Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Résumés de thèses et mémoiresCommunautés villageoises néolithi...

Résumés de thèses et mémoires

Communautés villageoises néolithiques des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie)

Sylvie Amblard-Pison
p. 119-121

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat d'État ès lettres et Sciences Humaines soutenue le 10 décembre 1999
Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne
Direction : Roger Joussaume

Texte intégral

1En Mauritanie sud-orientale, dans la région actuellement aride du Hodh, l'abondance des vestiges de populations préhistoriques frappe d'autant plus au vu du vide démographique actuel. Plus de 400 villages aux murs de pierres sèches y ont été construits, entre 4000 et 2000 ans BP, sur le rebord et les pentes des Dhars (falaises) de Tichitt et de Oualata, vaste hémicycle de quelque 500 kilomètres de long. Pourtant, dans la seconde moitié de l'Holocène, les conditions d'humidité de cette région n'étaient pas aussi optimales que celles qui leur furent longtemps assignées et l'aridité déjà forte, comme l’ont montré les recherches menées conjointement avec Alain Person et Nour Eddine Saoudi. Le paysage s'assimilait alors à un immense champ de dunes s'étendant de part et d'autre du rebord de la falaise et du Baten, couloir restreint au pied des Dhars. Grâce à un système hydrologique original lié à la présence de la falaise, cette région a constitué néanmoins une zone refuge pour les populations d'un Sahara méridional soumis, à la même époque, à des conditions climatiques globales précaires. Eaux météoriques et surtout eaux de résurgence étaient présentes, à la faveur du battement des nappes phréatiques, sous forme de sources, de mares et de lacs. Ces ressources aquatiques ont permis aux hommes de vivre nombreux pendant deux millénaires. Les données radiocarbones indiquent que l'occupation en villages s'est effectuée simultanément en divers points des Dhars. Elles confirment également que d'autres hommes ont vécu aux mêmes périodes dans le Baten, sans délimiter en matériaux lourds leur habitat. Aux côtés des divers éléments archéologiques, ces données 14C font perdre par ailleurs toute valeur chronologique aux phases d'occupation des Dhars établies par le passé par d'autres auteurs.

2Ces villages forment un ensemble exceptionnel où la même tradition s'observe dans les techniques architecturales, la morphologie des habitats et structures de stockage, l'outillage lithique, les récipients en céramique et les manifestations artistiques. De nombreuses variantes existent tant dans les mesures de superficie de l'ensemble de l'agglomération que dans celles des concessions qui la composent. La répartition des grands, moyens et petits villages le long des Dhars apparaît homogène. L'habitat groupé reste le plus fréquent. Il existe cinq grandes agglomérations de plus de 250 concessions et trois d'entre elles sont également les plus étendues. Réparties de façon régulière sur les Dhars, elles ont pu jouer ainsi, par leurs dimensions tant spatiales qu’humaines, voire « politiques », le rôle de pôles attractifs aux mêmes périodes ou à des périodes différentes.

3Généralement de forme circulaire ou sub-circulaire, ces villages regroupent des concessions. Le plus souvent aires d’occupation familiale, leur répartition, la diversité de leurs dimensions, forme et contenu sont néanmoins signes de modalités d’occupation différentes. Elles sont délimitées par des murs épais en pierres sèches percés d'une ou plusieurs portes, fréquemment à seuil. Les concessions sont isolées ou, le plus souvent, regroupées en îlots, séparés par des zones de passage non aménagées, des rues ou des places. Certains villages ne sont composés que de maisons disposées de telle sorte qu'elles laissent supposer l'existence de clôtures en matériaux périssables délimitant jadis des concessions. La plupart des concessions renferme en nombre variable des maisons aux bases circulaires en pierre et des greniers sur pilotis, à l’exemple de ceux qui existent à l'heure actuelle en Afrique. Les vestiges de ces greniers néolithiques, correspondant le plus souvent à 3 rangées de 3 pierres dressées, avaient jadis été attribués aux habitations des villageois. Parmi les éléments essentiels qui vont à l'encontre d'une utilisation en habitation de ces structures monolithiques figurent leur surface au sol, beaucoup trop réduite, et la faible hauteur des supports.

4Quelques villages comportent des abris sous-roche, limités au sol par des murets en pierres sèches. Le sol de la cour de la concession est jonché des témoins de la vie quotidienne de leurs habitants : céramique et matériel de broyage y abondent. Dans certains villages, de petits jardins turriformes ceints de pierres y ont été aménagés aux fins de culture, à l'instar de ce que l'on observe chez les actuels Dogon du Mali. À la périphérie du village, voire réparties entre les concessions habitées, se trouvent d'autres concessions vierges de vestiges anthropiques. Ces espaces protégés, clos de murs, considérés jusqu’alors comme parcs à bétail, sont en fait des jardins et des champs. Leur sol résulte d'un transport de sédiments argilo-limonneux lacustres remontés du Baten par les villageois comme en témoignent, aux côtés des données archéologiques, les résultats d’analyses sédimentologiques et micropaléontologiques. Ces divers éléments attestent la sédentarité de ces populations qui pratiquaient l'élevage et cultivaient le mil en des espaces aménagés.

5Certains villages montrent dans leur architecture (murs d'enceinte, murs de défense) et leur implantation topographique un caractère défensif certain. Plusieurs hypothèses ont été émises pour expliquer ce voisinage de villages défensifs aux côtés d'habitat de type «ouvert». Le dynamisme de ces communautés villageoises est souligné par le caractère évolutif du village. Agrandissements et modifications des plans et réseaux de circulation interne témoignent de changements dans le nombre et la structure de sa population.

6L'industrie lithique des villageois, mises à part quelques pièces typiques du Hodh, se rattache à celle de l'ensemble du Sahara méridional néolithique. Elle a été façonnée essentiellement sur éclat à partir des matières premières locales. Parmi les diverses techniques utilisées, deux apparaissent originales ; elles ont permis la réalisation de grattoirs et petits éclats très résistants et coupants, obtenus par percussion bipolaire sur enclume de galets de quartz, et d'armatures de flèches polies. Le petit outillage, de faibles dimensions, comporte grattoirs, perçoirs, pièces à coche(s), rares racloirs, burins et microlithes géométriques. Aux vingt-cinq types de têtes de flèche identifiés (triangulaires avec ou sans pédoncule, foliacées et ankyroïdes) s'ajoutent des pièces polies, les armatures doucies, regroupant sept autres types. Haches et herminettes, polies (totalement ou partiellement) ou taillées, ont été fréquemment utilisées. Le matériel de broyage, très abondant et diversifié, témoigne de l'importance de l'élément végétal dans l'alimentation de ces populations. Le matériel de polissage comporte des pierres à rainures, aménagées pour la plupart sur des outils de broyage fracturés.

7L'outillage en os, peu fréquent (sans doute parce qu'il s'est mal conservé), mais varié, regroupe outils mousses, perforants et tranchants.

8Les récipients en céramique se caractérisent par des formes simples mais variées à l’intérieur même des villages. Les récipients à ouverture resserrée dominent aux côtés de formes à col ou à ouverture évasée. Ils se rattachent à la famille des récipients à fond rond, caractéristiques du Néolithique du Sahara méridional. S'y ajoutent des jarres, aux parois très épaisses dépassant parfois 20 mm. Les récipients sont abondamment décorés ; l'impression y reste la technique dominante et les peignes filetés et à dents les outils les plus utilisés. Le fort pourcentage de dégraissant végétal utilisé par les potiers a laissé à la surface des parois des récipients de nombreuses empreintes, dont celles de graines. Certaines d’entre elles ont permis d'attester la culture du mil Pennissetum dans la région dès les périodes les plus anciennes d'occupation en village. L’ancienneté de cette pratique indique, par ailleurs, clairement le caractère infondé du schéma d'un passage d'une économie de cueillette à une économie de production sur les Dhars, envisagé par P. Munson et repris depuis plus de trente ans par différents auteurs.

9Les manifestations artistiques sont marquées par la présence d'objets de parure (bracelets, perles, pendeloques) et de figurines zoomorphes en terre cuite. Les gravures rupestres, contemporaines de l'occupation en villages, sont réalisées toujours selon la même technique. Parmi les animaux représentés, les bovinés sont les plus fréquents. Des chars attelés à des bœufs se rattachent à ce groupe et soulignent l’utilisation diversifiée de ces animaux. Un grand bovin de 4,20 m de long sur 2 m de large reste exceptionnel par ses dimensions dans le corpus rupestre de l'Ouest saharien. Un groupe de gravures post-néolithiques, localisées en marge des villages, lui succédera ; les représentations, essentiellement des scènes de chasse, avec chevaux et chameaux parfois montés et chars attelés ou non à des chevaux, attestent de modes de vie tant économiques que sociaux très différents de ceux des villageois néolithiques.

10Le monde de la mort, dont la connaissance reste encore partielle, est matérialisé par des sépultures sans superstructure lithique et des monuments funéraires : tumulus simples, tumulus ceinturés par un ensemble de dalles, tumulus à cratère « fermé », tumulus à couloir et structures monumentales. Les nécropoles observées sur les Dhars, se trouvent essentiellement sur le Dhar Tichitt. Des coutumes funéraires apparaissent dans les attitudes et positions des corps et dans les types d'inhumations.

11La rareté de restes osseux suffisamment conservés dans les sépultures n’aide guère à résoudre le problème de l'identité anthropologique des villageois. Dans la région, l'absence de vestiges d'occupation humaine dans la première moitié de l'Holocène, malgré un milieu naturel plus favorable, conduit à envisager, pour l'instant, une origine extérieure. Des populations, vraisemblablement maliennes, venant de régions devenues inhospitalières du fait de l’assèchement des points d’eau vers 4000 BP, auraient ainsi investi cette zone-refuge des Dhars. Leur départ apparaît lié à l’impossibilité du milieu environnant de pouvoir nourrir des populations ne cessant de s'accroître. Plusieurs hypothèses ont été envisagées en ce qui concerne la direction prise alors par ces hommes : le Dhar Tagant, avec ses constructions villageoises que bien des caractères rattachent à ceux des Dhars Tichitt et Oualata, semble être la principale. Quant au problème de savoir si les descendants des villageois des Dhars Tichitt et Oualata ont fondé l'Empire de Ghana, il n'existe aucune preuve archéologique pour permettre de l'affirmer et un long hiatus de quelque dix siècles entre ces deux grands ensembles. Les populations du Dhar Tagant demeurent actuellement le seul élément de liaison possible entre eux.

12Sur les Dhars Tichitt et Oualata, le village constitue, au-delà de la somme de ses habitants, une collectivité organisée. Les ressources dont elle disposait lui ont permis de vivre de façon sédentaire en village surtout grâce au stockage des récoltes dans des greniers sur pilotis ; l'ancienneté de ces derniers s'avère pouvoir être contemporaine des premières occupations villageoises, comme en attestent les dates 14C calibrées. L'association de pratiques agricoles et de nombreux vestiges de stockage plaide en faveur d'une prise en charge par ces communautés de la gestion de leur environnement limité par les phénomènes naturels, à une époque particulièrement aride pour le reste du Sahara.

13En comparant avec les premiers villages construits d'Égypte et du Proche-Orient, le problème de la genèse même de ces habitats construits en pierre est posé. Dans le cadre des communautés villageoises des Dhars, le stockage de denrées alimentaires apparaît être à la base de ce concept de village construit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Amblard-Pison, « Communautés villageoises néolithiques des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie) »Afrique : Archéologie & Arts, 1 | 2001, 119-121.

Référence électronique

Sylvie Amblard-Pison, « Communautés villageoises néolithiques des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie) »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2023, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/4784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.4784

Haut de page

Auteur

Sylvie Amblard-Pison

UMR 8068 (TEMPS), MSH Mondes, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search