Navigation – Plan du site
Notes

La céramique de l’atelier RULLIUS : note sur un fond de gobelet de Tipasa (Algérie)

Brahim Boussadia
p. 111-116

Entrées d’index

Mots-clés :

atelier de poterie

Keywords :

pottery workshop

Index géographique :

Algérie/Algeria, Tipasa
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous avons, lors de notre étude des céramiques à vernis noir du musée de Tipasa, isolé avec un grand intérêt, un fond de gobelet enduit lui aussi, d’un revêtement noir. Notre geste se justifie par la seule présence d’une marque de potier imprimée sous la base du gobelet, celle de l’atelier RULLIUS, que nous ne trouvons pas sur les autres productions à vernis noir.

2Ce fragment présente en effet, de prime abord, des caractéristiques techniques similaires à celles des productions étrusco-campaniennes, à diffusion universelle. Cet aspect, en l’absence de toute analyse approfondie, permet de le classer dans cette vaste catégorie de céramiques qui a connu par ailleurs, des imitations à grandes échelles et très souvent de bonne qualité. Cependant d’autres auteurs, se basant essentiellement sur l’aspect morphologique d’une production dont nous ne connaissons pourtant, au stade actuel des informations à notre disposition, aucun objet entier, proposent de l’intégrer dans le groupe des céramiques à parois fines dont les factures technologiques demeurent très diversifiées.

3Pour revenir à notre fond de gobelet, cette note qui lui est consacrée sera basée essentiellement sur ses caractéristiques intrinsèques ; à défaut de pouvoir, faute de documentation archéologique disponible, en déterminer les contextes, archéologique et de découverte. Cette lacune documentaire qui l’exclut de son contexte culturel et associatif aurait été d’un apport certain pour une identification meilleure, mais aussi et surtout, pour interpréter cet isolement qui fait de ce fragment un objet unique. Comment expliquer justement cet isolement et l’incidence qu’il pourrait avoir sur l’aspect analyse et raisonnement de notre propos ?

Localisation

4En l’absence d’un contexte archéologique attesté, nous nous contenterons de présenter le contexte général, géohistorique, du lieu de la découverte qu’est le site de Tipasa.

5Ce site antique se situe sur le littoral algérien, à quelques 70 kilomètres à l’ouest de la ville d’Alger. Ses coordonnées géographiques sont de latitude : 36°34’nord et longitude : 2°28’est.

6« Il forme la dernière série de petits promontoires d’une côte découpée en petites calanques depuis Bou-Smail (ex-Castiglione) à l’est, jusqu’à la plage de Matares-Chenoua, à l’ouest. Il occupe l’extrémité occidentale de la vaste baie dite de Bousmaïl, que vient fermer le Djebel Chenoua, massif montagneux qui s’élève, en bordure du littoral, à plus de 900 mètres d’altitude  » (Bouchenaki 1975 : 21).

7Les traces matérielles datées du VIe siècle avant J.-C, découvertes sur le site, attestent de sa haute antiquité. Cette occupation fait partie de la série d’escales puis de comptoirs ou établissements maritimes puniques, qui jalonnaient, à quelques kilomètres de navigation et d’intervalles entre des haltes nécessaires aux besoins de navigation et de commerce, la côte nord africaine.

  • 1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1-46, Texte établi, traduit et commenté par J. Desange (...)
  • 2 J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime (...)

8La ville de Tipasa faisait partie du royaume de Maurétanie avant d’être annexée à l’empire romain au début du premier siècle après J.-C, vers l’année 40. Ce site bénéficia du droit latin sous l’empereur Claude1, puis accéda au rang de colonie sous Hadrien2 ou Antonin le pieux (Baradez 1956 : 271-272).

Caractéristiques de l’objet

  • 3 La différence notée par ailleurs dans la couleur de la pâte, ocre orangé, empêche la prise en compt (...)

9La pâte utilisée dans la fabrication de ce gobelet est assez homogène. Elle est dure, contient un dégraissant sableux et possède des cassures nettes. Elle est de couleur grise à noirâtre, résultant certainement d’une cuisson réductrice3.

10Le revêtement externe est similaire au vernis campanien avec cependant une inégalité dans la répartition et la qualité. Il est de couleur nuancée sur toute la paroi externe, noir à gris et peu adhérent. Sur certaines parties du fragment se dégage une surface orange très claire, état qu’il faudra peut-être mettre sur le compte de problèmes survenus durant la cuisson. Sur le fond externe, il est de meilleure qualité, noir franc, proche du vernis de la campanienne C. Il est mieux conservé et très adhérent sur le revers de la base.

