Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Un décompte des têtes en alliage ...

Un décompte des têtes en alliage de cuivre : contextualiser et expliquer les découvertes du site de Wúnmọníjẹ̀ Compound à Ilé-Ifẹ̀, Nigeria

Version abrégée en français
A Copper Alloy Head Count: Contextualising and Accounting for the Wúnmọníjẹ̀ Compound Discoveries of Ilé-Ifẹ̀, Nigeria
Tomos Llywelyn Evans
Traduction de Emmanuelle Honoré
p. 67-100
Cet article est une traduction de :
A Copper Alloy Head Count: Contextualising and Accounting for the Wúnmọníjẹ̀ Compound Discoveries of Ilé-Ifẹ̀, Nigeria [en]

Résumés

Les têtes grandeur nature en cuivre et en alliage de cuivre de Wúnmọníjẹ̀ Compound, Ilé-Ifẹ̀, Nigeria, ont stupéfié le monde de l’art lors de leur découverte en 1938. De facture fine et naturaliste, elles ont attiré l’attention des chercheurs qui ont soigneusement étudié leur technologie, leur style et leurs caractéristiques afin de mieux comprendre leur signification historique. Malgré cela, on sait peu de choses sur le contexte archéologique de ces objets ou sur les récits oraux locaux contemporains qui cherchaient à les expliquer. En outre, la littérature publiée présente des divergences quant au nombre de ces têtes en alliage de cuivre existantes. Cet article vise donc à démystifier cette situation. Il s’appuie sur des archives inédites pour éclairer le contexte archéologique de ces découvertes, documenter les récits locaux contemporains qui s’y rapportent et estimer le nombre probable de ces têtes. Ce faisant, l’article cherche à améliorer notre compréhension de l’importance historique des têtes et à soutenir les efforts visant à localiser et à rapatrier les exemplaires manquants.

Haut de page

Notes de la rédaction

Version abrégée en français. Pour les illustrations, se reporter à l’article original.

Texte intégral

1Cet article explore des preuves inédites provenant de plusieurs archives afin de mieux comprendre le contexte de dépôt, les récits oraux et le nombre estimé de têtes en cuivre et en alliage de cuivre découvertes sur le site de Wúnmọníjẹ̀ Compound à Ilé-Ifẹ̀, au Nigeria, en 1938 (fig. 1-3). Je passe d’abord en revue quelques-unes des principales interprétations scientifiques des têtes, de leur contexte et de leur utilisation, notamment les premières descriptions et analyses des têtes (Duckworth 1938a, 1938b ; Bascom 1938, 1939 ; Meyerowitz & Meyerowitz 1939 ; Braunholtz 1940 ; Murray 1941) – fig. 4-7. Ces travaux ont eu tendance à présenter les têtes comme des vestiges d’effigies royales ou d’enterrement secondaire (Fagg 1951 ; Cordwell 1953 ; Willett 1966, 1970 ; Lawal 1985, 2001 ; Abiodun 2014 ; fig. 8), des images commémoratives de chefs ou de fonctions exécutives (Blier 2017), des représentations commémoratives d’anciens souverains (Bascom 1939 ; Ogundiran 2020), et/ou d’importants objets de dévotion religieuse (fig. 9) se rapportant à des icônes royales ou de chefs utilisées pour des événements importants tels que l’intronisation (Blier 1985, 2012a, 2012b, 2017) et les rituels de purification (Drewal 1993, 2010 ; Drewal et al. 1989 ; Drewal & Schildkrout 2010a, 2010b) – voir le tableau 1 pour un résumé. Les chercheurs ont interprété le contexte du site de Wúnmọníjẹ̀ de plusieurs façons : soit comme un sanctuaire ruiné qui a provoqué l’inhumation des têtes, perdues en conséquence (Murray 1955 ; Willett 1967a, 1967b), soit une cache intentionnelle pour protéger les têtes pendant une période de conflit mais qui aurait été oubliée ensuite (Eyo 1974), ou encore une cache pour entreposer les têtes à l’abri des regards entre deux rituels annuels pendant lesquels elles auraient été temporairement sorties (Drewal 2010), comme résumé dans le tableau 2. Toutefois, les informations contextuelles susceptibles d’étayer l’une ou l’autre de ces hypothèses sont rares. En outre, les éléments de tradition orale permettant d’expliquer les têtes Wúnmọníjẹ̀ par la population locale d’Ilé-Ifẹ̀ à l’époque de la découverte font largement défaut.

2Par conséquent, je présente des détails supplémentaires et inédits, enregistrés par William Bascom, Ọ̀ọ̀ni (roi) Adesji Adermi, E. H. Duckworth, Arthur Hunt-Cooke, Kenneth Murray et d’autres personnalités associées à la découverte, afin d’aider à interpréter les têtes et le site. Les croquis, notes et projets d’articles de l’anthropologue William Bascom concernant le site et datant de 1938 et 1939 sont particulièrement instructifs. Ils révèlent davantage d’informations sur l’échelle et l’orientation du site, l’emplacement de plusieurs découvertes de têtes à l’intérieur du site, et une prétendue découverte de céramique qui serait associée aux têtes (fig. 10-12). Ils révèlent également certains récits locaux tentant d’expliquer la découverte, notamment l’histoire d’une femme et de ses cinq enfants enterrés (représentant plusieurs des têtes Wúnmọníjẹ̀) et l’idée que les têtes ont été enterrées pour les protéger pendant le conflit avec les colons Modákẹ́kẹ́ (originaires du nord de la région Yorùbá) au cours du xixe siècle. En révélant ces détails supplémentaires, mon objectif est de contribuer à mieux informer le débat en cours sur le contexte et l’importance du site et des têtes.

3En plus d’une discussion à propos des exemples exportés documentés (tels que la tête couronnée au British Museum, fig. 13), l’article examine des revendications inédites de têtes Wúnmọníjẹ̀ en alliage de cuivre non-documentées afin de réaliser un compte approximatif des têtes obtenues sur le site, dans le but d’expliquer les divergences dans le nombre de têtes en alliage de cuivre dans la littérature publiée (Underwood 1949 ; Eyo 1982 ; Tignor 1990 ; Willett 2004) – voir tableau 3. Ceci inclut notamment une tête qui aurait été cachée par le Ọ̀ọ̀ni et qui n’a jamais été documentée, ainsi que 3 à 14 autres qui auraient été exportées vers l’Allemagne en 1938, et peut-être en 1939 (Duckworth 1938c, 1940, 1951). La fourchette de chiffres mentionnée ci-dessus pour les têtes non documentées potentiellement exportées est basée sur différentes estimations faites par E. H. Duckworth lorsqu’il était inspecteur de l’Éducation au Nigeria, et par Kenneth Murray lorsqu’il était inspecteur des Antiquités. À l’heure où les appels au rapatriement du patrimoine culturel nigérian dans les musées occidentaux et les collections privées se multiplient (Shyllon 2017, 2018 ; Angeleti 2021 ; Bahr 2021 ; Phillips 2022b), il est à espérer que le signalement de ces exemples non documentés contribuera aux efforts pour les localiser et les acquérir en vue d’une restitution au Nigéria, si tant est qu’ils existent encore.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/5031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tomos Llywelyn Evans, « Un décompte des têtes en alliage de cuivre : contextualiser et expliquer les découvertes du site de Wúnmọníjẹ̀ Compound à Ilé-Ifẹ̀, Nigeria »Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 67-100.

Référence électronique

Tomos Llywelyn Evans, « Un décompte des têtes en alliage de cuivre : contextualiser et expliquer les découvertes du site de Wúnmọníjẹ̀ Compound à Ilé-Ifẹ̀, Nigeria »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/5031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.5031

Haut de page

Auteur

Tomos Llywelyn Evans

tlevans@wm.edu – Department of Anthropology, William & Mary, Williamsburg, VA, USA

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search