Navigation – Plan du site

Flammes trompeuses : interprétation de quelques photos d’archives de scènes iconoclastes

Misleading flames: interpretation of some archive pictures of “iconoclastic scenes”
Julien Volper
p. 89-96

Résumés

La destruction d’objets rituels d’Afrique centrale par les missionnaires catholiques mais aussi protestants est un sujet dont l’illustration par le biais de documents photographiques n’est pas toujours des plus aisées. Dans cet article trois cas de bûchers censés consumer des objets païens seront analysés et permettront notamment de distinguer la réalité historique de la mise en scène ou de l’erreur interprétative.

Haut de page

Texte intégral

1Tout chercheur travaillant sur les activités missionnaires au Congo ou en Angola aux xixe et xxe siècles peut être amené à aborder la question de la destruction des fétiches. Notre but n’est pas tant ici de traiter à proprement parler de ce sujet, mais de montrer que les témoignages photographiques permettant de visualiser lesdites pratiques sont peu nombreux et qu’il est extrêmement facile de tomber dans l’erreur interprétative.

  • 1 Cliché utilisé dans le cadre d’un chapitre de catalogue d’exposition (Volper 2010 : 124).
  • 2 D’après des informations fournies le 17 octobre 2016 par Julian Lock, archiviste au Regent’s Park C (...)
  • 3 « Ready to unpack for the fire ».

2L’un des premiers clichés iconoclastes auquel j’ai personnellement été confronté1 avait été réalisé à Kibokolo (Angola) par Arthur E. Guest, de la Baptist Missionary Society, probablement dans les années vingt (fig. 1). Certes aucune flamme dévoreuse n’avait été immortalisée, mais la manière dont ces objets rituels2 avaient été brutalement réunis, exposés et photographiés ne correspondait pas véritablement à l’illustration d’une collecte à visée muséale. Une ancienne légende accompagnant ce cliché renforçait cette première impression quant au devenir de ces artefacts pour nombre d’entre eux encore dissimulés dans des textiles grossiers : « Prêts à être déballés pour le brasier »3.

Figure 1 – Ready to unpack for the fire

Figure 1 – Ready to unpack for the fire

Photographie argentique d’Arthur E. Guest, années vingt, Kibokolo (Angola)
Collection : The Angus Library and Archive, Regent’s Park College (Oxford)
N° d’inventaire : A-P-43-38 bis

© The Angus Library and Archive, Regent’s Park College

3Ceci étant, tout foyer alimenté par des objets n’est pas la preuve d’une activité missionnaire, l’exemple que nous allons présenter en attestera.

4Dans le cadre de la rénovation du musée royal de l’Afrique centrale (MRAC-KMMA), une salle a été consacrée aux collectes et acquisitions avec, en son sein, une vitrine où le texte suivant témoigne des collectes missionnaires : « Au Congo, les premiers missionnaires rejetaient les pratiques religieuses africaines et détruisaient des objets qu’ils tenaient pour « païens ». Les missionnaires résidant depuis plus longtemps dans la colonie se montraient souvent plus compréhensifs et s’intéressaient de plus près aux langues et cultures congolaises ». Une photo prise en 1909 dans la région de Stanleyville (Kisangani, R. D. Congo) figure au bas de ces lignes et est censée illustrer ces premières destructions sauvages (fig. 2). A priori, tout y est : il y a des objets et des flammes les consument. Toutefois, une étude plus méticuleuse du cliché nous conduit à suggérer de le retirer du cartel… ce qui devrait être fait au moment de la publication de ce texte.

Figure 2 Feu de boucliers

Figure 2 – Feu de boucliers

Photographie argentique d’Adolphe Jean-Marie G. de Meulemeester, 1909, région de Kisangani (RDC)
Collection : Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren)
N° d’inventaire : AP.0.0.11122

© MRAC-KMMA

5En effet, la nature des pièces destinées à être réduites en cendres soulève quelques interrogations. En quoi des boucliers témoigneraient-ils de « rites païens » à éradiquer ? Par ailleurs, l’homme figurant à côté du bûcher n’est pas vraiment un catéchumène et s’apparente plutôt à un soldat de la Force publique. Quant au photographe, dont le nom est correctement renseigné dans les archives du MRAC, il s’agit non pas d’un missionnaire mais du commissaire général de l’ancienne Province orientale, Adolphe Jean-Marie G. de Meulemeester. Précisons tout de même qu’il existe bien un jésuite possédant le même patronyme, Ernest de Meulemeester, mais celui-ci officiait sur le territoire de la préfecture apostolique du Kwango placée sous l’autorité de la Compagnie de Jésus. La région de Stanleyville (actuelle Kisangani), où les boucliers en feu ont été photographiés, relevait plutôt de l’autorité religieuse des prêtres du Sacré-Cœur.

6En fait, ce type de destruction d’armes témoigne non pas de pratiques missionnaires mais bien de pratiques militaro-policières accompagnant l’écrasement ou la prévention d’une rébellion armée. Cette interprétation fut également défendue par Boris Wastiau (2000 : 17-18). On peut d’ailleurs remarquer que deux types de boucliers sont bien identifiables sur le cliché photographique : l’un était en usage notamment chez les Wagenia et l’autre chez les Topoke. Or, on sait que, dans la première décennie du xxe siècle, différentes ethnies de la région de Kisangani furent impliquées dans des actions violentes à l’encontre d’Européens ou de sociétés européennes. Ainsi, en 1905, deux agents de la Compagnie du Lomami et plusieurs employés africains ont été tués par un groupe topoke (Morissens 1912 : 149). Il va sans dire que l’on peut difficilement parler, dans ce cas-là comme dans d’autres, d’agressions et de meurtres gratuits. Les pratiques délictueuses, voire franchement criminelles, qu’exercaient les compagnies sur les populations de statut indigène contribuent grandement à contextualiser ces actes de rébellion armée.

7La dernière « scène de bûcher » qui va maintenant être abordée est très connue et fut publiée ou exposée de nombreuses fois (fig. 3). Toutefois, l’explication donnée à la scène figée sur argentique varie grandement d’un texte à l’autre comme l’attestent les quelques exemples qui suivent. En 1989, Raoul Lehuard la publie avec la phrase de contextualisation suivante :

« Cette photo, prise par le révérend Karlman en 1911, montre un groupe de jeunes hommes bwende, appartenant à une secte religieuse, brûlant des sculptures dont ils se sont emparés par la force au musée de Kingoyi. Quand on sait tout le cœur que mit E. Karlman à édifier son musée, on imagine sa tristesse devant cet évènement qu’il se contenta de photographier. On observe, près du feu, quelques fétiches qui n’ont pas encore été détruits ». (Lehuard 1989 : 629).

Figure 3 – Sans légende

Figure 3 – Sans légende

Photographie argentique d’Edvard Karlman, 1911, Kingoyi (RDC)
Collection : Världskulturmuseet (Göteborg)
N° d’inventaire : 9998.0005
http://collections.smvk.se/​carlotta-em/​web/​object/​2475991

© Etnograficska Museet

  • 4 Information communiquée par Jan Ohlson, archiviste de la Mission Covenant Church of Sweden, le 09 m (...)
  • 5 Au début des années vingt, ce terme de mouvement ngunsa doit être compris dans le cadre de la fièvr (...)

8Dans les années quatre-vingt-dix, un récit assez similaire fut utilisé pour un cartel d’exposition en Suède4, mais il importe de souligner quelques variantes. Ainsi la photographie est dite avoir été prise dans les années vingt et la « secte religieuse » se voit renseignée comme étant un « mouvement ngunsa »5.

9En revanche, Lotten Gustafsson-Reinius aborde la photo sous un angle différent (Gustafsson-Reinius 2008 : 302-304). S’appuyant sur les mémoires de Svante August Flodén (1861-1946), religieux de la Svenska Missionsförbundet (Alliance missionnaire suédoise ou SMK) dans lesquels il décrit une destruction d’artefacts rituels et de symboles d’autorité supervisée par les missionnaires au village Kibunzi (Flodén 1933 : 165-167), l’auteure légende le cliché de la figure 3 de la façon suivante : « Feu de joie. Destruction d’objets de pouvoir à la mission suédoise de Kingoyi en 1912 ou 1913 ».

10Que penser de cette photographie, comment l’interpréter et la contextualiser ? Il faut d’abord s’interroger sur la véracité d’un récit décrivant Edvard Karlman, autre missionaire de la SMK, horrifié par un assaut mené contre son musée par une « foule fanatisée », laquelle semblant se réduire à six adolescents. Ledit récit devient plus incroyable encore lorsqu’il est affirmé que le missionnaire, face à ce désastre, se serait contenté de prendre une photo en demandant à sa demi-douzaine d’agresseurs de poser en exhibant bien les objets qu’ils s’apprêtent à détruire ! De plus, l’étude des archives photographiques suédoises permet de mettre en avant un autre cliché (fig. 4) sur lequel nous retrouvons les six jeunes hommes de la figure 3 et leurs objets. Cette photo, également prise par Edvard Karlman, est datée de 1912, ce qui nous permet d’abandonner l’interprétation « mouvement ngunsa ». Par ailleurs, ce cliché est contextualisé de la manière suivante :

  • 6 « Ungdomar överger sina feticher och konverterar till kristendomen. Här unga män på väg att överläm (...)

« Une jeunesse engagée à abandonner les minkissi afin de se convertir au Christianisme. Ici, ces jeunes gens en route pour déposer leurs minkissi au musée de la mission de Kingoyi dirigée par le missionnaire Edward Karlman »6.

Figure 4 – Ungdomar överger sina feticher och konverterar till kristendomen. Här unga män på väg att överlämna sina Minkisi till museet som hörde till missionsstationen i Kingyi, som leddes av missionären Edward Karlman

Figure 4 – Ungdomar överger sina feticher och konverterar till kristendomen. Här unga män på väg att överlämna sina Minkisi till museet som hörde till missionsstationen i Kingyi, som leddes av missionären Edward Karlman

Photographie argentique d’Edvard Karlman,1912, Kingoyi (RDC)
Collection : Världskulturmuseet (Göteborg)
N° d’inventaire : 0177.0025
http://collections.smvk.se/​carlotta-em/​web/​object/​1461315

© Etnografiska Museet

  • 7 La disposition peu naturelle de ces quatre statuettes a également attiré l’attention de Lotten Gust (...)

11Rien dans cette légende ne permet donc de supposer une volonté de destruction. Toutefois, la photo du bûcher existe bel et bien. Edvard Karlman aurait-il décidé de finalement détruire les « diableries païennes » ? Cette hypothèse apparaît peu probable si l’on considère l’investissement ethnographique et muséal de ce missionnaire. Les jeunes gens auraient-ils insisté avec succès auprès de lui, avec tout le zèle dont peuvent parfois faire preuve des nouveaux convertis, pour détruire ces objets et faire un vibrant acte de foi ? Cela aurait pu être envisageable, mais un détail de la figure 3 pose vraiment problème. Outre les objets tenus en mains par les six congolais, on distingue également quatre statuettes savamment disposées sur le sol au premier plan7… mais aucun objet dans le feu.

12En conclusion, les différents éléments avancés nous conduisent à dire que l’une des plus emblématiques photos matérialisant les destructions missionnaires ne serait en définitive qu’une mise en scène et que, malgré ce que la photo laisse entendre, aucun des objets présents n’a, au final, été détruit.

13Un autre cliché, réalisé encore une fois par Edvard Karlman et provenant des archives suédoises, vient renforcer cette interprétation : il s’agit d’un aperçu des collections du musée missionnaire de Kingoyi en 1927 (Samling i museet vid missionsstationen, fig. 5). Nous pouvons y voir, en bas à gauche de la photo, la statue que portait en 1912 le deuxième personnage en partant de la gauche sur la figure 4 et le premier en partant de la droite sur la figure 3.

Figure 5 – Samling i museet vid missionsstationen

Figure 5 – Samling i museet vid missionsstationen

Photographie argentique d’Edvard Karlman, 1927, Kingoyi (RDC)
Collection : Världskulturmuseet (Göteborg)
N° d’inventaire : 0177.0026
http://collections.smvk.se/​carlotta-em/​web/​object/​1461316

© Etnografiska Museet

14Alors pour quelle raison une telle photo de bûcher factice fut-elle réalisée ? À mon sens, deux hypothèses sont envisageables.

15La première serait que ce faux bûcher ait eu un rôle à jouer dans une sorte de cérémonie peut-être mise au point par Edvard Karlman lui-même. Cette destruction symbolique aurait pu être conçue comme un moyen pédagogique permettant de faire accepter – et donc d’une certaine manière de faire comprendre – à de jeunes convertis, la transformation d’un objet rituel « païen » en objet muséal devenu « neutre » d’un point de vue religieux.

16La seconde serait que cette photo ait peut-être été amenée à servir la propagande de la Svenska Missionsförbundet. Elle aurait ainsi été pensée comme une allégorie du christianisme triomphant du paganisme destinée, par exemple, à une revue missionnaire.

17Nous espérons pouvoir approfondir dans le futur ces deux pistes de recherche qui permettront peut-être de donner enfin une légende fiable au cliché de la figure 3.

18Toutefois, le but recherché de cet article dépasse, à bien des égards, une simple étude de cas et l’attribution d’une légende correcte à un cliché particulier. Nous avons surtout voulu montrer que la photographie peine encore à être perçue comme document d’études à part entière, et donc devant être soumis à une méthodologie critique. Des chercheurs comme Isen About et Clément Chéroux ont d’ailleurs fort bien résumé ce problème récurrent lorsqu’ils affirment que la volonté de faire de l’Histoire par l’image pouvait malheureusement aboutir à ne faire que de l’Histoire illustrée (About & Chéroux 2000 : 24).

Haut de page

Bibliographie

About I. & Chéroux C. (2001) – L’Histoire par la photographie. Études photographiques, 10 : 8-33. http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/261

Flodén S. A. (1933) – “Tata” Flodén berättar Kongominnen 1. Stockholm, Svenska missionsförbundets förlag.

Gustafsson-Reinius L. (2008) – La leçon des choses : grammaire cachée des collections congolaises dans les musées suédois. Ethnologie Française, xxxviii (2) : 301-313.

Gustafsson-Reinius L. (2017) – Ögonblicket innan. Fotografisk Tidskrift, 1: 26-27.

Lehuard R. (1989) – Art bakongo : les centres de style. Arnouville, éds Arts d’Afrique Noire.

Morissens G. (1912) – L’œuvre civilisatrice au Congo belge. Mons, imprimerie Léon Dequesne.

Sarró R. & Mélice A. (2016) – Le kimbanguisme et le prophétisme kongo, la tradition messianique dans la religion kongo. In : Du Jourdain au Congo : art et christianisme en Afrique centrale, Paris, éds Flammarion : 150-163.

Volper J. (2010) – L’art zombo dans la collection E. Dartevelle. In : Carnets de voyage : Edmond Dartevelle, un valeureux explorateur africain, Sarran, musée du Président Jacques Chirac : 104-125.

Wastiau B. (2000) – Exit Congo Museum : un essai sur la « vie sociale » des chefs d’oeuvres du musée de Tervuren. Tervuren, éditions du MRAC.

Haut de page

Notes

1 Cliché utilisé dans le cadre d’un chapitre de catalogue d’exposition (Volper 2010 : 124).

2 D’après des informations fournies le 17 octobre 2016 par Julian Lock, archiviste au Regent’s Park College, lesdites pièces semblaient avoir été prises dans une localité appelée Kinlenge.

3 « Ready to unpack for the fire ».

4 Information communiquée par Jan Ohlson, archiviste de la Mission Covenant Church of Sweden, le 09 mars 2016. Le 10 mars 2016, Jan Ohlson fournissait une autre légende pour ce cliché, vraisemblablement antérieure aux autres car rattachée à l’ancien numéro d’inventaire de la photographie : avgudarna brännes « les idoles brûlent ».

5 Au début des années vingt, ce terme de mouvement ngunsa doit être compris dans le cadre de la fièvre prophétique qui se développa en marge des actions de Simon Kimbangu (Sarró & Mélice 2016 : 154).

6 « Ungdomar överger sina feticher och konverterar till kristendomen. Här unga män på väg att överlämna sina Minkisi till museet som hörde till missionsstationen i Kingyi, som leddes av missionären Edward Karlman ». 

7 La disposition peu naturelle de ces quatre statuettes a également attiré l’attention de Lotten Gustafsson-Reinius dans un article récent (Gustafsson-Reinius 2017 : 26).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Figure 1 – Ready to unpack for the fire
Légende Photographie argentique d’Arthur E. Guest, années vingt, Kibokolo (Angola) Collection : The Angus Library and Archive, Regent’s Park College (Oxford) N° d’inventaire : A-P-43-38 bis
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Figure 2 Feu de boucliers
Légende Photographie argentique d’Adolphe Jean-Marie G. de Meulemeester, 1909, région de Kisangani (RDC) Collection : Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren) N° d’inventaire : AP.0.0.11122
Crédits © MRAC-KMMA
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 3 – Sans légende
Légende Photographie argentique d’Edvard Karlman, 1911, Kingoyi (RDC) Collection : Världskulturmuseet (Göteborg) N° d’inventaire : 9998.0005 http://collections.smvk.se/​carlotta-em/​web/​object/​2475991
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 4 – Ungdomar överger sina feticher och konverterar till kristendomen. Här unga män på väg att överlämna sina Minkisi till museet som hörde till missionsstationen i Kingyi, som leddes av missionären Edward Karlman
Légende Photographie argentique d’Edvard Karlman,1912, Kingoyi (RDC) Collection : Världskulturmuseet (Göteborg) N° d’inventaire : 0177.0025 http://collections.smvk.se/​carlotta-em/​web/​object/​1461315
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 5 – Samling i museet vid missionsstationen
Légende Photographie argentique d’Edvard Karlman, 1927, Kingoyi (RDC) Collection : Världskulturmuseet (Göteborg) N° d’inventaire : 0177.0026 http://collections.smvk.se/​carlotta-em/​web/​object/​1461316
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Volper, « Flammes trompeuses : interprétation de quelques photos d’archives de scènes iconoclastes », Afrique : Archéologie & Arts, 15 | 2019, 89-96.

Référence électronique

Julien Volper, « Flammes trompeuses : interprétation de quelques photos d’archives de scènes iconoclastes », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2592 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.2592

Haut de page

Auteur

Julien Volper

julien.volper@africamuseum.be – Musée royal de l’Afrique centrale 13, Leuvensesteenweg 3080 Tervuren (Belgique)

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals