Navigation – Plan du site
Résumés de maîtrises et DEA

Étude d’une série de trois pierres peintes dogon

Conséquences sur l’occupation humaine
Caroline Richard
p. 125

Entrées d’index

Index géographique :

Mali
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de maîtrise en histoire de l’art de L’Afrique, soutenu en juin 2004
Université Paris I, Panthéon-Sorbonne
Direction : Jean Polet

Texte intégral

1L’objectif était de déterminer le contexte de fabrication de pierres peintes dogon en comparaison avec un masque « Walu », le tout ayant été recueilli par la mission Dakar-Djibouti et conservé au Musée de l’Homme. Plusieurs méthodes nous ont permis d’avancer dans nos connaissances à ce sujet.

2Tout d’abord il a semblé intéressant de réaliser des reconstitutions. Les essais ont surtout porté sur l’accroche des pigments au support, sur l’identification des produits utilisés comme liant ou comme charge. Ces essais ont permis de constater une meilleure accroche sur pierre humide. Les difficultés rencontrées au cours de cette expérience ont fait que cette dernière n’a pas pu être réalisée comme nous le souhaitions et ceci en partie à cause d’un approvisionnement difficile en matière première. Il est par exemple difficile de trouver en France du sang non additionné de vinaigre (anticoagulant).

3En parallèle, des observations et des analyses ont été réalisées, au sein du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), sur trois pierres sélectionnées parmi la collection. Nous avons pu révéler la présence d’une substance translucide répartie de façon hétérogène sur certaines faces des pierres. La nature de cette matière est peut-être du latex. Nous avons également pu prouver que contrairement aux affirmations de M. Leiris, les couleurs employées sur les pierres sont de nature différente des couleurs employées sur les masques. Il n’existe donc pas de relation entre la représentation symbolisée du masque sur les pierres et les substances mises en œuvre.

4La provenance des matières colorantes semble se répartir dans les trois mondes : minéral, animal et végétal. Il est désormais possible, après nos analyses, d’affirmer que la couleur rouge des pierres et du masque Walu est d’origine minérale et qu’aucune trace de sang n’a pu y être mise en évidence. Quant aux peintures noires et blanches des pierres et du masque Walu, elles sont réalisées à base de matière organique. Il est confirmé que le charbon est bien utilisé comme pigment, mais seulement sur les pierres. Le pigment noir du masque est très probablement d’origine végétale, mais il reste à en identifier l’espèce. Il reste également à déterminer la provenance du blanc destiné aux pierres et celle du blanc destiné au masque : les deux sont principalement d’origine organique mais de nature chimique différente.

5La nature de tous les pigments n’a donc pas pu être identifiée, à ce stade de la recherche. Les ethnologues affirment que les croyances sur les bienfaits des végétaux et sur les lieux de leur récolte influent le choix des substances pigmentaires. Il est donc tentant d’orienter les recherches en fonction de cette idée.

6D’autres rapprochements peuvent être intéressants entre la pharmacopée et les matières picturales.

7Nous avons déjà pu faire une première comparaison entre des excréments de serpent et le pigment blanc des pierres, mais les résultats sont peu satisfaisants. On peut aussi s’interroger sur une possible relation entre les tiges de sisal, plante appelée « plante de pierre » en langue secrète et son utilisation dans la peinture des pierres. Autre exemple : on peut émettre l’hypothèse que l’huile de balanites produite pour enduire la blessure de circoncision des jeunes garçons est également employée comme liant pour les peintures des pierres.

8Ces approches nouvelles participent à notre souci d’approcher l’art de ces régions en lui ôtant son image monolithique alors qu’il est hétérogène du point de vue stylistique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Richard, « Étude d’une série de trois pierres peintes dogon  », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 125.

Référence électronique

Caroline Richard, « Étude d’une série de trois pierres peintes dogon  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2233

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals