Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18In memoriamYves Coppens, un griot de nos ori...

In memoriam

Yves Coppens, un griot de nos origines

Brigitte Senut
p. 89-90

Texte intégral

Yves Coppens, en 2007, dans les collections du Ditsong Museum of Natural History à Pretoria présentant le célèbre crâne de Mrs Ples (Australopithecus africanus), provenant du gisement sud-africain de Sterkfontein

Yves Coppens, en 2007, dans les collections du Ditsong Museum of Natural History à Pretoria présentant le célèbre crâne de Mrs Ples (Australopithecus africanus), provenant du gisement sud-africain de Sterkfontein

© B. Senut

1Yves Coppens, grand scientifique et humaniste, né à Vannes le 09 aout 1934, s’est éteint le 22 juin dernier à Paris.

2Passionné de paléontologie, de préhistoire et d’archéologie, il était un curieux du passé et s’intéressait à des périodes variées de notre histoire : des mégalithes bretons aux mammouths pléistocènes sibériens en passant par nos ancêtres pliocènes africains. Il a donné leurs lettres de noblesse à nos disciplines du passé. Il n’a jamais rejoint d’école où le dogmatisme est généralement de mise – attitude qu’il a adoptée lors de la direction de mes deux thèses. Lorsque je préparais la première, il m’a fait découvrir le Rift est-africain à l’automne 1977 : ce fut un choc, au-delà de toutes mes espérances, face aux témoins des bouleversements terrestres. Ce jour-là, j’ai été contaminée à vie par le virus de l’Afrique et je ne l’en remercierai jamais assez.

3Yves Coppens faisait preuve d’une grande ouverture d’esprit. Il ne m’a jamais imposé ses vues, même lorsque nous n’étions pas d’accord, car il savait que la science se partage avant tout et ne peut avancer que par la confrontation d’idées. Et il excellait dans les échanges, toujours avec élégance ; car c’était une personne élégante dans la science comme dans la vie.

4Il a débuté sa carrière à l’automne 1956 au CNRS, affecté au Laboratoire de Paléontologie des Vertébrés et de Paléontologie humaine de la Sorbonne (dirigé à l’époque par le Pr. Jean Piveteau), puis il rejoint le laboratoire de Paléontologie (dirigé par le Pr. Jean-Pierre Lehman) du Muséum national d’Histoire naturelle quelques mois plus tard. C’est là qu’il se rapproche du Pr. Camille Arambourg, aux côtés duquel il parcourra de nombreux terrains en Afrique du Nord. C’est d’abord vers le Tchad qu’il s’oriente grâce au Pr. René Lavocat (EPHE) qui lui confie des restes de vertébrés fossiles découverts par deux hydrogéologues dans ce pays. Ses campagnes de paléontologie y dureront sept ans, de 1960 à 1966, interrompues par un service militaire de dix-huit mois. Puis ce furent les missions éthiopiennes avec C. Arambourg à la fin des années 1960, qui menèrent à la découverte dans la vallée de l’Omo, en 1967, d’une mandibule de Paraustralopithecus aethiopicus, puis avec C. Arambourg et F.C. Howell dans la Mission internationale de l’Omo, suivie de l’International Afar Research Expedition – qu’il co-dirigera avec Donald Johanson et Maurice Taieb –, au cours de laquelle le célèbre squelette de Lucy (Australopithecus afarensis) est découvert le 30 novembre 1974. Lors de ces missions éthiopiennes, plusieurs milliers de restes sont mis au jour et étudiés par une équipe internationale. Mais Yves Coppens ne se limitait pas seulement aux Hominidés, il était intéressé par les liens entre l’homme, sa culture et son environnement. Son nom reste associé à celui de Jean Chavaillon avec lequel il publie les plus vieilles industries de l’Omo (2 à 3 Ma). Son travail de paléontologue l’a conduit à proposer, en 1972, une biozonation du Pliocène et du Pléistocène de l’Afrique sur la base des grands mammifères, puis, en 1975, une répartition biostratigraphique des différentes espèces d’hominidés de l’Afrique orientale. Au début des années 1980, il propose sa fameuse East Side Story (qu’il révise en 1986), qui a été très discutée. Si elle ne permet pas d’assurer que les hominidés ont émergés à l’est du Rift africain, elle montre toutefois que ce dernier a eu un impact sur les environnements entre l’Ouest et l’Est de celui-ci et que la date suggérée de 10 millions d’années pour la dichotomie entre les grands singes et les hommes reste valide dans l’état actuel de nos connaissances. Et l’(H)omo Event, qu’il définit vers 2,3-2,5 Ma, demeure un événement reconnu aujourd’hui. Il se nourrissait de la multidisciplinarité qu’il avait initiée avec ses collègues C. Arambourg et F. Clark Howell lors des travaux de la Mission internationale de l’Omo dès la fin des années 1960, et qui est à l’origine d’un colloque de la Fondation Singer-Polignac en 1982 consacré à l’environnement des hominidés au Plio-Pléistocène.

5En 1983, il rejoint le Collège de France comme directeur de la Chaire de Paléoanthropologie et de Préhistoire, où il donne des cours et des séminaires suivis par de nombreux auditeurs. L’amphithéâtre était toujours bondé témoignant de l’intérêt du public à la fois pour nos ancêtres, mais aussi pour le scientifique.

6Ses recherches n’ont été limitées ni à l’homme, ni à l’Afrique ; dès la fin des années 1990, il se lance dans l’aventure des mammouths dans l’expédition Mammuthus dirigée par Bernard Buigues, qui verra l’extraction du mammouth « Jarkov » des glaces de Sibérie. Il s’est beaucoup investi dans la protection des patrimoines culturels, à Lascaux ou à Chou Kou Tien en Chine, par exemple, ou encore à Carnac.

7Yves Coppens nous laisse en héritage près d’un millier de publications scientifiques, beaucoup d’interviews, conférences, des films et de nombreux livres qui feront, à n’en pas douter, rêver les générations futures. Car en plus d’avoir enseigné dans de nombreuses structures françaises ou étrangères, il était un fabuleux vulgarisateur. Il avait dans la voix cette sorte de douceur que l’on trouve chez les conteurs ; car il était un conteur de science, un passeur de « pré-histoires », un griot de nos origines. Cette aptitude à communiquer lui a conféré une célébrité qu’il a mise au service de la science et de l’aide aux jeunes et notamment aux femmes. Nombre de chercheurs et chercheuses de ma génération, et de la suivante, lui doivent leur carrière.

8Le Professeur Yves Coppens était membre de nombreuses académies (comme l’Académie des sciences, l’Académie des sciences d’outre-mer, l’Académie de médecine) et récipiendaire de nombreux prix et décorations en France comme à l’étranger.

9Le poète burkinabé Frédéric Titinga Pacere a écrit ce proverbe : Si la branche veut fleurir qu’elle honore ses racines. Yves Coppens l’a si bien appliqué tout au long de son parcours de scientifique. Ses recherches sur les origines de l’homme en Afrique nous ont profondément enracinés dans le temps, comme citoyens du monde. Il a fait fleurir les connaissances dans de nombreux domaines grâce à sa grande ouverture d’esprit et pour nous porter vers l’avenir.

10Je perds un patron, un collègue, un ami ; ce fut un privilège de le côtoyer.

11Au revoir, Monsieur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Yves Coppens, en 2007, dans les collections du Ditsong Museum of Natural History à Pretoria présentant le célèbre crâne de Mrs Ples (Australopithecus africanus), provenant du gisement sud-africain de Sterkfontein
Crédits © B. Senut
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Senut, « Yves Coppens, un griot de nos origines »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 89-90.

Référence électronique

Brigitte Senut, « Yves Coppens, un griot de nos origines »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3852

Haut de page

Auteur

Brigitte Senut

brigitte.senut@mnhn.fr – CR2P-Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS, Sorbonne Université, département « Origines et évolution », CP38, 8 rue Buffon, 75231 Paris Cedex 05 (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search