Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Recherches archéologiques à Tié (...

Recherches archéologiques à Tié (Kanem, Tchad) : fouilles du monticule 1

Version abrégée en français
Archaeological research at Tié (Kanem, Chad): excavations on Mound 1
Carlos Magnavita et Tchago Bouimon
p. 77-96
Cet article est une traduction de :
Archaeological research at Tié (Kanem, Chad): excavations on Mound 1 [en]

Résumés

Contrairement aux recherches sur son histoire, les recherches archéologiques dans la région tchadienne du Kanem n’ont commencé que très récemment. À l’heure actuelle, les vestiges matériels les plus remarquables sont les ruines de sites en briques cuites destinés aux élites, dont certains sont manifestement associés au sultanat du Kanem-Borno et sont datés de la période du xie au xive siècle de notre ère. Parmi ceux-ci, le lieu nommé Tié se distingue par un certain nombre d’attributs particuliers. Composé d’une enceinte en briques cuites d’environ 3,2 hectares, l’emplacement occupe non seulement la position centrale au sein d’un groupe compact de onze sites plus petits dans le centre du Kanem mais c’est apparemment aussi le plus grand emplacement connu construit uniquement avec des briques cuites. En outre, le lieu possède certaines caractéristiques propres à l’occupation qui ne sont visibles sur aucun des autres sites étudiés à ce jour par les auteurs. Le monticule 1 présente de telles caractéristiques ; c’est le monticule le plus au sud de deux grands monticules de débris du secteur nord-est du site. Des fouilles archéologiques récentes révèlent que le monticule 1 cache les restes d’un énorme bâtiment de plusieurs pièces, en briques cuites, relativement bien conservé, aux murs intérieurs plâtrés. La structure a été érigée au plus tard entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle de notre ère et était encore utilisée entre le début du xive et le début du xve siècle. Bien que sa fonction reste floue et sujette à interprétation, la découverte confirme le statut particulier de Tié par rapport aux autres sites en briques cuites destinés aux élites dans la région.

Haut de page

Notes de la rédaction

Version abrégée en français. Pour les illustrations, se reporter à l’article original.

Texte intégral

1Comprenant les régions à l’est et au nord-est du lac Tchad, le Kanem a été le berceau et la patrie du royaume/sultanat du Kanem-Bornou entre les viiie et xive siècles (Lange & Barkindo 1988 : 445-447). Une grande partie de ce territoire est constituée d’un vaste paysage de dunes de sable avec une végétation de savane sahélienne, entrecoupée par endroits de grandes dépressions d’argile, riches en natron, sujettes aux inondations saisonnières. Archéologiquement, le Kanem n’a pas fait l’objet de recherches majeures. Nous n’ignorons donc pas seulement quels furent les premiers stades de l’occupation humaine dans la région (Late Stone Age ou plus ancien), mais aussi, jusqu’à récemment, ne connaissions pas non plus le type de restes matériels associés à la période de fondation et de développement précoce du Kanem-Borno aux viiie et xive siècles de notre ère.

2Les vestiges matériels les plus remarquables identifiés dans la région sont représentés par un certain nombre d’emplacements construits au moyen de briques cuites (Lebeuf 1962 ; Bivar & Shinnie 1962 ; Zeltner 1980 ; Gonzemai 2002). Vingt-neuf localités sont maintenant connues (fig. 1) et quelques-unes ont été récemment datées de la période d’hégémonie de Sayfuwa dans la région (Magnavita forthcoming). Parmi celles-ci, le lieu nommé Tié (fig. 2) se distingue par un certain nombre d’attributs particuliers. Ce n’est apparemment pas seulement le plus grand site du Kanem (3,2 ha) uniquement construit avec des briques cuites, mais il occupe également la position centrale au sein d’un groupe compact de onze sites plus petits. En outre, il présente des caractéristiques liées à la colonisation qui ne sont visibles sur aucun des autres emplacements. Le monticule 1, situé sur le secteur du site nord-est (fig. 3), possède de telles caractéristiques. En novembre 2019, des fouilles approfondies ont révélé que ce monticule dissimulait les restes d’un énorme bâtiment (16,8 x 23,4 m), de plusieurs pièces, construit en briques cuites, relativement bien conservé et aux murs intérieurs plâtrés (fig. 4, 8). Principalement édifiée selon le modèle de maçonnerie English bond (fig. 7), la structure présente des caractéristiques architecturales particulières telles que deux niches d’éventuelles fenêtres (fig. 9), un point d’accès scellé et un plafond/toit constitué d’un matériau blanc semblable à du béton (fig. 8). La hauteur des murs extérieurs et intérieurs du bâtiment atteint encore 1,8 à 2,2 m. Ils reposent sur ce qui semble être un socle de 0,4 m de haut posé lui-même sur une fondation de 0,7 m de profondeur (fig. 10, 11). Les datations thermoluminescence et radiocarbone indiquent que le bâtiment a été érigé au plus tard entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle et était encore utilisé entre le début du xive et celui du xve siècle (tabl. 1, 2). Ces dates sont tout à fait conformes aux résultats chronométriques antérieurs faisant allusion à la construction de l’enceinte principale en briques cuites de Tié aux xiie et xiiie siècles. Cette découverte place clairement la structure et le site dans son ensemble dans la période du règne des Sayfuwa sur le Kanem.

3Sous le monticule 1, le bâtiment consiste en une structure remarquable et unique dans toute la région du lac Tchad, n’ayant même aucun parallèle dans le reste du Bilad-al-Soudan central à l’époque. Sa construction doit avoir impliqué le travail d’artisans expérimentés. En tant que construction de haut rang, il remplissait vraisemblablement des fonctions exceptionnelles à la fois au sein de l’emplacement et en relation avec le territoire Kanem environnant et plus lointain. Outre la taille du site, la situation géographique et les structures internes, la découverte du bâtiment sous le monticule 1 souligne le statut prétendument distinctif de Tié par rapport aux autres sites en briques cuites de la région destinés aux élites.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/2938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlos Magnavita et Tchago Bouimon, « Recherches archéologiques à Tié (Kanem, Tchad) : fouilles du monticule 1 »Afrique : Archéologie & Arts, 16 | 2020, 77-96.

Référence électronique

Carlos Magnavita et Tchago Bouimon, « Recherches archéologiques à Tié (Kanem, Tchad) : fouilles du monticule 1 »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 03 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/aaa/2938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.2938

Haut de page

Auteurs

Carlos Magnavita

C.Magnavita@em.uni-frankfurt.de – Frobenius Institute for Research in Cultural Anthropology at the Goethe-Universität Frankfurt, Norbert-Wollheim-Platz 1, 60323 Frankfurt, Germany

Articles du même auteur

Tchago Bouimon

tbouimon@yahoo.fr – Université de N’Djaména, Faculté de Sciences Humaines et Sociales, BP 1117 N’Djamena, Tchad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search