Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Résumés de thèses soutenues en 20...Approches archéologique et archit...

Résumés de thèses soutenues en 2021/2022

Approches archéologique et architecturale des enceintes et structures en pierres au sud-ouest du Burkina Faso

Hantissié Hervé Farma
p. 101-102

Entrées d’index

Index géographique :

Loropéni/Loropeni, Burkina Faso 
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat en histoire, histoire de l’art et archéologie,
soutenue le 24 février 2022 à l’Université libre de Bruxelles (Belgique)
Direction : O. Gosselain et L. Simporé ; jury : A. Tsingarida, R. Guillon, A. Haour,
N. Nikis

Texte intégral

1Les enceintes et structures en pierres, aussi appelées « ruines du pays lobi », sont des vestiges architecturaux répartis entre le sud-ouest du Burkina Faso et le nord-est de la Côte d’Ivoire. Certaines ont des dimensions monumentales avec des murs atteignant plus de 6 m de haut et une superficie couvrant plus de 10 000 m², à l’image du site des ruines de Loropéni inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces vestiges archéologiques ont suscité un intérêt scientifique dès le début du xxe siècle à cause de leur architecture particulière, caractérisée par l’usage de la pierre, et leur monumentalité, rares dans cette partie de l’Afrique de l’Ouest. Ce caractère atypique a influencé leur interprétation, notamment en ce qui concerne leur(s) origine(s) et fonction(s). Ainsi, ces vestiges ont été souvent attribués à des peuples supposés avoir les capacités techniques, intellectuelles ou organisationnelles suffisantes pour les réaliser (Delafosse 1902 ; Labouret 1931 ; Père 1992). Ils sont également régulièrement rattachés aux épisodes majeurs de l’histoire ouest-africaine, notamment à l’exploitation et la commercialisation de l’or durant le Moyen Âge ouest-africain, ou interprétés comme des systèmes défensifs ou des lieux d’enfermement d’esclaves (Bertho 1952 ; Mauny 1961). Les premières recherches archéologiques du début des années deux mille se sont également focalisées sur les grandes enceintes, particulièrement les ruines de Loropéni (Guillon & Simporé 2018 ; Koté 2013 ; Simporé 2008). Ces sites recélant un mobilier archéologique domestique ont été occupés de façon continue du milieu du xie siècle au xviiie siècle de notre ère. Malgré des avancées significatives, nos connaissances sur les enceintes et structures en pierres restent limitées car les petites structures, pourtant majoritaires dans le paysage, ont été peu investiguées.

2L’objectif de cette thèse était de changer de paradigme, en abandonnant la démarche basée sur le monumentalisme, et de nous attacher plutôt aux structures de petite taille à proximité d’une grande enceinte. Les recherches se sont focalisées sur la périphérie des ruines de Loropéni, le seul site ayant fait l’objet de fouilles archéologiques, et ont couvert un espace d’environ 14 km2. Au cours de quatre campagnes de recherches, 161 sites archéologiques dont 142 enceintes et structures en pierres, 14 sites métallurgiques et 5 sites qui abritent des puits ont été recensés. Les affleurements de murs de plusieurs enceintes et de structures en pierres ont permis d’identifier différentes formes géométriques : quadrangulaire, circulaire, mixte (qui combinent les deux premières formes) et structures complexes. La plus petite superficie mesure 5 m2, la plus grande environ 7000 m2, mais sur la majorité des sites elle reste inférieure à 300 m2. Six enceintes et structures en pierres ont été sélectionnées parmi les différents groupes morpho-typologiques identifiés pour faire l’objet de fouilles archéologiques plus ou moins extensives.

3Le cadre chronologique des enceintes et structures en pierres fouillées indique une occupation allant du xive au xviiie siècle de notre ère, ce qui les rend contemporaines des ruines de Loropéni. Cette chronologie peut être subdivisée en trois phases correspondant à l’évolution des cultures matérielles. La phase 1 va du xive siècle au xve siècle, la phase 2 du xve siècle au xviie siècle et enfin, la phase 3, du xviie siècle au xviiie siècle de notre ère.

4L’architecture des sites fouillés est similaire à celle des ruines de Loropéni : la partie basse des murs est construite en pierres puis surmontée de terre. Les toitures étaient plates comme le suggèrent les traces de trous de poteaux. Les niveaux de circulation sont souvent aménagés en sol damé. D’autres structures bâties, telles que des restes de foyers, des bases de greniers et des plateformes en terre ont aussi été identifiées (fig. 1). L’analyse planimétrique révèle deux types d’organisation : des enceintes qui abritent des bâtiments, et des bâtiments isolés subdivisés en pièces, dont certaines sont organisées en unités d’occupation probablement destinées à abriter des ménages distincts. Une sériation chrono-typologique basée sur la planimétrie semble indiquer une évolution pouvant être associée aux trois phases chronologiques. Durant la phase 1, les enceintes sont de forme quadrangulaire ou circulaire et renferment des bâtiments. Leur occupation semble continue jusqu’à la phase 3. Durant la phase 2 apparaissent des unités domestiques éparpillées, de formes simples ou complexes. Enfin, durant la phase 3, les bâtiments semblent regroupés sans mur d’enceinte.

Figure 1 – Vue partielle d’une structure (Lor-sat 27) de Loropéni dégagée dans ses parties nord et sud

Figure 1 – Vue partielle d’une structure (Lor-sat 27) de Loropéni dégagée dans ses parties nord et sud

© H. Farma

5Le mobilier archéologique, essentiellement domestique, se compose principalement de céramiques, d’outils de broyage et d’objets métalliques (pointe de flèche, lame de couteau, aiguille, tête de marteau). L’analyse de la céramique semble aussi indiquer une dynamique chrono-culturelle. Celle de la phase 1 semble être le substrat morpho-stylistique et décoratif qui a évolué dans les phases suivantes. La phase 2 est, cependant, la plus diversifiée avec l’apparition de nouvelles formes et de nouveaux décors. En outre, la phase 2 a fourni des objets exceptionnels (cauris et perles en pierre et en verre) et la phase 3 un anneau en cuivre ou en cuivre allié. Ces objets exceptionnels sont les indices de contacts ou d’échanges entre les enceintes et structures en pierres et le « monde extérieur ». Cependant, les réseaux dans lesquels s’inséraient ces sites sont encore mal connus. Le cadre chronologique est contemporain de l’essor de plusieurs entités politiques voisines, notamment les royaumes de Kong, Bouna, Gonja et des cités marchandes telles que Bégho, Salaga et Bobo-Dioulasso. Cependant, les réseaux d’échanges connus par les sources historiques contournaient l’aire d’occupation des enceintes et structures en pierres. De plus amples recherches seront encore nécessaires pour comprendre l’insertion des structures en pierres dans le cadre régional.

Haut de page

Bibliographie

Bertho J. (1952) – Nouvelles notes sur les ruines en pierre en pays Lobi. Notes Africaines, 54 : 33-34.

Delafosse M. (1902) – Découvertes de grandes ruines à Gaoua, Soudan français. L’Anthropologie, 13 : 778-781.

Guillon R. & Simporé L. (2018) – Les forts du pays lobi et l’activité aurifère au Sud-ouest du Burkina Faso, 11e-18e siècle : origine, rôle social et réseau d’échange associés au fort de Loropéni (site UNESCO) (Rapport de mission). Ouagadougou, Université/Nanterre Université Paris-Nanterre/Loropéni.

Koté L. (2013) – Fouilles archéologiques dans le compartiment sud du site des ruines de Loropéni. Revue Africaine d’Anthropologie Nyansa-Pô, 15 : 87-120

Labouret H. (1931) – Les tribus du rameau Lobi. Paris, Institut d’ethnologie.

Mauny R. (1961) – Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie. Dakar, Mémoire de l’IFAN 61.

Père M. (1992.) – Vers la fin du mystère des ruines du Lobi ? Journal des Africanistes, 62 (1) : 79-93.

Simporé L. (2008) – Rapport sur les fouilles archéologiques dans le compartiment nord de Loropéni. Ouagadougou.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Vue partielle d’une structure (Lor-sat 27) de Loropéni dégagée dans ses parties nord et sud
Crédits © H. Farma
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hantissié Hervé Farma, « Approches archéologique et architecturale des enceintes et structures en pierres au sud-ouest du Burkina Faso »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 101-102.

Référence électronique

Hantissié Hervé Farma, « Approches archéologique et architecturale des enceintes et structures en pierres au sud-ouest du Burkina Faso »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3894

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search