Navigation – Plan du site
Résumés de maîtrises et DEA

Recherches sur le Paléolithique inférieur en Angola

Maria da Piedade de Jesus
p. 127

Entrées d’index

Index géographique :

Angola
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de maîtrise en Archéologie africaine, soutenu en septembre 2004
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Direction : Manuel Gutierrez

Texte intégral

1Le mémoire de maîtrise que nous avons préparé pendant l’année universitaire 2003-2004 avait comme sujet l’étude d’une collection lithique issue des fouilles archéologiques réalisées dans les sites de Dungo, à Baía Farta, au Sud de Benguela en Angola.

2La fouille archéologique du carré M10 (10m x 10m) a permit de mettre en évidence un corpus de 700 pièces lithiques avec des coordonnées précises. Le corpus de notre étude (composée de 197 pièces) provient de ce carré et du niveau que nous avons considéré comme Acheuléen, en particulier à cause de la présence de nombreux bifaces.

3L’étude techno-typologique que nous avons réalisée était destinée à mettre en évidence des traces d’utilisation sur les éclats, mais aussi à détecter les traces de l’action de l’homme sur la matière, que ce soit l’acquisition, la transformation et d’utilisation.

4Bien qu’une partie importante des produits soit difficile à interpréter, il a été possible de préciser plusieurs points sur l’utilisation des éclats et déchets pendant l’Acheuléen :

  • Certains éclats ont été utilisés ;

  • On a pu déterminer des éléments de la chaîne opératoire lithique ;

  • On a pu mettre en évidence des traces d’utilisation sur certaines pièces lithiques.

5L’observation de certaines pièces dont le bulbe est bien marqué, permet de déduire un débitage au percuteur dur. On trouve des éclats-déchets provenant de la fabrication des pièces, ainsi que des éclats fabriqués à partir d’une extraction récurrente (parallèle).

6Le résultat de notre étude, bien que le nombre total d’outils (4,6% des pièces) sur éclats soit faible par rapport aux éclats sans traces d’utilisation, donne une bonne idée de l’utilisation des éclats pendant l’Acheuléen. Les outils sur éclats sont plutôt des éclats simplement utilisés, mais l’un d’entre eux présente une retouche en racloir, voire en grattoir double.

7Les observations, faites à l’œil nu ou à la loupe binoculaire, nous ont permis aussi de voir des probables traces d’utilisation, en particulier les esquillements que portent souvent les tranchant et qui montrent que les hommes du passé se servaient des pièces retouchées mais souvent aussi, des éclats bruts de débitage. Un examen plus approfondi avec un grossissement de cent à trois cent par exemple, semble nécessaire pour pouvoir proposer une lecture plus achevé de notre corpus.

8La matière première de Dungo IV est, de manière générale, un matériau de bonne qualité même si parfois il présente des fissures et des inclusions. Les pièces en quartz représentent 88,8 % du corpus, et on peut considérer une prépondérance de cette matière première par rapport aux autres matériaux existants également dans le site.

9Hormis l’aspect technologique, l’étude du matériel archéologique a permis d’en savoir un peu plus sur un aspect important de la vie des hommes du Paléolithique ancien de cette partie de l’Afrique dont les capacités techniques, et créatives sont peu connues.

10Ces résultats sont encourageants, d’une part parce que le matériel provient des fouilles archéologiques avec une stratigraphique connue et d’autre part parce que ces résultats ouvrent sur de très bonnes perspectives de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria da Piedade de Jesus, « Recherches sur le Paléolithique inférieur en Angola », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 127.

Référence électronique

Maria da Piedade de Jesus, « Recherches sur le Paléolithique inférieur en Angola », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2250

Haut de page

Auteur

Maria da Piedade de Jesus

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals