Navigation – Plan du site

Alain Person (1948-2019)

Sylvie Amblard-Pison, Jean Polet et Julien Volper
p. 9-16

Texte intégral

Alain Person, juin 2019

Alain Person, juin 2019

© E. Honoré

1Près des fumerolles du lac Assal à Djibouti – le point le plus bas d’Afrique, 150 m au-dessous du niveau de la mer –, Alain nous a quittés le 16 novembre 2019.

2Maître de conférences émérite à l’ISTeP-UMR7193 (Institut des sciences de la terre de Paris), à Sorbonne Université (université Pierre et Marie Curie, Paris VI), Alain Person faisait partie aussi de l’équipe Ethnologie préhistorique de l’UMR 7041 du CNRS, dans laquelle il était co-responsable avec Sylvie Amblard-Pison du programme Zones refuges sahariennes à l’Holocène du thème Afrique. Pilier de la revue Afrique, Archéologie & Arts depuis sa fondation en 2001 par Jean Polet, membre de son comité de rédaction, il aimait tout particulièrement ces dernières années y animer la rubrique Actualités en y effectuant des recensions d’ouvrages parus dans l’année ou en rendant compte d’expositions d’art africain.

3Mais, avant tout, dans notre famille scientifique, Alain était un frère.

4Sa formation – docteur en 1976 –, puis sa carrière institutionnelle de géologue ont leur socle à l’université Pierre et Marie Curie. Il n’était labellisé archéologue ou historien d’art par aucune structure universitaire officielle ; c’était, avant tout, un savant, quel que soit le domaine qu’il abordait, non seulement par la fulgurance de ses idées, de ses hypothèses, mais surtout parce que ces hypothèses, ces directions de recherche étaient fondées sur une culture immense et précise qu’il engrangeait dès qu’une curiosité nouvelle l’interpellait. Et c’est en géologue participant aux défis énergétiques du xxie siècle, en tentant de répondre à la question « comment capter et transformer l’hydrogène issu du magma terrestre pour en faire une source d’énergie inépuisable ? », qu’il a trouvé la mort.

5Il y avait entre nous, au sein de l’équipe d’archéologues et d’historiens de l’art qui l’avions accueilli à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au CNRS (Sciences humaines), non seulement un partage enthousiaste de ses savoirs mais aussi, en même temps, un partage de tout ce qui rend humaine cette vie qu’il mordait à belles dents.

6L’Afrique, la terre africaine et tout ce qu’elle renferme, était sa passion première et ces deux éléments ont scellé notre union : la géologie, l’hydrogéologie, la lecture fine des couches sédimentaires, qu’elles soient naturelles ou anthropiques dans nos carrés de fouille. En tant que biogéochimiste, il a profondément renouvelé notre approche des paléoenvironnements, du matériel archéologique osseux… Son plaisir de chercheur allait de l’admiration du plus minuscule sédiment, qui dévoile sa beauté au microscope, à l’admiration silencieuse des vastes étendues sahariennes.

7Depuis près de 40 ans, il collaborait avec les équipes d’archéologues d’Europe et d’Afrique, via une passion d’abord vouée au mégalithisme – tout particulièrement au site de Tondidarou (Mali) – et aux cultures médiévales du Delta intérieur du Niger. Ce premier grand projet, conduit, côté français, par lui-même, Pierre Fontes, Jean-François Saliège, Valérie Chièze, Claude Guérin et Martine Faure et, côté malien, par l’équipe de l’Institut des sciences humaines de Bamako (Kléna Sanogo, Mamadi Dembélé, Téréba Togola, Michel Raimbault et Samuel Sidibé) a abouti à une publication qui a relancé la recherche dans cette région. Au Niger, un magnifique programme sur la matière organique et la datation au radiocarbone des céramiques archéologiques, mené en collaboration avec Jean-François Saliège, Gérard Quéchon et François Paris, a permis des avancées fortes dans la lecture des datations au 14C.

  • 1 Autres membres des équipes de terrain : Laurence Bonnabel, Sileye Dia, Namy el Ghasser ould Mohamed (...)

8C’est aux géoécosystèmes des zones refuges de Mauritanie sud-orientale et aux innovations techniques et sociales de leurs habitants néolithiques qu’Alain Person consacra le plus grand nombre de missions de terrain. Il rejoint Sylvie Amblard-Pison sur les Dhar Tichitt et Oualata en 19941 accompagné, côté mauritanien, de Sidiya ould M’Heimam (Musée national de Nouackott, IMRS), qui sera par la suite de presque toutes ses missions. Il permit de mieux comprendre l’influence sur le comportement des populations néolithiques des contraintes liées à l’évolution du climat et donc du paysage au cours de la seconde moitié de l’Holocène. Aux côtés de Nour Eddine Saoudi (du CNRPAH d’Alger), il confirma par une approche sédimentologique l’existence d’espaces protégés interprétés sur le plan archéologique comme étant destinés à la culture : champs attenant aux villages et petits jardins turriformes rappelant ceux des actuels Dogons de la falaise de Bandiagara (Mali). Des témoins micropaléontologiques conservés dans leur sol lui permirent d’attester que les habitants des villages perchés avaient prélevé et transporté les sédiments lacustres du pied de la falaise afin de constituer un sol arable sur la table de grès.

  • 2 Autres membres des équipes de terrain des missions Néma : Chloé Albaret, Sileye Dia, Abdoul Dicko, (...)

9En octobre 2001, il entreprit des recherches sur le Dhar Néma, plus au sud, et dirigea une nouvelle mission franco-mauritanienne2. Depuis plus de cinq ans, il avait étendu sa problématique de recherche à d’autres régions sahariennes, en collaboration avec Emmanuelle Honoré.

10Ses terrains de recherche, principalement en Afrique (avec cependant une escapade au Mexique), sont essentiellement sahariens et sahéliens en ce qui concerne l’archéologie : Mauritanie, Mali, Sénégal, Maroc, Burkina, Niger, Libye, Namibie, Kenya et Djibouti, collaborant avec de nombreuses institutions françaises et celles des pays concernés.

11Ses dernières longues missions – l’insécurité étant trop forte en Mauritanie – furent un retour au Mali dans la mission franco-malienne Mandé. Le pays devenant, lui aussi, inaccessible, il fut l’un des premiers à rejoindre le groupe de scientifiques Ife-Sungbo en 2014, aux côtés de Gérard Chouin et de la direction du Musée d’histoire naturelle d’Ilé-Ifé au Nigéria ; il s’investit aussi, alors, au Maroc auprès d’une doctorante, Chloé Capel, travaillant sur Sijilmassa et son réseau hydrographique.

12En vrai savant qu’il était, Alain entreprenait toute recherche par l’identification de détails incompatibles avec la doxa, par l’observation la plus précise possible de l’objet de sa recherche, que ce soit celui de l’émail d’une dent, d’ostracodes piégés dans des sédiments lacustres, d’un élément de statuette, ou encore d’une photo de fouille publiée ; à partir de ces détails, de ces éléments minuscules, il élargissait l’analyse, faisant alors appel à d’autres disciplines ou s’y formant. Quelle que soit la nature de l’objet minéral ou de l’œuvre observé, il y cherchait avant tout son rapport avec l’homme d’où sa culture, curieuse du monde entier, qu’il soit minéral (les volcans par exemple), archéologique (les pierres dressées du Mali, les céramiques) ou artistique.

  • 3 D’autres sous presse, ou achevés juste avant son départ sur le terrain, paraîtront prochainement.

13Alain a toujours enseigné, sans limites, jusqu’à sa mort, alors qu’il était administrativement retraité, à l’université Pierre et Marie Curie certes, mais aussi, toujours bénévolement, à l’Institut d’art et d’archéologie et au Centre de recherches africaines de la rue Malher. Sa participation n’était pas seulement celle d’un agitateur d’idées dans les séminaires ou les rencontres avec les thésards, futurs archéologues ou historiens des arts d’Afrique, mais aussi celle, beaucoup plus structurée et contraignante, de l’enseignement en licence d’histoire de l’art. Les travaux universitaires rédigés avec sa collaboration – invisible car non signée –, ou sous son œil critique sont très nombreux ; ses publications, dans ces deux disciplines, regroupent près soixante-dix titres3, jamais sous sa seule signature, car il ne concevait la recherche que dans le partage des connaissances. Celles réalisées avec Jean-François Saliège – son fidèle complice dont les premiers pas sur le sol africain furent au bord de ce même lac Assal où il perdit la vie –, ont permis une avancée prodigieuse dans le domaine de l’archéologie africaine ; son décès, survenu quelques années plus tôt, l’avait beaucoup affecté.

Alain Person, Dhar Tichitt (Mauritanie), janvier 1996

Alain Person, Dhar Tichitt (Mauritanie), janvier 1996

© S. Amblard

14L’amour de la beauté du monde, chez Alain, était sans réserve et sans limites : que ce soit celle des minéraux, de la nature, des vivants ou de leurs œuvres. Beauté qui ne restait jamais uniquement formelle, qu’il habillait du savoir le plus précis car son amour des livres était total… et sans limites.

15Alain Person, géochimiste et minéralogiste institutionnel reconnu, était un vrai connaisseur de l’art africain classique. Si, à l’instar d’un Lucian Stephan ou d’un Albert Maesen, il lui consacra très peu d’articles, il partagea ses connaissances par le biais de son intégration complète, pendant de très nombreuses années, dans les enseignements à l’université de Paris 1 et même, ponctuellement, à l’École du Louvre. Ceux qui suivirent ses cours magistraux se souviendront qu’il s’attachait particulièrement à aborder les arts d’Afrique selon l’angle pur de l’histoire de l’art et non sous ceux de l’ethnographie ou de sa relation au primitivisme.

16Attaché à la théorisation de l’histoire de l’art africain, il n’avait pas hésité à faire découvrir à ses étudiants africanistes et africains des auteurs précurseurs peu connus en France comme Vladimir Markov, dont il avait acheté le livre l’Art Nègre édité en russe en 1919 et fait traduire pour le besoin de ses cours bien avant la parution de l’édition française en 2006.

17Honnête homme au vrai sens du terme, il pouvait également facilement développer des approches méthodologiques basées sur les écrits d’historiens de l’art européen comme Otto Pächt, Erwin Panofsky, Aby Warburg, Michael Baxandall Joachim Winckelmann et d’autres encore dont nombre d’africanistes ignorent même jusqu’à l’existence. Il est vrai qu’Alain était un amoureux de l’art, de tous les arts, de tous les continents et de toutes les périodes. Ces connaissances, il sut les transmettre aux nombreux étudiants qu’il suivit en maîtrise, DEA, master ou thèse.

18Sa porte était toujours ouverte qu’il s’agisse de celle de son bureau ou de son appartement dont les murs n’étaient que livres et où on ne pouvait plus entrer que de profil entre deux hautes rangées d’ouvrages. Il était impossible de vraiment savoir, pour un étudiant, ce qui ressortirait d’un rendez-vous d’étude chez Alain. Venu pour discuter de la construction d’un plan de mémoire ou de thèse, la conversation glissait, autour d’une bière, sur l’art des Cyclades. L’heure avançait et, tout naturellement, on était invité à dîner, ce qui ne pouvait être refusé, certes par politesse, mais aussi car Alain cuisinait admirablement bien. Durant le repas, on parlait de « trophées bibliophiliques », des raretés découvertes et des livres insaisissables comme L’art pendant l’âge du Renne d’Édouard Piette qu’il enrageait de ne pas avoir pu acquérir des années auparavant. Cigarettes, cigarillos, café et pousse-café suivaient, offert par un Alain parlant alors de la manière dont Pline incluait l’art dans son Histoire naturelle ! En partant de chez lui, il n’était pas rare qu’il nous prête un ouvrage rare utile à nos recherches. « Cela sera plus agréable de le lire chez vous qu’en bibliothèque » disait-il alors.

19Alain Person était un universitaire qui échangeait aussi, sans aucun a priori, avec tous ceux qui, hors de ce monde universitaire, étaient animés par ses passions. Il comptait parmi ses amis et les personnes dont il appréciait les connaissances et l’amour de l’art des collectionneurs, des marchands, des conservateurs, des enseignants, des libraires amoureux de la créativité des mondes lointains, des hommes de terrain et des chercheurs en fauteuil. Le mot cloisonnement était absent de son vocabulaire : son terrain d’étude n’avait pas de frontière, sa curiosité et sa passion les avaient abolies depuis fort longtemps.

20Il était profondément attaché à sa tribu – sa mère, son frère, ses quatre enfants et six petits-enfants – à laquelle nous transmettons ici l’expression notre profonde sympathie. Profondément attaché aussi à sa grande famille à l’africaine, qu’il avait fondée peu à peu, entremêlant les longues fidélités.

21Il a disparu sur cette terre d’Afrique où il est né, qu’il aimait tant et où, secrètement, il souhaitait disparaître. Près d’une fumerolle, un petit monument érigé à son nom par ses collègues djiboutiens, marque son dernier passage.

22Alain, « Que la Terre te soit légère ».

Publications d’Alain Person relatives à l’Afrique dans le domaine des sciences humaines (par ordre chronologique)

Saliège J.-F., Person A., Barry I. & Pontes P. (1980) – Premières datations de tumulus préislamiques au Mali : site mégalithique de Tondidarou. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, série D, 291 : 65-68.

Person A., Saliège J.-F. & Fontes P. (1981) – Prospection de sites médiévaux au Mali. Valbonne, 3e Congrès national d’archéométrie (5-7 octobre).

Fontes P., Brissaud I., Lagarde G., Leblanc J., Person A., Saliège J.-F., & Heitz C. (1984) – PIXE analysis and provenance study of archaeological potsherds from West Africa. Nuclear Instruments and Methods in Physics Research Section B: Beam Interactions with Materials and Atoms, 3(1-3): 404-407.

Person A. & Saliège J.-F. (1984) – Essai de datation de céramiques archéologiques par la méthode du 14C. Nouakchott. 4e colloque de l’association ouest-africaine d’archéologie, Nouakchott (11-20 déc. 1984).

Fontes P., Person A. & Saliège J.-F. (1991) – Prospection de sites archéologiques de la région des Lacs et du Delta intérieur du Niger. In : M. Raimbault et K. Sanogo (éds), Recherches archéologiques au Mali. Les sites protohistoriques de la Zone lacustre, Paris, ACCT/Karthala : 27-62.

Paris F., Person A. & Saliège J.-F. (1991) – Essai de datation par la méthode du carbone 14 de la fraction minérale des ossements issus de sépultures du Sahara méridional (République du Niger). In : Actes de la table ronde GDR742-CNRS, Méthode d’Étude des Sépultures, Saintes (8-10 mai) : 29-31.

Person A., Dembele M. & Raimbault M. (1991) – Les mégalithes de la Zone lacustre. In : M. Raimbault & K. Sanogo (éds), Recherches Archéologiques au Mali. Les sites protohistoriques de la Zone lacustre, Paris, ACCT/Karthala : 473-510.

Person A. & Saliège J.-F. (1991) – Pâtes, dégraissants et chronologie : contribution analytique à l’étude des céramiques d’Azelik. In : S. Bernus & P. Cressier (éds), La région d’In Gall – Tegidda n Tessemt (Niger), Programme Archéologique d’Urgence, Tome IV Azelik-Takadda et l’implantation sédentaire médiévale, Études Nigériennes, 51 : 89-121.

Saliège J.-F. & Person A. (1991) – Matière organique des céramiques archéologiques et datation par la méthode du radiocarbone. In : M. Raimbault et K. Sanogo (éds), Recherches archéologiques au Mali. Les sites protohistoriques de la zone lacustre, Paris, éd. Karthala : 413-448.

Paris A., Larnicol E., Lamothe F., Gérard M., Person A. & Saliège J.-F. (1992) – Observations pathologiques sur un homme néolithique du Sahara méridional, dans la région d’Agadez (Niger). Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 315, série II : 1033-1039.

Paris F., Person A., Quéchon G. & Saliège J.-F. (1992) – Les débuts de la métallurgie au Niger septentrional (Aïr, Azawagh, Ighazer, Termit). Journal des Africanistes, 62 (2) : 55-68.

Dembele M. & Person A. (1993) – Tondidarou, un foyer original du mégalithisme africain de l’ouest dans la vallée du fleuve Niger au Mali. In : Vallées du Niger, Paris, Réunion des Musées Nationaux : 441-455.

Paris F., Person A. & Saliège J.-F. (1993) – Peuplements et environnements holocènes du bassin de l’Azawagh oriental (Niger). In : Vallées du Niger, Paris, Réunion des Musées Nationaux : 378-392.

Saliège J.-F. & Person A. (1993) – Datation des céramiques archéologiques de l’Afrique de l’Ouest : méthode du Carbone 14, influence des paléotechnologies. In : Actes du colloque international : L’objet archéologique africain et son devenir (4-6 nov. 1992), Paris, CNRS : 155-179.

Person A. & Amblard S. (1994) – Caractérisation de la matière première d’origine biologique des éléments de parure archéologiques. Application à des gisements néolithiques africains. In : Dix ans de recherches archéologiques en Afrique de l’Ouest : perspectives de coopération régional, Actes du Ve colloque de l’Association Ouest-Africaine d’Archéologie (Ouagadougou, 1992), Porto-Novo : 77-93.

Saliège J.-F. & Person A. (1994) – Sur la datation des céramiques archéologiques de l’Afrique de l’Ouest par la méthode du carbone 14, influence des paléotechnologies. In : Actes du colloque international « L’objet archéologique africain et son devenir », 4-6 novembre 1992, CNRS, Paris : 155-179.

Person A., Saoudi N. E., Saliège J.-F., Amblard S. & Gérard M. (1995) –Environnement « refuge » de sites archéologiques de la Mauritanie sud-orientale. In : Communications et résumés du 120e Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques, Aix-en-Provence (23-28 octobre 1995), Paris, CTHS : 185-186.

Person A., Bocherens H., Saliège J.-F., Paris F., Zeitoun V. & Gérard M. (1995) – Early Diagenetic Evolution of Bone Phosphate: An X-ray Diffractometry. Journal of Archaeological Science, 22: 211-221.

Person A., Saoudi N. E. & Amblard S. (1995) – Nouvelles recherches, objectifs et premiers résultats sur le paléoenvironnement holocène des sites archéologiques de la région des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie sud-orientale). Journal des Africanistes, 65 (2) : 9-29.

Saoudi N. E., Person A. & Amblard S. (1995) – Paléoenvironnement sédimentaire des sites néolithiques des Dhars Tichitt-Oualata (Mauritanie sud-orientale). In: Abstracts of the 10th Congress of the Pan African Association for Prehistory and Related Studies, Harare (18-23 juin 1995), Harare, University of Zimbabwe/National Museums & Monuments of Zimbabwe : 29-30.

Querré G., Bouquillon A., Person A. & Polet J. (1995) – Ceramological studies of Bura graveyard (Niger). In: The ceramics cultural héritage: proceedings of the international symposium « The ceramics héritage » of the 8th CIMTEC-World Ceramics Congress and Forum on New Materials, Florence (June 29 – July 3 1994), Faenza, P. Vincenzini ed.: 41-48.

Saliège J-F., Person A. & Paris F. (1995) – Preservation of 13C/12C Original Ratio and 14C Dating of the Mineral Fraction of Human Bones From Saharan Tombs, Niger. Journal of Archaeological Science, 22(2): 301-312.

Saliège J.-F., Person A. & Paris F. (1995) – Study of mineral fraction of human bones from saharian tombs, Niger. Conservation of 13C/12C original ratio and 14C dating. Journal of Archaeological Science, 22: 301-312.

Saoudi N. E., Person A., Ferré B., Gaudant J., Amblard-Pison S. & Saliège J.-F. (1995) – Refuge-environmental dynamics of Neolithic southern Sahara populations : a case study from Khneifissa (Dhar Walata, SE-Mauritania). In: Abstracts of 10th Congress of the Pan African Association for Prehistory and related studies, Harare, Zimbabwe (18-23 june 1995). Harare, University of Zimbabwe / National Museums & Monuments of Zimbabwe.

Person A., Amblard-Pison S., Souadi N. E., Saliège J.-F. & Gérard M. (1996) – Les Dhars de la Mauritanie sud-orientale : environnements refuges sahariens au Néolithique moyen. Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, 5 : 119-134.

Person A., Bocherens H., Mariotti A. & Renard M. (1996) – Diagenetic evolution and experimental heating of bone phosphate. Palaeogeogry Palaeoclimatology Palaeoecology, 126(1-2): 135-149.

Person A., Bocherens H., Saliège J.-F., Gérard M., Billiou D. & Mariotti A. (1996) – Diagenetic évolution of bone phosphate from Saharan archaeological sites, an expérimental approach. In: G. Pwiti & R. Soper (eds), Aspects of African Archaeology, Papers from the 10th Congress of the PanAfrican Association for Prehistory and Related Studies, Harare, University of Zimbabwe Publications: 11-22.

Saliège J.-F., Person A. & Paris F. (1996) – 14C and 13C/12C of the mineral fraction of Saharan surface bones : rewew, attemps of decontamination and 14C dating. In: Taphonomy and Diagenesis Newsletter, Troisième conférence internationale sur la diagenèse de l’os, Paris (4-7 mars): 57.

Zeitoun V., Person A. & Bocherens H. (1996) – Évolution post-mortem de la cristallinité de la carbonate hydroxylapatite d’ossements humains. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 8 (3-4) : 289-297.

Person A. & Quéchon G. (1997) – Paléoenvironnements et sites néolithiques au Sahara méridional (Afrique de l’Ouest). Communication présentée lors du xiiie congrès de la SAFA, Poznan (3-6 septembre 1996). Dossiers et Recherches sur l’Afrique, 4 : 13-23.

Amblard-Pison S. & Person A. (1999) – Relations chronologiques entre habitats, modes de vie et fluctuations climatiques holocènes sur les Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie sud-orientale). In : J. Evin, C. Oberlin, J.-P. Daugas & J.-F. Salles (éds), Actes du 3e congrès international « C14 et archéologie », Lyon (6-10 avril 1998), Mémoires de la Société Préhistorique Française, xxvi / Revue d’Archéométrie, suppl. : 355-359.

Bocherens H., Person A. & Reigert M. (1999) – Biogéochimie et Archéologie. Nouvelles de l’Archéologie, 78 : 17-21.

Senasson D., Saliège J. F., Person A., Bocoum H., & Polet J. (1999) – Les isotopes du carbone pour la caractérisation et la datation des céramiques archéologiques : L’exemple de la céramique cannelée de Sintiou-Bara (moyenne vallée du fleuve Sénégal). In : J. Evin, C. Oberlin, J.-P. Daugas & J.-F. Salles (éds), Actes du 3e congrès international « C14 et archéologie », Lyon (6-10 avril 1998), Mémoires de la Société Préhistorique Française, xxvi / Revue d’Archéométrie, suppl. : 45-50.

Bedaux R., MacDonald K., Person A., Polet J., Sanogo K., Schmidt A. & Sidibe S. (2001) – The Dia archaeological project: rescuing cultural heritage in the Inland Niger Delta (Mali). Antiquity, 75(290): 837-848.

Ferré B., Person A. & Amblard-Pison S. (2001) – Ostracodic evidence of a Neolithic food crop practice on Dhar Oualata (SE-Mauritania). Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie (Stuttgart), 3: 129-141.

Ferré B., Person A. & Amblard-Pison S. (2001) – Une association d’ostracodes, témoin d’une pratique horticole néolithique sur le Dhar Oualata (Mauritanie sud-orientale). Bull. S. E., Sc., N.E.

Person A., Amblard-Pison S., Ferré B. & Saoudi N. E. (2001) – Jardins perchés néolithiques sur le Dhar Oualata (Mauritanie). Afrique, Archéologie & Arts, 1 : 101-109.

Balter V., Saliège J.-F., Bocherens H. & Person A. (2002) – Evidence of physico-chemical and isotopic modifications in archaeological bones during controlled acid etching. Archaeometry, 44(3): 329-336.

Person A. & Quéchon G. (2002) – Données chronométriques et chronologiques de la métallurgie à Termit : matériaux graphiques pour l’étude des âges ancien du fer. In : H. Bocoum (éd.), Aux origines de la métallurgie du fer. Une ancienneté méconnue, Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale, Paris, éd. UNESCO : 115-122.

Boullier C., Person A., Saliège J.-F. & Polet J. (2003) – Bilan chronologique de la culture Nok et nouvelles datations sur des sculptures. Afrique : Archéologie & Arts, 2 : 9-28.

Person A., Ibrahim T., Jousse H., Finck A., Albaret C., Garenne-Marot L., Zeitoun V., Saliège J.-F. & Ould M’Heimam S. (2004) – Environnement et marqueurs culturels en Mauritanie sud-orientale : le site de Boû Khzâmâ (DN4), premiers résultats et approche biogéochimique. In : A. Bazzana & A. Bocoum (éd.), Du nord au sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’ouest et au Maghreb. Bilan et perspectives, Paris, éd. Sépia : 195-213.

Person A. (2005) – Les néolithiques des marges saharo-sahéliennes : recherche de marqueurs culturels. In : Archéologies : 20 ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Maisonneuve & Larose : 317-320.

Person A., Jousse H., Maurer A.-F. & Vallette T. (2006) – Les sites du Néolithique final du Dhar Néma (Mauritanie) : relation peuplement et environnement. In : C. Descamps & A. Camara, Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain. Hommage à Guy Thilmans, Actes du Colloque international : Anthropologie, Archéologie, Muséologie en Afrique de l’Ouest, Paris, L’Harmattan : 297-307.

Person A., Vallette T., Jousse H., Raimbault M., Ould M’Heimam S., Amblard-Pison S., Suire J., Maurer A.-F., Schlögl J., Sélo M. & Albaret C. (2006) – Peuplement d’un environnement refuge en Mauritanie sud-orientale (la mission Néma). Al Wasît, 10 : 7-18.

Person A., H. Jousse, T. Vallette, M. Raimbault & Ould M’Heimam (2008) – Quelques aspects des néolithiques de la région de Néma (Mauritanie sud-orientale). Al Wasît.

Jousse H., Person A., Finck A., Albaret C., Sanogo K. & Raimbault M. (2009) – Sites de pêche dans la région du Lac Faguibine à la transition Néolithique-Protohistoire. Afrique : Archéologie & Arts, 5 : 119-128. URL : http://journals.openedition.org/​aaa/​812

Person A. (2009) – Notices. In: A Legacy of Collecting: African and Oceanic Art from the Barbier-Mueller Museum, Geneva, at The Metropolitan Museum of Art, Genève, éds Musée Barbier-Mueller : 48-52, cat. 3-5.

Vallette T., Amblard-Pison S., Albaret C., Jousse H. & Person A. (2009) – Les groupements de pièces lithiques peuvent-ils être des indices de modes de vie des sociétés néolithiques ? Le cas du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale) du second au premier millénaire. In: S. Magnavita, L. Koté, P. Breunig & O. A. Idé. (eds), Crossroad/Carrefour Sahel. Cultural and technological developments in first millenium BC/AD West Africa, Journal of African Archaeology Monograph Series, 2: 3-13.

Zazzo A., Saliège J.-F., Person A. & Boucher H. (2009) – Radiocarbon dating of cremated bones: Where does the carbon come from? Radiocarbon, 51(2): 601-611.

Amblard-Pison S., Vallette T., Jousse H., Albaret C. & Person A. (2010) – Les gravures rupestres d’anthropomorphes du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale). Afrique :Archéologie & Arts, 6 : 67-84. http://journals.openedition.org/​aaa/​710

Person A. (2012) – In memoriam Jean-François Saliège (1943-2012). Afrique : Archéologie & Arts, 8 : 9-11. http://journals.openedition.org/​aaa/​400

Person A., Amblard-Pison S., Jousse H., Vallette T., Albaret C., Raimbault M., Maurer A.-F. & Suire J. (2012) – Influence de l’environnement sur la gestion des ressources au Néolithique dans la zone refuge du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale). Journal of African Archaeology, 10(2): 133-164.

Person A., Amblard-Pison S., Jousse H., Vallette T., Albaret C., Raimbault M., Maurer A.-F. & Suire J. (2012) – Influence de l’environnement sur la gestion des ressources au Néolithique dans la zone refuge du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale). Journal of African Archaeology, 10(2) : 133-164. https://www.jstor.org/​stable/​43135945

Amblard-Pison S., Honoré E. & Person A. (2014) – Territories, Resources and Ecosystems management in refuge areas of the Holocene Sahara: convergence ans divergence of strategies by human groups in two remote areas (Mauritania, Egypt). 14th Congress Pan-African Archaeological Association of Prehistory and Related Studies (14-18 juillet), Université du Witwatersrand, Johannesburg, communication - poster.

Maurer A. F., Person A., Tütken T., Amblard-Pison S. & Ségalen L. (2014) – Bone diagenesis in arid environments: An intra-skeletal approach. In: Bone and enamel diagenesis: From crystal to environment - A tribute to Jean-François Saliège, Special Issue “VII International Bone Diagenesis Meeting”. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 416: 17-29.

Amblard-Pison S. & Person A. (2015) – Circulations et échanges dans le Hodh mauritanien, zone refuge au Néolithique. In : M. Gutierrez, É. de Faucamberge et É. Coulibaly (éds), Actes du colloque « La recherche archéologique en Afrique. Hommage au Professeur Jean Devisse » (Paris, 6-8 décembre 2011), Nanterre : 27-43.

Maurer A.-F., Person A., Zazzo A., Dufour E., Sebilo M., Balter V., Lecornec F., Zeitoun V., de Rafélis M., Schmidt A. & Bedaux R. (2015) – Ethnochemistry in the Dogon country (Mali, 11th-18th century). Afrique : Archéologie & Arts, 11 : 53-57. http://aaa.revues.org/​532

Person A. (2016) – Du Jourdain au Congo. Art et christianisme en Afrique centrale : exposition au musée du quai Branly-Jacques Chirac. Afrique : Archéologie & Arts, 12 : 101-103. URL : http://journals.openedition.org/​aaa/​961

Dericbourg P., Person A., Ségalen L., Pickford M., Senut B., & Fagel N. (2016) –Environmental significance of Upper Miocene phosphorites at hominid sites in the Lukeino Formation (Tugen Hills, Kenya). Sedimentary Geology, 327: 43-54.

Person A., Honoré E., Amblard-Pison S. (2016) - Water in the Desert… Follow the cliff! Palaeohydrological evidence as a guide for an archaeological survey in refuge areas / De l’eau dans le désert… suivez la falaise ! Les indices paléohydrologiques comme guide de prospection archéologique en zone refuge. 23rd SAfA biennal meeting. Toulouse (26 juin-2 juillet 2016). Quels passés pour l’Afrique ? communication - poster.

Person A. & Mouchi V. (2016) – De plomb et d’argent, l’africanité des crucifix kongo. In : Du Jourdain au Congo : art et christianisme en Afrique centrale, Paris, Flammarion : 186-193

Maurer A-F., Person A., Zazzo A., Sebilo M., Balter V., Zeitoun V., Dufour E., Schmidt A., de Rafélis M., Ségalen L. & Bedaux R. (2017) – Geochemical identity of pre-Dogon and Dogon populations at Bandiagara (Mali, 11th-20th cent. AD). Journal of Archaeological Science: Reports, 14: 289-301.

Person A. & Amblard-Pison S. (2017) – H. Jousse (2017) – Atlas of Mammal distribution through Africa from the LGM (~18Ka) to Modern times. The Zooarchaeological record, Afrique : Archéologie & Arts, 13 : 122-123. http://journals.openedition.org/​aaa/​1062

Person A. (2018) –Yaëlle Biro (2018). Fabriquer le regard. Marchands, réseaux et objets d’art africains à l’aube du xxe siècle. Afrique : Archéologie & Arts, 14 : 107-110. http://journals.openedition.org/​aaa/​1842

Dericquebourg P., Person A., Ségalen L., Pickford M., Senut B., & Fagel N. (2019) – Bone diagenesis and origin of calcium phosphate nodules from a hominid site in the Lukeino Formation (Tugen Hills, Kenya). Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 536: https://doi.org/​10.1016/​j.palaeo.2019.109377

Person A. (2019) – Gaëlle Beaujean. L’art de cour d’Abomey. Le sens des objets. Afrique : Archéologie & Arts, 15.

Haut de page

Notes

1 Autres membres des équipes de terrain : Laurence Bonnabel, Sileye Dia, Namy el Ghasser ould Mohamed Kaber, Martin Makinson, Sidiya ould M’Haiham, Nour Eddine Saoudi, Delphine Senasson.

2 Autres membres des équipes de terrain des missions Néma : Chloé Albaret, Sileye Dia, Abdoul Dicko, Anne-Estelle Finck, Laurence Garenne-Marot, Tristan Ibrahim, Hélène Jousse, Anne-France Maurer, Moustapha Mohammed oud Mahmoud, Sidiya ould M’Haimam, Michel Raimbault, Kléna Sanogo, Jan Schlögl, Madeleine Sélo, Joël Suire et Valéry Zeitoun.

3 D’autres sous presse, ou achevés juste avant son départ sur le terrain, paraîtront prochainement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Alain Person, juin 2019
Crédits © E. Honoré
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Alain Person, Dhar Tichitt (Mauritanie), janvier 1996
Crédits © S. Amblard
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2378/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Amblard-Pison, Jean Polet et Julien Volper, « Alain Person (1948-2019) », Afrique : Archéologie & Arts, 15 | 2019, 9-16.

Référence électronique

Sylvie Amblard-Pison, Jean Polet et Julien Volper, « Alain Person (1948-2019) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2378

Haut de page

Auteurs

Sylvie Amblard-Pison

sylvie.amblardpison@gmail.com – Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie R. Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Jean Polet

polet@univ-paris1.fr – Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie R. Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur dans la revue

Julien Volper

julien.volper@africamuseum.be – Musée royal de l’Afrique centrale 13, Leuvensesteenweg 3080 Tervuren, Belgique

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals