Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Analyse et typologie des «représe...

Analyse et typologie des «représentations féminines» préhistoriques dans l’art rupestre de la région de Chufu, Désert occidental égyptien

Version abrégée en français
Nourhan Moustafa
Traduction de Emmanuelle Honoré
p. 11-34
Cet article est une traduction de :
Analysis and Typology of prehistoric ‘female representations’ in the rock art of the Chufu region, Egyptian Western Desert [en]

Résumés

De nombreux témoins géologiques, environnementaux et archéologiques dans le Désert occidental égyptien indiquent le rôle important que le désert a joué dans le développement des cultures nilotiques, en particulier à la fin de la préhistoire. Le processus a commencé avec l’assèchement du désert vers 5 000 avant notre ère et s’est achevé avec la création du premier État égyptien. La région de Chufu abrite un nombre incalculable de pétroglyphes, incluant les représentations anthropomorphes féminines qui forment un groupe extrêmement important et intriguant. Cet article explore ces motifs dans leur ensemble régional, en appliquant des analyses statistiques, spatiales, stylistiques et contextuelles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Version abrégée en français. Pour les illustrations, se reporter à l’article original.

Texte intégral

1En raison de la richesse des sources archéologiques dans la région de Chufu, un vaste projet de fouilles systématiques a été lancé au début de l’année 2006, sous le nom de «Chufu 01/01 - Une station pharaonique dans le désert et son contexte dans l’archéologie du paysage». Il s’agissait d’un projet de collaboration entre l’Institut archéologique allemand (DAI) et l’Université de Cologne, financé par le Conseil allemand de la recherche (DFG). Ce projet de recherche s’est concentré sur le site principal de Chufu 01/01 et son environnement archéologique (Wagner & Heller 2012).

2En termes de style et de degré d’élaboration, le type le plus remarquable d’art rupestre préhistorique enregistré dans le désert occidental d’Égypte est le motif anthropomorphe dit féminin. Hans Winkler (1939) a été le premier à trouver, décrire et interpréter ces représentations dites de femme dans la partie orientale de l’oasis de Dakhla. Ces figures féminines sont le plus souvent représentées de profil, quelques-unes seulement en vue frontale. Elles sont généralement caractérisées par une partie supérieure du corps schématique composée d’une tête simple, d’un tronc en forme de bâton et de bras tronqués. Ces motifs présentent généralement des anatomies exagérées dans la partie inférieure du corps, montrant une obésité stéatopyge, ou peut-être une jupe volumineuse, parfois décorée de motifs géométriques (Winkler 1939 ; Berger 2008 ; Polkowski et al. 2013).

3L’autrice de cet article n’a pas participé au travail de terrain. Ainsi, cette recherche repose principalement sur la documentation et les photographies du projet « Chufu 01/01 ». Dans la région de Chufu, un corpus total de 181 représentations de femmes a été enregistré sur 31 sites d’art rupestre (fig. 1). Six de ces figures étant inaccessibles sur le site principal de Chufu 01/01, les résultats de cet article sont basés sur l’étude de 175 figures. L’autrice a effectué des analyses de distribution, des analyses statistiques et stylistiques. À l’addition, elle interprète les représentations de femmes en analysant leurs relations avec les motifs environnants. Enfin, l’auteur a réalisé une étude comparative entre les figures féminines de la région de Chufu et d’autres représentations provenant de différents sites archéologiques du désert occidental d’Égypte.

4L’autrice a classé les figures pour détecter le type le plus fréquent et examiner les combinaisons de traits anthropomorphes et sexuels (fig. 2). Pour être rattachée au type le plus fréquent, une représentation doit montrer au moins trois caractéristiques, dont des attributs anthropomorphes. Elle a fait une exception pour les représentations schématisées, fréquentes mais dépourvues d’attributs anthropomorphes. Ce système lui a permis de classer les « figures féminines » en quatre grandes catégories (fig. 3).

5En conséquence, le type le plus fréquent (type A : HBE) représente 36,57 % (n=64) du corpus. Il consiste en la combinaison suivante : tête, poitrine et fesses ou jupe proéminante. Vient ensuite le type au ventre bombé (type B : HBBbE) – qui consiste en la une combinaison suivante : tête, poitrine, fesses ou jupe proéminente, et ventre bombé – à 22,86 % (n=40). En troisième position, le type schématisé (type D), considéré comme une version simplifiée des figures féminines, représente 21,14 % (n=37). Enfin, le type C (HBPE), avec un appendice frontal, représente 4,57 % (n=8) (fig. 4). Ce type apparaît fréquemment aux côtés du type B (HBBbE).

6Sur la base d’une analyse contextuelle (tabl. 1), l’autrice émet l’hypothèse que l’artiste a préféré représenter les supposées figures féminines en groupe plutôt qu’isolées. Même si la combinaison de figures féminines avec divers animaux est volontaire et ne résulte pas d’une juxtaposition accidentelle, il n’est pas facile d’interpréter le sens ou le message véhiculé par celles-ci, d’autant plus qu’elles sont pour la plupart représentées dans une posture statique. L’analyse contextuelle montre également qu’un certain nombre des 27 méandres ou motifs de lignes en zigzag ont été enregistrés à proximité de figures féminines. De plus, 26,83 % (n=22) du corpus total des motifs de « montagnes d’eau » (Kuhlmann 2005) sont représentés à proximité de figures féminines.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/4896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nourhan Moustafa, « Analyse et typologie des «représentations féminines» préhistoriques dans l’art rupestre de la région de Chufu, Désert occidental égyptien »Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 11-34.

Référence électronique

Nourhan Moustafa, « Analyse et typologie des «représentations féminines» préhistoriques dans l’art rupestre de la région de Chufu, Désert occidental égyptien »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/4896 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.4896

Haut de page

Auteur

Nourhan Moustafa

nourhan.moustafa@pg.cu.edu.eg – Faculty of Archaeology, Cairo University, Giza (Egypt)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search