Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendus de congrès et coll...26e congrès de la Society of Afri...

Comptes rendus de congrès et colloques

26e congrès de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA)

1-6 juin 2023, Rice University (Houston, USA)
Adrien Delvoye
p. 133-134

Texte intégral

1L’année 2023 marquait sans aucun doute un rendez-vous particulier pour les membres de la SAfA. Après la mise à l’arrêt de tous les rassemblements scientifiques début 2020 en raison de l’épidémie mondiale de COVID-19, ce 26e congrès de la Society of Africanist Archaeologists constituait en effet la première rencontre « en présentiel » des chercheurs et étudiants membres de cette société savante, depuis le congrès organisé à l’Université de Toronto (Canada)… en juin 2018 ! Cinq longues années d’attente que les organisateurs du précédent congrès à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni), du 14 août au 28 septembre 2021, avaient heureusement su mitiger, grâce à la tenue d’un évènement alors intégralement en ligne, après avoir été une première fois totalement annulé en 2020. À ce contexte s’ajoutait enfin le choix de revenir aux États-Unis d’Amérique, après une délocalisation volontaire vers le voisin canadien en 2018, en signe de protestation aux politiques menées par l’ancien président Donald Trump.

2Le 26e congrès de la Society of Africanist Archaeologists s’est ainsi tenu à la Rice University de Houston (Texas), du 1er au 6 juin 2023. Brillamment organisée par Jeffrey Fleisher, Mary Prendergast et leurs collègues, cette rencontre rassembla sur quatre jours près de 257 intervenants répartis au sein de 39 sessions. Trente-trois d’entre elles exposaient des communications réunies autour d’une thématique spécifique, tandis que six adoptaient le format d’une table ronde et une concentrait la présentation des posters. Deux centres relayant la conférence en Afrique ont par ailleurs été mis en place à Nairobi (Kenya) et à Ibadan (Nigeria). En raison du décalage horaire, seule une partie des échanges était toutefois accessible. Une journée destinée à conseiller les étudiants a, par ailleurs, été organisée le 1er juin, en amont de la conférence. Différents intervenants et membres de revues internationales – telles que le Journal of Archaeological Science (David Killick, Tunde Babalola) et le Journal of African Archaeology (Katherine Grillo) – étaient présents pour guider les jeunes chercheurs dans leur choix de publication et les conseiller dans l’élaboration de leurs demandes de financement. En marge du congrès, un large éventail de visites culturelles offrait un aperçu de la vie culturelle à Houston (Museum of Fine Arts, Houston Museum of Natural Sciences, Menil Collection) et ses environs (Nasa Space Center).

3La décision d’accueillir ce congrès de la SAfA à la Rice University de Houston répondait à une volonté forte de rendre hommage à Susan McIntosh, Professeure d’anthropologie, à l’occasion de son départ en retraite. Deux importantes sessions rassemblant chacune une large audience lui furent ainsi dédiées : l’une interrogeant son héritage près de vingt-cinq ans après la publication de son célèbre ouvrage Beyond Chiefdoms: Pathways to complexity in Africa (session 1, organisateurs Carla Klehm et Wolfgang Alders), l’autre retraçant ses contributions majeures à l’archéologie africaine (session 17, organisateurs Jeffrey Fleisher et Mary Prendergast). Ces évènements rassemblèrent de vibrants témoignages de collègues, anciens étudiants et amis de longue date, saluant toutes et tous les profondes qualités humaines d’une chercheuse impliquée dans l’archéologie africaine depuis la fin des années 1970. L’empreinte des missions archéologiques conduites au Mali (Djenné-Djeno) et au Sénégal (Sincu Bara, Cuballel), de ses nombreuses publications et de ses enseignements a ainsi été largement soulignée. Les membres de la SAfA saluèrent aussi la mémoire de Nicholas David, Professeur en anthropologie de l’Université de Calgary (Canada) parti en retraite en 2002, décédé le 11 janvier 2023. Grande figure de l’ethnoarchéologie et co-auteur avec Carol Kramer de l’ouvrage de référence Ethnoarchaeology in action (2002), Nicholas David développa d’importants projets en République centrafricaine ainsi qu’au Cameroun et au Nigéria, notamment à travers le Mandara Archaeological Project (1984-2003). Son intérêt pour la compréhension des cultures matérielles l’amena notamment à interroger leurs modes de production, leurs fonctions mais aussi les processus d’abandon et de réemploi. Nicholas David fut par ailleurs l’éditeur fondateur de l’African Archaeological Review.

4Ce 26e congrès de la SAfA s’est officiellement ouvert par une session plénière où l’actualité et les grands enjeux des sociétés contemporaines, qu’ils soient globaux ou régionaux, furent mis en résonnance avec plusieurs cas d’étude archéologique. Des conséquences des conflits armés aux impacts du changement climatique ou de l’urbanisation croissante, la discipline archéologique et ses acteurs se placent de fait à la croisée de problématiques culturelles, sociales et environnementales. L’une des interventions les plus marquantes en ce sens est certainement celle de Joanna Clarke, qui analysa les impacts dramatiques du réchauffement climatique et de la montée du niveau marin sur les patrimoines archéologiques des littoraux africains d’ici la fin du xxie siècle. À partir du cas de Tipasa (Algérie), elle montra également comment les conceptions patrimoniales héritées de la période coloniale peuvent influencer la (non-)gestion des vestiges archéologiques. La nécessité d’une prise de conscience rapide des défis à affronter fut également soulevée par Akan Ogundiran dans son intervention explorant, au Nigéria et en Afrique, les conséquences de la forte expansion démographique sur le patrimoine archéologique, aussi bien dans les zones urbaines que rurales. Son expérience démontre l’importance de mettre en place des politiques dédiées, accompagnées des plans de sauvegarde cohérents avec ces objectifs de préservation. Cette volonté de préservation et de valorisation est-elle d’ailleurs si unique au patrimoine archéologique ? Prenant l’exemple du Mozambique, Solange Macamo témoigne ainsi des avantages de relier protection de l’environnement et culture au sein de mêmes espaces, tout en associant directement les communautés locales à leur gestion.

5De manière plus générale, ce congrès fut le lieu de présentations et d’échanges d’une très grande qualité, au sein de sessions couvrant l’essentiel de la recherche archéologique. Des cultures paléolithiques (From Pleistocene into Holocene: Hunter-gathers in southern Africa during the last 30,000 years, G. Bader et I. Guillemard) aux périodes les plus récentes (Recent research in the Middle Senegal Valley, S. McIntosh et R. McIntosh ; Historical archaeology: from 1500 through the colonial era, C. Gokee et L. Marshall ; Of stones, sherds, and clay: the archaeology of built urban environments west of the Niger, G. Chouin), plusieurs sessions eurent notamment pour objectif de proposer des synthèses dépassant les cadres géographiques et culturels, par exemple en confrontant différents éléments de la culture matérielle (Rethinking fuzzy boundaries and sharp borders in African material culture, D. Seidensticker, N. Nikis et A. Delvoye). Certaines thématiques particulièrement explorées ces dernières années montrent par ailleurs leur fort potentiel informatif. Les avancées notables effectuées en paléogénétique des populations (Integrative approaches to African archaeogenetics, M. Prendergast, E. Sawchuk et K. Sirak) ou dans l’étude des pratiques alimentaires (Reconstructing ancient African foodways, J. Dunne, A. Logan et D. Schmitt) furent ainsi particulièrement stimulantes.

6Le succès de ce congrès n’occulte pourtant pas le problème récurrent de l’accessibilité de ces rencontres scientifiques aux collègues africains, et donc de la représentativité qui leur est accordée. Quelles qu’en soient les raisons, la décision de la SAfA de revenir à une alternance Amérique du Nord-Europe et d’abandonner l’organisation conjointe de congrès en Afrique avec la PanAfrican Archaeological Association (PAA) tend de fait à marginaliser certains acteurs de la recherche. Dans un monde où les inégalités économiques et de statut s’accroissent, peut-être sera-t-il une nouvelle fois nécessaire de considérer l’importance d’organiser périodiquement des rencontres aussi majeures dans les pays mêmes où nos recherches sont réalisées. Le format hybride et la création de hubs en différents lieux du continent africain seraient alors – comme pour ce 26e congrès – d’efficaces moyens de contrebalancer les difficultés de déplacement existantes, tout en se rapprochant de la majorité de nos collègues.

7Le programme, ainsi que les résumés des sessions et des communications, sont accessibles sur : https://safarchaeology.org/​

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Delvoye, « 26e congrès de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA) »Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 133-134.

Référence électronique

Adrien Delvoye, « 26e congrès de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA) »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/5173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.5173

Haut de page

Auteur

Adrien Delvoye

Adrien.Delvoye@unige.ch Laboratoire d’Archéologie Africaine et Anthropologie (ARCAN), Université de Genève, quai Ernest-Ansermet 30, 1205 Genève (Suisse)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search