Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Pour une histoire des peuplements...

Pour une histoire des peuplements pré- et protohistoriques du Sahel

For a history of pre- and protohistoric settlements in the Sahel
Alain Gallay
p. 43-76

Résumés

Ce plaidoyer pour une histoire des peuplements pré- et protohistoriques du Sahel comprend cinq étapes dans lesquelles il s’agira : 1) de faire le point des connaissances concernant les langues de la région considérée et d’examiner s’il est possible de caler chronologiquement l’individualisation des différentes familles composant les phylums identifiés ; 2) d’établir certaines corrélations entre l’approche génétique proposée par Petr Triska et ses collègues (2015) et les familles linguistiques retenues et de voir si un calage chronologique est envisageable ; 3) de faire le point des connaissances archéologiques permettant d’étayer les corrélations établies entre données linguistiques et génétiques et de conforter le cadre chronologique proposé ; 4) de reprendre l’histoire des différents phylums dans la perspective des données génétiques ; 5) de proposer une histoire des peuplements tenant compte du découplage possible entre diffusion de l’élevage et mouvements de populations et, pour ces derniers, une certaine corrélation avec des phases de dégradation climatique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Sahel, Sahara
Haut de page

Texte intégral

1En 2015, le généticien Petr Triska et ses collègues publiaient une étude génétique des po­pulations sahéliennes basée sur le polymorphisme nucléotidique (PN), type d’analyse plus performant que les approches sérologiques habituellement utilisées. L’analyse en composantes principales portait sur 2,5 millions de positions variables de l’ADN sur près de 200 individus non apparentés de plus de dix populations sahéliennes. Elle se concentrait sur des considérations génétiques et sur l’identification de certains processus sélectifs dus aux pressions environnementales, mais n’abordait pas les relations que la structure dégagée pouvait avoir avec l’histoire des peuplements.

2Tout en restant conscient du caractère schématique et réducteur des diverses réflexions de notre propos, nous tenterons ici d’intégrer cette analyse dans une perspective plus large faisant appel à la linguistique historique, à l’archéologie et à l’ethnologie. Les spécialistes de certaines régions ou périodes trouveront certainement à redire sur de nombreux points. Mais la connaissance du passé ne pourra progresser que si l’on fait l’effort de coordonner les divers points de vue spécialisés, au risque de dépasser et peut-être de pervertir les certitudes locales.

3Nous nous sommes efforcé par ailleurs d’intégrer les points de vue de nos collègues, notamment au niveau linguistique qui forme l’armature de cette confrontation, tout en nous déterminant sur certains points de vue lorsque des hypothèses alternatives étaient proposées.

4Nous engloberons ici sous le terme de Sahel une large zone géographique débordant très largement celle qui borde le sud du Sahara en élargissant notre propos aux régions situées entre 5° et 25° de latitude nord. Seront donc pris en compte, vers le nord, les massifs du Sahara central et, vers le sud, les zones forestières bordant l’océan Atlantique ainsi que, d’ouest en est, les pays situés entre le Sénégal et l’Éthiopie.

5Cette zone se caractérise par une extrême diversité de peuplements fortement imbriqués, dont l’histoire de la fin de la période d’extrême aridité contemporaine de la dernière glaciation vers 20000 BCE jusqu’à l’époque moderne reste mal connue. Nous nous proposons d’éclaircir cette situation en prenant en compte les données environnementales, linguistiques, archéologiques et génétiques (Gallay 2020).

Les données environnementales

6L’évolution climatique depuis la fin de la der­nière glaciation n’est pas sans répercussion sur les mouvements de populations et la mise en place de la mosaïque linguistique actuelle, notamment dans le bassin du Nil (Kuper & Kröpelin 2006 ; Kryzaniak et al. 1993).

Phase 1

7Au cours du dernier Maximum glaciaire et du Pléistocène terminal (20000 à 8500 BCE), le désert saharien était peu peuplé en dehors de la vallée du Nil. Les zones désertiques s’étendaient environ 400 km plus au sud qu’aujourd’hui. On note néanmoins qu’à l’Atérien, attesté jusqu’à environ 25000 BCE, succède l’Ibéromaurusien d’environ 25000 à 9000 BCE sur une bande d’environ 250 km de large – parfois davantage – le long des côtes atlantique et méditerranéenne (Barton et al. 2013).

8Entre 11500 et 7800 BCE le niveau du Nil pouvait être extrêmement élevé, une période qualifiée de Nil sauvage, mais d’importantes fluctuations sont mises en évidence (Connor & Marks 1986). L’encaissement du Nil après 12000 BCE était beaucoup plus catastrophique pour les chasseurs-cueilleurs que les ravages supposés du Nil sauvage. Cette situation réduisait en effet considérablement les ressources alimentaires aquatiques, du fait d’une plaine inondable plus étroite à un niveau inférieur (Vermeersch 1994). Les inondations limitées impliquaient une baisse des populations de poissons ; d’autres ressources souffraient également de cette situation, car la productivité primaire diminuait, les mammifères trouvaient moins de pâturages, et une végétation se desséchant plus tôt dans la saison accompa­gnant de faibles inondations sur le cours du fleuve. En bref, le réalignement social fondamental et la réadaptation écologique apparente de la fin du Paléolithique supérieur sont très probablement liés à cette situation plutôt qu’au Nil sauvage (Butzer 1998).

9À l’autre extrémité du Sahel quelques données fournissent ici un autre point de référence. À Ounjougou au Mali (phase 1), au xe millénaire, la région est confrontée au retour de conditions nettement plus humides, coïncidant avec la mise en place de vastes plaines herbeuses (Lespez et al. 2008).

Phase 2

  • 1 With the rapid arrival of monsoon rains at 8500 B.C.E., savannah-like environments turned the East (...)

10« Avec la brusque arrivée des pluies de mousson vers 8 500 BCE, le désert hyperaride est remplacé par des environnements de savanes et rapidement occupé par des populations préhisto­riques. »1 Le grand Humide holocène se développe entre 8500 et 7000 BCE. En Éthiopie les lacs de l’Afar sont à leur plus haut niveau vers 7000 BCE. Une nouvelle élévation du niveau des eaux du Nil à + 5 m était en cours avant 5600 BCE, jusqu’à ce qu’un ajustement à la baisse du Nil commence après 1200 BCE, ce qui correspond à notre phase 8.

11Pendant l’optimum humide du début de l’Holocène, le sud du Sahara et la vallée du Nil sont apparemment trop humides et dangereux pour les populations et restent inoccupés.

12Le phylum nilo-saharien se développe avec le proto-soudanique alors que la domestication des bovinés à Napta Playa (8850-7850 BCE) reste contestable (Brass 2007, 2013).

Phase 3

13Après 7000 BCE, les établissements humains occupent tout le Sahara oriental (Kuper & Kröpelin 2006 : 805), favorisant le développement du pastoralisme de bétail. On observe une diffusion d’est en ouest du vie au ive millénaire jusqu’au Sahara central. La vallée du Nil reste apparemment inoccupée.

Phase 4

  • 2 “The retreat from desiccating regions into ecological niches such as the Gilf Kebir and the beginni (...)

14Lors de l’Aride holocène moyen le retrait des pluies de mousson provoque le dessèchement du Sahara égyptien vers 5300 BCE. Les populations préhistoriques se concentrent dans la vallée du Nil ou trouvent refuge plus au sud dans le Sahara soudanais où les précipitations et les eaux de surface sont encore suffisantes2. Le Wadi Howar est occupé par des populations originaires du nord et de la région de Napta Playa (Kuper & Kröpelin 2006). La domestication de bovidés est acquise.

15En Éthiopie, la période 6000-5000 BCE corres­pond à des bas niveaux de lacs de l’Afar témoi­gnant d’une phase aride (Gasse 2000 ; Gutherz 2013). Cette évolution climatique se retrouve plus au sud, dans la vallée de la Bulbula et dans la région du lac Tana (Marshall et al 2011).

16Sur le plan linguistique on assiste à la diffusion des langues du phylum nilo-saharien. Des populations de langue omotique du phylum afrasien ga­gnent les plateaux éthiopiens et la famille érythraïque – qui sera à l’origine des langues sémitiques – remonte vers le nord en direction de l’Égypte (Erhet 1976).

Phase 5

17Cette cinquième phase correspond à une pé­riode humide (5000-4000 BCE), notamment au Sahara où se développent de nombreux paléolacs (Drake & Bristow 2006). Une certaine forme de mégalithisme est repérable dans le Néolithique final de Napta Playa en contexte nilo-saharien. La région de Khartoum voit se développer un Néolithique avec culture du sorgho et élevage, contemporain du proto-couchitique et du proto-tchadique.

Phase 6

18L’Aride de l’Holocène récent (4000-2700 BCE) a des incidences environnementales importantes. Le Wadi Howar sera progressivement abandonné. Dans l’Afar, la baisse du niveau des lacs n’est perceptible qu’à partir de 3000 BCE. Le retour des conditions désertiques dans toute l’Égypte à environ 3500 BCE coïncide avec les étapes initiales de la civilisation pharaonique dans la vallée du Nil (Butzer 1984).

19Les premiers réseaux d’irrigation pourraient remonter au roi Scorpion, probablement vers 3200 BCE. Cette interprétation dérive de l’iconographie développée sur la tête de masse dite du roi Scorpion qui le montre traçant un sillon à la houe (Yurco 1995). La scène est peut-être symbolique et il y a pu y avoir des réseaux d’irrigation plus anciens.

20La civilisation égyptienne va être en proie à des famines successives dues aux variations du débit du Nil qui généreront des instabilités politiques récurrentes. K.W. Butzer (1984) évoque deux épisodes de très bas niveaux du Nil : le premier lors de la seconde dynastie (vers 2970-2760 BCE), le second lors des septième et huitième dynasties et lors de la première période intermédiaire, mais ceci reste du domaine de l’hypothèse.

21Conséquence de cette instabilité, on observe d’importants mouvements de populations. Les populations soudanaises pourraient témoigner d’un expansionnisme lié à ces périodes d’instabilité climatique, d’abord en direction de l’Égypte (éry­thraïque ; Krzyzianak et al. 1993) et de l’Éthiopie (omotique ; Marshall et al. 2011) lors de l’Aride holocène moyen – une corrélation qui ne fait pourtant pas consensus – puis, lors de l’Aride ho­locène récent, à nouveau en direction de l’Éthiopie (proto-couchitique) ainsi que du bassin du Tchad (tchadique). Les observations suivantes peuvent être faites en ce qui concerne les phylums :

22Phylum afrasien (ou afro-asiatique). Les populations de langues tchadiques remontent le Wadi Howar en direction de l’ouest vers 4000-2900 BCE peu avant l’abandon de ce wadi. Des populations d’éleveurs de langue couchitique remontent la vallée de l’Atbara et occupent le nord des plateaux éthiopiens.

23Phylum nilo-saharien. Au Soudan la vallée du Nil est occupée par des populations nilo-­sahariennes de langues koushite et nubienne qui seront à l’origine du développement qui mènera aux formations pré-étatiques et étatiques dans un environnement où subsistent les populations afrasiennes.

24Le développement du groupe A est en relation avec les langues koushites. Ce groupe apparu en Basse-Nubie dans la première moitié du ive millénaire procède à la fois des traditions soudanaises et du Prédynastique égyptien. Il n’a pas d’équivalent au nord d’Assouan. Les populations se composent d’agriculteurs-éleveurs semi-nomades. Il disparaît sous le contrôle des Égyptiens suite à plusieurs expéditions militaires (Adams 1977 : 118-119 ; Reinold 2000).

25Cette dynamique s’observe également en direction du sud avec l’expansion des langues soudaniques-orientales nord.

26Phylum Niger-Congo. Le troisième millénaire est en Afrique de l’Ouest une période de forte différenciation linguistique avec l’individualisation des familles mandé et nord-atlantiques. Au Mali, le débit du Niger dans le delta intérieur présente une forte instabilité entre 3000 et 300 BCE (McIntosh 1988). La fin du iiie millénaire marque de profonds changements dans les modes de production. S. Ozainne (Ozainne et al. 2014) établit une relation entre les premières apparitions du petit mil (pearl millet) et les décors céramiques à la cordelette roulée (cord-wrappped roulet). La combinaison de ces deux indicateurs lui permet de décrire un scénario d’expansion de la première agriculture en Afrique de l’Ouest à partir d’une zone d’origine située dans l’est du Mali depuis 2600 BCE. L’élevage des bovidés atteint ces régions un peu plus tardivement vers 2200 BCE (Jousse 2017 ; Le Quellec 2013).

Phase 7

  • 3 K.W. Butzer (1984) utilise le terme d’anomalie pour décrire des ruptures dans la courbe climatique (...)

27Lors de l’anomalie iii (2000-1100 BCE) décrite par K.W. Butzer (1984)3, on observe vers 1970 BCE dans la vallée du Nil un rétablissement abrupt de la pluviosité avec une augmentation drastique du débit du Nil dans un nouvel épisode de type Nil sauvage (Butzer 1984).

Phase 8

28L’aridité regagne du terrain lors de l’anomalie IV. On assiste après 1100 BCE à une baisse du niveau des lacs en Afrique de l’Est et de l’Afar. Des dunes envahissent à nouveau la vallée du Nil.

Les approches linguistiques

29L’étude des langues est-elle utile à l’histoire (Meillet 1925 ; Reichler-Béguelin 1988) ? Leur analyse et celle des relations qu’elles entretiennent entre elles permettent-elles d’approfondir les scénarios de l’histoire ? Ce type d’approche a été à l’origine de nombreux déboires, notamment en Eurasie dans le cadre de l’histoire des Indo-Européens. La mise en correspondance des classifications linguistiques et des composantes culturelles, tant économiques que techniques, céramiques notamment, a soulevé de nombreuses discussions. On sait combien la formule quelque peu caricaturale attribuée à Gordon Childe – une langue, un pot, un peuple –, que nous avons développée avec quelques détails (Gallay 2000 :73-75) a été critiquée, souvent à juste titre. En fait l’archéologue est, au fil de ces divers écrits (Childe 1929, 1936, 1942), beaucoup plus nuancé sur cette question à laquelle il ne donne pas de réponse unique (Gallay 2009).

30La formulation la plus radicale se trouve dans son ouvrage de 1929 :

« We find certain type of remains – pots, implements, ornaments, burial rites, house forms – constantly recurring together. Such a complex of regularly associated traits we shall term a “cultural group” or just a “culture”. We assume that such a complex is the material expression of what would to-day be called a “peoble” – Only where the complex in question is regularly and exclusively associated with skeletal remains of a specific physical type would we venture to replace” people” by the term “race”. » (Childe 1929 : VII)

31Les recherches menées dans la région de la boucle du Niger, au Mali, montrent pourtant que la formule issue des travaux de G. Childe peut concrètement se présenter (Gallay et al. 2012). Nous ne ferons néanmoins que très rarement appel aux composantes céramiques dont l’extrême morcellement rend impossible toute tentative de synthèse sur de larges espaces géographiques.

32La diversité linguistique africaine, notamment dans la zone sahélienne, permet pourtant, selon certains linguistes, une mobilisation utile de ce type d’information. R. Blench (2006) est un partisan de l’utilisation de la linguistique dans l’établissement des scénarios historiques. Il étudie les conditions de passage d’une classification des langues – phénétiques (proximités globales) ou cladistiques (processus de descendance avec modification) – à une classification phylogénétique (interprétation en termes historiques) ainsi que la pertinence des racines linguistiques des protolangages, pour définir un certain nombre d’innovations techniques et/ou économiques.

33La restitution de la phylogénie des langues et l’évaluation historique de la signification des ra­cines, considérées comme significatives des proto-langages, sont des enjeux essentiels de la linguistique historique. Nous tenterons d’évaluer la position de R. Blench en confrontant ses vues avec celles de ses collègues, d’en préciser les implications, et de tester cette hypothèse de correspondances (Gallay 2016).

Phylum Niger-Congo

34Le phylum Niger-Congo, le plus diversifié (1537 langues), englobe une grande partie du continent africain du fait de la très large diffusion relativement récente de la famille bantou. La région qui nous intéresse se limite pourtant au niveau des régions septentrionales.

35L’histoire des cultigènes montre en effet qu’une première dispersion de ce phylum est probablement intervenue lors d’une période préagricole. La côte du golfe de Guinée est marquée par une série de familles situées en aval des bassins fluviaux (atlantique, nak, kru kwa, ijo).

36La grande similitude entre plus de 500 langues bautoues parlées du Cameroun au Kenya, et jusqu’en Afrique du Sud, a très vite attiré l’attention des linguistes. Répandues de façon continue sur plus de 11 millions de km2, elles pouvaient s’être propagées rapidement et relativement récemment.

37L’arborescence permettant de visualiser les proximités entre familles s’organise en deux branches principales (fig. 1). Nous trouvons, à gauche, des familles anciennes auxquelles se rattachent le bangeri me, dialecte d’un petit village du Pays dogon découvert et décrit pour la première fois par R. Blench, les divers parlers dogons et les langues kordofaniennes isolées dans les monts Nuba. À droite, se situent par contre les langues de la famille Benue-Congo, très récente, à laquelle appartiennent les langues bantou très largement diffusées. En position intermédiaire nous trouvons les langues atlantiques et mandé.

Figure 1 – Développement du phylum nilo-saharien selon une grille géographique.

Figure 1 – Développement du phylum nilo-saharien selon une grille géographique.

En rouge : familles dérivées du proto-est-soudanique nord de C. Rilly depuis le Wadi Howar. Les flèches indiquent les axes de diffusion des différentes familles

© Gallay

38On a longtemps discuté pour proposer une origine géographique aux langues bantou du phylum Niger-Congo (Heine & Nurse 2004 : 45-48). On s’accorde aujourd’hui pour situer ce foyer à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, dans une zone de hauts plateaux appelés les Grassfields. Cette hypothèse pose le problème des langues placées dans la partie gauche du cladogramme, comme le bangeri me et les familles dogons et kordofaniennes, considérées comme archaïques, mais situées à la périphérie des zones de développement du phylum Niger-Congo.

Phylum nilo-saharien

39Le phylum nilo-saharien (206 langues) présente une très large répartition géographique depuis l’Ennedi (familles saharienne, toubou), et peut-être même la boucle du Niger (Songhaï ; Nicolaï 1990), jusque dans la vallée du Nil (nubien, méroïtique). Elle s’infléchit en direction du sud avec la famille nilotique (Bender 2004 ; fig. 1, 2).

Figure 2 – Confrontation du classement des langues nilo-sahariennes et des termes en relation avec des innovations culturelles et proposition de calage chronologique.

Figure 2 – Confrontation du classement des langues nilo-sahariennes et des termes en relation avec des innovations culturelles et proposition de calage chronologique.

Traduit d’après C. Ehret 2011 : 252, fig. 9

© Gallay

40C. Ehret (1993/1995) retient pour le développement du nilo-saharien cinq paliers historiques principaux à partir d’un centre d’origine situé dans le désert égyptien (cf. Nabta Playa et autres sites de cette région ; Wendorf et al. 1996 ; Wendorf & Schild 1998, 2001) :

41Le proto-soudanique (>9000 BCE) peut être mis en relation avec le Néolithique ancien de Napta Playa. Le proto-saharo-sahélien (7000 BCE) peut être corrélé avec la phase humide El Napta-Al Jerar, soit la phase la plus récente du Néolithique ancien de Napta Playa. Enfin le proto-sahélien (6500 BCE correspond au Néolithique moyen et le proto-est-sahélien (vers 4000 BCE) au Néolithique final (Gallay 2016 ; fig. 3).

Figure 3 – Arbre phylogénétique du nilo-saharien selon C. Ehret (1993/1995) par rapport aux séquences archéologiques de Nabta Playa et du Wadi Howar.

Figure 3 – Arbre phylogénétique du nilo-saharien selon C. Ehret (1993/1995) par rapport aux séquences archéologiques de Nabta Playa et du Wadi Howar.

Les dénominations de familles en rouge sont celles de C. Rilly

© Gallay

42On peut compléter les questions touchant la classification du phylum nilo-saharien par les travaux de C. Rilly (2009, 2010a, b), dont nous avons rendu compte dans un précédent article (Gallay 2016, notamment fig. 3, 4).

Phylum afrasien (afro-asiatique)

43Selon C. Ehret, une origine africaine de l’afrasien (318 langues en décomptant les langues non africaines) paraît très vraisemblable (Gallay 2016).

44On peut rattacher à l’afrasien une toute pre­mière expansion qui concerne l’Éthiopie avec la famille omotique, puis aux langues couchitiques qui ont probablement atteint l’Éthiopie en remontant la vallée de l’Atbaya.

45La famille nord-afrasienne regroupant le berbère, l’égyptien et les langues sémitiques pourraient trouver leur origine dans le nord du bassin du Nil au niveau de la superfamille érythraïque. Il convient probablement de séparer de cet ensemble la famille tchadique dont la répartition très méridionale s’insère difficilement dans un schéma d’ensemble de ce phylum (fig. 4). La famille berbère pourrait être issue de l’érythraïque-nord, situé dans la basse vallée du Nil dans la première moitié du ixe millénaire par C. Ehret (2011).

Figure 4 – Classement des langues afrasiennes.

Figure 4 – Classement des langues afrasiennes.

Complété d’après R. Blench 2006, fig. 4.7.

© Gallay

46La relation établie par ce linguiste entre le proto-berbère et le Capsien, culture préhistorique d’Afrique du Nord, nous paraît devoir être écartée car la date proposée, après 8500 BCE, nous paraît trop ancienne, en désaccord avec le cadre chronologique linguistique général (Camps 1974). Il convient également de séparer clairement l’histoire du berbère de celle de la famille tcha­dique, hypothèse également soutenue par C. Ehret (Ibid.), mais rejetée par R. Blench (2006).

47Dès la fin du ive millénaire des documents historiques semblent attester la présence des Berbères au Maghreb à travers de nombreux affrontements avec les armées égyptiennes, confrontations qui vont persister pendant toute l’histoire dynastique.

48Les dates retenues par les égyptologues sont néanmoins plus récentes. Entre 1573-1570 av. J.C, les stèles de Kamose (xviie dynastie) signalent des affrontements entre les armées égyptiennes et les Libyens. Pendant la deuxième période intermé­diaire les Égyptiens mentionnent en Libye l’utilisation de chars tirés par des chevaux. Entre 1279 et 1212 av. J.-C, au Nouvel Empire, Ramsès (xixe dynastie) affronte les Libyens. De nouveaux engagements sont signalés sous Séti 1 puis, entre 1182 et 1151 av. J.-C., sous Ramsès III (xxe dynastie) également au Nouvel Empire.

49Les contacts entre la Libye et l’Égypte ont affecté jusqu’au pouvoir pharaonique. La xxiie dynastie llibyque, qui gouverna l’Égypte des environs de 945 à 715 av. J.-C, en parallèle avec les xxiiie (Léontopolis), xxive (Sais) et xxve dynasties, cette dernière dite nubienne. Sheshonq Ier est un pharaon égyptien issu de la tribu libyenne des Mmâchaouach ; il est le fondateur de la xxiie dynastie. Il est appelé Sesonchôsis par Maneton qui lui compte vingt et un ans de règne. La grande majorité des égyptologues situent celui-ci entre 945 et 924 av. J.-C., bien que cette durée ait récemment été revue à la baisse de quelques années, de 943 à 922 av. J.-C, par certains spécialistes.

50La famille berbère aura une large expansion sur l’ensemble du Sahara où elle donnera naissance aux Touareg. L’expansion de cette famille au Sahara central pourrait être corrélée avec certains styles rupestres de la période bovidienne récente méditerranéenne (alias europoïde) – 4000-2200 BCE –, notamment avec le style de Tazina (Le Quellec 2014) ou les divers styles que l’on a pu rattacher à cet ensemble. La distribution des gravures de ce style est remarquable par son extension, l’une des plus grandes dans tout l’art rupestre saharien. Elles sont distribuées sur deux grands pôles, l’un nord occidental vers l’Atlantique, l’autre au Sahara central, qui s’étend du Messak, jusqu’aux rives orientales du Ténéré. On les retrouve dans l’Aïr et sur le plateau du Djado, mais elles sont totalement absentes de l’Adrar des Iforas, du Tibesti et de l’Ennedi (Muzzolini 1995 ; Gauthier et al. 2010 ; Le Quellec 2014). Cette extension géographique explique les variations identifiées au sein de cet ensemble (Le Quellec 1993, 2014).

51Mais c’est seulement après cette période, et probablement pas avant l’arrivée du chameau dans la région au début de notre ère (repérable dans l’art rupestre), que l’on assiste à l’expansion touareg dans le Sahara central. Les données de l’Aïr (Hamani 2006) montrent de leur côté que les principales migrations touareg en direction du sud peuvent être comprises comme une conséquence de la conquête arabe du Maghreb au viiie siècle de notre ère.

Les approches génétiques

52Les données de la génétique des populations peuvent s’intégrer aux informations qui précèdent, enrichissant l’histoire des populations. Leur utilisation dans un schéma d’ensemble constitue un problème délicat vu la mauvaise presse de ce type d’approche et les dérives racistes sur lesquelles il n’est pas besoin d’insister ici. Les données génétiques sahéliennes montrent néanmoins qu’il est possible de proposer une certaine corrélation entre ces dernières et les phylums linguistiques et/ou, dans certains cas, les familles (Triska et al.2015 : fig. 1).

53Le travail de P. Triska et de son équipe se base sur l’analyse en composantes principales de 2,5 millions de positions variables de l’ADN (Single Nucleotide Polymorphisms, ou SNPs) chez 161 individus non apparentés de 13 populations sahéliennes, ce qui est numériquement important et beaucoup plus représentatif que des données sérologiques. Le polymorphisme nucléotidique (PN) ou polymorphisme d’un seul nucléotide (SNPs) est, en génétique, la variation (polymorphisme) d’une seule paire de bases du génome, entre individus d’une même espèce.

54La technique SNPs ne constitue qu’un aspect des multiples voies suivies par l’analyse génomique (Černy et al. 2018). L’amélioration des techniques d’analyse permet aujourd’hui de tester des milliers voire des millions de SNP dispersés de manière aléatoire le long du génome (Novembre & di Rienzo 2009).

55Si le marqueur confère un avantage sélectif aux individus, la sélection augmentera sa fréquence dans la population. L’application de la méthode à de larges groupes africains, asiatiques et européens montre que les signaux les plus forts de sélection positive dans l’espèce humaine moderne sont liés à la réponse aux infections et à l’adaptation alimentaire (Grossman et al. 2013 ; Karlsson et al. 2014). La résistance au paludisme constitue également l’un des traits adaptatifs les plus marqués, apparu d’abord dans les régions africaines de l’ouest (Patin et al. 2017).

56Des niveaux élevés de mélange ont été observés entre les populations sahéliennes du centre et de l’est et les populations nord-africaines de l’est du continent dus à l’impact arabe. Curieusement, ces signes de mélange avec des ancêtres non subsahariens ont conféré un avantage sélectif aux populations mélangées sahéliennes. Aucun mélange ne semble par contre s’être produit dans les populations sahéliennes de l’ouest.

57Il nous faut rappeler avec force à ce propos une évidence : les variations génétiques analysées dans cette étude ne déterminent en aucun cas des caractéristiques culturelles ; il s’agit de mutations aléatoires du génome, accumulées au cours du temps dans les populations, et dont les différences entre ces dernières reflètent essentiellement leur histoire démographique (expansions et contractions démographiques, échanges génétiques par inter-migrations, impacts environnementaux, etc.).

58Les premier et deuxième axes présentés par P. Triska (Triska et al. 2015 : fig. 1) n’indiquent pas la même quantité d’informations génétiques. Il y a une grande différence entre 77,4 % de variation génétique représentée sur l’axe 1 et seulement 4,21 % sur l’axe 2. C’est presque comme si l’on pouvait tout interpréter selon l’axe 1, l’axe 2 n’étant que peu informatif.

59Ce schéma ne permet pourtant pas toujours d’isoler des ensembles monolithiques. Les études les plus récentes sur l’origine des Peul appartenant à la famille atlantique du phylum Niger-Congo montrent par exemple que l’impact berbère atteint 30 % par rapport au substrat ouest-­atlantique ; ceci pour les groupes nomades et non pour les Peul sédentaires chez lesquels l’apport non sub-saharien est moins important. Cet impact berbère se retrouve à un plus faible pourcentage chez les Daza du Tchad dominés par les composantes est-africaines.

  • 4 Voir aussi Tishkoff et al. 2009.

60Le schéma général obtenu (Ibid. : fig. 1c) révèle néanmoins une structure interprétable en termes linguistiques, une corrélation non relevée par les auteurs de cette étude4 (fig. 5).

Figure 5 – Analyse en composantes principales.

Figure 5 – Analyse en composantes principales.

Concordance entre l’organisation génétique des populations sahéliennes et les phylums linguistiques. La position excentrique des Nubiens par rapport aux populations nilo-sahariennes s’explique par les contacts avec les populations arabes. On notera les branches divergentes géographiquement correspondant à l’est-couchitique et à l’éthio-sémitique (flèches tiretées). Quelques échantillons isolés mozabites se retrouvent à proximité de la zone occupée par les Peul (flèche tiretée). Selon les données de P. Triska et al. 2015 : fig. 1b.

© Gallay

61On peut en effet regrouper les données en quatre ensembles (fig. 8), soit, de gauche à droite, le phylum Niger-Congo, le phylum nilo-saharien, les familles est-couchitiques du phylum afrasien et les familles proto-afrasiennes de ce même phylum. Les populations européennes retenues pour comparaison restent par contre ségrégées en marge de ces regroupements à droite, à l’extrémité de la courbe.

62En dernière analyse la confrontation avec les données génétiques permet encore de moduler notre modèle. La configuration présentée par P. Triska (Triska et al. 2015) se conforme à une disposition en arc de cercle qui est parfois considérée comme interprétable en termes chronologiques (Djindjian 1991 : 90-92, 107, 147). Les populations du phylum Niger-Congo se trouvent à la gauche de la configuration, qui pourrait correspondre à une situation archaïque. Nous savons en effet que l’on a parfois associé l’origine de ce phylum à l’Ounanien du Sahara malien. À l’opposé le phylum afro-asiatique pourrait être le plus récent alors que le nilo-saharien serait placé en position médiane.

63Il est intéressant dans cette optique de constater que les dates d’individualisation des divers phylums proposés par l’archéologie (cfinfra) s’accordent avec cette hypothèse en se succédant par ordre chronologique, soit de gauche à droite : entre 12000 et 9900 BCE pour le phylum Niger-Congo, 8500 BCE pour le nilo-saharien et 8000 BCE pour le phylum afrasien (fig. 6).

Figure 6 – Datations des correspondances entre génétique et phylums linguistiques dans l’hypothèse d’une topologie interprétable en termes chronologiques

Figure 6 – Datations des correspondances entre génétique et phylums linguistiques dans l’hypothèse d’une topologie interprétable en termes chronologiques

© Gallay

Figure 7 – Arbre de diversification des familles du phylum Niger-Congo

Figure 7 – Arbre de diversification des familles du phylum Niger-Congo

Modifié d’après R. Blench 2006, fig. 3.2.

© Gallay

Figure 8 – Afrique de l’Ouest. Classement simplifié des familles linguistiques du phylum Niger-Congo et positions des traditions monumentales

Figure 8 – Afrique de l’Ouest. Classement simplifié des familles linguistiques du phylum Niger-Congo et positions des traditions monumentales

© Gallay

64Des divergences radiales signent d’autre part les individualisations secondaires les plus récentes. Dans le phylum afrasien la bifurcation en direction de l’érythraïque (Égypte) pourrait dater de l’Aride holocène moyen dans l’intervalle 6000-5000 BCE et l’occupation du plateau éthiopien par les populations couchitiques du second aride à partir de 4000 BCE. Dans cette zone ­l’irruption de l’éthio-sémique en Éthiopie à partir de l’Arabie est très récente et se situe vers 1000 BCE au moment de l’introduction du chameau. Les dates absolues proposées par l’archéologie ne contredisent donc pas cette interprétation chronologique.

65Sur le plan de l’art rupestre le phylum nilo-saharien accompagne une première diffusion des bovidés et peut être relié à la phase bovidienne ancienne sahélienne (alias négroïde), notamment au style des têtes rondes. Ce style diffuse largement du Nil en direction de la partie méridionale du Sahara central.

66Le rituel funéraire comporte essentiellement des sépultures en pleine terre et des inhumations de bovidés. Le monumentalisme reste discret avec la présence possible, quoique rare, de petits tumulus. Les plateformes du Messak en Libye font figures d’exception.

67Sur le plan sociétal nous sommes en présence de sociétés acéphales. Le marquage du bétail repérable, tant au niveau ethnologique que dans les représentations rupestres, occupe une large zone géographique sahélienne allant de l’Éthiopie et du Kenya à l’Ennedi et à l’Aïr en passant par le bassin du Nil et le Soudan. Les données de l’art rupestre et de l’ethnologie montrent que les populations qui marquent leur bétail ornent également leurs corps de peintures et/ou de scarifications spectaculaires. À l’opposé, les représentations de vaches des massifs centraux sahariens datant du Bovidien récent dit europoïde (alias méditer­ranéen) (4000-2200 BCE) ne présentent pas ce type de marquage. Les troupeaux sont ici représentés dans leurs robes naturelles (Dupuy & Denis 2011).

68Sur le plan linguistique, l’hypothèse la plus simple consiste à retenir à l’origine de ces manifestations des populations le phylum nilo-­saharien, dont les Toubou sont les actuels descendants. La principale diffusion se serait située au niveau de la famille proto-saharienne issue précocement du proto-soudanique présent au Sahara égyptien.

69Nous pouvons désormais confronter nos données avec ce que nous enseigne l’archéologie.

Phylum Niger-Congo et archéologie

70Sur le plan linguistique, le phylum Niger-Congo présente l’avantage d’être le seul à offrir un important corpus de comparaison au niveau des monumentalismes funéraires sub-actuels et actuels. Sur le plan dynamique nous proposons ici un arbre de diversification simplifié du phylum établi sur la base des données de B. Heine et D. Nurse (2004), ainsi que des contributions de K. Williamson (1989a, b) et R. Blench (2006).

Dynamique historique

  • 5 Selon Calpal, Cologne Radiocarbon Calibration & Paleocliomate Research Package

71R. Blench (2006) propose une interprétation historique de l’arborescence retenue. Nous avons figuré son scénario sur un arbre inspiré de la cladistique (fig. 9), ce qui permet de mieux intégrer les dates proposées pour l’origine des différentes familles et le classement retenu. Les familles extrêmes bangeri me, dogon et Benue-Congo sont retenues ici essentiellement pour permettre de structurer le cladogramme. Ce dernier présente une configuration paradoxale puisque la famille dogon, considérée comme la plus primitive dans l’évolution, est la plus tardive à s’individualiser. L’ordre de présentation est chronologique et retient les dates proposées par R. Blench en les calibrant5. Il ne s’agit naturellement que d’ordres de grandeur.

Figure 9 –Afrique de l’Ouest. Cladogramme de diversification des familles linguistiques du phylum Niger-Congo et corrélation avec les dates historiques proposées par R. Blench (2006) et certaines données concernant l’économie.

Figure 9 –Afrique de l’Ouest. Cladogramme de diversification des familles linguistiques du phylum Niger-Congo et corrélation avec les dates historiques proposées par R. Blench (2006) et certaines données concernant l’économie.

La date de 3000 BCE pour l’individualisation de la famille nord-atlantique correspond au groupe céramique 3 de S. Ozainne (2013) et l’individualisation de la famille mandé au groupe céramique 4.

© A. Gallay

72La famille atlantique pourrait s’individualiser vers 7000 BCE. Les langues atlantiques sont sur l’ensemble plus diverses que les langues mandé, et l’unité de la famille peut être sujette à discussion. À part les Peul, les populations sont essentiellement composées des pêcheurs côtiers utilisant des ressources aquatiques. L’isolement du kordofanien dans les monts Nouba parle en faveur d’un mouvement limité en direction de l’est d’une série de bandes de chasseurs en quête de gibier dans la période qui a immédiatement suivi l’adoption de l’arc vers 6500 BCE.

73La famille mandé présente une racine commune Niger-Congo pour le bœuf et les caprinés. Il s’agit donc de groupes d’éleveurs isolés en limite du désert qui ont migré en direction du sud vers 5000 BCE. Il n’y a par contre pas de racine pour les cultigènes dans le proto-langage. Ces éleveurs primitifs n’étaient donc pas des cultivateurs.

74Les kru sont aujourd’hui des cultivateurs qui se sont répandus le long des rivières en direction du sud-ouest vers 5000 BCE. Les populations de la famille Gur-Adamawa, que nous situons sur le même clade, forment un continuum du Burkina Faso au Tchad. Leur expansion est contrée par la diffusion du tchadique. Leur diffusion ouest-est parle en faveur d’une dispersion de bandes de chasseurs à la même époque. Il en va de même pour la famille kwa dont la dispersion pourrait être un peu plus tardive vers 4500 BCE. Il n’y a pas d’évidence d’une dispersion du kwa le long des côtes ouest-africaines.

75Le centre d’expansion de la famille Benue-Congo, située le plus à droite de l’arborescence, est probablement localisé sur la confluence Niger-Benue vers 4500 BCE. La population source devait dépendre de ressources aquatiques. L’agriculture ne peut pas être reconstituée dans le proto-Benue-Congo. Cette famille est probablement à l’origine, vers 3000 BCE, d’une horticulture adaptée à la forêt.

76L’expansion de la famille ubangienne précède l’expansion bantou vers 3000 BCE et suit une direction ouest-est au nord de la forêt pluviale. Il s’agit d’une expansion de collecteurs avec agriculture de transplantation incipiente. La famille bantoïde est territorialement cohérente, mais très diversifiée. Le bantoïde qui pourrait s’individualiser vers 3000 BCE révèle primitivement des collecteurs de tubercules et d’huile de palmier. La famille bantou s’individualise sur cette base vers 2500 BCE. On note l’utilisation du palmier et de tubercules. La présence de phytolithes de bananes vers 600 BCE suggère l’introduction tardive de ce cultigène asiatique qui a joué un rôle dans cette diffusion. L’expansion plus tardive dans le sud de l’Afrique est connectée avec l’introduction du zébu (Bos indicus).

77Le bantou est particulièrement intéressant pour une reconstruction culturelle car cela permet de développer des hypothèses sur le style de vie des locuteurs des proto-langages. Toutefois, les données archéologiques sur le mode de subsistance des locuteurs putatifs sont très rares.

78J. Vansina (1995, repris par Blench 2006 : 136), avance que la banane sous sa forme plantain triploïde AAQB, d’origine asiatique, a joué un rôle important dans les mouvements anciens vers l’intérieur de la forêt.

79Selon R. Blench (1994) les seuls noms de céréales dans les langues bantou qui peuvent être reconstruits avec une certaine profondeur historique sont en relation avec des espèces sauvages qui appartiennent à la flore ouest-africaine. À une période inconnue, le manioc domestique a été développé à partir du Dioscorea sauvage lors d’un processus continu de transplantation et de sélection. L’expansion bantou a accompagné la diffusion du manioc de Guinée (Dioscorea rotiundata), mais une même racine connote à la fois la forme sauvage et la forme cultivée de ce tubercule, ce qui rend difficile l’identification du niveau taxonomique correspondant au passage à la production agricole.

80La présence de mil à chandelle domestiqué (Pennisetum glaucum), découvert dans quelques sites archéologiques au sud du Cameroun datés entre 400 et 200 BCE, ouvre des nouvelles perspectives sur l’histoire de l’agriculture en forêt dense d’Afrique centrale. Les données linguistiques suggèrent que le mil à chandelle relève d’anciennes traditions agricoles des locuteurs bantous et que c’est au cours de leur expansion qu’il s’est largement répandu en Afrique occidentale bantouphone. Il se peut même que la dispersion du mil à chandelle se soit produite à partir du berceau supposé des langues bantou qu’on situe à la frontière du Nigeria et du Cameroun (Kahlheber et al. 2009).

81L’individualisation de la famille Dogon ​(2500/1250 BCE) pose de nombreux problèmes. On peut reconstruire le terme bœuf, mais il n’existe pas de termes pour chèvre et mouton. Les Dogon étaient originellement des agro-pastoralistes. On peut avancer que les ancêtres de groupes comme les Dogon sont soit restés stables pendant une longue période et ont commencé à se répandre dans un passé récent, soit étaient très divers et un étranglement a créé une structure plus uniforme dans un passé récent (Blench 2006 : 135).

82R. Blench parle, en d’autres circonstances, d’un peuplement vieux de 3000 ans ce qui donne une date plus récente pour l’individualisation des langues dogon, soit approximativement 1250 BCE, ce qui nous paraît aujourd’hui plus conforme aux données archéologiques. Ce peuplement ancien serait alors contemporain de la phase 5 de la séquence d’Ounjougou (2000-1000 BCE) qui comporte déjà des céréales cultivées. Dans un paysage de savanes soudano-sahéliennes parcourues par des feux fréquents et réguliers d’origine anthropique, la présence de millet domestique (Pennisetum glaucum) témoigne de l’arrivée des premiers agriculteurs dans la région (Rasse et al. 2006 ; Ozainne et al. 2009).

83La date de l’arrivée des bovidés domestiques conforte cette évaluation avec 2000 et 1000 BCE pour le centre Mali et la Mauritanie (Jousse 2004, 2017 ; Le Quellec 2013). Il est ainsi clair que c’est surtout la sécheresse qui a favorisé l’expansion méridionale du nomadisme pastoral en direction du sud de la Mauritanie et du Mali à la fin du iiie millénaire BCE. Nous avions nous-même abordé cette question en adoptant cette évaluation basse (Gallay 2011 : 199-120).

84En résumé, les populations du phylum étaient dans ces premières phases de différenciation encore au stade de chasse-pêche-cueillette. Un terme pour chien peut être reconstruit au niveau du proto-Niger-Congo.

85R. Blench (2006) établit une corrélation entre le développement des pointes ounaniennes du Sahara (9500-5000 BCE) et le développement du proto-Niger-Congo. Les pointes de type Bir Ounan se rencontrent au Sahara malien lors de l’optimum climatique (Petit-Maire & Riser 1983). Elles signent selon R. Blench la présence de l’arc, une arme qui aurait assuré une certaine suprématie sur les populations locales utilisatrices de simples lances. Il y a en effet des évidences en faveur de la possession d’arcs et de flèches chez les locuteurs Niger-Congo (Blench 2006 : 129).

86Les pointes de Bir Ounane se retrouvent dans la région de l’Aïr. Au Niger, l’évolution d’une industrie épipaléolithique en un complexe lithique-­céramique est attestée. À Temet, une industrie microlithique avec pointes de Bir Ounane se retrouve dans des sédiments lacustres datés entre 9250-8600 et 7950-7350 BCE (Roset 1987). Dans le site proche de l’Adrar Bous 10, daté entre 8550-8240 BCE, cette même industrie lithique était associée à de nombreuses meules et de la céramique. A.B. Smith (1976) donne le nom de Kiffien à cette culture prépastorale dont les établissements se retrouvent sur les rives des paléolacs de l’Aïr et du Ténéré, comme le site de Tagalagal dont la céramique se situe entre 9150-8250 BCE et 8550-7750 BCE (Roset 1982 ; Échallier & Roset 1986).

87En Égypte, des industries à pointes dites d’Ounan-­Harif sont présentes dans les régions de Napta Playa et de Bir Kiseiba. À Napta Playa, elles sont mentionnées dans la phase El Jerar entre 7800 et 7300 BCE et sur d’autres sites de la région (Riemer et al. 2004), mais la morphologie de ces pointes semble quelque peu différente et moins stéréotypée qu’à l’ouest. On retiendra néanmoins que l’extension de ces pointes se situe lors d’une phase particulièrement humide.

88Une économie proto-agricole se dessine au xe millénaire en zone sahélienne, accompagnée de céramique. La céramique apparaît en effet à Ounjougou en Pays dogon de façon extrêmement précoce, au xe millénaire BCE (phase 1). La région est alors confrontée au retour de conditions nettement plus humides, coïncidant avec la mise en place de vastes plaines herbeuses (Huysecom 2006, 2007 ; Rasse et al. 2006 ; Rasse 2007). L’industrie lithique associée à cette première céramique se distingue surtout par la présence de plusieurs types de pointes bifaciales, fusiformes notamment, aux dimensions adaptées à la chasse de petit gibier. Pendant cette phase, on assiste certainement au développement d’une forme d’économie proto-agricole consistant en une stratégie de collectes sélectives intensives de graminées (Huysecom 2007 ; Ozainne et al. 2009). Ce stade, non mentionné par R. Blench, correspond à un moment où le proto-Niger-Congo est déjà scindé en deux branches menant, d’un côté, aux familles atlantiques et, de l’autre, aux familles Benue-Congo.

89K. Neumann (2003) souligne de son côté que l’adoption de l’agriculture est remarquablement tardive en comparaison d’autres régions du monde. Les différents cultigènes actuels n’ont pas été adoptés simultanément. S. Ozainne (Ozainne et al. 2014) établit une relation entre les premières apparitions du petit mil (pearl millet) et les décors céramiques à la cordelette roulée (cord-wrappped roulet). La combinaison de ces deux indicateurs lui permet de décrire un scénario d’expansion de la première agriculture en Afrique de l’Ouest à partir d’une zone d’origine située dans l’est du Mali à partir de 2600 BCE et jusqu’en 2000 BCE. À partir de 1000 BCE cette agriculture atteint les zones forestières. Ces innovations interviennent lors d’une phase de diminution des pluies sans que des liens de cause à effet soient clairement identifiés. Selon le cadre chronologique adopté, l’Humide néolithique saharien se termine vers 3000 BCE, et le phénomène décrit pourrait se situer à la période caballine ancienne (2200-1000 BCE) (voir aussi Gallin 2011). Les cartes publiées permettent de corréler cette innovation avec des populations de langues proto-mandé, moins vraisemblablement avec des populations de langues proto-nord-atlantiques. Le mandé présente des racines communes Niger-Congo en relation avec l’élevage. L’agriculture n’est pas présente dans le protolanguage (Blench 2006 : 133).

90La situation en zone forestière reste plus difficile à évaluer dans la mesure où elle combine une horticulture orientée sur des tubercules et une arboriculture (palmier à huile) dont la maîtrise a probablement été très progressive, ces végétaux ne laissant en outre que peu de traces archéologiques.

91On possède de meilleurs jalons pour l’apparition de l’élevage dans la région du phylum Niger-Congo. Si les données du plateau dogon fournissent des informations cohérentes pour une apparition de l’élevage entre 2000 et 1000 BCE en accord avec les données sahariennes, un vrai problème se pose par contre pour la famille proto-mandé qui possède des racines en relation avec l’élevage alors que l’individualisation de la famille est placée au ve millénaire BCE.

La question de l’origine des Peul

92La question de l’origine des Peul, qui appartiennent au phylum Niger-Congo, a soulevé une très abondante littérature qui n’a jamais débouché sur un consensus largement accepté par la communauté scientifique. Il est intéressant dans cette optique de constater que cette population occupe une place centrale très particulière dans l’analyse de P. Triska et al. (fig. 5, 6).

93Les gravures rupestres du sud du Sahara se sont invitées dans ces discussions à travers l’ensemble dit des porteurs de lances qui est très largement diffusé de l’Adrar des Iforas au massif de l’Ennedi, soit dans une aire géographique située au nord de l’aire d’extension des Peul actuels. Les gravures de l’Adrar et de l’Aïr, étudiées notamment par C. Dupuy (1998, 2010), révèlent un ensemble original très différent des représentations du Sahara central. Les gravures regroupent des personnages portant une lance, des bovidés, des girafes et des autruches. Quelques rares gravures rupestres d’interprétation pourtant délicate signalent l’apparition des premiers bœufs à bosse de l’espèce Bos indicus.

94Les personnages figurés de face et vêtus d’une tunique courte ont souvent une forme bitriangulaire. Les coiffures, coiffes, parures, vêtements et pointes de lance métalliques étonnent par leur diversité et pourrait révéler des groupes ethniques locaux distincts. La présence d’une faune sauvage soudanienne témoigne d’un climat relativement humide permettant le maintien de mares pérennes dans les vallées dans un paysage de savane arborée. L’absence de représentations de moutons, sensibles aux parasitoses et aux climats humides confirme ce diagnostic climatique (Dupuy 1998). Des chars sont associés parfois à des chevaux et à des porteurs de lances.

95Les gravures des Iforas présentent des éléments exceptionnels qui témoignent d’influences à longue distance. Certains motifs à base de courbes et de contre-courbes souvent liées à des spirales – signes complexes appelés entrelacs – se retrouvent au Sahara central et dans l’Atlas et évoquent les stèles gravées en champlevé provenant des tombes à fosse du cercle A de Mycènes. Il est intéressant de noter que, sur ce site, ces motifs sont justement associés à des représentations de chars. D’autres motifs parlent dans le même sens. Nous sommes ici dans le contexte des échanges commerciaux qui s’établissent entre Libyens et Égéens à cette époque (Dupuy 1998 : 43, fig. 11, 2006).

  • 6 Muzzolini A. (1995) – Les images rupestres du Sahara. Toulouse, chez l’auteur.

96A. Muzzolini6, Y. et C. Gauthier (2003) désignent ces gravures sous l’appellation de style du « guerrier libyen », pourtant les données de l’art rupestre ne permettent guère d’assigner à cet art des racines septentrionales. C. Dupuy (2011 : 32) écrit notamment à propos des chars :

« Cette situation me semble, ici encore, significative de la distance culturelle qui séparait leurs auteurs respectifs, plutôt que révélatrice de multiples anachronismes régionaux à l’intérieur d’un vaste espace berbère. Bref, ces éléments n’abondent guère en faveur de la thèse d’une charrerie saharienne exclusivement aux mains berbères ».

97On notera que les Peul nomades, éleveurs de bovins de l’Ouest africain n’élèvent pas de chevaux à l’inverse des groupes peul sédentaires établis dans les bassins des fleuves Niger et Sénégal et autour du lac Tchad. Maintes représentations de ces porteurs de lances apparaissent dans des contextes animaliers riches en bovins, en autruches et en girafes (Camps & Dupuis 1996).

98Cet ensemble pourrait se mettre en place au cours du iie millénaire BCE à une époque où se dessine en Aïr et au Niger une première métallurgie du cuivre et du fer (Grébénard 1983 ; Paris et al. 1992). Ainsi à Iwelen, dans l’Aïr, ont été découvertes des pointes de lances foliacées en cuivre, munies d’une soie d’emmanchement, aux côtés d’autres objets de cuivre, dont une hache. Sur ce site, des zones cendreuses comportaient de nombreuses gouttes de cuivre, apportant la preuve de la fonte du cuivre sur le site. Selon J.-P. Roset (2007) la céramique témoigne d’une véritable rupture par rapport à la céramique néolithique locale. On peut la situer dans le groupe céramique 3 de S. Ozainne (2013 : 117) : « Les poteries qui sont produites sur le site marquent une rupture complète avec les traditions millénaires du Néolithique, autant par l’originalité de formes que celle de leurs décors. »

Phylum nilo-saharien et archéologie

99La séquence de Napta Playa dans le désert occidental égyptien constitue la référence principale sur le plan archéologique pour comprendre le développement des langues nilo-sahariennes. On peut y distinguer six phases principales du Néolithique ancien, phase El Adam (8850-7850 BCE) au Néolithique final (5550-4250 BCE (Gallay 1996 : fig. 2).

100On peut donc proposer de rattacher au phylum nilo-saharien et aux langues koushites l’ensemble des développements pré-étatique et étatique de la vallée du Nil depuis le groupe A. Une certaine continuité culturelle caractérise, selon les chercheurs, la séquence débutant en Basse Nubie avec le groupe A et se prolonge jusqu’à la fin du Méroïtique. Nous proposons donc de voir dans les développements pré-étatique et étatique nubien et soudanais le fait d’un même groupe de populations affiliées au phylum nilo-saharien, plus particulièrement aux langues koushites. Ce scénario n’entre pas en contradiction avec la proposition de C. Rilly qui admet une première expansion des langues koushites à partir du Wadi Howar à la fin du ive millénaire (Gallay 1996 : fig. 4). Rappelons dans cette perspective que le groupe A, première étape de ce développement, est situé dans la fourchette chronologique 3700-2900 BCE. Cette perspective est également compatible avec la permanence de certaines populations de langues afrasiennes dans les zones de développement pré-étatique et étatique.

Phylum afrasien et archéologie

101Quel que soit le scénario retenu, nous devons faire une distinction fondamentale entre (1) la diffusion de l’élevage, qui procède d’une expansion ne tenant pas compte, dans un premier temps tout au moins, de la mosaïque du peuplement, et entre (2) le développement des cultigènes plus directement insérés dans les diverses populations.

  • 7 Pour un résumé voir Sadig 2010.

102La confrontation des données de R. Blench (2006) et de la préhistoire du Soudan central7 permet de restituer le scénario suivant qui reste au second plan dans les articles de ce linguiste (fig. 16 ; Gallay 1995 : 5) :

  • Proto-afrasien, Mésolithique de Khartoum (8000-5800 BCE) : origine de ce phylum au Soudan central dans la région du Gezireh-Butana entre Nil blanc et Nil bleu (Ibid. : 162, carte 5).

  • Érythraïque, Mésolithique tardif (5800-5000 BCE) : les racines linguistiques restituées à ce niveau concernent la collecte des graminées, la mouture et les galettes de céréales et témoignent d’une intensification de la collecte végétale.

  • Couchitique-tchadique, puis proto-couchitique et proto-tchadique : Néolithique ancien ou Early Khartoum (5000-4000 BCE) ; les racines linguistiques restituées à ce niveau concernent désormais l’élevage, mais les racines liées à cette pratique diffèrent selon les proto-couchitiques et proto-tchadiques, ce qui signifie que les deux populations étaient déjà distinctes sur place au moment de l’arrivée de l’élevage (Blench 1999).

  • Mésolithique tardif (4000-3000 BCE) : expansion des populations proto-tchadiques en direction du Tchad par le Wadi Howar à la phase Leiterband et des populations proto-couchitiques en direction de l’Éthiopie.

103La confrontation des vues de C. Ehert et de R. Blench révèle deux contradictions majeures concernant :

  • le lieu d’origine de l’afrasien (pour C. Ehret, bords de la mer Rouge ; pour R. Blench, Soudan central) : le fait que les populations afrasiennes devaient collecter des céréales sauvages et manger des tubercules de carex parle en faveur d’un milieu humide riche en ressources végétales, ce qui milite plutôt en faveur de l’hypothèse de R. Blench ; il y avait à l’Holocène moyen dans le Gézireh des lacs qui ont par la suite disparu ;

  • la question de la proximité du berbère et du tchadique (C. Ehret) qui pose un problème d’ordre géographique du fait de la coupure présentée par le désert saharien et nous fait donc préférer l’hypothèse défendue par M.L. Bender (1997) et R. Blench (2006), plus conforme aux données géographiques ; la présence de deux hypothèses concurrentes montre que l’utilisation des racines restituées n’est pas sans problème.

104Reste néanmoins une question de taille quant à l’axe de diffusion du tchadique car nous voyons mal, à première vue, le Wadi Howar fonctionner à la même époque à la fois comme pôle de peuplement pour le proto-tchadique (phylum afrasien, selon R. Blench) et pour le proto-soudanique oriental nord (phylum nilo-saharien, pour C. Rilly). Nous préférons néanmoins le scénario de R. Blench qui intègre mieux les données archéologiques et montre un phénomène, non souligné par l’auteur, à savoir qu’il convient de dissocier dans un premier temps la diffusion de la domestication des bovidés de l’histoire des mouvements de populations révélés par la linguistique.

105La région de Khartoum et la Gezireh offrent une séquence de référence pour les périodes les plus anciennes (Sadig 2010) :

- Holocène ancien

106La région de Khartoum est réoccupée avec l’arrivée des moussons régulières. Les régions de la Gézireh (Gézira) et du Butana, riches en ressources naturelles, et l’une des zones où l’on rencontre du sorgho sauvage, paraissent favorables à l’établissement humain. La Gézireh, aujourd’hui zone de cultures irriguées pour le coton et le sorgho, est notamment drainée par une série de diffluences issues du Nil bleu et se jetant dans le Nil blanc, une situation favorable au développement d’une végétation herbacée. Elle présente également plusieurs étendues d’eau (Ibid. : carte 1.3).

- Mésolithique (8000-5800 BCE) : Mésolithique de Khartoum

107Il est notamment représenté sur le site de Khartoum Hospital et sur les sites de Saggai (6300-6200 BCE), Arbu Darbein (7800-6600 BCE), El Damer (7500-6200 BCE), Aneibis (7300-5700 BCE). L’économie est encore prédatrice et l’élevage inconnu. Une céramique de type wavy line est par contre présente.

108A.J. Arkell (1949) introduit l’appellation Mésolithique de Khartoum ou Early Khartoum pour désigner l’assemblage de Khartoum Hospital justifiant le terme du fait de l’absence de domestication. Le matériel inclut un outillage microlithique, de très nombreux harpons et une céramique de type wavy line. On ne signale aucune attestation de domestication de plantes ou d’animaux. Les céréales sauvages semblent avoir joué un rôle déterminant dans l’alimentation (graines dans la pâte de céramiques, matériel de broyage, usure dentaire due aux restes minéraux incorporés dans la mouture). Restes et impressions de graines carbonisées dans la pâte des céramiques indiquent la Digitaria sp., espèce de la famille des Panicoidea, plante sauvage présente aujourd’hui encore dans les zones pluvieuses de l’actuel Soudan. Plusieurs sites ont livré des sépultures en fosse, notamment Saggaï (6300-6200 BCE) et Shabona (7500-7000 BCE).

109Ce stade pourrait correspondre au développement précoce du proto-afrasien de C. Ehret. Les racines linguistiques restituées à ce niveau concernent la collecte du grain sauvage et la récolte de tubercules de carex, ce qui indique un milieu humide qui convient mieux au Soudan central que les bords semi-désertiques de la mer Rouge envisagés comme berceau de l’afrasien par cet auteur.

- Mésolithique tardif (5800-5000 BCE)

110Ce stade pourrait correspondre au développement de l’érythraïque. Les racines linguistiques restituées à ce niveau concernent la collecte des graminées, la mouture et les galettes de céréales témoignant d’une intensification de la collecte végétale.

- Néolithique de Khartoum (5000-4000 BCE)

111Cet étage voit l’apparition de l’élevage des bovidés. Les sites emblématiques de la période sont Esh Shaheinab (4600-3900 BCE), ainsi que Kadero I, Zakiab et Um Direiwa. Plusieurs auteurs évoquent la possibilité d’un début de culture d’un sorgho encore morphologiquement sauvage.

112On assiste au retour des conditions humides après l’Aride holocène moyen. C’est surtout par la présence d’espèces animales domestiques qu’Esh Shaheinab fait un grand pas vers le Néolithique (Arkell 1953). Bœuf (Bos primigenius), mouton et/ou chèvre (Ovis ammon et Capra aegagrus) se trouvent en proportion notable, de telle sorte qu’on peut considérer le pastoralisme comme une composante affirmée de l’économie. La pratique de l’agriculture, signalée à Kadero par L. Kryzaniak (1978) pour le sorgho, est incertaine : deux espèces du genre Graminea sp. déterminées à partir des impressions de graines dans la pâte des poteries, renvoient au sorgho et au millet, des céréales qui devaient être broyées dans les abondantes meules trouvées sur le site. A.B. Stemler (1990) met en doute cette identification et souligne la difficulté de différencier graines sauvages et graines cultivées. A.M. Sadig (2010 : 69) mentionne pour Kadero I, Zakiab et Umm Direiwa, la culture probable du sorgho sauvage entre 4560 et 3780 BCE.

Figure 10 – Synthèse du développement culturel de la Gezireh et du Butana et corrélation avec le développement linguistique

Figure 10 – Synthèse du développement culturel de la Gezireh et du Butana et corrélation avec le développement linguistique

© Gallay

113Ces difficultés d’identification du sorgho cultivé ne remettent pas en cause, selon nous, la prééminence de la Gezireh dans le processus de domestication de cette céréale. Les restes identifiés à Nabta Playa comme un sorgho sauvage ­collecté et éventuellement cultivé (Wasylikowa et al. 1997) n’ont en effet jamais donné naissance à une réelle agriculture dans la bande sahélienne allant du désert égyptien au Sénégal avant des périodes très tardives. Contrairement à ce qui se passe dans la vallée du Nil, les premières sociétés productrices sahéliennes étaient essentiellement des éleveurs.

114Les sépultures sont des tombes individuelles (Salvatori et al. 2016). Des phytolithes collectés dans les tombes attestent la culture des orges et des blés, céréales introduites à partir du Proche-Orient (Madella et al. 2014).

115Ce stade pourrait correspondre au développement du couchitique-tchadique, puis du proto-­couchitique et proto-tchadique. Les racines linguistiques restituées à ce niveau attestent désormais de la présence de l’élevage, mais celles concernant cette pratique diffèrent selon le proto-couchitique et le proto-tchadique, ce qui signifie que les deux populations sont déjà distinctes sur place au moment de l’arrivée de l’élevage.

- Néolithique tardif (4000-3000 BCE)

116Au début du ive millénaire les groupes pastoraux cultivent du sorgho dont la morphologie est celle de l’espèce sauvage (Haaland 1992 ; Stemler 1990 ; Sadig 2010 : 69). Se rattachent à cette époque les sites d’El Kadada et d’Es Sour. On ne retrouve que peu de sites dans la région de Khartoum après 3800 BCE. Après 3500 BCE les pluies cessent. Le retour à des conditions désertiques dans toute la vallée du Nil vers 3500 BCE coïncide avec le début de la civilisation pharaonique (fig. 10).

Famille berbère et archéologie

117Une première corrélation peut être proposée entre la diffusion des populations berbères et le style rupestre de Tazina qui occupe une large portion du Sahara (Gauthier et al. 2010) et bien que J.-L. Le Quellec (1993, 2014) en conteste l’unité. Selon ce dernier, personne n’a jamais livré de critère discriminant pour identifier de façon certaine ce style. J.-L. Le Quellec reconnaît pourtant la possibilité de réunir les gravures de ce style dans une banque de données et de proposer à leur propos un discours cohérent, notamment au plan géographique. Il démontre ainsi qu’il existe deux principaux centres de gravures de ce style, l’un dans le Sud-marocain l’autre au Messak où elles sont les plus abondantes. Ce style n’est pas homogène car ces deux centres présentent des caractéristiques différentes, les tracés les plus complexes se trouvant au Messak (fig. 11).

Figure 11 – Extension du style de Tazina et première diffusion des langues berbères (en grisé).

Figure 11 – Extension du style de Tazina et première diffusion des langues berbères (en grisé).

Le courant méridional en relation avec le couloir du Wadi Howar concerne les langues tchadiques. Les flèches marquent des mouvements de populations.

© Gallay

118Un second groupe de gravures et peintures rupestres pouvant intervenir dans la question du peuplement berbère et de l’origine des Touareg concerne les gravures de porteurs de javelines centrés sur le Sahara central (Camps & Dupuy 1996) rapportées à la période cameline (0-1000 CE). Les données archéozoologiques montrent que le chameau est certainement présent en milieu garamante classique entre le début de notre ère et 400 CE (Mattingly 2003 : 354). Les représentations camelines figurant des guerriers porteurs de javelines centrées sur le Hoggar, l’Aïr et le Tassili des Adjers signent la mise en place du peuplement touareg actuel qui se développe à l’ouest des zones occupées par les Garamantes, cela de façon indépendante.

119Cette période est inséparable de la question de l’origine et de la diffusion des inscriptions tifinagh. L’apparition des inscriptions en caractères tifinagh, dont la patine est souvent plus claire que celle des gravures sous-jacentes pourrait signaler une phase récente de cette période cameline.

120Les écritures libyco-berbères du nord du Sahara et les tifinagh anciens ont précédé l’écriture utilisée aujourd’hui par les Touareg qui sont incapables de lire les graphies anciennes. La seule inscription qui ait pu être datée avec un degré raisonnable de certitude est un bilingue libyco-punique, mis au jour sur le site de Dougga en Tunisie, qui daterait de 139 av. J.-C. ; mais il semble que les alphabets libyques existaient alors depuis plusieurs siècles. Il est vraisemblable qu’il faille rechercher parmi les écritures proche-orientales la ou les forme(s) dont dérive l’alphabet libyque qui est à l’origine du tifinagh. Son origine n’est pas le phénicien d’Afrique tel qu’il est connu à Carthage (la ville est fondée en 810 av. J.-C.) – bien que certains emprunts aient été possibles (Casajus 2013) – mais une écriture plus archaïque, ce qui expliquerait les ressemblances signalées avec les écritures sud-arabiques (hymiarite, sabéen), mais aussi avec l’alphabet turdétan du sud de l’Espagne.

121Au Fezzan, des tifinagh sont gravés sur des amphores trouvées à Germa datant du 1er siècle de notre ère (Camps et al. 1996).

122Un repère essentiel est fourni par le monument de Tin Hinan au Hoggar et des blocs gravés réemployés dans l’enceinte du monument. M. Hachid (2006) est formelle sur l’identification spécifique de ces gravures, malgré leur qualité médiocre. Le mur d’enceinte du monument dans lequel les blocs gravés sont réemployés date au minimum des iiie-ive siècle CE, comme terminus ante quem (Camps et al. 1996 ; Hachid 2006 ; Le Quellec 2008). L’usage de cet alphabet remonte donc au moins au ive siècle et l’on peut donc situer de façon précise le début de l’époque caméline aux iiie / ive siècle CE, époque où le chameau prend toute sa visibilité en Tripolitaine et en Cyrénaïque.

123L’ethnogenèse touareg peut être vue comme une conséquence de l’occupation arabe du Maghreb et du reflux de certaines populations berbères sanhadja en direction du sud à partir du viiie siècle de notre ère. Elle affecte une large zone du Sahara central et l’Aïr, notamment à partir du xie siècle.

124Au plan des représentations rupestres, à une phase ancienne pauvre en chevaux succède, sans liaison thématique et selon des dispositifs rupestres différents, une phase alphabétique riche en tifinagh et en chevaux. La scénographie de cette phase récente est en relation avec des traditions et des coutumes propres aux Touareg tels que la monte des dromadaires, la pratique de la chasse à courre, l’usage des tifinagh, le port de plusieurs lances ou javelots et de vêtements amples et bien couvrants.

125Ces deux phases d’art rupestre témoignent donc d’une histoire à laquelle est intimement liée celle du cheval. Les représentations anthropomorphes peuvent conserver un certain aspect bitriangulaire des périodes antérieures. Au Sahara central, les guerriers sont armés désormais de plusieurs javelines (Camps & Dupuy 1996 : 6). Les tuniques deviennent plus longues et l’épée apparaît. Les cavaliers ne connaissent pas encore la selle à troussequin, qu’introduira l’islam. Les plans d’habitation deviennent ronds (huttes) ou rectangulaires (tente).

Synthèse

126Dans une quatrième étape, nous pouvons désormais reprendre l’histoire des différents phylums dans la perspective des données génétiques (Trista et al. 2015).

Dynamique du phylum Niger-Congo (étape 1, dès 12000-9900 BCE)

127C’est le premier à être individualisé puisque R. Blench place son origine au Sahara malien, au niveau des ensembles épipaléolithiques à pointes de Bir Ounane chronologiquement situés entre 12000-9500 BCE. Ces caractéristiques se retrouvent aux environ de l’Aïr entre 9250 et 8250 BCE sans qu’il soit possible de savoir s’il s’agit du même faciès. On doit par contre écarter les sites du désert occidental égyptien datés entre 7800 et 7300 BCE, la morphologie des pointes dites de Bir Ounane restant très éloignée des productions du Sahara malien et nigérien. Les repères sur la diffusion de ce phylum se situent plus au sud.

128La première diffusion du phylum Niger-Congo se place donc dans un contexte de chasse et de cueillette. Selon R. Blench les pointes ounaniennes signent la présence de populations connaissant l’arc qui constitue un net avantage cynégétique et guerrier par rapport aux simples lances des populations locales dont les langues restent inconnues.

129À Ounjougou (phase 1) on retrouve, au xe millénaire, des populations vivant de la collecte des céréales et possédant de la céramique. La région est alors confrontée au retour de conditions nettement plus humides, coïncidant avec la mise en place de vastes plaines herbeuses.

130La famille atlantique s’individualise vers 7000 BCE en relation avec des économies tournées vers les ressources halieutiques (Blench 2006 : 133). L’élevage pourrait apparaître au ve millénaire (Jousse 2004 ; Le Quellec 2013) en relation avec l’individualisation de la famille mandé.

  • 8 Cf. Phylum Niger-Congo et archéologie (Dynamique historique)

131Nous renvoyons à ce que nous avons dit précédemment8 de l’hypothèse de S. Ozainne (Ozainne et al. 2014) concernant la diffusion de la première agriculture en Afrique de l’Ouest. Plus au sud, on s’accorde aujourd’hui pour situer à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, dans les Grassfields, le foyer qui sera à l’origine vers 2500 BCE de la très large expansion des populations bantou (Fauvelle 2018).

132Dans ce contexte, l’origine des Peul qui se si­tuent en position centrale dans le schéma génétique, pose un réel problème outre sa position particulière. L’une des hypothèses possibles est de relier cette population à l’ensemble des gravures dites du guerrier libyen, porteurs de lances, situées au nord du peuplement peul actuel vers le début du iie millénaire. Cet ensemble doit donc être dissocié des productions de la famille berbère.

Dynamique du phylum nilo-saharien (étape 2, dès 8500 BCE)

ixe millénaire

133Le phylum nilo-saharien semble s’individualiser dans le Sahara occidental égyptien à partir de 8500 BCE au Néolithique ancien de la phase El Adam de Napta Playa (8850-7850 BCE). Une expansion précoce très ancienne, en direction du sud, se situe au niveau du stade de différenciation du proto-central-soudanique en direction de la République centrafricaine et du Congo.

viiie millénaire

134Le viiie millénaire est contemporain du Néolithique ancien de Napta Playa et correspond à l’individualisation du proto-soudanique-nord (C. Ehret) / proto-soudanique-oriental (C. Rilly). Nous nous situons lors des phases El Kortein-El Gorhab, puis El Napta-Al Jerar. Cette période humide mais n’excluant pas certains épisodes arides, voit se développer une céramique de type dotted wavy line.

135Dans le cimetière de Gobero au Niger, l’Optimum climatique est identifiable à partir de 7700-6600 BCE, après un épisode hyperaride situé en 14000 et 7700 BCE. L’horizon culturel est daté de 7000-6200 BCE et rattaché au Kiffien avec des pointes de type Bir Ounane et une céramique dotted vawy line (Sereno et al. 2008). Les inhumations en position contractée en pleine terre, issues de l’Épipaléolithique, resteront la règle pour les po­pulations nilo-sahariennes du Sahel. Un ­se­cond cimetière est attribué au Ténéréen (5200-2500 BCE).

viie millénaire

136Il correspond au Néolithique moyen de Napta Playa et à l’apparition de l’élevage. Cette période voit la reprise de l’aridité qui culminera au vie millénaire avec l’Aride holocène moyen. Plusieurs expansions en direction de l’ouest doivent être prises en compte précocement. La plus ancienne se situe au niveau de la différenciation du proto-saharo-sahélien vers 7000 BCE. Elle est à l’origine du proto-saharien qui atteint le Tibesti et dont sont issus les peuples teda et toubou, puis, quelques siècles plus tard, du proto-sahélien qui a peut-être atteint la boucle du Niger et qui donnera les langues songhaï.

vie millénaire

137Il correspond au Néolithique final de Napta Playa et au développement local d’un mégalithisme qui n’aura guère d’impact géographique (5550-4250 BCE). L’élevage progresse en direction de la vallée du Nil et est signalé sur le site d’El Barga au Soudan vers 6000 BCE (Honegger 2005).

ve millénaire

138La domestication des bovidés progresse vers l’ouest et les premiers signes de cette mutation se manifestent dans les représentations rupestres du Bovidien ancien (alias négroïde, 5300-4000 BCE). Le style dit des têtes rondes, largement répandu d’est en ouest – si l’on accepte une définition large de ce style – signe la progression des populations nilo-sahariennes responsables de cette première diffusion. D’autres styles rupestres attestent la présence de bovidés domestiques au Sahara central lors de cette phase d’augmentation de l’aridité (style Ozan-Eharé, style du Messak). Les expansions plus tardives sont moins conjecturales.

ive millénaire

139L’accroissement de l’aridité de l’Aride holocène récent correspond à la diffusion des langues du soudanique-oriental (C. Rilly)/soudanique-nord (C. Ehret). Les difficultés climatiques génèrent une migration des populations nilo-sahariennes du désert libyque en direction du sud et du Wadi Howar, qu’elles atteignent vers 4000 BCE à la phase Leiterband – ce qui peut correspondre au développement du proto-soudanique-oriental-nord (C. Rilly).

140Le proto-soudanique-oriental-sud (C. Rilly), qui donnera les langues nilotiques, reste par contre difficilement corrélable avec des données archéologiques (Gallay 2016 : fig. 10).

141L’expansion de certaines populations proto-tchadiques du Soudan central (phylum afrasien) en direction du Wadi Howar se situe à la même époque, mais peut-être un peu plus tardivement. En effet R. Blench fait remarquer que le proto-tchadique issu du sud va, lors de son passage le long du Wadi Howar, incorporer certains termes nilo-sahariens, notamment une racine concernant les bovidés :

« This corridor is today inhabited by Nilo-Saharan speakers and was also presumably in the past. If such a migration took place, then there should be scattered, loaned livestock terms in Nilo-saharan languages all the way between the Nile and Lake Tchad. » (Blench 2006 : 160)

142La présence simultanée de deux populations d’origines distinctes dans la même région – une situation concevable selon certaines données ethnologiques – trouverait donc ici un début d’explication, ce qui ne résout pas la question de l’affiliation de la poterie Leiterband à l’un ou l’autre des occupants. Certaines affinités de cette céramique avec les productions de l’Early Khartoum, parlent néanmoins en faveur de cette hypothèse en direction des populations d’origine afrasienne (Keding 1993). Cela signifie-t-il qu’il faut attribuer la céramique contemporaine herringbone (céramique à chevrons) présente dans la partie aval du wadi proche du Nil aux populations nilo-sahariennes ?

iiie millénaire

143Ce millénaire voit la reprise des pluies avec un petit humide situé entre 2700 et 2500 BCE, puis, vers 2550 BCE la reprise de l’aridité avec l’abandon partiel du Wadi Howar à l’exception probable de sa partie amont orientale (Gallay 2016 : fig. 11).

144Les céramiques Leiterband et Halbmonleiter band sont présentes dans la partie inférieure du Wadi Howar, la céramique herringbone (céramique à chevrons) témoigne de contacts avec la vallée du Nil.

iie millénaire

145L’horizon Handesi (2200-1100 BCE) voit l’assèchement saisonnier du wadi Howar dans son cours supérieur et de quelques autres endroits de son cours, quasi permanent ailleurs. On remarque une prépondérance des ovins et des caprins. L’âne est connu au Soudan au moins depuis 2500 ans permettant des déplacements plus faciles.

146Les travaux de C. Rilly (2009, 2010b) et G. Dimmendaal (1984, 2007) permettent de comprendre la diaspora issue de cette région du fait des dégradations climatiques, diffusion concernant les populations rattachables à la famille soudanique-orientale du phylum nilo-saharien. Dans ce scénario, le peuplement du Dafour-Kordofan, antérieur à la diffusion de la langue arabe, regroupe des populations de langues tama et proto-nubienne auxquelles il est possible d’attribuer les vestiges découverts lors des prospections effectuées par B. Gratien (2013).

147Après 1100 BCE la région du Wadi Howar cesse définitivement d’être habitable, à l’exception du haut bassin situé en bordure de l’Ennedi.

Dynamique du phylum afrasien (étape 3, dès 8000 BCE)

148Nous retiendrons ici l’hypothèse de R. Blench d’une origine de l’afrasien au niveau de la Gezireh à la confluence entre Nil Bleu et Nil blanc et en relation avec la domestication du sorgho vers 5 000 BCE (fig. 12).

Figure 12 – Modalité de diffusion du proto-tchadique selon l’hypothèse de R. Blench et les données archéologiques.

Figure 12 – Modalité de diffusion du proto-tchadique selon l’hypothèse de R. Blench et les données archéologiques.

1) Flèches simples et dates BCE : première diffusion des bovidés domestiques ; 2) Flèches doubles tiretées : diffusion des populations nilo-sahariennes en direction du Wadi Howar et des populations proto-couchitiques en direction du plateau éthiopien ; 3) Flèches doubles épaisses : diffusion des populations de langue proto-tchadique depuis le Soudan central (Néolithique de Khartoum) vers le Wadi Howar (horizon Leiterband), puis le lac Tchad

© Gallay

149Une première expansion probablement ancienne selon tous les schémas proposés (Blench 2006) se situe encore au niveau de sociétés de chasse-pêche-cueillette et concerne la diffusion de la famille omotique (ancienne famille ouest-couchitique) en direction des plateaux éthiopiens vers 6000 BCE lors d’une phase aride signalée dans les lacs de l’Afar et correspondant à l’Aride holocène moyen. Les populations de langues omotiques vont former dans le sud de l’Éthiopie un verrou qui empêchera la diffusion de l’élevage en direction du sud et du bassin du lac Turkana. Alors que l’économie pastorale se développe dans le nord, de nombreuses régions méridionales restent liées à l’économie de prédation, notamment dans le sud-ouest de l’Éthiopie (Bel K’ur’umu, ive millénaire) ainsi que dans le Wolayta (Moche Borago). Cette région reste un isolat culturel où les gens n’ont eu qu’un intérêt tardif à passer à une économie de production. L’abri de Moche Borago, occupé depuis plus de 50000 ans, peut être considéré comme emblématique du développement culturel de cette région ; il y a encore moins de 2000 ans il abritait des chasseurs de buffle (Syncerus caffer) qui profitaient du fond de vallée encaissé en contrebas de l’abri pour rabattre et tuer ce gibier sauvage. Ce ruminant domine en effet très largement puisqu’il représente entre 35 et 80 % des ossements déterminés. On peut noter enfin une absence totale d’animaux domestiques, même dans les phases les plus récentes datant du ve siècle CE (Lesur et al. 2014 ; Lesur 2017 ; Gutherz 2000 ; Gutherz et al. 2002).

Dynamique de la famille érythraïque (étape 4, 6000-5000 BCE), puis berbère

vie millénaire

150Lors de l’Aride holocène moyen la famille érythraïque diffuse le long du Nil vers le nord en direction de l’Égypte. La famille nord-érythraïque sera à la source de l’ancien égyptien. Ce foyer sera à l’origine des langues sémitiques du Proche-Orient (qui ne sont pas notre propos ici) et pour lesquelles nous n’avons pas d’hypothèse illustrant l’histoire des peuplements. Une branche du sémitique nous concerne néanmoins. Cette famille se divise en effet en trois sous-familles ; le sémitique oriental centré sur le bassin du Tigre et de l’Euphrate, le sémitique central occupant le Proche-Orient et la péninsule arabique et le sémitique méridional occupant le sud de la péninsule arabique, et notamment le Yémen. Cette famille déborde sur l’Éthiopie au niveau de la famille éthio-sémitique. Le schéma publié par P. Triska et al. (2015) témoigne clairement de cette divergence.

151Selon R. Hetzron et L. Bender (1976) l’ancêtre des langues éthio-sémitiques d’Éthiopie n’est pas le Gèze – langue aujourd’hui éteinte d’Aksoum – mais le Tigrinya. La séparation du Guèze et des autres langages actuels éthio-sémitiques d’Éthiopie, dont les multiples formes du Gurage, devrait se situer, non à la chute d’Aksoum vers 700-900 CE, mais plus tôt, aux environs du début de notre ère, ce qui laisse plus de temps pour que se mette en place la diversité linguistique observée. Nous proposons donc de situer la pénétration du proto-éthio-sémitique en Afrique au ier millénaire BCE parallèlement à l’introduction du chameau (Epstein 1971).

ive millénaire

152Il convient de séparer clairement l’histoire du berbère de celle de la famille tchadique, hypothèse également soutenue par C. Ehret (2011), mais rejetée par R. Blench (2006). Dès la fin du ive millénaire des documents historiques semblent attester la présence des Berbères au Maghreb à travers de nombreux affrontements avec les armées égyptiennes.

153Quelques repères concernant l’expansion de la famille berbère qui va occuper la totalité du Sahara peuvent être trouvés dans l’art rupestre. Le premier concerne le style de Tazina qui, dans sa définition la plus large, est chronologiquement calé lors de la période humide du ive millénaire. D’autres styles rattachables au Bovidien récent méditerranéen (alias europoïde) puis au Caballin se rattachent également à cette expansion (fig. 13).

Figure 13 – Calage des phases chronologiques retenues sur l’évolution proposées par J.-L. Le Quellec (2013).

Figure 13 – Calage des phases chronologiques retenues sur l’évolution proposées par J.-L. Le Quellec (2013).

En noir : styles en relation avec des populations méridionales sahéliennes (alias négroïdes) ; en rouge : styles en relation avec des populations méditerranéennes (alias europoïdes) ; Flèches marquant l’extension chronologique des diverses espèces domestiques.

© Gallay

ier millénaire CE

154Le stade le plus récent du peuplement berbère concerne l’ethnogenèse des Touareg dont on saisit l’histoire dès le viie siècle, de notre ère et qui diffusent jusqu’en Aïr.

155Certaines grandes lignes du peuplement touareg de ce massif peuvent être dégagées. Ainsi, l’ehtnogenèse touareg peut être vue comme une conséquence de l’occupation arabe du Maghreb et du reflux de certaines populations berbères sanhadja en direction du sud à partir du viiie siècle de notre ère. Ce reflux affecte des zones déjà occupées par des Berbères depuis le ive millénaire BCE, un peuplement que seul l’archéologie permet d’appréhender. Cette histoire se déroule indépendamment du développement des Garamantes du Fezzan, qui est plus ancien. Ce processus nomade reste indépendant de l’apparition de centres urbains de la zone sahélien­ne. Ces agglomérations se développent au xe siècle de notre ère sous l’influence du renforcement des voies commerciales transsahariennes contrôlées par des Sanhadja Massufa, dont les descendants Inussufa représentent aujourd’hui une composante démo­graphique essentielle de ces agglomérations.

156Les traditions historiques permettent de déceler trois stades dans le processus de transfert vers le sud des populations à l’origine des Touareg de l’Aïr :

  • stade 1, les groupes les plus anciens, originaires de Tripolitaine, sont directement issus de l’occupation arabe du viie siècle de notre ère qui les a refoulés vers le sud ;

  • stade 2, la deuxième vague de migrations, conséquence de l’arrivée des Banu Hilal au xie siècle, est également originaire de cette région et, selon les traditions, plus particulièrement de la chaîne d’oasis de la dépression d’Aujila (Awjila). Cette période voit les oasis de la région de Bilma et le Fezzan englobés sous la domination du Kanem (xiiie siècle), occupation qui se prolonge jusqu’au xviie siècle ;

  • stade 3, dès le xve siècle, les groupes touareg occupant l’Aïr ont une origine plus proche, dans les massifs du Sahara central, Ahaggar, Acacus (région de Ghat) ou Adrar des Iforas, le Maghreb n’étant plus impliqué dans le processus.

Dynamique du phylum afrasien (étape 5, dès 4000 BCE)

157Une seconde diffusion concerne également l’Éthiopie. Suivant le cours de l’Atbara elle concerne, au ive millénaire, la mise en place des langues couchitiques et une première diffusion de l’élevage. Cette phase correspond également à une période de l’Aride holocène récent.

158Les données archéologiques actuelles pour le plateau éthiopien montrent que l’adoption de l’élevage et de l’agriculture est le résultat d’un long processus qui a probablement commencé avec un certain retard au Soudan oriental, dans la région de Kassala (Gautier & Van Neer 2006). On identifie dans cette région des cultures caractérisées, notamment une production céramique locale l’Atbaï Ceramic Tradition (ACT). Cette tradition s’est développée dans les plaines entre Kassala et Khashm el Girba à partir du ve millénaire BCE. Elle présente certaines affinités avec la céramique du groupe C nubien (Gutherz & Joussaume 2000). Il semble que les animaux domestiques aient fait leur apparition dans la phase dite de Kassala, et particulièrement lors du développement de la culture dite Butana (3800-3000 BCE). Toutefois l’économie reste très dépendante des ressources sauvages et l’élevage ne devient vraiment prédominant que pendant la culture Gash (vers 3000-1500 BCE) et celle du groupe voisin d’Agordat dans la vallée de la Barka (2500-1500 BCE, Érythrée occidentale) (Fattovich 1989, 1990, 1993, 1994, 2010). La famille est-couchitique s’individualise donc dans le nord de l’Éthiopie au cours du ive millénaire BCE correspondant à une période aride. On peut situer dans la même fenêtre chronologique au ive millénaire BCE la diffusion des langues tchadiques en direction de l’ouest en suivant l’axe du Wadi Howar (fig. 14).

Figure 14 – Modalité de diffusion des langues du phylum afrasien à partir de la Gezireh, zone probable d’origine de la culture du sorgho.

Figure 14 – Modalité de diffusion des langues du phylum afrasien à partir de la Gezireh, zone probable d’origine de la culture du sorgho.

Les flèches signalent les mouvements de populations des diverses familles linguistiques.

© Gallay

Conclusion

159Dans une cinquième étape, la confrontation proposée montre que l’utilisation de la linguistique historique reste un puissant outil pour proposer des scénarios historiques de diffusion, mais qu’il faut tenir compte du découplage possible entre diffusion de certains traits culturels et migrations de populations, une situation qui n’a rien d’inédit. On montre alors qu’il pourrait exister une certaine corrélation entre les principaux mouvements de populations et des phases de dégradation climatique.

Tableau 1 – Corrélation des scénarios reconstruits avec les phases climatiques holocènes.

Phases climatiques

Nabta Playa

Wadi Howar

Soudan

> 9000 BCE

Proto-soudanique

9000-6000 BCE

1. Fin Grand Humide holocène

Développement nilo-saharien

Collecte

Domestication bovidés ?

8500 BCE

2. Aride

Néolithique ancien

El Adam

8850-7850 BCE

8000 BCE

3. Optimum climatique humide

Néolithique ancien

El Kortein-El Gorhab, puis El Napta-Al Jerar

Mésolithique de Khartoum

(8000-5800 BCE)

Proto-afrasien

Collecte

7000 BCE

Reprise aridité

Néolithique moyen

Caprinés

Diffusion du proto-saharo-sahélien

6000-5000 BCE

4. Aride holocène moyen

Néolithique final

Bœuf domestique

Mégalithisme

Migration vers le sud

Diffusion langues nilo-sahariennes

Migration vers le sud langues nilo-sahariennes

Expansion bovidés

(El Barga)

1. Égypte

Diffusion langues érythraïques

2. Plateaux éthiopiens

Omotique

5000-4000 BCE

Humide

Early Karthoum

Néolithique de Karthoum

Agriculture,

Bœuf domestique

4000-2700 BCE

5. Aride holocène récent

Occupation du Wadi Howar

Horizon Leiterban

Diffusion langues tchadiques

Abandon progressif du wadi

Diffusion langues soudaniques-orientales-nord et

Soudaniques-orientales-sud

1. Groupe A

Mise en place langues koushites

2. Plateaux éthiopiens

Est-couchitique

2700-2500 BCE Petite phase humide

Formations pré-étatiques

Pré-Kerma

Depuis 2500 BCE Aridification

Abandon partiel du Wadi Howar

Horizon Handesi

(2200-1100 BCE)

Formations étatiques

Kerma, Napata, Méroé

En caractères gras, déplacements probables de certaines populations

160La datation des divers branchements reste néanmoins délicate et dépend des contextes archéologiques mobilisés. La confrontation des diverses hypothèses – démarche habituelle en science –, génère également des retombées inattendues que nous avons tenté de synthétiser.

161La diffusion des bovidés domestiques (Smith 1980), d’est en ouest, présente un gradient chronologique significatif. La critique des données C14 disponibles et le rejet de certaines dates suspectes permettent à J.-L. Le Quellec (2013), suite à H. Jousse (2004), de dresser une carte des présences les plus anciennes de bovidés au Sahara (voir aussi Jousse 2017). Cette carte milite pour une diffusion d’est en ouest de cette espèce et donc pour de probables déplacements de populations l’accompagnant, ce que confirment les données linguistiques. Nulle part au Sahara on ne connaît de bovidés domestiques avant le ve millénaire et les peintures représentant du bétail ne peuvent donc être plus anciennes. Les dates sont en effet situées entre 7000 et 5000 BCE pour le désert égyptien, entre 5000 et 4000 pour le Sahara central (Tassili, Akukas, Aïr), entre 3000 et 2000 pour l’Adrar des Iforas et enfin entre 2000 et 1000 pour le centre Mali et la Mauritanie. Il est ainsi clair que c’est surtout la sécheresse qui a favorisé l’expansion méridionale du nomadisme pastoral en direction du sud de la Mauritanie et du Mali à la fin du iiie millénaire BCE.

162Le ive millénaire paraît accélérer la diffusion de l’élevage à travers certains mouvements de populations. Sur le plan linguistique, les racines concernant les termes en relation avec l’élevage diffèrent entre le proto-couchitique, le proto-tchadique, le proto-berbère et le proto-sémitique, témoignant de centres historiques distincts dans la maîtrise de l’élevage, sinon dans la domestication (Clark & Brandt 1984 ; Brandt 1984 ; Ehret 2011).

163L’analyse débouche également sur une proposition secondaire inattendue qui nous est apparue lors de notre étude sur le Soudan : la corrélation entre les mouvements de populations, pastorales ou non, identifiés et les périodes de perturbations climatiques, notamment les périodes de déficit de pluviosité.

164Ce phénomène s’est produit à deux reprises sur la période considérée et a affecté des populations très diverses (tabl. 1).

1651. Au moment de la période aride de l’Holocène moyen entre 6000 et 5000 BCE une première diffusion, conjecturale, en direction du sud se manifeste au niveau des langues nilo-sahariennes ; cette dernière qui concerne le pastoralisme pourrait en effet ne signaler qu’une simple diffusion. À El Barga, les bovidés domestiques n’apparaissent qu’au début du vie millénaire (Honegger 2005, 2009 ; Honegger & Williams 2015 ; Chaix 2009). M. Honegger (2014), qui met en doute les découvertes de la phase el Adam de Npata Playa, pense à une introduction directe depuis le Proche Orient.

166La diffusion des langues érythraïques (phylum afrasien) en direction du nord sur l’axe de la vallée du Nil pourrait dater de cette période. Une expansion des chasseurs-cueilleurs de la famille omotique (phylum afrasien) atteint le plateau éthiopien. Cette époque voit, à la fin du vie millénaire, la diffusion du pastoralisme au Sahara central.

1672. Au moment de la période aride de l’Holocène récent, entre 4000 et 2700 BCE, l’on observe la migration des populations nilo-sahariennes en direction du Wadi Howar et l’occupation de cette région. Dans une seconde phase on assiste à une explosion des déplacements :

  • le phylum afrasien voit la diffusion des langues tchadiques et la mise en place des langues est-couchitiques sur les plateaux éthiopiens ;

  • le phylum nilo-saharien présente, quant à lui, une diffusion des langues soudaniques orientales en direction du sud et une mise en place des langues koushites dans la vallée du Nil en relation avec le développement du groupe A.

Remerciements :
Nous remercions nos collègues généticiennes du département de génétique et évolution, unité d’anthropologie, de l’Université de Genève, Estella Poloni et Alicia Sanchez-Mazas, ainsi que Viktor Černy, du laboratoire d’archéogénétique de l’Institut d’archéologie de l’Université de Prague, pour nous avoir mis sur la piste de l’article de Petr Triska et pour leurs utiles remarques sur un sujet que nous ne maîtrisons qu’imparfaitement.

Haut de page

Bibliographie

Adams W.Y. (1977) – Nubia: corridor to Africa. London, Allen Lane.

Arkell A.J. (1949) – Early Khartoum: An Account of the Excavation of an Early Occupation Site Carried out by the Sudan Government Antiquities Service in 1944-45. London, Oxford University Press.

Arkell A.J. (1953) – Shaheinab: An Account of the Excavation of a Neolithic Occupation Site Carried out for the Sudan Antiquities Service in 1949-50. London, Oxford University Press.

Barton R.N.E., Bouzouggar A., Hogue J.T., Lee S., Collcutt S.N. & Ditchfield P. (2013) – Origins of the Iberomaurusian in NW Africa: New AMS radiocarbon dating of the Middle and Later Stone Age deposits at Taforalt Cave, Morocco. Journal of Human Evolution, 65(3): 266-281. https://dx.doi.org/10.1016/j.jhevol.2013.06.003

Béguelin M.-J. (1988) – Anaphore, cataphore et mémoire discursive. Pratiques, 57 : 15-43.

Bender M. L. (1997) - Upside-down afrasien. Afrikannische Arbeitpapiere, 50: 19-34.

Bender M.L. (2004) – Nilo-Saharien. In : B. Heine & D. Nurse (éds), Les langues africaines, Paris, Karthala : 55-90.

Bender M.L, Bowen J.D., Cooper R.L. & Ferguson C.A (Eds.) (1976) – Language in Ethiopia. London, Oxford University Press.

Blench R. (1994) – Linguistic Evidence for Cultivated Plants in the Bantu Borderland. Azania: Archaeological Research in Africa, 29/30(1): 82-102. https://doi.org/10.1080/00672709409511663

Blench R. (1999) – The westward wanderings of Cushitic pastoralist: Exploration in the Prehistory of Central Africa. In : C. Baroin & J Boutrais (éds), L’homme et l’animal dans le bassin du lac Tchad, Paris, IRD : 39-80.

Blench R. (2006) – Archaeology, Language, and the African Past. Lanham, New York, Toronto, Oxford, Rowman & Little Field Publishers, Inc., coll. “Altamira Press”.

Brandt S.A. (1984) – New Perspectives on the Origins of Food Production in Ethiopia. In: J.D. Clark & S.A Brandt (Eds.), From Hunters to Farmers: The Causes and Consequences of Food Production in Africa, Berkeley, Los Angeles & London, University of California Press: 173-211.

Brass M. (2007) – Reconsidering the emergence of social complexity in early Saharan pastoral societies, 5000-2500 B.C. Sahara, 18: 7-22.

Brass (2013) - Revisiting a hoary chestnut: the nature of early cattle domestication in North-East Africa. Sahara, 24: 65-70.

Butzer K.W. (1984) – Long-term Nile flood variation and political discontinuities in Pharaonic Egypt. In: J.D. Clark & S.A. Brandt (Eds.), From hunters to Farmers, Berkeley, University of California Press: 102-112.

Camps G. (1974) – Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Paris, Doin.

Camps G., Claudot-Hawad H., Chaker S. & Abrous D. (1996) – Écriture. Encyclopédie berbère, 17 : 2564-2585. http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2125

Camps G. & Dupuy C. (1996) – Équidiens. Encyclopédie berbère, 17. Aix-en-Provence : Édisud : 2664-2677. https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.2125

Casajus D. (2013) – Sur l’origine de l’écriture libyque. Quelques propositions. Afriques : débats, méthodes et terrains d’histoire. Paris, Centre d’Études des Mondes Africains. http://journals.openedition.org/afriques/1203

Černý V., Kulichová I., Poloni E.S., Nunes J.M., Pereira L., Mayor A. & Sanchez-Mazas A. (2018) – Genetic history of the African Sahelian populations. HLA, Mar, 91(3): 153-166. https://doi.org/10.1111/tan.13189

Chaix L. (2009) – Les premiers animaux domestiques dans la région de Kerma (Soudan) : origine et développement du premier royaume d’Afrique noire. Archéologie Suisse, 32 (2) : 1-5.

Childe V.G. (1929) – The Danube in prehistory. Oxford, Clarendon Press.

Childe V.G. (1936) – Man makes imself. London, Watt & Co, coll. “Library of science and culture”.

Childe V.G. (1942) – What happened in history. Harmondsworth, Penguin Books.

Clark J.D. & Brandt S.A. (1984) – From Hunters to Farmers: The Causes and Consequences of Food Production in Africa. Berkeley, Los Angeles & London: University of California Press.

Connor D.R. & Marks A.E. (1986) – The terminal Pleistocene on the Nile: the final Nilotic adjustment. In: L.G. Straus (Ed.), The End of the Paleolithic in the Old World, Oxford, British Archaeological Reports: 171-99.

Dimmendaal G. (1984) – Historical Linguistics and the Comparative Study of African Languages. Amsterdam, Philadelphia: John Benjamins Publishing Company.

Dimmendaal G. (2007) – The Wadi Howar Diaspora: Linking Linguistic Diffusion to Palaeoclimatological and Archaeological Findings. In: O. Bubenzer, A. Bolten & F. Darius (Eds.), Atlas of Cultural and Environmental Change in Arid Africa, Cologne, Heinrich-Barth-Institut: 148-149.

Djindjian F. (1991) – Méthodes pour l’archéologie. Paris, Armand Colin.

Drake N. & Bristow C. (2006) – Shorelines in the Sahara: geomorphological evidence for an enhanced monsoon from palaeolake Megachad. The Holocene, 16(6): 901–911. https://doi.org/10.1191/0959683606hol981rr

Dupuy C. (1998) – Réflexion sur l’identité des guerriers représentés dans les gravures rupestres de l’Adrar des Iforas et de l’Aïr. Sahara, 10 : 31-54. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02529925

Dupuy C. (2006) – L’Adrar des Iforas (Mali) à l’époque des chars : art, religion, rapports sociaux et relations à grandes distances. Sahara, 17 : 29-50. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02270468/

Dupuy C. (2010) – Trois époques de gravure rupestre en Adrar des Iforas (Mali). In: D. Huyge, F. Van Noten & D. Swinne (Eds.), The Signs of Which Times? Chronological and Palaeoenvironmental issues in the Rock Art of Northern Africa, International Colloquium, Royal Academy for Overseas Sciences, Brussels, June 3-5, 2010, Bruxelles, Royal Academy for Overseas: 47-69.

Dupuy C. (2011) – Quel peuplement dans l’Adrar des Iforas (Mali) et dans l’Aïr (Niger) depuis l’apparition des chars ? Bulletin de la Société d’Études et de Recherches Préhistoriques des Eyzies : 25-48.

Dupuy C. & Denis B. (2011) – Les robes des taurins dans les peintures de la Tassili-n-Ajjer (Algérie) : polymorphisme ou fantaisie ? Cahiers de l’AARS, 15 : 29-46.

Échallier J. C. & Roset J. P. (1986) – La céramique des gisements de Tagalagal et de l’Adrar Bous 10 (Aïr, République du Niger). Résultats des analyses. Cahiers des Sciences Humaines, 22 (2) : 151-158.

Ehret C. (1976) - Cushitic Prehistory. In: Bender M.L. (Ed.). The Non-Semitic languages of Ethiopia. East Lansing, African Studies Center, Michigan University Press: 85-96.

Ehret C. (1993/1995) – Nilo-Saharans and the Saharo-Sudanese Neolithic. In: T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah & A. Okpoko (Eds.), The Archaeology of Africa: Food, Metals and Towns, London, New-York, Routledge, coll. “One world archaeology”, 20: 104-121.

Ehret, C. (2011) – History and the Testimony of Language. Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press.

Epstein H. (1971) – The Origin of the Domestic Animals of Africa. Revised in collaboration with I.L. Mason, 2 vol. New York, London, Munich, Africana Publishing Corporation.

Fattovich R. (1989) – Late Prehistory of the Gash Delta (Eastern Sudan). In: L. Kryzaniak & M. Kobusiewicz (Eds.), Late Prehistory of the Nile Basin and the Sahara, Poznam, Poznam Archaeological Museum: 481-498.

Fattovich R. (1990) – Remarks on the Pre-Aksumite Period in Northern Ethiopia. Journal of Ethiopian Studies, 23: 1-33.

Fattovich R. (1993) – The Gash Groupe of Eastern Sudan: an outline. In: L. Kryzaniak, M. Kobusiewicz & J. Alexander (Eds.), Environmental Change and Human Culture in the Nile Basin and Northern Africa until the Second Millenium BC, Poznam, Poznam Archaeological Museum: 439-448.

Fattovich R. (1994) – The Contribution of the Recent Field Work at Kassala (Eastern Sudan) to Ethiopian Archaeology. In : C. Lepage (éd.). Études éthiopiennes, I, Actes de la xe conférence internationale des études éthiopiennes (1988), Paris, Société française pour les études éthiopiennes : 43-51.

Fattovich R. (2010) – The Development of Ancient States in the Northern Horn of Africa, c. 3000 BC–AD 1000: An Archaeological Outline. Journal of World Prehistory, 23: 145-175. https://doi.org/10.1007/s10963-010-9035-1

Fauvelle F.-X. (éd.) (2018) – L’Afrique ancienne de l’Acacus au Zimbabwe : 20000 ans avant notre ère-xviie siècle. Paris, Belin, coll. « Mondes anciens ».

Gallay A. (2000) – Cultures, styles, ethnies : quel choix pour l’archéologue ? In: R. De Marinis & S. Biaggio Simona (Eds.), I Leponti: tra mito e realtà, Giubiasco, Gruppo Archeologia Ticino, Locarno, A. Dadò: 71-78.

Gallay A. (2009) – La place de Gordon Childe dans les études mégalithiques. In : De Méditerranée et d’ailleurs… Mélanges offerts à Jean Guilaine, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique : 269-298.

Gallay A. (2011) – De mil, d’or et d’esclaves : le Sahel précolonial. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Le Savoir Suisse : histoire », 72.

Gallay A. (2016) – Sociétés et rites funéraires : le Nil moyen (Soudan) du Néolithique à l’islamisation. Afrique, Archéologie & Arts, 12 : 43-80. https://doi.org/10.4000/aaa.934

Gallay A. (2020) – Du Sénégal à l’Éthiopie : pour une problématique du monumentalisme funéraire africain. In : V. Ard, E. Mens & M. Gandelin, Mégalithismes et monumentalismes funéraires : passé, présent futur, Table-ronde internationale de l’Adreuc, Carcassonne (3-4 novembre 2016).

Gallay A., Huysecom E., Mayor A., Gelbert A. (2012) – Potières du Sahel : à la découverte des traditions céramiques de la boucle du Niger (Mali). Gollion, Infolio.

Gallin A. (2011) – Les styles céramiques de Kobadi. Analyse comparative et implications chronoculturelles au Néolithique récent du Sahel malien. Frankfurt am Main, Africa Magna Verlag, coll. “Reports in African Archaeology”.

Gasse (2000) – Hydrological changes in the African ­tropics since the Last Glacial Maximum. ​Quaternary science reviews, 19(1-5) :189-211. https://doi.org/10.1016/S0277-3791(99)00061-X

Gautier A. & Van Neer W. (2006) – Animal Remains from Mahal, Teglinos (Kassala, Sudan) and the Arrival of Pastoralism in the Southern Atbai. Journal of African Archaeology, 4(2): 223-233. https://doi.org/10.3213/1612-1651-10073

Gauthier Y. & Gauthier C. (2003) – Chronologie relative de trois types de monuments de l’Immidir : monuments à antennes en V, goulets et monuments en trou de ­serrure. Sahara, 14 : 155-161.

Gauthier Y., Veneur B., Desaphy N. & Seuriel P. (2010) – Nouvelles gravures en style de Tazina : figurations du Nord de l’Immidir, Algérie. Almogaren, XLI : 149-192.

Grébénard D. (1983) – Les métallurgies du cuivre et du fer autour d’Agadez (Niger) des origines au début de la période médiévale : vues générales. In : N. Echard (éd.), Métallurgies africaines : nouvelles contributions, Paris, Mémoires de la Société des Africanistes, 9 : 109-125.

Grossman S.R., Andersen K.G., Shlyakhter I., Tabrizi S., Winnicki S., Yen A., Park D.J., Griesemer D., Karlsson E.K., Wong S.H., Cabili M., Adegbola R.A., Bamezai R.N., Hill A.V., Vannberg F.O., Rinn J.L., 1000 Genomes Project, Lander E.S., Schaffner S.F. & Sabeti P.C. (2013) – Identifying Recent Adaptations in Large-scale Genomic Data. Cell, 152: 703-713. https://doi.org/10.1016/j.cell.2013.01.035

Gutherz X. (2000) – Sondages dans l’abri sous-roche de Moche Borago Gongolo dans le Wolayta (Éthiopie). Annales d’Éthiopie, xvi : 35-38. https://doi.org/10.3406/ethio.2000.959

Gutherz X. (2013) – Quel néolithique dans la Corne de l’Afrique ? Archéo-Nil, 23 : 73-90.

Gutherz X., Jallot L., Lesur J., Pouzolles G. & Sordoillet D. (2002) – Les fouilles de l’abri sous-roche de Moche Borago (Soddo, Wolayta) : premier bilan. Annales d’Éthiopie, xviii : 181-190. https://doi.org/10.3406/ethio.2002.1019

Gutherz X. & Joussaume R. (2000) – Le Néolithique de la Corne de l’Afrique. In : J. Guilaine (éd.). Premiers paysans du monde. Naissance des agricultures, Paris, Errance, coll. « Les Hespérides » : 293-320.

Gratien B. (2013) – Abou Sofyan et Zankor : prospections dans le Kordofan occidental (Soudan). Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Archaiologia ».

Haaland R. (1992) – Fish, Pots and Grain: Early and Mid-Holocene in the Central Sudan. African Archaeological Review, 10: 43-64. https://doi.org/10.1007/BF01117696

Hachid M. (2006) – Du nouveau sur le monument d’Abalessa (Ahaggar, Algérie). De la date de l’introduction du dromadaire au Sahara central, du personnage d’Abalessa et des inscriptions rupestres dites « libyco-berbères ». Sahara, 17 : 95-120.

Hamani D. (2006) – Le sultanat touareg de l’Ayar : au carrefour du Soudan et de la Berbérie. Paris, L’Harmattan.

Heine B. & Nurse D. (Eds.) (2004) - Les langues africaines. Paris, Karthala.

Hetzron R. & Bender M.L. (1976) – The ethio-semitic languages. Language in Ethiopia: 2-19.

Honegger M. (2005) – El Barga : un site clé pour la compréhension du Mésolithique et du début du Néolithique en Nubie. Revue de Paléobiologie (Genève), 10 : 95-104.

Honegger M. (2009) – Kerma (Soudan) : origine et développement du premier royaume d’Afrique noire (avec des contributions de C. Bonnet, L. Chaix & J. Dubosson). Archéologie Suisse, 32 (1) : 2-13.

Honegger M. (2014) – Recent Advances in our Understanding of Prehistory in Northern Sudan. In: R. Anderson & D.A. Welsby (Eds.). The Fourth Cataract and beyond. Proceeding of the 12th International Conference for Nubian Studies: 19-30.

Honegger M. & Williams M. (2015) – Human Occupations and Environmental Changes in the Nile Valley during the Holocene: The case of Kerma in Upper Nubia (northern Sudan). Quaternary Science Review, 30: 1-14.

Huysecom E. (2006) – Vers un « Néolithique africain » : concept et apparition. Études Maliennes, 65 : 43-67.

Huysecom E. (2007) – Un néolithique ancien en Afrique de l’Ouest ? Pour la Science, 358 : 44-49.

Jousse H. (2004) – A New Contribution to the History of Pastoralism in West Africa. Journal of African Archaeology, 2(2): 187-201. https://doi.org/10.3213/1612-1651-10027

Jousse H. (2017) - Atlas of Mammal distribution through Africa from the LGM (~ 18 KA) to modern times. The zooarchaeological record. Oxford, Archaeopress Publishing Ltd.

Karlsson E.K, Kwiatkowski D.P & Sabeti P.C. (2014) – Natural selection and infectious disease in human populations. Nature Reviews Genetics, 15(6): 379–393.

Keding B. (1993) – Leiterband sites in the Wadi Howar, North Sudan. In: L. Krzyzianak, M. Kobusiewicz & J. Alexander (Eds.), Environmental Change and Human Culture in the Nile Bassin and Northern Africa until they Second Millenium B.C, Poznam, Poznam Archaeological Museum: 371-380.

Kryzaniak L. (1978) – New Light on Early Food-Production in the Central Sudan. Journal of African History, 19(2): 159-172. https://doi.org/10.1017/S0021853700027572

Kryzaniak L., Kobusiewicz M. & Alexander J. (Eds.) (1993) – Environmental change and human culture in the Nile basin and northern Africa until the second millennium BC. Poznam, Poznam Archaeological Museum, coll. “Studies in African Archaeology”, 4.

Kuper R. & Kröpelin S. (2006) – Climate-Controlled Holocene Occupation in the Sahara: Motor of Africa’s Evolution. Science, 313(5788): 803-807. htpps://doi.org/10.1126/science.1130989

Le Quellec J.-L. (1993) – À propos de quelques gravures rupestres de l’Ajal (Fezzan septentrional, Libye). Réflexion sur le style de Tazina. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 90 (5) : 368-376. https://doi.org/10.3406/bspf.1993.9648

Le Quellec J.-L. (2008) – Du neuf avec de l’ancien : à propos des gravures et inscriptions du monument d’Abalessa. Sahara, 19 : 178-183.

Le Quellec J.-L. (2013) – Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central. Préhistoires Méditerranéennes, 4 : 1-47. http://journals.openedition.org/pm/715

Le Quellec J.-L. (2014) – De quoi Tazina est-il le nom ? Cahiers de l’AARS, 17 : 151-160.

Lespez L, Rasse M., Le Drézen C., Tribolo C., Huysecom E. & Ballouche A. (2008) – L’évolution hydromorphologique de la vallée du Yamé (Pays Dogon, Mali) : signal climatique et hydrosystème continental en Afrique de l’Ouest entre 50 et 4 ka cal. BP. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 14(3) : 170-185. https://doi.org/10.4000/geomorphologie.7053

Lesur J. (2017) – Et la gazelle devint chèvre. Pré-histoires africaines d’hommes et d’animaux. Toulouse, Presse Universitaires du Midi / Paris, Publications scientifiques du Muséum d’Histoire Naturelle.

Lesur J., Gutherz X., Jallot L., Diaz A. & Arthur J. (2014) – Les sociétés de l’Holocène récent du Sud de l’Éthiopie : résultats de la mission archéologique dans le Parc National de Nechisar. Annales d’Éthiopie, 29 : 121-146.

Madella M., Garcia-Granero J.-J., Welmoed A. O., Ryan P. & Usai D. (2014) – Microbotanical Evidence of Domestic Cereals in Africa 7000 Years Ago. PloS ONE, 9(10): e110177. https://di.org/10.1371/journal.pone.0110177

Marshall M.H, Lamb H.F, Huws D., S.J. Davies, R. Bates, Bloemendal J., Boyle J., Leng M.J., Umer M. & Bryant C. (2011) – Late Pleistocene and Holocene drought events at Lac Tana, the source of the Blue Nil. Global and Planetary Change, 78(3-4): 147-161. https://doi.org/10.1016/j.gloplacha.2011.06.004

Mattingly D.J. (Ed.) (2003) – The Archaeology of Fazzan 1: Synthesis. Tripoli, Socialist Peoble’s Libyan Arab Jamahariya, Department of Antiquity & London/Society for Libyan Studies.

McIntosh R.J (1988) – The Peoples of the Middle Niger: The Island of Gold. Malden, Blackwell publishers.

Meillet A. (1925) – La Méthode comparative en linguistique historique. Oslo, H. Aschehoug & Co / Paris, H. Champion.

Muzzolini A. (1986) – L’art rupestre préhistorique des massifs centraux sahariens. Oxford: BAR, International Series 318, coll. “Cambridge monographs in african archaeology”.

Nicolaï R. (1990) – Parentés linguistiques : à propos du songhay. Paris, éditions du CNRS.

Neumann K. 2003 – The late emergence of agriculture in Sub-Saharan Africa: archaeological evidence and ecological consideration. In: K. Neumann, A. Butler & S. Kehlheber (Eds). Food, Fuel and Fields. Progress in African Archaeobotany, Köln, Heinrich-Barth-Institut, coll. “Africa praehistorica”, 15: 71-92.

Novembre J. & Di Rienzo A. (2009) – Spatial patterns of variation due to natural selection in humans. Nature Reviews Genetics, 10(11): 745-755.

Ozainne S. (2013) – Un Néolithique ouest-africain. Cadre chrono-culturel, économique et environnemental de l’Holocène récent en Pays dogon (Mali). Frankfurt am Main, Africa Magna Verlag, Journal of African Archaeology Monograph Series, “Peuplement humain et paléoenvironnement en Afrique de l’Ouest”, 3.

Ozainne S., Lespez L., Le Drezen Y., Eichhorn B., Neumann K. & Huysecom E. (2009) – Developing a Chronology Integrating Archaeological and Environmental Data from Different Contexts: The Late Holocene Sequence of Ounjougou (Mali). Radiocarbon, 51(2): 457-470. https://doi.org/10.1017/S0033822200055855

Ozainne S., Lespez L., Garnier A., Ballouche A., Neumann K., Pays O. & Huysecom E. (2014) – A question of timing: spatio-temporal structure and mechanisms of early agriculture expansion in West Africa. Journal of Archaeological Science, 50: 359-368. https://doi.org/10.1016/j.jas.2014.07.025

Paris F., Person A. & Quéchon G. (1992) – Les débuts de la métallurgie au Niger septentrional (Aïr, Azawagh, Ighazer, Termit). Journal des Africanistes, 62 (2) : 55-68.

Patin E., Lopez M., Grollemund R., Verdu P., Harmant C., Quach H., Laval G., Perry G.H., Barreiro L.B., Froment A., Heyer E., Massougbodji A., Fortes-Lima C., Migot-Nabias F., Bellis G., Dugoujon J.-M., Pereira J.B., Fernandes V., Pereira L, Van der Veen L, Mouguiama-Daouda P, Bustamante C.D, Hombert J.-M & Quintana-Murci L. (2017) – Dispersals and genetic adaptation of Bantu-speaking populations in Africa and North America. Science, 356(6337): 543-546. DOI: 10.1126/science.aal1988

Petit-Maire N. & Riser J. (éds) (1983) – Sahara ou Sahel : Quaternaire récent du bassin de Taoudenni. Marseille, CNRS, Laboratoire de Géologie du Quaternaire.

Rasse M. (2007) – Géomorphologie, géoarchéologie et géographie en pays dogon : vers une reconstitution du passé climatique et du peuplement du Sahel malien à partir du site d’Ounjougou. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 84 (2) : 119-131.

Rasse M., Ballouche A., Huysecom E., Tribolo C., Ozainne S., Le Drézen Y., Stokes S. & Neumann K. (2006) – Évolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et dynamiques paléoenvironnementales holocènes à Ounjougou (Plateau Dogon, Mali, Afrique de l’Ouest). Quaternaire, 17 (1) : 61-74. https://doi.org/10.4000/quaternaire.677

Reinold J. 2000 – Archéologie au Soudan : les civilisations de Nubie. Paris, Errance.

Reichler-Béguelin M.-J. (1988) – La méthode comparative de Meillet : statut et légitimité des reconstructions. Histoire Épistémologie Langage, 10 (2) : 11-24.

Riemer H., Kindermann K. & Eickelkap S. (2004) – Dating and production technique of Ounan points in the Eastern Sahara. New archaeological evidence from Abu Tartur, western Desert of Egypt. Nyame Akuma, 61: 10-16.

Rilly C. (2009) – From the Yellow Nile to the Blue Nile. The Quest for water and the diffusion of Northern East Sudanic languages from the fourth to the first millennia BCE. In: ECAS (3rd European Conference on African Studies, Panel 142: African Waters - Water in Africa, Barriers, Paths, and Resources: their Impact on Language, Literature and History of People), Leipzig (June 4–7, 2009).

Rilly C. (2010a) – L’écriture et la langue de Méroé. In : M. Baud (éd.), Méroé : un empire sur le Nil, Paris, Officina libraria & Musée du Louvre :142-159.

Rilly C. (2010b) – Le méroïtique et sa famille linguistique. Louvain, Peeters, coll. « Afrique et langage », 14.

Roset J.-P. (1982) – Tagalagal : un site à céramique au Xe millénaire avant nos jours dans l’Aïr (Niger). Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres : 565-570.

Roset J.-P. (1987) – Néolithisation, néolithique et post-néolithique au Niger nord-oriental. Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 24 (4) : 203-214.

Roset J.-P. (2007) – La culture d’Iwelen et les débuts de la métallurgie du cuivre dans l’Aïr, au Niger. In : Guilaine J. (éd.), Le Chalcolithique et la construction des inégalités, 2. Proche et Moyen-Orient, Amérique, Afrique. Paris : Errance, coll. « Séminaires du Collège de France » : 107-136.

Sadig A.M. (2010) – The Neolithic of the Middle Nile Region: An Archaeology of Central Soudan and Nubia. Kampala, Fountain Publisher.

Salvatori S., Usai D. & Lecointe Y. (Eds.) (2016) – Ghaba: An Early Neolithic cemetery in central Sudan. Frankfurt am Main, Africa magna.

Sereno P.C., Garcea E.A.A., Jousse H., Stojanowwki C.M., Saliège J.-F., Maga A., Oumarou A.I., Knudson K.J., Mercuri A.M., Stafford T.W. Jr., Kaye T.G., Giraudi C., N’siala I.M., Cocca E., Moots H.M., Dutheil D.B. & Stivers J.P. (2008) – Lakeside Cemeteries in the Sahara: 5000 Years of Holocene Population and Environmental Change. PLoS ONE. https://doi.org/10.1372/journal.pone.0002995.

Smith A.B. (1976) – A Microlithic Industry from Adrar Bous, Tenere Desert, Niger. In: Proceedings of the PanAfrican Congress of Prehistory and Quaternary Studies, 7th session, Addis Ababa, Provisional Military Government of Socialist Ethiopia Ministry of Culture: 181-196.

Smith A.B. (1980) – Domesticated cattle in the Sahara and their introduction into West Africa. In: M.A. William & H. Faure (Eds.), The Sahara and the Nile, Rotterdam, Balkema: 489-501.

Stemler A. B. (1990) – A Scanning Electron Miscroscopic Analysis of Plant Impressions in Pottery from the Sites of Kadero, El Zakiah, Um Direiwa and Kadada. Archéologie du Nil moyen, 4 : 87-105.

Tishkoff S.A, Reed F.A., Friedlaender F.R., Ehret C., Ranciaro A., Froment A., Hirbo J.B., Awomoyi A., Bodo J.-M., Doumbo O., Ibrahim M., Juma A.T., Kotze M.J., Lema G., Moore J.H., Mortensen H., Nyambo T.B. Omar S.A., Powell K., Pretorius G.S., Smith M.W., Thera M.A., Wambebe C., Weber J. L. & Williams S.M. (2009) – The Genetic Structure and History of Africans and African Americans. Science, 324(5930): 1035-1044. DOI: 10.1126/science.1172257

Triska P., Soares P., Patin E., Fernandes V., Černý V. & Pereira L. (2015) – Extensive Admixture and Selective Pressure Across the Sahel Belt. Genome Biology and Evolution, 7 (12): 3484-3495. https://doi.org/10.1093/gbe/evv236

Vansina J. (1995) – New Linguistic Evidence and the “Bantu Expansion”. The Journal of African History, 36(2): 173-195.

Vermeersch P. (1994) – L’homme et le Nil au Paléolithique Final. Archéo-Nil, 5 : 5-16.

Wasylikowa K., Milka J., Wendorf F. & Schild R. (1997) – Exploitation of Wild Plants by the Early Neolithic Hunter-Gatherers of the Western Desert, Egypt: Nabta Playa as a Case Study. Antiquity, 71(274): 982-941.

Wendorf F.R., Schild R. & Zedeno N. (1996) – A Late megalith complex in the Eastern Sahara: a preliminary report. In: L. Kryzaniak, K. Kroeper & M. Kobusiewic (Eds.), Interregional Contacts in the Later Prehistory of Northeastern Africa, Poznan, Poznan Archaeological Museum, coll. “Studies in African Archaeology”, 5: 125-132.

Wendorf F.R. & Schild R. (1998) – Nabta Playa and Its Role in Northeastern African Prehistory. Journal of Anthropological archaeology, 17(2): 97-123. https://doi.org/10.1006/jaar.1998.0319

Wendorf F.R. & Schild R. (2001) – Holocene Settlement of the Egyptian Sahara 1: The Archaeology of Nabta Playa. New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers.

Williamson K. (1989a) – Niger-Congo Overview. In: J. Bendor-Samuel & R.L. Hartell (Eds.), The Niger-Congo Languages: A Classification and Description of Africa’s Largest Language Family, 3, Lanham, University Press of America: 45.

Williamson K. (1989b) – Benue-Congo overview. In: J. Bendor-Samuel & R.L. Hartell (Eds.), The Niger-Congo Languages: A Classification and Description of Africa’s Largest Language Family. Lanham, University Press of America: 247-274.

Yurco F.J. (1995) – Narmer: First King of Upper and Lower Egypt. A Reconsideration of his palette and mace head. Journal of the Society for the Study of Egyptian Antiquities, 25: 85-95.

Haut de page

Notes

1 With the rapid arrival of monsoon rains at 8500 B.C.E., savannah-like environments turned the Eastern Sahara into a habitable region, and prehistoric humans soon settled there” (Kuper & Kröpelin 2006 : 805).

2 “The retreat from desiccating regions into ecological niches such as the Gilf Kebir and the beginning exodus to the Sudanese plains, where rainfall and surface water were still sufficient” (Kuper & Kröpelin 2006: 805).

3 K.W. Butzer (1984) utilise le terme d’anomalie pour décrire des ruptures dans la courbe climatique et notamment dans le débit du cours du Nil. Il distingue quatre anomalies :
- I, fin de la tendance humide au début du iiie millénaire ;
- II, stabilisation du déclin entre 2900 et 2500 BCE. Niveau des lacs subbsahariens restés très bas jusque vers 1950 BCE. Début avancée majeure des dunes du désert dans la plaine inondable occidentale de la moyenne Égypte ;
- III, brusque rétablissement des conditions humides en Afrique de l’Est vers 1950 BCE. Hausse des niveaux des lacs ;
- IV. Forte baisse du niveau des lacs en Afrique de l’Est vers 1200 BCE. Difficultés agricoles à la fin du règne de Ramsès II (1279-1212 av. J.-C.). L’absence d’inondation provoque d’épaisses efflorescences de sel.

4 Voir aussi Tishkoff et al. 2009.

5 Selon Calpal, Cologne Radiocarbon Calibration & Paleocliomate Research Package

6 Muzzolini A. (1995) – Les images rupestres du Sahara. Toulouse, chez l’auteur.

7 Pour un résumé voir Sadig 2010.

8 Cf. Phylum Niger-Congo et archéologie (Dynamique historique)

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Google Earth
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 1 – Développement du phylum nilo-saharien selon une grille géographique.
Légende En rouge : familles dérivées du proto-est-soudanique nord de C. Rilly depuis le Wadi Howar. Les flèches indiquent les axes de diffusion des différentes familles
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2 – Confrontation du classement des langues nilo-sahariennes et des termes en relation avec des innovations culturelles et proposition de calage chronologique.
Légende Traduit d’après C. Ehret 2011 : 252, fig. 9
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 3 – Arbre phylogénétique du nilo-saharien selon C. Ehret (1993/1995) par rapport aux séquences archéologiques de Nabta Playa et du Wadi Howar.
Légende Les dénominations de familles en rouge sont celles de C. Rilly
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 4 – Classement des langues afrasiennes.
Légende Complété d’après R. Blench 2006, fig. 4.7.
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 5 – Analyse en composantes principales.
Légende Concordance entre l’organisation génétique des populations sahéliennes et les phylums linguistiques. La position excentrique des Nubiens par rapport aux populations nilo-sahariennes s’explique par les contacts avec les populations arabes. On notera les branches divergentes géographiquement correspondant à l’est-couchitique et à l’éthio-sémitique (flèches tiretées). Quelques échantillons isolés mozabites se retrouvent à proximité de la zone occupée par les Peul (flèche tiretée). Selon les données de P. Triska et al. 2015 : fig. 1b.
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 6 – Datations des correspondances entre génétique et phylums linguistiques dans l’hypothèse d’une topologie interprétable en termes chronologiques
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 7 – Arbre de diversification des familles du phylum Niger-Congo
Légende Modifié d’après R. Blench 2006, fig. 3.2.
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 8 – Afrique de l’Ouest. Classement simplifié des familles linguistiques du phylum Niger-Congo et positions des traditions monumentales
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 9 –Afrique de l’Ouest. Cladogramme de diversification des familles linguistiques du phylum Niger-Congo et corrélation avec les dates historiques proposées par R. Blench (2006) et certaines données concernant l’économie.
Légende La date de 3000 BCE pour l’individualisation de la famille nord-atlantique correspond au groupe céramique 3 de S. Ozainne (2013) et l’individualisation de la famille mandé au groupe céramique 4.
Crédits © A. Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 10 – Synthèse du développement culturel de la Gezireh et du Butana et corrélation avec le développement linguistique
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 11 – Extension du style de Tazina et première diffusion des langues berbères (en grisé).
Légende Le courant méridional en relation avec le couloir du Wadi Howar concerne les langues tchadiques. Les flèches marquent des mouvements de populations.
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 12 – Modalité de diffusion du proto-tchadique selon l’hypothèse de R. Blench et les données archéologiques.
Légende 1) Flèches simples et dates BCE : première diffusion des bovidés domestiques ; 2) Flèches doubles tiretées : diffusion des populations nilo-sahariennes en direction du Wadi Howar et des populations proto-couchitiques en direction du plateau éthiopien ; 3) Flèches doubles épaisses : diffusion des populations de langue proto-tchadique depuis le Soudan central (Néolithique de Khartoum) vers le Wadi Howar (horizon Leiterband), puis le lac Tchad
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 13 – Calage des phases chronologiques retenues sur l’évolution proposées par J.-L. Le Quellec (2013).
Légende En noir : styles en relation avec des populations méridionales sahéliennes (alias négroïdes) ; en rouge : styles en relation avec des populations méditerranéennes (alias europoïdes) ; Flèches marquant l’extension chronologique des diverses espèces domestiques.
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 14 – Modalité de diffusion des langues du phylum afrasien à partir de la Gezireh, zone probable d’origine de la culture du sorgho.
Légende Les flèches signalent les mouvements de populations des diverses familles linguistiques.
Crédits © Gallay
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2832/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gallay, « Pour une histoire des peuplements pré- et protohistoriques du Sahel »Afrique : Archéologie & Arts, 16 | 2020, 43-76.

Référence électronique

Alain Gallay, « Pour une histoire des peuplements pré- et protohistoriques du Sahel »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 03 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2832 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.2832

Haut de page

Auteur

Alain Gallay

Alain.Gallay@unige.ch – Université de Genève, Laboratoire Archéologie et Populations en Afrique (APA), Science II, 30 quai Ernest Ansermet, 1211 Genève 4, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search