Navigation – Plan du site
Cahier Koumbi Saleh

Pourquoi un « cahier Koumbi Saleh » ?

Jean Polet
p. 19-22

Entrées d’index

Index géographique :

Mauritanie, Koumbi Saleh
Haut de page

Texte intégral

1Wagadu/Ghana est au cœur des traditions parlées et chantées de l’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui encore, et peut-être plus qu’au début du XXe siècle, ce moment de l’histoire est perçu en Afrique de l’Ouest comme un « âge d’or », celui où une entité politique unissait les peuples du Sud du Sahara aujourd’hui séparés, parfois divisés, par des frontières.

  • 1 Voir Peka Massonen, 2000, The Negroland Revisited. Discovery and Invention of the Sudanese Middle A (...)
  • 2 Les grandes fouilles du lieutenant Desplagnes dans la région des Lacs, au Mali, sont antérieures (1 (...)

2Wagadu/Ghana est aussi, vu de l’Occident, le lieu d’un pan de l’histoire africaine tôt dévoilé, au milieu du XIXe siècle, par la publication des traductions des sources historiques arabes majeures, et dont l’historiographie a été immédiatement complexe1, avant même que son territoire ne soit parcouru et soumis par les Français. Et ce n’est pas un hasard si la recherche du site de la capitale de cet empire par Bonnel de Mézières a été la première opération scientifique soutenue et financée par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, dès 19132.

  • 3 J’ai pu assister à une tentative de fixation de cette identification de la capitale de Ghana au sit (...)

3Bonnel de Mézières hésitait alors entre plusieurs importants champs de ruines du Sud Est de la Mauritanie et ces hésitations dans l’attribution de Koumbi-Saleh comme site de Ghana, capitale de Ghana/Wagadou, ne sont pas encore entièrement levées chez les historiens, malgré les nombreuses campagnes de fouilles sur ce site. Cependant, en 2005, que ce soit en Mauritanie, au Mali ou au Sénégal, les traditionnistes ainsi que la culture populaire ont tranché au bénéfice de ce site3.

  • 4 Bonnel de Mézières A., Recherche de l’emplacement de Ghana (fouilles à Koumbi Saleh et Settah) Extr (...)
  • 5 Mauny R. et Thomassey P., Campagne de fouilles à Koumbi-Saleh (Ghana ?), Bull. IFAN, B, t. 13, 1951 (...)

4En un siècle, ce dernier a fait l’objet de nombreuses fouilles. Après Bonnel de Mézières4, plus de trente ans s’écoulent avant que Thomassey et Mauny ne s’y consacrent5, puis trente ans encore avant que l’équipe qui, alors, fouillait Tegdaoust, n’y vienne, une première fois en 1972, puis de manière irrégulière jusqu’en 1981.

  • 6 Berthier S., Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana, Étude d’un secteur d’h (...)

5Cette dernière série de missions, sous la responsabilité de Serge Robert, n’a pas fait l’objet d’une publication d’ensemble. Seule est accessible la thèse que Sophie Berthier6 a consacrée à l’une des habitations, proche de la mosquée découverte par R. Mauny et fouillée par S. Robert.

6Les résultats publics d’un siècle de recherches archéologiques ponctuelles sont donc bien maigres, surtout si on les compare à la force du mythe véhiculé aujourd’hui par l’oralité.

Pourquoi un cahier sur Koumbi-Saleh ?

  • 7 D. Robert-Chaleix, S. Robert et B. Saison, « Bilan en 1977 des recherches archéologiques à Tegdaous (...)
  • 8 B. Saison, Cl. Richir, J. Polet , « Le ‘Tombeau à Colonnes’ de Koumbi-Saleh (Hodh oriental, Maurita (...)

7D’une part, deux textes, issus de cette vague de recherches des années 70, sont depuis longtemps en sommeil. L’un, synthétique7, avait été écrit pour un numéro des Annales de l’Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique qui n’a pas été diffusé, l’autre8 livre enfin une description très précise du fameux « Tombeau à colonnes » fouillé voilà un siècle par Bonnel de Mézières et rend compte des résultats passionnants d’un sondage effectué à l’intérieur d’une des enceintes de ce tombeau.

  • 9 B. van Doosselaere, «  Technologie céramique et Histoire à Koumbi Saleh : premiers résultats, premi (...)

8D’autre part, depuis plusieurs années, plusieurs chercheurs de notre équipe continuent des travaux au sud-est de la Mauritanie et au nord-ouest du Delta intérieur du Niger, réfléchissant à la transition entre néolithique et histoire et aux problèmes de l’urbanisation et, dans cette quête, Koumbi-Saleh et Tegdaoust sont toujours « présents », à la fois par ce que l’on en connaît et par les clefs que nous rêvons d’y découvrir. Plusieurs travaux en gestation, réalisés à partir des collections recueillies à la fouille, et en croisant les résultats obtenus grâce aux méthodes de l’archéométrie et les sources autres9 sont ici présentés.

Du général au particulier ou de la nécessité d’ouvrir un chantier-école régional à Koumbi-Saleh

  • 10 Je voudrais citer ici un texte peu connu qui posait déjà, en 1983, les questions qui sont aujourd’h (...)

9Enfin, toutes ces raisons raisonnables justifiant un projet éditorial classique sont animées par une volonté, non encore émoussée, de parvenir à mettre en œuvre, en 2006, un « retour à Koumbi », armé des nouvelles méthodes de l’archéologie, et fondé sur la nécessité de former de jeunes archéologues africanistes et africains. L’équipe de la revue Afrique : Archéologie & Arts a été en grande partie formée par Jean Devisse, qui a consacré une large part de sa vie à réfléchir –parfois la truelle à la main– aux sociétés médiévales du sud du Sahara. Les thèmes qu’il a abordés, les questions qu’il a soulevées –dans des écrits d’accès parfois difficiles– voilà plus de vingt ans, à propos des villes africaines, sont, aujourd’hui, au cœur de la réflexion des archéologues africanistes10.

10Or, depuis vingt ans, les hypothèses issues de l’« École de Tegdaoust » sont en sommeil. Et en vingt ans, à l’exception de moi-même, aucun chercheur français issu de cette équipe n’a pu, une fois la thèse acquise, réaliser une carrière d’africaniste au sein des institutions françaises, et les faire évoluer. Pour certains même –je pense à Sophie Berthier– commencer sa carrière par une thèse sur Koumbi, le seul texte récent sur ce site, est certainement à l’origine de son non recrutement, en tant qu’archéologue du monde musulman oriental (ce qu’elle est devenue depuis sa thèse) par un système tellement fragilisé aujourd’hui, que le conformisme, les carrières droites, rassurent, à tort bien sûr, ses fonctionnaires. Ce lent détournement de nos regards pour un continent qui, après avoir été longuement perçu comme étrange, primitif, après un siècle de contact avec un occident qui s’affichait alors comme « civilisateur », se place à nouveau à la marge de nos logiques universelles de développement, se traduit très logiquement par un désintérêt de la société française et de ses représentants pour les promoteurs de cultures archéologiques dont les travaux ne peuvent même pas alimenter les magnifiques musées qui sont dédiés à l’Afrique de nos rêves et de nos collections. En même temps, la première génération d’archéologues africains, formée en grande majorité à Tegdaoust et Koumbi Saleh peu après les indépendances va partir en retraite. En même temps aussi la nécessité d’une nouvelle réflexion sur la ville, reposant sur des travaux archéologiques, la demande d’une connaissance historique « vraie » de ces « premiers temps de l’Histoire ouest africaine » émerge aussi de l’Afrique.

11Tout concourt donc à faire de la mise en route d’un chantier-école régional à Koumbi-Saleh une nécessité commune.

Haut de page

Notes

1 Voir Peka Massonen, 2000, The Negroland Revisited. Discovery and Invention of the Sudanese Middle Ages, Helsinki, 600 p., et l’article passionnant de J. L. Triaud, 1999, Le nom de Ghana. Mémoire en exil, mémoire importée, mémoire appropriée, in  : J.-P. Chrétien et J.-L. Triaud, Histoire d’Afrique  ; les enjeux de la mémoire, Paris, Karthala, p. 235-280.

2 Les grandes fouilles du lieutenant Desplagnes dans la région des Lacs, au Mali, sont antérieures (1904), mais elles n’étaient fondées que sur la fascination pour la monumentalité des buttes anthropiques de cette région dont la forme et la taille évoquaient les grands tells de Mésopotamie alors explorés.

3 J’ai pu assister à une tentative de fixation de cette identification de la capitale de Ghana au site de Koumbi-Saleh à Kong, en Côte d’Ivoire, en 1976. L’université d’Abidjan y avait organisé une « Table ronde sur les origines de Kong » à laquelle avaient été invités archéologues, historiens, traditionnistes et les imams des mosquées de Kong, Bouaké et Bobo-Dioulasso. Ces derniers, utilisant des livres en arabe édités au Nigéria qui contenaient des photographies de la mosquée exhumée à Koumbi-Saleh, tentaient de justifier une tradition de peuplement d’origine arabe de la région. Les ruines de Koumbi y était présentées comme celles du premier lieu de l’Islam, la capitale de Ghana. Voir Table Ronde sur les origines de Kong, Annales de l’Université d’Abidjan, série J, tome 1, traditions orales, 1977, 505 p. Abidjan.

4 Bonnel de Mézières A., Recherche de l’emplacement de Ghana (fouilles à Koumbi Saleh et Settah) Extraits des Mémoires présentéspar diverses savants à l’Académie des Inscr et B. Lettres, T 13, première partie, 1918, p. 227-273.

5 Mauny R. et Thomassey P., Campagne de fouilles à Koumbi-Saleh (Ghana ?), Bull. IFAN, B, t. 13, 1951, p. 438-462, 11 fig. Mauny R. et Thomassey P., Campagne de fouilles de 1950 à Koumbi Saleh (Ghana ?), Bull. IFAN, B, t. 18, 1956, p. 117-140, 14 fig.

6 Berthier S., Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana, Étude d’un secteur d’habitat à Koumbi-Saleh, Mauritanie. Campagnes II-III-IV-V (1975-1976)-(1980-1981), Bar International Series 680, 1997, 143p.

7 D. Robert-Chaleix, S. Robert et B. Saison, « Bilan en 1977 des recherches archéologiques à Tegdaoust et Koumbi Saleh (Mauritanie) ».

8 B. Saison, Cl. Richir, J. Polet , « Le ‘Tombeau à Colonnes’ de Koumbi-Saleh (Hodh oriental, Mauritanie) »

9 B. van Doosselaere, «  Technologie céramique et Histoire à Koumbi Saleh : premiers résultats, premiers enjeux  » et L. Garenne-Marot, «  Les fils à double tête en alliage à base de cuivre de Koumbi-Saleh : valeur du métal, transactions et monnayage de cuivre dans l’empire de Ghana  ».

10 Je voudrais citer ici un texte peu connu qui posait déjà, en 1983, les questions qui sont aujourd’hui considérées comme neuves. J. Devisse, Histoire et tradition urbaine au Sahel, in  : Lectures de la ville africaine contemporaine, Actes du séminaire ‘Transformations de l’architecture dans le monde islamique’, Prix Aga Khan d’architecture, Singapour, 1983, p. 1-10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Polet, « Pourquoi un « cahier Koumbi Saleh » ? », Afrique : Archéologie & Arts, 3 | 2005, 19-22.

Référence électronique

Jean Polet, « Pourquoi un « cahier Koumbi Saleh » ? », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 3 | 2004-2005, mis en ligne le 15 août 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2364

Haut de page

Auteur

Jean Polet

polet@univ-paris1.fr
UMR 7041 (ArScAn), Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals