Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Résumés de thèses soutenues en 20...Archéologie des implantations hum...

Résumés de thèses soutenues en 2021/2022

Archéologie des implantations humaines dans le bassin de la Lokoundjé (Sud-Cameroun) durant l’Holocène

François Ngouoh
p. 103-104

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat/PhD en archéologie (option : préhistoire),
soutenue le 14 mai 2021 à l’université de Yaoundé 1 (Cameroun)
Direction : M. Elouga ; jury : M. Elouga, Ph.-B. Essomba, C. Fouelefack Kana,
L. Mebenga Tamba, J.-P. Ossah Mvondo

Texte intégral

1Le but de cette thèse était de démontrer sur la base de vestiges matériels, dans une perspective diachronique, les dynamiques culturelles des populations qui ont occupé le bassin du fleuve Lokoundjé au cours des derniers 12 000 ans. Les études pluridisciplinaires qui y ont été menées nous informent sur son milieu naturel, sa géodynamique dans le temps, les populations qui y vivent et l’émergence des premières communautés villageoises et traditions céramiques de la deuxième moitié de l’Holocène. Ce travail découle des insuffisances constatées dans ces recherches antérieures, notamment sur le débat relatif aux thèses déterministes avancées par certains chercheurs pour expliquer les choix des sites d’implantation opérés par les groupes humains dans le Sud-Cameroun (Eggert 2002 ; Nlend Nlend 2013).

2Les données disponibles mettant en évidence la continuité d’une présence humaine dans cette région depuis le début de l’Holocène, le problème à résoudre était celui de l’identification des éléments ayant permis l’établissement des sociétés humaines dans le bassin versant du fleuve Lokoundjé. Les questions qui en ont découlé portaient sur les phases d’implantation humaine, les modèles d’aménagement et d’occupation de l’espace et les formes d’adaptation au milieu durant l’Holocène. Le postulat était que la richesse écologique de ce bassin de 5200 km2 pouvait être considérée comme l’un des facteurs ayant favorisé l’installation des populations. Durant l’Holocène, l’instabilité du climat a eu des conséquences sur le milieu naturel avec, à certaines périodes, des avancées et des retraits de la forêt. Les vestiges matériels mis au jour attestent la capacité des hommes à s’adapter à ces changements et à transformer ce milieu selon leurs besoins.

3Pour atteindre nos objectifs, la démarche adoptée comprenait la recherche documentaire, la collecte des données sur le terrain, leurs analyses et interprétations. Dans un contexte d’archéologie préventive et dans le cadre d’un programme d’archéologie programmée, prospections pédestres, opérations de diagnostics et fouilles ont permis d’identifier deux types de sites : ouverts (de plein air) et couverts (sous abri). Les vestiges collectés – tessons de poterie, fragments de verre, pièces lithiques, objets en métal – ont fait l’objet d’analyses macroscopiques, et les échantillons de charbon de bois et les endocarpes carbonisés d’analyses au radiocarbone. À l’issue de ces travaux, une séquence culturelle continue a pu être élaborée pour l’Holocène. Trois phases ont été mises en évidence (tabl. 1) :

Tableau 1 – Phases culturelles et dynamiques spatiales dans le bassin de la Lokoundjé durant l’Holocène

Contexte culturel régional

Phases de peuplement

Sites archéologiques et contextes stratigraphiques

Modèles d’adaptation au milieu et caractéristiques culturelles

Subactuel

1400 AD

1900 AD

Phase 3

700±-60 BP

1900 AD

- Dépotoirs d’anciens villages de chasseurs-cueilleurs Kola et Gyèli (1950-1980)

- Forge de Mpolongwé (210±40 BP)

- Niveau −20 −30 cm de l’abri de Ndtoua (700±60 BP)

- Climat humide et aride, activités anthropiques intenses, recul de la forêt

- Villages-rues

- Objets en métal et produits manufacturés d’origine européenne

Néolithique

4000 BP

2000 BP

Phase 2

3840±40 BP

810±40 BP

- Fosses KBI de Mpolongwé :

F12 (810±40 BP), F6 (900±40 BP),

F32 (1850±40 BP), F15 (2250±40 BP),

F22 (2280±40 BP), F8 (2390±40 BP),

F23 (2410±40 BP), F36 (2450±40 BP),

F31 (2610±40 BP)

- Niveau 0 −30 cm de l’abri de Ngongo 2 (2375±30 BP)

- Niveau −65 cm de la structure 4 de Mpolongwé (3840±40 BP)