La forme

11Ce gobelet présente à sa base une forme conique ; le pied est évasé, conique et saillant. Il présente à son extrémité, sur la face externe, un léger ressaut vertical.

12Notre forme est proche du fragment n° 7 de R. Etienne et F. Mayet (1986 : 377, Pl.I) qui porte, comme c’est le cas de notre objet, la marque de FL. C. RULLIUS.

13Les objets connus qui appartiennent à cette catégorie de production, portant le timbre de Rullius, sont tous amputés de la partie supérieure, aucun d’entre eux ne nous est parvenu complet. Nous n’en connaissons que les fonds dont les marques qu’ils portent sous la base, ont permis de reconnaître l’existence de cet atelier. Notre fragment répond aux mensurations suivantes : hauteur maximale : 4cm, diamètre de la base : 3.4cm, hauteur du pied : 1.1cm, épaisseur de la paroi : 0.5 cm.

14Comment expliquer la seule conservation des parties basses, au détriment des autres parties du vase ?

15L’interprétation que nous pouvons formuler à ce propos serait peut être en relation avec la finesse des parois supérieures des gobelets, qui se brisent facilement comparées à la base qui représente la partie massive de l’objet, donc la plus solide (voir photo n° 1 et fig. 1). Ce constat plaiderait pour l’idée de F. Mayet et de R. Etienne, qui proposent de classer cette production dans le groupe des céramiques à parois fines. D’autres caractéristiques d’ordre morphologique penchent d’ailleurs pour cette option ; les exemplaires complets qui furent découverts apparentés aux fragments de gobelets de la production de l’atelier RULLIUS sont assez significatifs.

Photo 1 - Fond du gobelet de Tipasa (atelier RULLIUS).

Photo 1 - Fond du gobelet de Tipasa (atelier RULLIUS).

Photo B. Boussadia

Figure 1 - Atelier RULLIUS. le gobelet de Tipasa.

Figure 1 - Atelier RULLIUS. le gobelet de Tipasa.

Le timbre

16Ce timbre exécuté en relief, figure dans un cartouche de forme irrégulièrement circulaire (14 mm x 15 mm), presque ovale. Il renferme une tête de Minerve, tournée à droite. La déesse porte un casque à visière relevée, avec panache assez long, très pendant et dépassant à hauteur du buste. Elle est représentée dans un style assez soigné.

17Cette effigie est accompagnée de la légende FL. C. r͡ILLI et non plus RULLIUS, qui atteste de la marque de l’atelier producteur. L’inscription est disposée autour de la tête de Minerve ; FL, en bas à gauche du panache du casque et le reste de la légende à droite. Les deux noms, celui de l’esclave et du propriétaire, se trouvent ainsi séparés (voir photo n° 2 et fig.2).

Photo 2 - Marque d’atelier, FL.C. r͡ILLI

Photo 2 - Marque d’atelier, FL.C. r͡ILLI

Photo B. Boussadia

Figure 2 - Croquis du timbre de Tipasa. la tête de Minerve et l’inscription FL.C. r͡ILLI

Figure 2 - Croquis du timbre de Tipasa. la tête de Minerve et l’inscription FL.C. r͡ILLI
  • 4 C.I.L.XII, 5686, 364, Cité par R. Etienne et F. Mayet 1986 : 367.

18Toutes les lettres sont écrites en caractères capitales, exceptée la lettre R, inachevée. Ligature r͡I. La transcription en Rulli est déjà attestée par ailleurs4, mais, n’ayant pas pu accéder aux fac-similés des estampilles, nous ne pouvons pas nous avancer sur la forme exacte du timbre et de la légende ; situation qui nous empêche de les comparer et d’inventorier les différents poinçons utilisés dans un même atelier et par un même potier.

L’atelier de Rullius

19Cet atelier paraît, vu les données actuelles dont nous disposons à travers sa production, de moindre importance. Ses produits sont peu connus, apparemment limités et de diffusion très restreinte.

20Sa structuration, ses diverses activités s’il y a lieu, son mode de fonctionnement et de gestion nous sont quasiment inconnus. Les objets qui sont issus de la production de cet atelier restent pour leur majorité encore inédits ; situation qui n’est pas faite pour nous éclairer davantage sur la nature et la qualité des produits, sur l’officine et ses potentialités de production. Ceci nous empêche par ailleurs de connaître les caractéristiques diverses de cette catégorie d’objets afin de pouvoir comparer les données recueillies à travers les différents centres où cette catégorie de poterie est attestée. Toutefois, certains exemplaires sont signalés et ne sont mis en évidence que par le timbre qui atteste de la marque de fabrique, quant aux détails technologiques ils sont à peine formulés (Helena 1937 : 419-420).

21J.-P. Morel (1981), R. Etienne et F. Mayet (1986) sont les rares auteurs à s’être intéressé, surtout les derniers cités, de plus près aux produits de cet atelier qui était déjà en activité au Ier siècle av. J.-C.

  • 5 Quelques marques de potiers appartenant à l’atelier RULLIUS : LUCRIO.RULLI.ST.S ; FL.C. RULLI ; LIS (...)

22Cet atelier du dénommé Rullius, qui employait des esclaves, apparemment peu nombreux, dont les noms étaient associés, sur la marque de production de l’officine, au nom du patron5.

Répartition géographique

  • 6 P. Cadenat 1972 : 25-58. La forme, fig.10 n°2, que J.P. Morel attribuerait à l’atelier RULLIUS est (...)
  • 7 Carte empruntée à R. Etienne et F. Mayet 1986 : 371 ; nous y avons rajouté l’exemplaire de Tipasa.

23Le nombre très réduit d’exemplaires connus, laisse persister beaucoup d’incertitudes à l’égard de cette production dont il est difficile de cerner les traits caractéristiques d’ensemble. L’inventaire, lacunaire et hasardeux il faut l’admettre, établi d’après les objets signalés, ne saurait en effet permettre d’établir une cartographie significative concernant la nature et la diffusion des produits de notre atelier, que seuls, jusqu’ici, quelques sites autour de la Méditerranée occidentale auxquels nous rajoutons l’exemplaire de Tipasa et peut-être celui de Tiaret6,ont en établis l’existence (voir fig. 3)7. Cette diffusion très restreinte, si nous pouvions nous permettre d’expliquer cette rareté, laisserait supposer une production limitée dont seule une clientèle privilégiée bénéficiait. Il est tout aussi probable que ce type de céramique ne soit qu’un cadeau de bienvenue ou de bonne relation avec la clientèle, et que notre atelier s’adonnait à des activités autres que la production des gobelets qui portent la marque de RULLIUS sous la base.

Figure 3 - Répartition géographique des fonds de gobelets provenant de l’atelier RULLIUS

Figure 3 - Répartition géographique des fonds de gobelets provenant de l’atelier RULLIUS

24Le nombre d’individus recensés jusque-là, empêche tout raisonnement statistique, surtout en l‘absence de structures de production ou de rebut de cuisson, quant à l’établissement de l’origine de cette production. Plusieurs auteurs, s’appuyant sur une étude onomastique, la situerait en Campanie, sans exclure pour autant, la possibilité d’un courant commercial dont la source serait le golfe du Lion (Morel 1978 : 164. Il faut dire qu’en l’état actuel, la Gaule Narbonnaise en a fourni le plus grand nombre (voir fig. 4). Est-ce un simple état des recherches ou faut-il expliquer cette densité, toute relative, par des relations privilégiées entre la Gaule romaine et notre atelier, dont les produits étaient prisés par les Gaulois ? Ne faut-il pas y voir d’un autre côté, un transfert technologique, comme ce fut le cas pour les sigillées, Arètine puis Gauloise, avec l’installation au 1er siècle avant J.-C. d’un certain RULLIUS sur le sol narbonnais, exerçant selon des traditions etrusco-campaniennes ?

Figure 4 - Répartition des gobelets de l’atelier RULLIUS

Figure 4 - Répartition des gobelets de l’atelier RULLIUS

25La découverte de Tipasa plaiderait pourtant, pour une origine campanienne ayant suivi, au 1er siècle avant J.-C, les mêmes canaux de distribution que les autres céramiques à vernis noir ; les relations entre la Maurétanie et la Gaule Romaine n’étant pas encore attestées au 1er siècle avant J.-C. (Hatt 1960 : 113-124). Mais cette présence à Tipasa est-elle le fait d’une transaction commerciale ? Ne faut-il pas penser plutôt, pour le moment, que cet objet ait été ramené par un homme dans ces bagages, dans des conditions et pour des raisons que nous ignorons ?

26Cette présence à Tipasa suscite en fait plus de questions, aussi contradictoires les unes que les autres, qu’elle ne donne de réponses.

Conclusion

27La découverte de Tipasa a beaucoup de mérites dont celui d’agrandir l’aire de diffusion des gobelets provenant de la fabrique de RULLIUS. Cet objet qui reste à notre connaissance, le seul exemplaire attesté sur les terres nord-africaines aurait pu nous fournir de plus amples informations, à propos de sa présence et de sa chronologie, si nous connaissions son contexte archéologique. Cette absence constitue un handicap majeur, laissant ainsi planer beaucoup d’incertitudes sur cette découverte.

28D’un autre côté l’estampille de Tipasa fournit peut-être là, une autre transcription de l’inscription figurant à l’exergue, ce qui montrerait la diversité des poinçons utilisés par un même au potier, au sein d’une même officine.

29Quant à sa chronologie, nous nous referons au fond de gobelet portant la marque FL.C. RULLI issu des fouilles d’Ensérune et provenant d’un niveau daté de 100 av. J.-C.

Haut de page

Bibliographie

Bouchenaki M. (1975) - Fouille de la nécropole occidentale de Tipasa, (1968-1972), S.N.E.D., Alger, p. 21.

Baradez J. (1956) - Le Castellum du Mazafran et la Colonia Aelia Augusta Tipasensium. Libyca, Archéologie-Épigraphie, IV, 2, pp. 271-272.

Cadenat P. (1972) - Établissement pré romain dans la région de Tiaret. ,Antiquités Africaines 6, pp. 25-58.

Etienne R. et Mayet F. (1986) - Les gobelets de l’atelier de Rullius, Pallas, hors série, pp. 363-383, 3 pl..

Desanges J. (1980) - Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1-46. (Texte établi, traduit et commenté par J. Desanges), Édition Les Belles Lettres, Paris, p. 166.

Gascou J. (1972) - La politique municipale de l’Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Paris, pp. 123-218.

Hatt J.-J., (1960) - Importations gallo-romaines à Cherchel, Libyca, Archéologie-Épigraphie, VIII, 2, pp.  113-124.

Helena Ph. (1937) - Les origines de Narbonne. Toulouse- Paris, pp. 419-420.

Morel J.-P. (1981) - Les producteurs de biens artisanaux en Italie à la fin de la République, colloques internationaux du C.N.R.S., 7-10, Décembre 1981.

Morel J.-P. (1978) - À propos de céramiques campaniennes de France et d’Espagne, Revue de la Fédération Archéologique de l’Herault, Archéologie en Languedoc, 1, p. 164.

Haut de page

Notes

1 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1-46, Texte établi, traduit et commenté par J. Desanges, Édition Les Belles Lettres, Paris, 1980, p. 166.

2 J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Paris, 1972, pp.123-218 (cité par J.Desanges, Idem, p.166).

3 La différence notée par ailleurs dans la couleur de la pâte, ocre orangé, empêche la prise en compte de ce seul critère pour l’identification de la production.

4 C.I.L.XII, 5686, 364, Cité par R. Etienne et F. Mayet 1986 : 367.

5 Quelques marques de potiers appartenant à l’atelier RULLIUS : LUCRIO.RULLI.ST.S ; FL.C. RULLI ; LISINIUS RULLI ; DAMA. RULL ; LUSIMACUS.RULLI.ST.S; TAVISCUS. RULLI, etc.

6 P. Cadenat 1972 : 25-58. La forme, fig.10 n°2, que J.P. Morel attribuerait à l’atelier RULLIUS est classé par Cadenat dans la campanienne B. Cet objet présente des caractéristiques technologiques communes à cette dernière et pourrait en constituer une nouvelle forme ; la forme de la base, en biseau et pointue, est d’ailleurs différente de la production de la production de notre atelier.

7 Carte empruntée à R. Etienne et F. Mayet 1986 : 371 ; nous y avons rajouté l’exemplaire de Tipasa.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Fond du gobelet de Tipasa (atelier RULLIUS).
Crédits Photo B. Boussadia
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 1 - Atelier RULLIUS. le gobelet de Tipasa.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 2 - Marque d’atelier, FL.C. r͡ILLI
Crédits Photo B. Boussadia
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 - Croquis du timbre de Tipasa. la tête de Minerve et l’inscription FL.C. r͡ILLI
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3 - Répartition géographique des fonds de gobelets provenant de l’atelier RULLIUS
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4 - Répartition des gobelets de l’atelier RULLIUS
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brahim Boussadia, « La céramique de l’atelier RULLIUS : note sur un fond de gobelet de Tipasa (Algérie) », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 111-116.

Référence électronique

Brahim Boussadia, « La céramique de l’atelier RULLIUS : note sur un fond de gobelet de Tipasa (Algérie) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2172 ; DOI : 10.4000/aaa.2172

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals