Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Recension d’ouvrageMaureen Murphy (2023) – Voir autr...

Recension d’ouvrage

Maureen Murphy (2023) – Voir autrement

Agnès Lacaille
p. 131-132
Référence(s) :

Maureen Murphy (2023) – Voir autrement, Paris, Éditions de la Sorbonne, 144 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Maureen Murphy s’intitule Voir autrement : un titre manifeste dont la compréhension s’éclaire au fil du texte par touches – comme l’illustre, en couverture, l’œuvre choisie de l’artiste sénégalais Cheikh Ndiaye, réalisée en 2016, composée de fragments de miroirs et des reflets lumineux qu’ils renvoient.

2L’originalité du format ne rend pas d’emblée évidente à saisir la nature de ce texte. Cela tient au fait qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un texte académique ou d’une recherche inédite, mais d’une réflexion issue d’un mémoire de synthèse réalisé dans le cadre d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). Chaque université/faculté possède son propre cadre au sein duquel le chercheur jouit d’une latitude pour rédiger ce mémoire secondaire au mémoire dit « inédit » de l’HDR. Le retour théorique qui y est attendu se doit de résumer à la fois les travaux de recherche, notamment ceux effectués depuis la thèse de doctorat, et de les mettre en perspective dans un contexte élargi de la discipline, ainsi que d’apporter une description de la poursuite des activités et des projets futurs.

3Cette finalité s’adapte bien en l’occurrence à la collection « Itinéraires » des éditions de La Sorbonne, ayant pour ambition de :

« Prendre pour objet et pour récit le cours de la vie savante, par ses détours et ses atours, mais aussi ses remords et ses rêves, ses impasses et ses imprévus : (…) la collection Itinéraires entend recueillir des textes inédits, non nécessairement issus d’une contrainte académique ou autobiographique, pour en faire le terreau partagé d’une expérience collective et interdisciplinaire, en vue de composer une encyclopédie incarnée des manières de faire-savoir à partir de la diversité des savoir-faire à l’œuvre des sciences contemporaines de la société ».

4S’il s’agit d’une gageure de brosser ainsi les cheminements personnels tout à la fois d’une carrière de chercheure et d’une pensée pour en restituer le caractère collectif, Maureen Murphy le réalise en convoquant généreusement les sources (tant les travaux, les personnes que les évènements) qui ont compté, l’accompagnent et continuent de l’inspirer. En s’attachant à son itinéraire, Maureen Murphy retrace aussi, sur plus de vingt ans, le panorama d’une génération d’acteurs et de chercheurs investis dans l’étude des arts d’Afrique et d’Océanie, les « Arts d’A’O’ » tels qu’elle les a renommés dans sa thèse – Stratification et déplacements d’un imaginaire : les arts d’Afrique dans les musées et les expositions, à Paris et à New-York, des années 1930 à nos jours – soutenue en 2005 et publiée en 2009 sous le titre De l’imaginaire au musée. Les arts d’Afrique à Paris et à NY (1931-2006), (Dijon, Les Presses du Réel).

5Le premier des onze courts chapitres – « L’Afrique pourquoi ? » –, pose la question dont la réponse en trois temps sera également l’objet des deux chapitres suivants.

  • « Qu’est-ce qui vous lie à l’Afrique ? L’histoire de France et celle de ses musées » ;

  • « Pourquoi l’Afrique ? Parce que l’Afrique justement » ;

  • « Pourquoi l’Afrique, donc ? Parce que la France, sans aucun doute ».

6Cette question de départ sert avant tout à décrire le contexte dans lequel une telle interrogation apparaît ; une entrée en matière permettant à l’auteure franco-américaine de se situer soi-même. Il s’agit d’un parti pris certainement singulier dans un mémoire d’Histoire de l’art mais pour autant pas inattendu, tant le domaine des arts africains est depuis longtemps intrinsèquement lié aux concepts réflexifs propres à l’anthropologie, conduisant à s’objectiver soi-même.

7La pose du cadre de ce « savoir situé » est l’étape nécessaire qui ancre à la fois la spécificité du contexte français (et générationnel) auquel Maureen Murphy appartient et dont elle dresse un état des lieux dans le chapitre suivant – « Enseignement et recherche sur l’histoire de l’Afrique » –, en apportant notamment son point de vue (exercice tout autant périlleux que bienvenu) quant à l’état des postcolonial studies en France.

8Le troisième chapitre – « Étudier l’histoire de l’Art au début des années 2000 » – établit un retour en arrière, vers le contexte familial, les années de lycée et de classe préparatoire, le goût pour la littérature et la philosophie, à l’origine du choix de sa discipline : l’Histoire de l’art. Si les premières œuvres citées dans le texte sont celles de Barthélémy Toguo et Kader Attia, la première illustration du livre est issue de la malheureuse (scandaleuse ?) campagne de communication autours du « Guide d’exploration des collections du musée du quai Branly » menée par l’institution à son ouverture en 2006. Pour ceux qui s’en souviennent, cette image est aussi l’illustration de la couverture des actes d’un colloque organisé en 1998 au musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie (MAAO) et publiés en 2000, Du musée colonial au musée des cultures du monde : un livre qui a assurément accompagné en France nombre de chercheurs en arts africains et plus précisément en histoire des collections africaines, sans que le caractère problématique de l’iconographie de l’œuvre choisie ne saute alors aux yeux… Une même génération mais un autre regard certainement. Et durant ce court laps de temps, Maureen Murphy a accumulé plusieurs expériences formatrices qui s’ancrent dans les institutions muséales, essentiellement parisiennes, et les réseaux de personnes qui les constituent. Depuis l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où son travail doctoral est encadré par Philippe Dagen, à l’équipe de préfiguration du musée du quai Branly-Jacques Chirac qu’elle quitte au moment de l’ouverture pour rejoindre un temps la Cité de l’Immigration (ancien MAAO justement), puis devenue maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avant de rejoindre l’Université Paris-Nanterre comme professeure, peu après la parution de cet ouvrage. De ce parcours non linéaire, elle tire un récit tout en ellipse. Non chronologique, celui-ci s’attache à rendre saillant les imbrications, recoupements et correspondances qui, se faisant écho, enrichissent une trajectoire intellectuelle et nourrissent la pensée. « Curiosité » est assurément l’un des mots-clés de ce livre.

9Voir autrement, donc ?

10Les œuvres et leurs images ne servent pas que de supports à l’analyse mais leur force propre d’action (agency) sur le chercheur est également rendue tangible. La sculpture dahoméenne anonyme, fin xixe siècle, qui fait l’objet du chapitre 4 – « Picasso, l’oiseau du Bénin » – introduit ainsi un moment charnière. Avec le chapitre suivant – « L’expérience béninoise » –, ils constituent un point de bascule de l’ouvrage. Au fil du texte, les illustrations (deux images par chapitre maximum) accompagnent d’ailleurs le progressif décentrement du propos de l’auteure, du contexte français (les collections muséales et dans une moindre mesure privées) vers le continent africain ainsi que du passé vers le présent : la modernité des œuvres « traditionnelles » vues par le biais des avant-gardes artistiques occidentales faisant place à la modernité propre des arts plastiques d’Afrique, celle de l’art africain globalisé des débuts à 1960.

11Sur cette dernière période, il est important de rappeler que le mémoire inédit de l’HDR de Maureen Murphy a également été publié en 2023 sous le titre L’Art de la décolonisation : Paris-Dakar, 1950-1970 (Dijon : Les presses du réel, 2023, 288 p.). Sa lecture est assurément un complément indispensable à ce livre dont l’intérêt tient avant tout dans la richesse des inspirations intellectuelles (également littéraires) qui y sont abondamment convoquées mais aussi vigoureusement discutées – entre autres dans le sixième chapitre « La question coloniale dans le débat public ». Par l’exercice de ce témoignage personnel (y compris sous l’angle du genre) et générationnel écrit pour un diplôme, Maureen Murphy s’empare d’une occasion peu commune de partager une ethnographie de soi et de positionner ses recherches dans un cadre résolument mondialisé au sein de généalogies du savoir, passées et futures – comme l’illustre « Généalogies futures, récits depuis l’Équateur », affiche de la sixième édition de la Biennale de Lubumbashi, 2019 : 131, fig. 12).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Lacaille, « Maureen Murphy (2023) – Voir autrement »Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 131-132.

Référence électronique

Agnès Lacaille, « Maureen Murphy (2023) – Voir autrement »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/5156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.5156

Haut de page

Auteur

Agnès Lacaille

agnes.lacaille@africamuseum.be – Musée royal de l’Afrique centrale, 13 Leuvensesteenweg, 3080 Tervuren (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search