- Niveaux −40 à −90 cm de l’abri de Ndtoua (1910±60 BP et 1920±70 BP)

- Fosses E et A de Bidjocka (1580±80 BP et 1480±70 BP)

- Fosse de Bidou (1530±70 BP),

- Fosses A et B de Bissiang (2770±70 BP et 2550±60 BP)

- Niveau −40 −60 cm de Makouré (2210±60 BP)

- Climat sec, recul de la forêt au profit des savanes, influences anthropiques sur le milieu naturel

- Multiplication d’arbres héliophiles (Elaies guinensis)

- Sites d’habitats au sommet de collines ; structures creusées dans le sol (fosses)

- Témoins d’activités paléométallurgiques (scories, fragments de tuyères)

- Poterie à pâte fine abondante, décors fortement mis en évidence

Late Stone Age

12000 BP

4000 BP

Phase 1

10580±70BP

6640±40 BP

- Niveau −50 cm de la structure 3 de Mpolongwé (10580±70 BP)

- Niveau −35 à −80 cm de Ngongo 2 (10460±50 BP, 7975±45 BP, 7265±40 BP, 6640±40 BP, 6570±40 BP, 6535±40 BP, 6520±40 BP)

- Niveau −170 –190 cm de Ndtoua (5490±70 BP)

- Retour de la forêt, milieu humide et sol remanié par le retour des pluies

- Présence d’endocarpes de palmier à huile et d’aiélé

- Sites en abris et grottes

- Outillage lithique abondant avec pièces bifaciales

- Microlithisme et polissage de la pierre

- Grandes poteries décorées

  • la phase 1, rattachée au Late Stone Age du Sud-Cameroun, dans laquelle Mpolongwé apparaît comme le seul site de plein air avec un niveau d’occupation daté de 10 580 ± 70 BP (Beta 279289) ;

  • la phase 2, qui commence vers 4 000 BP par un Néolithique – à industrie microlithique toujours présente et grands récipients céramique aux décors variés – et se poursuit, vers 2 500 BP, par une autre période rattachée à l’âge du fer – où la poterie est désormais à pâte plus fine avec des décors fortement mis en exergue, ce qui n’était pas le cas au cours de la première moitié de cette phase ; dans le site de Makouré, riche en fragments de tuyère et en scories, la céramique possède des motifs réalisés à la roulette, outil inconnu lors des périodes précédentes ;

  • la phase 3, période subactuelle, où certains styles perdurent jusqu’à celle des premiers contacts entre Européens et populations locales ; les témoins d’activités de paléométallurgie du fer y sont nombreux et la céramique caractérisée par des récipients de petites dimensions au diamètre d’ouverture beaucoup plus grand que celui de la partie médiane ; la présence de produits manufacturés (objets en verre) d’origine européenne et de pointes en fer, qui auraient servi de monnaie d’échange, attestent des contacts entre populations locales et Européens.

4Nos résultats, présentés en trois parties (cadre paléoenvironnemental d’implantation des populations dans le bassin, résultats des prospections et fouilles, synthèse sur les phases d’implantations humaines et les formes d’adaptation des sociétés du passé dans cette région), témoignent de changements majeurs sur le plan culturel dans le bassin de la Lokoundjé depuis la fin du Pléistocène. Les hypothèses formulées à cet effet corroborent la chronostratigraphie et les faciès culturels locaux mis en évidence dans les travaux antérieurs.

Haut de page

Bibliographie

Eggert M.K.H (2002) – Southern Cameroon and the settlement of equatorial rainforest: early ceramics from fieldwork in 1997 and 1998–1999. In: Jennerstrasse 8 (ed.), Tides of the desert: Contributions to the Archaeology and Environmental History of Africa in Honour of Rudolph Kuper, Africa Praehistorica (14), Köln, Heinrich-Barth-Institut: 507–522.

Nlend Nlend P.R. (2013) – Les traditions céramiques dans leur contexte archéologique sur le littoral camerounais (Kribi-Campo) de 3000 à 500 BP. Thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles (ULB).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ngouoh, « Archéologie des implantations humaines dans le bassin de la Lokoundjé (Sud-Cameroun) durant l’Holocène »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 103-104.

Référence électronique

François Ngouoh, « Archéologie des implantations humaines dans le bassin de la Lokoundjé (Sud-Cameroun) durant l’Holocène »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3912

Haut de page

Auteur

François Ngouoh

francois.ngouoh@univ-yaounde1.cm – Département des arts et archéologie, université de Yaoundé 1, B.P. 6521, Yaoundé (Cameroun)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search