Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Recensions d'ouvragesRoger Joussaume & Jean-Paul Cros ...

Recensions d'ouvrages

Roger Joussaume & Jean-Paul Cros (2021) – Art rupestre dans la Corne de l’Afrique

Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (APC), mémoire LIII, 311 p., 266 fig.
Emmanuelle Honoré
p. 117-118
Référence(s) :

Roger Joussaume, Jean-Paul Cros (2021) – Art rupestre dans la Corne de l’Afrique, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (APC), mémoire LIII, 311 p., 266 fig.

Texte intégral

1Il existe quelques indispensables dans toute bibliothèque d’amateur d’art rupestre, et l’ouvrage que livrent Roger Joussaume et Jean-Paul Cros rejoint sans hésiter cette catégorie. En plus de la documentation qu’ils ont tous deux constituée pendant près de 50 années de recherche et plusieurs séjours sur le terrain, les deux auteurs rassemblent les données collectées par leurs collègues dans la corne de l’Afrique. Roger Joussaume, directeur de recherche émérite au CNRS et connu pour son expertise sur le mégalithisme, a débuté ses premières missions dans les années soixante-dix. Il s’est vu confier les notes et relevés de Gérard Bailloud sur de nombreux sites du Harar en Éthiopie, une véritable mine puisque ce dernier n’a publié que le site d’Ourso. Jean-Paul Cros, également connu pour ses travaux sur le mégalithisme, médecin et anthropologue, prend part à des missions de terrain dans la corne de l’Afrique depuis les années quatre-vingt-dix. Il compte parmi les inventeurs du site de Laas Geel au Somaliland, aux côté de Joséphine Lesur et Xavier Gutherz.

2La structure de cet ouvrage de 311 pages suit une didactique classique. Une partie introductive regroupe des informations sur la géographie, le climat, la population, la faune sauvage et domestique, suivies par un historique des recherches et un exposé des méthodes de relevé. Le corps de l’ouvrage consiste ensuite en une présentation des sites par aires géographiques. Il rassemble une masse considérable d’informations sur les sites d’Éthiopie, de Djibouti, d’Érythrée et du Somaliland. L’Éthiopie se distingue par trois régions aux importantes concentrations en art rupestre : le Harar (à l’est), le Sidamo (au sud) et le Tigray (au nord). L’ouvrage réunit à la fois une documentation ancienne, constituée en grande partie d’archives inédites – telles que celles de G. Bailloud –, et récente.

3Vingt pages sont consacrées aux abris de la colline de Laas Geel. En attendant la publication de la monographie, en cours d’écriture par Xavier Gutherz et ses collègues, elles offrent un aperçu de cet ensemble de sites. Laas Geel est la splendide illustration du fleurissement d’un art des pasteurs très développé en Afrique de l’Est. Le « style Laas Geel » se caractérise par ses bovinés à l’arrière-train carré, à encolure longue et petite tête tulipiforme. De nombreuses figures humaines aux côtés des vaches témoignent du rapport étroit entre hommes et bovins. Les auteurs soulignent les parentés formelles avec des peintures du Harar : notamment celles de Laga Oda et Sourré. D’autres sites livrent également des représentations de troupeaux de bovins en très grand nombre, tel Ba’atti Sollum en Érythrée. Au sud de l’Éthiopie, Chabbé (reconnu par Francis Anfray) dévoile d’impressionnantes gravures de bovins de part et d’autre d’une étroite gorge encaissée, réalisées à la « taille d’épargne » (technique de sculpture en champlevé qui dégage le motif en faux relief, telle qu’elle est définie par les auteurs p. 129). Les photographies permettent d’entrevoir la monumentalité du site naturel choisi par les graveurs. Quelques sites – relativement rares, tels Borosa et Aroresa – ne contiennent pas de représentations de bovinés mais des gravures dites géométriques à l’interprétation plus complexe.

4Le site d’Abourma, à Djibouti, fait aussi l’objet d’un long descriptif ; il a été reconnu en 2005 par Benoît Poisblaud. Près de trente pages lui sont consacrées, avec une abondante illustration de photos des deux auteurs, et de dessins de Roger Joussaume. Abourma est un site de gravures sur rochers (plus d’un millier, d’après les auteurs) dans une gorge où l’on n’accède qu’à pieds ou à dos de dromadaire. Des représentations de faune sauvage (girafes en grand nombre, antilopes, autruches, rhinocéros, éléphants) voisinent avec des archers et des animaux domestiques (chiens, bovins, moutons, dromadaires). Une scène oppose deux groupes d’humains se faisant face, arcs bandés. Dans l’étagement chronologique complexe à démêler des gravures de la vallée d’Abourma, les auteurs distinguent deux styles principaux : le style de « Dorra » et le style « biconcave ». Dans l’ensemble de l’ouvrage, au-delà de la description des sites, les auteurs fournissent des synthèses régionales, s’efforçant de dégager des styles ou écoles. Par exemple, en Érythrée, ils distinguent quatre styles principaux pour les bovins, permettant des comparaisons avec les autres régions (p. 177).

5Les différents domaines de spécialité des auteurs se rejoignent dans l’étude des gravures et peintures sur stèles. Roger Joussaume livre un court encart sur les stèles phalliques du Sidamo (p. 148-156). Des données ethnographiques sur l’habitat, l’équipement ou les pratiques des populations locales sont également mobilisées. À la page 200, par exemple, les auteurs publient trois photos correspondant aux étapes de construction d’une daboyta, un habitat traditionnel fait de branchages et de nattes dressées à l’intérieur d’un cercle de pierre, dans l’Afar. Enfin, archéologie et art rupestre sont mis en connexion à plusieurs reprises, avec la mention des structures funéraires fouillées à Asgoumhati au nord de Djibouti (p. 236) et la description de la culture matérielle du Néolithique du Gobaad au sud de Djibouti (p. 253-257).

6L’ouvrage s’achève par une synthèse qui fait le point des connaissances sur les styles et écoles graphiques, avec une tentative de chronologie. Les auteurs proposent également une typologie des sujets représentés. Ils terminent l’ouvrage avec modestie en rappelant prudemment que « nous ne savons pratiquement rien de la vie, de l’organisation sociale et des croyances de ces peuples du passé, sinon que c’étaient des pasteurs, éleveurs de bovins » (p. 284). Certes nous ne savons pratiquement rien, mais nous en savons tout de même davantage en refermant cet ouvrage. L’abondance et la qualité de l’illustration sont remarquables et nous font voyager, voire participer à l’exploration du terrain au fil des photographies en couleur et des relevés. On ne peut que souhaiter une très large diffusion à ce livre édité par l’Association des Publications Chauvinoises.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Honoré, « Roger Joussaume & Jean-Paul Cros (2021) – Art rupestre dans la Corne de l’Afrique »Afrique : Archéologie & Arts, 17 | 2021, 117-118.

Référence électronique

Emmanuelle Honoré, « Roger Joussaume & Jean-Paul Cros (2021) – Art rupestre dans la Corne de l’Afrique »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 03 novembre 2021, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3444

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Honoré

emmanuelle.honore@ulb.be - Centre d’Anthropologie Culturelle, Université Libre de Bruxelles, 44 avenue Jeanne, 1000 Bruxelles, Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search