Skip to navigation – Site map

HomeNuméros19Éditorial

Éditorial

Emmanuelle Honoré and Sylvie Amblard-Pison
p. 9-10

Full text

1C’est avec une belle émotion que nous sommes heureuses de vous annoncer que l’intégralité de la revue Afrique : Archéologie & Art est désormais en accès libre sur le site d’OpenEdition Journals. L’année 2023 a permis d’achever cet effort de mise en ligne des premiers numéros, sortis à faible tirage et, pour certains, épuisés depuis plus de dix ans.

2Plus que jamais, nous poursuivons notre engagement pour une science libre en offrant un espace de publication en accès ouvert (voie diamant), gratuitement pour les lecteurs comme pour les auteurs. Depuis ses débuts en 2001, la revue Afrique : Archéologie & Arts est un lieu privilégié pour favoriser l’accès à la publication de jeunes chercheurs – en particulier de nos collègues d’institutions africaines –, qui ne peuvent pas se permettre de payer les frais de publication, souvent indécents, demandés par les revues de grands groupes de l’édition scientifique en ligne. Une fois de plus, ce nouveau numéro est l’occasion de mettre à l’honneur les recherches menées par nos collègues en Afrique – et en l’occurrence par des femmes –, avec deux des quatre grands articles de recherche publiés par Nourhan Moustafa (Égypte) et Alice Mezop Temgoua-Noumissing (Cameroun).

3Le numéro s’ouvre avec l’analyse, par Nourhan Moustafa, de gravures rupestres anthropomorphes féminines du désert occidental égyptien (région de Chufu), en grande partie inédites. Dans son corpus, constitué de 175 gravures, l’autrice distingue quatre grandes catégories. Le plus souvent de profil, ces figures présentent généralement des anatomies exagérées dans la partie inférieure du corps, montrant une obésité stéatopyge, voire une jupe volumineuse. Ces figures anthropomorphes féminines sont mises en relation avec les motifs environnants (notamment ceux dits « en montagne d’eau ») et comparées aux autres gravures de différents sites archéologiques du désert occidental d’Égypte.

4Le second article, d’Alice Mezop Temgoua-Noumissing, comble un vide géographique dans notre connaissance du mégalithisme au Cameroun. L’originalité de son étude dans cette partie du bassin de la Bénoué réside dans le fait qu’elle a été réalisée grâce à une série d’informateurs ; elle démontre ainsi qu’il est souvent possible de recueillir encore de nos jours des informations auprès des populations locales sur l’utilisation de ces mégalithes. Dans le corpus notable qu’elle dresse de sites actuels et subactuels, érigés depuis le début du xixe siècle, elle identifie trois types principaux de structures composites, avec ou sans accompagnement mobilier et végétal, en se basant sur l’organisation, le mobilier et donc les traditions orales ; ce dernier point est tout à fait exceptionnel, car il permet de comprendre ainsi leur usage.

5Dans le troisième article, Tomos Llywelyn Evans s’attache à mieux comprendre le contexte de dépôt, les récits oraux et le nombre de têtes grandeur nature en cuivre et alliage de cuivre découvertes dans le Wúnmníj̀ Compound à Ilé-Ifẹ̀ (Nigeria) en 1938. Son travail minutieux fait état de détails inédits extraits de diverses archives et de la littérature publiée, qui présente des divergences quant au nombre de ces têtes. Abondamment illustrés, ses écrits cherchent aussi à soutenir les efforts visant à localiser et à rapatrier les exemplaires manquants, à l’heure où les appels au rapatriement du patrimoine culturel nigérian dans les musées occidentaux et les collections privées se multiplient.

6Enfin, à partir d’une étude de cas particulière – celle d’un tambour ivoirien dit djidji ayôkwe – Julien Volper interroge la manière dont l’histoire d’une pièce dite mal acquise peut être présentée au grand public. Par ses interrogations et réflexions, tirées d’enquêtes originales et de la réévaluation d’une variété de sources (incluant des correspondances présentes dans les archives et des sources iconographiques), il place le débat sur les restitutions dans une phase de réflexion où le scientifique reprend le dessus sur l’instrumentalisation politique de l’émotionnel. Ces interrogations trouveront probablement un écho auprès de tout autre chercheur qui examine les questions interdépendantes de la provenance et des restitutions en ce qui concerne d’autres objets contestés dans les collections européennes et nord-américaines.

7Dans ce même numéro, Jean-François Breton rend hommage à Francis Anfray, dont la disparition laisse un grand vide chez les historiens et archéologues de l’Éthiopie ancienne. Puis, au sein de la rubrique « Actualités », Chloé Capel présente la revue Sources. Matériaux & terrains en études africaines. Encore peu investie par les archéologues, cette revue d’existence toute récente accueille des contributions dans le domaine des sciences humaines et sociales, avec un numéro spécial sur la photographie en 2023. Suit une sélection de travaux universitaires, soutenus en 2022/2023, qui souligne le dynamisme de la jeune génération d’archéologues : Léa Roth (France), Olanrewaju Lasisi (Nigéria) et Houénoukpo Samson Sébastien Tokannou (Dahomey).

8Enfin nous attirons l’attention des lecteurs sur un ouvrage paru récemment, Voir autrement, de Maureen Murphy, objet d’une recension par Agnès Lacaille, sur le 26e congrès de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA) qui s’est déroulé à Houston (USA), et sur le colloque Collections premières à Paris (France), dont Adrien Delvoye et Sarah Lakhal rendent compte en nos colonnes.

9Par ailleurs, cette année 2023 a également été celle de la réouverture du poste de maître de conférences en archéologie de l’Afrique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, poste gelé depuis deux années, et adossé à l’UMR 8068-TEMPS du CNRS, éditeur scientifique de la revue. Cette dynamique institutionnelle est une bonne nouvelle pour assurer un avenir pérenne à la revue Afrique : Archéologie & Arts, dont le nombre de lecteurs ne cesse de croître. C’est aussi le point de départ d’une réflexion à plus long terme sur nos moyens et nos ambitions face au nombre croissant d’articles soumis à la Rédaction.

10À l’heure où nous écrivons ces lignes, Tilman Lenssen-Erz vient de nous quitter, le 10 novembre 2023, après avoir lutté contre une longue maladie. Grand spécialiste de l’art rupestre – notamment de Namibie –, Tilman était un membre très actif du comité de lecture de la revue Afrique : Archéologie & Arts, et auteur en nos colonnes. Nous rendrons hommage à l’immense chercheur qu’il a été, dans le numéro 20, en 2024.

11Nous vous souhaitons une agréable découverte de ce numéro 19 et vous invitons à rejoindre les auteurs dans nos pages.

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuelle Honoré and Sylvie Amblard-Pison, “Éditorial”Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 9-10.

Electronic reference

Emmanuelle Honoré and Sylvie Amblard-Pison, “Éditorial”Afrique : Archéologie & Arts [Online], 19 | 2023, Online since 30 November 2023, connection on 14 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/aaa/4853; DOI: https://doi.org/10.4000/aaa.4853

Top of page

About the authors

Emmanuelle Honoré

Rédactrice en chef

By this author

Sylvie Amblard-Pison

Rédactrice en chef

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search