Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18In memoriamRonald Messier (1944-2021)

In memoriam

Ronald Messier (1944-2021)

Chloé Capel
p. 95-96

Texte intégral

Ronald Messier en 1988

Ronald Messier en 1988

© MAPS

1Ronald Messier s’est éteint le 2 septembre 2021, au Tennessee, dans sa maison de pionnier en rondins de bois. Comme beaucoup de citoyens de l’American South, il fréquentait assidûment l’église, était fan de Johnny Cash et grand supporter de sports collectifs. Mais l’originalité de sa personne se révélait, en cette terre gagnée au football, dans la pratique, depuis sa plus tendre enfance, du hockey sur glace. De même, dans cet état conservateur de la Bible Belt, il était un fidèle de l’église épiscopalienne, ayant très tôt promu l’ordination des femmes et même légalisé le mariage homosexuel. Ces traits de personnalité éclairent à eux seuls son parcours scientifique et son combat politique quotidien : la tolérance et le dialogue interreligieux.

2Si Ronald Messier a passé plus de la moitié de sa vie au Tennessee, c’est dans les états froids du nord-américain qu’il est né le 8 décembre 1944, de parents fraîchement immigrés du Canada. Éduqué dans la foi catholique rigoriste (pensionnat jésuite), il pratiquait le français québécois à la maison, dont il conservait quelques mots de vocabulaire désuets qui rendaient son français si plaisant. Et tout au long de sa carrière, il s’est employé à exploiter la bibliographie francophone et à communiquer en français – démarche rare en Amérique anglophone –, soucieux que ses collègues du Maghreb aient facilement accès à ses travaux. L’apprentissage de l’arabe l’avait ensuite conduit à s’engager dans des études historiques sur le monde musulman à l’université du Michigan. Sous la direction de l’islamisant Andrew Erhenkreutz, guidé par ses compétences francophones, il y consacre sa thèse de doctorat aux monnaies médiévales d’Afrique du Nord et à l’origine ouest-africaine de l’or. Dans ce travail méthodologiquement pionnier, associant étude classique en numismatique et démarche archéométrique, il scellait déjà, en 1972, ce qui allait bientôt constituer son principal thème de recherche pendant 30 ans : le site archéologique de Sijilmassa, atelier de frappe monétaire majeur du Maghreb islamique. Encore aujourd’hui fréquemment citée, cette thèse, partiellement publiée, n’a pas eu d’immédiate postérité, Ronald Messier ayant été recruté dès 1972 à la Middle Tennessee State University où il mènera toute sa carrière d’enseignant-chercheur jusqu’à sa retraite en 2004. Car s’il a peu publié au cours de sa vie, c’est qu’il s’est dévoué à sa charge d’enseignement afin de faire vivre l’histoire des pays islamiques médiévaux, modernes et contemporains, dans une région encore profondément marquée par les luttes pour les droits civiques. Enseigner – dans et hors de l’université – l’histoire de la religion musulmane, des sociétés islamiques, des cultures nord-africaines fut pour lui, plus qu’une vocation dans un paysage académique local ignorant des Middle Eastern Studies, un véritable sacerdoce, plus encore après le 11 septembre 2001, qui l’exposa davantage à la vindicte de militants xénophobes. Profondément structuré par sa foi, choqué par les haines traversant la société américaine, il milita sans relâche, et jusqu’à son décès, pour la promotion du dialogue interreligieux et interculturel, notamment entre chrétiens et musulmans et entre Américains natifs et immigrés. Cet aspect de son combat a trouvé son acmé dans un ouvrage, Jesus, One man, Two faiths (Twin Oak Press, 2010) où, dans un registre grand public, il faisait preuve d’une remarquable érudition en convoquant l’histoire croisée de l’islam et du christianisme afin d’en démontrer la très grande proximité conceptuelle et dogmatique.

3Si les étudiants retiendront de Ronald Messier l’enseignant généreux et pédagogue, c’est son statut de spécialiste des Almoravides et de chef de projet archéologique qui marquera la recherche sur l’Afrique. Conscient que l’histoire du continent ne peut s’écrire sans l’étude de sa matérialité, il travaille dès 1984 à un projet de chantier au long cours sur Sijilmassa, le plus célèbre des sites caravaniers du nord Sahara. Construit autour d’une pluridisciplinarité encore rare dans les années quatre-vingt (archéologie du paysage, bioarchéologie, anthropologie, analyses spatiales) et d’une organisation quasi-militaire destinée à former efficacement les étudiants, notamment marocains (dont plusieurs détiennent aujourd’hui des postes-clés de l’enseignement supérieur dans ce pays), le Moroccan-American Project at Sijilmasa (MAPS) a occupé de 1988 à 1998 une place centrale dans le paysage archéologique nord-africain. La rigueur scientifique et la réussite logistique du programme, conduit dans des conditions environnementales et matérielles extrêmement rudes, furent d’autant plus remarquables qu’il n’était pas lui-même formé à l’archéologie de terrain, mais avait su s’entourer d’excellents spécialistes, que, pendant dix ans, il coordonna dans un projet d’une ambition à ce jour indépassée. Tant d’énergie a fatalement fini par s’éroder lorsqu’à l’issue de la phase de terrain, le collectif du MAPS s’est irrémédiablement disloqué, le laissant orphelin de son équipe et dans l’incapacité, à lui seul, d’assurer tout le travail d’analyse, de synthèse et d’édition que le projet méritait encore. Finalement, après près de vingt ans d’incertitudes, assisté par James Miller, géographe rescapé du MAPS, il publia la synthèse finale de ses travaux. Sous la forme d’un récit de vulgarisation scientifique, genre qu’il maîtrisait si bien – mais qui n’était pas celui qu’il avait originellement souhaité pour son « Grand Œuvre » – The Last Civilized Place: Sijilmasa and its Saharan Destiny (University of Texas Press, 2015) offrait un épilogue heureux à son travail. Entre temps, suite à une sollicitation marocaine, il s’était engagé dès 2005, alors qu’il partait à la retraite, à co-diriger le MAPA (Moroccan-American Project at Aghmat) : pendant à nouveau dix ans, au rythme de ses séances de sport quotidiennes qui, malgré les séquelles handicapantes de sa longue carrière de hockeyeur, lui permettaient de conserver une énergie physique admirable, Ronald Messier a porté avec abnégation et générosité ce projet ambitieux d’archéologie urbaine avant d’en céder progressivement les clés à d’autres.

4Converti aux vertus sociales et pédagogiques du roman historique, il consacra les dernières années de sa vie à écrire un conte philosophique mettant en scène une rencontre imaginaire, entre le pape carolingien Sylvestre II et le géographe fatimide Ibn Hawqal, dans une ultime tentative, par la fiction et l’érudition, de rapprocher les peuples (The Mapmaker and the Pope, Twin Oaks Press, 2021). Pascal Buresi, dans son évaluation de l’ouvrage The Almoravids and the Meaning of the Jihad (Praeger, 2010), avait ainsi parfaitement cerné le sens du travail de Ronald Messier : « [Cet] ouvrage de vulgarisation […] est, dans le genre, un excellent ouvrage. […]. Si la forme [non académique] […] laisse à désirer, […] en revanche la qualité de l’argumentation est excellente. Ce contraste est d’autant plus regrettable qu’aucune synthèse n’existait à ce jour […]. C’est bien dommage car Ronald A. Messier était tout à fait compétent pour la réaliser. […] Les qualités de chercheur de l’auteur sont évidentes et apparaissent clairement dans les analyses […]. Toutes les « sciences auxiliaires » de l’histoire sont sollicitées : ethnologie, et anthropologie, archéologie et géographie. Les historiographies européenne, anglo-saxonne et arabe sont connues et très bien utilisées » (Buresi 2012). Ronald Messier aura conçu son travail de chercheur davantage comme un outil d’émancipation ancré dans les enjeux des sociétés contemporaines que comme une discipline cloisonnée, cantonnée au seul milieu académique.

Haut de page

Bibliographie

Buresi P. (2012) – Ronald A. Messier, The Almoravids and the meanings of Jihad. Mélanges de la Casa de Velázquez, 42(1) : 300–302. https://doi.org/10.4000/mcv.4484

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ronald Messier en 1988
Crédits © MAPS
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Capel, « Ronald Messier (1944-2021) »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 95-96.

Référence électronique

Chloé Capel, « Ronald Messier (1944-2021) »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3858

Haut de page

Auteur

Chloé Capel

chloe.capel@gmail.com –UMR 8167 Orient & Méditerranée/Équipe Islam médiéval, CNRS, 27 rue Paul Bert, 94204 Ivry-sur-Seine Cedex (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search