Navigation – Plan du site
Recensions d'ouvrages

Gutierrez M. & Benjamim M. H. (dir., 2019) – Recherches Archéologiques à Baia Farta (Benguela-Angola) / Pesquisas Arqueológicicas na Baia Farta (Benguela-Angola)

Paris, L’Harmattan, 203 p.
Élisée Coulibaly
p. 115-116
Référence(s) :

Gutierrez M. & Benjamim M. H. (dir., 2019) – Recherches Archéologiques à Baia Farta (Benguela-Angola) / Pesquisas Arqueológicicas na Baia Farta (Benguela-Angola). Paris, L’Harmattan, 203 p.

Texte intégral

1Ce livre publié en co-direction, préfacé par les ambassadeurs Sylvain Itté et Joao Bernardo de Miranda, constitue une importante contribution à l’histoire de l’Angola. Il a la particularité d’être bilingue, français/portugais, édité en double colonne. Son abondante illustration (photos, cartes, tableaux et iconographies d’époque) rend agréable la lecture des cinq chapitres qui le constituent.

2Dans le premier, Manuel Gutierrez, spécialiste de l’archéologie de l’Angola, l’un des principaux acteurs de la coopération scientifique franco-angolaise, retrace l’historique de la recherche dans ce pays. Les investigations pionnières, comme c’est le cas pour la plupart des régions d’Afrique, ont été entreprises par des chercheurs non africains – pour la plupart géologues –, vers la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, dans un contexte particulier, celui de l’occupation du continent par les puissances européennes ; elles se limitèrent le plus souvent au ramassage de surface de pièces lithiques. Par la suite, au cours des années cinquante, la recherche commence à se structurer et s’organiser. Des chercheurs de grande renommée, comme Louis S. B. Leakey, Henri Breuil et John Desmond Clark séjournent en Angola et contribuent aux travaux archéologiques. Durant cette période, outre le ramassage de surface, de petits sondages sont alors effectués et les résultats obtenus à leur issue publiés dans Publicaçoes Culturais do Museu do Dundo, revue angolaise dédiée à l’archéologie. C’est aussi à cette époque qu’est signalée, dans la région de Baia-Farta, l’existence d’une riche industrie paléolithique, objet d’étude de cet ouvrage. Mais la recherche archéologique en Angola, telle qu’on la connaît aujourd’hui, s’est construite surtout vers la fin du xxe siècle, au cours des décennies quatre-vingt dix et deux mille. L’on assiste alors à la mise en place d’équipes composées de chercheurs nationaux et internationaux, dans le cadre d’une coopération active entre institutions angolaises (Musée national angolais de Benguela, MNAB) et françaises (université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et CNRS, UMR 7041), qui participent à l’offre de formation d’étudiants angolais. Ce chapitre met surtout en évidence les ruptures opérées entre les anciennes méthodes de travail et celles vers lesquelles les nouvelles équipes ont évolué, plus universelles, avec des influences de l’école archéologique fondée par André Leroi-Gourhan. Sont aussi évoqués, avec raison, les faits historiques, en particulier les guerres d’indépendance ou civiles, qui ont inévitablement eu un impact néfaste sur l’évolution de la recherche, suivant les régions riches en vestiges archéologiques, comme la zone du sud-ouest ou celle de Benguela où la recherche a pu se poursuivre en dépit des guerres.

3Le deuxième chapitre, écrit aussi par Manuel Gutierrez, est un bilan plus précis des résultats d’investigations entreprises sur des sites spécifiques par les membres de l’équipe constituée dans le cadre de la coopération scientifique franco-angolaise à partir des années deux mille : les sites du complexe Dungo. Parmi eux, trois se distinguent en raison de leur situation topographique et de la nature du matériel archéologique récolté. Dungo IV, par exemple, a fourni une importante collection d’outils lithiques dont l’inventaire a permis de dresser la typologie des pièces qui la composent et de caractériser la matière première utilisée pour leur fabrication, principalement du quartz. Tandis que sur le site de Dungo V, situé dans la partie dite paléo-lac du complexe Dungo, a été découvert le squelette complet d’un grand mammifère d’environ 5 m long – identifié comme étant celui d’une baleine –, auquel se trouvent associés des outils lithiques ; il s’agirait de la plus ancienne trace de ce mammifère consommé par des hominidés du Paléolithique ancien. Un autre apport important de ce chapitre concerne les informations sur la mise en œuvre d’études tracéologiques, réalisées par Maria Piedade de Jésus dans le cadre d’une thèse de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sur l’outillage lithique, étude jamais réalisée dans cette région d’Afrique.

4Le troisième chapitre, écrit par Maria Helena Benjamim, est consacré à l’analyse des résultats des investigations effectuées sur le site de Cachama, amas coquiller qui s’étend sur 12 000 km2, à environ 3 km de Baia-Farta. Il a livré une quantité considérable de céramique qui daterait du Néolithique, associée à un important matériel lithique comprenant des meules et molettes, des outils en pierre taillée, et divers autres vestiges (fragments de fer, perles en coquille, ossements de poissons et de mammifères). Lors de l’étude de cet ensemble, l’accent a été surtout mis sur la caractérisation des cultures céramiques. Leur description morphologique a ainsi permis d’établir une typologie à partir d’un corpus de 314 pièces, tandis que le décor des tessons, comprenant les aspects techniques et stylistiques, mais aussi la couleur, est étudié de manière détaillée. Outre cet aspect, l’auteure montre par ailleurs l’apport de l’ethno-archéologie, qui a permis de suivre, à partir de l’observation directe des procédés mis en œuvre par les potières actuelles, le déroulement de la chaîne opératoire pour une meilleure interprétation de la céramique archéologique.

5Pour les acteurs de la coopération franco-angolaise en archéologie, la transmission des connaissances par la formation aux méthodes est une préoccupation majeure pour, à la fois, une prise de conscience collective d’une part et une pérennisation de la recherche archéologique d’autre part. Le quatrième chapitre, co-écrit par Manuel Gutierrez et Claudine Karlin, est surtout axé sur ces aspects. Il montre comment, au cours de la décennie deux mille, s’est progressivement élaborée cette coopération dont les objectifs étaient la mise en œuvre d’un programme spécifique conjoint, associant investigations de terrain et formation à travers la création d’un chantier-école de fouille sous la responsabilité du MNAB. En outre, le travail de sensibilisation à la protection du patrimoine pour une prise en compte de la valorisation des résultats de recherche n’est pas négligé. Une ouverture est faite sur l’évolution de l’école de fouille qui attire de plus en plus d’étudiants nationaux.

6La chronologie demeure l’objet du cinquième et dernier chapitre. Est surtout posé dans ce chapitre le problème des méthodes de datation : celles, peu fiables, qui s’appuyaient principalement sur la position stratigraphique du matériel archéologique, et celles, plus méthodiques, de la recherche actuelle qui apportent des résultats se fondant à la fois sur la stratigraphie et sur des méthodes de datation dont certaines sont en encore en cours d’expérimentation.

7Cet ouvrage, Recherches Archéologiques à Baia Farta (Benguela-Angola), constitue donc une vue panoramique de la recherche archéologique franco-angolaise depuis deux décennies. Sans être un manuel, mais pour les nombreuses qualités qu’il présente, sa démarche didactique et pédagogique, les méthodologies de recherche innovantes qui y sont décrites, les résultats de découvertes inédites d’un intérêt scientifique incontestable, font que ce livre s’adresse aussi bien aux étudiants, aux jeunes chercheurs et chercheurs confirmés qu’au grand public.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisée Coulibaly, « Gutierrez M. & Benjamim M. H. (dir., 2019) – Recherches Archéologiques à Baia Farta (Benguela-Angola) / Pesquisas Arqueológicicas na Baia Farta (Benguela-Angola) », Afrique : Archéologie & Arts, 15 | 2019, 115-116.

Référence électronique

Élisée Coulibaly, « Gutierrez M. & Benjamim M. H. (dir., 2019) – Recherches Archéologiques à Baia Farta (Benguela-Angola) / Pesquisas Arqueológicicas na Baia Farta (Benguela-Angola) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2730

Haut de page

Auteur

Élisée Coulibaly

elisee2@wanadoo.fr – Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie R. Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals