Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Bilan chronologique de la culture...

Bilan chronologique de la culture nok et nouvelles datations sur des sculptures

Claire Boullier, Alain Person, Jean-François Saliège et Jean Polet
p. 9-28

Résumés

Depuis le début des années 90, la région de Jos (Nigéria central) subit un pillage sans précédent de ses sites archéologiques qui a mis au jour plusieurs milliers de sculptures principalement destinées au marché de l'art occidental. Dans la cavité de certaines de ces sculptures, étudiées dans le cadre d'une thèse de doctorat, du charbon de bois a été retrouvé et daté par la méthode du radiocarbone. La publication de ces nouvelles données est l'occasion de faire un bilan critique des informations chronologiques déjà connues et de réviser la fourchette chronologique de la culture nok.

La découverte de ces charbons de bois complète aussi nos connaissances sur les techniques de fabrication et notamment sur l'usage d'armatures de soutien insérées à l'intérieur de certaines sculptures avant la cuisson.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nok est un petit village de la province de Zaria d’où provient le premier objet attribuable à cette (...)
  • 2 Fagg B., 1977, Shaw T., 1981, p.114-123, Jemkur J.F., 1986, p.165-168 et Jemkur J.F., 1992, Bitiyon (...)

1C’est à Bernard Fagg que revient la paternité de l’emploi du terme « culture nok »1 pour désigner l’un des styles les plus originaux parmi ceux qui caractérisent les œuvres en terre cuite provenant des niveaux archéologiques d’Afrique de l’Ouest. Le bilan des informations disponibles sur cette culture a été proposé successivement par B. Fagg, T. Shaw, J.F. Jemkur, Y. I. Bitiyong, C. Boullier2. La répartition géographique des sites ayant fourni des objets de ce type est très étendue (figure 1) mais difficile à cerner avec précision pour l’instant, les données provenant de fouilles ou de sondages archéologiques étant rares et incomplètes. Cependant, depuis plusieurs années, le marché de l’art laisse entrevoir de nouveaux et multiples aspects du génie créateur des sculpteurs dits « Nok ». L’importance culturelle de ces œuvres et la place prépondérante qui leur revient dans l’histoire des arts de l'Afrique de l'Ouest justifient que de nouvelles études soient entreprises, notamment en ce qui concerne la chronologie, les caractéristiques stylistiques et iconographiques récemment étudiées (Boullier 2001) permettant d’envisager un découpage beaucoup plus précis, en plusieurs phases chrono-culturelles, d’une culture qui –associée à la production de fer– perdure plus d’un millénaire.

Figure 1 - Carte de répartition des sites de la culture nok (d’après B. Fagg 1977)

Figure 1 - Carte de répartition des sites de la culture nok (d’après B. Fagg 1977)

2Nous présentons ici un bilan critique des informations chronologiques publiées en précisant la nature des méthodes de datations physico-chimiques utilisées et les problèmes qui se posent pour tenir compte au mieux des données déjà obtenues. Nous fournissons également dix-sept nouvelles mesures dont nous critiquerons scientifiquement l’insertion dans le corpus global.

Chronométrie et chronologie3

  • 3 Dans cet article, la chronométrie correspond à l’acquisition de mesures 14C à partir des charbons a (...)

3Dès le début des découvertes, une des toutes premières préoccupations de Bernard Fagg fut la datation des statuettes et du matériel archéologique. L’idée la plus originale a été de la fonder sur la présence, dans la plupart des sites de découverte, d’un lit d’argile de un à deux mètres d’épaisseur, trace d’un changement dans l’intensité des précipitations, et qui s’est mis en place à la phase climatique humide du Nakurien, connue en Afrique de l’Est et datée des 800 dernières années avant notre ère. C’est en extrapolant ces informations chronologiques que Bernard Fagg date le site de Nok et situe les sculptures en terre cuite dans la seconde moitié de la phase humide du Nakurien, c’est-à-dire vers le Ve ou IVe siècle avant notre ère (Fagg 1956 : 4-5 ; 1959 : 291). Mais, il est évident que le procédé repose sur le postulat d’une concomitance des dépôts sédimentaires continentaux entre l’Afrique de l’Est et le Nigéria, ce qui reste très hypothétique dans la mesure où les géoécosystèmes concernés ne sont pas suffisamment semblables.

  • 4 W.F. Libby est récompensé par le Prix Nobel de Chimie en 1950 pour la découverte de la méthode de d (...)
  • 5 La calibration ancienne (1982) de la date I 2960 telle qu’elle est publiée dans l’ouvrage de Frank (...)
  • 6 La lettre qui précède le numéro de la datation permet d’identifier le laboratoire ainsi « I » désig (...)

4Se développe ensuite la technique de datation par le 14C4 qui offre aux archéologues des dates obtenues par l’analyse de charbon de bois prélevé sur les sites mêmes. Les premières conclusions établies sur les données paléoclimatiques particulièrement approximatives se trouvent, par chance, confirmées grâce à certaines dates des sites de Nok et de Taruga (tableau 1 et 2) : Y 474 (1750 ± 50 BP), I3400 (2250 ± 100 BP), I 29605 (2390 ± 140 BP) et I 1459 (223 ± 120 BP)6.

Tableau 1 - Dates 14C obtenues pour le site de Nok

Tableau 1 - Dates 14C obtenues pour le site de Nok
  • 7 Pour illustrer ce propos, citons Bernard Fagg, 1962, p.445 : « [...] bearing in mind the probabilit (...)
  • 8 Shaw T., 1978, p.82 : « The iron-smelting furnaces of Taruga, dated to around the fourth century BC (...)
  • 9 Shaw T., 1978 : il intitule un de ses chapitres (p.69-88) “ The first metallurgists ”.

5Cependant les dates BM 938, BM 940 et BM 941, dont deux d’entre elles (BM 938 et BM 940) concernent les fourneaux de réduction du fer 1 et 7, furent jugées trop anciennes au regard des théories diffusionnistes, via Méroé ou Carthage, alors en vigueur pour la métallurgie africaine, et donc délibérément écartées. En effet, elles bouleversaient profondément les schémas établis sur l’apparition de la réduction du minerai de fer en Afrique de l’Ouest, peu concevable antérieurement à 500 av. notre ère7. La pratique de la réduction du fer à Taruga fut donc située aux environs du IVe siècle avant notre ère8 et n’en demeurait pas moins la plus ancienne alors connue en Afrique de l’Ouest9. Depuis, un certain nombre de travaux (Paris et al. 1992 : 55-68 ; Quéchon 1995 : 303-312) ont montré des âges beaucoup plus anciens pour la pratique métallurgique en Afrique de l’Ouest, rendant les données chronologiques exclues jusqu’alors, cohérentes avec l’ensemble.

  • 10 Les premières applications de la TL à des céramiques archéologiques remontent au début des années 6 (...)

6La méthode de datation par thermoluminescence10 est appliquée aux sculptures nok dès le début de sa mise en pratique, c’est-à-dire vers 1970. Effectuée dans de bonnes conditions d’application, cette méthode de datation, qui fournit une date pour la cuisson de l’objet en terre cuite lui-même, se révèle particulièrement bien adaptée aux problèmes archéologiques posés par la culture nok. En effet, les archéologues étaient confrontés à un problème de taille, dû à l’une des caractéristiques fortes des sites de la culture nok : les contextes alluvionnaires peuvent associer des matériels d’âges différents. Les haches en pierre polie sont-elles véritablement contemporaines des sculptures en terre cuite d’un style très abouti et des traces de la réduction du minerai de fer qui leur sont proches dans les sédiments ? La prospection de sites non perturbés, Taruga et Samun Dukiya, apporte finalement la preuve formelle de la validité de ces assemblages archéologiques jusqu’alors suspects tandis que les toutes premières datations par thermoluminescence confirment la grande ancienneté des sculptures (Fagg B. 1968 : 27-30 ; Fagg B. et Fleming 1970 : 53-55 ; Fagg A ; 1972 : 75-77).

7Sur la foi des datations 14C sélectionnées et des mesures TL disponibles, Bernard Fagg propose alors un espace chronologique pour la culture nok compris entre le Ve siècle avant notre ère et le IIIe siècle après notre ère (Fagg B. 1990 : 20). Encore parfois utilisé dans certains ouvrages (par exemple : Schmalenbach 1988 : 154), ce créneau chronologique s’est largement amplifié, avec l’ajout des dates du site de Chado, pour atteindre le VIe siècle après notre ère. Certaines publications plus récentes (Bitiyong 1993 : 397 ; de Grunne 1998 : 15), qui tiennent compte de l’ensemble des dates connues font durer la culture nok près de deux mille ans grâce aux datations des échantillons BM 941 et I. 1458 (du IXe siècle avant notre ère au IXe siècle après notre ère) !

8Face à ces différentes propositions chronologiques et avant d’intégrer au corpus les dix-sept nouvelles datations que nous apportons, il est nécessaire de reprendre, dans le détail, les compilations chronologiques déjà établies (25 dates 14C et 23 TL recensées dans la bibliographie) afin de préciser le matériel analysé et de discuter de la validité des résultats ou de la pertinence de leur relation avec la culture nok (tableaux 1, 2 et 3).

Les dates 14C site par site11

Nok

  • 12 Barendsen et al., 1957, p. 916.

9Dans les années cinquante, le site de Nok fut prospecté à plusieurs reprises. Six échantillons de bois furent prélevés à différents niveaux stratigraphiques et analysés par le Laboratoire de Yale (tableau 1) : Y 474 (1750 ± 50 BP), Y 475 (4060 ± 140 BP), Y 142.3 (5490 ± 85 BP), Y 142.3’ (5660 ± 90 BP), Y 142.8 (5575 ± 65 BP) et Y 142.4 (2875 ± 70 BP)12. Le site de Nok se révèle parfaitement exemplaire des difficultés rencontrées dans l’approche d’un contexte alluvionnaire, difficultés amplifiées ici, par l’absence de compte-rendu de fouille publié.

10Dans un contexte alluvionnaire, conséquence d’une érosion brutale, les dépôts sédimentaires ont pu associer dans la stratigraphie des matériels qui ne présentent aucune parenté chronologique avérée. Ainsi, les trois échantillons, Y 142.3, Y 142.3’ et Y 475, qui proviennent de l’horizon des principales sculptures en terre cuite sont dans ce cas de figure. Comprises entre 5560 ± 90 BP et 4060 ± 140 BP, ces dates renseignent vraisemblablement sur une occupation plus ancienne mais en aucun cas sur l’âge de l’environnement culturel des œuvres «Nok». Il est va de même pour l’échantillon Y 142.8 qui, associé à un matériel acheuléen, se trouvait dans les plus anciennes alluvions. Si ces quatre dates ne peuvent donc pas être rattachées à la culture nok, les deux dernières Y 142.4 et Y 474 doivent être, au même titre que les autres, définitivement écartées. Car même si ces dates s’approchent du créneau chronologique attendu, il manque un lien archéologique véritable, entre les échantillons et les matériels. L’échantillon Y 474 par exemple, prélevé dans un tronc d’arbre, est davantage une preuve de la puissance de l’érosion qu’un témoignage de l’environnement des sculptures (Barendsen et al. 1957 : 916).

11Un « pilon en bois » : vestige de la culture nok ?

12Retrouvé fortuitement par un mineur à Nok, ce « pilon », jamais publié, fut retrouvé gorgé d'eau et partiellement carbonisé, à proximité de perles en étain et d'une hache. Cet objet daté de 1065 ± 120 BP (I 1458), ne peut être rattaché à la culture nok, comme le suggère très justement Bernard Fagg (1965a : 22-23). Cet exemple témoigne, à nouveau, des mélanges de matériels sur le site de Nok.

Taruga

  • 13 L’expression ‘charbon pollué’ est communément employée lorsque le résultat d’une datation 14C n’est (...)
  • 14 Un objet en terre cuite, identifié comme un fragment de pipe, fut découvert dans la couche 3, laque (...)

13Taruga est le tout premier site non alluvionnaire prospecté par Bernard Fagg dans les années soixante. Une quinzaine de fourneaux de réduction du fer furent découverts et quelques-uns fouillés. On y exhuma aussi des sculptures en terre cuite caractéristiques du style « Nok » (Fagg B. 1965b : 212). Des échantillons de charbon de bois prélevés dans les fourneaux permirent d’obtenir sept dates (tableau 2) : BM 532 (2042 ± 126 BP), BM 938 (2541 ± 74 BP), BM 940 (2488 ± 84 BP), BM 942 (2291 ± 133 BP), I3400 (2250 ± 100 BP), I2960 (2390 ± 140 BP). La dernière connue, sous la référence BM 939 (fourneau n°12), a fourni une date de 222 ± 40 BP (1651/1955 AD), considérée, à juste titre, comme « polluée »13. Quatre autres prélèvements, récoltés sur le site mais en dehors des fourneaux, ont été analysés : BM 533 (2269 ± 143 BP), BM 534 (2121 ± 116 BP), BM 941 (2541 ± 104 BP), I 145914 (2230 ± 120 BP).

Tableau 2 - Dates 14C obtenues pour le site de Taruga

Tableau 2 - Dates 14C obtenues pour le site de Taruga

14L’activité métallurgique à Taruga située par six datations entre 2541 ± 74 BP et 2042 ± 126 BP se révèle parfaitement homogène et cohérente non seulement avec les quatre derniers échantillons qui datent le site de Taruga entre 2541 ± 104 BP et 2121 ± 116 BP mais aussi avec celui de Samun Dukiya évoqué ci-dessous.

15Avec dix dates, le site de Taruga est un véritable étalon chronologique d'une part pour l’étude de la culture nok et de sa chronologie et d’autre part pour les recherches sur l’émergence et le développement de la réduction du minerai de fer dans la région et de manière plus générale en Afrique de l’Ouest.

Samun Dukiya

16Angela Fagg-Rackam entreprend, entre 1969 et 1970, à Samun Dukiya, un des rares sites non alluvionnaires connus, une prospection et réalise dix sondages de 2 m2. Ce site révéla des fragments de statuettes en terre cuite, des objets en fer, des tessons de poterie ainsi que des perles en pierre (Fagg A. 1972 : 75). Le Laboratoire Isotope Incorporation de Westwood dans le New Jersey a réalisé deux datations (tableau 3) : I 4913 (2160 ± 95 BP) et I 4914 (3470 ± 115 BP).

Tableau 3 - Dates 14C obtenues pour le site de Dukiya

Tableau 3 - Dates 14C obtenues pour le site de Dukiya

17La datation I 4913 (2160 ± 95 BP), fut pratiquée sur un charbon de bois extrait de l’horizon inférieur de l’occupation (Fagg A 1972 : 77). Ne posant aucun problème d’interprétation, ce résultat semble indiquer la limite ancienne d’occupation du site pour la période qui nous intéresse. En revanche, l’échantillon I 4914 (3470 ± 115 BP), prélevé dans le dépôt de base, se rapporte à une couche antérieure à celle de la culture nok et renseigne sur une occupation plus ancienne, encore hypothétique, à moins qu’il ne s’agisse de la date du dépôt d’alluvions provenant du lit ancien de la rivière (Fagg A. 1972 : 77). Elle ne se rapporte donc pas à la culture nok.

Katsina Ala

18Lors de fouilles de sauvetage à Katsina Ala, un charbon de bois fut prélevé dans une butte et analysé par le British Museum (Burleigh et al. 1977 : 155) (tableau 4). BM 535 (384 ± 45 BP) soit 1451/1624 AD. On y exhuma aussi une fusaïole, non publiée, qui ne peut qu’être postérieure au XIe siècle, date à laquelle ce type de matériel est attesté pour la première fois en Afrique de l’Ouest (Bedaux 1993 : 456-463). Cette cohabitation entre sculptures, fusaïoles et charbons récents est plus certainement révélatrice d’une stratigraphie perturbée du site de Katsina Ala (Calvocoressi et David 1979 : 10, note 51) que d’une perduration de la culture nok jusqu’au milieu du deuxième millénaire de notre ère.

Tableau 4 - Date 14C obtenue pour le site de Katsina Ala

Tableau 4 - Date 14C obtenue pour le site de Katsina Ala

Yelwa : un site de la culture nok ?

  • 15 Le plus célèbre est Frank Willett, 1986, p.87-100 mais cette hypothèse en a séduit bien d’autres.

19Certains auteurs15, attachés tout au long de leur carrière à « construire » une histoire des arts nigérians sont aussi, très logiquement, les fervents défenseurs d’une filiation culturelle entre l’art Nok et celui d’Ifé, procurant ainsi à ce dernier une origine africaine, autrefois contestée. Toujours en quête d’arguments pour « combler » les siècles qui les séparent, ils ont trouvé dans le site de Yelwa (Priddy 1970 : 33-42), fouillé à plusieurs reprises, un intermédiaire chronologique précieux puisque les quatre échantillons testés s’échelonnent entre 1850 ± 115 BP et 1310 ± 110 BP (tableau 7). Ainsi, le site de Yelwa est considéré, depuis, comme un « appendice » tant géographique que chronologique de la culture nok. Pourtant, ni les confrontations iconographiques et stylistiques entre les sculptures découvertes à Yelwa et celles du corpus nok ni les datations ne montrent de concordances réellement convaincantes.

20Si, pour certains, la question de l’appartenance du site de Yelwa à la culture nok reste toujours posée, des parentés formelles, encore peu exploitées, pourraient être établies entre les sculptures de Yelwa, celles découvertes dans les environs de Zaria (Leggett 1969 : 26-34 ; Norris et Perry 1972 : 103-107) et celles récemment apparues sur le marché de l’art provenant, sans doute, du nord du Nigéria. Ces rapprochements, encore balbutiants, offrent de nouvelles directions de recherche et pourraient, peut-être, contribuer à une meilleure perception de l’organisation spatio-temporelle des cultures du centre et du nord du Nigéria et des régions frontalières.

Les dates obtenues par la méthode de la thermoluminescence

Les datations du Laboratoire d’Oxford (tableau 5)

Tableau 5 - Récapitulatif des datations thermoluminescence

Tableau 5 - Récapitulatif des datations thermoluminescence

1 : l’âge calendaire de la tête de Jemaa (échantillon B) est calculé à partir de la date « thermoluminescence » à laquelle il faut soustraire 1970. L’âge calendulaire des autres échantillons est calculé à partir de la date « thermoluminescence » à laquelle il faut soustraire 1975.

Tableau 6 - Tableau récapitulatif des 11 dates 14C obtenues sur les sites de Taruga et Samun Dukiya et retenues dans le corpus chronologique de la culture nok.

Tableau 6 - Tableau récapitulatif des 11 dates 14C obtenues sur les sites de Taruga et Samun Dukiya et retenues dans le corpus chronologique de la culture nok.

Tableau 7 - Dates 14C obtenues pour le site de Yelwa

Tableau 7 - Dates 14C obtenues pour le site de Yelwa
  • 16 Fagg B., Fleming S.J., 1970, p.53-55. Le résultat de la datation est d 2570 ± 230 et l’on obtient l (...)

21La célèbre « tête de Jemaa » (figure 2) fut la toute première sculpture nok à subir ce test de datation par la méthode de la thermoluminescence16. Dans les années qui suivirent, le laboratoire de l’Université d’Oxford répéta l’expérience sur 22 nouveaux échantillons prélevés sur des sculptures en terre cuite ou des tessons associés à des sculptures, découverts au hasard des exploitations minières, lors de fouilles ou de prospections mais sortis de leur contexte archéologique depuis plusieurs années. Commanditées en particulier par B. Fagg et J.F. Jemkur, ces datations TL, qui évaluent la date de la dernière cuisson donc théoriquement celle de la fabrication, se devaient de préciser l’âge des sculptures, estimé jusqu’alors par des mesures 14C sur des éléments organiques prélevés dans leur environnement.

Figure 2 - Tête de Jemaa

Figure 2 - Tête de Jemaa

Musée de Jos (Nigéria)

22Compris entre le IXe siècle avant notre ère (échantillon B) et le VIe siècle après notre ère (échantillon Y), ces résultats satisfont pleinement les partisans d’une « chronologie longue ». Il nous faut, comme pour les datations 14C, discuter ces résultats.

23Les quatorze premiers échantillons analysés (A à Q) –tous prélevés sur des statuettes– proviennent de neuf sites différents (Nok, Jemaa, Katsina Ala, Maitumbi, Kawu, Taruga, Tudun Wada, Kagara et Ku-chamfa) parmi la vingtaine recensée. L’échantillonnage cherche, de toute évidence, à tester chronologiquement l’étendue du secteur géographique habituellement attribué à la culture nok puisque tous les sites périphériques comme Maitumbi, Katsina Ala et Kagara et le noyau Nok-Jemaa sont représentés. Les datations, qui s’échelonnent entre 2570 ± 230 et 1970 ± 170, confirment les onze dates 14C obtenues sur des charbons de bois trouvés sur les sites mais il n’apparaît pas de différences majeures entre les dates des sites périphériques et celles de Nok, Jemaa ou Taruga. L’ensemble des résultats présente une bonne homogénéité sur toute la deuxième moitié du premier millénaire avant notre ère avec une majorité de résultats (A à L) compris entre le VIe siècle et le IIIe siècle avant notre ère. Il faut, par ailleurs, souligner la parfaite concordance des dates obtenues sur les œuvres trouvées à Taruga (échantillons G, K et L, entre 2325 ± 255 / 2215 ± 170) et celles du site même (entre 2330 et 1986 en âge BP calibré) réalisées à partir de mesures 14C sur charbon de bois (tableaux 2 et 5).

  • 17 D. Calvocoressi et N. David ont montré qu’il existait une anomalie dans le calcul de l’âge calendai (...)

24Joseph Jemkur, archéologue nigérian et sa collègue anglaise, Angela Fagg-Rackam, cherchaient aussi à évaluer, grâce à la thermoluminescence, le degré de mélange des matériels dans les sites alluvionnaires, comme à Chado, ou « perturbés », comme à Katsina Ala mais aussi à trouver des éléments de réponses permettant d’expliciter une variété inhabituelle de style, dans un même site, comme à Ankiring (Jemkur 1986 : 166). Ils soumettent, alors, neuf échantillons prélevés sur des sculptures ou des tessons qui leur sont associés, provenant de Ankiring et de Chado17 (tableau 5), au laboratoire de thermoluminescence d’Oxford dirigé par le professeur Aitken. À la différence des quatorze premiers échantillons, ceux de Ankiring (échantillons R et S : 1720 ± 140 et 1580 ± 140) n’ont pas été directement prélevés sur les sculptures mais sur des fragments de poteries associés à une petite tête mise au jour par un ouvrier à la recherche de latérite pour l’entretien d’une route (Jemkur 1992 : 69-70 ; voir aussi Fagg B. 1990 : 139, photo n° 71). En l’absence de fouille, on peut légitimement se poser des questions sur l’origine précise de ces tessons. Sont-ils vraiment contemporains de la sculpture qui, quant à elle, appartient, sans l’ombre d’un doute, au style nok ?

25Les échantillons W, X et Y (1520 ± 130 / 1425 ± 130 / 1410 ± 135) de Chado, issus d’un contexte alluvionnaire, sont dans le même cas de figure que ceux de Ankiring. Il est clair que, dorénavant, lorsque des tessons sont associés à des sculptures en contexte alluvionnaire et en l’absence de données stratigraphiques et archéologiques précises, le résultat de la datation ne concerne que la pièce échantillonnée (tesson ou sculpture) et non pas le matériel trouvé aux alentours. Et ceci d’autant plus qu’en contexte alluvionnaire, les matériels entraînés par l’érosion ont pu être exposés auparavant à des doses d’irradiation variables qui ne peuvent pas être mesurées lors de l’analyse en laboratoire. Une erreur sur l’évaluation de la dose d’irradiation absorbée par l’objet, qui est une donnée fondamentale dans la méthode de datation par la thermoluminescence, entraîne de toute évidence un résultat inexact. Il est probable que les échantillons T, T1, U et X (1660 ± 190 / 1410 ± 135 / 1505 ± 140 / 1795 ± 170) de Chado, prélevés sur des sculptures (Jemkur 1992 : 69), dont l’authenticité n’est pas à remettre en question, sont dans ce cas de figure. Accepter ces datations reviendrait à « allonger » la durée de vie de la culture nok de plus de 500 ans.

26Cette lecture critique de l’ensemble des dates publiées permet, finalement, de retenir onze dates 14C (BM 532, BM 533, BM 534, BM 938, BM 940, BM 941, BM 942, I 3400, I 2960, I 1459 et I 4914) et quatorze dates TL (A à Q) recensées dans les tableaux 5 et 6. Les données 14C et TL se superposent, même si celles fournies par la méthode du radiocarbone offrent des mesures légèrement plus anciennes. Toutes méthodes de datation confondues, la culture nok se serait épanouie – en années calendaires – au Ier millénaire avant notre ère, approximativement entre le IXe siècle avant notre ère et le tout début de notre ère. Le site Nok de Taruga, dont l’occupation est située entre 2541 ± 104 BP et 2042 ± 126 BP doit être considéré comme un « étalon chronologique » qu’il nous reste à croiser avec les dix-sept nouvelles dates 14C que nous allons maintenant commenter.

Du charbon de bois comme source d’informations technique et chronologique

  • 18 Pour une thèse de doctorat à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne soutenue en septembre 2001.

27Issues des pillages intensifs qui sévissent depuis plus de dix ans, de nombreuses sculptures nok parviennent en Europe sans la moindre information archéologique. La constitution d’un corpus d’étude sur la statuaire nok18 nous a parfois offert la possibilité de prélever la couche archéologique, encore conservée dans la cavité des statues à leur arrivée en Occident, avant qu’elle ne soit évacuée et remplacée par un système de soclage. Ces prélèvements ont révélé la présence de charbon de bois dans de nombreuses sculptures. En fonction de leur taille et de leur emplacement dans la cavité des sculptures, les charbons de bois peuvent avoir deux origines : provenir de la couche archéologique environnante ou témoigner de la présence d’une structure de soutien au moment de la fabrication. Ils peuvent alors renseigner sur la technique de fabrication de certaines sculptures et fournir aussi, comme matière à datation, l’âge des œuvres et, de manière plus générale, la chronologie des styles de la culture nok.

Des charbons de bois provenant de la couche archéologique

28Les charbons sont, dans ce premier cas de figure, des morceaux lamellaires de petite, voire, de très petite taille (de l’ordre du millimètre). Ils sont situés plutôt au niveau des orifices, des cassures ou éparpillés en très petite quantité dans l’ensemble des sédiments contenus dans la sculpture.

  • 19 Environnement du lieu où se trouve préservée la sculpture après l’abandon ou la destruction du site

29Le charbon de bois aurait été introduit dans la sculpture avec les sédiments de remplissage, au moment de l’intégration de celle-ci dans la couche archéologique, un certain temps après son abandon ou lors de la destruction du site. Dans ce cas, le charbon de bois appartient à l’environnement taphonomique19 de la sculpture. Il peut être contemporain, plus récent ou même plus ancien (notamment dans les contextes alluvionnaires) que la période « d’utilisation » de la sculpture. Il faut aussi tenir compte du temps « d’utili-sation » comme du temps nécessaire après son « abandon » pour que l’œuvre se remplisse des sédiments. Analyser ce type de fragments de charbon, permettrait d’évaluer, dans le meilleur des cas, la date de l’abandon et de l’enfouissement de la sculpture. Plusieurs de nos échantillons appartiennent à cette catégorie mais leur analyse, qui requiert l’utilisation de la méthode de datation à l’aide d’un accélérateur de particules pour des raisons de quantité de matière, n’a pas été encore pratiquée parce que nous préférons privilégier les analyses réalisées sur les charbons de la seconde catégorie.

Des charbons de bois, fragments de systèmes d’armatures internes

30Protégés dans les anfractuosités intérieures des statues, ces morceaux de charbon de bois (figure 3), pouvant atteindre plusieurs centimètres de longueur, témoignent de la présence d’une armature de soutien en bois insérée dans certaines sculptures lors de leur fabrication. Au moment de la cuisson, l’ossature en bois, en atmosphère confinée pauvre en oxygène, carbonise, et fournit le charbon encore conservé dans certaines sculptures.

Figure 3 - Fragments de charbons retrouvés à l’intérieur d’une sculpture en terre cuite nok

Figure 3 - Fragments de charbons retrouvés à l’intérieur d’une sculpture en terre cuite nok

© C. Boullier

31Les charbons de bois retrouvés, par exemple, dans le creux d’un menton (figure 4), au niveau d’une épaule (figure 5), le long de la colonne vertébrale (figure 6) ou au centre de la cavité du buste et de la tête indiquent l’emplacement des points de soutien de l’ossature intérieure qui devait s’adapter à la position du personnage et aux faiblesses de la matière encore non cuite. Ainsi, la tête et sa position par rapport au buste déterminent la structure interne nécessaire, ce qui conduit à répartir les dix-sept sculptures, pour lesquelles le charbon de bois a été daté, en deux principaux ensembles.

Figures 4 à 6 : les zones hachurées ou en pointillés indiquent l’emplacement des charbons de bois dans la cavité de ces trois sculptures nok. À partir de ces emplacements, on peut alors tenter de reconstituer la position des armatures.

Figures 4 à 6 : les zones hachurées ou en pointillés indiquent l’emplacement des charbons de bois dans la cavité de ces trois sculptures nok. À partir de ces emplacements, on peut alors tenter de reconstituer la position des armatures.

Dessins B. Daux

32Le premier regroupe les personnages dont la tête se trouve dans l’axe du buste, c’est-à-dire deux femmes debout (figure 10, o et g) et une figuration d’oiseau (figure 10, p). S’y ajoutent cinq bustes (figure 10, k à m, s et j) dont deux féminins et cinq têtes, (figure 10, q, r, t, u et w) qui appartenaient à l’origine à des représentations debout, en génuflexion ou assises. La situation des charbons de bois dans la cavité suggère l’existence de deux axes : l’un horizontal (figure 5) entre les deux épaules et l’autre vertical, entre le sommet du crâne et la base, placé soit contre la colonne vertébrale soit dans le centre de la cavité (figures 5 et 6).

33Dans le second, les têtes (figure 4 et figure 10, h, i et v) fortement prognathes ou dolichocéphales appartenaient à des personnages figurés assis, le menton posé soit sur les bras croisés soit sur le genou droit (Boullier et Person 1999 : 98-113). Placés dans l’extrémité inférieure de la tête de la figure 4, au niveau du menton, les morceaux de charbons de bois étaient dispersés, en grand nombre, dans tout l’intérieur de la seconde tête (figure 10, v) ce qui plaide en faveur d’un tenon placé entre le bas du visage et la partie sommitale du crâne (figure 4). En l’absence d’autres indices, on peut envisager la présence d’une structure de soutien dans le reste du corps, peut-être proche de celle du premier. Simplement maintenus par l’argile, les tenons étaient peut être attachés entre eux aux intersections par des liens végétaux ou des gommes végétales puissantes telle la gomme arabique issue de l’acacia.

34Une figuration de « monstre » (figure 10 n), évoque une solution similaire à celle mise en œuvre pour les hommes assis bras croisés ou menton sur le genou mais l’absence de la tête, donc l’ignorance de sa conformation précise, rend toute hypothèse délicate.

35Ces hypothèses sur la présence et la forme des structures internes de soutien émises à partir d'indices fiables demandent toutefois à être étayées par des exemples plus nombreux, notamment pour tenter de comprendre s'il s'agit d'une pratique généralisée ou bien spécifique à un style, à une région ou à certains ateliers.

36Si la conservation des charbons de bois dans les cavités sans grande ouverture sur l’extérieur (personnages en génuflexion, assis, etc.) s’explique aisément, la question de leur présence et de leur conservation se pose pour les statues debout adoptant la forme d’une « colonne » (figure 10, o) dont la base évasée donne facilement accès à l’intérieur. Les restes calcinés d’armatures pouvaient être, en effet, aisément évacués après la cuisson et seules les profondes anfractuosités liées au modelage ou celles des coiffures permettraient leur préservation.

37Compte tenu des mensurations des divers fragments de sculptures ici concernés, les statues ne devaient pas mesurer moins de 50 centimètres de hauteur tandis que la plus grande atteignait sans doute 1 mètre environ. L’usage de structures de soutien en bois par les artistes « Nok », ne concerne, semble-t-il, que les sculptures creuses de grande taille.

38Ceci nous amène à rechercher à quel moment de la fabrication intervenaient les armatures. Dans le cas des sculptures dolichocéphales ou prognathes (figure 4 et figure 10(h, i et v)), la tête, probablement confectionnée séparément, devait recevoir son tenon juste avant que l’artiste ne la termine en fermant la boîte crânienne par sa partie sommitale. En témoignent des « bouchons » d’argile bien visibles à l’intérieur de nombreuses têtes. De la même manière, la charpente intérieure était installée dans les corps en cours de réalisation.

39En revanche, aucune trace d’ossature n’est attestée dans les membres qui adoptent pourtant, dans certaines iconographies, des attitudes nettement dégagées du corps dont les plus étonnantes sont les bras levés. L’épaisseur de leurs parois, souvent plus importante que pour le reste du corps, pourrait expliquer une réalisation technique ne nécessitant pas d’armature.

40La conception de sculptures toujours plus grandes, jusqu’à un mètre de hauteur environ, et les exigences iconographiques, que l’on suppose strictes, nécessitant un agencement complexe de volumes, devaient poser un certain nombre de problèmes techniques. L’étude des hommes assis bras croisés ou menton sur le genou nous a montré, par exemple, que les contraintes iconographiques ont une incidence technique et stylistique. L’artiste, en quête d’une « solution plastique » pour ces positions ne permettant pas toujours de respecter les proportions anatomiques, devait procéder à des déformations, en particulier au niveau de la tête, des membres et du cou. Ces déformations sont aussi régies par un souci de conserver l’équilibre des formes et la stabilité de la statue. En effet, l’allongement prononcé de la tête, participant à l’esthétique de l’ensemble, ne pouvait, semble-t-il, se concevoir, d’un point de vue technique, qu’en reposant sur le genou ou les bras.

41Si l’étude de la chaîne opératoire n’en est qu’à ses débuts, elle a déjà montré que l’art statuaire nok est une subtile combinaison entre choix esthétiques, projet iconographique, qualités de la matière et capacité technique des artistes.

Dix-sept nouvelles dates sur des œuvres hors contexte

42Quinze fragments d’armatures de soutien, ont été analysés à l’Université Pierre et Marie Curie (Laboratoire d’Océanographie Dynamique et Climatologie) et deux autres à l'Université d'Arizona. Les résultats sont répertoriés dans les tableaux 8a et 8b.

43La sélection des échantillons analysés ne suit pas une logique géographique – d’ailleurs très incertaine ; ce sont des critères iconographiques et stylistiques qui nous ont orientés mais en fin de compte seule la taille du morceau de charbon est réellement décisive parce qu’indiquant l’appartenance de celui-ci à une armature de soutien. Ce dernier critère sélectionne des œuvres « creuses », de grande ou moyenne taille. C’est donc une sélection par la technique de fabrication qui prévaut ici.

  • 20 Cette approche a été initiée par un des auteurs de cet article, Claire Boullier, en 1996 dans Les s (...)

44Le but de la datation des morceaux de charbon de bois est d’estimer l’âge des sculptures20, à l’âge du bois près, et de confronter les résultats obtenus aux données archéologiques chronologiques existantes et discutées précédemment, y compris avec celles de la métallurgie du fer au Nigéria. Pour faciliter cette confrontation, nous avons traduit sous forme graphique (Gasco 1985 : 108-111 ; Voruz 1995) l’ensemble des mesures réalisées par les différents laboratoires depuis le début des publications des datations sur ce sujet (figures 7 à 9). Il s’agit d’histogrammes cumulatifs pondérés dans lesquels la même surface est accordée à chaque date, de telle sorte que celles qui ont un petit intervalle de confiance – donc les plus précises – n’aient pas une part moins importante que les autres dans les pics de fréquence, mais, au contraire, qu’elles y jouent un rôle prépondérant. Pour plus de lisibilité, la présentation est ici sous forme de « poire » (Gasco 1985 : 108-111 ; Evin et Oberlin 1998 : 75-117) : l’axe chronologique, toujours porté en abscisse, est figuré ici de façon verticale pour que l’histogramme soit présenté avec son image « miroir » de part et d’autre de cet axe.

45Trois histogrammes ont été réalisés : deux se rapportent directement aux sculptures, soit en datant l’âge de la cuisson par la méthode de la thermoluminescence (figure 7 : 14 mesures, entre 2800 BP et 1800 BP), soit en datant par celle du radiocarbone l’âge de l’armature de soutien contenue dans la cavité (figure 8 : 15 mesures, entre 2700 BP et 2200 BP). Le dernier (figure 9) rend compte des onze données obtenues sur les sites de Taruga et de Samun Dukiya (entre 2600 BP et 1900 BP) permettant de visualiser le cadre chronologique de l’activité métallurgique du fer. Les histogrammes, dont il faut souligner l’homogénéité, montrent une bonne concordance chronométrique entre eux. L’histogramme réalisé à partir des dates obtenues sur les charbons de bois issus des armatures internes des sculptures est cohérent avec les deux autres, validant de ce fait nos hypothèses sur leur origine.

Figure 7 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates thermoluminescence pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures données de J.F. Jemkur 1986

Figure 7 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates thermoluminescence pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures données de J.F. Jemkur 1986

Représentation graphique des âges thermoluminescence des sculptures nok en terre cuite

Figure 8 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates 14C BP pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures, nouvelles données

Figure 8 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates 14C BP pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures, nouvelles données

Représentation graphique des âges 14C BP otenus sur des charbons de bois contenus dans les sculptures en terre cuite nok

Figure 9 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates 14C BP pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures, données de Burleigh 1977 et Jemkur 1984

Figure 9 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates 14C BP pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures, données de Burleigh 1977 et Jemkur 1984

Représentation graphique des âges 14C otenus sur les sites de Taruga et Samum Dukiya

46Si le recouvrement des histogrammes 7 et 9 est presque total, celui de la figure 8, tout en étant dans le même intervalle chronométrique compris entre 2700  BP et 2200 BP, est plus concis. Une première explication peut se trouver dans l’évolution des techniques de datation. En effet, les dates obtenues récemment sont accompagnées d’un intervalle de confiance bien plus resserré (entre ± 30 et ± 120 années) que celles qui ont été réalisées il y a plus de vingt ans. Elles apparaissent donc plus focalisées sur les histogrammes. De plus, les âges TL et radiocarbone mesurés sur le matériel des sites archéologiques dont la marge d’erreur, comprise entre ± 74 et ± 230 est particulièrement importante, provoquent une dilatation des histogrammes et donc un accroissement apparent de la durée de vie de la culture nok.

47Une deuxième explication pourrait, de ce fait, résider dans le matériel analysé lui-même. Le charbon de bois retrouvé dans les sculptures témoigne d’une technique de fabrication qui aurait pu être abandonnée au profit d’une autre ne faisant pas appel à l’insertion d’une armature de soutien ou encore la faisant intervenir mais dans un autre matériau que le bois, retirée après cuisson (cas des statues colonnes par exemple).

48Le fait que l’histogramme des dates 14C « archéologiques » (figure 9) soit plus étendu vers les périodes les plus récentes que celui des dates 14C « sculptures » (figure 8) peut également s’expliquer par une continuité d’occupation du site de Taruga après la fin de la production de la statuaire nok pour des raisons que seules de nouvelles fouilles archéologiques permettraient de mettre en évidence.

Tableau 8a - Datations 14C pratiquées par l’Université d’Arizona sur des charbons de bois conservés dans la cavité intérieure des sculptures hors contexte nok

Tableau 8a - Datations 14C pratiquées par l’Université d’Arizona sur des charbons de bois conservés dans la cavité intérieure des sculptures hors contexte nok

Tableau 8b - Datations 14C pratiquées par le LODYC sur des charbons de bois conservés dans la cavité intérieure des sculptures hors contexte nok

Tableau 8b - Datations 14C pratiquées par le LODYC sur des charbons de bois conservés dans la cavité intérieure des sculptures hors contexte nok
  • 21 Laboratoire ASA (Alliance Science Art). Les résultats des datations et les photographies ont été pu (...)
  • 22 Programme : Calib 4.1.2, Quaterny Isotope Lab., 1998.

49Pour parachever l’argumentation chronologique, nous avons réalisé un quatrième graphique (figure 11), qui prend en compte toutes les datations réalisées à l’Université Paris VI et à l’Université d’Arizona, auquel nous avons rajouté, par souci de complétude, six datations obtenues sur charbons de bois contenus dans des sculptures en terre cuite (figure 10, a à f) et effectuées par un laboratoire privé travaillant exclusivement pour le marché de l’art21 (tableau 9). Les dates 14C sont incluses dans le référentiel calendaire après calibration22. Cependant, la forme en plateau de la courbe de calibration pose un problème dans l’intervalle entre 2400 et 2500 BP. Cet espace de temps, qui n’est donc que de 100 ans, passe à 400 ans en dates calibrées (entre 800 et 400 BC), ce qui englobe malheureusement une part importante de la chronologie de ces œuvres.

Figure 10 (a à w) - Vingt-trois sculptures nok dans la cavité desquelles les charbons de bois retrouvés ont pu être datés par la méthode du radiocarbone

Figure 10 (a à w) - Vingt-trois sculptures nok dans la cavité desquelles les charbons de bois retrouvés ont pu être datés par la méthode du radiocarbone

Collections privées ; dessins (a à d) : L. Garenne-Marot ; photos : droits réservés (e, f), C. Boullier (g à w)

Figure 11 - Graphique récapitulatif des nouvelles dates 14C

Figure 11 - Graphique récapitulatif des nouvelles dates 14C

Dessins et photos : cf. figure 10

Tableau 9 - Datations 14C réalisées sur du charbon de bois par le laboratoire ASA

Tableau 9 - Datations 14C réalisées sur du charbon de bois par le laboratoire ASA

50Malgré ces difficultés, au regard de ce dernier graphique il apparaît les points suivants :

  1. Nos nouvelles données s’insèrent dans celles de la bibliographie en renforçant le pôle le plus ancien de cette culture et en l’accentuant.

  2. Il est, de plus, remarquable que les dates sur armature de sculptures soient plus homogènes que celles obtenues sur les divers autres matériaux archéologiques. Elles se repartissent en trois séquences. La plus ancienne comporte quatre dates entre le IXe et le VIIIe siècle avant notre ère, la plus récente huit dates entre le Ve et le IVe siècle, même si certains intervalles de confiance conduisent jusqu’au VIIIe siècle et un domaine intermédiaire avec deux dates comprises entre le VIIIe et le VIe siècle.

  3. De ce fait, les nouvelles datations obtenues proposent une vision plus proche de la réalité chronologique de la production artistique que les ancien-nes, qui ne doivent pas, pour autant, être écartées de nos bilans. À la lumière de ces dix-sept nouvelles dates la culture nok – telle qu’elle est perçue par son art – se serait éveillée au tout début du premier millénaire avant notre ère, c’est-à-dire aux environs du IXe siècle avant notre ère (de 2700 à 2600 BP) pour « disparaître », tout au moins de nos graphiques, entre le IIIe ou le IIe siècle avant notre ère environ (de 2200 à 2000 BP).

Conclusion

51La sauvegarde des sites de la culture nok n’est pas encore assurée. Piller les œuvres d’art produites par ces cultures détruit à jamais les sites qui les contenaient et les sépare définitivement de leur contexte précis, les rendant ainsi incapables de répondre à toute interrogation sur leur sens.

52En accord avec la National Commission for Museums and Monuments du Nigeria nous avons tenté d’avoir à la fois une vision globale des œuvres dites Nok qui « circulaient », d’appliquer les outils rigoureux de l’histoire de l’art à un corpus d’un millier d’œuvres environ et ceux du géochimiste sur chaque œuvre et fragment d’œuvre entr’aperçus (Boullier 2001).

  • 23 C. Boullier, 1996. Il s’agit d’un DEA en Histoire de l’Art soutenu à l’Institut d’Art et d’Archéolo (...)

53La rigueur de la démarche dans le protocole de prélèvement, dans l’analyse des échantillons, dans l’analyse des résultats ponctuels puis dans la confrontation de ces résultats avec l’ensemble des données archéologiques disponibles a été reconnue dès que des premières conclusions furent rendues publiques, dans un cadre strictement universitaire23. Cette démarche n’a rien à voir avec ce qu’en ont fait très vite –sans citer précisément son origine– les acteurs du marché de l’art : publier des dates sans que le protocole de leur obtention en soit rendu public, sans évoquer les « pièges » successifs tendus au chercheur par chaque œuvre et cela dans le seul dessein de valoriser –en termes de marché– authenticité et âge d’œuvres dénudées par ce même marché.

54Rigueur de l’approche « archéométrique » et rigueur de l’approche stylistique permettent désormais d’en finir avec l’image tout à fait impensable – sauf à en revenir à une vision statique des sociétés africaines – d’une culture nok qui se serait épanouie pendant presque deux millénaires. Nettement plus ancienne que ne pouvait le concevoir Bernard Fagg à la fin des années 70, elle semble désormais résolument ancrée dans l’ensemble du millénaire qui a précédé notre ère. De plus, datations et études stylistiques précises permettent de commencer à pouvoir envisager des regroupements de styles, voire des approches régionales.

55Mais il va sans dire que toute cette démarche, rendue désespérément nécessaire par l’impératif intellectuel de ne pas accepter de voir des témoins de culture être transformés en objets voués à la décoration ou à la contemplation en en extirpant les informations qu’ils portent encore en eux-mêmes, doit être confortée et développée par une approche archéologique classique qui nous permettra enfin de parler d’hommes, de sociétés, qui furent créatifs à la fois dans le domaine de l’art et dans celui de la métallurgie. Entreprendre de nouvelles campagnes de fouilles dans la continuité des travaux de Joseph Jemkur par exemple.

Haut de page

Bibliographie

Aitken T. R. (1964) - Thermoluminescence dating of ancient ceramics. Nature, n°202, p. 1032.

Barendsen G.W., Deevy E.S., Gralenski L.J. (1957) - Yale natural radiocarbon measurements III. Science, 126, p. 908-919.

Bedaux R.M.-A. (1993) - Les plus anciens tissus retrouvés par les archéologues, Vallées du Niger, Paris, Bamako, Ouagadougou, Lagos, Niamey, Nouakchott, Conakry, R.M.N., p. 456-463.

Bitiyong Y. (1993) - Culture Nok, Nigéria. Vallées du Niger, Paris, Bamako, Ouagadougou, Lagos, Niamey, Nouakchott, Conakry, R.M.N., p. 393-414.

Boullier C. (1996) - Les sculptures en terre cuite de style Nok: approche pluridisciplinaire. Mémoire de D.E.A., Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne.

Boullier C. (2001) - Recherches méthodologiques sur la statuaire en terre cuite africaine : application à un corpus de sculptures archéologiques - en contexte et hors contexte - de la culture nok (Nigéria). Thèse de doctorat, Université Paris I - Panthéon Sorbonne.

Boullier C., Person A. (1999) - La statuaire masculine Nok. Iconographie des personnages assis. Le Monde de l’Art Tribal, Eté-Automne, p. 98-113.

Burleigh R., Hewson A. Meeks N., (1977) - British Museum Natural radiocarbon measurements IX, Radiocarbon, vol. 19, n°2 p. 153-155.

Calvocoressi D., David D. (1979) - A new survey of radiocarbon and thermoluminescence dates for west Africa. Journal of African History, vol. 20, n°1, p.1-19.

Evin J., Oberlin C. (1998) - La méthode de datation par le radiocarbone, La datation en laboratoire, Paris, édité par Jacques Evin, Georges-Noël Lambert, Loïc Langouet, Philippe Lanos, Christine Oberlin, éditions Errance, p. 75-117.

Fagg A. (1972) - A preliminary report on an occupation site in the Nok valley, Nigeria : Samun Dukiya, AF/70/1. West African Journal of Archaeology, Vol. 2, p. 77.

Fagg B. (1956) - The Nok culture. West African Review. December, p. 1083-1087.

Fagg B. (1959) - The Nok culture in Prehistory. Journal of the Historical Society of Nigeria, Vol.1, n°4, p. 291.

Fagg B. (1962) - The Nok terracottas in West African Art History. Actes du IVe congrès panafricain de Préhistoire. Tervuren, section III, p.445-450.

Fagg B. (1965a) - Carbon dates for Nigeria. Man. January-February, p. 22-23.

Fagg B. (1965b) - Radiocarbon dating of the Nok culture, Northern Nigeria. Nature, January 9, vol. 205, p. 212.

Fagg B. (1977) - Nok Terracottas. Lagos et London, The Nigerian Museums et Ethnographica.

Fagg B. (1990) - Nok Terracottas. Lagos et London, The National Commission for Museums and Monuments, Nigéria et Ethnographica.

Fagg B., Fleming S.J. (1970) - Thermoluminescence dating of a terracotta of the Nok culture, Nigeria. Archeometry, 12, p. 53-55.

Gasco J. (1985) - Histogramme et dates radiocarbone., Bulletin de la Société Préhistorique Française. Tome 82, fascicule 4, p. 108-111.

Grunne B. de, (1998) - Naissance de l’art en Afrique Noire. La statuaire Nok au Nigeria, Paris, A. Biro.

Jemkur J.F., (1986) : Recent results of the thermoluminescence (T.L.) : tests on Nok terracottas and sherds. West African Journal of Archeology, 16, p.165-168.

Jemkur J.F. (1992) - Aspects of the Nok culture. Zaria, Ahmadu Bello University Press Ltd.

Leggett J. (1969) - Former hill and inselberg settlements in the Zaria district. The West African Archeological Newsletter, n°11, p. 26-34.

Mauny R. (1961) - Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen âge. Dakar, Mémoire de l’IFAN, 61.

Norris M.W., Perry S.H. (1972) - Terracotta figurines from near Zaria, Nigeria. West African Journal of Archaeology, 2, p. 103-107.

Paris F., Person A., Quéchon G., Saliège J.F. (1992) - Les débuts de la métallurgie au Niger septentrional (Aïr, Azawagh, Ighazer, Termit). Journal de la Société des Africanistes, 62, 2, p. 55-68.

Priddy A.J. (1970) - RS 63/32 : an iron age site near Yelwa, Sokoto province : preliminary report. West African Archeological Newslettter, n°2, p. 33-42.

Quéchon G. (1995) - La fin du néolithique et les débuts de la métallurgie dans le massif de Termit (Niger) : éléments de méthodologie. Milieux, Sociétés et Archéologues, ORSTOM-Karthala, p. 303-312.

Shaw T. (1978) - Nigeria - Its archeology and early history. London, Thames and Hudson.

Shaw T. (1981) - The Nok sculptures of Nigeria. Scientific American, Vol. 244, (2), p. 114-123.

Voruz J.-L. (1995) - Chronologie absolue de la fin du néolithique dans le bassin rhodanien, Chronologies néolithiques de 6000 à 2000 avant notre ère dans le bassin rhodanien. Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19 et 20 septembre 1992. Édité par Jean Louis Voruz, Edition de la société préhistorique rhodanienne.

Willett F. (1971) - Ifé, une civilisation africaine. Paris, Jardin des Arts, Tallandier.

Willett F. (1986) - A missing millenium from Nok to Ife and beyond. Arte in Africa. Reality and perspective in a study of the history of African arts, p. 87-100.

Willett F. (1990) - L’art Africain, Paris, Thames and Hudson.

Haut de page

Notes

1 Nok est un petit village de la province de Zaria d’où provient le premier objet attribuable à cette culture : une tête anthropomorphe découverte en 1928 par des mineurs dans les alluvions exploitées pour l’étain et ayant retenu l’attention du colonel J. Dent Young.

2 Fagg B., 1977, Shaw T., 1981, p.114-123, Jemkur J.F., 1986, p.165-168 et Jemkur J.F., 1992, Bitiyong Y., 1993, p. 393-414, Boullier C., 1996 et Boullier C., 2001.

3 Dans cet article, la chronométrie correspond à l’acquisition de mesures 14C à partir des charbons archéologiques ou à l’acquisition de mesures de thermoluminescence à partir de céramiques archéologiques. La chronologie est la comparaison des dates obtenues à partir de ces mesures 14C après calibration et des dates thermoluminescence incluses dans un cadre référentiel calendaire.

4 W.F. Libby est récompensé par le Prix Nobel de Chimie en 1950 pour la découverte de la méthode de datation par le 14C. Les premières applications pour la datation des œuvres d’art se situent au début des années 50, la méthode est ensuite rapidement appliquée à des charbons de bois, des bois calcinés, des bois avec des écorces adhérentes découverts sur des sites de la culture nok. Les premiers résultats sont publiés en 1957 dans Barendsen et al, 1957, p.908-919.

5 La calibration ancienne (1982) de la date I 2960 telle qu’elle est publiée dans l’ouvrage de Frank Willett, 1990, p.68 est de 440 ± 140 BC ; elle est donc bien dans le créneau chronologique établi par Bernard Fagg mais les calibrations plus fines et plus récentes la situent entre 604/372 BC (63%) et 763/618 BC (37%), âge calibré à 1 sigma, cf. Tableau 1.

6 La lettre qui précède le numéro de la datation permet d’identifier le laboratoire ainsi « I » désigne Isotope Incorporation of Westwood, New Jersey, « Y » celui de Yale, « BM » celui du British Museum de Londres, « N » Institute of Physical and Chemical Research de Tokyo et « Pa » le Laboratoire d’Océanographie Dynamique et Climatologie de Paris.

7 Pour illustrer ce propos, citons Bernard Fagg, 1962, p.445 : « [...] bearing in mind the probability that the introduction of iron working is unlikely to have reached the area before 500 B.C. »

8 Shaw T., 1978, p.82 : « The iron-smelting furnaces of Taruga, dated to around the fourth century BC, are the oldest so far discovered in West Africa ».

9 Shaw T., 1978 : il intitule un de ses chapitres (p.69-88) “ The first metallurgists ”.

10 Les premières applications de la TL à des céramiques archéologiques remontent au début des années 60 : Aitken T. R., 1964, p.1032. La tête de Jemaa est une des toutes premières œuvres datées par cette technique : Fagg B., Fleming S.J., 1970, p.53-55

11 Pour la commodité du travail, les dates seront discutées en années conventionnelles « BP » telles qu’elles ont été publiées c’est-à-dire en âges 14C non calibrés.

12 Barendsen et al., 1957, p. 916.

13 L’expression ‘charbon pollué’ est communément employée lorsque le résultat d’une datation 14C n’est pas celui attendu... Les causes d’un résultat erroné peuvent être multiples mais certaines reviennent plus souvent. Ce peut être une trop petite quantité de carbone, la présence de particules organiques provenant des paléosols non contemporains dans le charbon ou un échantillon issu d’une stratigraphie perturbée.

14 Un objet en terre cuite, identifié comme un fragment de pipe, fut découvert dans la couche 3, laquelle est datée par l’échantillon I.1459, 2230 ± 120 BP : Calvocoressi D., Nicholas D. 1979, p. 10, note 51. L’usage des pipes et du tabac n'est attesté en Afrique qu’à partir de 1600 ap. J.-C. : Mauny R., 1961, p. 59. Si l’identification d’une pipe se confirmait, les stratigraphies de Taruga seraient, au moins en partie, perturbées.

15 Le plus célèbre est Frank Willett, 1986, p.87-100 mais cette hypothèse en a séduit bien d’autres.

16 Fagg B., Fleming S.J., 1970, p.53-55. Le résultat de la datation est d 2570 ± 230 et l’on obtient l’âge calendaire en soustrayant 1970 ce qui donne 600 ± 230 BC. Cette date se révèla trop ancienne au regard du créneau chronologique établi par B. Fagg qui préféra publier la date erronée de « 500 BC » (Fagg B., 1990, p.20).

17 D. Calvocoressi et N. David ont montré qu’il existait une anomalie dans le calcul de l’âge calendaire des dates de Chado. Elles n’ont donc pas pu être publiées dans leur étude de 1979 ; Fleming, du Laboratoire d’Oxford, s’y était d’ailleurs opposé : Calvocoressi D., David D., 1979, p.10, note 51.

18 Pour une thèse de doctorat à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne soutenue en septembre 2001.

19 Environnement du lieu où se trouve préservée la sculpture après l’abandon ou la destruction du site.

20 Cette approche a été initiée par un des auteurs de cet article, Claire Boullier, en 1996 dans Les sculptures en terre cuite Nok : approche pluridisciplinaire. Mémoire de DEA, p. 62-64 et a été reprise depuis par d’autres auteurs cf. Grunne (de) B., 1998.

21 Laboratoire ASA (Alliance Science Art). Les résultats des datations et les photographies ont été publiées dans : Grunne (de) B., 1998, p.115. Il faut toutefois préciser que les méthodes de prélèvements, qui nécessitent la plus grande rigueur, ne sont pas connues et l’on ne peut pas exclure que l’analyse porte sur des morceaux de charbon de bois sans lien avec les armatures de soutien. Sans ces précisions indispensables, nous ne pouvons pas, actuellement, leur accorder le même crédit qu’aux dix-sept autres.

22 Programme : Calib 4.1.2, Quaterny Isotope Lab., 1998.

23 C. Boullier, 1996. Il s’agit d’un DEA en Histoire de l’Art soutenu à l’Institut d’Art et d’Archéologie de l’université de Paris I - Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-1.png
Fichier image/png, 993k
Titre Figure 1 - Carte de répartition des sites de la culture nok (d’après B. Fagg 1977)
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Tableau 1 - Dates 14C obtenues pour le site de Nok
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 2 - Dates 14C obtenues pour le site de Taruga
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Tableau 3 - Dates 14C obtenues pour le site de Dukiya
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 4 - Date 14C obtenue pour le site de Katsina Ala
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 5 - Récapitulatif des datations thermoluminescence
Légende 1 : l’âge calendaire de la tête de Jemaa (échantillon B) est calculé à partir de la date « thermoluminescence » à laquelle il faut soustraire 1970. L’âge calendulaire des autres échantillons est calculé à partir de la date « thermoluminescence » à laquelle il faut soustraire 1975.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau 6 - Tableau récapitulatif des 11 dates 14C obtenues sur les sites de Taruga et Samun Dukiya et retenues dans le corpus chronologique de la culture nok.
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Tableau 7 - Dates 14C obtenues pour le site de Yelwa
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 2 - Tête de Jemaa
Crédits Musée de Jos (Nigéria)
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Figure 3 - Fragments de charbons retrouvés à l’intérieur d’une sculpture en terre cuite nok
Crédits © C. Boullier
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Figures 4 à 6 : les zones hachurées ou en pointillés indiquent l’emplacement des charbons de bois dans la cavité de ces trois sculptures nok. À partir de ces emplacements, on peut alors tenter de reconstituer la position des armatures.
Crédits Dessins B. Daux
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Crédits Dessins B. Daux
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Crédits Dessins B. Daux
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 7 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates thermoluminescence pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures données de J.F. Jemkur 1986
Légende Représentation graphique des âges thermoluminescence des sculptures nok en terre cuite
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 8 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates 14C BP pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures, nouvelles données
Légende Représentation graphique des âges 14C BP otenus sur des charbons de bois contenus dans les sculptures en terre cuite nok
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 9 - Histogramme additionnant par classes de 50 ans les dates 14C BP pondérées selon l’intervalle de confiance des mesures, données de Burleigh 1977 et Jemkur 1984
Légende Représentation graphique des âges 14C otenus sur les sites de Taruga et Samum Dukiya
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Tableau 8a - Datations 14C pratiquées par l’Université d’Arizona sur des charbons de bois conservés dans la cavité intérieure des sculptures hors contexte nok
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 8b - Datations 14C pratiquées par le LODYC sur des charbons de bois conservés dans la cavité intérieure des sculptures hors contexte nok
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 10 (a à w) - Vingt-trois sculptures nok dans la cavité desquelles les charbons de bois retrouvés ont pu être datés par la méthode du radiocarbone
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Crédits Collections privées ; dessins (a à d) : L. Garenne-Marot ; photos : droits réservés (e, f), C. Boullier (g à w)
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 826k
Titre Figure 11 - Graphique récapitulatif des nouvelles dates 14C
Crédits Dessins et photos : cf. figure 10
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Tableau 9 - Datations 14C réalisées sur du charbon de bois par le laboratoire ASA
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/3982/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Boullier, Alain Person, Jean-François Saliège et Jean Polet, « Bilan chronologique de la culture nok et nouvelles datations sur des sculptures »Afrique : Archéologie & Arts, 2 | 2003, 9-28.

Référence électronique

Claire Boullier, Alain Person, Jean-François Saliège et Jean Polet, « Bilan chronologique de la culture nok et nouvelles datations sur des sculptures »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 2 | 2002-2003, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/3982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.3982

Haut de page

Auteurs

Claire Boullier

Alain Person

Articles du même auteur

Jean-François Saliège

Jean Polet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search