Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Résumés de thèses soutenues en 20...Apports de l’archéologie urbaine ...

Résumés de thèses soutenues en 2021/2022

Apports de l’archéologie urbaine et du paysage dans la compréhension de l’histoire d’une ville caravanière : Banikoara (Nord-Bénin)

Barpougouni Mardjoua
p. 97-98

Entrées d’index

Index géographique :

Banikoara, Bénin/Benin
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat en cotutelle en Art de bâtir et urbanisme (ULB) et en Archéologie (UAC),
soutenue publiquement le 3 juin 2022 à l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin)
Direction : V. Brunfaut et D. N’Dah ; jury : V. Brunfaut, O. Gosselain, D. Houénoudé, S. K. Kouassi, D. N’Dah, R. Tchibozo

Texte intégral

1La ville ancienne de Banikoara, située au Nord-Bénin dans la commune du même nom, témoigne d’une grande hétérogénéité sociale et culturelle. Plusieurs groupes s’y côtoient depuis des siècles : les plus nombreux sont les Baatombu (ou Bariba), les Gulmanceba, les Zerma-Dendi et les Fulbe. Bani-n’kparou (francisé Banikoara) était intégrée dans le Borgou historique, qui s’étendait de part et d’autre de la frontière actuelle entre le Bénin et le Nigéria. La portion béninoise du Borgou est elle-même divisée entre une partie occidentale (où se situe Banikoara) et une partie orientale, bien mieux étudiée sur le plan historique (Adekunle 1994). Située à la périphérie occidentale du Borgou, Banikoara n’a bénéficié que d’un nombre restreint de recherches.

2Comme dans les régions limitrophes, les travaux historiques reposent essentiellement sur la tradition orale et se focalisent sur la problématique du peuplement (Bako-Arifari 1989). Or, Banikoara se situait dans un espace bordé par le Dendi au nord, Zugu-Wangara au sud-ouest, le Gulmu au nord-ouest et le pays hausa à l’est, des zones ou localités non seulement mieux connues sur le plan historique, mais ayant également joué un rôle important dans le commerce caravanier qui s’est déployé depuis des siècles en Afrique de l’Ouest. Des enquêtes préliminaires révèlent que la ville de Banikoara était également impliquée dans ce commerce, mais il reste à mieux connaître son rôle et, surtout, son histoire et celle des populations qui y résident. Ma thèse est un pas dans cette direction. Elle s’appuie sur une approche combinant l’archéologie, les traditions orales et l’étude du bâti.

3Les recherches ont été menées dans le tissu urbain de la ville de Banikoara et ses alentours, ainsi que dans la partie béninoise du Parc du « W », entre Kofounou et Founougo, deux localités identifiées comme des étapes caravanières. Les prospections dans le parc du « W » ont permis d’identifier plus de 80 sites archéologiques et de retracer un ancien itinéraire caravanier. Parallèlement, j’ai répertorié les lieux de mémoire et de sociabilité dans le secteur de Banikoara, ainsi que les témoins matériels associés au commerce caravanier.

4Quatre sites archéologiques ont fait l’objet de fouilles : Bankoru, Gaa-guru, Nawordu-bansu et Niyanpangu-bansu. Les trois premiers sont localisés dans le tissu urbain et sont menacés par l’extension du bâti. Le dernier est situé dans la zone cynégétique du Parc du « W », également menacée, notamment par les animaux fouisseurs. Les fouilles archéologiques révèlent que l’installation des premières communautés humaines remonterait à la deuxième moitié du viie siècle ou au début du viiie siècle. Il apparaît également que le site de Nawordu-bansu a été occupé de façon continue durant six siècles, entre les viie-viiie siècles et le xiie siècle. Le mobilier céramique, dominé par des récipients ouverts décorés d’impressions à la cordelette torsadée, témoigne d’une continuité tout au long de cette période.

5Gaa-guru et Bankoru sont deux sites importants pour la compréhension de l’histoire politique de Banikoara. Ainsi, selon la tradition orale, Gaa-guru serait le premier emplacement de Banikoara et aurait été fondé par des migrants Nanyango, représentants actuels de l’aristocratie Baatombu de Banikoara. Bankoru aurait été fondé ensuite. Il s’agit du premier lieu habité au sein du tissu urbain actuel de Banikoara. Gaa-guru est plus ancien que Bankoru et semble avoir été occupé à la charnière des xve-xvie siècle. S’il est évidemment difficile de reconnaître archéologiquement l’identité nanyango de ses fondateurs, il est intéressant de constater que la chronologie livrée par la tradition orale est confirmée par les datations radiocarbones, comme dans le cas du site de Birnin Lafya investigué plus au nord, dans le Dendi béninois (Haour 2019). Outre un matériel céramique dominé par des décors imprimés à la roulette de cordelette torsadée, une structure de sol damé a été mise au jour à Gaa-guru, ce qui apporte les premières données sur l’architecture locale.

6La fondation de Bankoru est également attribuée aux Nanyango. Comme à Gaa-guru, aucun élément archéologique ne permet de confirmer cette affirmation de la tradition orale. C’est néanmoins cette même tradition orale qui m’a permis d’identifier le site en question (fig. 1). Il s’agit d’une zone d’habitat ancien, comme en témoignent le matériel fouillé et la stratigraphie. On y observe une rupture dans les décors céramiques, les impressions de fibres plates pliées cédant la place aux impressions à la cordelette torsadée.

Figure 1– Sondage archéologique à Bankoru, dans le tissu urbain de la ville de Banikoara

Figure 1– Sondage archéologique à Bankoru, dans le tissu urbain de la ville de Banikoara

© B. Mardjoua

7Les sources orales locales et les données historiques provenant des régions limitrophes indiquent qu’une organisation sociopolitique hiérarchisée fut instituée à Banikoara autour des xvie-xviie siècles, sous l’impulsion des Nanyango, de marchands Wangara et de guerriers Wassangariba. Les deux derniers groupes semblent s’être implantés dans la région à la même époque (xvie-xviie siècles), les Wangara jouant un rôle majeur dans le commerce caravanier tandis que les Wasangariba prenaient la tête de quatre chefferies dans le secteur de Banikoara.

8Depuis leur centre politique de Nikki, la volonté des Wassangariba de prendre le contrôle des routes commerciales dans le Borgu (Brégand 1998) explique sans doute la destruction de Niyanpangu vers la fin du xviie siècle, un important site archéologique localisé à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Banikoara et sur lequel j’ai également entrepris des sondages. Ceci a permis à Nikki de jouer un rôle de leader à partir du xviiie siècle et durant tout le xixe siècle. Dans le sillage de Nikki, Banikoara a connu un essor socio-économique depuis le xviiie siècle, lui permettant de se positionner comme un pôle commercial majeur dans le Borgu occidental, prenant la place de Niyanpangu. Traversée par des axes commerciaux importants, la ville de Banikoara, désormais cité caravanière, fut mise en connexion avec des régions avoisinantes ou plus lointaines, telles que le Dendi au nord, le Gulmu au nord-ouest, le pays hausa à l’est et Zugu-Wangara au sud-ouest. Sur le modèle d’autres cités caravanières, Banikoara était une ville double, avec une zone « autochtone » (animiste) et une zone « allochtone », ou zongo. Ces deux zones comprennent de nombreux vestiges matériels, aujourd’hui menacés de disparition en raison de l’extension croissante du bâti et des travaux d’infrastructure. La sauvegarde de la mémoire de la ville caravanière de Banikoara se pose dès lors avec acuité.

Haut de page

Bibliographie

Adekunle J. (1994) – Borgu and Economic Transformation 1700-1900: The Wangara Factor. African Economic History, 22: 1–18.

Bako-Arifari N. (1998) – Construction et dynamique identitaires chez les Dendi des anciens caravansérails du Borgou (Nord-Bénin). In : E. Boesen, C. Hardung & R. Kuba (éds), Regards sur le Borgou. Pouvoir et altérité dans une région ouest-africaine, Paris, L’Harmattan : 265-285.

Brégand D. (1998) – Anthropologie historique des wangara du Borgou. In : E. Boesen, C. Hardung & R. Kuba (éds), Regards sur le Borgou. Pouvoir et altérité dans une région ouest-africaine, Paris, L’Harmattan : 245-263.

Haour A. (ed.) (2019) – Two thousand years in Dendi, Northern Benin. Archaeology, history and memory. Leiden, Brill.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1– Sondage archéologique à Bankoru, dans le tissu urbain de la ville de Banikoara
Crédits © B. Mardjoua
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barpougouni Mardjoua, « Apports de l’archéologie urbaine et du paysage dans la compréhension de l’histoire d’une ville caravanière : Banikoara (Nord-Bénin) »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 97-98.

Référence électronique

Barpougouni Mardjoua, « Apports de l’archéologie urbaine et du paysage dans la compréhension de l’histoire d’une ville caravanière : Banikoara (Nord-Bénin) »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3859

Haut de page

Auteur

Barpougouni Mardjoua

tankoanon21@gmail.com / barpougouni.mardjoua@ulb.be – Université d’Abomey-Calavi (Bénin) et Université libre de Bruxelles (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search