Navigation – Plan du site
Résumés de maîtrises et DEA

L’évolution des recherches archéologiques en Libye à travers l’étude des sites néolithiques

Élodie de Faucamberge
p. 129

Entrées d’index

Index géographique :

Libye
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de DEA de Préhistoire, soutenu en juin 2004
Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne
Directeur : R. Joussaume ; tuteur : M. Gutierrez

Texte intégral

1Le Néolithique de la Libye a été étudié dans les trois principales régions du pays : la Cyrénaïque, la Tripolitaine et le Fezzan. Les missions archéologiques –européennes– mises en place dans le pays depuis une cinquantaine d’années, ont permis d’accumuler une somme importante d’informations qui aident à mieux comprendre cette période.

2La grotte d’Haua Fteah a servi à déterminer le Néolithique en Cyrénaïque. Il s’y caractérise, au niveau du matériel archéologique, par un important outillage lithique, principalement macrolithique, sur du silex local et avec quelques outils en calcaire. Le mobilier osseux est également très important ; la céramique, en revanche, n’est pas bien représentée. Les objets de parure consistent essentiellement en perles et anneaux de coquille d’œuf d’autruche et en coquilles marines (site côtier). Le début de la domestication animale est placé aux alentours de 7000+/-300-400 BP, et le Néolithique se terminerait vers 3600+/-500 BP.

3Le Néolithique de Tripolitaine est représenté par les abris d’Abbiar Miggi, et comme à Haua Fteah, les industries lithiques et osseuses sont très riches ; la différence entre ces régions vient du fait que les lithiques d’Abbiar Miggi ont été fabriqués avec de meilleures matières premières (locales et allogènes). Les habitants d’Abbiar Miggi façonnaient la parure sur des coquilles d’œuf d’autruche et sur des coquilles d’origine marine –ce site se trouve également près de la mer. Par contre, ils ne produisaient pas de céramique. Le matériel archéologique d’Abbiar Miggi montre des affinités avec le Prédynastique égyptien (comme celui d’Haua Fteah) mais surtout avec le Néolithique de tradition capsienne (courant occidental). La domestication animale n’a pas été attestée.

4Les sites de l’Acacus, au Fezzan, ont fourni beaucoup de données concernant le Néolithique grâce à un suivi intensif et répété des missions archéologiques. Plus d’une centaine de sites ont été repérés, prospectés, sondés voire fouillés. Plusieurs analyses de laboratoire sont venues compléter les rapports de fouille : palynologie, datations au Carbone 14, archéozoologie, carpologie… Nous avons ainsi un bon aperçu de ce qu’a pu être la vie des populations de l’Acacus au Néolithique. Cette période débuterait vers 7438 BP+/-220 BP, et se terminerait aux environs de 3 500 BP.

5Le matériel archéologique des sites de ce massif est assez homogène. L’industrie lithique est bien représentée et une place importante a été réservée aux outils de broyage destinés à moudre des végétaux et des grains mais également des pigments minéraux, destinés probablement à la création artistique. L’industrie osseuse est peu, voire pas du tout représentée. En revanche, la céramique est abondante, riche et finement décorée. Ces particularités ont entre autres, permis de rapprocher le Néolithique de l’Acacus d’un courant se développant dans les massifs centraux sahariens : le Néolithique saharo-soudanais.

6Ce mémoire permet d’une part, d’apprécier la très grande richesse des courants néolithiques de cette région d’Afrique du Nord et d’autre part, de soulever des problématiques et de proposer de multiples voies de recherche qui feront l’objet de notre projet de thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie de Faucamberge, « L’évolution des recherches archéologiques en Libye à travers l’étude des sites néolithiques », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 129.

Référence électronique

Élodie de Faucamberge, « L’évolution des recherches archéologiques en Libye à travers l’étude des sites néolithiques », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2274

Haut de page

Auteur

Élodie de Faucamberge

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals