Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Résumés de thèses soutenues en 20...Paver Ife : Archéologies et espac...

Résumés de thèses soutenues en 2022/2023

Paver Ife : Archéologies et espaces connectés d’un centre urbain ouest-africain (1000-1400 CE)

Léa Roth
p. 123-125

Entrées d’index

Index géographique :

Nigéria/Nigeria, Ife
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en histoire soutenue le 28 septembre 2023, co-tutelle Università degli studi di Pavia (Italie)/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France)

Direction : G. Chouin, M. Harari, M.-L. Derat ; jury : D. A. Aguigah, G. Chouin,
M.-L. Derat, A. Haour, M. Harari, A. Mayor, N. Norman, G. de Saulieu

Texte intégral

1Localisée au sud-ouest du Nigéria, la ville d’Ife s’est distinguée durant la période médiévale par sa prestigieuse culture matérielle qui fait aujourd’hui encore la renommée de la ville moderne d’Ilé-Ifẹ̀. Depuis quelques années, le champ des études sur Ife et la région a été sérieusement renouvelé (Blier 2015 ; Ogundiran 2020 ; Chouin 2022), notamment grâce aux travaux qui ont permis de mettre en lumière l’envergure d’une industrie locale de fabrication de perles de verre (Babalola 2015). Cette facette de l’Ife médiévale a renforcé l’image d’un pôle artistique cosmopolite propice à l’innovation technologique, tout en contribuant encore un peu plus à mettre Ife sur la carte des échanges commerciaux. Pourtant, les fragments de connaissance sur la vie quotidienne des hommes et des femmes qui habitaient cette ville peinent encore à s’agencer pour recomposer un tableau d’ensemble éclairant.

2Par le croisement des sources et des méthodes de l’histoire et de l’archéologie, cette étude intègre une histoire revisitée de la construction du passé d’Ife à une réflexion sur l’organisation de son espace urbain entre 1000 et 1400 CE. Conséquence de préjugés persistants sur le milieu forestier tropical, de longues traditions diffusionnistes et du manque de visibilité de certaines structures archéologiques dans le paysage, le fait urbain médiéval demeure un volet largement négligé des travaux sur la région. Durant une période située entre le xiie et le xive siècle, Ife a vu se développer un vaste système d’infrastructures urbaines, dont des pavements, majoritairement en tessons de poterie et en pierres, formant de véritables mosaïques. Ces revêtements de sol sont les témoins d’une planification spatiale, d’une gestion de l’environnement et d’un investissement social, esthétique et symbolique de l’espace. Parfois retrouvés dans des contextes archéologiques, ils sont le plus fréquemment visibles en surface en raison de l’importante érosion de la zone et constituent ainsi un patrimoine en péril du fait de l’urbanisation croissante de la région et du manque de reconnaissance patrimoniale. Les pavements sont en outre de précieux vestiges pour contribuer aux réflexions sur l’organisation de l’espace et de l’architecture, domaines sur lesquels nous manquons encore d’informations substantielles.

3En vue de déconstruire le vaste héritage qui « encombre » la réécriture de l’histoire d’Ife, cette thèse s’ouvre d’abord sur une exploration des legs mythologiques de la « bibliothèque coloniale », pan-yorùbá et panafricaine. À travers le thème de la « Great Ife », les discours et l’imaginaire sur cette ville restent otages de représentations figées et idéalistes du passé et d’une imbrication entre réécriture de l’histoire et ethnocentrisme. De plus, à la différence de nombreux cas dans l’historiographie du xxe siècle, ce n’est pas à des lieux localisables sur une carte, mais à des toponymes détectables dans les textes que des auteurs ont essayé d’associer Ife. Ce desideratum de mention d’Ife dans les sources écrites a ainsi été maintes fois formulé au travers de la Yoūfī d’Ibn Baṭṭūṭa, de ses supposés liens commerciaux fondés sur le cuivre avec la Takedda décrite également par l’auteur des Rilḥa ou l’Ogane de Duarte Pacheco Pereira. De la même manière que les cartographes plaçaient des éléphants ou des cyclopes pour remplir « le blanc de la carte » (Surun 2018), les historiens et les archéologues ont ainsi cherché à combler le silence apparent des textes classiques arabes et européens par l’association d’Ife à des toponymes littéraires.

4Ces débats offrent en définitive peu de ressources utilisables en comparaison de celles fournies par la recherche archéologique. Il faut toutefois souvent d’abord déconstruire sinon reconstruire l’état de l’art pour accéder aux connaissances qui en sont dérivées et les organiser. Cette étude propose ainsi un panorama critique des recherches archéologiques menées tout au long du xxe siècle, dont la mémoire scientifique fragmentée peut être en partie recomposée grâce aux archives de l’archéologie. En raison de leur importance particulière, un travail systématique sur les fouilles peu publiées de Frank Willett à Ilé-Ifẹ̀ manquait (Roth et al. 2021).

5L’étendue de l’Ife médiévale constitue un défi à l’écriture de l’histoire de l’organisation de l’espace urbain dans sa globalité. Alors que les fouilles s’effectuent en général à petite échelle, les archives de la recherche ont le potentiel de multiplier le nombre de zones fouillées documentées. Au-delà de la reconstitution de la mémoire scientifique, l’examen des archives de Frank Willett a donc également permis de mieux comprendre les premières fouilles de contextes pavés à Ilé-Ifẹ̀. Ces travaux avaient en effet montré pour la première fois la complexité de ce phénomène, en termes de datation, de stratigraphie et de rapports d’occupation et de réaménagement de l’espace. Ils posaient ainsi les prémices de questions encore peu étudiées sur les pavements depuis les quelques travaux précurseurs (Nzewunwa 1982 ; Aguigah 1995, 2018 ; Agbaje-Williams 2001 ; Ogunfolakan 2001).

Figure 1 – Nettoyage par Stanley Nwosu du pavement n°1 à Lújúmò Compound, Ilé-Ifẹ̀

Figure 1 – Nettoyage par Stanley Nwosu du pavement n°1 à Lújúmò Compound, Ilé-Ifẹ̀

© Léa Roth 2022

6Dans l’état actuel de nos connaissances et malgré la difficulté d’établir la période pendant laquelle les pavements ont été construits, occupés et entretenus, ces surfaces constituent la meilleure archive archéologique pour comprendre le paysage urbain d’Ife entre le xiie et le xive siècle. Malgré leurs dimensions limitées, les fouilles menées dans le cadre de cette étude sur le nouveau site de Lújúmò Compound ont constitué un exemple intéressant, capable de démontrer comment les aménagements modernes du territoire peuvent certes détruire, mais aussi indirectement protéger le patrimoine archéologique. Outre une capture de l’économie coloniale britannique dans l’arrière-pays yorùbá, cette enquête archéologique a permis de mettre au jour plusieurs fosses dépotoirs et pavements typiques de l’ingénierie urbaine médiévale (Roth 2022a, 2022b). La fouille de trois niveaux successifs de surface pavée – observation stratigraphique déjà faite, mais peu prise en compte dans la littérature – a ainsi permis de réfléchir à ce phénomène sur la plus longue durée, tout en remettant en perspective les conditions de conservation de ces vestiges. Bien qu’ils recouvrent une surface singulièrement étendue d’Ife, les sols pavés ne sont pas l’apanage de cette ville, mais l’expression d’une culture de l’aménagement du territoire présente, dans sa diversité, à une échelle régionale, du golfe de Guinée jusqu’à la zone soudano-sahélienne. Régulièrement documentées sur de nouveaux sites d’Afrique de l’Ouest, ces structures archéologiques témoignent d’un ensemble de pratiques communes bien que multiples qu’une « géographie » des sols pavés actualisée permettra de mieux comprendre (Haour 2013).

Haut de page

Bibliographie

Agbaje-Williams B. (2001) – Potsherd Pavements and Early Urban Sites in Yorubaland, Nigeria. An Interim Report. The Nigerian Field, 66: 93–104.

Aguigah D. A. (1995) – Pavements et terres damées dans les régions du Golfe du Bénin : enquête archéologique et historique. Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Aguigah D. A. (2018) – Archéologie et architecture traditionnelle en Afrique de l’Ouest. Le cas des revêtements de sol au Togo. Une étude comparée. Paris, L’Harmattan.

Babalola A. B. (2015) – Archaeological Investigations of Early Glass Production at Igbo-Olokun, Ile-Ife (Nigeria). Afrique : Archéologie & Arts, 11 : 61-64. https://doi.org/10.4000/aaa.545

Blier S. P. (2015) – Art and Risk in Ancient Yoruba. Ife History, Power, and Identity, c. 1300. Cambridge, Cambridge University Press.

Chouin G. L. (2022) – Sous les tropiques, la ville : repenser l’urbanisation dans le Golfe de Guinée avant le XVIe siècle. Histoire urbaine, 63 : 23-45.

Haour A. (2013) – Mobilité et archéologie le long de l’arc oriental du Niger : pavements et percuteurs. Afriques. Débats, méthodes et terrain d’histoire, 4. DOI : 10.4000/afriques.1134

Nzewunwa N. (1982) – Prehistoric floors of the Middle Niger Valley of Nigeria. Journal of the Historical Society of Nigeria, 11 (3): 1–10.

Ogundiran A. (2020) – The Yorùbá. A New History. Bloomington, Indiana University Press.

Ogunfolakan A. B. (2001) – Luwo Potsherd Pavement: A Unique Aspect of Ife Culture. Journal of Arts and Ideas, 3: 88–97.

Roth L., Chouin G. L. & Ogunfolakan A. B. (2021) – Lost in Space? Reconstructing Frank Willett’s excavations at Ita Yemoo, Ile-Ife, Nigeria: Rescue Excavations (1957-1958) and Trench XIV (1962-1963). Afrique : Archéologie & Arts, 17 : 77-114. DOI : 10.4000/aaa.3328

Roth L. (2022a) – Fouilles archéologiques à Lújúmò Compound, Ife, Nigéria : rapport préliminaire. Antipodes, Annales de la Fondation Martine Aublet. https://doi.org/10.48728/antipodes.220118

Roth L. (2022b) – New excavations in Lújúmò Compound, Ife. The Society for Historical Archaeology Newsletter, 55(4): 16–21. https://sha.org/publication-links/newsletter/newsletter-archives/

Surun I. (2018) – Dévoiler l’Afrique ? Lieux et pratiques de l’exploration (Afrique occidentale, 1780-1880). Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine » : 46-47.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Nettoyage par Stanley Nwosu du pavement n°1 à Lújúmò Compound, Ilé-Ifẹ̀
Crédits © Léa Roth 2022
URL http://journals.openedition.org/aaa/docannexe/image/5123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Roth, « Paver Ife : Archéologies et espaces connectés d’un centre urbain ouest-africain (1000-1400 CE) »Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 123-125.

Référence électronique

Léa Roth, « Paver Ife : Archéologies et espaces connectés d’un centre urbain ouest-africain (1000-1400 CE) »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/5123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.5123

Haut de page

Auteur

Léa Roth

roth.lea01@universitadipavia.it – Università degli Studi di Pavia, Corso Strada Nuova, 65, 27100 Pavia, Italia/UMR Orient & Méditerranée, 27 rue Paul Bert, 94200 Ivry-sur-Seine, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search