Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Éditorial

Éditorial

Emmanuelle Honoré et Sylvie Amblard-Pison
p. 9-10

Texte intégral

1Travaux de terrain interrompus, recherches en laboratoire suspendues, expositions décalées, enseignement fragmenté ou à distance, congrès et journées scientifiques reportés : il n’est pas un seul aspect de la palette des activités en archéologie et arts de l’Afrique qui n’ait été affecté par la pandémie mondiale de Covid-19 en 2020. Si la recherche sur les cultures anciennes peut bien supporter une ou deux années blanches, la crise sanitaire a des conséquences humaines immédiates largement plus préoccupantes, puisqu’elle est de nature à accroître les disparités. L’accès inégal au numérique pénalise les étudiants sur le continent africain. La course au vaccin qui se joue entre nations riches laisse présager que l’accès à l’immunité se fera de façon tout aussi inégalitaire, malgré l’implication de l’OMS dans l’initiative COVAX pour le programme Afrique. Quand on sait l’investissement – sur tous les plans – que représente une année d’études supérieures, on peut sans difficultés comprendre qu’une génération d’étudiants est actuellement sacrifiée. Cette même génération sera directement confrontée au gel des embauches et/ou aux réductions et précarisations de postes qui s’esquissent en ce moment dans bon nombre d’universités et d’institutions de par le monde.

2Faisant figure d’exception, les activités de publication résistent relativement bien. La revue Afrique : Archéologie & Arts en est l’illustration. Les changements survenus en tout début d’année dans l’équipe rédactionnelle ont encore renforcé son dynamisme. Nous saluons le retour – à la demande de la majorité de l’équipe –, de Jean Polet, Professeur émérite d’Archéologie et d’histoire des arts de l’Afrique subsaharienne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à la direction de la revue qu’il avait assumée depuis sa création en 2001 jusqu’en 2009. Les fonctions de rédacteur en chef sont désormais partagées par les deux auteures de cet éditorial. Gérard Chouin, enseignant-chercheur au sein du département d’histoire du College of William and Mary (Virginie, États-Unis) et Julien Volper, conservateur à l’Africa Museum de Tervuren (Bruxelles, Belgique) ont rejoint le Comité de rédaction. Par ailleurs, Yaëlle Biro (Metropolitan Museum of Art, États-Unis), Sonja Magnavita (Institute of Archaeological Studies, Ruhr-Universität Bochum, Allemagne) et Pawel Polkowski (Poznań Archaeological Museum, Pologne) viennent renforcer le Comité de lecture.

3Fidèle à sa politique éditoriale, ce nouveau numéro d’Afrique : Archéologie & Arts témoigne de ce qui a toujours constitué ses points forts : la valorisation des recherches de terrain et l’étude raisonnée des objets dits d’art et des sociétés qui les ont produits et les produisent encore.

4En entrée, Frederick John Lamp nous offre une contribution majeure sur les relations entre productions sculptées en pierre et en ivoire sur la côte de Sierra Leone aux xve-xvie siècles. Sa recherche minutieuse, menée depuis de longues années, allie terrains et musées et s’appuie sur l’étude de plus de 2000 objets et de nombreuses références écrites. Ses propos cherchent à éclairer la relation entre les œuvres en ivoire fabriquées pour les Européens et celles en pierre, de style similaire, découvertes essentiellement en Sierra Leone. Plusieurs interprétations pertinentes de ces diverses sculptures en pierre et en ivoire sont présentées par l’auteur, ouvrant en même temps à des recherches nouvelles. L’iconographie abondante est judicieusement présentée en ensembles.

5Dans le second article, Alain Gallay développe un long plaidoyer pour une histoire des peuplements pré- et protohistoriques du Sahel, en tentant d’intégrer l’étude génétique des populations sahéliennes de Petr Triska et ses collègues (2012) dans une perspective plus large. Il aborde pour cela les relations que la structure génétique peut avoir avec l’histoire des peuplements. Rare chercheur capable d’une telle synthèse, il s’appuie sur une vaste littérature de plus de 130 titres, fait appel à la linguistique historique, à l’archéologie et à l’ethnologie, en se déterminant sur certains points de vue lorsque des hypothèses alternatives étaient proposées, tout en restant conscient du caractère schématique, voire provisoire, des diverses réflexions de son propos.

6C’est avec un grand intérêt que les lecteurs d’Afrique : Archéologie & Arts découvriront les résultats – et nouvelles datations – obtenus par Carlos Magnavita et Tchago Bouimon à l’issue de leurs recherches dans la région tchadienne du Kanem, sur le site de Tié. Réalisées dans le cadre du projet « The Lake Chad region as a crossroads » présenté dans le précédent numéro de la revue, ces recherches apportent des informations capitales sur l’histoire de cette région du lac Tchad, intrinsèquement liée à celle du sultanat de Kanem-Borno, le plus ancien empire du Soudan central. Les restes d’un immense bâtiment en briques sous un monticule confirment le statut particulier de Tié au sein des autres sites en briques destinés aux élites dans la région.

7Une étude d’une pluridisciplinarité exemplaire (à la croisée de l’ethnologie et de l’archéologie), écrite à cinq mains par Jean-Paul Cros, Anne-Lise Goujon, Metasebia Bekele, Sophie Corson et Roger Joussaume, complète ce numéro. Les auteurs décrivent les cérémonies et aménagements réalisés autour des funérailles de personnes de haut rang chez les Gewada du sud de l’Éthiopie. Accompagné d’une abondante documentation photographique, cet article est un très rare témoignage d’observation directe de l’érection de pierres dressées. Les auteurs fournissent des informations inédites sur ces monuments si complexes à étudier et interpréter en contexte archéologique.

8La revue se termine par une recension de l’ouvrage d’Elena A. Garcea, synthèse tant attendue de la préhistoire du Soudan.

9Nous vous en souhaitons bonne lecture et serons heureux de vous accueillir en nos pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Honoré et Sylvie Amblard-Pison, « Éditorial »Afrique : Archéologie & Arts, 16 | 2020, 9-10.

Référence électronique

Emmanuelle Honoré et Sylvie Amblard-Pison, « Éditorial »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 03 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2752 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.2752

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Honoré

Rédactrice en chef

Articles du même auteur

Sylvie Amblard-Pison

Rédactrice en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search