Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Typologie du mobilier métallique ...

Typologie du mobilier métallique fondée sur les techniques de mise en forme

Application à la tombe 53 du cimetière de Sanga (RDC)
Typology of metal objects based on shaping techniques. Application to burial 53 of the cemetery of Sanga (RDC)
Laurence Garenne-Marot
p. 23-52

Résumés

Les typologies d’objets archéologiques métalliques sont rares. Les classifications se cantonnent souvent à l’étude d’une seule catégorie d’objets dont la forme évolue de façon marquée dans le temps et dans l’espace et, de ce fait, devient adéquate pour l’élaboration de sériations. Les tombes des cimetières de la dépression de l’Upemba, en République démocratique du Congo, ont livré une profusion et une diversité de matériel en cuivre et en fer – inégalées jusqu’à présent pour l’Afrique centrale et australe – qui offrent des potentialités d’analyses inédites. Ce sont en grande partie des bijoux, donc des objets plus sensibles aux effets de mode, issus de contextes clos – aux côtés d’armes et d’instruments. Ce travail décrit de manière exhaustive le mobilier métallique d’une de ces tombes, datée de la période du Kisalien classique (fin ixe-début xiie siècle apr. J.-C.), en recherchant les critères pertinents pour l’élaboration d’une classification globale. L’importance d’associer à une typologie classique, formelle, une typologie fondée sur les techniques de mise en forme apparaît de manière éclatante. Une nouvelle typologie est proposée en exposant la manière dont elle a été élaborée, et comment elle fonctionne et pourra fonctionner pour le matériel plus fragmentaire issu d’autres contextes d’Afrique centrale et australe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les typologies sont nécessaires en archéologie, science des analogies et des comparaisons. Classer le matériel permet l’élaboration de sériations et, de ce fait, d’établir des comparaisons à différents niveaux, spatiaux et temporels. Toutefois, classer le matériel métallique pose des problèmes particuliers. La forme de certaines pièces métalliques, notamment celle des outils en fer, varie peu au cours du temps et les possibilités de recyclage du métal, à l’inverse de la céramique, en font un marqueur temporel beaucoup moins fiable. Mais des cas particuliers permettent quelques certitudes en ce qui concerne l’approche du matériel métallique :

  • d’abord, quand il s’agit d’objets provenant de contexte funéraire, issus par conséquent d’une tombe ou d’une sépulture, c’est-à-dire d’un ensemble clos pour lequel la date de dépôt constitue une date plafond, un terminus ante quem ;

  • ensuite, si la position sur le corps est un bon indicateur de la fonction de ces objets ;

  • enfin, lorsque les objets (en fer et en cuivre) ainsi retrouvés sont pour la plupart des objets de parure ; ils sont davantage soumis à un changement de mode et de style que des artefacts plus fonctionnels.

2À travers l’exemple du mobilier en fer et en cuivre d’une tombe emblématique des cimetières de l’Upemba (République démocratique du Congo), datant du Kisalien classique (fin ixe-début xiie siècle), ce travail présente les tenants et les aboutissants de l’élaboration de la typologie d’un mobilier métallique d’Afrique centrale.

3Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet EACoM (Egyptian and African Copper Metallurgy), projet interdisciplinaire et interinstitutionnel, financé par la politique scientifique fédérale belge (BELSPO). Son but est de valoriser par la recherche les collections dites dormantes liées à la métallurgie du cuivre des Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles et du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) de Tervuren, grâce à une collaboration entre ces deux institutions, l’Université libre de Bruxelles (ULB) et le Centre for Archaeological Science de la Katholiek Universiteit Leuven (KUL). Le projet vise, en particulier, à comprendre les procédés anciens de production et de transformation du cuivre. La reconstitution des procédés de mise en forme du métal et de fabrication des parures et objets funéraires des sites de la dépression de l’Upemba est, par conséquent, au cœur du volet du projet reposant sur les collections du MRAC.

4En 1988, un projet – associant S. T. Childs, W. Dewey, P. de Maret et M. Bitanko Kamwanga – avait relancé les recherches archéologiques sur l’un des cimetières de l’Upemba, celui de Sanga. En parallèle de la fouille de nouvelles sépultures, des entretiens ont alors été réalisés auprès des occupants actuels BaLuba ou Luba de la dépression de l’Upemba (Childs et al. 1989). Le questionnement était relatif aux techniques métallurgiques et à la place du fer et du cuivre dans ces sociétés. Par ailleurs – et ceci a été, et demeure, d’une grande importance pour la compréhension des processus métallurgiques anciens – S. T. Childs a alors conçu et mis en œuvre un vaste programme d’analyses en laboratoire pour étudier les techniques de fabrication des objets en fer et en cuivre issus de ces cimetières. Près d’une centaine d’objets en fer et un nombre comparable d’objets en cuivre ont ainsi été soumis à des analyses à la fois chimiques et métallographiques, conduites au Massachusetts Institute of Technology (Boston, USA) de 1988 à 1991 (Childs 1990).

5La technologie du cuivre est apparue plus tard que celle du fer en Afrique subsaharienne, et plus précisément en Afrique centrale, orientale et australe. Les méthodes utilisées pour fabriquer les objets en fer, essentiellement des techniques de forgeage, ont alors été transférées et adaptées au nouveau métal (Ibid. 1990, 1991 ; Miller 1996). Les travaux de S. T. Childs ont ainsi mis en évidence, pour les objets de l’Upemba, cette étroite association entre les techniques de mise en forme du fer et celles du cuivre (Ibid. 1990, 1991).

6Dans les cimetières de l’Upemba, comme l’illustre si bien la tombe qui sera présentée, fer et cuivre ont été utilisés conjointement pour les parures ; les mêmes formes ont été traduites dans l’un ou l’autre métal et les deux métaux régulièrement associés dans des objets complexes. La typologie doit donc prendre en compte non seulement le mobilier en cuivre mais aussi celui en fer. Dans son élaboration, l’accent sera mis sur les techniques de mise en forme des objets pour que cette typologie puisse être appliquée à des sites où le matériel est loin d’être aussi bien préservé.

Questions de méthodes : pourquoi et comment classer ?

Réflexion sur les différentes classifications de matériel archéologique

7« Tout classement ou toute typologie devrait amener à comprendre pourquoi les objets changent d’une région à une autre » (Giligny 2005 : 131). Participent à ce classement les notions de ressemblance et de dissemblance qui sous-tendent la définition de types parmi les différentes productions de la culture matérielle. Appréhender ces changements au sein de la culture matérielle devrait permettre de raisonner en termes d’identité et d’évolution culturelles. Classer un objet en l’insérant dans une typologie permet de l’inscrire dans un ensemble culturel, ce qui autorise par la suite des mises en relation avec d’autres objets issus d’autres tombes, d’autres sites, et, par le biais de sériations, de donner une datation relative aux différents ensembles culturels ainsi définis.

8Il n’y a pas de typologie généraliste (qui prendrait en compte, entre autres, la forme, la dimension, les décors) : tenter une classification qui viserait à l’exhaustivité serait une illusion car insuffisamment pertinente ; « l’exhaustivité est une illusion dangereuse en archéologie » (Moberg 1980 : 60). Les critères, qui sont autant de champs de variation (Giligny 2005) sont ceux qui ont été choisis par rapport aux objectifs fixés. La classification typologique n’est pas une fin en soi (même si elle est très gourmande en temps !) mais un moyen de raisonnement (op. cit.). Toute classification commence donc par la définition du ou des objectifs : que veut-on retenir d’un objet ? Quelles caractéristiques distinguer parmi tous ses paramètres descriptifs ?

9Les typologies de mobilier céramique, qui étaient plutôt formelles (fondées sur la forme et l’ornementation) – désignées aussi sous l’expression typologies stylistiques – ont été, avec le temps, modulées en typologies fonctionnelles et typologies structurelles. Dans ce dernier cas, les classifications d’objets en céramique prennent en compte les compositions de pâte et les processus de fabrication (van Doosselaere 2014) ; elles permettent d’affiner la typologie et de répondre à des questions plus spécifiques sur les échanges, les mouvements de population, la pénétration des concepts et des idées.

10C’est sur la base des typologies céramiques que les premières classifications puis sériations de matériel archéologique ont pu être conduites. Bien sûr, le contexte d’ensembles clos funéraires favorise de telles séquences (Giot & Langouet 1984 : 21-24) puisqu’on est sûr de la contemporanéité du dépôt du matériel. La datation relative du matériel – qui a ainsi pu être organisé en séries – peut ensuite être affinée par des datations absolues.

Classer les objets métalliques

11Une telle sériation du matériel archéologique est-elle possible pour les objets métalliques ? À la différence des objets en céramique, stables, inaltérables mais fragiles, l’objet métallique est souvent pérenne – surtout s’il s’agit d’une parure, il peut vivre pendant plusieurs générations – et les possibilités de recyclage, de refonte du matériau qui le constitue quasiment infinies. Toutefois, dans le cadre des ensembles clos, l’acte de dépôt lui confère une date précise, celle de son abandon avec les autres éléments associés. Certaines formes métalliques caractéristiques ainsi retrouvées ont pu être classées, sériées, comparées et ont permis l’élaboration de cartes de répartition.

12Pour l’Afrique subsaharienne, et pour une région d’Afrique centrale qui concerne directement ce propos, un objet particulier, la croisette, a fait l’objet d’une telle sériation. Dans cette région, avant la période coloniale, le cuivre était produit et circulait sous la forme d’un produit semi-fini qui empruntait l’aspect d’une croix – d’où le nom de croisette qui lui a été donné. Dans les cimetières de la dépression de l’Upemba (fig. 1), ces croisettes sont présentes dès le xive siècle. La sériation du mobilier céramique des tombes, affinée par des datations absolues, avait permis d’insérer dans le temps ces croisettes dont la taille et la forme changent au cours des siècles (de Maret 1981). En comparant ces typo-chronologies à certaines élaborées pour des croisettes provenant d’autres régions d’Afrique centrale (de Maret 1995) il a été possible de cartographier la distribution géographique des différents types de croisettes et ainsi de localiser les zones potentielles de production de cuivre et les changements intervenus au cours du temps dans la circulation de ce dernier (Nikis 2017 ; Nikis & Livingstone Smith 2017). D’autres recherches sont en cours sur les croisettes de l’Upemba. Ces dernières ont été soumises à un protocole d’analyses élémentaires et isotopiques qui met en évidence un changement dans les compositions métalliques en relation avec les variations de formes et de tailles et affine les cartes des sources potentielles de production et les circuits de commercialisation (Rademakers et al. 2019).

Figure 1 – Carte de localisation

Figure 1 – Carte de localisation

© N. Nikis et L. Garenne-Marot

Classer le mobilier métallique des cimetières de l’Upemba

Contexte archéologique et histoire de la recherche

13Les croisettes en cuivre n’apparaissent dans les tombes de la dépression de l’Upemba qu’à partir du xive siècle. Or, des tombes plus anciennes ont livré une masse impressionnante de bijoux en fer et en cuivre.

14Les données provenant des fouilles conduites sur les sites de Kamilamba, Sanga, Malemba-Nkulu, Kikulu, Katongo et Katoto sont d’une abondance et d’une qualité inégalées jusqu’à présent pour l’Afrique centrale. Les populations ont fait une large utilisation des ressources que leur offraient les lacs sur les berges desquels ils étaient installés : pêche, mais aussi agriculture sur sols alluviaux fertiles. Les sites qui ont été mis au jour sont des cimetières, fouillés en plusieurs séquences, entre 1957 et 1981 (tabl. 1). Les niveaux d’habitat, très perturbés, découverts en fouille, n’ont pas été fouillés : l’information ne repose que sur des données provenant d’inhumations de corps accompagnés d’un important mobilier funéraire. L’abondant matériel céramique provenant de ces tombes et plus de quarante datations au radiocarbone ont permis d’établir une longue séquence chrono-culturelle. Fondées sur les changements dans la céramique et, dans une moindre mesure, sur la présence et les types de croisettes dans le mobilier funéraire, six périodes chronologiques ont été proposées par Pierre de Maret (1985, 1990, 1992) : Kamilambien (AD 500-700), Kisalien ancien (AD 700-900), Kisalien classique (AD 900-1200), Kabambien A (AD 1200-1500), Kabambien B (AD 1500-1700) et récent (Luba ? AD 1700-Présent).

Tableau 1 – Périodes culturelles et sites relatifs à ces périodes. Nombre de tombes fouillées pour chaque site, mobilier métallique et références

Dates

(siècles ap. J.C.)

Phases

(Nb de tombes)

Cimetières du nord de l’Upemba

Mobilier métallique

Références

viie-viiie

Kamilambien

(1)

Kamilamba (KMI). Quelques tessons à Sanga (SGA)

Absence de cuivre.

Tombe 13 de KMI : plusieurs objets en fer (outils et armes seulement). Absence de céramique.

de Maret 1992

Kisalien

Dans les sites de Kamilamba et Sanga, le Kamilambien et le Kisalien ancien sont en partie mélangés et difficiles à distinguer.

viiie-fin ixe

Kisalien ancien

(19)

Sanga (SGA)

Katongo (KTG)

Kamilamba (KMI)

Kikulu (KUL)

Malemba-Nkulu (MAK)

Rareté des objets en cuivre ; surtout parure en fer

Objets en cuivre : bracelets et anneaux de cheville en fil et en plaque ; perles ; hameçons ; placage de feuilles de cuivre sur des objets en bois

Sanga :
Nenquin 1963 ;
Hiernaux et al. 1971 ;
de Maret 1985
Katongo :
de Maret 1985
Autres sites :
de Maret 1992

Fin ixe-début xiie

Kisalien classique

(142)

La plupart des données viennent des sites de Sanga et de Katongo

KMI, KUL et MAK =
18 tombes kisaliennes

Abondance d’objets en cuivre aux côtés d’objets en fer

Diversité dans les types d’objets et les techniques de manufacture

Mêmes références que pour la période précédente

Kabambien

La distribution des tombes du Kabambien suit celles du Kisalien.

xiiie-xve

Kabambien A

(54)

Même sites que ceux de la culture précédente

En dehors des croisettes, marqueur pour cette période, peu d’objets en cuivre : essentiellement bracelets ou anneaux de cheville

Mêmes références que pour la période précédente

xvie-milieu xviiie

Kabambien B

(15)

Croisettes plus petites et moins nombreuses.

Mêmes références que pour la période précédente

milieu xviiie-xixe

Pré-Luba

(6)

Pas de poterie, ni de métal.

Seulement des perles en verre

Total : 237 tombes

15Ce n’est qu’au Kisalien ancien que le cuivre fait son apparition, sous la forme de bijoux, cohabitant avec des parures en fer, pour abonder ensuite à la période du Kisalien classique. Fer et cuivre sont utilisés concomitamment, voire même associés dans certains objets complexes. Le nombre de tombes datant de la période du Kisalien ancien est peu élevé. En revanche, la période du Kisalien classique qui lui succède est représentée par le plus grand nombre de tombes connues à ce jour dans cette partie de l’Afrique (de Maret 1985 ; 1992 ; 1999). C’est la période pendant laquelle s’épanouit cette bijouterie de fer et de cuivre et où apparaît une céramique d’une haute qualité technique et esthétique. Pendant les périodes suivantes (Kabambien A et B), les pratiques funéraires changent et la quantité du mobilier funéraire, surtout de celui en fer, diminue. La nouveauté est alors l’apparition dans les tombes de la croisette en cuivre. Les premières sont de grande taille, d’une forme se rapprochant du H. Par la suite, dans les tombes du Kabambien B, elles vont être de plus en plus petites, au fil du temps, jusqu’à ne plus faire que quelques millimètres, et disparaître totalement au xviiie siècle, remplacées alors par perles et cauris (de Maret 1981, 1995). Mais l’abondance de cuivre – sous la forme de croisettes – aux périodes kabambiennes confirme l’existence d’échanges plus réguliers avec la zone de production du cuivre, au sud, le Copperbelt. Pendant le Kabambien B, le commerce à longue distance avec les régions côtières s’intensifie, comme en témoignent les cauris et les perles en verre retrouvés dans les tombes. À la fin du xviiie siècle, l’expansion d’une nouvelle culture, celle des Luba, entraîne le déclin de la culture kabambienne (de Maret 1999).

Les classifications potentielles

  • 1 Nikis N. (2012) – La métallurgie ancienne du cuivre dans le Copperbelt : synthèse des données arché (...)

16Le découpage séquentiel des tombes de l’Upemba a donc été opéré essentiellement sur la base de l’analyse de la céramique. Il s’agit là d’un cas de figure courant. Les auteurs des fouilles de ces sites funéraires s’accordent à dire que le mobilier métallique montre quelques spécificités d’une période culturelle à l’autre (Nenquin 1963 : 273 ; de Maret 1981, 1995) mais, à l’exception de l’important travail sur les croisettes, déjà évoqué, et d’un travail préliminaire sur les autres éléments du matériel métallique1, aucune classification systématique n’en a été encore proposée. Quelle classification peut-on adopter ?

  • 2 « Each object was classified according to an arbitrary scheme based on geometric shape, unless the (...)

17Une classification formelle reste inapte à rendre compte de la diversité et de l’originalité d’un mobilier métallique en général. Ceci est d’autant plus vrai pour les tombes de l’Upemba où l’anneau – une tige (ou un fil, cela dépend de la grosseur de la section) cintrée et à laquelle on a donné la forme d’un cercle plus ou moins fermé – est un module de base décliné quasiment à l’infini pour l’ensemble du matériel métallique funéraire. Cette classification est souvent adoptée par défaut quand la fonction de l’objet ne peut pas être déterminée. Ainsi, D. E. Miller et N. J. van der Merwe (1995 : 96) mentionnant la typologie proposée pour classer les objets de la période tardive (Late Iron Age) du site de Nqoma, au Botswana, écrivent : « Chaque objet a été classé selon un schéma arbitraire basé sur la forme géométrique, à moins que la fonction de l’artefact ait été évidente »2.

18La classification fonctionnelle est celle qui est le plus souvent retenue (cf., entre autres, Legros 2001) ; les objets sont regroupés en différentes catégories, armes, outils, éléments de parure, etc. Des essais de normalisation ont même été conduits pour adopter une démarche et un vocabulaire communs (cf. Fort & Tisserand 2013, et, plus particulièrement sur les questions de classement fonctionnel, Briand et al. 2013 : 14-19). En ce qui concerne le mobilier funéraire, dans le cas d’une inhumation, la place sur le corps peut aider à déterminer la fonction, la destination de l’objet. Ainsi, des anneaux retrouvés sur les os des mains indiquent qu’il s’agit là de bagues. En revanche, en l’absence de position précise sur le corps, cette détermination fonctionnelle est difficile, voire impossible. Dans le cas des anneaux, par exemple, bien que de dimensions semblables, ils peuvent avoir été utilisés à des fins différentes : bagues mais aussi boucles d’oreille, anneaux de suspension et éléments de chaînes, anneaux décoratifs de manche d’outil… Comment donc déterminer la fonction exacte de tous les objets métalliques rencontrés dans une tombe et rendre compte de l’existence de ces vestiges et de ce qu’ils ont à dire quand il n’est pas possible de les faire entrer dans une catégorie fonctionnelle précise ?

  • 3 Tous les objets analysés jusqu’à présent sont en cuivre non allié ; aucun alliage de cuivre n’a été (...)

19Seuls les objets en métal à base de cuivre peuvent être classés en fonction de leur composition élémentaire. Or, les croisettes ont, seules, fait l’objet d’un programme conséquent d’analyses élémentaires et isotopiques3. Ces analyses pourraient certes être conduites sur d’autres objets des cimetières de l’Upemba ; elles permettraient de déterminer si une relation existe entre des formes spécifiques d’objets et des groupes de composition métallique rendus singuliers par la présence d’associations d’éléments mineurs. Mais, comme évoqué précédemment, il existe un biais fondamental propre aux objets en métal : le recyclage. En effet, à la différence des croisettes qui, bien que circulant sous une forme caractéristique bien terminée, sont considérées comme des produits semi-finis – c’est-à-dire comme des formes métalliques non encore transformées en produits finis, et pouvant peut-être témoigner d’une fabrication réalisée juste après la réduction du métal –, les bijoux sont, eux, des objets finis, une étape ultérieure à celle du produit semi-fini. Cette forme dite finie peut, elle-même, être retravaillée et transformée à nouveau et ceci jusqu’à l’infini…

20Les essais de classement qui viennent d’être décrits ont tous adopté une vision large, strictement archéologique, des objets en cuivre issus de multiples tombes. Le projet EACoM, aux objectifs très précis, a donné l’opportunité d’approcher au plus près une collection d’objets métalliques issus d’ensembles clos, dont celui, pris en exemple, de la tombe 53 de Sanga.

Approche nouvelle du mobilier métallique des cimetières de l’Upemba : la tombe 53 de Sanga

Le contexte historiographique de la tombe 53

21Cette tombe a été choisie d’abord parce qu’elle impressionne par la beauté et la richesse de son mobilier (fig. 2, fig. 3, fig. 4a et b, fig. 5, fig. 6, fig. 7, fig. 8). Ce dernier – métallique mais aussi céramique – est emblématique de la période du Kisalien classique (fin du ixe-début du xiie siècle). Le choix a aussi et surtout été guidé par la place qu’elle occupe dans l’imaginaire collectif : cette tombe reconstituée – présentant une grande partie de son mobilier d’origine – a été longtemps en exposition dans les salles du MRAC et fait à présent partie de la nouvelle scénographie de la salle du Temps long du musée rénové.

Figure 2 – Position reconstituée du mobilier métallique de la tombe 53 de Sanga (graphique L. Garenne-Marot).

Figure 2 – Position reconstituée du mobilier métallique de la tombe 53 de Sanga (graphique L. Garenne-Marot).

En haut à gauche : carte postale datée des années soixante-dix de la tombe reconstituée et présentée au Musée royal de l’Afrique centrale

© Archives section Préhistoire, Patrimoines, MRAC Tervuren

Figure 3 – Bracelets, anneaux de jambe et bagues de la tombe 53 de Sanga

Figure 3 – Bracelets, anneaux de jambe et bagues de la tombe 53 de Sanga

© MRAC, Tervuren

Figure 4a – Mobilier au niveau du bassin : la (ou les) ceinture(s) en chaînes de cuivre de la tombe 53 de Sanga

Figure 4a – Mobilier au niveau du bassin : la (ou les) ceinture(s) en chaînes de cuivre de la tombe 53 de Sanga

1. Les chaînes en fil de cuivre

© MRAC, Tervuren

Figure 4b – Mobilier au niveau du bassin : la ceinture en chaînes de cuivre de la tombe 53 de Sanga

Figure 4b – Mobilier au niveau du bassin : la ceinture en chaînes de cuivre de la tombe 53 de Sanga

2. Les objets associés

© MRAC, Tervuren

Figure 5 – Mobilier au niveau du bassin : les deux autres ceintures de la tombe 53 de Sanga

Figure 5 – Mobilier au niveau du bassin : les deux autres ceintures de la tombe 53 de Sanga

© MRAC, Tervuren

Figure 6 – Les colliers de la tombe 53 de Sanga

Figure 6 – Les colliers de la tombe 53 de Sanga

© MRAC, Tervuren

Figure 7 – Épingle en fil de cuivre et trésor de perles de la tombe 53 de Sanga

Figure 7 – Épingle en fil de cuivre et trésor de perles de la tombe 53 de Sanga

© MRAC, Tervuren

Figure 8 – Petit mobilier métallique (ruban, clou, fils, agrafes-clips et agrafes-crampons) de la tombe 53 de Sanga

Figure 8 – Petit mobilier métallique (ruban, clou, fils, agrafes-clips et agrafes-crampons) de la tombe 53 de Sanga

© MRAC, Tervuren

22Dans les années cinquante et au début des années soixante, les ethno-historiens avaient construit une histoire de l’Afrique centrale précoloniale faite de migrations anciennes et d’installations de nouvelles populations.

23Les traditions orales relatives aux derniers soubresauts de cette histoire avaient déjà été enregistrées auprès de quelques groupes bantous, l’un d’entre eux étant les Luba du sud-est du Congo. En 1957, l’occasion s’est présentée de pouvoir aller vérifier sur le terrain ces dires, souvent imprécis, en fouillant un site central des empires luba successifs. Des collectes de céramiques kisaliennes (selon la nomenclature ultérieure) avait été faites un peu plus tôt dans la zone de la dépression de l’Upemba, notamment sur le site de Sanga, par Albert Maesen, conservateur des collections ethnographiques du MRAC. Une expédition conduite par Jacques Nenquin a pu être organisée. L’objectif de la mission était de fouiller plusieurs tombes contenant cette céramique particulière, kisalienne, et éventuellement un site d’habitat appartenant à cette culture, de les dater, et ainsi de contribuer à une écriture de l’histoire des civilisations de l’Afrique centrale précoloniale. La mission dura quatre mois, mettant au jour 56 tombes mais, malheureusement, aucun site d’habitat (Nenquin 1963).

24Quelques problèmes sont liés aux méthodes de fouilles des années cinquante. Dans la publication de 1963, seul un plan général des fouilles, indiquant les carrés fouillés et la position des tombes au sein de ces carrés, est donné (Nenquin 1963 : 20, fig. 2) ; aucune précision sur la position du squelette et du mobilier funéraire l’accompagnant n’est associée à la description, tombe par tombe, du matériel. Il est donc impossible de repérer la position exacte des objets sur les corps des inhumés. Par ailleurs, il existe des incohérences entre l’enregistrement dans les inventaires de l’époque et la description du matériel dans la publication finale. De plus, la traduction d’un enregistrement en néerlandais (avec parfois un peu de français) des descriptions dans les inventaires vers l’anglais de la publication finale ajoute de nombreuses imprécisions.

25Très peu d’objets ont été photographiés dans leur contexte, ou même au cours des travaux de conservation et de stockage qui ont suivi la fouille ; le cliché le plus marquant pour la tombe 53 est celui de l’arrivée du bloc ceinture au musée de Tervuren dans le but d’ôter, en laboratoire, la gangue entourant les différents éléments de parure au niveau des hanches et d’y associer un traitement de restauration et de conservation (fig. 4a).

26En revanche, et même s’ils sont en petit nombre et toujours relatifs à des objets hors contexte, la publication comporte des dessins à la fois rigoureux et de belle facture. Mais, surtout, le remarquable travail de radiographies conduit sur certains objets complexes est un apport exceptionnel : il a permis de mettre en évidence des données techniques autorisant une reconstruction des processus mis en œuvre dans la fabrication de ces objets.

27Ces manques et cette disparité dans les éléments d’information obligent à mettre en œuvre toutes les informations disponibles, aussi infimes ou indirectes soient-elles. Celles-ci viennent de rares photographies – comme celle, évoquée plus haut, de la ceinture –, des constats d’état et du résumé du traitement de conservation (et de restauration) du mobilier, des petits papiers conservés à l’intérieur de certaines boîtes de conditionnement des objets (fort heureusement, préservés) et de la photographie de la première présentation de la tombe au public à la fin des années soixante (sans que l’on sache si tous les éléments avaient ainsi conservé leur place d’origine). Donc, nous disposons de toute une gamme d’informations, certes d’inégale valeur, mais qui permettent de tenter une approche large d’un matériel ayant subi une succession de pertes d’informations : du dépôt dans la tombe avec l’action des éléments climatiques et des conditions d’enfouissement, en passant par la fouille et le choix d’opérer un prélèvement ou non, jusqu’à son enregistrement et son stockage dans les collections du MRAC.

  • 4 Les travaux de restauration et de consolidation ont été réalisés par Anoek De Paepe, restauratrice (...)

28La tombe 53 telle qu’elle avait été reconstituée a été démontée en 2014 et le mobilier stocké dans les collections archéologiques du MRAC en attendant une nouvelle installation, aujourd’hui réalisée, dans le musée rénové. Plusieurs pièces de ce mobilier ont ainsi fait l’objet de nouvelles restaurations et consolidations4 grâce auxquelles une intéressante découverte, ou redécouverte, a été faite.

  • 5 « very numerous small iron beads » (Nenquin 1963 : 175).
  • 6 « ijz. parels en rondgedr. koperdr. ».

29Lors des fouilles de 1957, un trésor de perles avait été mis au jour dans l’un des récipients qui entouraient le corps (fig. 2 ; fig. 7 [12]). Dans la publication, seules sont indiquées « de très nombreuses petites perles en fer »5. L’ensemble était soudé par la corrosion, mais la nouvelle restauration a permis de mettre en évidence la présence de quelques perles en fil de cuivre enroulé en spirale, hélices ou tortillons (cf. discussion sur la nomenclature), au sein de l’amas de perles en fer. Une relecture des cahiers d’inventaire a révélé que la présence de ces perles en fil de cuivre avait cependant bien été notée lors de l’enregistrement du mobilier : « perles en fer et en fil de cuivre enroulé en spirale »6.

Le mobilier métallique de la tombe 53 de Sanga

30Bien que le mobilier céramique ne fasse pas l’objet de cette étude, il faut cependant préciser que trente-deux pots de dimensions variées et de plusieurs types entouraient le squelette. Rappelons que fer et cuivre sont systématiquement associés : bracelets ou anneaux de cheville en fer côtoyant d’autres en cuivre et les deux métaux étant parfois intimement associés comme dans le cas de la ceinture ou de l’un des deux colliers. Des formes simples voisinent avec des formes plus complexes.

  • 7 La description du mobilier est synthétisée dans des figures composées (fig. 3 à 8) qui présentent l (...)

31La nature des éléments en cuivre de la tombe 537 témoigne de l’inefficacité d’une typologie strictement formelle, les anneaux sont partout présents : bagues – et peut-être dans un cas boucle d’oreille –, bracelets, anneaux de cheville, chaînes de différentes tailles avec divers systèmes de maillons. Le module simple de l’anneau qui apparaît dans les bagues, les bracelets et anneaux de cheville, peut se rencontrer dans des objets plus complexes – comme la ceinture en chaînes de cuivre (fig. 2 [4] ; fig. 4a) – où il est décliné en plusieurs formats et dans une composition qui peut se complexifier, le plus souvent par agglutination, à l’infini. Cette ceinture est le témoin par excellence de la mise en œuvre spécifique des bijoux et ornements des tombes de l’Upemba de la période du Kisalien classique.

32De nombreux petits éléments (fig. 8) n’ont pas été inventoriés séparément mais sont pourtant très importants dans la réflexion sur la typologie. Dans une même boîte et sous le même numéro d’inventaire ont été rangés divers petits objets et fragments d’objets, parmi lesquels des agrafes. Ces dernières sont de différentes formes : bande pliée en « v », terminée par deux pointes, ou pliée en « u ». On dénombre au moins sept de ces fragments de clips et de crampons qui sont autant de vestiges d’éléments décoratifs appliqués. Les chercheurs anglo-saxons font la distinction entre deux formes d’agrafes : les clips et les stapled bands ; les seconds pouvant être traduits par « petits crampons ou cavaliers ». C. Arminjon et M. Bilimoff (1998 : 336) utilisent le terme de cavalier à propos des assemblages en rapport avec des éléments métalliques – ce qui n’est pas notre propos ici – mais la description de la forme de petites tiges recourbées en « u », disposées à cheval, correspond à celle de ces petites agrafes.

  • 8 Les agrafes ont pu avoir un rôle autre que fonctionnel, du moins à une époque plus tardive (Kabambi (...)

33Dans une autre boîte, enregistrés sous le même numéro (PO.0.0.79558), se trouve, à côté de fragments d’un ruban, un petit clou fait d’une bande de métal. Sa présence est d’un grand intérêt car il témoigne de l’usage à cette période du placage d’éléments en cuivre sur d’autres matériaux et de la fixation de celui-ci par clouage. Tous ces éléments sont peut-être à mettre en relation avec la ceinture en chaînes de cuivre qui englobaient des éléments en matériaux périssables. Rubans, clou, agrafes, crampons, cavaliers et fragments d’objets sont autant d’éléments décoratifs appliqués8, vestiges d’objets plus élaborés dont seuls les éléments métalliques subsistent.

Des mises en forme singulières aux côtés de modules simples

34Les anneaux impliquent des modes opératoires de mise en forme élémentaires : cintrage d’un fil ou d’une tige. Les chaînes sont formées de maillons assemblés linéairement (Arminjon & Bilimoff 1998 : 113). La mise en forme est relativement simple ; c’est l’exubérance de ces chaînes qui crée un objet exceptionnel. En parallèle de ces modules élémentaires et de ces techniques de mise en forme sans sophistication, des gestes techniques très singuliers ont été identifiés qui sont autant de traits culturels pouvant être retenus comme marqueurs d’un site ou d’une période culturelle.

Une vannerie de rubans de cuivre

35Il s’agit de l’entrelacement de fins rubans de cuivre pour réaliser un décor qui imite une vannerie. Un premier exemple est le petit couteau suspendu à la ceinture en anneaux de cuivre (fig. 2 et 4b [6]). Outre le fait d’être entièrement en cuivre, sa particularité est de porter, sur le manche, ce décor particulier. Or ces rubans de cuivre tissés ou tressés ont pu être aussi un élément esthétique ou non de suspension. Ces tissages de rubans de cuivre – qui sont la traduction en métal de formes réalisées en fibres –, à la fois décoratifs et fonctionnels, se rencontrent dans d’autres tombes kisaliennes où ils sont régulièrement utilisés pour réaliser un appendice décoratif permettant la suspension de pendeloques (de Maret 1985, I : 70-71, 116, II : pl. 14 et 18).

36Lors d’une observation sur la ceinture de chaînes de cuivre, en octobre 2017, S. Terry Childs avait découvert un objet inédit : un élément de suspension en forme de tube légèrement conique ouvert aux deux extrémités. Sa particularité est d’être entièrement fabriqué ou décoré d’un tissage ou tressage de rubans de cuivre. Les photos de l’objet sont de piètre qualité car la restauration de la ceinture, ancienne puisqu’elle a été faite à la réception, à la fin des années cinquante, de l’objet au musée, ne permet pas de manipuler cet objet particulier indépendamment de l’ensemble de la ceinture ; de ce fait, il reste confiné dans un ensemble artificiellement soudé par la corrosion et les restaurations anciennes (fig. 9). Ce tissage décoratif, qui enserrait donc quelque chose, avait peut-être aussi pour fonction de suspendre un objet dont toutes les parties organiques ont disparu. Ainsi, la forme tubulaire conviendrait bien au manche d’un chasse-mouche.

Figure 9 – Tube en vannerie de métal ; partie décorative d’un manche dont les éléments organiques ont disparu

Figure 9 – Tube en vannerie de métal ; partie décorative d’un manche dont les éléments organiques ont disparu

Photos : L. Garenne-Marot (à droite), L. Garenne-Marot et S. T. Childs (à gauche) © MRAC Tervuren 

Le système des cordelettes

37Le second collier de la tombe 53, en toron de perles de fer et de fil de cuivre (fig. 2 et 6 [10]), associe cuivre et fer. Ces éléments ainsi combinés empruntent à différentes techniques du travail du fil ou du ruban dans ces deux métaux.

  • 9 « It is in the copper necklaces that the technical mastery of the kisalian metal-workers is most ap (...)
  • 10 « The X-ray photographs reproduced on Plates xxix (Burial n° 34) and xxxi (Burial n° 53) clearly sh (...)

38Jacques Nenquin donne une description très succincte de ce collier mais renvoie pour de plus amples explications à un autre trouvé dans la tombe 34. Il écrit à propos de ces deux colliers : « C’est dans les colliers de cuivre que la maîtrise technique des métallurgistes kisaliens est la plus apparente »9. « Les radiographies reproduites sur les planches xxix (tombe 34) et xxxi (tombe 53) montrent clairement la méthode de fabrication. Les deux colliers sont constitués chacun d’un fil de cuivre très mince (0,2 mm de section) qui est en premier lieu enroulé en spirale pour former un tube creux de 2-3 mm de diam... [Des rangs de ces tubes] sont ensuite torsadés les uns aux autres pour former un collier plus épais »10.

  • 11 J. Nenquin évoque des tubes creux mais des fibres ont été retrouvées au cœur des spires, ce qui mon (...)

39Le terme cordelette a été retenu pour désigner ces tubes creux ou cylindres11, de 2 à 3 mm de diamètre de fin fil de cuivre enroulé en spirale, par référence à des objets similaires collectés à la fin du xixe siècle dans le Katanga (Garenne-Marot & Childs 2017 : fig. 4). La mise en forme de ces colliers, d’après la description qu’en donne Jacques Nenquin, emprunte à la technique du toronnage de cordes (op. cit. : fig. 3). Dans le cas du collier de la tombe 53, cependant, le toron est formé de deux cordelettes de fil de cuivre et de deux rangs de perles de fer (fig. 6 B). Une autre tombe de Sanga, la tombe 148, fouillée en 1974 par Pierre de Maret et contemporaine des tombes 34 et 53, a livré des parures – un collier et une ceinture – dont la facture rappelle celle des colliers des tombes 34 et 53. Les cordelettes, qu’il appelle « cylindres », sont faites à partir d’un fil de cuivre très fin (0,7 mm), tordu en « une spirale serrée autour d’une âme fibreuse » (de Maret 1985, I : 69). Les torons sont constitués par la réunion, et le tordage, dans un même geste, de plusieurs cordelettes : trois pour le toron du collier, cinq et huit pour les deux torons de la ceinture (de Maret 1985, I : 69 et 157-158, II : pl. 14).

Cordelettes ou perles en fil de cuivre enroulé en spirale ?

40Cette description technique fondée sur la lecture des radiographies (Nenquin 1963), reprise par Pierre de Maret (1985), n’a jamais été remise en question depuis. On la voit ainsi répétée, dans les ouvrages plus généraux, comme emblématique de la technicité des bijoutiers de l’Upemba (Herbert 1984 : 81).

41Or, de nouvelles données remettent en question observations et descriptions techniques antérieures. Le travail récent de restauration des objets de la tombe a mis en évidence la présence de perles de fil de cuivre au sein du trésor de perles (fig. 2 et 7 [12]). Elles étaient associées à d’autres en fer, comme celles retrouvées dans les rangs de perles en fer du collier. Le réexamen de l’ensemble des bijoux kisaliens présentant des cordelettes a permis de conclure qu’il ne s’agit pas de la même technique que celle mise en œuvre pour la fabrication des cordelettes ethnographiques, c’est-à-dire l’enroulement d’un fin fil de cuivre en une spirale serrée autour d’un âme fibreuse, mais de perles, tortillons ou hélices, faites d’un petit fil de cuivre enroulé en une spirale serrée, qui auraient été montées sur une mèche de fibres pour réaliser ce qui ressemble à une cordelette. L’étonnante fragmentation du fil des cordelettes archéologiques – qui ne s’explique ni par les effets de la corrosion ni par la taphonomie en général – et les différences de section du fil d’un fragment à l’autre trouvent ainsi leur explication.

Quelle(s) typologie(s) adopter pour un classement optimal des objets métalliques des tombes de l’Upemba ?

42Une typologie du mobilier métallique de l’Upemba n’échappe pas à la règle commune à toutes les typologies : rendre compte des continuités et des ruptures qui attestent de changements culturels. Elle doit aussi tendre à une certaine universalité. Des comparaisons peuvent ainsi être établies ultérieurement avec les mobiliers métalliques d’autres régions d’Afrique centrale, orientale et australe où les artefacts sont beaucoup plus fragmentaires et n’ont pas la richesse informative qu’offrent les contextes d’ensembles clos des cimetières de l’Upemba.

43Continuités et ruptures peuvent être observées sur deux plans majeurs, différents mais parallèles : l’aspect formel ou le style de l’objet et les techniques de mise en forme. La richesse et la qualité informative des objets métalliques des cimetières de l’Upemba autorisent une analyse sur ces plans. Par ailleurs, au sein du mobilier métallique des cimetières, à côté d’objets relativement complets, existent de nombreux artefacts résiduels en matériaux composites mais dont seules les parties métalliques ont été préservées. Ils ont souvent été négligés dans les inventaires, comme cela a pu être constaté pour la tombe 53. Ils présentent pourtant un grand intérêt car ils sont les témoins de mises en forme spécifiques et donnent ainsi la possibilité d’ancrer dans le temps certaines pratiques techniques. Il faudra donc composer non pas une mais deux typologies, chacune répondant à des objectifs bien spécifiques. Appréhender les objets selon deux typologies différentes permet non seulement de prendre en compte le mobilier dans son intégralité mais aussi, dans le cas de certains objets, de mettre en lumière différents aspects informatifs. La ceinture en chaînes de cuivre (fig. 2 et 4a [4]), par exemple, est à la fois une entrée forte de la typologie stylistique – c’est un objet composite dont l’aspect formel est un marqueur culturel – et la somme de plusieurs éléments ayant mobilisé des techniques de mise en forme spécifiques :

  • mise en forme simple de fil et de tige (le cintrage des anneaux) ;

  • mise en forme par tressage de rubans dans les éléments de suspension ;

  • assemblage d’anneaux.

44Le constat est identique pour le collier en toron de perles en fer (fig. 2 et 6 [9]) où la chaîne opératoire de sa réalisation peut être scindée en plusieurs étapes :

  • mise en forme des perles (cintrage d’un ruban de fer) ;

  • enfilage de celles-ci sur des liens ;

  • tordage des rangs de perles ainsi obtenus en un toron.

45C’est cette mise en forme finale en toron qui s’amincit aux extrémités qui confère à cet objet un style singulier.

La typologie formelle ou stylistique : des bijoux au style singulier

46Dès le début des années soixante, Jacques Nenquin (1963 : 273) soulignait la valeur informative, sociale (dans la globalité de ce terme) de certains objets des tombes de Sanga. Les fouilles ultérieures ont confirmé ces premières impressions (Hiernaux et al. 1971; de Maret 1985 : 293, annexes III).

47Un classement du matériel métallique – dans le but de caractériser de façon diachronique et synchronique –, au sein d’un même cimetière et entre les différents cimetières, les faciès culturels passait par la singularisation d’objets extra ordinaires c’est-à-dire émergeant du lot commun. De fait, certains objets, comme les ceintures en chaînes de cuivre (fig. 2 et 4a[4]), qui participent d’une mode vestimentaire et d’un goût spécifique propre à une époque, deviennent emblématiques de cette période. Ils se muent alors en marqueurs culturels, en fossiles directeurs.

La typologie des techniques de mise en forme : tendre à une certaine universalité

48Deux grands types de mise en forme sont d’emblée perceptibles dans le mobilier de la tombe 53.

49D’une part, des bijoux, bracelets et anneaux de jambe, faits d’une tige ou d’une barre épaisse, dont la massivité est importante. Le peu de transformation de ces tiges ou de ces barres, à l’origine chacune d’un bracelet ou d’un anneau, est étonnante : la mise en forme par cintrage est simple et la tige, ou la barre, est laissée relativement brute : sans décor de surface ni travail particulier des extrémités.

50D’autre part, à côté de ces formes massives, des bijoux sont créés par l’addition de petits modules : c’est le cas des anneaux constituant les chaînes en cuivre. Ce qui étonne cependant, par comparaison avec la massivité des précédents, c’est le peu de matière que nécessite chacun de ces anneaux. La massivité de la ceinture en chaînes de cuivre, qui pèse presque 3 kg (sans prendre en compte tous les éléments en fer), est liée avant tout au nombre impressionnant de ces modules légers ainsi associés.

51Dans cette typologie relative à la mise en forme du métal, une attention particulière doit être accordée à l’enroulement en spires jointives de rubans ou de fils et au recouvrement d’une âme en fibres par une bande ou un fil de métal enroulé en spirale. Sur ce point il faut s’interroger sur les formes – feuille martelée, ruban, fil – qu’emprunte le fer ou le cuivre, ainsi enroulés sur un support, puis sur les raisons présidant au choix de l’une ou l’autre des techniques : préférence pour le métal sous forme de ruban plutôt que de fil. Quand les examens métallographiques apporteront de nouvelles données, la présence ou non de tréfilage fournira ensuite un nouveau critère discriminant. Ces questions sont fondamentales dans le cadre de l’Afrique centrale et australe où bracelets et anneaux en ruban ou en fil de métal enroulé sur une âme fibreuse (les wound bangles de la littérature anglophone ; cf. Fagan 1963, 1967) ont circulé depuis si longtemps et en si grandes quantités. Dans un courriel en date du 7 mai 2018, K. de Luna (University of Georgetown, USA) évoquait indirectement l’importance de cette typologie entre bandes, rubans et fils autour d’une âme fibreuse et l’importance de ces objets en Afrique centrale et australe :

  • 12 « Has anyone done any comparative projects bringing together bangles and anklets from across centra (...)

« Est-ce que quelqu’un a fait des études comparatives de bracelets et anneaux de jambe de toute l’Afrique centrale et australe pour évaluer les styles et les techniques de fabrication des différents types d’anneaux créés en enroulant du métal sous différentes formes (métal en feuilles, rubans martelés, fils, fils tréfilés, etc.) autour de fibres ? »12.

Nouvelles typologies : comment fonctionnent-elles ?

Élaboration d’un glossaire des termes formels et techniques

52Avant de procéder à l’enregistrement des différentes étapes de mise en forme, il a été nécessaire d’établir un glossaire bilingue français/anglais, des termes fonctionnels, à la fois formels et techniques. C’est une étape incontournable au regard de la diversité des termes rencontrés, d’un ouvrage à l’autre, pour désigner un même objet ou une même technique. On peut donner l’exemple des perles en fil de cuivre enroulé en spirale qui sont parfois qualifiées de tortillons dans les ouvrages francophones ; le mot anglophone pour les désigner étant helices. Les fameux wound bangles sont un autre exemple ; la variété des nomenclatures rencontrées dans la littérature anglophone est stupéfiante. Ceci témoigne de la difficulté d’en trouver une adéquate pour désigner cet artefact qui non seulement est un objet emblématique mais représente aussi un processus technique précis, une chaîne opératoire spécifique. Côté francophone, il a également fallu trouver une dénomination qui rende compte à la fois de l’objet fini et de la technique ; c’est ainsi qu’a été retenue celle de cordelette, utilisée par les collecteurs à la fin du xixe siècle pour désigner la forme préparée pour être la base des bangles. Mais le terme de cordelière aurait aussi pu être retenu ; on le doit à Alexandre Delcommune (1922, II : 250-251), qui, sur la route de Bunkeya, reçoit cette information du chef de Kimpotto :

« Après avoir réduit le métal en fils très minces, un quart de millimètre, au moyen d’une espèce de filière, les artisans les roulent autour d’une douzaine de crins de zèbre ou de buffle et en font ainsi des cordelières très bien travaillées, d’une grosseur d’un millimètre, dont les reprises de cuivre sont à peine visibles. Ces cordelières, très appréciées dans tous les pays qui environnent le Katanga, servent de monnaie et en même temps d’ornements. Il y a, dans le village, des indigènes qui en portent une centaine à chaque pied ».

La typologie des techniques de mise en forme

53Il existe trois niveaux d’enregistrement d’un objet selon la typologie des techniques de mise en forme (fig. 10).

Figure 10 – Étapes d’enregistrement des chaînes d’actions dans les modes opératoires des mises en forme

Figure 10 – Étapes d’enregistrement des chaînes d’actions dans les modes opératoires des mises en forme

1. Formes de base. 2. Procédés simples de mise en forme. 3. Complexifications : mises en forme complexes : l’exemple des cordelettes ; assemblages complexes : exemple des torons

Graphique L. Garenne-Marot

  • La forme de base englobe le fil, la tige, le ruban, la feuille et la plaque (fig. 10.1). Ce sont ces formes qui vont être ensuite transformées en objets finis et, souvent, sont retrouvées sur les sites quand, de l’objet terminé dont ils étaient la base ou une partie, seuls des fragments sont mis au jour lors des fouilles. Ces formes de base sont une étape de transformation après l’obtention par réduction de petites masses de métal, les préformes ; les lingots en font partie. Mais ce stade des préformes, en amont des formes de base, appartient à un autre registre d’évaluation, plus difficile à mettre en évidence par une simple observation à l’œil nu. Dans le cadre d’une typologie des mises en forme, prendre la forme de base comme point de départ d’une évaluation des techniques de fabrication d’objets offre un cadre d’enregistrement plus sûr et d’emblée plus fonctionnel.

  • Les procédés simples de mise en forme (fig. 10.2) sont les techniques employées pour transformer ces formes de base : cintrage, tordage à un ou plusieurs brins, tressage, tissage, enroulement en spirale. Ces techniques de déformation sont potentiellement applicables à toutes les formes de base. Il est possible que la chaîne opératoire dans la fabrication de l’objet s’arrête à ce stade. C’est le cas des anneaux de jambe et des perles, quand elles sont prises isolément. Entre en compte, ici, la manière dont ont été terminées les extrémités : ouvertes et plus ou moins en tampons, amincies et recouvrantes, jointives bout à bout.

  • Les complexifications dans la mise en forme (fig. 10.3) se situent à des niveaux différents. Ce peut être au niveau de la mise en forme. Par exemple, une forme de base travaillée par une première mise en forme peut subir une nouvelle déformation et une tige formée (ou déformée) par tordage se trouver cintrée. Le cas le plus intéressant est celui des cordelettes. Dans le cas des perles en fil enroulé en spirale, une seule étape de mise en forme est nécessaire. Dans la fabrication de cordelettes, deux degrés de mise en forme sont nécessaires : d’abord, un enroulement d’un fil en spirale (comme précédemment), ensuite l’enroulage de ce fil sur une âme de fibres végétales. Les documents ethnographiques qui évoquent la fabrication de cordelettes montrent que ces étapes sont réalisées concomitamment. « Le cuivre était enroulé sur la fibre d’un tour de main fort habile. D’un mouvement vif, l’artisan roulait le Mutuga sur la cuisse et le fil de cuivre se serrait sur la fibre avec une parfait régularité » (de Hemptinne 1926 : 398) ; c’est-à-dire que l’enroulement en spirale est réalisé directement sur l’âme végétale (voir aussi : Hechter-Schulz 1963). Une distinction doit être faite entre la fabrication de perles en spirale de fil et celle de cordelettes. Ce sont deux schémas mentaux de chaînes opératoires bien différents.

54Les complexifications peuvent aussi intervenir au niveau des assemblages. Le cas des chaînes en anneaux de cuivre doit être ici évoqué. Tout comme celui des torons. Plusieurs brins sont torsadés ensemble pour former ce qui ressemble à une grosse corde. Précédemment, les observations de J. Nenquin (1963) puis de P. de Maret (1985) avaient conduit à la conclusion que les torons des quatre bijoux datant du Kisalien classique étaient composés de cordelettes. Il vient d’être démontré qu’il n’y avait pas de cordelettes selon la chaîne opératoire qui vient d’être évoquée, mais des perles obtenues par enroulement en spirale d’un fil. Toutefois, le principe de tordage et de toronnage reste bien là, sauf qu’à présent il faut conclure que ce sont des rangs de perles – en fer ou en un fil de cuivre enroulé en spirale – qui sont tordus ensemble pour composer les torons.

Confrontation entre typologie formelle et typologie des techniques de mise en forme

55Dans la tombe 53 de Sanga chaque objet est caractérisé par une suite, une chaîne d’actions en rapport avec la succession des étapes de sa mise en forme. La chaîne est plus ou moins longue en fonction du nombre d’actions et par conséquent de la complexité de la mise en forme. La figure 11 présente l’enregistrement du mobilier métallique selon les critères de mise en forme qui viennent d’être proposés ; cet enregistrement peut alors être confronté à celui appliquant aux objets des critères formels (typologie formelle). Dans ce tableau, une distinction a été faite entre les objets massifs (« forme unitaire ») et ceux formés de l’association de petits modules (« forme composée de plusieurs modules »), en précisant la forme de ces derniers (« anneau/spire en fil », « perle »). On visualise que peu d’objets ont une chaîne d’actions longue. Ceux qui ont la chaîne la plus courte sont tous les objets faits d’un fil ou d’une tige massive (anneaux de jambe, bracelets, bagues ; fig. 2[1], [2], [3]). Les complexifications sont de deux natures : dans la mise en forme (« mise en forme phase 2 ») et dans les assemblages. Ce tableau d’enregistrement du mobilier de la tombe (fig. 11) permet de se rendre compte qu’il n’y a pas de complexification au niveau de la mise en forme (elle s’arrête à une « mise en forme phase 1 », il n’y a de « mise en forme phase 2 »). La complexification est uniquement au niveau des assemblages. Ces derniers comprennent les assemblages en toron (qui concernent les rangs de modules de perles en fer, et ceux de perles en fer et en fil de cuivre enroulé en spirale : [8], [9], [10]) et les assemblages en chaînes, ainsi qu’en chaînes avec objets suspendus (fig. 4[4]).

Figure 11 – Typologie des techniques de mise en forme du mobilier métallique des cimetières de l’Upemba : le mobilier métallique de la tombe 53 de Sanga

Figure 11 – Typologie des techniques de mise en forme du mobilier métallique des cimetières de l’Upemba : le mobilier métallique de la tombe 53 de Sanga

Graphique L. Garenne-Marot

56La pratique de complexification par assemblage qui conduit à une accumulation par agglutination de petits éléments, est bien mise en évidence pour la tombe 53. Deux techniques spécifiques sont aussi relevées. La première concerne les tissages de rubans de cuivre sur manche rencontrés par deux fois sur des éléments qui composaient la ceinture en chaînes de cuivre ou s’y trouvaient associés (fig. 2, fig. 4b[6], fig. 9). La seconde est le placage dont la présence est donnée indirectement par le petit mobilier de rubans, fil, clou, agrafes (dernière ligne du tableau et fig. 8).

57À l’issue de cette étude, plusieurs directions sont envisageables. En dépassant la simple classification de quelques traits stylistiques, ces typologies basées sur les mises en forme permettent une caractérisation renouvelée du mobilier au-delà des classifications typo-fonctionnelles communément établies. Il est donc désormais possible, et même nécessaire, d’élargir le champ d’expertise et d’application des typologies ainsi établies.

58Il s’agit d’utiliser le large potentiel des études métallographiques, et en particulier de celles conduites par S. T. Childs dans les années 1988-1991, pour affiner et dépasser les résultats d’une observation externe des objets, à l’œil nu ou sous binoculaire. Une semblable démarche apporte des réponses à des questions spécifiques comme celles que nous nous sommes posées quant aux préformes et à la manière dont les formes de base ont pu être obtenues. Une question, entre autres, a concerné la technique utilisée pour obtenir le fil des bijoux de l’Upemba et en particulier celui, extrêmement fin, des supposées cordelettes du Kisalien classique (Garenne-Marot & Childs 2017). Aussi, de nouvelles expertises ont-elles été conduites pour apporter des éléments qui viennent compléter les données déjà acquises.

59La pertinence des données élémentaires et isotopiques pour résoudre les questions de provenance du métal, eu égard aux difficultés de qualifier précisément son origine, reste sujette à caution (Guénette-Beck & Serneels 2010). Toutefois le potentiel de ces analyses de composition et de caractérisation isotopique est certain : le schéma des éléments traces et les signatures isotopiques sont autant d’indicateurs de l’unicité ou au contraire de la multiplicité des sources et des traitements de réduction et de transformation des cuivres qui parvinrent dans l’Upemba au cours des siècles. Il est en effet possible, pour les objets en cuivre non allié, de déterminer si un groupe d’objets a pu être manufacturé à partir du même type de minerai ayant subi les mêmes conditions de réduction. En couplant changements ou permanences dans les styles et les techniques de mise en forme avec ce qui est observé dans la qualité du métal ainsi transformé, on affine les classifications et leur portée interprétative. Après celles déjà réalisées sur les croisettes, ces analyses doivent être poursuivies sur le mobilier de l’Upemba de manière plus systématique, en prenant en compte ces nouvelles typologies ainsi établies.

60S. T. Childs a mis en évidence un transfert des techniques de mise en forme d’un métal à un autre en montrant comment le cuivre avait été manipulé essentiellement par déformation plastique selon les méthodes utilisées sur le fer. Le travail du cuivre – travail de la plaque, du ruban et du fil, tordage, tressage, perforation – est directement inspiré de celui du fer, à chaud, par martelage ; des objets massifs sont construits à partir de petits morceaux de métal qui, par soudure à chaud, s’agglomèrent les uns aux autres (Childs 1990 ; 1991). À la même époque, dans d’autres cultures subsahariennes (à Igbo Ukwu, par exemple ; Shaw 1970), les objets massifs sont obtenus en fusionnant dans un même creuset plusieurs petits fragments de cuivre : le métal ainsi obtenu est ensuite mis en forme par fonderie avec des méthodes de coulée en moule grâce à la technique de la cire – ou d’autres matériaux perdus (voir à ce propos Childs & Herbert 2005). Ce qu’on observe dans l’Upemba médiéval est donc remarquable, culturellement caractéristique.

61La cohabitation dans le mobilier métallique de la tombe 53 de certains objets massifs de forme unitaire et d’autres obtenus par l’addition de petits modules ouvre le débat sur la question de la préforme, de la masse métallique à partir de laquelle le travail de façonnage a été réalisé. Les bracelets et les anneaux de jambe empruntent les formes simples d’une barre coulée – sorte de lingot de forme allongée – sur laquelle un cintrage a été opéré. Les petits anneaux fins des objets fabriqués par agglutination semblent, eux, faits à partir de petits volumes de métal. Or, une des questions importantes qui sous-tendent l’élaboration de la typologie des techniques de mise en forme est : sous quelle forme le cuivre parvient-il dans la dépression de l’Upemba, région qui est dépourvue de gisements ? Arrive-t-il sous une forme massive : barres, tiges ou autres préformes coulées ? Ou sous celle de petits nodules ou globules de cuivre métallique. Ces derniers paraissent directement mis en forme par martelage comme cela a été observé dans d’autres sites contemporains de l’Afrique centrale et australe (Tsodilo Hills : Miller & van der Merwe 1995 ; Miller 1996). Il semble que, d’après l’exemple de la tombe 53, le cuivre parvient dans l’Upemba, à la période du Kisalien classique, sous ces deux formes ; la forme massive paraît toutefois être utilisée sans transformation ultérieure. Quand les croisettes massives apparaissent dans l’Upemba, ont-elles, au-delà de leurs fonctions de prestige et de thésaurisation, vocation à être aussi des lingots, des réserves de métal que l’on peut découper, détailler à loisir ?

62La croyance en la présence de cordelettes au sein de ce mobilier doit être abandonnée au profit d’une réalité que ce travail a révélée : celle d’un montage de perles en fil de cuivre. Les cordelettes sont absentes de ces cimetières pendant cette période alors qu’elles sont retrouvées dans des sites relativement contemporains d’Afrique australe (Bandama et al. 2018). Elles étaient transformées en bangles, ornant les jambes des inhumés, comme le révèlent les tombes d’Ingombe Ilede (Fagan 1967).

63Les bracelets et anneaux de jambe de la tombe 53 sont des éléments unitaires : chacun est un module unique, à la différence des ceintures ou des colliers faits d’addition de petits modules, anneaux ou perles. Ceci illustre bien l’une des caractéristiques de la période du Kisalien classique : les rangs de perles – et notamment ceux de perles en spirale de fil de cuivre – ne sont pas utilisés en dehors des torons qui ne sont présents que dans les colliers. Pour les autres tombes de cette période le constat est le même : c’est au niveau des colliers que ces perles en spirale de fil sont utilisées ou encore, dans le cas de la tombe 148, au niveau de la ceinture. Le module perle, en fer ou en cuivre, faite d’un ruban cintré ou d’un fil enroulé en spirale est, par ailleurs, absent des parures de bras ou de jambe du Kisalien classique.

Conclusion

64Aucune typologie, aussi affinée qu’elle soit, n’est une fin en soi. Aucun artefact ne peut être étudié décontextualisé, c’est-à-dire détaché de la culture à laquelle il appartient. Les changements stylistiques observés au sein du mobilier sont révélateurs de changements culturels. Les permanences ou les ruptures dans les processus techniques sont aussi des indicateurs de continuité ou de bouleversement culturels apportant des éléments supplémentaires pour l’élaboration de schémas de fonctionnement et de développement des sociétés passées. Ces sociétés sont à l’origine de la production, de l’utilisation et de la thésaurisation des artefacts, porteurs de ces traits et témoins culturels par excellence. Tout est lié.

65La technologie est un élément culturel à part entière des sociétés qui l’ont produite ; elle est aussi le réceptacle des choix de ces mêmes sociétés qui la modèlent. À la suite de pionniers comme Marcel Mauss, André Leroi-Gourhan et André-Georges Haudricourt, Pierre Lemonnier a milité pour une reconstitution du système technologique dans son intégralité : les matériaux, les objets, les gestes, et le savoir spécifique, c’est-à-dire le know-how des anglophones (Lemonnier 1992 : 5). Pour ce faire, et pour prendre ainsi en compte tous les éléments liés à la technique et à son inscription sociétale, il préconise de consigner les chaînes opératoires de la manière la plus extensive et exhaustive possible. Or, le patrimoine archivistique (photos, films, notes) et mobilier (objets finis, outils) des collections ethnographiques du MRAC permet de reconstituer dans leur intégralité certaines chaînes opératoires disparues, mais dont l’enregistrement est ainsi archivé. C’est le cas du tréfilage du cuivre dans une région du Katanga (Garenne-Marot 2019).

66Malheureusement, un hiatus fondamental existe entre les informations données par les chaînes opératoires documentées lors d’enquêtes ethnographiques et celles que l’on extrait de ce qui a pu survivre en contexte archéologique. Le geste est définitivement perdu et l’outil, lui-même, perd de sa signification technique à partir du moment où il est séparé du geste qui l’accompagnait.

67Il convient toutefois, dans les limites des données préservées, de consigner ce qui touche aux emprunts et aux innovations, aux permanences et aux changements : ce qui relève du style technologique, c’est-à-dire ce choix conscient ou non, d’emprunter ou de ne pas emprunter, d’innover ou de continuer dans un système technique qui répond aux besoins socio-culturels. Il s’agira ensuite de connecter ces changements technologiques à d’autres changements dans d’autres sphères politique, économique et sociale et de tenter d’en déceler la logique éventuelle.

Ce travail s’inscrit dans le projet BRAIN (Belgian Research Action through Interdisciplinary Networks), EACoM (Egyptian and African Copper Metallurgy), financé par la politique scientifique belge (BELSPO). Mes remerciements s’adressent en premier lieu à l’équipe du service Patrimoines au Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) : Els Cornelissen, Nadine Devleeschouwer, Alexandre Livingstone Smith, Nicolas Nikis, et Julien Volper pour leur soutien indéfectible, leurs conseils et leurs multiples contributions et aussi à celle du service Gestion des collections du MRAC et, dans le cadre de ce travail spécifique, tout particulièrement à Anoek De Paepe et Siska Genbrugge pour leur aide si précieuse. Un grand merci à Terry Childs, pionnière dans l’observation et l’analyse du mobilier métallique de l’Upemba, dont les remarques et corrections sont toujours bienvenues.

Haut de page

Bibliographie

Arminjon C. & Bilimoff M. (1998) – L’art du métal : vocabulaire technique. Paris, Éditions du patrimoine.

Bandama F., Munyaradzi M. & Chririkure S. (2018) – Copper wire objects from Jahunda and Little Mapela: technology, value systems and networks in Iron Age southern Africa. Azania: Archaeological Research in Africa, 53(4): 528-545.

Briand A., Dubreucq E., Ducreux A., Feugère M., Galtier C., Girard B., Josset D., Mulot A., Taillandier V. & Tisserand N. (2013) – Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum. Les Nouvelles de l’Archéologie, 131 : 14-19.

Childs S.T. (1990) – Copper and iron: Bearers of power and status in Zaire and Zimbabwe. Final report. On file, J. P. Getty Foundation, CA.

Childs S.T. (1991) – Transformations: iron and copper production in Central Africa. MASCA research papers in science and archaeology, 8(1): 33-46.

Childs S.T., Dewey W., Bitanko Kamwanga M. & de Maret P. (1989) – Iron and Stone Age research in Shaba Province, Zaïre: an interdisciplinarity and international effort. Nyame Akuma, 32: 54-59.

Childs S.T. & Herbert E. (2005) – Metallurgy and its Consequences. In: A. B. Stahl (ed.), African archaeology, Oxford, Blackwell: 276-300.

de Hemptinne J. (1926) – Les « Mangeurs de cuivre » du Katanga. Congo: revue générale de la colonie belge, I (3) : 371-403.

Delcommune A. (1922) – Vingt années de vie africaine. Récits de voyages, d’aventures et d’exploration au Congo Belge. 1874-1893. Bruxelles, Veuve Ferdinand Larcier.

de Maret P. (1981) – L’évolution monétaire du Shaba central entre le 7e et le 18e siècle. African Economic History, 10: 117-149.

de Maret P. (1985) – Fouilles archéologiques dans la vallée du Haut-Lualaba, Zaïre. 2 : Sanga et Katongo, 1974. Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, Annales, série sciences humaines, 120, 2 vol.

de Maret P. (1990) - Phases and facies in the Archaeology of Central Africa. In: P. T. Robertshaw (ed.), A History of African archaeology, London, James Currey publ.: 109-134.

de Maret P. (1992) – Fouilles archéologiques dans la vallée du Haut-Lualaba, Zaïre. III. Kamilamba, Kikulu, et Malemba Nkulu, 1975. Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, Annales, série sciences humaines, 131, 2 vol.

de Maret P. (1995) – Histoires de croisettes. In: L. de Heusch (éd), Objets-signes d’Afrique, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, Gand, Snoeck-Ducaju & Zoon : 133-145.

de Maret P. (1999) – The power of symbols and the symbols of power through time: probing the Luba past. In : S. K. McIntosh (ed): Beyond Chiefdoms: Pathways to Complexity in Africa, Cambridge, Cambridge University Press: 151-165.

Fagan B. M. (1963) – Wire drawing. South African Journal of Science, 59(11): 525-526.

Fagan B. M. (1967) – Excavations at Ingombe Ilede, 1960-2. In: B. M. Fagan, D. W. Phillipson & S. G. H. Daniels, Iron Age Cultures in Zambia: Dambwa, Ingombe Ilede, and the Tonga, London, Chatto & Windus: 57-161.

Fort B & Tisserand N. (2013) – Le mobilier métallique et l’instrumentum : approches méthodologiques. Les Nouvelles de l’archéologie, 131 : 1-58.

Garenne-Marot L. & Childs S.T. (2017) – Adorned with Copper and Iron: Old Investigations and New Avenues of Research on the Upemba (Democratic Republic of Congo) objects and the copper forming processes. Nyame Akuma, 88: 16-26.

Garenne-Marot L. (2019) – Proceso de trefilado en la antigua Katanga, República del Congo : la riqueza de los fondos arqueológicos, etnográficos y de archivo del Museo Real de África Central en Tervuren, Bélgica. Nerter (Primavera-Verano), 30-31: 40-51.

Giligny F. (2005) – De la fouille à l’interprétation: le traitement des données. In : J.-P. Demoule, F. Giligny, A. Lehoërff & A. Schnapp (éds), Guide des méthodes de l’archéologie, Paris, éd. La Découverte, Guides repères : 129-186.

Giot P. R. & Langouet L. (1984) – La datation du passé. La mesure du temps en archéologie. Revue d’Archéométrie, Rennes, Université de Rennes I, G.M.P.C.A. éd.

Guénette-Beck B. & Serneels V. (2010) – L’interprétation archéologique des données isotopiques de plomb. ArcheoSciences [Online] 34. URL: http://journals.openedition.org/archeosciences/2850 ; DOI : 10.4000/archeosciences.2850

Hechter-Schulz K. (1963) – Wire bangles, a record of a Bantu craft. A note on the making of brass wire bangles by a Shangaan on the Gold Mines near Springs. South African Journal of Science, 59(2): 51-53.

Herbert E. W. (1984) – Red gold of Africa: Copper in Precolonial History and Culture. Madison, University of Wisconsin press.

Hiernaux J., de Longrée E. & De Buyst J. (1971) – Fouilles archéologiques dans la vallée du Haut-Lualaba (Zaïre). I. Sanga, 1958. Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, Annales, série sciences humaines, 73.

Legros V. (2001) – Étude du mobilier métallique des fermes médiévales du « Bellé » à Neuilly-en-Thelle (Oise) - Approche technique et fonctionnelle. Revue archéologique de Picardie, 1-2 : 39-72.

Lemonnier P. (1992) – Elements for an Anthropology of Technology. Ann Harbor, Museum of Anthropology, University of Michigan, Anthropological Papers’ 88.

Miller D. E. & van der Merwe N. J. (1995) – Late Iron Age metal working at Nqoma, Tsodilo Hills, northwestern Botswana. Historical Metallurgy Journal, 29(2): 94-103.

Miller D. (1996) – The Tsodilo Jewellery: Metal Work from Northern Botswana. Rondebosch, University of Cape Town Press.

Moberg C.-A. (1980) – Introduction à l’archéologie. Paris, Maspéro.

Nenquin J. (1963) - Excavations at Sanga 1957: The protohistoric necropolis. Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 45.

Nikis N. (2017) – Étude de cas : lingots de cuivre en Afrique centrale. In : A. Livingstone Smith, E. Cornelissen, O. P. Gosselain & S. MacEachern (éds), Manuel de terrain en Archéologie africaine, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale : 197-201.

Nikis N. & Livingstone Smith A. (2017) – Copper, Trade and Polities: Exchange Networks in Southern Central Africa in the 2nd Millennium CE. Journal of Southern African Studies, 43(5): 895-911. https://doi.org/10.1080/03057070.2017.1356123

Rademakers F.W., Nikis N., De Putter T. & Degryse P. (2019) – Provenancing Central African copper croisettes: A first chemical and lead isotope characterization of currencies in Central and Southern Africa. Journal of Archaeological Science 111. https://doi.org/10.1016/j.jas.2019.105010

van Doosselaere B. (2014) – Le Roi et le Potier. Étude technologique de l’assemblage céramique de Koumbi Saleh, Mauritanie (5e/6e-17e siècles AD). Reports in African Archaeology 5, Frankfurt am Main, Africa Magna Verlag.

Haut de page

Notes

1 Nikis N. (2012) – La métallurgie ancienne du cuivre dans le Copperbelt : synthèse des données archéologiques et anthropologiques. Mémoire de master en histoire de l’art et archéologie, Bruxelles, Université libre de Bruxelles. Un autre travail préliminaire avait été conduit par S. Capelle (2002-2003) – La métallurgie du cuivre en Afrique Centrale. Mémoire de maîtrise, Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ces tentatives de classifications faisaient toutefois appel à des critères formels.

2 « Each object was classified according to an arbitrary scheme based on geometric shape, unless the function of the artefact was obvious ».

3 Tous les objets analysés jusqu’à présent sont en cuivre non allié ; aucun alliage de cuivre n’a été décelé dans le mobilier des cimetières de l’Upemba. Une campagne systématique d’analyses P.XRF a été conduite en 2015 par F. Rademakers (KUL) sur les objets en métal à base de cuivre des tombes. Elle a permis de qualifier le métal et de préciser à nouveau qu’aucun alliage de cuivre n’était présent dans ces tombes.

4 Les travaux de restauration et de consolidation ont été réalisés par Anoek De Paepe, restauratrice au service de gestion des collections du MRAC. Un grand nombre de ses photos ont d’ailleurs été utilisées dans cette publication.

5 « very numerous small iron beads » (Nenquin 1963 : 175).

6 « ijz. parels en rondgedr. koperdr. ».

7 La description du mobilier est synthétisée dans des figures composées (fig. 3 à 8) qui présentent le mobilier métallique de la tombe selon chaque grand groupe (bracelets, anneaux de jambe et bagues, ceintures, colliers, etc.). Les numéros PO.0.0.79… renvoient aux numéros d’inventaire de l’objet dans les cahiers d’enregistrement et les chiffres entourés d’un cercle aux objets figurant sur le graphique représentant la position reconstituée du matériel métallique (fig. 2). Ces mêmes chiffres sont repris dans les figures et les tableaux typologiques. Dans le texte principal, le cercle est remplacé par deux crochets : exemple [1], [2].

8 Les agrafes ont pu avoir un rôle autre que fonctionnel, du moins à une époque plus tardive (Kabambien). Dans la tombe 4 de Katongo, une vingtaine d’agrafes en « u » terminées par deux pointes triangulaires étaient mélangées à un lot important de petites croisettes. L’ensemble se trouvait sur la hanche gauche (de Maret 1985, I : 212-213 et II, pl. 41,5).

9 « It is in the copper necklaces that the technical mastery of the kisalian metal-workers is most apparent » (Nenquin 1963 : 191-192).

10 « The X-ray photographs reproduced on Plates xxix (Burial n° 34) and xxxi (Burial n° 53) clearly show the method of manufacture. Both necklaces consist of very thin copper wire (about two tenths of a mm. in section) which is first spirally wound to form a hollow tube of 2-3 mm diam… [Strands of these tubes] are twisted around each other so as to form a larger necklace » (Nenquin 1963 : 192, pl. xxix, xxxi. Voir aussi la fig. 60.2 qui est une tentative de reconstitution du collier de la tombe 34 tel qu’il devait être à l’origine).

11 J. Nenquin évoque des tubes creux mais des fibres ont été retrouvées au cœur des spires, ce qui montre qu’il vaut mieux parler de cylindres que de tubes creux. Une photo du collier de la tombe 34 (collection MRAC, n° inventaire PO.0.0.79439) dans son état actuel permet de visualiser ces cylindres de fil enroulé en spires serrées autour d’une âme en fibres qui constituent la base de ce collier est visible sur le site Web du MRAC : https://www.africamuseum.be/fr/discover/focus_collections/display_object?objectid=32810

12 « Has anyone done any comparative projects bringing together bangles and anklets from across central and southern Africa to assess the styles and manufactures of the many kinds of bangles created by wrapping different forms of metal (foils, hammered strips, drawn wire, etc.) around fibers? ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 1 – Carte de localisation
Crédits © N. Nikis et L. Garenne-Marot
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 2 – Position reconstituée du mobilier métallique de la tombe 53 de Sanga (graphique L. Garenne-Marot).
Légende En haut à gauche : carte postale datée des années soixante-dix de la tombe reconstituée et présentée au Musée royal de l’Afrique centrale
Crédits © Archives section Préhistoire, Patrimoines, MRAC Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3 – Bracelets, anneaux de jambe et bagues de la tombe 53 de Sanga
Crédits © MRAC, Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 4a – Mobilier au niveau du bassin : la (ou les) ceinture(s) en chaînes de cuivre de la tombe 53 de Sanga
Légende 1. Les chaînes en fil de cuivre
Crédits © MRAC, Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 4b – Mobilier au niveau du bassin : la ceinture en chaînes de cuivre de la tombe 53 de Sanga
Légende 2. Les objets associés
Crédits © MRAC, Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 5 – Mobilier au niveau du bassin : les deux autres ceintures de la tombe 53 de Sanga
Crédits © MRAC, Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 6 – Les colliers de la tombe 53 de Sanga
Crédits © MRAC, Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 7 – Épingle en fil de cuivre et trésor de perles de la tombe 53 de Sanga
Crédits © MRAC, Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 8 – Petit mobilier métallique (ruban, clou, fils, agrafes-clips et agrafes-crampons) de la tombe 53 de Sanga
Crédits © MRAC, Tervuren
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 9 – Tube en vannerie de métal ; partie décorative d’un manche dont les éléments organiques ont disparu
Crédits Photos : L. Garenne-Marot (à droite), L. Garenne-Marot et S. T. Childs (à gauche) © MRAC Tervuren 
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 10 – Étapes d’enregistrement des chaînes d’actions dans les modes opératoires des mises en forme
Légende 1. Formes de base. 2. Procédés simples de mise en forme. 3. Complexifications : mises en forme complexes : l’exemple des cordelettes ; assemblages complexes : exemple des torons
Crédits Graphique L. Garenne-Marot
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 11 – Typologie des techniques de mise en forme du mobilier métallique des cimetières de l’Upemba : le mobilier métallique de la tombe 53 de Sanga
Crédits Graphique L. Garenne-Marot
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2432/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Garenne-Marot, « Typologie du mobilier métallique fondée sur les techniques de mise en forme  »Afrique : Archéologie & Arts, 15 | 2019, 23-52.

Référence électronique

Laurence Garenne-Marot, « Typologie du mobilier métallique fondée sur les techniques de mise en forme  »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.2432

Haut de page

Auteur

Laurence Garenne-Marot

laurence.marot@africamuseum.be – Projet EACoM (Egyptian and African Copper Metallurgy), Service Patrimoines, Musée royal de l’Afrique centrale, Leuvensteenweg 13, B-3080 Tervuren / laurence.g.marot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search