Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Recensions d'ouvragesElena A. Garcea (2020) – The Preh...

Recensions d'ouvrages

Elena A. Garcea (2020) – The Prehistory of the Sudan

Cham, Springer Nature Switzerland AG, SpringerBriefs in Archaeology, Contributions from Africa, XVII + 196 p.
Emmanuelle Honoré
p. 117-118
Référence(s) :

Elena A. Garcea (2020) – The Prehistory of the Sudan, Cham, Springer Nature Switzerland AG, SpringerBriefs in Archaeology, Contributions from Africa, XVII + 196 p.

Texte intégral

1Voilà plusieurs décennies que la communauté scientifique attendait un ouvrage de synthèse sur la préhistoire du Soudan. Elena A. Garcea ne se contente pas de fournir enfin cet outil tant espéré, mais livre également un véritable essai. Écrit par une chercheuse confirmée, membre à ses débuts de l’équipe de fouilles d’Isabella Caneva dans la région de Geili, Elena Garcea jouit de près de 35 années d’expérience sur les terrains soudanais, collaborant avec de nombreuses équipes au Soudan central (Sabaloka, Shaqadud), dans la grande boucle du Nil (Karima) et, au nord, en Nubie (île de Saï, Amara West). L’ouvrage est, en toute logique, un peu plus détaillé sur les sites sur lesquels l’auteure a travaillé.

  • 1 Depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, le ­Soudan est le troisième plus grand pays d’Afriq (...)

2L’effort de synthèse est considérable : c’est près de 2 millions d’années de l’histoire des populations sur un territoire vaste1 et objet de recherches disparates que l’auteure parvient à assembler en 196 pages, fournissant un panorama d’une cohérence remarquable. La bibliographie de plus de 500 références témoigne de la solidité de la documentation sur laquelle elle s’appuie. C’est véritablement le premier ouvrage du genre, couvrant toutes les périodes et toutes les régions du Soudan préhistorique. Il rejoint et complète les rapports de fouille publiés depuis les très célèbres Early Khartoum (1949) et Shaheinab (1953) ­d’Anthony John Arkell, et les rares synthèses par région ou par période, comme l’ouvrage de Fred Wendorf sur la Nubie (1969) ou celle, plus récente, de Mustafa Azhari Sadig sur le Néolithique du Nil moyen (2010). La somme livrée par Elena Garcea deviendra rapidement le manuel pratique de tous les chercheurs et étudiants qui s’intéressent à la préhistoire du quart nord-est de l’Afrique.

3L’organisation en huit chapitres suit un déroulé chronologique. Le chapitre introductif sur la géographie et l’environnement est suivi par un autre sur la préhistoire ancienne (Early Stone Age, Middle Stone Age, et début du Late Stone Age). L’auteure met très clairement en évidence la régionalisation des techno-complexes qui se produit à la transition vers le Middle Stone Age et l’installation de groupes humains anatomiquement modernes. Quatre chapitres sont ensuite voués à l’archéologie de l’Holocène, dont deux sur les derniers chasseurs-cueilleurs et deux sur les débuts du « Néolithique ». Proportionnellement, une place importante est donc accordée à l’archéologie de l’Holocène – période de la préhistoire la mieux documentée au Soudan. La transition vers la sédentarité et les stratégies d’occupation du territoire sont principalement présentées en rapport avec les changements environnementaux, et en particulier avec la baisse graduelle des précipitations autour de 6000 BCE. L’auteure développe l’idée que la sédentarité est une réponse à ce changement. Elle fournit également un scénario pour la domestication. Un chapitre est ensuite consacré à la préhistoire récente et à la transition vers les périodes historiques, entre le milieu des quatrième et troisième millénaires avant notre ère. Avec la fin de l’Humide holocène vers 3500 BCE, les occupations deviennent plus sporadiques et plus mobiles, surtout au Soudan central, le long de la vallée du Nil. Comme le souligne Elena Garcea, cette période est aussi marquée par la forte influence des développements économiques et politiques de l’Égypte. Enfin, le dernier chapitre livre une synthèse de l’ensemble et met en perspective les développements avec l’archéologie des régions adjacentes.

4Les tableaux qui recensent les sites et datations radiocarbones par période sont particulièrement utiles (voir notamment tableau 3.1. pages 45 à 48). L’index qui termine le volume permet une recherche efficace. L’intérêt de cet ouvrage se situe, entre autres, dans le fait qu’il intègre les recherches de la dernière décennie, dont le nombre a sensiblement augmenté.

5Mais ce n’est pas seulement une compilation ; c’est aussi un essai. Quelques questions centrales sont soulevées avec un regard critique, tel le rôle du Soudan dans les Out-of-Africa exploré au chapitre 2. La question des rapports inter-régionaux apparaît en filigrane tout au long de l’ouvrage. Le petit nombre d’illustrations est le point faible de cette synthèse déjà devenue indispensable, et qui souligne avant tout la diversité et la complexité de la préhistoire du Soudan.

Haut de page

Notes

1 Depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, le ­Soudan est le troisième plus grand pays d’Afrique avec près de 1,9 million de km2.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Honoré, « Elena A. Garcea (2020) – The Prehistory of the Sudan »Afrique : Archéologie & Arts, 16 | 2020, 117-118.

Référence électronique

Emmanuelle Honoré, « Elena A. Garcea (2020) – The Prehistory of the Sudan »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 03 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3002

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Honoré

emmanuelle.honore@ulb.be – Centre d’Anthropologie Culturelle, Université Libre de Bruxelles, 44 avenue Jeanne, Bruxelles, Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search