Skip to navigation – Site map

HomeNuméros19In memoriamFrancis Anfray (1926-2022)

In memoriam

Francis Anfray (1926-2022)

Jean-François Breton
p. 119-120

Full text

1Francis Anfray, né le 31 mars 1926 à Mortain-Bocage (Manche), a d’abord été séminariste à Paris. Puis, après un long séjour à l’École biblique de Jérusalem, il entreprend des fouilles en Iran.

2Dès 1958, il s’installe en Éthiopie où il rejoint la section d’archéologie au sein de l’Institut éthiopien d’études et de recherches, fondée en 1952 par Jean Leclant puis dirigée par Hervé de Roux et administrée un temps par André Miquel. Francis Anfray contribue alors à l’organisation du musée impérial sis à Addis-Abeba dans l’enceinte du palais. C’est à cette époque qu’il rencontre Anne Saurat, qui œuvrait beaucoup pour différents musées, notamment celui d’Addis-Abeba, mais aussi en Iran et à Aden au Yémen.

3De 1960 à 1963, il ne cesse de diriger des campagnes de fouilles dans le Nord de l’Éthiopie. La première d’entre elles, à Matâra, dès novembre 1959, réunit Guy Annequin et surtout le photographe, Kebbele Bogalè, avec qui il nouera des liens d’amitié pendant plus de trente ans. À Matâra, Francis Anfray dirige quatre campagnes de fouilles : la première de novembre 1959 à janvier 1960, la seconde du 27 avril au 25 mai 1961, la troisième du 8 avril au 16 mai 1962 et enfin la quatrième du 9 avril au 1er juin 1963. Matâra reste, et restera longtemps, la plus grande ville axoumite fouillée, avec ses maisons, ses quartiers d’habitation, ses stèles et ses églises. Entre temps, il mène une campagne de fouille à Yeha en février-mars 1960, et deux campagnes à Adoulis en mars-avril 1961 et février-mars 1962. Ce furent, sans nul doute, les années les plus fructueuses de sa carrière d’archéologue ; il en publia régulièrement les résultats sous forme de rapports détaillés dans les Annales d’Éthiopie de 1963 à 1965, à l’exception d’Adoulis qui ne fait l’objet que d’une très brève étude dans Deux villes axoumites : Adoulis et Matâra, au IVe Congresso Internazionale di Studi Etiopici, Lincei (Roma, 1974). Quelques années plus tard, il entreprend la fouille de la villa Dongour à Axoum, en deux campagnes de 1966 à 1968 qu’il publie rapidement dans Paideuma (XVIII, 1972 : 60-78).

4Pour tous ses travaux archéologiques en Éthiopie, Francis Anfray est décoré du Prize Trust par sa Majesté Hailé Sélassié 1er. Et, selon ses proches, il restera toujours nostalgique de l’Empereur, de son entourage, de sa cour et de ses fastes.

5À compter de 1974, au temps du Gouvernement militaire provisoire de l’Éthiopie socialiste (Derg), les institutions évoluent. Au sein du ministère de la Culture et de l’Information, est créé le Center for Research and Conservation of Cultural Heritage qui noue des relations étroites avec la section d’archéologie dont Francis Anfray prend finalement la direction.

6Faute de pouvoir travailler dans le Nord de l’Éthiopie, Francis Anfray se lance alors dans un inventaire général des sites du Soddo, des cantons de Siddé et de Butaijira, avec Éric Godet et Kebbede Bogalè. En mars-avril 1978, il se concentre sur Gattira-Demma qu’il décrit ainsi : « il [Gattira] fait partie d’un ensemble de sites archéologiques à tenir pour les plus importants du Soddo. Les stèles à épées et autres monolithes sont assez nombreux dans le voisinage ainsi que dans les cimetières. Dans un périmètre restreint le relèvement signale Tiya (sans doute le principal des sites du Soddo), Dimbo-Der, Aro, Sambo, Seden, Ambet, Lalu, Kakitcha » (Annales d’Éthiopie, 12 : 83).

7Il rend compte de ses fouilles dans un texte intitulé Le site de Gattira-Demma : fouille archéologique (sépultures) (Annales d’Éthiopie, 1982, 12 : 83-86). En 1982, il publie de très nombreux articles, pas moins de 25, consacrés surtout aux sites à stèles du sud d’Addis ; mentionnons seulement Des milliers de stèles au cœur du Sidamo (Annales d’Éthiopie, 1982, 12 : 121-129). La découverte – ou plutôt la redécouverte après Victor Chollet et Henri Neuville puis François Azaïs et Roger Chambard – des stèles décorées du Soddo doit beaucoup à Francis Anfray et également à son collègue Roger Joussaume.

8De 1982 à 1991, Francis Anfray enseigne comme professeur à l’université d’Addis-Abeba. Il rédige alors Les anciens Éthiopiens (Armand Colin, 1990), qui sera pour de nombreux étudiants le livre de référence en français. C’est à cette dernière date qu’est créée la Maison des études éthiopiennes dirigée successivement par Berhanou Abbebe, Jacques Bureau puis Gérard Prunier.

9Finalement, Francis Anfray revient à Paris vers 1990. Dès lors, il ne cesse de recevoir amis, professeurs et chercheurs éthiopiens et européens, avec la plus grande amabilité et disponibilité et aucun d’entre eux, dans leurs thèses ou leurs articles, ne manque de faire référence à ses travaux. C’est ainsi qu’il m’a ouvert un temps toutes ses archives de Matara et d’Adoulis. Sa dernière intervention publique, avec Éric Godet et Henri de Contenson, a eu lieu en 2016, à Paris, au colloque international sur les Lieux de culte et transferts culturels en Éthiopie antique Ier millénaire avant - Ier millénaire de notre ère. Actualité de la recherche archéologique.

10Francis Anfray laisse une œuvre importante, pas moins de 43 contributions de 1963 à 2003, disponibles en ligne sur Persée. Dans son dernier ouvrage Recherches archéologiques à Adoulis (Erythrée) (Presses Universitaires du Midi, 2016), revenant sur ses traces, il témoigne ainsi de sa passion pour l’Éthiopie qu’il aimait tant.

11Il décède à Paris le 11 avril 2022.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-François Breton, “Francis Anfray (1926-2022)”Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 119-120.

Electronic reference

Jean-François Breton, “Francis Anfray (1926-2022)”Afrique : Archéologie & Arts [Online], 19 | 2023, Online since 30 November 2023, connection on 16 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/aaa/5113; DOI: https://doi.org/10.4000/aaa.5113

Top of page

About the author

Jean-François Breton

breton.jeanfrancois2015@yahoo.com – UMR 7041-ArScan, MSH Mondes, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex (France)

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search