Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Recension d’ouvrageDavid A. Binkley (2021) – A View ...

Recension d’ouvrage

David A. Binkley (2021) – A View from the Forest: The Power of Southern Kuba Initiation Rites and Masks

Julien Volper
p. 105-106
Référence(s) :

David A. Binkley (2021) – A View from the Forest: The Power of Southern Kuba Initiation Rites and Masks, Seattle, Lucia/Marquand, 222 p.

Texte intégral

1L’auteur de cet ouvrage, l’un des plus importants de ces dernières années en ce qui concerne l’approfondissement des connaissances sur les masques congolais, est David Binkley, historien de l’art qui occupa plusieurs fonctions muséales et universitaires. Il fut notamment conservateur en chef au National Museum of African Art (Smithsonian Institution, Washington DC) et ­professeur associé à l’University of Missouri-Kansas City.

  • 1 Vansina J. (1955) – Initiation Rituals of the Bushong. Africa. Journal of the International African (...)

2En 1981-1982, David Binkley effectua une mission de recherche au Zaïre (actuelle République démocratique du Congo), dans la région du Kasaï, au sein de différentes communautés kuba méridionales et kete septentrionales. Les résultats de ses enquêtes de terrain furent utilisés dans le cadre de sa thèse doctorale, soutenue en 1987 à l’Indiana University, au titre identique à celui du livre présenté ici. Ce travail mené sur les mascarades de communautés kete et kuba lors de l’initiation masculine (appelée nkaan chez les Kuba ou buadi chez les Kete), mais aussi lors des cérémonies funéraires, est d’une importance majeure, à bien des égards, pour l’histoire des arts du Congo. De fait, peu de chercheurs se sont penchés sur ces objets. Il faut aussi considérer, qu’avant les travaux de David Binkley, l’une des seules sources bibliographiques portant sur l’initiation nkaan et les masques qui y participaient fut l’article publié en 1955 par un autre grand spécialiste du monde kuba que fut l’historien Jan Vansina1. Du côté des mascarades des Kete septentrionaux, le constat apparaît encore plus clairement dans la mesure où les travaux de David Binkley sont véritablement les précurseurs et aussi les plus aboutis sur ce sujet.

3Par ailleurs, le livre A View from the Forest: the Power of Southern Kuba Initiation Rites and Masks ne peut résolument pas être considéré comme une simple retranscription éditoriale de la thèse éponyme de 1987. L’un des aspects les plus important du livre repose sans nul doute dans la place centrale accordée à l’iconographie. Les photographies de terrain et d’objets sont très nombreuses et beaucoup sont inédites, notamment celles prises par David Binkley au Zaïre dans les années 1980. Il s’agit par ailleurs – et ce point mérite d’être mentionné – non pas de photos « décoratives » comme on le voit dans de trop nombreux « beaux livres », mais bien de documents d’étude savamment sélectionnés dans le but de renforcer le développement des propos de l’auteur tout en permettant aussi au lecteur d’appréhender, presque immédiatement, la réalité matérielle de tel ou tel masque ou de telle cérémonie décrite. Un exemple, pour illustrer ce constat, se trouve aux pages 145-146 est présenté le kamakengu ka muana (Kamakengu et son enfant), masque rare pouvant intervenir durant le buadi des Kete et dont il existe peu d’exemplaires en collection privée ou publique.

4L’exemplaire le plus connu, publié dans le livre de David Binkley, est celui du musée de Hambourg acquis par Leo Frobenius au début du xxe siècle. Il y propose une excellente contextualisation du masque accompagnée d’un cliché de terrain montrant un Kamakengu ka muana et son « époux » Munyinga, un masque tout aussi peu connu. En abordant ce masque, l’auteur démontre notamment le rôle que certaines femmes jouent dans le cadre du buadi. Ainsi, une femme ayant connu de nombreuses fausses couches ou des accouchements prématurés peut, sur la recommandation d’un devin, être initiée dans le buadi lorsqu’elle est enceinte, pour mettre fin à ces problèmes d’origine occulte. C’est lorsque l’une de ces femmes passe par le buadi, et peut donc porter le titre masculin de kilombush (« initié »), que le Kamakengu ka muana intervient. Dans son ouvrage, tout en recontextualisant un masque bien particulier par le biais de l’encre et de l’argentique, David Binkley donne à comprendre certaines spécificités du buadi par rapport au nkaan. De fait, le statut de femme kilombush et donc le kamakengu ka muana n’ont pas d’équivalent chez les Kuba méridionaux.

5Cette volonté de David Binkley de montrer similitudes et dissemblances initiatiques ne se limite pas au complexe buadi/nkaan puisque l’auteur propose aux chapitres 2 et 3 une analyse des spécificités du buadi/nkaan au regard d’un autre rituel initiatique, répandu dans tout le sud du Congo, en Angola et en Zambie, qui a pour nom mukanda. Ici, est abordé notamment le fait que la circoncision ne constitue pas un élément du buadi/nkaan alors que cette opération chirurgicale est à la base même du mukanda. Par ailleurs, les entités spirituelles qui interviennent durant ces différents complexes initiatiques, notamment via les mascarades, sont très différentes. Les ancêtres vénérables du mukanda diffèrent ainsi des munginci/ngesh, esprits de la nature non-humains intrinsèquement liés au buadi/nkaan.

6Ces esprits de la nature ont aussi un rôle à jouer pour ce qui est des mascarades liées aux cérémonies funéraires des hommes initiés et des grands notables (chapitre 7 du livre). David Binkley fournit à ce sujet une liste exhaustive des différents types de masques kete et kuba s’inscrivant dans ce contexte et dont certains interviennent spécifiquement lorsqu’un homme de haut rang décède.

7Même si le rôle spécifique de ces masques, aux noms et aux aspects variés, est d’apaiser et de contenter le mween/mwendu (esprit d’un mort récent), ces artefacts ont bien un lien avec le monde des mungici/ngesh. Ainsi, les Kuba considèrent parfois l’aspect antropo-zoomorphe étrange de ces masques comme étant la preuve (ibol) d’une expérience surnaturelle entre un sculpteur et un de ces esprits de la nature qui se laissent parfois observer et qui peuvent accepter de voir leur visage « emprunté » et copié pour servir les humains.

8Un autre intérêt de ce livre, et non des moindres, est que l’on trouve en annexe (pages 186-203) un paragraphe consacré à la manière dont les Kuba ont maintenu, défendu et adapté leurs pratiques artistiques et cultuelles pendant la période coloniale. Plusieurs cas d’étude y sont abordés par l’auteur qui concernent notamment des interactions avec l’administration, des entreprises commerciales  telle que la Compagnie du Kasaï  ou bien encore à l’action missionnaire notamment celle de l’American Presbytarian Congo Mission (APCM).

9En résumé, A View from the Forest: the Power of Southern Kuba Initiation Rites par son écriture claire et ses thématiques bien construites, variées et complémentaires s’adresse aussi bien à un public de chercheurs qu’à celui des amateurs d’art. Cet ouvrage a pu aussi toucher un autre public trop souvent oublié : les Kuba eux-mêmes. J’ai eu en effet la possibilité de le présenter récemment à des membres d’une délégation culturelle associative kuba qui réservèrent à cet écrit un accueil enthousiaste.

Haut de page

Notes

1 Vansina J. (1955) – Initiation Rituals of the Bushong. Africa. Journal of the International African Institute, XXV(2): 138–153.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Volper, « David A. Binkley (2021) – A View from the Forest: The Power of Southern Kuba Initiation Rites and Masks »Afrique : Archéologie & Arts, 18 | 2022, 105-106.

Référence électronique

Julien Volper, « David A. Binkley (2021) – A View from the Forest: The Power of Southern Kuba Initiation Rites and Masks »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3928

Haut de page

Auteur

Julien Volper

julien.volper@africamuseum.be – Musée royal de l’Afrique centrale, 13 Leuvensesteenweg, 3080 Tervuren (Belgique)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search