Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19ActualitésSources. Matériaux & terrains en ...

Actualités

Sources. Matériaux & terrains en études africaines

Chloé Capel
p. 121-122

Texte intégral

  • 1 Cette dynamique en faveur de l’open access cristallise en réalité une réaction opportuniste des gra (...)

1Depuis une dizaine d’années et le passage du monde de la recherche à l’ère numérique, les éditeurs scientifiques ont multiplié les revues en ligne et en accès ouvert entièrement consacrées à la publication des données brutes de la recherche, publications communément appelées Data Journals1. Prisées par les chercheurs en sciences exactes, ces revues se sont multipliées dans le domaine des sciences de la terre (Big Earth Data, chez Taylor & Francis, depuis 2017), des sciences de la nature et de l’environnement (Scientific Data, chez Nature Publishing, depuis 2014) ou encore des sciences de la matière et du numérique (Data in Brief, chez Elsevier, depuis 2014). Souvent payant pour l’auteur, ce modèle s’inspire de la pratique plus ancienne des Data Papers ou des Supplementary Papers intégrés à des revues plus généralistes. Il vient concurrencer de manière monétarisée celui des dépôts en archives ouvertes. Mais à l’inverse de ce dernier, le modèle du Data Journal présente l’intérêt d’imposer une évaluation par les pairs, ainsi qu’une norme d’organisation et de présentation des données. Chaque jeu de données publié est ainsi accompagné d’un texte de contextualisation scientifique, qui permet d’identifier les modes d’acquisition et de sélection des données, leur nature précise ainsi que leurs limites méthodologiques. Enfin, ces revues génèrent une indexation et un crédit de leurs auteurs qui permet la traçabilité des informations et la valorisation des travaux anciens. Elles sont d’ailleurs souvent jumelées à des sites d’archives ouvertes auxquelles elles donnent accès par un lien hypertexte lorsque le volume ou la nature des données publiées (supports multimédias, modélisations, systèmes d’informations) dépasse les capacités d’un simple Data Paper de quelques dizaines de pages.

  • 2 Rappel : d’un point de vue juridique, dans la recherche publique française, les données de la reche (...)

2Sans que la raison en soit clairement établie, les sciences humaines et sociales peinent encore à s’emparer de ce genre d’opportunité. Peut-être faut-il invoquer ici la frilosité des chercheurs à publier des données brutes dont ils se sentent à tort propriétaires2, ou encore la lenteur et la progressivité des processus d’acquisition des données en sciences humaines, s’étalant parfois sur des décennies, qui forcent à repousser sans cesse leur diffusion par souci d’exhaustivité. Brill s’est lancé dans l’aventure en 2016 en créant l’idoine Research Data Journal for the Humanities and Social Sciences, qui reste toutefois une publication très généraliste, où l’archéologie et l’histoire des arts sont à ce jour totalement absentes. Dans le domaine de l’archéologie, il convient de signaler la création, dès 2012 – soit avant la plupart des réglementations contraignantes dans le domaine – du Journal of Open Archaeology Data chez Ubiquity Press. Cette initiative précoce traduit bien le besoin particulièrement accru de la recherche en archéologie d’assurer une transmission claire et exhaustive des données brutes de terrain sur la longue durée, dans la mesure où le travail interprétatif de la discipline se construit, peut-être plus encore que dans d’autres domaines, sur le temps long et grâce à la comparaison et à la mise en perspective d’une succession de travaux collectifs. Mais avec un réseau de diffusion resté confidentiel, le Data Journal de Brill tout comme le Journal of Open Archaeology Data d’Ubiquity Press demeurent à ce jour des outils qui peinent à trouver leur public.

3C’est dans ce contexte que le réseau des UMIFRE (Unités Mixtes des Instituts Français de Recherche à l’Étranger) en terres africaines en partenariat avec l’UMR LAM (Les Afriques dans le Monde) a récemment lancé son propre Data Journal, consacré à la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales sur le continent africain3. Intitulée Sources. Matériaux & terrains en études africaines, cette revue semestrielle trilingue, dont le premier numéro est paru à l’été 2020, publie indifféremment des numéros thématiques et des numéros d’études diverses (Varia). Elle a pour objectif de valoriser les « matériaux à partir desquels les chercheur·e·s produisent leurs réflexions et y donner directement accès », ce qui correspond pleinement à la définition d’un Data Journal, même si le projet éditorial de la revue n’emploie à aucun moment ce terme si spécifique4. Les sciences humaines et sociales sont de manière globale le domaine de la revue, pilotée avant tout par des spécialistes du contemporain. Mais il est à noter que l’archéologie est explicitement mentionnée comme direction espérée de la ligne éditoriale, ce qui mérite d’être mis en exergue et valorisé dans les pages d’Afrique : Archéologie & Arts. Dans son article fondateur, le comité de rédaction revendique en premier lieu son originalité éditoriale dans le champ des revues africanistes en proposant ici un outil de recherche qui n’existe pas encore dans nos disciplines. Il détaille ensuite la nature militante du projet, notamment d’un point de vue académique en défendant le régime de la preuve dans le domaine des sciences humaines et surtout sociales. Ainsi il réaffirme leur fondement empirique, dans le but avoué de participer à pondérer la tendance épistémologique actuelle qui favorise, parfois jusqu’à l’« abus », la formalisation théorique au détriment du rapport étroit aux données brutes, parfois même jusqu’à aboutir, de manière regrettable, à une forme de « déréalisation » et en conséquence à une « simplification des complexités du réel ». Enfin, le comité de rédaction dessine une certaine vision politique en se faisant acteur de l’open data à destination du continent africain. Les chercheurs y peinent en effet souvent – pour des raisons politiques, pécuniaires et matérielles principalement – à accéder aux matériaux de leurs travaux, creusant ainsi une « asymétrie » de la recherche mondiale que la revue cherche là encore à compenser. On ne peut que saluer, non pas l’intention, mais l’action concrète qu’engage la revue Sources dans cette direction.

4Force est néanmoins de constater que les cinq premières livraisons de Sources n’ont pas trouvé leur public d’archéologues et d’historiens de l’art : seuls deux Data Papers (sur les 35 à ce jour parus) relèvent du domaine de l’archéologie. Dans les deux cas, il s’agit de la publication de travaux de jeunes chercheuses, consacrés à des corpus provenant de la région nubienne, traduisant peut-être en cela une bonne diffusion de Sources dans le milieu des archéologues nilotiques. Il ne tient en réalité qu’aux archéologues eux-mêmes de s’emparer de ce nouvel outil éditorial. Sources pourrait ainsi accueillir dans ses « pages » ce qu’il est par ailleurs ordinairement si difficile, en raison d’un lourd poids numérique, de publier dans les revues plus traditionnelles consacrées à l’archéologie : les rapports de fouilles, les relevés graphiques ou photographiques (structures, mobilier), les systèmes d’information géographique ou archéologique, ou encore les listes d’inventaires de mobilier et les rapports de datations 14C. Tous ces jeux de données, qu’il est nécessaire, mais souvent malaisé, de diffuser in extenso pour qu’ils puissent pleinement être exploités comme matériaux de comparaison par les collègues, sont indispensables à valoriser, d’autant qu’ils sont souvent, sur le continent africain, constitués d’unicums tant la discipline archéologique manque encore ici d’envergure. Le lecteur pourra regretter que pour le moment Sources ne propose pas de modèle normé pour y harmoniser les modes de présentation des informations (par exemple des listes imposées de métadonnées). C’est peut-être l’afflux de propositions de Data Paper émanant des archéologues qui pourra, dans le futur, inciter le comité de rédaction à prendre en compte les particularités de notre discipline et à initier une réactualisation de ses recommandations aux auteurs.

Haut de page

Notes

1 Cette dynamique en faveur de l’open access cristallise en réalité une réaction opportuniste des grands éditeurs scientifiques face à la multiplication des législations nationales et internationales entérinant le principe de libre accès aux données de la recherche. Ces dispositions récentes (ex : Framework Programme for Research and Innovation [articles 18 et 28] de la Commission européenne en 2013) empêchent les maisons d’édition d’imposer des clauses d’exclusivité – et donc de privatisation – sur le contenu des publications scientifiques.

2 Rappel : d’un point de vue juridique, dans la recherche publique française, les données de la recherche (c’est-à-dire les enregistrements factuels nécessaires à valider les résultats scientifiques selon la définition de l’OCDE de 2006 faisant foi aujourd’hui), ne sont pas la propriété du chercheur les ayant mis en évidence. Elles se distinguent en cela des publications scientifiques (qui sont des productions de l’esprit, considérées donc comme des œuvres), quant à elles soumises au droit de propriété intellectuelle, ont en réalité pour « producteur » légal la personne physique ou morale qui a supporté les investissements (humains, matériels ou financiers) nécessaires à la collecte de ces données, qu’il s’agisse d’un pouvoir public, d’un organisme de recherche ou encore d’un mécène. Cette personne physique ou morale ne possède toutefois pas non plus de droit de propriété intellectuelle et les données de la recherche tombent en définitive sous le statut intermédiaire de « choses communes » : à ce titre, elles doivent être d’accès et d’utilisation libres (open data). Ce libre accès ne signifie toutefois pas que les données doivent être nécessairement diffusées en ligne gratuitement, immédiatement et de manière permanente (open access). (Source : Code de la propriété intellectuelle, articles L111, L341).

3 https://www.sources-journal.org/

4 Projet éditorial en ligne : https://www.sources-journal.org/161#tocfrom1n1

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Capel, « Sources. Matériaux & terrains en études africaines »Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 121-122.

Référence électronique

Chloé Capel, « Sources. Matériaux & terrains en études africaines »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/5118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.5118

Haut de page

Auteur

Chloé Capel

chloe.capel@cnrs.fr UMR 8167 Orient & Méditerranée, équipe Islam médiéval, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris Cedex 05 (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search