Navigation – Plan du site
Résumés de maîtrises et DEA

Archéologie du Congo : problème d’identification du Paléolithique inférieur et moyen

Sophie Clément
p. 128

Entrées d’index

Index géographique :

Congo
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de D.E.A. en Archéologie soutenu le 28 mai 2004.
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Direction : Sylvie Amblard-Pison
Tuteur : Manuel Gutierrez

Texte intégral

1Notre mémoire de D.E.A. traite de la difficulté d’identification des périodes anciennes (Pré-acheuléen et acheuléen). Il aborde aussi les problèmes de terminologie et de chronologie qui y sont liés, à travers une étude critique basée sur la bibliographique existante.

2Bien que les premières découvertes archéologiques du pays datent de 1885 et les dernières de 1972, notre travail de recherche se base essentiellement sur les travaux de R. Lanfranchi (1972).

3Le Congo est un pays d’Afrique centrale, de 342 000 km2, limité à l’Ouest par le Gabon, au Nord par le Cameroun et la République centrafricaine et à l’Est par la République Démocratique du Congo. Les frontières sont essentiellement fluviatiles et le réseau hydrographique est très dense. Nous avons orienté notre étude sur la région du Niari.

  • 1 Les sols forestiers de ces régions sont plutôt acides.

4Afin de comprendre la recherche archéologique du Congo et pouvoir mettre en place un travail cohérent, nous avons inventorié et analysé les études faites sur le sujet. La première lecture du terrain est la stratigraphie. Malheureusement, il semble que l’agencement en couches stratigraphiques soit rare, à cause de l’hydromorphie des sols, mais aussi de l’érosion aussi bien mécanique que chimique1. La plupart des vestiges proviennent de ramassages de surfaces et les informations stratigraphiques sont peu détaillées voire absentes. Une fouille a été effectuée à Mokeko en 1985, sur 9 m2, mais aucune information stratigraphique n’est communiquée.

5En 1980, R. Lanfranchi classifie quatre sites au Paléolithique inférieur. Cette attribution est faite à partir du matériel lithique trouvé en surface par R. de Bayle des Hermens. Il reviendra sur ces affirmations, attribuant les « sites » en question au « Sangoen ». Ainsi, pour l’instant, aucun site n’est attribué au Pré-acheuléen, ni à l’Acheuléen au Congo.

6Quant à la chronologie, c’est celle de G. Mortelmans qui fait référence. Cependant, elle est basée sur les premières datations de J.D. Clark à Kalambo Falls de 1969 (46 000 BP – 38 000 BP pour le Tumbien), qui, depuis, ont été corrigées et évaluées à 190 000 BP. Cette chronologie tend à « rajeunir » les dates de la préhistoire du Congo et rend de plus en plus improbable l’existence d’un Paléolithique ancien, en termes de datation du moins.

7Les stone-lines constituent aussi, une source de confusion. Si les chercheurs ne définissent pas avec exactitude l’origine de cette formation, ils peuvent encore moins la dater. Or la plupart des outils lithiques du Congo ont été ramassés dans ces « lignes de cailloux ». Nous avons donc étudié la méthode de datation de R. Lanfranchi et D. Schwartz et nous avons constaté que ces vestiges ont servi de « marqueurs chronologiques pour l’interprétation des paysages ». Or ces méthodes ne sont pas aptes, au regard des études faites sur le matériel et de la possibilité incontournable que celui ne soit pas in situ.

8Enfin, une théorie subsiste sur le fait que la forêt équatoriale aurait empêchée l’installation des peuples paléolithiques parce trop dense et donc impénétrable. Bien entendu, nous savons que la forêt est difficile à prospecter et donc à fouiller, mais il serait intéressant d’orienter des recherches dans ce sens.

9L’absence d’Acheuléen au Congo, pour le moment, n’est pas la preuve qu’il n’a jamais existé. Si l’on veut résoudre les problèmes d’identification de l’Acheuléen mais aussi du Sangoen, nous devons nous limiter aux réalités du terrain et à leur interprétation. Si la forêt n’est pour l’instant pas exploitable par les archéologues, elle n’en est pas moins potentiellement riche en vestiges archéologiques et donc en informations précieuses. Quoiqu’elle soit effectivement très dense, et qu’elle a pu l’être d’avantage, nous ne pouvons expliquer l’absence d’Acheuléen sur 342 000 km2 par sa seule présence.

10L’absence de Pré-acheuléen et d’Acheuléen reflète plus, pour l’instant, les problèmes de méthodes qu’une réalité de terrain. Il faut donc reprendre les recherches depuis le début : prospection et fouille puis analyses technologique.

11Les recherches de terrain devraient nous conduire également à aborder les problèmes de chronologie pour l’ensemble de la préhistoire du Congo. Seule cette démarche nous semble susceptible d’apporter des données sur l’existence ou l’absence des industries Pré-acheuléenne et Acheuléenne sur place.

Haut de page

Notes

1 Les sols forestiers de ces régions sont plutôt acides.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Clément, « Archéologie du Congo : problème d’identification du Paléolithique inférieur et moyen  », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 128.

Référence électronique

Sophie Clément, « Archéologie du Congo : problème d’identification du Paléolithique inférieur et moyen  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2265

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals