Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Travail du laiton et production d...

Travail du laiton et production de mforowa parmi les Akan de la côte du Ghana du xviie au xxe siècle

Version abrégée en français
Christopher R. DeCorse
Traduction de Gérard Chouin
p. 11-38
Cet article est une traduction de :
Brass Working and Mforowa Manufacture among the Akan of Coastal Ghana during the 17th–20th centuries [en]

Résumés

Cet article traite de la fabrication et de la datation des ornements, outils et boites en laiton produits par les Akan dans les régions côtières du Ghana, en particulier les mforowa (sing. forowa), récipients en feuilles de laiton spécifiques utilisés pour y conserver le beurre de karité et qui sont associés à des rituels mortuaires. Les fouilles archéologiques ont permis de retrouver une variété d’artefacts fabriqués localement à partir de laiton européen importé, souvent en étroite association avec des objets de traite européens. Comme les gammes de production de nombreuses manufactures européennes sont connues et peuvent être bien circonscrites dans le temps – souvent à quelques décennies près –, les marchandises de traite offrent un moyen de dater précisément les artefacts qui leur sont associés et de manière plus assurée que ce qui est souvent possible pour les sites archéologiques africains des 500 dernières années. Cet affinage chronologique apporte un élément nouveau sur les traditions de travail des alliages de cuivre parmi les Akan côtiers, en particulier l’utilisation et la réutilisation du laiton importé. Cet article passe en revue les connaissances actuelles sur les origines de la métallurgie et la transformation du métal dans la région côtière du Ghana, et sur le développement du travail du laiton avec l’avènement du commerce européen. Les données archéologiques provenant de la ville africaine d’Elmina suggèrent que la production de mforowa a débuté au xviie siècle et que ses origines stylistiques trouvent leurs racines dans la tradition antérieure des nkuduo (sing. kuduo) en laiton coulé. Le contexte des découvertes archéologiques fournit également un aperçu des cadres culturels dans lesquels les mforowa ont été utilisés.

Haut de page

Notes de la rédaction

Version abrégée en français. Pour les illustrations, se reporter à l’article original.

Texte intégral

1Le travail du métal dans la région côtière du monde akan est bien antérieur à l’arrivée des Européens (fig. 1). Des vestiges de fonte du fer et du travail de l’or témoignent de la parfaite connaissance des sociétés côtières des différentes technologies métallurgiques dès le premier millénaire de notre ère. Le façonnage par martelage à froid, pliage et sertissage, avec des décorations estampées, représente probablement l’une des méthodes courantes, sinon prédominante, du travail du métal sur la côte akan jusqu’au xviie siècle, et ces techniques sont restées importantes au cours des siècles suivants (fig. 2 et 3).

2De grandes quantités de feuilles de laiton ont été importées en Afrique de l’Ouest bien avant la fin du xviie siècle (fig. 4 et 5). Les artisans akan les ont transformées en une variété de bijoux, d’outils et de récipients. Bien que les produits métalliques européens aient représenté une importation majeure, les sources documentaires manquent souvent de renseignements et détails suffisants pour identifier les formes spécifiques et les méthodes de fabrication représentées. Les fouilles d’Elmina ont permis de retrouver des artefacts en métal européen importé, dont beaucoup ont probablement été fabriqués ou modifiés sur la côte ghanéenne (fig. 6 et 8). Ils ont été formés en coupant et en pliant du fil, des tiges et des feuilles de laiton, et en les décorant de motifs simples, estampés et incisés. Ces artefacts peuvent être facilement différenciés des produits manufacturés européens (fig. 7).

3Les mforowa sont parmi les objets les plus distinctifs produits dans la région côtière du Ghana actuel par les Akan, et principalement les Fante. Il s’agit de récipients à couvercle en tôle de laiton, généralement cylindriques, de 4,5 à 35 cm de diamètre (fig. 9). Ils sont typiquement sans brasure ni soudure, mais fixés ensemble par pliage, sertissage et rivetage. L’inventaire décoratif des mforowa est plus élaboré que celui des autres objets en feuilles de laiton, notamment en ce qui concerne les figures ciselées et repoussées. Ils sont étroitement liés aux nkuduo, qui sont plus anciens et fabriqués en laiton coulé dans un moule. La similitude entre les deux formes est la plus évidente dans leurs bases (fig. 10). Les couvercles des nkuduo s’insèrent généralement à l’intérieur du bord du récipient, tandis que ceux des mforowa s’insèrent à l’extérieur, ce qui est probablement une innovation propre aux mforowa. Les nkuduo et les mforowa étaient tous deux des articles de prestige, souvent utilisés pour contenir des objets de valeur, et servaient également dans des contextes mortuaires.

4Les mforowa retrouvés à Elmina confirment qu’ils puisent leurs origines stylistiques dans la tradition des nkuduo. Ils suggèrent que leur production débuta au xviie siècle, et permettent de suivre leur évolution stylistique au cours des xixe et xxe siècles. Le plus ancien forowa découvert en fouille à Elmina provenait d’un contexte funéraire de la fin du xviie, voire du début du xviiie siècle (fig. 11 et 12). Il a été trouvé associé à des récipients européens en laiton, dont une boîte à tabac néerlandaise (fig. 13). Un couvercle provenant d’un contexte perturbé à Eguafo constitue un autre exemple d’une forme de forowa précoce et transitoire présentant des caractéristiques rappelant les nkuduo (fig. 14).

5Si les mforowa d’Elmina et d’Eguafo peuvent être considérés comme des formes transitoires précoces, ils ne sont cependant pas des prototypes. Ils représentent plutôt une tradition établie de travail du métal plus ancienne. Dans le même ordre d’idées, leur inventaire décoratif est similaire à celui que l’on trouve dans l’art akan antérieur, y compris celui des nkuduo. Ceci est une indication supplémentaire que les origines de la production de mforowa se situent bien au xviie siècle.

6Cinq mforowa ont été retrouvés dans des contextes archéologiques du xixe siècle à Elmina (fig. 15 à 17). Ils diffèrent par leur taille, leur style et leur méthode de fabrication de l’exemple du début du xviiie siècle. Leur construction est comparable à celle des pièces provenant de la fin du xixe et du xxe siècle, bien que ces dernières n’aient pas de couvercle bombé. L’âge des mforowa à dôme, qui se situe entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, suggère une période similaire pour les hochets construits à partir de la réunion de deux couvercles de mforowa à dôme (fig. 18).

7La production de mforowa a pris fin au début du xxe siècle. La partition coloniale de l’Afrique est allée de pair avec l’importation en masse de produits occidentaux qui ont rapidement remplacé les industries africaines. Les articles spécifiquement commercialisés au Ghana comprenaient une variété d’ornements et d’objets en laiton fabriqués industriellement (fig. 19). Les mforowa fabriqués en Europe sont un exemple particulièrement frappant de production destinée à un marché africain spécifique (fig. 20). Les marchandises de ce type ont entraîné un effondrement général des industries artisanales locales, y compris de la production de mforowa.

8Les mforowa d’Elmina et les autres objets métalliques décrits apportent un nouvel éclairage sur les premiers échanges avec l’Europe et les origines de la production artisanale locale. Cependant, ils ne donnent pas une image complète du travail du métal sur la côte akan.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher R. DeCorse, « Travail du laiton et production de mforowa parmi les Akan de la côte du Ghana du xviie au xxe siècle »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 11-38.

Référence électronique

Christopher R. DeCorse, « Travail du laiton et production de mforowa parmi les Akan de la côte du Ghana du xviie au xxe siècle »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3763 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3763

Haut de page

Auteur

Christopher R. DeCorse

crdecors[at]maxwell.syr.edu — Department of Anthropology, Maxwell School of Citizenship and Public Affairs, Syracuse University, 209 Maxwell Hall, Syracuse, New York 13244, USA

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search