Navigation – Plan du site
Nouvelles d'Afrique

Recherche sur la préhistoire récente en République de Djibouti

Le site d’Asgoumhati
Benoît Poisblaud
p. 117-122

Entrées d’index

Mots-clés :

préhistoire récente

Keywords :

Late préhistory

Index géographique :

Djibouti, Asgoumhati
Haut de page

Texte intégral

Figure 1 - Localisation du site d’Asgoumhati

Figure 1 - Localisation du site d’Asgoumhati

© B. Poisblaud

1Les deux campagnes de fouilles réalisées en janvier (Poisblaud 2004) et octobre 2004 ont permis de découvrir un site important de la Préhistoire récente de Djibouti. Asgoumhati est en effet le site éponyme d’une nouvelle culture de la Corne de l’Afrique, l’Asgoumatien, dont le territoire s’étend maintenant sur une grande partie du nord-ouest de Djibouti.

  • 1 Financées grâce à la bourse de la Fondation Fyssen.

2La découverte du site d’Asgoumhati date des prospections effectuées en 20011 dans les montagnes du Day. L’objectif de ces prospections était la recherche des sites de montagne occupés par les groupes du golfe du Ghoubbet. Ces derniers vivaient dans le golfe ou de nombreux restes parsèment les côtes : amas de coquilles, tombes, céramiques au décor unique réalisé à la coquille, et outillage de pierre destiné à la pêche et à la collecte du sel. Le climat rude et l’absence chronique de végétation ne permettaient cependant pas une occupation prolongée sur les rives. Ces installations côtières étaient le fait d’une population qui devait vivre dans les montagnes alentours au 3e millénaire av. J.-C., où les conditions étaient par le passé plus clémentes (Poisblaud 1999). La découverte d’un site doté d’une céramique identique à celle du Ghoubbet, situé à 40 km des côtes et à 10 km à l’ouest de Randa, confirmait la justesse du raisonnement d’une occupation en dehors du Ghoubbet.

Premiers résultats

Présentation du site

3Le site est localisé à plus de 1000 m d’altitude, sur un éperon basaltique à l’embouchure d’un oued, face à un plateau. Ce lieu d’installation n’est pas le fruit du hasard. En effet, il fournissait un poste idéal pour la surveillance des animaux venant paître sur le plateau où l’eau était plus abondante qu’actuellement. Un bassin naturel de rétention pouvait même se former au pied de l’éperon. Aucun autre lieu du secteur ne présente cette configuration, et aucun autre site n’y a été repéré.

4L’installation, marquée par de nombreux fragments de céramique sur le sol, a une surface maximale de 90 m2. Notons que le sol a subi une certaine déflation, dispersant ainsi le mobilier.

5Un cairn, aowelo en langue afar, trône au centre de cet espace, ainsi que deux structures plus au Nord qui n’ont pas encore été étudiées. En contrebas de l’éperon, à deux cents mètres vers le Sud, deux tombes ont aussi été repérées.

Figure 2 - L’éperon d’Asgoumhati et l’oued Data Fo’o

Figure 2 - L’éperon d’Asgoumhati et l’oued Data Fo’o

© B. Poisblaud

L’aowelo

  • 2 L’équipe comprenait alors B. Poisblaud, R. Joussaume, S. Elmi, D. Hamed, H. Ali.

6Nous l’avons entièrement démonté en conservant les couronnes extérieures pour le remontage2. D’un diamètre de 8 m pour une hauteur de 2 m environ, il n’a aucune organisation interne. C’est un tas de pierres cerné par une couronne, contrebuté partiellement par une seconde. Nous n’avons découvert aucun corps, sans doute a-t-il totalement disparu avec le temps.

Figure 3 - L’aowelo d’Agoumhati

Figure 3 - L’aowelo d’Agoumhati

© B. Poisblaud

7Le sol sous le cairn avait le même aspect râpé que celui à l’extérieur du monument. L’aowelo a donc été construit longtemps après l’abandon du site.

Figure 4 - La base de l’aowelo après le démontage

Figure 4 - La base de l’aowelo après le démontage

© B. Poisblaud

Les structures d’habitat

8Le sol révélait non seulement de la céramique, mais aussi quatre fosses, mises au jour lors du démontage du cairn et une cinquième vers l’extrémité de l’éperon.

9Masquées par la déflation, ces fosses n’étaient marquées que par des pierres émergeant des creusements. Leur longueur atteint 1,20 m pour une largeur de 0,80 m et une profondeur conservée de 30 cm au plus. L’une d’elles contenait une meule en partie brisée, une autre une molette. Toutes sont concentrées dans un périmètre de 30 m2 environ. L’agencement et le nombre des fosses ne trouvent pas encore d’explication.

Figure 5 - Les fosses sous le monument

Figure 5 - Les fosses sous le monument

© B. Poisblaud

La céramique

10Plus de cent pots fragmentés ont été retrouvés, bloqués contre les rochers affleurants ou dans le sol. La majorité sont des vases globulaires peu profonds, associés à des formes ouvertes de différents calibres. Deux formes inédites agrémentent cet ensemble : des coupes à fond annulaire et des pots à bec verseur. Nous n’avons, hélas, que des fragments et aucune forme n’est entière. Les décors sont nombreux, à base de lignes et de courbes réalisées à l’aide d’une coquille et d’un poinçon. Ils paraissent limités à la partie supérieure pour les formes globulaires, mais sont aussi présents sur le pied et à l’intérieur des formes ouvertes. La qualité de la pâte et de la cuisson sont excellentes. La surface montre très souvent des traces de lustrage.

Figure 6 - Échantillon céramique d’Asgoumhati

Figure 6 - Échantillon céramique d’Asgoumhati

© B. Poisblaud

Figure 7 - Les deux cercles funéraires et l’éperon au fond

Figure 7 - Les deux cercles funéraires et l’éperon au fond

© B. Poisblaud

L’industrie lithique

11L’assemblage livre peut d’outils mais un très fort pourcentage de déchets de débitage en obsidienne. Les quelques outils présents sont réalisés sur éclats. L’essentiel de l’outillage semble donc avoir été transporté ailleurs. L’industrie paraît néanmoins orientée vers le microlithe, avec quelques pièces communes, notamment des grattoirs et des perçoirs le plus souvent en basalte ou rhyolithe.

Les cercles funéraires

12En octobre, nous sommes intervenus sur les deux cercles funéraires repérés lors de la campagne précédente. D’environ 8 m de diamètre, leur structure est en partie détruite par des prélèvements postérieurs. Les cercles sont d’un même modèle : plats, ceinturés par une couronne d’1,50 m de large environ. Cette dernière est délimitée par deux lignes de blocs de moyens calibres et comblée par des pierres de moyen et petit calibre sans organisation. Le cercle intérieur ainsi marqué est aussi comblé de blocs de moyens calibres, sans organisation pour la tombe n° 1.

13Pour la tombe n° 2, on note un souci d’horizontalité car la structure est aménagée dans une légère pente. Cette dernière tombe livre aussi un « pavage » large de 50 cm qui semble en faire le tour.

Figure 8 - Le cercle n° 1

Figure 8 - Le cercle n° 1

© B. Poisblaud

14Les sépultures sont au centre des monuments, dans des puits de 1 m de profondeur environ scellés par un bouchon de blocs et de sédiment. De larges dalles posées à plat recouvrent l’ensemble.

15L’état médiocre de conservation des os ne permet pas d’avoir une idée précise de la position des dépôts. Une sépulture double se présente au fond du premier puit, un adulte et un enfant, semble-t-il, disposés côte à côte. Un troisième corps est placé sur le premier comblement de pierres, en décubitus latéral gauche avec la tête au sud, à une profondeur comprise entre –45 et –60 cm. Un fragment de meule est placé derrière la tête. Il s’agit ici d’un second dépôt, après réouverture du puit. L’accès semble marqué par une pierre posée de chant à l’extrémité nord du puit.

Figure 9 - Le cercle n° 2

Figure 9 - Le cercle n° 2

© B. Poisblaud

16La seconde tombe ne livre qu’un seul dépôt. Deux corps, une nouvelle fois un adulte et un enfant, se présentent partiellement l’un sur l’autre, le second plaqué contre une dalle posée oblique au fond du puit. Deux grands éclats d’obsidienne paraissent avoir été placés entre les mains du premier inhumé.

Figure 10 - Les dalles de couverture du premier cercle

Figure 10 - Les dalles de couverture du premier cercle

© B. Poisblaud

17Le diamètre de 70 cm des deux puits ne permettaient pas le dépôt des corps en position latérale stricte, mais en position contractée, partiellement sur le dos. Certaines parties du corps devaient donc être disloquées.

Figure 11 - La sépulture du second cercle

Figure 11 - La sépulture du second cercle

© B. Poisblaud

18Les objets accompagnant les défunts sont rares, mais d’autres dépôts sont présents dans la structure du monument, principalement de la céramique. Son décor est en tout point identique à celui des vases de l’éperon. Des tessons ont été découverts dans le cercle intérieur, autour des puits, et dans la couronne du second monument. Cette destruction volontaire d’un vase et la dispersion de ses tessons dans la couronne correspond à un rite que nous n’avions pas encore observé à Djibouti.

Conclusion

19Tous ces éléments montrent que l’occupation du site d’Asgoumhati a été prolongée. Les traditions repérées sont inédites. Notons principalement le rite funéraire, avec le dépôt multiple de corps dans des puits aménagés au centre d’une structure plate circulaire, et la tradition céramique. Cette dernière montre des vases correspondant en partie à une vaisselle de table. Sa technologie élevée nous révèle formes et décors sophistiqués, avec une unité dans le motif, un traitement important de la paroi, bref une céramique raffinée et de qualité. Cette céramique décorée retrouvée dans une grande partie du nord-ouest de Djibouti devient le fossile directeur de la population de sites dont le type est topographiquement proche de celui d’Asgoumhati. Ce territoire est ainsi peuplé par une culture que nous appelons dorénavant l’Asgoumhatien.

20Le statut économique de cette culture reste encore énigmatique. La prépondérance de la céramique face à l’outillage nous oriente vers une société pastorale qu’appuie la position des sites face à une plaine et à proximité d’un point d’eau. La problématique de l’origine du pastoralisme n’est cependant pas résolue, ni celle de la céramique. La qualité et le degré d’évolution de celle-ci nous amènent à en rechercher les influences hors de Djibouti, parmi des sociétés très évoluées.

21Le rapport entre les différents sites asgoumhatiens est pour le moment mal définie. On ne connaît pas encore les lieux qui devaient servir de rassemblement et de marché pour les familles dispersées. Une possible relation entre ceux-ci et les grands centres d’art rupestre où l’Asgoumhatien a été repéré est à vérifier.

22Face à ces interrogations, une première datation, réalisée sur le charbon d’un foyer découvert sous un des deux monuments funéraires d’Asgoumhati, replacera toutes ces nouveautés dans une ambiance régionale qui pourrait nous fournir des indices pour expliquer le développement de la culture asgoumhatienne.

Haut de page

Bibliographie

Dupont C. (2001) - in : Poisblaud B., Bernard R., Cros J. P., Dupont C., Joussaume R., Mission archéologique dans le Ghoubbet (Djibouti). Rapport de mission M.A.E 2000, 41 p.

Poisblaud B. (1999) - Les sites du Ghoubbet dans le cadre de la Préhistoire récente de l’Afrique de l’Est. Thèse université de Paris I, 2 vol., 460 p.

Poisblaud B. (2004) - Le site d’Asgoumhati (République de Djibouti). Rapport de mission M.A.E. 2003, 20 p.

Haut de page

Notes

1 Financées grâce à la bourse de la Fondation Fyssen.

2 L’équipe comprenait alors B. Poisblaud, R. Joussaume, S. Elmi, D. Hamed, H. Ali.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation du site d’Asgoumhati
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2 - L’éperon d’Asgoumhati et l’oued Data Fo’o
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 3 - L’aowelo d’Agoumhati
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 4 - La base de l’aowelo après le démontage
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 5 - Les fosses sous le monument
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 6 - Échantillon céramique d’Asgoumhati
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 7 - Les deux cercles funéraires et l’éperon au fond
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 8 - Le cercle n° 1
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 9 - Le cercle n° 2
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 10 - Les dalles de couverture du premier cercle
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 11 - La sépulture du second cercle
Crédits © B. Poisblaud
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2190/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Poisblaud, « Recherche sur la préhistoire récente en République de Djibouti », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 117-122.

Référence électronique

Benoît Poisblaud, « Recherche sur la préhistoire récente en République de Djibouti », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2190 ; DOI : 10.4000/aaa.2190

Haut de page

Auteur

Benoît Poisblaud

benoit.poisblaud@inrap.fr
UMR 7041 (ArScAn), Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals