Navigation – Plan du site
Résumés de maîtrises et DEA

Les arts du pouvoir dans l’Empire Lunda (Angola, République Démocratique du Congo, Zambie)

Lucie Anceau
p. 126

Entrées d’index

Index géographique :

Angola, Congo R. D./Congo D. R., Zambie
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de maîtrise en histoire de l’art de l’Afrique, soutenu en septembre 2004
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Direction : Jean Polet

Texte intégral

1Nous avons tout d’abord choisi de mettre en lumière la dimension historique inhérente à ce sujet par la présentation, de manière contextualisée, de sources directes concernant le pays lunda. L’analyse de la vision occidentale de cet empire, depuis sa fondation jusqu’à sa chute à la fin du XIXe siècle, a mis en évidence les causes économiques de l’attrait européen pour cette région : le projet de réunion des colonies portugaises d’Angola et du Mozambique et la création d’une liaison transcontinentale destinée à ouvrir de nouveaux axes d’échange au cœur de l’Afrique Centrale. Nous nous sommes ensuite intéressée à l’émergence et l’évolution du regard sur l’autre au cours du XIXe siècle, depuis l’intérêt empreint de curiosité des premiers voyageurs jusqu’à l’esquisse d’une approche à caractère ethnographique.

2Ce chapitre historique liminaire nous a permis d’aborder dans son contexte l’étude des modes d’incarnation visuelle du pouvoir chez les Lunda. Nous avons en effet dressé un inventaire non exhaustif des différents attributs royaux et autres emblèmes de prestige liés aux membres de la cour, en abordant les valeurs spécifiques à chacune des classes typologiques d’objets, d’un point de vue fonctionnel et symbolique. Cette analyse, reposant sur les objets du corpus et renforcée par des photographies de terrain nous a permis de révéler la forte portée symbolique de ce type d’emblèmes de prestige, utilisés à la fois comme reflets d’un statut et comme objets pleinement utilitaires. Ce dualisme latent entre fonctionnalité et symbolique au sein des regalia devra ainsi être perçu comme principe fondateur de notre réflexion sur les différents modes de représentation matérielle du pouvoir.

3La grande problématique de notre étude repose néanmoins sur la détermination d’un style artistique propre aux Lunda et sur l’élaboration de critères de caractérisation via l’analyse morphologique de pièces. Nous avons d’abord dressé une sorte de panorama des lieux en présentant les différentes théories élaborées à propos de la « stérilité artistique » des Lunda, en mettant en contraste partisans et opposants de cette thèse réductrice.

4L’objectif initial de notre travail fut donc d’infirmer l’opinion générale qui rejette catégoriquement l’existence d’un art Lunda caractéristique, par l’intermédiaire d’une analyse stylistique détaillée d’objets Lunda identifiés comme tels et documentés. Nous nous devions d’élaborer notre propre jugement personnel face à cette polémique assimilant les productions Tshokwe et Lunda à une seule et unique tradition. Cette prise à partie ne pouvait avoir lieu qu’à partir de l’approche analytique et rigoureuse d’un ensemble d’objets représentatifs de cet art.

5Notre étude typologique se base sur un ensemble de 69 pièces dont 58 proviennent du Musée Royal de l’Afrique Centrale de Tervuren et que nous avons abordé de manière strictement indirecte via l’analyse de fiches d’inventaire. L’élaboration de ce corpus nous mena alors directement à l’analyse morphologique des pièces constitutives de cet ensemble, en vue d’établir des normes de représentation propres à la statuaire Lunda. Nous avons d’abord réalisé, à partir d’une analyse visuelle générale, une description détaillée de chacun des objets du corpus. À partir de ces observations initiales a été établie une liste non exhaustive et arbitraire de dix-huit critères morphologiques, applicables à des figures de type anthropomorphe. L’utilisation de la méthode du découpage stylistique nous a ensuite conduit à mettre en valeur des modèles de représentation pour certaines parties du corps, indépendamment les uns des autres, notamment grâce à la constitution de grilles et tableaux d’analyse. La mise en évidence de critères de caractérisation fut laborieuse et permis seulement de dégager les grandes tendances figuratives propres à la production artistique Lunda. Nous ne sommes finalement pas parvenue à dégager un modèle universel de représentation correspondant à une normalisation de cette production plastique. Toutefois l’étude visuelle révèle une certaine homogénéité au niveau du mode de figuration des pièces et il nous semble donc évident de pouvoir définir des critères stylistiques propres à l’art Lunda tout comme Olbrechts avait déjà tenté de le faire au milieu des années quarante. L’objectif ultime de cette recherche serait donc d’analyser un ensemble de pièces provenant conjointement de Tervuren, Lisbonne et Dundo, afin d’élaborer une définition précise de l’art Lunda à partir d’un corpus raisonné plus conséquent et diversifié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Anceau, « Les arts du pouvoir dans l’Empire Lunda (Angola, République Démocratique du Congo, Zambie) », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 126.

Référence électronique

Lucie Anceau, « Les arts du pouvoir dans l’Empire Lunda (Angola, République Démocratique du Congo, Zambie) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2244

Haut de page

Auteur

Lucie Anceau

Articles du même auteur dans la revue

  • Existe-t-il un art lunda ? [Texte intégral]
    Analyse stylistique d’un corpus d’objets provenant de République Démocratique du Congo et d’Angola
    Paru dans Afrique : Archéologie & Arts, 4 | 2006
Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals