Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Éditorial

Éditorial

Emmanuelle Honoré et Sylvie Amblard-Pison
p. 9-10

Texte intégral

1À l’heure où tous les regards s’orientent vers l’autre côté de la Méditerranée pour le futur de nos approvisionnements en énergie, c’est à nouveau de façon intéressée que les élites européennes se tournent vers le continent africain. La communauté des chercheurs en archéologie et en arts de l’Afrique a un rôle de premier plan à jouer dans les années qui viennent : celui de faire savoir au monde que cette terre d’Afrique n’est pas uniquement un foncier bon marché et un ensoleillement défiant toute concurrence. C’est, avant tout, le sol de nos ancêtres à tous. C’est le berceau de l’homme moderne. C’est le lieu où sont attestées les premières manifestations artistiques. C’est un territoire de plus de 30 millions de kilomètres carrés qui témoigne d’une création culturelle ininterrompue depuis plus de 3 millions d’années.

2L’équipe rédactionnelle et les auteurs d’Afrique : Archéologie & Arts prennent à cœur cette mission. Le numéro 18, réalisé grâce à la contribution de 24 auteurs, en porte le message. Aux côtés d’articles abordant des thèmes variés, ce numéro illustre le passage de témoin auprès d’une jeune génération de chercheurs déjà impliqués.

3Barpougouni Mardjoua, dans sa thèse (Université d’Abomey-Calavi au Bénin et Université libre de Bruxelles en Belgique), s’attache à sauvegarder la mémoire de la ville caravanière de Banikoara au Nord-Bénin, aujourd’hui menacée de disparition en raison de l’extension croissante du tissu urbain et des travaux d’infrastructure. Son histoire était connue essentiellement par les traditions orales. Barpougouni Mardjoua combine l’archéologie – avec l’identification de plus de 80 sites et la fouille de quatre d’entre eux –, les traditions orales et l’étude du bâti. La thèse de doctorat soutenue à l’Université de Syracuse aux États-Unis par Sean Hamilton Reid est une invitation à reconsidérer le territoire du bassin de la rivière Pra au sud du Ghana comme le résultat d’une longue histoire archéologique. Avec une méthodologie rigoureuse et l’emploi de techniques combinées (de la télédétection par satellite à la prospection pédestre), Sean Reid explique le paysage contemporain en retraçant son histoire millénaire. François Ngouoh, dans sa thèse de doctorat soutenue à l’Université de Yaoundé I au Cameroun, adopte la même perspective diachronique, montrant que les territoires du bassin de la Lokoundjé sont le résultat de 12 000 ans de transformations humaines. Des prospections et des fouilles précisent la nature de plusieurs implantations humaines à l’Holocène. C’est enfin à un réexamen salvateur de monuments bien connus au Burkina-Faso que se livre Hantissié Hervé Farma, dans sa thèse de doctorat soutenue à l’Université Libre de Bruxelles. Les « ruines du pays lobi », enceintes et structures en pierre du sud-ouest du Burkina Faso et du nord-est de la Côte d’Ivoire, ont longtemps été étudiées avec une perspective « monumentaliste ». Grâce à des fouilles à Loropéni, Hantissié Hervé Farma esquisse une histoire des unités domestiques et du dynamisme architectural qui contraste avec l’histoire fantasmée qu’on attribuait à ces structures jusqu’ici.

4La rigueur et l’ampleur des travaux de la génération émergeante témoigne du succès de la transmission dans notre discipline. Nous rendons hommage à Yves Coppens, Alain Gallay et Ronald Messier. Ces « grandes figures », en plus d’être des chercheurs de très haut niveau, sont aussi des amis, des proches, des personnes que nous connaissions de près et qui se sont impliqués dans la revue. Alain Gallay est auteur de nombreuses contributions dans nos pages ; il apporta son expertise pour l’évaluation de plusieurs manuscrits. Yves Coppens était membre du comité de lecture, et a suscité de nombreuses vocations. Ronald Messier était l’un de ces grands facilitateurs du dialogue entre les cultures, seul capable de changer le monde en profondeur.

5Trois articles de fond offrent de nouvelles perspectives sur les objets d’art akan, l’archéologie préventive en Afrique, et les mégalithes du Sénégal et de la Gambie.

6Christopher R. DeCorse livre une analyse sur le travail du laiton des Akan de la région côtière ghanéenne et, en particulier, sur la production de mforowa. Ces récipients cylindriques à couvercle, articles de prestige, étaient également utilisés dans des contextes mortuaires. Ce travail comble une importante lacune des sources documentaires existantes sur les méthodes de fabrication. Il apporte un nouvel éclairage sur les origines de la production artisanale locale, antérieure à l’arrivée des Européens, et sur leur déclin au début du xxe siècle, mis en relation avec la partition coloniale de l’Afrique et l’importation en masse de produits occidentaux.

7Pascal Nlend Nlend offre une synthèse des outils juridiques et étapes conventionnelles de l’archéologie préventive en Afrique centrale. À partir de l’exemple du Cameroun, il souligne les lacunes du cadre réglementaire et les difficultés rencontrées par les archéologues. Ce rappel de la réglementation représente un vadémécum indispensable pour les archéologues africains et africanistes mais aussi pour les décideurs politiques et les acteurs économiques, parfois peu soucieux de la protection du patrimoine.

8Deux millénaires ou deux siècles de constructions mégalithiques au Sénégal et en Gambie ? À cette question – qui concerne un ensemble exceptionnel de près de 30 000 pierres dressées –, Luc Laporte et onze autres auteurs répondent en s’appuyant sur un corpus de dates parmi lesquelles près d’une trentaine sont inédites. Distinguant trois types d’évènements auxquels se rattachent les échantillons datés, ils procèdent à une importante et minutieuse revue critique des dates et des contextes archéologiques précédemment publiés, affinant les chronologies par le biais de nombreuses analyses bayésiennes. Leurs conclusions divergent considérablement des scénarios historiques couramment admis et font ressortir la fragilité des fondements de ces derniers.

9Enfin, une recension d’ouvrage et un compte rendu d’exposition complètent le numéro. Julien Volper attire notre attention sur l’ouvrage de l’historien de l’art David Binkley au sujet du pouvoir des rites d’initiation et des masques des Kuba du sud de l’actuelle République démocratique du Congo. Il souligne la place accordée à l’iconographie avec de nombreuses photographies de terrain et d’objets, en majorité inédites, qui permettent d’appréhender presque immédiatement la réalité matérielle des masques ou des cérémonies décrites. Claire Bosc-Tiessié nous entraîne dans la visite de l’exposition du musée du quai Branly-Jacques-Chirac, La part de l’ombre, sculptures du sud-ouest du Congo, réalisée par Julien Volper, exposition visuellement saisissante et reposant sur des recherches approfondies.

10En espérant que ce nouveau numéro vous soit d’une lecture agréable, parallèlement à l’élaboration du numéro 19, nous travaillons actuellement à la mise en ligne des deux premiers numéros, dont les versions imprimées sont devenues rarissimes, et que vous aurez le plaisir de lire très prochainement sur notre site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Honoré et Sylvie Amblard-Pison, « Éditorial »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 9-10.

Référence électronique

Emmanuelle Honoré et Sylvie Amblard-Pison, « Éditorial »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3702

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Honoré

Rédactrice en chef

Articles du même auteur

Sylvie Amblard-Pison

Rédactrice en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search