Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16L’ivoire et la pierre : relations...

L’ivoire et la pierre : relations directes entre les productions sculptées dans ces matériaux sur la côte de Sierra Leone aux XVe-XVIe siècles

Version abrégée en français
Ivory and Stone: Direct Connections between Sculptural Media along the Coast of Sierra Leone, 15th–16th Centuries
Frederick John Lamp
p. 11-42
Cet article est une traduction de :
Ivory and Stone: Direct Connections between Sculptural Media along the Coast of Sierra Leone, 15th–16th Centuries [en]

Résumés

Depuis la découverte de sculptures anciennes en pierre en Sierra Leone, et l’attribution d’œuvres en ivoire au sein des collections européennes aux Sapi, peuples anciens de Sierra Leone, la question de leurs relations est posée. Où étaient les ateliers des tailleurs sur ivoire et les ateliers des tailleurs sur pierre ; étaient-ils les mêmes ? Quelques exemples ont un contenu identique. Les motifs suggèrent que les sculptures en ivoire destinées aux Portugais traduisaient ceux de la culture et la philosophie sapi, et, peut-être même copiaient directement la tradition locale sur pierre. Quelques autres exemples suggèrent l’adoption dans la sculpture en pierre de motifs portugais présents sur des objets en ivoire. Des similitudes stylistiques peuvent se manifester dans les caractéristiques schématiques des physionomies et des gestes et de la posture. Les artistes chargés de sculpter l’ivoire pour les Portugais auraient été des artistes déjà hautement reconnus dans leur propre communauté et sculptant pour leur propre société.

Haut de page

Notes de la rédaction

Version abrégée en français. Pour les illustrations, se reporter à l’article original.

Texte intégral

1Depuis la découverte de sculptures anciennes en pierre en Sierra Leone, et l’attribution des œuvres en ivoire dans les collections européennes aux Sapis, peuples anciens de Sierra Leone, se pose la question de leurs relations. Les objets en ivoire sont principalement des calices couverts –dont on pense qu’ils ont eu la fonction de salières – et des olifants, des cuillères et des fourchettes, le tout richement sculpté avec une ornementation figurative. L’ensemble est aujourd’hui considéré comme le travail d’artistes africains pour des ­clients européens (fig. 1). Les sculptures en pierre étaient, quant à elles, taillées pour les Sapis indigènes (groupes utilisant aujourd’hui les langues mel, fig. 2), comme des représentations de leurs ancêtres.

2Cet article est une tentative de définir une chronologie pour les deux productions, et d’examiner leurs relations grâce à l’histoire des contacts européens, les témoins archéologiques, les traditions orales, la documentation relative à la provenance des objets, les représentations, l’iconographie, l’analyse des formes, et les comparaisons stylistiques entre les sculptures. On y utilise aussi les conclusions apportées par l’examen des manuscrits portugais, français, allemands et anglais concernant plus de 2200 objets conservés aujourd’hui, ainsi que mes propres recherches de terrain entre 1967 et 2013.

3L’histoire des objets de cette période met en jeu celle des deux peuples décrits dans les manuscrits – les Manis et les Sapis. D’après les auteurs, les Manis, venant de la région de l’Empire du Mali, ont envahi les environs de l’estuaire de la Sierra Leone aux environs du milieu du seizième siècle. Une question demeure encore aujourd’hui : dans quelle mesure la culture sapi a-t-elle été interrompue ou détruite ? Mon point de vue est qu’on peut observer une rupture artistique entre cette période et les siècles qui suivent, et que les écrits signalent une discontinuité forte des métiers traditionnels en général. Il y a un manque de documentation historique sur la production de telles sculptures en ivoire après 1550. Aucune mention de la fabrication de sculptures en pierre n’existe, mais quelques analyses au 14C de statuettes en bois similaires indiquent des dates se rapportant à la fin du premier millénaire ; par ailleurs, certains motifs figuratifs – une chope belge (fig. 3c), l’habillement (fig. 3b), et les « godroons » en spirale (fig. 4) – sont signes de l’adoption des motifs européens dans la sculpture en pierre (fig. 11d, 11f) à une date où l’Europe est donc présente.

4Où étaient les ateliers des artistes taillant l’ivoire et sculptant la pierre et s’agissait-il des mêmes artistes ? Les découvertes d’objets en pierre sont concentrées dans les environs de l’île de Sherbro. Les manuscrits indiquent plusieurs sources pour les objets en ivoire sur la basse côte de la Sierra Leone. Quelques objets de composition identique semblent avoir leur origine dans la culture sapi – par exemple, un chef entouré de têtes décapitées, un autre monté sur un éléphant, le mélange des formes anthropomorphes et zoomorphes, les images de crocodile et les armes indigènes (fig. 6a-8e). Les motifs suggèrent que les sculptures sur ivoire destinées aux Portugais traduisaient des motifs de la culture et de la philosophie sapi issus, peut-être directement, de la tradition en pierre. De proches parallèles existent entre les plans schématiques des physionomies et des gestes et les postures – par exemple : les yeux, le nez, les lèvres, les oreilles, la manière de représenter la barbe, les cheveux, l’omoplate, les mains et les pieds (fig. 10a-11f).

5Les artistes travaillant l’ivoire pour les Européens auraient été déjà des artistes hautement qualifiés travaillant pour leur propre communauté, à l’instar de ceux d’aujourd’hui (fig. 12). En conclusion, nous constatons que les artistes qui travaillaient la pierre ont continué à le faire pendant le premier siècle de la présence des Européens, et qu’ils ont exécuté, répondant aux commandes des Portugais, des objets en ivoire aussi extraordinaires.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frederick John Lamp, « L’ivoire et la pierre : relations directes entre les productions sculptées dans ces matériaux sur la côte de Sierra Leone aux XVe-XVIe siècles »Afrique : Archéologie & Arts, 16 | 2020, 11-42.

Référence électronique

Frederick John Lamp, « L’ivoire et la pierre : relations directes entre les productions sculptées dans ces matériaux sur la côte de Sierra Leone aux XVe-XVIe siècles »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 03 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2827 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.2827

Haut de page

Auteur

Frederick John Lamp

ctbicycle1@gmail.com – Yale University, New Haven, CT 06520 (USA)

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search