et d’élaboration d’alliage, –l’addition sans doute de plomb. Tous les travaux postérieurs ont confirmé ceci.

32Pour apprécier les caractéristiques, c’est-à-dire le conditionnement et la qualité du métal importé, nous ne disposons, jusqu’à de nouvelles découvertes, que de la cargaison du Ma’den Ijâfen (les lingots d’El Kseib et d’Akreijit, isolés et non datés, demeurant difficiles à inscrire dans une réflexion). Le conditionnement est sous forme de longues barres de 70 cm de long et de près d’un demi-kilo, et la qualité, un laiton fortement allié, au taux très bas d’impuretés, et sans plomb.

  • 21 16 lingots et fragments de lingots ont donc été retrouvés dans la zone des fours. Seuls trois sont (...)
  • 22 Voir tableau des résultats des analyses de composition élémentaire des lingots dans Vanacker, 1983 (...)

33Que se passait-il exactement dans les ateliers de Tegdaoust ? On y modifiait la taille du produit semi-fini : on transformait les longues barres en petits lingots de 25-26 cm, d’environ 130 g21. On modifiait aussi, avant de couler ces barres courtes, la composition du métal en rajoutant du plomb à la masse métallique. La présence de plomb est constante dans les lingots du quartier artisanal (sauf pour le premier lingot CVI 16) ; parfois dans de faibles proportions (1.5 ; 2 ; 2.5 %), parfois, à l’inverse, dans de très fortes (un cas : 20 %)22(voir fig. 4).

Figure 4 - Résultat des analyses de composition des fils à double tête de Koumbi Saleh comparés aux lingots découverts en Mauritanie

Figure 4 - Résultat des analyses de composition des fils à double tête de Koumbi Saleh comparés aux lingots découverts en Mauritanie

MI : barres du Mad’en Ijâfen (d’après Werner & Willett, 1975) ; T1 & T2 : lingots de Tegdaoust respectivement antérieurs (lingots du quartier artisanal) et postérieurs (lingots du quartier oriental) au milieu du XIe s. (d’après Vanacker 1983) ; KS : fils à double tête de Koumbi Saleh, KS1 : fils à plus de 19 % de plomb, KS2 : plomb compris entre 1 et 12 % .
Haut : taux de zinc et de plomb. Bas : teneurs moyennes cumulées en impuretés.

34Comparativement aux barres de l’Ijâfen, le taux de zinc des lingots des ateliers de Tegdaoust est bas, de l’ordre de 10 %, avec un cas de 7 % pour le lingot CV IV 85. Les teneurs en fer sont en revanche élevées, –particulièrement dans le lingot précédemment cité : 6,5 %–, et sans commune mesure avec celles des barres de l’Ijâfen (fer : 0,04 ; 0,07 ; 0,17 %).

35Or tous les lingots analysés de Tegdaoust, quelque soit leur insertion spatiale et chronologique, présentent ces taux élevés de fer : les lingots du secteur artisanal mais aussi ceux provenant du quartier oriental (fig. 4). Les teneurs en fer sont toujours appréciables, de 1 à 6,5 %. Ainsi pour le lingot Teg 71 M’’IX 12, en cuivre non allié, le fer est déjà présent : 2,6 %, une teneur importante. Seule la composition des bracelets ne présente pas de fer ; l’indication d’une fabrication d’une origine différente ou à partir d’un alliage autre que celui produit dans les ateliers.

  • 23 Il convient cependant de rappeler que cette corrélation négative fer/zinc observée peut être expliq (...)

36Mais plus encore, on observe pour les quatre lingots du secteur artisanal, une inversion des proportions fer/zinc : quand le taux de zinc est bas, celui du fer est haut23. Or cela ne provient pas d’un dosage volontaire entre zinc et fer car, rappelons-le, le fer se trouve aussi dans le cuivre non allié. Et de manière plus générale, les métallurgistes cherchent plutôt à se débarrasser du fer associé aux cuivres qu’à en ajouter !

  • 24 Cette idée, étayée par des arguments métallurgiques, d’abord émise dans la thèse de l’un de nous de (...)

37Aussi faut-il évoquer une autre modification possible du métal à Tegdaoust, celle d’une « dilution » de l’alliage. Nous sommes peut-être dans ces ateliers en présence d’une « dilution » de ce beau métal marocain à 20 % de zinc, avec du cuivre non allié, qui comporte, lui, un taux important de fer24. On pourrait envisager que cette dilution ait été faite avec un cuivre rouge provenant du Maroc, lui aussi, mais quel aurait été l’intérêt de mélanger ainsi les deux produits importés ? Non, l’idée est peut-être audacieuse, mais fondée, il faut envisager que la dilution s’effectuait avec du cuivre local.

Une exploitation « médiévale » des gisements de cuivre du sud mauritanien ?

38L’hypothèse d’une exploitation de minerais de cuivre locaux n’est pas neuve : D. Robert-Chaleix (1989 : 240) avait déjà émis l’idée que le cuivre non allié retrouvé à Tegdaoust pouvait provenir de l’extraction des minerais de Mauritanie.

39L’exploitation au XIVe s. des gisements cuprifères sahéliens de l’Afrique de l’Ouest est avérée par les textes : le récit d’Ibn Battutah cité précédemment mais aussi celui d’al-’Umari qui évoque l’exploitation d’une mine de grand rapport pour l’empereur du Mali.

« Al-Zawawi a rapporté : le sultan Musa m’a dit qu’il avait dans une ville du nom de Z.K.R.A., une mine de cuivre rouge, lequel est importé en baguettes (kudban) à la ville de Iani (Niani). Il n’y a rien dans mon royaume, déclara le sultan, qui soit soumis aux taxes à l’exception de ce cuivre brut (al-nahas al-ma’dani) importé. On en tire un revenu tout spécial, sans égal. Nous expédions, en effet, ce cuivre au pays des Sudan païens, où nous le vendons à raison du poids d’un mithkal pour les 2/3 du poids d’un mithkal d’or, soit donc 100 (mithkal) de ce cuivre contre 66 mithkal 2/3 d’or ».
(al-‘Umari, trad. Cuoq, 1975, p. 280, § 464).

40Il reste que les témoins aujourd’hui identifiés d’une exploitation « médiévale » des mines mauritaniennes sont bien minces. Pourtant, les gisements cuprifères de la région d’Akjoujt ont été exploités dès le début du 1er millénaire av. J.-C., ou peu avant. Une mine, la « grotte aux chauves-souris », a été retrouvée à l’endroit même où une exploitation moderne a démarré vers 1953 et des fourneaux de réduction ont été découverts le long de l’Amatlich, à environ 50 km, et parfois même plus loin encore, comme ceux du massif dunaire du Dhraïna, à près de 140 km au sud d’Akjoujt (voir en particulier Lambert 1983).

41Mais on observe un hiatus entre cette exploitation ancienne du minerai local associée à toute une métallurgie primaire et de fabrication de petits objets en cuivre non allié, et l’industrie médiévale, celle mise en évidence à Tegdaoust, métallurgie essentiellement secondaire de transformation d’un métal pour une large part allié, « coloré », et qui est importé.

42Il est possible que ce hiatus de près d’un millénaire soit dû plus à une absence de données qu’à une véritable coupure. C’est peut-être le résultat d’un déséquilibre dans les recherches. Rappelons que si la « grotte aux chauves-souris » a focalisé les recherches sur les exploitations anciennes des gisements cuprifères autour de la ville d’Akjoujt, c’est que Nicole Lambert, l’archéologue ayant mené les travaux d’investigation, était l’épouse d’un des cadres de la Micuma, la Société des Mines de cuivre de la Mauritanie, résidant à Akjoujt.

  • 25 Une exploitation médiévale, appelée El Meteida a été visitée par D. Robert-Chaleix dans les années (...)
  • 26 Anneaux du groupe II des bracelets et anneaux de la cache de Podor. Voir G. Thilmans, 1977, Sur les (...)

43Or, la Mauritanie présente, en dehors même des gisements de la région d’Akjoujt, d’autres gîtes cuprifères, plus proches de Tegdaoust (voir fig. 5 et 6). Un de ces gisements est situé au sud de la Mauritanie entre Moudjéria et Mbout, dans le massif du Tajalt Oumou Kadiar, à l’est de la haute vallée du Gorgol blanc. Ce gisement, reconnu par M. Chiron (BRGM de Dakar), présenterait d’importantes traces d’exploitation : des puits d’extraction repérables à la photographie aérienne (Lambert 1983, note 14 ; Robert-Chaleix 1986)25. À 80 km de là, sur le Plateau du Tagant, il faut signaler la découverte, non loin de Kiffa, près de la « butte de N’Takat » de « fours ayant servi à fondre le cuivre » (Vanacker, 1983 : 102 ; Robert-Chaleix 1986 : 47 ; 1999 : 156). Près de ces fours a été trouvé un bracelet, apparenté par sa forme et certains éléments de son décor à tout un lot d’anneaux mis au jour, groupés, dans le site de Podor sur la rive sénégalaise du fleuve Sénégal pour lesquels une date du XIe-XIIe s. a été proposée26.

Figure 5 - Réorganisation de l’espace économique (et politique) de l’Extrême-Ouest africain après le milieu du XIe s. et chronologies comparées entre Tegdaoust (vestiges du travail du cuivre) et Koumbi Saleh (chronostratigraphie de la maison fouillée par S. Berthier)

Figure 5 - Réorganisation de l’espace économique (et politique) de l’Extrême-Ouest africain après le milieu du XIe s. et chronologies comparées entre Tegdaoust (vestiges du travail du cuivre) et Koumbi Saleh (chronostratigraphie de la maison fouillée par S. Berthier)

Voir légende figure 6.

Figure 6 - Décalage dans la valeur du métal cuivre entre zone sahélienne en contact avec les marchands musulmans, productrice de cuivre, et zone forestière, productrice d’or

Figure 6 - Décalage dans la valeur du métal cuivre entre zone sahélienne en contact avec les marchands musulmans, productrice de cuivre, et zone forestière, productrice d’or

44Ce faisceau d’indices oblige à prendre en considération la possibilité d’une exploitation « médiévale » des mines mauritaniennes.

Taxes sur le cuivre dans l’empire de Ghana : de la nécessité d’augmenter la masse à commercialiser au « Sud »

45Al-Bakri mentionne les taxes qui ont cours dans le « pays » de Ghana :

  • 27 Al-Bakri, trad. Cuoq, 1975 : 101, § 139.

« Le roi prélève un dinar d’or sur chaque âne chargé de sel qui entre dans le pays et deux dinars en cas d’exportation. Il perçoit pour chaque charge de cuivre cinq mithkal et dix pour toute autre marchandise »27.

46Si l’on considère les taxes importantes levées sur les charges de cuivre entrant dans le royaume de Ghana, les échanges cuivre contre or devaient être particulièrement lucratifs. Rappelons à ce propos le texte d’al-‘Umari évoqué plus haut sur l’exploitation du cuivre dans l’empire de Mali et la façon dont ce cuivre est échangé contre l’or dans le pays des Sudan païens pour les 2/3 de sa masse. On peut penser que ce système d’échange, d’usage commode dans des sociétés sans monnaie de compte, continue une pratique plus ancienne, en usage au temps de Ghana.

47Il y avait donc un intérêt évident à augmenter ainsi la masse en y ajoutant du cuivre non allié et du plomb. Il faut augmenter la masse métallique sans trop en altérer la couleur. Les métallurgistes insistent sur l’intérêt d’un ajout du plomb, qui ralentit la vitesse de solidification favorisant ainsi les fontes fines. Ici l’objectif est sans doute autre : nous sommes dans un contexte où il faut augmenter la masse sans trop modifier la belle couleur dorée de l’alliage.

Mais d’où vient le plomb des fils ?

48Les gisements de plomb sont relativement abondants au Maroc (voir les travaux de Rosenberger et notamment ceux publiés en 1970a et b). Ces mines de galène ont été activement exploitées pour leur teneur élevée en argent de la galène. Aussi quand al-Bakri, consacrant une notice à Tamdult, parle d’ « une mine d’argent très riche en minerai », il fait état, en fait, des filons de galène qui titraient en moyenne 1200 g. d’argent à la tonne (Rosenberger 1970b : 106-108). Ceci peut nous sembler faible mais c’est, semble-t-il, « un bon minerai d’argent » (id. : 108). Or, c’est la frappe des monnaies d’argent qui a entraîné, dans la deuxième moitié du VIIIe s., l’exploitation active des mines de plomb argentifère. Une évaluation des quantités de plomb métal enlevées par les anciens de la mine de l’Aouam a donné le chiffre colossal de 230 000 tonnes (Rosenberger 1964 : 69). Bien sûr ce chiffre rend compte d’une exploitation étalée sur plusieurs siècles, mais il montre bien la masse énorme de plomb à traiter nécessaire pour récupérer une quantité infiniment moindre d’argent. B. Rosenberger (id.) remarque à propos de ces milliers de tonnes de plomb extrait de la mine de l’Aouam : « c’est une quantité énorme. On ignore absolument l’usage qu’on a pu en faire ». Il précise dans un article ultérieur (1970b : 76) : « On est réduit aux conjectures sur les utilisations possibles du plomb avant la diffusion des armes à feu au Maroc : le kohl (fard) ou la glaçure des poteries ne représente qu’une faible consommation. C’est vraiment la nécessité de fondre des balles pour les fusils qui a provoqué la mise en exploitation de nombreux gisements de galène ».

49Le Bilad as-Sudan aurait pu être un débouché tout indiqué pour ce plomb, l’hypothèse était séduisante et vraisemblable mais résiste-elle à l’approche analytique des alliages subsahariens ? Pour analyser plus en détails cette question de l’origine du plomb des fils, il nous faut replacer les données de Koumbi Saleh et de Tegdaoust dans le contexte économique et politique de l’Extrême-Ouest africain au milieu du XIe s.

Les « fils-monnaies » : témoins de changements économiques et politiques au milieu du XIe s.

Raid almoravide, déplacement des axes caravaniers et effondrement économique de Tegdaoust

  • 28 Al-Bakri, trad. par Cuoq, 1975 : 91-92, §112,113. Voir sur la question du raid almoravide à l’origi (...)

50Le milieu du XIe s. marque la fin des activités de transformation du cuivre à Tegdaoust. Les fours sont détruits et la métallurgie lourde abandonnée. La destruction du quartier artisanal est sans doute à attribuer au raid almoravide sur Awdaghust évoqué par al-Bakri28. La ville sera reconstruite, en particulier le quartier résidentiel oriental, mais ne se remettra jamais de la perte de ses activités « industrielles ».

51D. Robert-Chaleix (1989 : 266) évoque les années qui succèdent au raid : « …la pénurie de cuivre notée alors, n’est-elle pas le signe de changements économiques définitifs ? ». Oui, elle l’est ainsi que, sans doute, celle de changements politiques majeurs. La deuxième moitié du XIe s et le début du XIIe marquent le déplacement vers l’est de l’un des grands axes transsahariens –comme en témoigne la cargaison du Ma’den Ijâfen– et le renforcement de l’axe direct Maroc-vallée du fleuve Sénégal à l’extrême ouest. La route qui conduit à Tegdaoust semble définitivement abandonnée. Tegdaoust ne joue plus le rôle « de point de rupture de charge » et de redistribution en direction de Koumbi Saleh et même, vraisemblablement, des sites du fleuve Sénégal.

52Ainsi pour cette région, l’explosion dans l’utilisation du laiton qui est observée dans les couches postérieures au milieu du XIe s., des sites de la Moyenne Vallée du Sénégal, à Sintiou Bara et Podor par exemple, ne peut s’expliquer que par des transactions de métal désormais sans intermédiaires : l’arrivée directe, sur le Fleuve, des caravanes en provenance du Maroc (Garenne-Marot 1995).

Des fils limités au seul site de Koumbi Saleh...

  • 29 7 500 viroles (décompte exact à l’unité près) sur l’ensemble des sondages pratiqués sur ce monument (...)

53Un indicateur de cet état de fait est justement ces fils à double tête. Leur inscription dans les niveaux archéologiques postérieurs au milieu XIe s., pour l’unité d’habitation proche de la mosquée, sur le tell de Koumbi Saleh, n’est sans doute pas le fruit du hasard des découvertes mais la transcription d’une situation réelle, reflet d’une situation économique et politique singulière. Ces fils semblent bien circonscrits au seul site de Koumbi Saleh. À l’exception des trois exemplaires mis au jour dans le secteur des fours, ils n’ont pas été retrouvés à Tegdaoust. Ils sont totalement absents des sites du fleuve Sénégal, contemporains de cette période de la deuxième moitié du XIe s./début du XIIe s. À Sintiou Bara, par exemple, aucun fil à double tête n’a été recueilli dans le monument de l’aire 356. En revanche, on note la présence de 7 500 « viroles », petites bandes de métal enroulées pour lesquelles on peut évoquer un rôle similaire à celui des « fils-monnaies »29. Nous sommes à cette époque-là dans un autre espace économique…

Les « fils-monnaies » : témoins d’une indépendance de Ghana à l’égard des importations du Nord

Une exploitation des gisements de cuivre de Nioro du Sahel dès le milieu du XIe s. au moins

54Tegdaoust-Awdaghost était au moment du raid almoravide intégrée à l’empire de Ghana. On peut donc s’interroger sur « l’après Tegdaoust », c’est-à-dire sur ce qui a pu se passer une fois les fours détruits, donc interrompu, l’approvisionnement de la capitale de l’empire en petits lingots qui y étaient produits. Ghana a-t-elle repris sur son propre sol les activités industrielles de Tegdaoust ?

  • 30 D. Grébenart se contente de reprendre toutes les informations fournies par R. Mauny. D. Grébenart, (...)

55La présence de mines de cuivre à moins de 100 km, à vol d’oiseau, de Koumbi Saleh, rend possible, et plausible, la production d’un cuivre local. Nous rapportons ici les propos de R. Mauny (1961) qui, en 1959, avait mené une enquête scrupuleuse auprès des géologues ayant prospecté le sous-sol de ce qui était alors le Soudan occidental ; aucune information neuve n’est malheureusement venue enrichir cette première synthèse30. Des imprégnations cuivreuses avaient donc été reconnues et signalées par R. Furon, V. Pérébaskine et L. Baud dans la région de Nioro du Sahel : mines de Sirakoro, Lambatara, Bouli Kadiéré, etc. Les indices superficiels ne présentant pas d’intérêt pour une exploitation industrielle économiquement rentable, aucune recherche n’avait été conduite en profondeur, mais, les géologues, et en particulier L. Baud notaient, cependant, la présence d’importants vestiges d’exploitations anciennes. Au regard des surfaces de ces vestiges anthropiques, relevées par les géologues (état des lieux de 1959), chiffrées en mètres carrés, R. Mauny avait évalué à un total de quelque 100 tonnes la quantité de cuivre provenant de l’exploitation ancienne de ces gisements (Mauny 1961 : 308).

  • 31 R. Mauny à ce propos fait part d’une remarque tout à fait intéressante et significative pour cet es (...)

56S’agit-il là de la mine de cuivre de Z.K.R.A. (ou D.K.R.A) qui enrichit tant Mansa Musa selon al-‘Umari cité plus haut ? R. Mauny (1961 : 310), toujours, rappelle que les gisements de Nioro se trouvent à 8 km environ des deux anciennes capitales du pays, Diara et Tourougoumbé, qui, au début du XIVe s., étaient tributaires de l’empire de Mali. Il ajoute : « La Dkra [D.K.R.A] d’al-‘Umari ne serait-elle pas la transcription de Diara, la ville la plus proche des mines et qui devait sans doute une bonne fraction de son importance à ces dernières ? »31.

57Or les fils à double tête sont, pour nous, un signe fort que ces mines de Nioro ont été exploitées dès le Xe-XIe s. au moins. Pourquoi cela ?

Exploitation indigène des minerais de cuivre sahéliens, abondance du cuivre et monnaie divisionnaire

58Il nous faut considérer le message véhiculé par les textes d’al-’Umari et Ibn Battutah.

  • 32 Sur la question de l’attrait considérable que le cuivre exerçait sur ces populations, on relira les (...)

59Les commentaires de Mauny, puis de J. Cuoq, traducteur du texte d’al-‘Umari, insistent sur les gains considérables obtenus dans cet échange or contre cuivre32. Dans un essai d’estimation du cours du mithkal, Cuoq conclut que « le cuivre serait donc vendu aux Sudan païens pour 4,238 gr contre 2,8 gr d’or. » (Cuoq 1975 : 280, note 3).

60La valeur de ce métal dans la frange sahélienne en contact avec les commerçants du Nord, à Takedda, nous est donnée par le texte d’Ibn Battutah. Pour un mithkal d’or, on peut recevoir 400 barres épaisses de cuivre ou bien 600 à 700 minces. La « barre » de cuivre est ainsi une division extrêmement petite du mithkal, conférant à ces monnaies une très faible valeur libératoire. Or ces mêmes « barres » étaient, comme celles de la mine de l’empereur du Mali, exportées vers le Sud, au pays des « Noirs infidèles et au Bornou ».

  • 33 Déjà R. Bucaille, dans son article de 1975, avait évoqué les rapports différents au cuivre qu’entre (...)

61Les situations sont plus ou moins contemporaines : al-‘Umari écrit en 1342-1349 une encyclopédie à l’usage de l’homme cultivé de l’époque et compile donc l’information disponible mais en prenant soin de choisir et de citer ses informateurs ; Ibn Battutah, le voyageur, rapporte ce qu’il a vu, de ses propres yeux, en 1353. Ces deux situations traduisent ce décalage entre deux appréciations, entre deux « valeurs » d’un même métal. Dans un lieu, le cuivre est suffisamment abondant et surtout dépourvu de préciosité et de prestige pour ne devenir que de la petite monnaie (jusqu’à 700 barres pour un mithkal), alors qu’en un autre lieu, il est paré d’une « valeur idéologique extrêmement élevée, généralement religieuse ou matérialisant des représentations mentales très importantes » (Bucaille 1976 : 76)33. Deux poids, deux mesures donc dans le rapport des uns et des autres à ce métal ; au Nord, le cuivre apparaît comme d’intérêt médiocre : c’est une monnaie divisionnaire de très petite valeur ; au Sud, c’est un métal très recherché pour lequel les Noirs n’hésitent pas à se plier à un marché tout à fait inégal.

62Or, si le cuivre a une aussi petite « valeur » dans la cité de Takedda, c’est parce que nous sommes, en ce lieu et à cette époque, dans un contexte de production d’un cuivre indigène. Les souverains locaux se sont, en produisant le cuivre « rouge » au moins, en partie libérés d’un monopole du Nord. À propos du sel, J. Devisse (1972 : 359) écrivait : « au XIVe siècle au moins, les empereurs maliens ont réussi à organiser le commerce de l’Afrique de l’Ouest de manière plus satisfaisante et à dépendre moins complètement de la pression des détenteurs du sel du Nord ». Le Mali profite alors vraiment de sa position d’intermédiaire presque obligé entre ces détenteurs et les Noirs de la Forêt et réalise ainsi de gros bénéfices en revendant ce sel aux plus hauts cours. Il semble que cette situation puisse s’appliquer aussi au cuivre. Plus encore, il semble qu’à son tour, l’Afrique saharo-sahélienne soit devenue, à la même époque, non seulement « vendeuse » mais aussi « productrice » de cuivre.

63Nous sommes à Ghana dans un contexte comparable à la situation évoquée pour le XIVe s. : une autorité politique au contact des marchands musulmans qui prend la mesure de la valeur du cuivre dans le monde maghrébin mais qui, par ailleurs, connaît aussi celle que revêt ce même métal plus au sud, dans les régions d’exploitation aurifère, et qui profite pleinement de cette situation.

64La grande profusion et la dispersion des fils à double tête à Koumbi Saleh en contexte d’habitat montre l’abondance d’un métal de peu de valeur ou dont la valeur est, en fin de compte, insuffisamment élevée pour qu’on le recycle systématiquement. La composition des fils à double tête est celle d’un cuivre plus ou moins allié à du plomb, mais pas d’un laiton. C’est un argument fort pour soutenir l’hypothèse que nous sommes, à Koumbi Saleh, au XIs. déjà, dans une exploitation des ressources locales de cuivre et dans la continuité d’une tradition d’activités métallurgiques à base de cuivre établie précédemment à Tegdaoust.

Le plomb des « fils-monnaies » : une origine locale ?

65Le Bilad as-Sudan, et en particulier Ghana, aurait été un débouché tout indiqué pour le plomb marocain mais rien ne vient étayer une telle proposition. Au contraire. Il n’y a pas de plomb associé aux barres de laiton de la caravane de l’Ijâfen. Surtout, on constate une quasi-absence de plomb dans le métal à base de cuivre des sites de la Moyenne Vallée du Sénégal qui, dès le milieu du XIe s., reçoivent directement du laiton marocain.

66Nous avons vu qu’à Sintiou Bara et à Podor, aucun fil à double tête n’a été mis au jour. On n’y retrouve pas non plus les alliages au plomb qui prévalaient à Tegdaoust et qui sont la norme non seulement à Koumbi Saleh mais aussi dans l’est de la zone d’influence de Ghana (à Djenné Djeno par exemple) ; le métal présent est essentiellement un alliage binaire –du laiton– comme celui des barres-lingots du Ma’den Ijâfen.

67Absence de plomb dans la cargaison de la caravane de l’Ijâfen, absence encore dans l’alliage base cuivre des sites de la Moyenne Vallée du Sénégal directement inscrits dans les échanges de métal avec le Maroc, autant d’arguments qui vont à l’encontre d’une origine marocaine du plomb des fils.

  • 34 On serait alors en en métaux complètement « locaux ». À la différence des viroles de Sintiou Bara q (...)

68Peut-on alors envisager une origine locale pour ce plomb ? Mettre en évidence une origine locale du plomb utilisé à Koumbi Saleh –et notamment dans les fils– serait attrayante. Cela renforcerait l’idée d’une indépendance plus forte encore de Ghana à l’égard des importations en métal du Nord34, mais aucun fait, à ce jour, n’est là pour confirmer un tel scénario.

  • 35 Sans oublier par ailleurs les contraintes liées à la nature même des objets métalliques : de fait, (...)

69Il reste de surcroît à vérifier que la fluctuation entre métal à hautes teneurs et métal à basses teneurs en plomb s’inscrit bien dans le temps par l’étude de séries de fils calés dans une séquence stratigraphique datée35. Cette fluctuation, ou ces fluctuations, traduisent-elles par ailleurs des situations –métallurgiques, économiques, voire politiques– spécifiques ou bien sont-elles simplement aléatoires ?

Conclusion

70Les fils à double tête témoigneraient donc, à leur manière, des changements fondamentaux qui interviennent dans l’espace économique et politique de l’Extrême-Ouest africain après le milieu du XIe s., déjà marqués entre autres par le raid almoravide sur Tegdaoust et le sac de son quartier artisanal et le déplacement des routes commerciales transsahariennes. Qu’on ne retrouve ces fils presque exclusivement que sur le site de Koumbi Saleh concourre à affirmer l’existence d’un nouvel espace économique recentré sur Ghana, qui se met en place après cette date ; ceci parallèlement au développement de nouveaux centres économiques et politiques sur le fleuve Sénégal, qui entretiennent désormais des relations commerciales, directes, avec les centres marocains.

71Les fils à double tête sont aussi l’expression très probable et concrète d’un autre phénomène : celui de l’exploitation, dès ce milieu du XIe s. au moins et peut-être même avant, des minerais cuprifères de Nioro, exploitation associée, peut-être, à des activités métallurgiques comparables à celles mises en évidence à Tegdaoust.

72Des deux textes d’al-’Umari et d’Ibn Battutah, peuvent être inférés plusieurs éléments sur la situation dans l’Ouest sahélien au XIVe s. autour du cuivre et des échanges cuivre-or : l’exploitation par les pouvoirs sahéliens en place des gisements cuprifères situés dans l’emprise de leur juridiction –qui leur permet de se libérer en partie d’un monopole exercé par les commerçants maghrébins–, la fabrication par ces mêmes instances d’une monnaie divisionnaire à faible pouvoir libératoire et leur mise à profit du décalage entre la valeur que revêt, au Nord, le cuivre et celle possédée par ce même cuivre dans les régions d’exploitation aurifère.

73L’archéologie et l’archéométrie permettent d’envisager, que dès le XIe s., Koumbi Saleh ait expérimenté une situation comparable à celle évoquée par ces auteurs du XIVe s. À la fois l’extrême dispersion des fils sur le tell du site et leur profusion à l’intérieur des couches archéologiques conduisent à penser –si on accepte leur identification comme monnaies–, que les fils ont un pouvoir libératoire extrêmement faible car basé sur un matériau qui semble avoir peu de valeur : les fils sont abandonnés ; à la fois l’objet et le métal ne sont pas systématiquement récupérés pour être réutilisés. L’absence de zinc dans l’alliage, un cortège d’impuretés spécifiques (riches en arsenic et antimoine) et surtout stables tout au long de la période d’utilisation de ces fils, nous engagent à émettre l’hypothèse d’une production locale de cuivre « rouge », non allié. En termes d’exploitation de minerais de cuivre locaux et de manipulation, de transformation, du métal à base de cuivre, une telle situation est, de toutes les façons, dans la continuité de la tradition technique mise en œuvre, bien avant, à Tegdaoust. Il reste à identifier l’origine du plomb des fils, plomb que l’on retrouve aussi dans les alliages de Tegdaoust.

74Ce que nous proposons ici reste donc encore une hypothèse de travail. Les éléments que nous apportons ont le mérite toutefois, d’alimenter l’argumentaire d’une discussion un peu oubliée sur la possibilité d’une exploitation « médiévale », antérieure aux mentions qui en sont faites par des auteurs de langue arabe du XIVe s., discussion aussi sur les transformations subies par le métal dans les villes ouest-sahéliennes, et surtout d’attirer à nouveau l’attention sur des objets, certes esthétiquement insignifiants, mais historiquement signifiants.

Grâce à Baouba ould Mohamed Naffé qui a consulté pour nous les cahiers d’enregistrement des fouilles de Koumbi Saleh, nous avons pu avoir accès à d’autres données relatives aux fils que celles publiées. D’autres renseignements nous ont été également fournis par certains fouilleurs eux-mêmes, Serge Robert et Sophie Berthier. Nous les remercions tous, vivement. Et que Jean-Roger Bourhis trouve ici pleinement l’expression de notre gratitude pour nous avoir non seulement autorisés à utiliser des résultats d’analyses qui, pour certaines, n’avaient pas pu être publiées mais aussi pour son soutien et son accueil toujours chaleureux.

Haut de page

Bibliographie

Berthier S. (1997) - Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana, Étude d’un secteur d’habitat à Koumbi-Saleh, Mauritanie. Campagnes II-III-IV-V (1975-1976)-(1980-1981), Bar International series 680, 143 p.

Bourhis J.-R. (1983) - Résultats des analyses d’objets en cuivre, bronze, laiton et des résidus de métallurgie antique d’Afrique. N. Echard [dir.], Métallurgies Africaines, nouvelles contributions, Mémoires de la Société des Africanistes, 9, p. 127-152.

Bucaille R. (1976) - Une probable monnaie sahélienne de la période des Grands empires : les fils de métal cuivreux, Notes africaines 151, p. 74-77.

Castro R. (1974) - Examen métallographique d’un fragment de baguette de laiton coulé provenant d’une épave caravanière "Maden Ijâfen", Bull. de l’IFAN, B, XXXVI, 3 : 497-510.

Catalogue « Vallées du Niger », Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1993.

Cuoq J. M. (1975) - Recueil des sources arabes concernant le bilad al-Sudan depuis de VIIIe jusqu’au XVIe siècle, Doctorat d’Université Paris I, 1973, 533 p. Thèse publiée Paris, Maisonneuve et Larose, 490 p., cartes, index.

Devisse J. (1972) - Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerranée. Un essai sur le commerce africain médiéval du XIe au XVIe siècle, Revue d’Histoire économique et sociale, Le volume, n° 1 et 3, p. 42-73 et p. 357-397.

Devisse J. (1982) - l’apport de l’archéologie à l’histoire de l’Afrique occidentale entre le Ve et le XIIe s, Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Janvier-Mars 1982, p. 156-177.

Devisse J. (1990) - Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale, Histoire Générale de l’Afrique, III, ch. 14, L’Afrique du VIIe au XIe siècle, Unesco/NEA, p. 397-464.

Garenne-Marot L. (1993) - Archéologie d’un métal : le cuivre en Sénégambie (Afrique de l’Ouest) entre le Xe et le XIVe siècle, thèse sous la direction du Professeur émérite J. Devisse, Paris I Panthéon-Sorbonne.

Garenne-Marot L., M. L. Wayman et V. C. Pigott (1994) - Early copper and brass in Senegal, T. Childs [éd.] Society, Culture and Technology in Africa, supplément au vol. 11 of MASCA Research Papers in Science and Archaeology, Philadelphia, p. 45-62.

Garenne-Marot L. (1995) - Le commerce médiéval du cuivre : la situation dans la Moyenne Vallée du Sénégal d’après les données archéologiques et historiques, Journal des Africanistes 65 (2), p. 43-56.

Herbert E. (1984) - Red Gold of Africa. Copper in precolonial History and Culture, Madison, University of Wisconsin Press.

Lambert N. (1983) - Nouvelle contribution à l’étude du Chalcolithique de Mauritanie, N. Échard [dir.], Métallurgies Africaines, nouvelles contributions, Mémoires de la Société des Africanistes, 9, p 63-88.

Mauny R. (1961) - Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Age. D’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Mémoires de l’IFAN, IFAN-Dakar n° 61.

Monod Th. (1969) - Le Ma’den Ijâfen : une étape caravanière ancienne dans la Majâbat al-Koubrâ, Actes du premier colloque international d’archéologie africaine, Fort Lamy, p. 286-320.

Monteil Ch. (1968) - al Bakri (Cordoue 1068), routier de l’Afrique noire et blanche de Nord-Ouest, (trad. des passages concernant l’Afrique Occidentale avec notes et commentaires), Bull. IFAN, B, XXX, p. 39-116.

Robert-Chaleix D. (1986) - Nouveaux sites médiévaux mauritaniens : un aperçu sur les régions septentrionales du Bilad as-Sudan, in : L’histoire du Sahara et les relations transsahariennes, Bergamo : Gruppo Walk Over, p. 46-58.

Robert-Chaleix D. (1989) - Tegdaoust V : Recherches sur Aoudaghost. Une concession médiévale à Tegdaoust, Éditions Recherches sur les Civilisations, Mémoire n° 82, Paris.

Robert-Chaleix D. (1999) - Autour d’Awdaghost : environnement et habitat ancien du Hodh occidental, in : Histoire de la Mauritanie. Essais et synthèses, Université de Nouakchott, université de Provence (Aix-Marseille), Nouakchott, p. 151-158.

Rosenberger B. (1964) - Autour d’une grande mine d’argent du Moyen Âge marocain : le Jebel Aouam, Hespéris Tamuda V, p. 15-78.

Rosenberger B. (1970a) - Les vieilles exploitations minières et les anciens centres métallurgiques au Maroc, Revue de Géographie du Maroc, 17, p. 71-108 et 18, p. 59-102.

Rosenberger B. (1970b) - Tamdult, cité minière et caravanière présaharienne, IXe -XIVe s., Hespéris Tamuda IX, p. 103-140.

Thilmans G. et Ravisé A., 1980, Protohistoire du Sénégal, II : Sintiou Bara et les sites du Fleuve, Mémoire de l’IFAN, 91, Dakar.

Thomassey P. et Mauny R. (1951) - Campagne de fouilles à Koumbi Saleh, Bull de l’Ifan, p. 438-462

Thomassey P. et Mauny R. (1956) - Campagne de fouilles de 1950 à Koumbi Saleh (Ghana ?), Bull de l’Ifan, p. 117-140

Vanacker Cl. (1979) - Tegdaoust II. Recherches sur Aoudaghost. Fouille d’un quartier artisanal, Mémoires de l’Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique n° 2 , 191 p + résumé en arabe.

Vanacker Cl. (1983) - Cuivre et métallurgie du cuivre à Tegdaoust (Mauritanie Orientale), N. Echard [dir.], Métallurgies Africaines, nouvelles contributions, Mémoires de la Société des Africanistes 9, p. 89-107.

Werner O. et Willett F., 1975, The composition of brasses from Ife and Benin, Archaeometry 17, 2, p. 141-156.

Haut de page

Annexes

Résultat des 29 analyses de composition élémentaire de fils à double tête effectuées par J.-R. Bourhis

Résultat des 29 analyses de composition élémentaire de fils à double tête effectuées par J.-R. Bourhis

Pour les références bibliographiques des analyses et le contexte archéologique des objets, se reporter au Tableau 1. Résultats en % massique, nd : non détecté, tr : inférieur à 0,001 %.

Haut de page

Notes

1 De ces centaines de fils proviennent les 16 exemplaires étudiés par R. Bucaille et dont il publie les résultats dans son article de 1976.

2 Nous avons pu examiner les 16 exemplaires étudiés précédemment par R. Bucaille, conservés au Centre de Recherches Africaines de l’Université de Paris I, et l’un de nous deux (B.M.) a émis l’hypothèse qu’ils pourraient avoir été coulés par leur milieu car on repère fréquemment une excroissance au centre, parfois aplatie –d’où cet « aplatissement central » du corps du fil noté par Bucaille– qui pourrait correspondre au vestige du jet de coulée.

3 Sur les 106 exemplaires découverts sur le chantier, 21 seulement ont pu être mesurés et pesés, les autres étant corrodés ou incomplets (Berthier 1997 : 73-74).

4 Les fils n’apparaissent qu’à la phase II alors que le cuivre est attesté dès les premiers niveaux de l’occupation. S. Berthier (1997 : 75) insiste sur le fait que « l’absence constatée de « fils-monnaie » aux phases anciennes est une donnée archéologique que l’on doit manier prudemment et que l’on ne peut retenir qu’avec beaucoup de réserves, en raison du caractère trop limité des observations concernant les premières occupations du secteur (niv. 0a et I) ».

5 Tous ces fils ont été analysés par J.-R. Bourhis (Laboratoire d’Anthropologie, Préhistoire et Protohistoire, Université de Rennes).

6 D’après les cahiers d’inventaire et la chronostratigraphie établie par S. Berthier (1997: 12, tabl. 1 et 102, tabl. 22).

7 Datation Lyon 2586 : 1210 ± 120 BP. Ce qui donne après calibration à deux sigmas, entre 618 et 1029 ap. J.C. ou à un sigma, entre 673 et 979 ap. J.C. (d’après Stuiver et Reimer, 1993, Radiocarbone 35).

8 Une possibilité pourrait être d’effectuer une datation sur les matériaux organiques inclus dans la pâte du petit pot. Une méthode mise en œuvre avec succès par J.F. Saliège et A. Person pour des contextes maliens et nigériens (J.F. Saliège et A. Person, 1991, Matières organiques des céramiques archéologiques et datations par la méthode du radiocarbone. In : M. Raimbault et K. Sanogo (dir. ), Recherches archéologiques au Mali, Paris, Karthala : 113-448 ; A. Person et G. Quéchon, 2002, Données chronométriques et chronologiques de la métallurgie à Termit. In : H. Bocoum (dir. ), Aux origines de la métallurgie du fer en Afrique. Une ancienneté méconnue, Éditions Unesco, Paris : 115-122). La datation ainsi obtenue permettrait, sinon de dater la fabrication des fils à double tête, au moins de situer dans le temps le moment du stockage de ces fils.

9 Sur ce problème se greffe celui de la crédibilité des sources. Concernant les auteurs arabes ou musulmans, il s’agit, pour beaucoup, de compilateurs qui n’hésitent pas à recopier avec plus ou moins de discernement des informations rapportées par leurs devanciers. Voir sur cette question J. Devisse (1972 : 43-44) et J.-M. Cuoq (1975 : 31-36).

10 Sur la perception des couleurs qui peut varier d’un lieu à l’autre, voir Garenne-Marot 1993 : 264-285.

11 11 - Cité dans El Ajlaoui el Moussaoui, Le Maroc présaharien entre le VIIIe et le XIIIe s. : une civilisation minière (archéologie, laboratoire) : 519, document manuscrit.

12 Al-Murraksi, Kitab al mu’gib, Casablanca, 1987. Cité par El Ajlaoui el Massoui, op. cit, p. 519.

13 Al-Bakri, trad. Cuoq, 1975 : 84, §98.

14 Al-Idrisi, trad. Cuoq, 1975 : 164, §273bis.

15 Traduction citée dans Mauny, 1961 : 370. J.-M. Cuoq (1975 : 182-183) traduit ce passage par : « …des bracelets et des bagues en cuivre ». La mention des marchandises transportées de Sidjilmâsa à Ghana paraît être originale, de première main, puisque c’est la première fois, écrit J.M. Cuoq, que la résine odorante est signalée parmi les articles d’exportation de manière aussi précise.

16 (I-2769) : 785 ± 110 BP et (Dak-1) : 860 ± 108 BP. Soit en dates calendaires calibrées à deux sigmas, entre 1024 et 1329 ap. J-C pour la première et entre 980 et 1303 ap. J-C pour la seconde. (D’après Stuiver et Reimer 1993, Radiocarbon 35). En fait les dates calendaires (1165 ± 110 ap. J-C et 1090 ± 108 ap. J-C présentées au Colloque de Fort Lamy et reprises dans les publications ultérieures ne sont pas calibrées. Elles ne sont que le résultat de la soustraction de la date 14C de 1950.

17 Trouvé en surface à 70 km au sud-ouest d’El Kseib (20°50’ N - 5°40’ W) (Mauny, 1961 : 311).

18 « Il est permis aujourd’hui, d’écrire que Tegdaoust est Audagust (Awdaghust) » (Devisse 1982).

19 19 - Al-Bakri, trad. Cuoq, 1975 : 84, § 98.

20 Cf. la longue liste des publications sur le site de Tegdaoust parue dans Devisse 1982. Les thèses prêtes alors pour l’impression ont, depuis cette date, été publiées, sauf celle de B. Saison. La dernière est celle de D. Robert-Chaleix, 1989.

21 16 lingots et fragments de lingots ont donc été retrouvés dans la zone des fours. Seuls trois sont entiers : 2 longs (25,2 cm et 138 g. et 25,8 cm et 134 g.) et un court (14 cm ; poids non déterminé). Il est intéressant de remarquer que le poids des lingots longs est quasiment le tiers de celui d’une barre du Ma’den Ijâfen.

22 Voir tableau des résultats des analyses de composition élémentaire des lingots dans Vanacker, 1983 : 99.

23 Il convient cependant de rappeler que cette corrélation négative fer/zinc observée peut être expliquée par des phénomènes de corrosion : la dézincification –parfois importante– du métal s’accompagnant de l’incorporation d’éléments du sol, oxydes de fer notamment. Cela, toutefois, n’explique pas la présence, dans les lingots de cuivre non allié, de fer dans des proportions aussi importantes, à moins que la dézincification ait été totale !

24 Cette idée, étayée par des arguments métallurgiques, d’abord émise dans la thèse de l’un de nous deux (Garenne-Marot, 1993 : 326-331) a été reprise dans un article écrit en collaboration notamment avec M. Wayman, métallurgiste à l’université d’Alberta, Canada (Garenne-Marot, Wayman et Pigott, 1994).

25 Une exploitation médiévale, appelée El Meteida a été visitée par D. Robert-Chaleix dans les années 1994-96. « On y extrayait de la malachite mais qui n’a sans doute fourni que peu de minerai » (D. Robert-Chaleix 1999 : 157). Elle ajoute cependant que « cette évaluation n’est qu’une approximation forgée après une seule prospection du site minier ». Le décès prématuré de Denise Robert-Chaleix a interrompu le programme d’évaluation systématique de ces gisements cuprifères du Tajalt Oumou Kadiar qu’elle était en train de conduire.

26 Anneaux du groupe II des bracelets et anneaux de la cache de Podor. Voir G. Thilmans, 1977, Sur les objets de parure trouvés à Podor (Sénégal) en 1958, Bull. de l’IFAN, B, 39, 4 : 669-694.

27 Al-Bakri, trad. Cuoq, 1975 : 101, § 139.

28 Al-Bakri, trad. par Cuoq, 1975 : 91-92, §112,113. Voir sur la question du raid almoravide à l’origine de la destruction des fours, et par extension, du quartier artisanal, C. Vanacker, 1983 : 104.

29 7 500 viroles (décompte exact à l’unité près) sur l’ensemble des sondages pratiqués sur ce monument mais la quasi totalité fut retrouvée en un amas et devait avoir été contenue dans une grosse poterie retrouvée là (Thilmans G. et Ravisé A., 1980, Protohistoire du Sénégal, II : Sintiou Bara et les sites du Fleuve, Mémoire de l’IFAN, 91, Dakar : 43-44). Les auteurs des fouilles réfutent l’idée d’une utilisation monétaire pour ces viroles sur la base d’un étalement considérable des poids (id. :44). Mais est-ce un argument décisif eu égard à ce qui est constaté pour les fils à double tête ? On retrouve ces « viroles » sur d’autres sites contemporains du fleuve Sénégal, notamment sur le site de Podor. En revanche, à la différence des fils à double tête, les viroles sont en laiton, avec en moyenne 10% de zinc. Nous sommes vraiment dans un autre contexte

30 D. Grébenart se contente de reprendre toutes les informations fournies par R. Mauny. D. Grébenart, 1988, Les premiers métallurgistes en Afrique occidentale, Les Nouvelles Éditions Africaines, Abidjan / Éditions Errance, Paris :137-139. .

31 R. Mauny à ce propos fait part d’une remarque tout à fait intéressante et significative pour cet essai. Il convie à « noter aussi le rapprochement de Dkra et Diara avec dyakualé, dyakwallé, dyak wale, signifiant cuivre en langues sarakolé et azer » (Mauny 1961 : 310).

32 Sur la question de l’attrait considérable que le cuivre exerçait sur ces populations, on relira les pages célèbres d’E. Herbert sur l’« or rouge d’Afrique » et la fascination que le cuivre a exercé sur certains peuples à l’égal de la fascination exercée sur d’autres par l’or (Herbert, 1984) et toute la discussion sur les « valeurs du cuivre » dans la troisième partie de la thèse de l’un de nous deux (Garenne-Marot 1993 : 264-285), discussion qui doit beaucoup aux critiques et suggestions du Professeur Jean Devisse, directeur de la thèse.

33 Déjà R. Bucaille, dans son article de 1975, avait évoqué les rapports différents au cuivre qu’entretiennent, d’une part, un monde sahélien en contact avec les marchands musulmans et les arrivages de cuivre maghrébin et, d’autre part, le monde des « Noirs soudaniens de l’Afrique de l’Ouest profonde » (l’expression est de R. Bucaille). Pour apprécier ce décalage, il convient de relire les pages du « Tableau géographique… » de R. Mauny et consulter plus particulièrement le chapitre substantiel consacré à la question des « prix et valeurs » dans l’Ouest africain médiéval (1961, p. 422 et suiv.)

34 On serait alors en en métaux complètement « locaux ». À la différence des viroles de Sintiou Bara qui elles sont en métal entièrement importé.

35 Sans oublier par ailleurs les contraintes liées à la nature même des objets métalliques : de fait, que le contexte stratigraphique inscrit la perte ou l’abandon de l’objet métallique archéologique et non la période de sa fabrication ou même de son utilisation. Et par ailleurs, que dans le cas des objets en métal à base de cuivre, le métal peut avoir été plusieurs fois recyclé.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 1 - Présentation des fils à double tête
Légende a. Pot contenant quelques centaines de « fils à double tête » retrouvé à une dizaine de kilomètres du site de Koumbi Saleh. b. « Une allumette brûlée aux deux bouts... ». c. Les fils à double tête trouvés en 1949 et examinés par R. Mauny.
Crédits A : © Photo D. Rouvre, RMN B : R. Bucaille 1976 C : R. Mauny 1961 : fig. 61
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2 - Rapport entre la masse et la longueur de différents échantillons de fils à double tête
Légende Les tableaux comparatifs établis par R. Bucaille et S. Berthier remettent en question les conclusions de R. Mauny sur l’existence d’une partition en deux séries des fils.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 1 - Contexte archéologique et analytique des fils à double tête étudiés
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 3 - Présentation graphique des résultats des 29 analyses de composition élémentaire de fils à double tête effectuées par J.-R. Bourhis
Légende Diagramme des teneurs cumulées ; tous les éléments analysés et présents dans le cuivre sont représentés. 28 des 29 fils à double tête sont des alliages de cuivre et de plomb. Deux séries se distinguent, les cuivres renfermant entre 1 et 12 % de plomb et les cuivres à plus de 19 % de plomb. L’arsenic est généralement l’impureté dominante de ce métal. Le fil KS 72 M1 62 (code 6) se démarque des autres, mais sa très forte proportion de fer (7 %) trahit probablement un métal complètement corrodé.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 2 - Position stratigraphique et hypothèse de datation des séries de fils provenant des fouilles de Sophie Berthier et Serge Robert
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4 - Résultat des analyses de composition des fils à double tête de Koumbi Saleh comparés aux lingots découverts en Mauritanie
Légende MI : barres du Mad’en Ijâfen (d’après Werner & Willett, 1975) ; T1 & T2 : lingots de Tegdaoust respectivement antérieurs (lingots du quartier artisanal) et postérieurs (lingots du quartier oriental) au milieu du XIe s. (d’après Vanacker 1983) ; KS : fils à double tête de Koumbi Saleh, KS1 : fils à plus de 19 % de plomb, KS2 : plomb compris entre 1 et 12 % .Haut : taux de zinc et de plomb. Bas : teneurs moyennes cumulées en impuretés.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 - Réorganisation de l’espace économique (et politique) de l’Extrême-Ouest africain après le milieu du XIe s. et chronologies comparées entre Tegdaoust (vestiges du travail du cuivre) et Koumbi Saleh (chronostratigraphie de la maison fouillée par S. Berthier)
Légende Voir légende figure 6.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 6 - Décalage dans la valeur du métal cuivre entre zone sahélienne en contact avec les marchands musulmans, productrice de cuivre, et zone forestière, productrice d’or
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Résultat des 29 analyses de composition élémentaire de fils à double tête effectuées par J.-R. Bourhis
Légende Pour les références bibliographiques des analyses et le contexte archéologique des objets, se reporter au Tableau 1. Résultats en % massique, nd : non détecté, tr : inférieur à 0,001 %.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2113/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Garenne-Marot et Benoît Mille, « Les fils à double tête en alliage à base de cuivre de Koumbi Saleh (Mauritanie) », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 81-100.

Référence électronique

Laurence Garenne-Marot et Benoît Mille, « Les fils à double tête en alliage à base de cuivre de Koumbi Saleh (Mauritanie) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2113 ; DOI : 10.4000/aaa.2113

Haut de page

Auteurs

Laurence Garenne-Marot

UMR 7041 (ArScAn), Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Benoît Mille

benoit.mille@culture.gouv.fr
Département Recherche au Centre de Recherches et de Restauration des musées de France (C2RMF), Paris ; UMR7055, Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals